Accueil > Photos > Iran : La semaine en images n°259



Iran : La semaine en images n°259
07.02.2013

intro de base pour comprendre la situation.
mise à jour chaque semaine avec de nouveaux éléments...

Cette semaine, une nouvelle analyse en introduction à propos de la politique du Shah face à la révolution islamique !

Origines de la crise (TEXTE INEDIT)| L’enjeu de la crise est le pétrole de l’Iran, mais aussi des régions environnantes traditionnellement dominée par les Britanniques et par les Russes. Très rapidement, Washington a compris que les Britanniques dominaient l’Iran grâce à un grand réseau de politiciens corrompus et grâce à un clergé crée avec leur soutien.

Dans les années 50, Washington a essayé de doubler ce réseau avec l’aide de prince Qadjar pro-britannique Mossadegh, l’aîné des prétendants Qadjar au trône de l’Iran, mais vieillissant et isolé et des jeunes mollahs extrémistes ainsi que des nervis islamistes issus du Bazar.

Les Britanniques ont alors mis le pays sous embargo et en parallèle ont demandé à leurs pions à savoir les mollahs influents, les clans féodaux, les grands Bazaris et leurs nervis, les cadres du TOUDEH et de JEBHEH MELLI d’entourer Mossadegh pour l’accompagner et l’encourager à négocier. Washington a apporté son soutien économique à Mossadegh et l’a laissé s’allier au parti communiste Toudeh en espérant utiliser le prétexte du passage de l’Iran dans le camp des rouges pour envahir le pays et en prendre le contrôle au nom de la défense de la démocratie. Les Britanniques ont alors demandé à leurs pions d’abandonner Mossadegh provoquant sa chute. Washington a alors lâché Mossadegh et au nom du droit à la diversité, il a demandé une révision du contrat anglais avec l’Iran. C’est ainsi que l’Iran a signé en 1954 un contrat de 25 ans réservant son pétrole à un consortium pétrolier 40% américain, 54% britannique et 6% français.

Le Shah a alors utilisé les droits accordés par la constitution de 1906 pour diriger le pays et l’engager dans la voie de la modernité et des progrès sociaux pour réduire le pouvoir des islamistes bénéficiant désormais du soutien de Washington. Il a aussi créé l’OPEP pour s’émanciper du consortium. Washington a alors créé avec des ex-Mossadeghistes un mouvement islamiste non clérical nommé NEHZAT AZADI, hostile à l’OPEP et à la monarchie, partisan d’une république islamique et décidé à libérer toutes la région au nom du droit des musulmans à se libérer. Les Britanniques ont compris que Washington entendait les doubler avec ses islamistes non cléricaux et ce pour contrôler le pétrole de l’Iran, mais aussi de tous les pays musulmans voisins.

En 1973, le Shah a annoncé qu’en 1979, il ne renouvellerait plus le contrat d’exclusivité le liant au consortium. Il est devenu l’homme à abattre. Les Américains ont doté NEHZAT AZADI d’une branche armée nommée l’OMPI. Les Britanniques ont compris que les Américains allaient passer à l’action. Ils ont envoyé leur grand spécialiste de l’Islam Bernard Lewis à l’encontre de Brzezinski, initiateur du projet américain de Ceinture Verte (en réf. à l’Islam) et fondateur de la commission trilatérale en cette même année 1973, pour lui proposer un projet semblable au sien. Les Britanniques ont ainsi montré qu’ils pouvaient contrer leurs cousins d’Amérique. Les Américains les ont intégrés pour ne pas les avoir contre eux. La même année, Brzezinski est arrivé dans le conseil d’administration de l’organisme britannique Amnesty International pour commencer une campagne de dénigrement contre le Shah, dépeint comme un tortionnaire. Le Shah a ouvert les prisons iraniennes au Croix Rouge qui a rejeté les allégations d’Amnesty, mais cet organisme n’a nullement tenu compte de ce rapport. Amnesty a aussi reçu le prix Nobel pour cette campagne partiale. Ce qui n’est pas guère étonnant car le prix Nobel est fiancé par les grands pétroliers. En 1978, Paris a offert refuge à la coalition révolutionnaire britannico-américaine formée par les mollahs pro-britanniques du clan Khomeiny et les militants de Nehzat Azadi.

Le Shah a nommé au poste de 1er ministre, Bakhtiar, dont on sait depuis peu qu’il était un opposant notoirement pro-britannique. Le Shah qui refusait le recours aux armes espérait de casser ainsi le pacte américano-britannique sans entrer dans un conflit susceptible de provoquer des morts. Ce choix montre que le Shah connaissait bien les conflits d’intérêts entre les Américains et les Britanniques. Il ne pouvait pas imaginer que les deux camps puissent oeuvrer ensemble. Mais Bakhtiar a neutralisé la police politique de l’époque, il a libéré les agitateurs islamistes, puis il a autorisé Khomeiny à retourner en Iran en toute sécurité le 1er février 1979 ! Bakhtiar a permis la victoire de la révolution islamique.

Le Shah s’est trompé en imaginant un accord tacite avec les Britanniques. Ils l’ont sacrifié car sa famille avait sans cesse combattu leurs intérêts, mais le Shah ne s’était pas trompé sur les rapports entre Britanniques et Américains, car Bakhtiar a en fait offert à Khomeiny un poids qu’il n’aurait pas eu si la révolution se gagnait dans la rue par les militants islamistes non cléricaux de Washington. Khomeiny qui avait convenu de quitter la direction de la révolution pour se consacrer aux études religieuses a pu grâce à Bakhtiar bénéficier du plus grand rassemblement pour prononcer le premier grand discours de la révolution. Grâce à ce retour (dont on fêtait l’anniversaire cette semaine), Khomeiny a pu imposer son demi-frère Rafsandjani au sein du Conseil de la Révolution (à côté de Bazargan, le principal pion de Washington, ci-dessous en costume gris).

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 50.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 52 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 40 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Grâce à Rafsandjani et ses nervis (qui ont vite accaparé des postes clefs), Londres a pu éliminer les principaux pions de Washington et rompre le cordon ombilical avec Washington avec l’attaque des révolutionnaires islamiques contre l’ambassade américaine. Il a exclu les pions islamistes non cléricaux de Washington par la rupture des relations diplomatiques. Puis il les a privés de tout rôle politique par l’instauration de la doctrine de la Tutelle du clergé sur le pouvoir politique.

Ce coup d’Etat interne a propulsé Rafsandjani et ses complices au sommet de l’Etat. Rafsandjani a accédé à tous les postes clefs notamment le ministère de l’intérieur, la direction des services secrets des Pasdaran, le ministère de la guerre. Il est devenu le patron non officiel du régime et de tous les bons business (pétrole, automobile, alimentation) au détriment des mollahs plus instruits, mais moins physiques comme Montazeri (grand maître maçon du clergé) ou encore, Morteza Mottahari (le beau-père et protecteur d’Ali Larijani) qui était l’auteur de de la doctrine de la Tutelle du clergé sur le pouvoir politique.

Washington avait été battu, mais il n’est pas avoué vaincu : il a commencé à sanctionner cette nouvelle république islamique pour provoquer des pénuries et un risque de soulèvement afin de forcer ses dirigeants (Rafsandjani et ses complices) à accepter la normalisation des relations pour qu’il puisse revenir en Iran avec ses pions et tenter de reprendre le pouvoir via des élections libres (une nouvelle révolution interne).

Rafsandjani et ses complices se sont alors lancés dans une guerre sans fin contre Saddam pour déstabiliser l’approvisionnement pétrolier mondial. Ils ont aussi commencé des actions terroristes anti-américaines au Liban, mais sans réussir à faire reculer Washington. Ils ont alors commencé à brader le pétrole aux Etats Européens pour acheter leur protection diplomatique. Ces choix désastreux, mais aussi leurs larcins ont entraîné le pays dans le néant. Les ouvriers ont perdu leurs emplois, les Bazaris qui vivaient de la vente des produits nationaux ont été ruinés. La devise iranienne qui est proche du Franc a commencé à chuter vertigineusement. Beaucoup de jeunes Pasdaran contactaient Reza Pahlavi pour exprimer leurs regrets de tout ce qui avait été perdu par leur faute. La révolution islamique a très vite perdu ses enfants et très vite, le régime s’est retrouvé en danger.

Mais ce régime (divisé au sommet, ruiné et contesté par sa base et par le peuple) n’est pas tombé car Washington n’a jamais aidé les opposants, le peuple et les dissidents, de peur que le système islamique nécessaire à ses projets régionaux ne disparaisse. Depuis Washington a souvent laissé ses partenaires stratégiques contourner ses sanctions quand il estimait que ces sanctions pouvaient entraîner la chute du régime islamique. En agissant ainsi, Washington a rallongé l’agonie du régime et en accentuant ses sanctions et affaiblissant économiquement le régime, il a amplifié la dissidence ou encore les querelles internes entre Rafsandjani et tous ceux (comme les frères Larijani) qu’il avaient écartés du pouvoir.

