Accueil > Rôle régional de l’Iran
0 | 50 | 100 | 150 | 200

Iran : La semaine en images n°222

Depuis deux ans, chaque semaine, le peuple iranien ainsi que les Pasdaran, les Bassidjis, les militaires, les Bazaris, et même les jeunes membres du clergé boycottent les manifestations officielles du régime. C’est là une contestation passive, mais elle confirme semaine après semaine que les dirigeants sont seuls et ne peuvent pas résister à un soulèvement. Cet isolement inquiétant a provoqué une panique au sein du premier cercle du pouvoir : certains achètent de l’or et du dollar pour quitter le pays, d’autres comme les responsables de terrain ou les députés ne s’affichent plus avec les dirigeants. Le régime fait ainsi face à deux ennemis : la contestation (passive) et l’effondrement de ses troupes. Pour empêcher la contestation et la fuite des siens, il annonce des pendaisons, promet de sévir contre les fraudeurs bancaires (ses associés agités) et surtout, il évoque sans cesse l’existence de troupes fidèles.

Dernièrement, le boycott unanime de la commémoration annoncée en hommage à Fâtemeh, la fille martyre de Mahomet, puis le boycott massif des élections législatives du régime ont confirmé l’absence de ces troupes fidèles. Le régime a compris qu’il devait éviter les annonces de rassemblements car leur échec mettraient en évidence son isolement : il a tenté de marquer son autorité en parlant de sa capacité de répression pour évoquer l’existence de troupes fidèles et a annoncé l’arrivée de nouvelles troupes, mais les images qu’il a diffusé n’étaient pas à la hauteur des annonces. Cette nouvelle propagande timorée a inquiété ceux du régime qui n’y croient plus et l’on a eu droit à une nouvelle semaine agitée sur le marché du dollar et de l’or.

Washington n’a pas alors évoqué de nouvelles pressions contre les mollahs ainsi malmenés car il a été à l’origine de la révolution islamique pour installer un régime agitateur en Asie Centrale russe. Ce régime devait être dirigé par ses pions notamment les Moudjahiddines du peuple, mais les mollahs les ont chassés du pouvoir. Aujourd’hui l’Etat américain sanctionne les mollahs et propose la réconciliation qui signifie une rétrocession du pouvoir à ses pions de 1979 ; c’est pourquoi Washington affirme sans cesse qu’il ne veut aucun changement de régime et que par ailleurs il n’accorde aucune aide à l’opposition quand elle se dit laïque. L’affaiblissement du régime au cours de ces derniers jours a surtout inquiété Washington, il a envoyé des émissaires à Téhéran pour sonder la disponibilité des mollahs à céder le pouvoir via une révolution de couleur afin d’avoir un espoir d’absolution politique. Les mollahs ont refusé ce processus car il ne compte aucune garantie pour leur sécurité. Ces missions de dernière chance ont davantage inquiété les derniers collaborateurs du régime. Les mollahs devaient contre-attaquer…

En fin de la semaine dernière, les mollahs sont revenus à une propagande plus classique et plus offensive en annonçant un grand rassemblement de sympathisants à l’occasion d’une nouvelle tournée régionale d’Ahmadinejad à Khorassan, une région où la contestation est forte pour insinuer qu’il avait même des réserves là où ils perdent pied. Cependant, on n’a pas vu d’images d’une foule à perte de vue. Le régime a évité ce mensonge exubérant et facilement démontable. A la place de cette propagande primaire, le régime a diffusé des images d’une foule restreinte pour dire qu’il n’avait peut-être pas de réserves illimitées de sympathisants, mais qu’il avait quand même une réserve suffisante pour tenir encore face à la masse de ses opposants passifs. Le régime a joué la carte de la vérité sur son état. Mais nous avons pu trouver des détails qui révélaient que les images proposées étaient contrefaites, qu’en d’autres mots, il n’y avait pas eu un quelconque rassemblement en son honneur à Mashad. Les associés du régime qui ont leurs propres réseaux d’informateurs l’ont d’ailleurs su avant tout le monde et se sont encore une fois précipités sur le dollar pour convertir leur fortune et plier bagages avant que ce régime isolé ne tombe ou ne pactise avec Washington, les entraînant dans les deux cas dans sa chute. Le régime a fini la semaine sur une note de grave crise de confiance interne.

