Accueil > News > Iran : Un sandwich turc à Téhéran



Iran : Un sandwich turc à Téhéran
28.10.2009

Le Premier ministre Turc Rajab Tayyeb Erdogan est à Téhéran. Avant son arrivée, il a adopté un ton très dur contre les bêtes noires des mollahs : Israël, la France, Sarkozy. Depuis son arrivée : il a apporté son soutien au droit des mollahs à l’enrichissement nucléaire. Il a aussi critiqué les 5 grands qui ont des bombes nucléaires et empêchent les autres d’en posséder. Depuis deux jours, l’homme à qui Obama a apporté son soutien pour entrer dans l’Europe est devenu un clone d’Ahmadinejad sans pour autant déclencher la moindre critique de la Maison-Blanche. Il est évidemment en mission recommandée. Mais quel est le message secret de ce discours ?



Depuis deux jours, Erdogan dit ce qu’aucun des alliés musulmans des Etats-Unis n’a jamais été autorisé à dire ! Il répète ces slogans qui ont fait le succès des mollahs dans le monde arabe : le droit au nucléaire, le droit à la bombe, le départ des Américains de la région. Sa côte de popularité va sans doute monter en flèche. Il pourrait même faire de l’ombre aux mollahs. Ce n’est pas son intention. Il joue tout simplement à l’homme-sandwich : il est en train de montrer aux mollahs que l’Amérique peut autoriser un tel discours. La condition est de devenir son allié régional. Le message d’Erdogan est : Regardez-moi et faîtes comme moi !

Dans ce voyage publicitaire, notre homme-sandwich est arrivé en compagnie de son épouse dûment couverte, mais pas d’un tchador. Elle a été vue en train de descendre de l’avion en compagnie de son époux, mais elle a vite disparu des photos officielles. Le message est encore : Regardez-moi et faîtes comme moi ! Jouez-le jeu pour avoir l’air moins misogyne ! C’est facile. L’Amérique oublierait alors de parler de la condition féminine et de la charia.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
JPEG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Et enfin, notre homme-sandwich est arrivé, comme la fois précédente, bardé de promesses d’investissements, promesses qui restent également tributaires de la fin du contentieux avec Washington. Parmi ces promesses, on peut citer la finalisation du contrat gazier pour les phases 22, 23 et 24 du gisement Pars Sud, auquel le grand frère américain a ajouté une rallonge de 4 milliards de $ pour permettre aux mollahs de redémarrer les phases 6 et 7 actuellement en panne pour manque de capitaux. On a aussi parlé d’un gazoduc turco-iranien déjà promis en 2007, de Nabucco, ou encore de la création d’une zone de libre-échange à proximité de la ville turque d’Igdir pour permettre aux mollahs d’acheter ou vendre en dehors de toute réglementation des produits pétroliers, de l’électricité ou tout produit qui rapporte !

Malheureusement pour les Américains, il est quasiment certain que les mollahs ne goûteront pas aux délices des bonnes recommandations de leur ami turc car ils savent tout de même qu’ils ne sont pas arrivés au pouvoir dans les mêmes circonstances qu’Erdogan.

Pour « faire comme lui », ils devraient organiser des vraies élections ouvertes à tout candidat et alors Washington pourrait placer au pouvoir en Iran ses propres pions islamistes issus ou pas de ce régime. Washington devra donc attendre encore ce jour ou même une quelconque autre entente différente avec les mollahs. Il est loin le jour où il pourra bénéficier de la perversité des mollahs et du savoir faire des Pasdaran pour déstabiliser toutes les régions pétrolifères et musulmanes qu’il convoite : l’Afrique, l’Asie Centrale, le Caucase et le Xinjiang.

Presque certain de l’insuccès de cette initiative turque d’apaisement, Washington a en même temps évoqué l’adoption prochaine d’une nouvelle sanction contre Téhéran. Le comité des opérations bancaires du Sénat américain sanctionnerait toute entreprise qui investirait dans la construction de gazoduc en Iran ou qui lui prêterait un navire-citerne pour livrer son pétrole. C’est une mesurette car le nombre des entreprises concernées est limité voir nul. C’est un avertissement. Il sera voté ce jeudi, date à laquelle Téhéran va rendre public sa réponse négative à la précédente initiative d’apaisement de Washington (l’offre d’un échange de 75% de son stock d’uranium contre du combustible nucléaire).


© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Article complémentaire :
- Iran : Le placebo turc - mode d’emploi
- (26 OCTOBRE 2009)

Pour en savoir + sur les sanctions :
- Iran : Les Occidentaux cherchent à faire diversion
- (14 OCTOBRE 2009)

| Mots Clefs | Décideurs : OBAMA |
| Mots Clefs | Enjeux : Apaisement |
| Mots Clefs | Enjeux : Sanctions Ciblées en cours d’application |

| Mots Clefs | Pays : Turquie |

| Mots Clefs | Décideurs : Sarkozy |

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : Israël |