En 1989, Rafsandjani était en danger car son demi-frère et protecteur Khomeiny était mourant. Il a alors trafiqué le testament de ce dernier, doublant les 86 ayatollahs du Conseil des Experts de la Tutelle, pour nommer son ami Khamenei à la direction spirituelle du régime. Avec son accord et le soutien du président du Conseil constitutionnel, Jannati, et le 1er ministre de l’époque, Moussavi, il a obtenu les pleins pouvoirs pour le Conseil de Discernement qui présidait depuis peu. Mais il n’est pas parvenu à trouver une solution face à Washington.

En 1996, Washington a changé son approche : il a adopté des sanctions pétrolières au prétexte de l’attentat de Rafsandjani contre AMIA, le centre Juif de Buenos-Aires. Il entendait déstabiliser Rafsandjani face à ses adversaires internes pour l’amener à céder avant qu’ils en le renversent ou ne le livrent pour échapper aux sanctions.

Rafsandjani a alors partagé le pouvoir avec ses adversaires notamment les frères Larijani pour acheter leur loyauté. Puis il a placé à la présidence son ex-collaborateur des services secrets Khatami sous une étiquette de modéré pour entraîner Washington dans l’apaisement. Washington a tenté d’utiliser cet apaisement pour introduire ses pions dans le jeu (Esfandiari…), mais Rafsandjani a surenchéri avec de nouveaux faux opposants comme Tabarzadi, Ebadi ou Sotoudeh. Finalement, Washington s’est fâché et a évoqué la "menace nucléaire et balistique des mollahs" pour durcir ses sanctions.

Rafsandjani, patron du régime en tant que président du Conseil de Discernement, aurait pu mettre fin au risque de nouvelles sanctions car son régime n’a jamais eu le moindre missile, pas de satellite pour diriger d’éventuels missiles achetés en contrebande et enfin, aucun savoir faire nucléaire pour finir la centrale nucléaire civile de Bouchehr, laissée inachevée après la révolution. Mais par obédience pro-britannique ou par peur de perdre ses avoirs placés dans les pays du Commonwealth, il ne pouvait pas s’ouvrir aux Américains. Il a alors a remplacé Khatami par Ahmadinejad, pour tenter de faire plier Washington. Il a aussi offert la direction des négociations nucléaires à Ali Larijani, adepte d’une politique de fermeture, avec l’idée de l’occuper, le rendre complice, l’utiliser comme un instrument des menaces puis l’éliminer de facto après un accord avec Washington.

Mais les choses n’ont pas pu se passer selon ses prévisions. Washington a utilisé la fermeture de Larijani et les menaces d’Ahmadinejad pour impliquer le Conseil de Sécurité de l’ONU pour cautionner ses futures sanctions ou ses menaces d’interventions (au nom de l’article 7 du code du du Conseil de Sécurité). Ainsi, en 2008, il a pu adopter ses premières sanctions bancaires internationales réduisant très fortement les revenus en devises du régime, le mettant face à un risque élevé de pénurie. On a assisté à d’importants boycotts des manifestations officielles par les Pasdaran de base, les Bazaris ou des mollahs de base. Pour la première fois, le régime et ses dirigeants étaient en danger. Rafsandjani et Larijani désormais complices au sein du Conseil de Discernement ont décidé de limiter le pouvoir d’achat en gelant les salaires de leurs serviteurs et en supprimant le système des Prix subventionnés pour ménager leurs stocks de devises et de vivres et aussi d’habituer les Iraniens à vivre de très peu afin de diminuer le risque de soulèvement provoqué par la faim. Les agents anti-émeutes fragilisés par ses mesures ont alors rompu avec le régime.

Rafsandjani a songé à la nécessité d’une éventuelle négociation avec Washington pour pouvoir quitter le pays avant la chute du régime : il a alors exclu Ali Larijani du poste clef de négociateur nucléaire lui donnant accès au dialogue direct avec les Américains ! Ali Larijani a tenté de le renverser en révélant avec l’aide de son premier lieutenant Kordan des dossiers de la corruption de Rafsandjani et de ses alliés. L’attaque montrait que Larijani avait un réseau inquiétant : Rafsandjani n’a pas osé le défier, il a seulement désorganiser l’attaque en éliminant son lieutenant. Mais il devait parvenir à réussir face à Washington pour redevenir le champion du régime pour inciter les alliés de Larijani à le lâcher.

Rafsandjani s’est lancé avec son ami de toujours Moussavi dans une (fausse) révolution de couleur (le Mouvement VERT) pour entraîner Washington à les cautionner ! Mais la situation lui a échappé car le peuple autorisé à manifester a profité de l’occasion pour scander des slogans hostiles au régime et des millions de miliciens sont restés passifs révélant leur soutien à un changement de régime !

La république islamique n’est cependant pas tombée car Washington n’a pas soutenu cette contre-révolution. En revanche, Rafsandjani qui avait failli entraîner la chute du régime, a perdu le soutien de ses alliés. Il a alors offert le pouvoir judiciaire aux Larijani et a accéléré ses efforts pour imposer sa solution avant que ces derniers ne parviennent à contrôler l’appareil judiciaire en écartant ses pions. Mais il n’est pas arrivé et au bout d’un an, il a perdu le soutien de ses alliés. Il a alors d’un coup disparu de l’arène politique et Ali Larijani a commencé à s’occuper des activités qu’il menait au sein du Conseil de Discernement. Mais les gros bonnets du régime n’ont pas osé officialiser Larijani par peur qu’il ne les élimine facilement avec ses dossiers compromettants. Ali Larijani n’a donc pas pu virer les pions (gouvernementaux) de Rafsandjani pour nommer les siens et devenir le patron afin de bénéficier des meilleures garanties de sécurité en cas de la chute du régime. Il s’est alors lancé avec son frère dans une croisade judiciaire anti-corruption pour les éliminer. Puis il a évoqué la nécessité de révoquer Ahmadinejad pour incompétence économique. Rafsandjani a alors accéléré ses démarches pour dialoguer avec Washington pour vendre le régime aux pions de Washington en échanges de garanties de sécurité pour sa vie et ses avoirs. Les dirigeants songeant tous à leurs intérêts ont déçu leurs derniers fidèles.

Une nouvelle manifestation hostile en mars 2011 (Esfand 89) à l’occasion de l’anniversaire de Reza Shah, le fondateur de l’Iran laïque a bénéficié de la passivité des Pasdaran confirmant l’hostilité du peuple et des Pasdaran de base à la république islamique. Les businessmen du régime ont alors paniqué car ils avaient été lâchés par leurs dirigeants et les Pasdaran de base : les businessmen du régime (issus des clans au pouvoir) ont commencé à brader leurs avoirs pour acheter de l’or et des dollars en vue de quitter le régime avant qu’il ne soit trop tard. Les réserves bancaires du régime n’ont cessé de fondre sous l’effet de la demande et les taux de l’or et du dollar n’ont cessé d’augmenter devenant l’grâce du manque de confiance des nantis et des collaborateurs du régime.

Larijani a alors accéléré ses procès pour virer Rafsandjani et ses pions. Ces derniers ont tout tenté pour parvenir à un accord avec Washington. Les chefs Pasdaran qui craignaient être sacrifiés dans ce jeu ont rompu avec Rafsandjani en s’alignant sur les Larijani. Cette nouvelle division a amplifié la panique interne. Les derniers collaborateurs du régime ont été déçus par leurs chefs qui ne pensaient qu’à eux-mêmes. On a assisté à une fonte des effectifs des fidèles. Durant l’été 2012, Washington a aggravé la panique en forçant l’Europe à cesser ses relations économiques protectrices. Les chinois ont jugé le régime perdu et se sont retirés des marchés iraniens. La ruée vers l’or et le dollar a été si forte que le régime n’a pas pu répondre à la demande. il a donné l’impression que sa banque centrale avait fait faillite : les gens ont commencé à stocker des vivres. Le pays a basculé dans la pénurie, le chaos et des actions hostiles au régime.

Les dirigeants ennemis ont sans casse parlé de leur puissance policière pour intimider leurs collaborateurs paniqués, mais ils n’ont jamais pu montrer les troupes annoncées et n’ont jamais mis à exécution leurs menaces à l’encontre des paniqués. Ils se sont seulement contentés d’incendier lâchement le Bazar pour désorganiser les transactions et ont aussi accentué leurs efforts dans le sens de leurs intérêts prouvant qu’ils considéraient le régime comme étant condamné. Ainsi en septembre dernier, Rafsandjani a rapatrié en Iran ses enfants et les a livrés en gage aux Larijani pour pouvoir expédier des émissaires à New York et proposer un deal à Washington. La panique a été si forte que le dollar a dépassé le triple de sa valeur officielle !