Cette semaine, le régime devait riposter vite et se montrer fort pour arrêter l’hémorragie. Dans le même temps, généralement en cas d’échec, les dirigeants se mettent au vert et les sous fifres de confiance, Ghalibaf, maire de Téhéran et Velayati, responsable du soutien aux islamistes régionaux, prennent le relais avec des inaugurations ou des mini conférences pour leur permettre de remplir la semaine tout en se faisant oublier pour tourner la page. Le régime était donc face à une contradiction. A cela s’ajoutait une autre difficulté : le mardi 15 mai à l’occasion de l’anniversaire de la création de l’Etat hébreu, il devait rassembler tous ses serviteurs pour de gigantesques marches de haine à Téhéran, mais aussi partout en Iran là où il affirme avoir des troupes !

La situation était compliquée. Pour résumer disons que le régime a oublié Israël pour quelques jours et a tenté de faire oublier son amnésie avec des affaires médiatiquement fortes : de l’agitation autour de la nomination du Golfe Persique, de l’agitation autour d’une fatwa de mort contre un faux opposant ou encore des annonces de création de nouvelles brigades policières.

Cette semaine, le régime s’est ainsi retrouvé dans une suractivité politique alors qu’il devait être dans une configuration inverse. Mais puisque ses derniers associés doutent de tout ce qu’il annonce, il devait nécessairement publier des images pour authentifier ses annonces. C’est ainsi que l’on se retrouve avec une belle masse d’images peu glorifianest car on y voit surtout l’absence de réserves capables de le sauver. Voici un nouveau panorama sur le boycott populaire et l’effondrement interne du régime. C’est aussi le récit d’une semaine pleine de revers pour le régime des mollahs.


22.05.2012

Iran : Le formidable bouc émissaire des Arabes !

Les ministres des Affaires étrangères du Conseil de Coopération du Golfe viennent d’accuser les mollahs d’être derrière les troubles dans cette région alors que depuis le début, les insurgés ont le soutien flagrant des Etats-Unis. L’accusation est donc injustifiée, elle est en revanche un formidable moyen de diaboliser les insurrections pour empêcher Washington de continuer son ingérence ! C’est là une décision créative aux multiples conséquences. Décodages.


05.04.2011

Iran-Nucléaire : Changement de priorités, risques de conflits

Washington sanctionne toujours davantage les mollahs afin de les contraindre à « négocier pour résoudre leurs problèmes ». Il entend utiliser la réconciliation pour revenir au pays avec ses pions islamistes qui espèrent prendre le pouvoir via une révolution de couleur. Sous l’effet de ces sanctions, Téhéran accepte le dialogue, mais il doit fuir tout terrain d’entente, d’où ses diverses provocations avant, pendant et après chaque rencontre. De préférence, il doit provoquer un conflit ouvert afin de pousser les Américains à reculer de peur d’en arriver à une guerre. Dans ce contexte, à quelques jours d’une nouvelle rencontre à Istanbul, Téhéran vient de lancer deux grands projets de conflit : l’accusation que Washington est à l’origine des attentats menés par des espions israéliens contre les savants atomistes iraniens puis une tentative de déstabilisation du Liban qui risque d’agiter Israël et déstabiliser la région. Attention ! Il y a matière à s’inquiéter. | Décodages |


14.01.2011

IRAN : THE MULLAHS REMAIN CALM IN THE EYE OF THE STORM !

© IRAN-RESIST.ORG – November 10, 2010 | In 1979, the Americans supported the arrival on power of an Islamic Republic in Iran, but in other places as well, in order to induce chain reaction and thus conquer Central Asia which was then a Soviet region. Their ulterior motive was in fine to deprive China from its gas resources and destroy this future economic adversary. In order to keep at sight their pawns that were on power in Iran, the Americans needed the mullahs. Six months after their common victory, the mullahs evicted Washington’s pawns in order to take the power. From then on, Washington has used various means of pressure so to force them to open their political space to its Islamists. It has insisted on dialogue but the mullahs have refused by any mean as long as they aren’t afraid of Washington because the latter avoids very heavy sanctions for fear of overthrowing this regime. In reply to this attitude which is doubly impertinent, on the last Monday, Washington started to organize “anti-Shiite attacks with Sunnite signature” in order to make them angry at Sunnite and deprive them from the support of the Arab street : in order to isolate them and force them to cooperate. Tehran which expected this to happen didn’t take any hostile stand against Sunnite. At that time, we mentioned the necessity for Washington to provoke it further. On Monday, one week after this first wave of attacks, other anti-Shiite attacks of Sunnite origin targeted more explicated Iranians in Iraq.


22.11.2010

Iran : Les mollahs restent zen dans l’oeil du cyclone !

En 1979, les Américains ont aidé l’arrivée au pouvoir d’une république islamique en Iran, mais aussi ailleurs, pour provoquer une réaction en chaîne afin de conquérir l’Asie Centrale alors soviétique avec l’arrière pensée de priver in fine la Chine de ses ressources gazières et détruire ce futur adversaire économique. Afin de mener leurs pions au pouvoir en Iran, les Américains ont eu besoin des mollahs. Six mois après leur victoire commune, les mollahs ont expulsé les pions de Washington pour prendre le pouvoir. Depuis, Washington utilise divers moyens de pression pour les forcer à ouvrir leur espace politique à ses islamistes. Il insiste sur le dialogue, les mollahs refusent par tous les moyens et aussi parce qu’ils ne craignent pas Washington car ce dernier évite les sanctions très fortes de peur de renverser ce régime. En réponse à cette attitude doublement impertinente, lundi dernier, Washington a commencé à organiser des « attentats anti-chiites avec une signature sunnite » pour les fâcher avec les sunnites afin de les priver du soutien de la rue arabe : les isoler pour les pousser à composer. Téhéran qui a vu venir le coup n’a pris aucune position hostile contre les sunnites. Nous avions alors évoqué la nécessité pour Washington de le provoquer davantage. Ce lundi, une semaine après cette première vague, d’autres attentats anti-chiites avec une signature sunnite ont visé plus explicitement les Iraniens en Irak.


10.11.2010

Iran : Le feu d’artifice d’Ahmadinejad au Liban

Ahmadinejad a passé deux jours au Liban. Ce voyage a intrigué les Occidentaux, les experts qu’ils ont consultés ont parlé de l’affirmation du rôle régional de l’Iran ou encore d’un « moyen pour plaire aux Iraniens en leur offrant un rayonnement régional ». Ces points de vue sont ceux des lobbyistes non-déclarés du régime car le peuple est en révolte contre les mollahs notamment en raison de leur soutien très coûteux à des formations terroristes qui en plus donnent à ce pays civilisé une « aura » d’un Etat terroriste. Le but du voyage n’était donc pas de plaire aux Iraniens, mais à l’inverse de faire oublier le désintérêt des Iraniens pour le fait palestinien par un discours susceptible de restaurer son image de champion de la rue arabe. Le Liban a été un prétexte : le régime a envoyé son meilleur porte-parole à la rencontre de la rue arabe : tel cupidon, le régime a tiré une flèche dans le coeur de la rue arabe avec un arc nommé Beyrouth.


15.10.2010

Iran : Un zeste de repli

Hier, le Guide suprême Ali Khamenei a parlé de la possibilité d’un dialogue si Washington levait ses sanctions [1]. Il a cependant précisé que ce dialogue ne pourrait pas porter sur l’enrichissement nucléaire ! [2] Il a également menacé les Occidentaux de frappes (terroristes) en cas d’attaque américaine, mais sans citer des cibles sensibles [3]. Ce message très complexe a perturbé les Occidentaux qui veulent une entente et non la guerre : ils ont censuré les menaces et diffusé le reste sans aucun commentaire pour éviter tout conflit. Ils supposaient sans doute qu’en répétant leurs demandes permanentes comme la levée des sanctions, le régime était dans une intransigeance immobile. Or, il n’en est rien car dans une autre déclaration également censurée, il y a une semaine, Téhéran rejetait tout dialogue avec les Etats-Unis. De fait, malgré les apparences et les menaces, Téhéran n’est pas dans l’immobilisme, mais dans une phase de repli. | Décodages |


20.08.2010

Iran- attentat : à qui profite le crime ?