Fin octobre, Washington a tenté un deal avec Rafsandjani (via une possible remise en cause de sa culpabilité dans l’affaire Amia). Les Chefs Pasdaran, qui peuvent hériter de la responsabilité de cet attentat, se sont approchés de Larijani. Cette coalition a tenté de nouer le dialogue avec Washington, mais elle a été refoulée. Washington a ainsi prouvé qu’il ne visait pas une entente, mais entendait utiliser les faiblesses de Rafsandjani pour le forcer à céder à ses attentes. Rafsandjani a alors pris une décision incroyable : il a demandé à ses faux opposants du Mouvement Vert de crier « Mort à la Révolution Islamique » pour se dissoudre dans l’opposition et trouver des garanties de sécurité en Iran (en se disant qu’avec ce choix il pouvait garantir les intérêts pétroliers de la Grande-Bretagne et ainsi protéger ses avoirs financiers dans ce pays).

Ce revirement pragmatique de réconciliation nationale de type Khmers Rouges (peut-être suggéré par les Britanniques) n’a provoqué aucune agitation parmi les paniqués : les derniers collaborateurs du régime, mais aussi les chefs Pasdaran militaires, le trouvaient satisfaisant,

Mais, Ali Larijani dont le frère a piloté les répressions du grand soulèvement de l’été 2009, ou encore les Chefs Pasdaran de la Police et du Bassidj dont les noms sont associés à toutes les répressions et les patrons des médias chargés de la propagande qui étaient des insolvables ont tenté de bloquer cette déviation.

La panique interne a refait surface. Les Larijani ont alors évoqué encore des menaces sans passer à l’acte. Pour fermer les banques, ils ont évoqué une pollution mortelle. Les Larijani ont aussi remis en orbite de vieux faux opposants complètement discrédités comme Tabarzadi ou Sotoudeh montrant par ce choix le manque d’option à leur disposition. Après ces efforts inefficaces, les Larijani se sont approchés des Chefs Pasdaran de la Police et du Bassidj pour former une coalition dénonçant la corruption du clan Rafsandjani et sa dérive (au nom de leur attachement à la doctrine de la tutelle du clergé sur le pouvoir politique). Puis les Larijani ont mis en examen le fils de Rafsandjani pour fraude et complot politique insinuant un grand règlement de compte avec Rafsandjani. Ce dernier a perdu des alliés importants comme Jannati, le chef du Conseil Constitutionnel. Cette accélération de la lutte des Larijani pour le contrôle des marchandages avec Washington a aussi confirmé que le régime était fichu. La ruée vers l’or et le dollar a atteint des sommets avant de se délocaliser à Dubaï pour échapper à toute entrave. Dans la foulée, toutes les manifestations officielles ont également été boycottées à 100% à tous les niveaux par les derniers fidèles ! Ce qui arrangeait Rafsandjani qui a besoin de provoquer le désordre pour opérer sa déviation.

La Semaine dernière, le régime devait organiser la journée de l’Unité et célébrer le début de l’ère de l’imam Caché. De peur de boycotts bénéfiques à Rafsandjani, Larijani et ses amis des médias officiels ont oublié de parler de ces événements. Larijani a même simulé un apaisement avec Rafsandjani pour le retenir et aussi pour neutraliser la panique. Il a aussi évoqué de nombreuses pendaisons et amputations publiques pour intimider le peuple. Rafsandjani a alors diffusé avec l’aide des Britanniques de nouvelles anxiogènes pour provoquer un soulèvement, mais les Iraniens, méfiants et craintifs depuis l’échec de leur contre-révolution, n’ont pas bougé.

Cette semaine, le régime devait célébrer en grande pompe le retour en Iran de Khomeiny (grâce à Bakhtiar). La peur d’un boycott humiliant a amené les dirigeants à annuler de nombreux rituels comme les rassemblements des politiciens, des officiers et des divers ses corporations sur le tombeau de Khomeiny avant l’anniversaire de son retour (cette année le 31 janvier), mais aussi les rituels de cette journée comme le rassemblement des écoliers à l’aéroport, la grande défilée des motards de la police de l’aéroport au cimetière Behesht-Zahra où Khomeiny avait fait son premier discours, puis divers rassemblements sur ce lieu...

Cette autocensure n’a pas manqué de paniquer et agiter les hommes d’affaires du régime ce qui a immanquablement relancer les efforts des Larijani pour prendre le pouvoir avant qu’il ne soit trop tard. Voici la chronique en images d’une semaine semée d’embûches pour les mollahs et leurs derniers compagnons.



© WWW.IRAN-RESIST.ORG
GIF
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Rappel | La semaine dernière a été marquée par une avalanche de boycotts internes. Larijani et les Chefs Pasdaran de la Police et du Bassidj avaient tenté de neutraliser l’humiliation de ces boycotts en annonçant des rassemblements qui avaient également été boycottés. Les chefs militaires des Pasdaran avaient tenté de mobiliser pour profiter de l’occasion et se poser comme leader du régime, ils avaient été boycottés. Enfin l’ex-négociateur nucléaire Rowhani, qui a longtemps joué le rôle de modéré pour Rafsandjani, a annoncé le congrès de son parti pour mobiliser les soi-disant modérés qui ne sont plus d’une grande utilité à Rafsandjani pour convaincre Larijani de l’utilité d’une alliance afin d’espérer survivre son sillon. Mais cette initiative a également été boycottée ! Aucun secteur ou clan du régime ne pouvait trouver des partisans pour relancer la machine !

En dernier ressort, Larijani et ses amis des médias avaient annoncé une belle mobilisation pour le foot pour insinuer que le peuple ne s’intéressait pas à la politique.

Rafsandjani avaient prétendu via ses médias que le match avait provoqué des heurts avec le régime pour inciter les jeunes à bouger.

Mais en nous basant sur la météo, nous avions constaté que les images pour Téhéran provenaient des archives. Les deux camps mentaient : l’un pour démoraliser le peuple, l’autre pour le révolter et provoquer une émeute pour annoncer son soutien et sauver ses billes. Le peuple iranien aurait pu bouger, mais il ne l’a pas fait car in n’aime guère les mollahs surtout le modèle opportuniste comme Rafsandjani et ses pions. Le peuple est également resté inactif car il a été très déçu par l’absence de soutien des Occidentaux quand il a tenté de profiter de la fausse révolution de couleur du régime. Enfin, le peuple est resté inactif car de nombreux médias (de l’opposition) qui sont financés par les puissances occidentales n’encouragent guère des actions hostiles au régime et l’invitent à attendre l’irréalisable unité de l’opposition en exil. Le peuple a ainsi raté une nouvelle occasion pour sortir du régime et prendre son destin en main.

Mais cette semaine, le risque de nouveaux boycotts à l’occasion de nombreux rassemblements en mémoire du retour de Khomeiny (Jeudi 12 Bahman – 31 Janvier) pouvait agiter les nantis, provoquer une nouvelle crise financière, entraîner des variations de prix et générer des agitations. Les mini-clans au pouvoir, qui sont dépourvus de soldats et en conséquence bien vulnérables, devaient cesser de se quereller et rassurer les nantis tout en intimidant la base pour garrotter tout risque d’agitation. Pour une efficacité absolue, le régime devait éviter d’annoncer des pendaisons ou amputations publiques alors qu’il n’osent les organiser. Il devait surtout se montrer uni et fort.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG


Samedi 26 Janvier 2013 (7 Bahman 1391), la semaine a commencé par de hausses de 25% à 35% des prix de tous les modèles d’automobile en quelques heures. le prix de l’automobile étant indexé sur le prix du dollar sur le marché libre iranien : le dollar était en très forte hausse en Iran (sur le marché local du Bazar) indépendamment du Dubaï (réservé aux plus nantis). Les derniers collaborateurs politiques ou sécuritaires du régime (les gardes du corps) avaient commencé à acheter des dollars pour préparer leur fuite après avoir constaté que nul clan n’avait assez de partisans pour relancer la machine.

Au même moment, on n’a guère vu ou entendu les dirigeants : ce qui arrive quand le régime est face à une très grosse crise. Les mollahs qui n’ont plus de troupes de base pour se défendre se cachent. Mais dans ce climat de panique au sommet : une seule décision a été prise : le régime a relevé le prix du poulet de 25% !

Ce peut paraître bizarre, mais on se souvient que le régime a connu une forte ruée sur le poulet après une grosse panique financière interne. Les gens stockaient pour éviter la pénurie provoquant une pénurie et des émeutes. En fait, le poulet est la viande économiquement accessible pour la majorité, il est normal que les gens en stockent sous l’effet de la peur d’autant que le pays en produit peu et le régime en importe de la Turquie. Mais dans ce cas, les variations du dollar ne pouvaient pas être en cause car le régime achète du poulet turc au vrai prix du dollar qui est 4 à 5 fois plus fort que le dollar libre sur le marché iranien. Les variations du dollar sur le marché local étant négligeables par rapport au vrai prix di dollar, la raison était ailleurs. La seule explication était l’émergence d’une panique des collaborateurs de base, une ruée vers le poulet et la décision de casser cette vague d’achats pour éviter une nouvelle pénurie.

Ali Larijani qui se veut le nouveau patron du régime était plongé prématurément dans la crise qui devait apparaître dans plusieurs jours. Il devait songer à calmer la crise. Il devait afficher une unité avec tous les composants du régime en s’affichant avec son adversaire Rafsandjani et ses pions gouvernementaux en premier Ahmadinejad. Mais Larijani a oublié l’intérêt général et à l’heure de la crise, il n’a vu que le risque d’une chute imminente et n’a songé qu’à élargir sa coalition contre Rafsandjani : il a invité de nombreux pions de Rafsandjani à le joindre pour un hommage à l’ayatollah Taskhiri, ex-responsable de liaison avec les groupes intégristes religieux à travers le monde.

Jannati, qui avait jadis permis à Rafsandjani de valider sa mainmise sur le régime mais a récemment rompu avec lui, a répondu présent. Par ailleurs, le mollah Rowhani, qui la semaine dernière avait tenté de s’émanciper, a également accepté ainsi que Velayati, le principal négociateur du régime qui est très proche de Rafsandjani. Ce dernier pouvait être là comme mouchard ou comme allié, mais on avait là quand même à ce doute près l’émergence d’un clan assez fort pour renverser celui de Rafsandjani. Une bonne affaire pour Larijani, mais pas nécessairement pour les collaborateurs du régime car Larijani se montrait prêt à bouleverser l’ordre établi sans garantir l’émergence d’un ordre stable nécessaire à la survie du régime. au vue des mines préoccupées des invités, ils avaient les mêmes doutes.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 106.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 79.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 76.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Il n’y a eu aucun article sur ce qui a été dit lors de cette rencontre. Par ailleurs, les participants ne se sont pas répandus en éloge sur Larijani en sortant de la réunion. Larijani avait affirmé un élan en sa faveur, mais il était loin d’un succès absolu. L’absence de déclaration en sa faveur a amené Larijani à soupçonner ses invités. Il a demandé aux journalistes de sonder ses invités. Seulement Velayati a accepté une interview, mais il n’a pas parlé de la rencontre, il a seulement annoncé qu’il n’avait jamais participé à une aucune négociation secrète à Oman ou ailleurs avec les Américains (pour le compte de Rafsandjani). Sachant qu’au même moment, le clan Rafsandjani négociait secrètement avec les Américains à Addis-Abeba à propos de l’affaire AMIA, Velayati n’était pas en train de se repentir, mais de tromper Larijani.

Rafsandjani exclu du jeu préparait sa vengeance. En attendant de revenir, il a contesté l’autorité nouvelle de Larijani en continuant les rumeurs sur l’application de la seconde phase de suppression des prix subventionnés alors que la base était en panique. Pour préserver sa supériorité sur le clan Rafsandjani, Larijani devait neutraliser la diffusion de ces rumeurs. Il a combattu le feu par le feu !

rumeur contre rumeur | Un parlementaire a alors annoncé que le Parlement (Larijani) avait trouvé dans une réunion présidée par le Guide un accord avec le Gouvernement (Ahmadinejad) sur l’application de la seconde phase de la suppression de prix subventionnés et que de fait, ce projet n’est pas remis en cause, mais qu’il ne serait pas appliqué avant 6 mois et qu’entre temps, l’aide aux plus démunis serait augmentée.

Le point important de l’annonce était la bénédiction du Guide pour faire taire ces rumeurs anxiogènes. Mais les médias alignés sur Larijani n’ont pas dit pourquoi ils n’avaient pas signalé cette rencontre au moment où il avait eu lieu ! Ces médias n’ont également pas pu dire quand et où avait eu lieu cette rencontre. On n’a également pas vu d’images de cette rencontre extraordinaire !

Il n’y a eu aucun écho de cet accord béni dans les médias proches du clan Rafsandjani et ce clan a continué à émettre des rumeurs qu’Ahmadinejad allait mettre en oeuvre sous peu la seconde phase du plan impopulaire et déstabilisateur de la suppression des prix subventionnés alors que tout va très mal. En réponse, le clan Larijani a dénoncé et condamné le comportement déviant d’Ahmadinejad et ses complices.

Cela fait près de deux ans que l’on parle et l’on condamne les déviants ou la déviance des gens du clan Rafsandjani. Dans un premier temps, il s’agissait de dénoncer la candidature de Rahim-Mashaï à la présidence car il prônait la fin des hostilités avec Israël et ce non pas amour pour Israël ou les juifs car Rahim-Mashaï est un ancien officier de la brigade Qods (et comme bon nombre des pions de Rafsandjani) vient des services secrets. La nomination d’un président non hostile à Israël était un moyen de neutraliser les sanctions américaines adoptées au prétexte de l’hostilité du régime à l’égard d’Israël. Larijani avait alors dénoncé une déviance et avait saboté la candidature de Rahim-Mashaï en l’accusant de fraude car il craignait que ce projet efficace de Rafsandjani empêche ses propres ambitions politiques. Mais à présent, la déviance évoque la tentative de Rafsandjani de saborder le régime pour se dissoudre dans l’opposition. Ce n’est pas une petite déviation, mais une déviance mortelle d’où l’attaque globale de Larijani contre tous les membres du clan Rafsandjani.

Le clan Rafsandjani a répliqué vertement à cette attaque par une attaque dont l’intrigue rappelle Santa Barbara et il va vous falloir rester concentrer pour suivre l’affaire.

La guerre des boutons | A l’époque du premier type de déviance, le clan Larijani accusait les Chefs Pasdaran (alliés historiques de Rafsandjani) d’être des trafiquants afin de les forcer à lâcher Rafsandjani. Entre temps, les chefs Pasdaran ont rompu avec Rafsandjani pour s’approcher de Larijani et du jour au lendemain, on a cessé de les qualifier de trafiquants ! En revanche, le clan Rafsandjani a décidé de reprendre cette accusation contre les chefs Pasdaran qui l’avaient lâché : Ahmadinejad a affirmé qu’il connaissait les « 300 personnes qui vidaient les comptes de la BCI et entraînaient le pays dans le néant » avant de préciser par rumeurs interposées qu’il parlait des Chefs Pasdaran. Mais il n’a jamais divulgué les noms car le but n’était pas de se venger bêtement, mais forcer les Chefs Pasdaran à revenir chez leur père spirituel Rafsandjani. Le clan Larijani avait alors sommé Ahmadinejad de divulguer les noms et ce dernier avait refusé : le clan Larijani l’avait accusé de protéger des bandits. Ahmadinejad avait alors affirmé qu’il avait déjà donné la liste au patron du Pouvoir Judiciaire Sadegh Larijani et c’était à lui d’agir en se disant qu’en raison de l’alliance avec les Pasdaran, il n’allait rien faire et allait de facto lui donner l’occasion à son tour de l’accuser de protéger des corrompus pour entraîner sa chute. Sadegh Larijani avait alors répondu qu’il n’avait pas cette liste et le clan Rafsandjani l’avait accusé de déviance !

Cette fois-ci le clan Rafsandjani, accusé de déviance alors que l’on devait fêter la révolution a cru bon de retourner le compliment à l’envoyeur en affirmant qu’« Ahmadinejad avait remis la liste des corrompus à Sadegh Larijani et que ce dernier n’en faisait rien » afin de rappeler aux Larijani qu’il avait le moyen de semer la zizanie dans leur coalition avec les chefs Pasdaran !

On espère que vous n’avez pas décroché en cours de récit ! Ces répliques sont certes puériles, mais cela résulte du fait que les deux clans ont perdu le soutien de leurs collaborateurs exécutants (officiers, nervis & gardes du corps). Ils n’ont que le verbe menaçant, l’anathème, la diffamation pour s’attaquer ! La réplique a cependant était bonne car les sources proches de Larijani ont alors cessé d’importuner Ahmadinejad ou les autres membres du clan Rafsandjani !

En revanche, cette reprise de la guerre entre les deux clans a convaincus les collaborateurs de base que leurs supérieurs continuaient à les mépriser et finiraient par les laisser choir après avoir obtenu des garanties de sécurité des Américains : la panique interne est restée forte.