Hier à 10 heures du matin (12h30 en Iran), une nouvelle s’est propagée dans tous les médias : Ahmadinejad avait été victime d’un attentat. L’information avait été confirmée par un site d’info iranien dirigé par un des patrons du régime, Ali Larijani. Par la suite, l’Agence officielle IRNA a rejeté la thèse d’un attentat pour affirmer qu’il s’agissait d’un pétard, mais aux dernières nouvelles, une source proche de la présidence aurait admis qu’il s’agissait d’un attentat. Les médias sont perdus. Ils hésitent entre les thèses de provocation ou vrai attentat contre le n°1 iranien (sic) ?


05.08.2010

IRAN-GAZA: TURKEY SUPERSTAR !

© IRAN-RESIST.ORG – June 8, 2010 | Since several months, Turkey has appeared in the news as an improvised negotiator in the Iranian nuclear crisis. Lately it took part in the signature of a nuclear compromise with the mullahs. For a week it has become very topical as an emerging actor on the international scene in the world’s thorniest conflict. From our point of view, this Turkey superstar is the outcome of Washington’s will and this can’t be a riskless situation for this country.


19.06.2010

Iran – Gaza : La Turquie superstar !

Depuis quelques mois, la Turquie était présente dans l’actualité comme un négociateur improvisé dans la crise nucléaire iranienne. Elle a dernièrement pris part à la signature d’un compromis nucléaire avec les mollahs. Elle est depuis une semaine au centre de l’actualité comme un acteur émergeant de la scène internationale dans le conflit le plus épineux de la planète. De notre point de vue, cette Turquie superstar est le produit de la volonté de Washington et ce n’est pas sans risque pour ce pays.


08.06.2010

Iran : vers une acceptation d’un Iran nucléaire militaire ?

À chaque fois que s’approche l’échéance d’adoption de nouvelles sanctions contre les mollahs, on entend ou on lit des analyses qui plaident en faveur de l’acceptation d’un Iran nucléaire militaire. Hier, on en a de nouveau entendu parler aux Etats-Unis, mais aussi en France sur France 24, la chaîne du Quai d’Orsay dans un dialogue entre Bernard Hourcade, un lobbyiste des mollahs en France et le journaliste Sylvain Attal. On commence à préparer l’opinion à l’acceptation d’un Iran nucléaire militaire.


05.05.2010

Iran : Un assouplissement qui est une offensive

Après des mois de refus, Téhéran a accepté hier d’échanger 1.200 kg de son uranium enrichi à 3,5% pour recevoir du combustible pour son réacteur de recherche. Cela risque d’être refusé car à l’origine, l’idée était qu’il accepte de se séparer volontairement de 90% de son potentiel de nucléarisation militaire, or ce stock a augmenté au cours des derniers mois et l’échange ne le prive plus de ce potentiel.


18.03.2010

Iran : United Colors of Hezbollah !

Dans un récent article, nous avons évoqué le Hezbollah comme étant un levier de pression des mollahs sur les dirigeants arabes pro-américains. Le propos à blessé un de nos lecteurs qui a parlé du Hezbollah comme un mouvement de résistance, ce qui n’explique pas la volonté de ce mouvement de remettre en cause la souveraineté du peuple libanais. Pour prouver que le Hezbollah est uniquement au service des intérêts de Téhéran, nous offrons en exclusivité à ce lecteur, un parmi nos chers lecteurs musulmans, une preuve du manque de rigueur du Hezbollah à l’égard des mollahs.


08.01.2010

Iran - EU : L’heure des choix

Comme l’a rappelé cette semaine Obama, les Etats-Unis veulent parvenir à une entente avec les mollahs. L’objet de cette entente est la maîtrise territoriale, énergétique et politique de l’Asie Centrale, une région pétrolière qui compte pour beaucoup dans les économies russe et chinoise. En échange de cette alliance décisive, les mollahs exigent l’abandon des sanctions contre le Hezbollah et l’abandon des demandes américaines de sa démilitarisation pour avoir un mécanisme de représailles contre Israël en cas de désaccord avec Washington. Cette demande étant évidemment irrecevable, Washington mène vis-à-vis des mollahs une politique d’intimidations, de sanctions économiques et de déstabilisation régionale combinée à des offres régulières de reprise de dialogue. Cette semaine, Washington a mené des actions qui illustrent à la perfection les différents volets de cette politique.


06.11.2009

Iran : Une perte progressive de contrôle

Le 1er octobre, la délégation iranienne s’est engagée à coopérer avec l’AIEA pour permettre aux Six de parvenir à un compromis sur le programme nucléaire iranien. De retour en Iran le 2 octobre, cette délégation a nié avoir agi en ce sens. Le 3 octobre, El Baradai est arrivé en Iran pour convaincre les mollahs de tenir parole, le 4 octobre, Téhéran a acquiescé, mais le 5 octobre, il a à nouveau nié tout engagement. Téhéran nie avec force car il ne veut pas admettre qu’il ait reculé face aux Etats-Unis.


06.10.2009

Iran : Le régime fait front car il craint les sanctions

A deux jours d’une rencontre avec les Six à sa propre initiative, Téhéran a affirmé qu’il ne céderait pas d’un millimètre sur ses droits nucléaires, qu’il n’arrêterait pas une seconde l’enrichissement et qu’il ne négocierait que sur ses propres propositions à propos de la paix et du désarment dans la région. Différents composants du régime ont apporté leur solidarité avec cette option. | Décodages |


30.09.2009

Iran : Big slaps at the UNO

On the beginning of the week, Americans and their allies implied they would adopt already with Russia’s support a new resolution and why not sanctions at the time of the extraordinary meeting of the Security Council in the margin of the UNO General Assembly. This was highly improbable because Tehran would have withdrawn then its 1st October Geneva meeting. Besides Tehran didn’t comment much those rumors. The Council met and even didn’t talk about Iran. As revenge it adopted a resolution that won’t favor Tehran’s business : “the establishment of a denuclearized world”.


25.09.2009

Iran : La semaine en images n°83

Toutes les images disponibles sur les différents sites d’infos du régime sont en lien avec la journée de Qods, journée instaurée par Khomeiny pour célébrer la nécessité de soutenir le Hezbollah pour reprendre Jérusalem.


20.09.2009

Iran : Les Six disent encore non à sa pochette surprise

Téhéran qui a bâti sa réputation régionale sur un anti américanisme militant voire guerrier ne peut pas accepter le dialogue et l’apaisement. Pour s’éviter des sanctions, il a eu l’idée de pousser les Six à rompre en proposant le dialogue, mais sur un autre sujet que son programme nucléaire militant. Mauvaise pioche. | Décodages |


12.09.2009

Iran : Avec Hakim, les mollahs perdent leur dernier allié en Irak

Le plus important allié irakien des mollahs, Abdel-Aziz Hakim (ci-dessous) a rendu l’âme à Téhéran d’un cancer du poumon. Sa disparition affaiblit le rôle des mollahs dans ce pays et donc dans la région.


28.08.2009

Iran : In a fit of pique Rafsanjani plays the low profile game

Last Saturday, on the occasion of a session of the Expediency Council -see below- Rafsanjani who denounced publicly for two months the Supreme Guide Khamenei changed his speech to call people for following him “in the name of the country’s unity !”

Décoding

25.08.2009

Iran : Rafsandjani joue la carte du profil bas par dépit

Samedi dernier à l’occasion d’une session du Conseil de Discernement (ci-dessous), Rafsandjani qui avait pendant deux mois fustigé publiquement le Guide suprême Khamenei a changé de discours pour appeler le peuple à le suivre « au nom de l’unité du pays ! »
| Décodages |


25.08.2009

IRAN : No B plan for Ahmadinejad

© IRAN-RESIST.ORG – August 24 2009 | If we consider the Iranian press, we may take it that Ahmadinejad’s situation is unstable. He is criticized by his adversaries who accuse him of fraud and by elected representatives from his own side who reject any fraud but reproach him some incompetence.