Washington qui ne veut pas la chute du régime devait accentuer sa pression pour agir comme un petit électrochoc, mais il devait éviter de taper très fort car il était en négociation avec Rafsandjani et par ailleurs, le régime était fragilisé par la panique financière et alimentaire de ses collaborateurs de base. Pour ne pas aggraver la situation du régime, Washington n’a donc plus évoqué les sanctions dont il devait parler cette semaine, mais il a chatouillé le régime par une évocation indirecte des sanctions plus fortes et même d’une frappe via une interview confidentielle accordée par Ehud Barak au site d’infos de Daily Beast (qui ne jouit pas d’une réputation irréprochable).

© WWW.IRAN-RESIST.ORG


Dimanche 27 Janvier 2013 (8 Bahman 1391), le régime devait recevoir à Téhéran plus de 500 intégristes islamistes qu’il finance pour assister (souvent en famille) à sa conférence annuelle d’Unité contre Israël et aussi pour rencontrer le Guide. Cette conférence annuelle d’Unité contre Israël a été créée par le régime en réplique à la désignation par l’ONU de la date du 27 janvier comme la Journée en mémoire des victimes de l’Holocauste.

Ce même jour devaient aussi commencer la série de rassemblements de tous les responsables du régime mais aussi les invités étrangers sur le tombeau de Khomeiny.On devait y coir les membres du Conseil de Discernement, les membres du Gouvernement, les grands ayatollahs, les chefs Pasdaran, les Parlementaires et les invités du régime s’y succéder pour y prier ensemble afin de renouveler leurs voeux de fidélité à Khomeiny et à ses objectifs brutaux, offrant au peuple iranien et au monde occidental l’image d’un régime fort et inamovible.

Mais les dirigeants du régime n’ont guère pu jubiler car leur conférence annuelle d’Unité contre Israël a été boycottée par les 500 intégristes invités (des habitués du régime) car le monde a changé : ils peuvent espérer gagner le pouvoir avec Washington alors qu’ils ne gagnent rien avec les mollahs d’autant plus que ces derniers sont plutôt fauchés ces temps-ci !

Washington a jugé le moment opportun pour sonder les mollahs et leur a envoyé le jeune leader chiite Seyd Amar Hakim (jadis leur allié) pour les narguer et sonder leur disponibilité pour un deal ! Le régime qui devait cacher sa terrible déception du boycott subi par ses boursiers (et par cette démarche par un ex-allié) a vite changé la salle de la conférence et l’a délocalisée dans un espace doté de peu de sièges et il a fait appel à ses propres mollahs fidèles, mais là aussi, ce fut une claque car il n’a pas eu de réponse des grands ayatollahs et n’a pu réunir qu’une trentaine de mollahs inconnus (on voit peu de turbans) et a dû remplir les sièges vacants avec des figurants.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 386.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Ahmadinejad qui devait présider cette conférence ratée, preuve de la faillite du régime, a légèrement dévié du sujet. Dans l’intérêt de son clan, il a invité et reçu l’ayatollah Taskhiri (qui avait été courtisé par Larijani) pour lui remettre un prix et montrer que Larijani n’avait pas réellement élargi sa base vers le clergé.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 321.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Mais le boycott de la conférence du régime par ses 500 invités habituels et payants n’a pas été le seul grand revers de la journée. Le régime ne pouvait pas instrumentaliser la conférence ou faire défiler les leaders intégristes chez le Guide ! Cependant ce jour, le régime a subi une plus grande défaite : il n’y a eu aucun rassemblement sur le tombeau de Khomeiny ! Ce qui veut dire qu’il n’y a eu aucune délégation spontanée et que par ailleurs, les dirigeants abandonnés par leurs collaborateurs de base n’ont pas osé s’aventurer en terrain découvert !

Ali et Sadegh Larijani devaient cacher ce boycott et aussi trouver une excuse pour expliquer leur absence sur le tombeau de Khomeiny. Pour dissimuler l’affaire, les Larijani ont choisi la diversion médiatique avec une avalanche d’infos tonitruant et polémique : ainsi on a entendu parler de la pollution des fonds marins de la Caspienne il y a plusieurs mois par BP et la décision du régime de la traîner devant les tribunaux internationaux. On a aussi eu droit à l’annonce d’un prime de 200,000 tomans pour les plus démunis au moment du nouvel an. On a également eu beaucoup de déclarations polémiques sur le refus de reprises des négociations nucléaires.

Washington s’est fâché ! Il a décidé d’envoyer un autre mini électrochoc aux mollahs par l’annonce du début de 3 jours de manoeuvres maritimes communes avec la flotte de guerre des Emirats Arabes Unis pour chercher et détruire des armes de destruction massives. Washington a également annoncé indirectement plus de sanctions possibles en évoquant par l’intermédiaire de l’Allemagne une très possible mise en oeuvre de nouvelles centrifugeuses susceptibles d’augmenter de 400% la capacité d’enrichissement nucléaire des mollahs, mais pour laisser une échappatoire aux mollahs. Mais ce même pays a aussi annoncé une explosion au centre d’enrichissement de Fordo insinuant la perte de toute la capacité d’enrichissement sur ce site que l’on présentait comme étant ultra performant ! Washington s’est ainsi offert la possibilité de durcir ses sanctions ou de différer de nouvelles sanctions. Cette ambivalence tactique est une base pour la politique américaine de sanctions. Le régime a nié l’explosion, mais pas les super centrifugeuses de Natanz car il a toujours utilisé la menace pour dissuader ses adversaires. Dans le cas présent, Rafsandjani pouvait aussi espérer une agitation pour prendre le tangente avec le régime !

Les Larijani ont regretté le choix de la diversion par des annonces nucléaires. Ils ont changé d’orientation Pour détourner l’opinion du boycott international qu’il avait subi et pour détourner le peuple de l’absence de toute mobilisation sur le tombeau de Khomeiny, Sadegh Larijani a assumé l’arrestation musclée de « 12 journalistes proche de Rafsandjani et des Britanniques » pour occuper l’opinion avec des polémiques sans fin !

Au passage, il a aussi bloqué le site Baztab appartenant à Mohsen Rezaï, le n°2 du Conseil de discernement, qui avait lâché Rafsandjani pour les joindre, mais avait par la suite changé d’avis pour adopter une attitude plus neutre afin de pouvoir joindre Rafsandjani au cas où il réussirait sa déviance ! Les Larijani profitaient de l’occasion pour forcer Rezaï à réintégrer leur camp, mais par l’intermédiaire des médias officiels, ils ont lié ce blocage à l’arrestation des 12 journalistes pour amplifier les polémiques et mieux détourner le peuple de leurs problèmes de boycott et d’isolement.

Mais ces efforts intéressants ne pouvaient pas tromper leurs propres associés, Ali et Sadegh Larijani, mais aussi tous les autres devaient impérativement trouver une bonne excuse pour expliquer leur absence sur le tombeau de Khomeiny.

Mais Ali et Sadegh Larijani n’ont pas trouvé d’excuse : ils ont cessé de parler se faire oublier ! En Revanche, Rafsandjani a trouvé une petite excuse en se montrant occupé à recevoir Hakim, l’émissaire irakien de Washington ! Jalili, chef du Conseil de Sécurité du régime, a copié sur son maître Rafsandjani : en s’occupant également avec Hakim !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 643.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 80.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Il est intéressant de noter que Hakim n’est pas allé à la rencontre de Larijani pour le priver de cette excuse ET il n’est pas allé comme l’exige la hiérarchie se prosterner devant le Guide, le privant aussi d’une excuse pour expliquer son absence de pèlerinage sur le tombeau de Khomeiny afin de le mettre en difficulté afin de maintenir le régime en ballottement.

Par ailleurs, des nombreux chefs Pasdaran surtout ceux du Bassidj, les ministres, autres responsables du régime qui se disent très courageux et ne cessent de citer Khomeiny ont en revanche été incapables de trouver une excuse et ont, de fait, été contraints de se taire pour ne pas se faire remarquer !