24.08.2009

Iran : Pas de plan B pour Ahmadinejad

En se basant sur les titres de la presse iranienne, on peut conclure à une instabilité d’Ahmadinejad. Il est critiqué par des adversaires qui l’accusent de fraudes et d’élus de son propre camp qui rejettent la fraude mais lui reprochent une certaine incompétence.


24.08.2009

Iran : With Obama’s agreement, Israel is arming the Hamas

According to a reliable source in Israel, a major part of Iranian missiles that are intended for Hamas passes in transit to Gaza via Israeli border. In Israel, Ha’aretz mentioned links between Pasdaran and local mafia. This is not a much realistic explanation but this doesn’t explain the inaction of the Israeli army and the strange silence of this democratic country’s government which doesn’t denounce those deliveries. There’s no mistake but a strategy. | Decodings |


20.08.2009

Iran : Avec l’accord d’Obama, Israël arme le Hamas

Selon une source sûre en Israël, la majeure partie des missiles iraniens destinés au Hamas transite vers Gaza via la frontière israélienne. En Israël, Haaretz parle de liens entre les Pasdaran et la mafia locale. C’est une explication peu réaliste car cela n’explique pas l’inaction de l’armée israélienne et l’étrange silence du gouvernement de ce pays démocratique qui ne dénonce pas ces livraisons. Il n’y a pas d’erreur, mais une stratégie.
| Décodages |


20.08.2009

Iran : Pourquoi la réponse d’Obama est la meilleure

La ou plutôt les différentes réponses d’Obama à la présente crise iranienne ont été faites sur la base des intérêts stratégiques des Etats-Unis. Il faut donc resituer l’affaire dans son contexte géopolitique.


20.06.2009

Gaz : L’Iran veut acheter Shah Deniz 2 !

Il y a une semaine, Téhéran proposait l’achat de tout le gaz de la phase 2 du gisement azerbaïdjanais de Shah Deniz situé sur la mer Caspienne. Il ne s’agissait pas de s’approprier le volume destiné au futur gazoduc Nabucco, mais d’influencer le verdict d’un procès actuellement en cours en Azerbaïdjan qui établirait un lien entre les Pasdran et Al Qaeda.


08.06.2009

Obama-Iran : L’instrumentalisation de Mossadegh est une erreur tactique

Dans son discours du Caire, pour accélérer l’ouverture du dialogue avec les mollahs, Obama a reconnu un rôle américain dans le renversement de Mossadegh en 1953. Washington a sous-entendu que le Chah était un « agent américain » afin de satisfaire l’ego des mollahs ! Mais, ce calcul est faux et la déclaration est loin d’être suffisant pour Téhéran. | Décodages |


06.06.2009

Iran : Dialogue de sourds entre Sarkozy et Mottaki

Le président Sarkozy recevra aujourd’hui à 16h30 le ministre iranien des Affaires étrangères Mottaki pour évoquer la relance du dialogue entre l’Iran et les Six. Avant de quitter Téhéran pour Paris, Mottaki a organisé une conférence de presse internationale qui a révélé son état d’esprit avec cette rencontre.


03.06.2009

IRAN-ISRAEL-SYRIA : THE LESSON OF DAMASCUS !

© IRAN-RESIST.ORG – May 7 2009 | As he was visiting Damascus, Ahmadinejad launched a new virulent attack against Israel by qualifying it as a “destructive microbe”. Such sentiments hurt Jews of course but it would be a mistake to analyze it from this sole point of view and reduce the whole speech to those both words. Such sentiments were pronounced to disrupt the Damascus-Tel Aviv rapprochement. It was a matter of a passionate and exciting speech in terms of analysis.


07.05.2009

Iran-Israël : La leçon de Damas !