En revanche, l’ex-grand patron des Pasdaran, Yahya Rahim-Safavi, n’avait aucune excuse car il est à la retraite et n’a rien à faire. Celui-ci nous a inventé un hommage à un vétéran inconnu des Pasdaran pour se montrer occupé à Téhéran. Au passage, il a aussi révélé l’isolement et le rejet du régime par ses retraités des Pasdaran. Pas de pitié pour le terrible régime à présent en agonie !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 243.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 229 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Ce dimanche, le régime été boycotté, humilié et sans cesse confronté à son isolement et sa vulnérabilité. Il n’a pas su trouver une issue.. Par dépit et pour détourner l’attention du peuple, le régime s’est mis à traiter des sujets forts qui le gênent comme le taux élevé de la toxicomanie ou la misère généralisée qui poussent les jeunes à vendre leur rein. Il a même diffusé des images à ce propos, mais d’après la date des annonces de vente, ces photos datent de 2009 et ont été prises au moment du soulèvement populaire de cette année par des photographes dissidents qui ont depuis cette date été virés de l’agence Mehr et remplacés par des gens plus dociles ! Ce régime ne sait pas trouver des solutions, il ne fait que recycler ses propres ratés.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 110.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 117.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 107.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 122.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 131.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

© WWW.IRAN-RESIST.ORG


Lundi 28 Janvier 2013 (9 Bahman 1391), le régime était à J-3 de la célébration du retour de Khomeiny et du discours qui lui avait donné le poids nécessaire pour asseoir son pouvoir, mais il n’a encore eu droit à aucun rassemblement sur le tombeau de Khomeiny. Le régime allait connaître une nouvelle journée d’humiliation et de crise. Il a commencé sa journée par sa réponse habituelle à toute humiliation : la terreur ! Le régime a annoncé son intention de pendre 5 opposants à Ahwaz ! Il a aussi relancé les polémiques sur les « 12 journalistes arrêtés » en annonçant leur libération, puis en annulant cette décision et en annonçant deux nouvelles arrestations.

Le régime montrait les dents alors qu’il n’a plus de bras et de jambes. Washington a eu peur qu’il ne dépasse les bornes et n’entraîne un révolte de ses ex-miliciens qui d’un point de vue opérationnel peuvent beaucoup plus facilement que les civils mécontents le renverser. On a annoncé qu’à l’issue de ses négociations secrètes avec les agents du régime à Addis-Abeba, l’Argentine était parvenu à la signature d’un accord sur la révision de l’enquête sur l’attentat contre le centre AMIA et le début d’une contre-enquête commune. Le régime qui se dit innocent exigeait cette contre-enquête. Washington n’a pas crié au scandale (Israël est aussi resté muet alors que l’attentat d’Amia a été la plus grande tuerie de juifs depuis l’holocauste, c’est ainsi quand on est un allié soumis : on oublie ses intérêts et l’on privilégie les intérêts de son protecteur). Par son mutisme consentant et le silence imposé aux Israéliens, Washington a laissé entrevoir à Rafsandjani et ses sbires gouvernementaux la possibilité d’une entente pour les laisser partir en toute sécurité s’ils acceptaient d’accéder à sa demande pour rétablir les relations et permettre le retour de ses pions pour opérer une révolution de couleur avant que le régime islamique ne soit renversé à jamais par ses dizaines de millions de mécontents.

A Téhéran, l’intéressé, c’est-à-dire Rafsandjani, n’a pas nié la signature de l’accord car il le réclamait. Mais il a vite constaté que cet accord ne représentait aucune garantie pour lui. Pour obtenir son innocence, il devrait se montrer très coopératif avec Washington sans même avoir la certitude qu’il n’y ait un rebondissement de dernière minute confirmant sa culpabilité. En fait par cet accord conditionnel et aussi par son attitude floue, Washington lui rappelait sa maîtrise des pressions. C’est pourquoi non seulement il n’y a pas eu un début d’apaisement, mais encore Rafsandjani a durci le ton vis-à-vis de Washington, en répétant via divers pions le refus de tout dialogue et d’apaisement avec Washington à moins d’un changement radical de ses positions.

Cette exigence est impossible à satisfaire car la disculpation de Rafsandjani va de pair avec la disculpation du régime, la remise en cause de la plupart des autres accusations américaines et l’annulation d’un grand nombre de sanctions et la libération du régime de toute obligation vis-à-vis de Washington ! Mais un tel accord sans aucune garantie pour Washington est la seule qui soit à 100% sûr pour Rafsandjani et ses complices. C’est pourquoi ils ont aussi évoqué la mise en service de nouvelles armes pour montrer leur détermination à résister à Washington. Puis pour insinuer une puissance balistique accrue et mettre la pression sur de pays comme les Emirats, les mollahs ont annoncé le tir à 360,000 pieds (110 KM) et le retour sur terre d’une fusée spatiale habitée par un petit singe dont voici les images avant et après son périple.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 122.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 117 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 131.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 115.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 128.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 104.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 26.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 37 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Mais, la principale chaîne allemande d’info a détecté une vraie supercherie : le singe qui est parti dans l’espace avait une blessure ou une verrue au-dessus de l’oeil droit, mais le singe que l’on a montré comme de retour de l’espace n’avait aucune verrue.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 51.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Le premier singe a dû trépasser dans le tir. Ce qui n’est guère étonnant car le lanceur iranien montré en 2010 au Parlement du régime est un Scud puissance 4 et n’a pas fusée orientable pour pivoter sur elle-même afin de se mettre en parallèle avec la terre pour avancer un peu avant de commencer sa descente.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 672 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

La découverte de cette supercherie balistique a permis de démontrer le ridicule de la mise en garde de Washington sur les capacités balistiques du régime ! Mais le plus malhereux était le régime qui entend utiliser sa supposé menace pour laisser supposer ses partisans qu’il a les moyens d’intimider le monde entier et assurer sa survie. Le régime devait contredire la remise en cause de son tir. il a tout d’abord coupé l’accès à l’Internet. Puis il a tenté de brouiller les cartes en faisant écrire par un bloggeur (soi disant critique) que le singe du départ était gris et le le singe au retour était roux : étant certain qu’en vérifiant on trouverait la même et couleur et on serait convaincu d’une méchante diffamation. En parallèle, les médias du régime ont également parlé d’un article élogieux du Figaro car le valeureux journaliste n’avait vérifié l’info et avait, en se basant sur les données du régime, évoqué seulement l’aspect scientifique de l’affaire. En revanche, malgré tout il affirmait aussi qu’en montant à une orbite très basse de 120 KM, la fusée du régime était, en comparaison avec les fusées occidentales, semblable à un vélo face à des Ferrari ! Mais le régime a oublié de citer ce passage.

Mais au-delà de cette drôle d’histoire de fusée qui au départ n’était elle-même qu’un diversion, il y avait la vraie nouvelle du jour : la tentative raté de Washington d’entamer le dialogue avec Téhéran.

Cette tentative ratée a fâché Washington ! L’Etat américain a interdit d’acheter du pétrole aux mollahs, révélant involontairement au passage qu’il l’autorisait pour éviter leur effondrement ! Washington a sans le vouloir ridiculiser le régime face à ses derniers gros bras car ils ont compris que leurs patrons vociférant tenaient debout grâce à ce passe droit et non grâce à leur propres efforts pour contourner les sanctions ou leurs manipulations des prix au détriments du peuple.

Dans cette affaire, il y avait un autre lésé : Larijani ! Il a été choqué par le marchandage secret de Washington avec son adversaire. Ce marchandage secret était la preuve qu’il n’était pas considéré comme le patron du régime. Larijani n’a fait aucune déclaration sur l’accord et le dialogue. Etant cependant convaincu que ce genre marchandage est utile, afin de ne pas en être exclu il a seulement rappelé par médias interposés que selon une loi adoptée en 1985, c’est-à-dire sous Rafsandjani, tout voyage des responsables politiques vers l’étranger était soumis à une demande visa auprès du Parlement !

Rappelons que le régime devait à ce moment organiser des rassemblements en rafale sur le tombeau de Khomeiny. Les dirigeants n’ont pas pris leur courage à deux mains pour aller sur ce site gigantesques où ils ne peuvent pas jouir d’une sécurité absolue avec leur peu de gardes fidèles et fiables ils se sont lâchement rabattu sur des excuses inacceptables pour expliquer qu’ils étaient occupés ! .

Ali Larijani est allé présider la fin de la Conférence ratée d’Unité contre Israël avec des invités ramassés d’on ne sait où !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 267.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 263.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Sadegh Larijani s’est mis en scène en tant que jury d’un concours de récitation du Coran : concours inédit qui s’est résumé à une photo d’une petite salle dépeuplée avant de disparaître dans les médias. Avec ce rassemblement riquiqui, le chef du Judiciaire a seulement révélé à tous son manque de pions et l’isolement de son clan.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 101.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 134.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

De nombreux ministres ont accompagné le ministre de pétrole pour inaugurer une exposition et conférence sur le pétrole où il n’y avait ni exposant, ni orateur et les gens s’emm… fermes !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 107.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 87 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 101.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Rafsandjani qui ne pouvait pas inventer une autre excuse a été aux abonnés absents. Le plus mal était le Guide car il doit donner l’exemple ! .

Dans la soirée, le régime a enfin pu réunir sur le tombeau de Khomeiny quelques 50 responsables des médias sous la direction de Hosseini, le toujours souriant ministre de la culture et de la bonne conduite islamique (qui à cette occasion a enfin perdu son sourire).