En visite à Damas, Ahmadinejad a lancé une nouvelle attaque virulente contre Israël en le qualifiant de « microbe destructeur ». Ces propos blessent certes les juifs, mais ce serait un tort de les analyser de ce seul point de vue et réduire l’ensemble du discours à ces deux mots. Ces propos ont été prononcés pour perturber le rapprochement Damas-Tel Aviv. Il s’agissait d’un discours passionné et passionnant en termes d’analyses.


07.05.2009

Iran : Les contours du rapport annuel du Département d’Etat

Selon le rapport annuel du Département d’Etat, la république islamique d’Iran est reconnue comme le champion du terrorisme d’Etat actif en Afrique (via le Hamas), au Moyen-Orient, en Asie Centrale, mais également en Europe. Le ministre iranien des affaires étrangères a vivement protesté.


02.05.2009

Iran : Ahmadinejad est plus conciliant après Durban 2

A Genève, les délégations européennes ont quitté la salle pendant le discours d’Ahmadinejad. Ce départ a déclenché un rire satisfait chez Ahmadinejad. C’est ce qu’attendait Téhéran.


27.04.2009

Iran-Israël : à Genève, Ahmadinejad testera un nouveau discours

A la veille de son arrivée à Genève sur un fond de polémique, faut-il lui serrer la main ou pas, Ahmadinejad annonce la couleur en déclarant qu’Israël est le « porte-drapeau du racisme ». Pour une fois, ce n’est pas un slogan, mais un vrai discours de fond. | Décodages |


20.04.2009

IRAN : AN UNFREEZING BUT NOT THE ONE WE EXPECTED

© IRAN-RESIST.ORG – April 1st 2009 | Everybody expected the intervention of the mullahs’ representative at The Hague as they hoped the beginning of an opening and some encounter. However things didn’t happen as expected : Tehran agreed solely for cooperation with Afghanistan and rejected thus any possibility of dialogue and compromise with the United States. However it accepted a brief meeting that makes people announce some unfreezing. | Décodages |


01.04.2009

Iran : Un dégel, mais pas celui que l’on attendait

Tout le monde attendait l’intervention du représentant des mollahs à La Haye, espérant le début d’une ouverture et une rencontre. Mais les choses ne se sont pas passées comme espéré : Téhéran a dit oui à une coopération uniquement avec l’Afghanistan, repoussant ainsi toute possibilité de dialogue ou de compromis avec les Etats-Unis, mais néanmoins accepté une brève rencontre qui fait crier au dégel. | Décodages |


01.04.2009

Iran : L’Arabie Saoudite dénonce des liens avec Al Qaeda

Le roi d’Arabie Saoudite, chargé de faire pression sur les mollahs, s’était opposé à la participation d’Ahmadinejad au sommet de la Ligue Arabe qui se tient aujourd’hui à Doha. Puisque l’émir du Qatar, cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani avait refusé d’accéder à sa demande, Ryad a décidé de faire des révélations compromettantes sur le régime des mollahs.


30.03.2009

Afghanistan : Obama engage l’Iran dans un processus irréversible

Hier, quelques heures après l’annonce par le régime des mollahs sur sa participation aux conférences sur l’Afghanistan, les Américains ont fait état d’une rencontre à l’initiative de Téhéran entre un représentant des mollahs et un haut responsable de l’OTAN à l’initiative de Téhéran. Alors que Téhéran reste discret sur cette initiative, les Américains insistent sur son importance.


28.03.2009

Iran-Afghanistan-USA : Superbe changement de tactique

Après avoir entretenu le doute à propos de sa participation à la conférence internationale sur l’avenir de l’Afghanistan et même confirmé son absence, le régime des mollahs a annoncé sa présence pour le 31 mars à La Haye. L’annonce donne lieu à des spéculations un peu hâtives sur la possibilité d’une rencontre irano-américaine en marge de la conférence : erreur ! On n’est pas face à l’évolution attendue par les Américains : il s’agit d’un superbe changement de tactique.


27.03.2009

Iran : La Syrie joue les Brutus !

Dans une interview accordée au quotidien italien La Repubblica, le président syrien Bachar al Assad a confié sa volonté de « servir d’intermédiaire entre l’Iran et les Occidentaux ». A un moment où la Syrie s’éloigne des mollahs, l’offre détonne, mais Assad n’œuvre pas pour Téhéran, mais pour renforcer le rôle international de la Syrie, la mal-aimée.


19.03.2009

L’Iran calme le jeu avec les Saoudiens pour rebondir

Sur un fond de tensions entre les mollahs et les autres alliés arabes des Etats-Unis, en particulier l’Arabie Saoudite, le ministre iranien des affaires étrangères est arrivé à Ryad sans se faire annoncer. | Décodages |


16.03.2009

Iran : Pour contrer Obama, Téhéran agite le Hezbollah

Le chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah a affirmé vendredi que son mouvement n’accepterait jamais de reconnaître Israël, condition posée par les Etats-Unis pour qu’ils consentent à dialoguer avec ce mouvement qu’ils considèrent comme terroriste. Le Hezbollah a été créé par le régime des mollahs qui est le seul financier de ce mouvement. Sa réponse est donc celle de l’Iran et elle surgit au lendemain de l’annonce de nouvelles sanctions par Obama. Le ton et le contenu de cette réponse méritent donc une attention particulière.


15.03.2009

Iran : La (mauvaise) piste d’une rupture syrienne

Pour faire fléchir Téhéran, Washington a demandé à l’Arabie Saoudite de lancer une invitation à la réconciliation interarabe à la Syrie, allié-clef des mollahs sans lequel ils seraient privés de liens terrestres avec leur principal allié, le Hezbollah.


13.03.2009

Iran-Maroc : La surprise !

Après l’annonce de la rupture de ses relations diplomatique avec l’Iran, le ministres des affaires étrangères, le milicien Mottaki a d’abord fait part de sa surprise avant de riposter pour intimider le Maroc afin qu’il revienne sur cette décision.


08.03.2009

Gaza : L’Iran s’invite à Charm el Cheikh

Le régime des mollahs a fait savoir qu’il avait demandé à Interpol d’intercepter partout dans le monde quinze responsables israéliens pour « crimes de guerre et violations des Conventions de Genève ». Contrairement aux apparences, il ne s’agit pas d’une nouvelle provocation anti-sémite ou anti-sioniste des mollahs. | Décodages |


03.03.2009

Iran : Les mollahs lancent leur propre tribunal international

Le régime des mollahs vient d’annoncer la création de leur propre tribunal pénal international pour poursuivre et condamner les criminels de guerre (« sionistes », ça va de soi).


24.02.2009

Iran : The IAEA defends mullahs’ integrity - decoding

The latest IAEA report made a shamble into the Iranian nuclear crisis by mentioning the existence in Natanz of 1,010 kilos of freshly enriched uranium, i.e. enough to produce 25 kilos of greatly enriched uranium and of course enough to manufacture a bomb. While the IAEA recommended the sanctions’ lifting in order to ease a possible agreement between Iran and the Six -the Security Council, Americans took advantage of this occasion to demand more sanction. As a result, the IAEA made a step backward and this caused some mess.


23.02.2009

Iran : L’AIEA défend l’intégrité des mollahs - Décodages

Le dernier rapport de l’AIEA a mis le souk dans la crise nucléaire iranienne en évoquant l’existence à Natanz de 1.010 kilos d’uranium faiblement enrichi, soit de quoi produire 25 kilos d’uranium hautement enrichi, assez pour fabriquer une bombe. Alors que l’AIEA recommandait la levée des sanctions pour faciliter une entente entre l’Iran et les Six (le conseil de Sécurité) ; les Américains ont profité de l’occasion pour réclamer plus de sanctions. Il en résulte une marche arrière de l’AIEA et un certain désordre.


23.02.2009

Iran-Hamas : Les retrouvailles !

Deux semaines après la fin de la guerre de Gaza, Khaled Mechaal, le chef en exil du Hamas, est arrivé à Téhéran à la tête d’une délégation de 5 personnes.


02.02.2009



0 | 50 | 100 | 150 | 200 [Retour à l'index des mots-clés]