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 129 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 116.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

© WWW.IRAN-RESIST.ORG


Mardi 29 Janvier 2013 (10 Bahman 1391), à J-2 de la célébration du retour de Khomeiny et du discours qui lui avait donné le poids nécessaire pour asseoir son pouvoir, son mausolée était un site désolé sans une mobilisation ! Il y avait urgence ! Tous les dirigeants devaient sauver l’image du Guide, le porte-étendard du régime ! On ne pouvait pas se contenter d’une activité prenante, il devait participer à quelque chose de symboliquement fort.

On a annoncé qu’il allait recevoir les invités étrangers (les 500 qui n’étaient en fait pas venus) en compagnie de tous les hauts dirigeants politiques et miliaires dans sa salle de prière pur parler des acquis de la révolution et des projets d’avenir ! On avait là une excuse collective pour tous les recalés poltrons du régime. Mais les images ont dégrisé les derniers fans du régime car on a vu la salle de prière de près de 900 places réduite à une centaine de places avec des cloisons d’exposition. On a vu des invités surveillés par des gardes placés parmi eux et enfin on a vu peu de dirigeants présents, mais tous très forts déprimés et loin de slogans annoncés.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 933.3 ko
Grande photo : cliquez svp pour l’agrandir.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 671.4 ko
Grande photo : cliquez svp pour l’agrandir.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 413.8 ko
Grande photo : cliquez svp pour l’agrandir.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 508.2 ko
Grande photo : cliquez svp pour l’agrandir.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 455.3 ko
Grande photo : cliquez svp pour l’agrandir.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Mohsen Rezaï, le n°2 du Conseil de discernement qui en début de la semaine avait été puni par les Larijani n’a pas assisté au rassemblement autour du Guide. Il a quitté Téhéran pour la région actuellement inondée de Golestân située dans le nord du pays avant d’aller vers le Sud. Mais il ne s’agissait pas d’aller au chevet des sinistrés, Mohsen Rezaï a pris ses distances s’éloigner du tombeau à risque de Khomeiny, pour s’éloigner du régime en perte de vitesse qui perd ses soldats et concentre toutes les haines. Mais il a profité de la distance pour faire des discours hostiles à Ahmadinejad, mais dans un cadre insignifiant et pour un public de pauvres hères dans l’espoir de gagner un peu le soutien des Larijani sans pour autant trop déstabiliser le clan Rafsandjani… cherchant ainsi a se mettre bien avec tout le monde y compris le peuple.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 85.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 98.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 72.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 126.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 67.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

On avait là d’un côté des dirigeants déprimés planqués dans le bunker du Guide et d’autre part, on avait un haut dirigeant jadis sinistre, mais aujourd’hui vieillissant faisant bande à part pour consolider sa position quelle que soit l’issue du régime. On avait là un spectacle bien déprimant pour les derniers serviteurs du régime !

Ce ne fut pas les seuls signes de la chute : Nourizad, un ancien de tous les camp a publié un article long article contre la révolution et en hommage au Shah et en plus, l’article n’a pas été censuré nous avons fait une capture 5 jours plus tard ! Et entre temps, personne n’a annoncé l’arrestation de ce personnage !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 259.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Le régime a tenté de rassembler le peuple avec une semaine de retard pour l’anniversaire de Mahomet et les chaises, bien peu nombreuses, sont restées majoritairement vides !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 99.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 105.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Enfin, Larijani a affirmé qu’il était prêt à dialoguer avec Washington et Ahmad Tavakkoli, cousin de Larijani qui a toujours servi Rafsandjani a aussi appelé son camp à accepter le dialogue avec Washington puisque l’on sait qu’il n’est pas hostile à l’Islamisme, un appel pour rompre avec Khomeynisme et joindre les pions islamo-BCBG de Washington ! Mais Washington a ignoré ces gens car il ne veut pas de ces pions au passé sale et encombrants, il a déjà tous les larbins qu’il lui faut (jeunes, lisses et biens dociles).

En fin de journée, les hauts dirigeants qui avaient été boycottés le matin et trahis dans l’après-midi par quelques uns des leurs et de leurs collaborateurs, ont cessé de communiquer et ont rempli l’espace médiatique par du foot à gogo pour prendre le large et s’offrir une journée de répit et de réflexion le mercredi afin de savoir comment gérer l’info pour passer au travers du boycott monstrueux qui les attendait jeudi à l’occasion de l’anniversaire du retour en Iran de leur père spirituel, Khomeiny !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 74.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

© WWW.IRAN-RESIST.ORG


Mercredi 30 Janvier 2013 (11 Bahman 1391), la fuite du régime devant la difficulté a été sanctionné par une panique immédiate : on a signalé une forte hausse du dollar sur le marché local, puis la coupure du robinet d’approvisionnement ce qui était le signe d’une forte panique susceptible de mettre à mal la BCI.

la réponse du régime a confirmé la crise : le Guide est apparu sur le tombeau de Khomeiny, mais il était seul sans une délégation pour l’accompagner selon les usages ! Il y avait à ses côtés seulement deux responsables du site (dont le petit-fils de Khomeiny) et 3 gardes du corps ! Pire encore ce fut la seule visite de la journée !

Le Bazar est resté agité, sollicité par des collaborateurs de base paniqués par cette image de l’effondrement du nombre des partisans du Guide et de la révolution !

On a alors assisté à un festival de ramdam et d’infos agitées et polémiques pour occuper l’opinion et détourner son attention de la détresse du régime.

1 | Le Larijani judiciaire a annoncé la prochaine embauche de 150 femmes comme juges de charia en préçisant que 500 candidates s’étaient présentées au concours et 150 avaient été admises alors que pour être juges on ne va pas à l’université, mais à l’école coranique qui est interdite aux femmes.

2 | On aussi entendu parler de deux autres tirs habités dont l’un avec un homme à bord. Etant donné que le surnom populaire d’Ahmadinejad en Iran depuyis toujours est Le Singe, chacun a pensé qu’il serait sans doute le valeureux cosmonaute du régime. Il a d’ailleurs par la suite confirmé sa candidature apportant un moment de détente chez les Iraniens.

3 | Le régime a également annoncé l’arrestation d’autres journalistes (issus comme les autres du ministère de renseignement).

4 | Enfin, le régime a annoncé le début de 3 jours de manoeuvres terrestres d’une rare puissance sous le nom de FATH 91 (conquête 2012), mais on n’a vu aucune image de cette opération.

5 | Mais toutes les nouvelles polémiques pour faire diversion n’ont pas été drôles car le régime ridiculisé et en peine est revenu à ses son dada qu’est la terreur en annonçant directement et via ses faux opposants de HRA aussi annoncé 5 pendaisons à Ispahan et 6 à Kermân.

Le régime était très agité. Washington a tenté de le secouer un peu avec des menaces en suspension pour l’amener à reconsidérer son offre sans pour autant encourager les ruptures internes.

1 | Pour cela, Washington a d’abord évoqué l’arraisonnement d’un navire iranien qui acheminait des armes pour les terroristes d’Al Qaeda au Yémen, mais sans développer l’affaire.

2 | Washington a aussi demandé à Morsi de remettre en cause le rétablissement des relations avec la République islamique, mais remettre en cause l’invitation qui avait été lancé à Ahmadinejad…

3 | Washington a aussi annoncé l’intention de faire pression sur le Koweit pour fermer ses eaux territoriales aux navires iraniens…

4 | Un tribunal américain a autorisé les membres de familles de 17 des victimes de l’attentat de Khobâr (perpétué par les mollahs) de prélever chacun 250,000 dollars sur les avoirs bloqués du régime au Tokyo Mitsubishi Bank du Japon, jugement qui reste à confirmer par un juge fédéral…

5 | Enfin, l’agence de presse américaine Associated Press et les médias allemands ont affirmé que selon le grand spécialiste du terrorisme Mathew Levitt, le régime préparait de grands attentats au Moyen-Orient par l’intermédiaire de ses commandos de la Brigade de Qods alors que nous avons démontré , photos à l’appuis, que cette brigade a perdu ses membres. il est aussi bon de préciser que Mathew Levitt n’est pas vraiment un grand spécialiste du terrorisme, mais juste un lobbyiste de Washington dont le rôle est la promotion des Iraniens travaillant pour Washington (ldont on peut voir la liste à droite sur ces captures provenant du blog de Levitt).

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 192.7 ko
PNG - 178 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

6 | Après cette salve de menaces sous-entendues, Chuck Hagel, le nouveau secrétaire d’Etat américain à la Défense, a rappelé que la fenêtre du dialogue allait peut-être se refermer… Puis un le ministre omanais des affaires étrangères, un émissaire presque permanent de Washington, est arrivé à Téhéran pour rencontre son homologue iranien, Salehi issu clan Rafsandjani pour sonder en fait la disponibilité de ce dernier à une entente. Salehi a reçu son homologue sourire aux lèvres, mis sans céder. On peut voir la douleur de l’échec dans le regard du prince-diplomate omanais réduit à faire le coursier dans une partie sans fin !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 54.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 76.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 58.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 53.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
JPEG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Un peu plus tard, les Israéliens ont bombardé une usine en Syrie, on n’a vue aucune réaction de la part du régime sauf des slogans au grand désespoir des derniers agents du régime. Cette vocifération passive a démontré l’impuissance du régime et l’inexistence de ces fameux commandos de Qods… on a évidement pas entendu parler notre grand spécialiste car Washington aura encore besoin d’évoquer la menace terroriste de ce régime pour continuer ses demis sanctions ou encore pour justifier le dialogue !

Mais à Téhéran, le régime devait faire oublier son impuissance . Il a tenté de simuler la normalité en lançant avec un jour d’avance le Festival de Film de Fajr qui célèbre chaque année à travers sa sélection la victoire de la révolution islamique.

Ce festival a jadis primé Kiarostami, Ghobadi, Panahi et Asghar Farhadi avant de les envoyer vers Cannes, Venise et Berlin avec des films universalistes (déconnectés des réalités iraniennes) pour donner une image normale de la société iranienne afin de convaincre l’opinion occidentale que le peuple iranien ne souffrait pas tant que ça ! Depuis le soulèvement de l’été 2009, les cinéastes ambitieux n’osent plus y s’afficher. Ainsi l’année dernière, la salle a été plutôt vide lors de la soirée de lancement (1ère photo), mais cette année, la salle a dû être totalement vide car le régime n’a montré aucune image de la salle et le toujours souriant ministre de la culture et de la bonne conduite islamique avait perdu son sourire béat et en plus il affichait un air de grosse déprime !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 61.8 ko
Inauguration du Festival en 2011

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 1 Mo

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
JPEG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

© WWW.IRAN-RESIST.ORG


Jeudi 31 Janvier 2013 (12 Bahman 1391) : on été le jour anniversaire de retour de Khomeiny en Iran, le jour de la victoire de facto de Khomeiny ! Le régime était devant un défi insurmontable car cela fait des années qu’il ne peut plus organiser le programme lourd en 5 parties de cette journée.
1 | un grand rassemblement d’écoliers venus de tout le pays à l’Aéroport de Mehrâbad pour symboliser la communion de la jeunesse avec la révolution islamique.
2 | au même moment, un grand rassemblement des notables régionaux à la maison natale de Khomeiny.
3 | puis de grands défilés de motards de Police dans toutes les villes sous des applaudissement nourris du peuple pour rappeler la caravane accompagnant Khomeiny de l’aéroport au cimetière de Behesht-Zahra où il a fait son premier discours.
4 | à midi, un rassemblement de tous les dirigeants politiques, religieux et militaires au mausolée de Khomeiny près de Téhéran. pour une prière en commun afin de montrer l’unité religieuse des serviteurs de la révolution islamique et leur acceptation de la doctrine de Khomeiny !
5 | Enfin, le rassemblement de tous les politiciens et des chefs militaires sous une grande tente sur le lieu du discours pour une communion politique au-delà des rivalités politiques !

En raison de la baisse continuelle de la participation, chaque partie du programme a dû sans cesse être modifiée pour cacher le manque de participant. Le régime a ainsi renoncé à rappeler que la première partie exigeait la présence de milliers d’écoliers. Il s’est d’abord contenté de quelques centaines d’écoliers avant de zapper les enfants et les remplacer par quelques officiers et des mises en scène bizarroïdes. Pour le rassemblement à la maison natale de Khomeiny, il a oublié d’exiger la présence de personnalités et il s’est contentés de figurants locaux. Pour les défilés, il a oublié le peuple. pour le rassemblement des chefs, il les a troqués avec des bidasses toujours moins nombreux et enfin, la surface accueillant les politiques n’a cessé de diminuer. Il y a 4 ans, le régime a tenté de brouiller la vision en annonçant par avance l’inauguration de grands équipements pendant cette journée, mais par la suite, le régime a diminué ses annonces par manque de projets à inaugurer ou par peur d’aller à la rencontre des ouvriers qui sont certainement parmi les plus grands victimes du régime.

En raison de ces évolutions du programme, nous avons choisi de vous montrer pour chaque étape, une image d’une année proche avant celles de cette année. Voici des images qui montrent avec clarté la déliquescence du régime et expliquent l’envie de fuite de ses hauts dirigeants.

Etape 1 : les écoliers à l’aéroport | Cette année, il n’y a pas eu d’écoliers, mais une trentaine responsables de second ordre dont un mollah qui est un des adjoints de Larijani au Parlement.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 83.4 ko
Cérémonie d’arrivée en 2009 (avant le soulèvement)

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 53.3 ko
Cérémonie d’arrivée en 2011

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 771.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 831.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 719 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Etape 2 : Maison de Khomeiny | elle est restée vide !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
<font size="2" face="Arial">Maison de Khomeiny en 2009 (avant le soulèvement) <font size="2" face="Arial"> {JPEG}
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 134.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 121.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Etape 3 : Défilés de Motards | Annulés faute de volontaire. Il n’y a eu qu’un défilé à Ispahan avec 20 gros bras du régime (les 3 dernières de la série).

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 39.4 ko
Défilé des motards en 2009 à Téhéran avant le soulèvement (2)

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 75.4 ko
Défilé des motards en 2009 à Téhéran avant le soulèvement (2)

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 59.1 ko
Défilé complémentaire en 2009 à Téhéran (1)

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 50.3 ko
Défilé des motards en 2009 à Téhéran avant le soulèvement (2)

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 118.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 119.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 117.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Etape 4 : La communion des chefs | a été encore une fois la communion des bidasses ! En fait, il s’agit très probablement des images d’archives car il n’y a eu aucune unité d’images d’une agence de presse à l’autre. Ce qui fait état aussi de la rupture des fonctionnaires chargés des archives photographiques du régime et explique l’absence de recours à plus d’images d’archives.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 75.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 123.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 104.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 106 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 101.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Etape 5 : La communion des politiciens| s’est résumé à un petit rassemblement avec une seule rangée de politiciens et devant plusieurs rangées de figurants indigents.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 70 ko
Rassemblement religieux en 2009

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 95.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 711.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Un point crucial de cette journée sans aucune mobilisation a été l’absence de personnages décisifs ou connus comme Khamenei, Rafsandjani, les frères Larijani, les autres membres du Conseil de Discernement, Jannati ou les ayatollahs qui siègent à l’Assemblé des Experts, les membres du clergé et enfin les chefs des Pasdaran ainsi qu’Ahmadinejad et ses ministres ! Pratiquement tous ces absents ont gardé le silence pour ne pas mettre en évidence leur absence en première ligne !

Dans l’après-midi, Ahmadinejad a été annoncé à l’inauguration d’une nouvelle tranche des raffineries d’Abâdân destinée à augmenter fortement la capacité de production d’essence en Iran. Etant donné que ce site est en grève, il s’agissait de contredire cette grève et rassurer les derniers serviteurs du régime qu’il y a aucun risque de pénurie suivie d’émeutes populaires. On a rapporté que la réunion était très joyeuse, les photos nous montrent plutôt une ambiance sinistre.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 90.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 67.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 82.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 78 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, dans sa hâte de rassurer le régime a gaffé : on ne voit par ailleurs aucune activité sur le site, ce qui confirme la grève ! De plus, le régime a annoncé une production totale en cette raffinerie de 14 millions de litres de carburant par jour ce qui revient à 85,000 baril soit seulement 13% de la production iranienne de carburant sur ce site en 1977 (un an avant la révolution américano-britannique contre le Shah) !

En effet à ce moment, les raffineries d’Abadan qui était les plus vastes au monde avait une capacité de 635,000 barils par jour destinés à l’exportation. Le pays produisait également pour sa consommation 200,000 bpj à Ispahan , 80,000 bpj à Tabriz, 15,000 bpj à Kermanshah, 40,000 bpj à Chiraz (ainsi que 225,000 bpj à Téhéran, soit un total de 560,000 barils par jour pur ses 34 millions d’habitants (moitié d’aujourd’hui) et les innombrables projets d’industrialisation lancés par le Shah. aujourd’hui en annonçant par inadvertance une production de 85,000 barils pour 70 millions d’habitants, le régime a surtout mis en évidence sa faillite et sa vulnérabilité à un quelconque embargo sérieux ou même un problème d’approvisionnement indépendant de de la volonté de Washington.

Le régime a dû deviner sa gaffe car un peu plus tard, il a renoué avec l’intimidation en annonçant un vaste coup de filet pour l’arrestation de nombreux voyous très dangereux dans le nord du pays : la désignation de la méchanceté et du nombre des arrêtés étant à ses yeux la preuve qu’il a encore des policiers fidèles en très grand nombre. Le choix du site (loin de Téhéran) laissait penser un bluff. Le régime a aussi annoncé le ramassage de beaucoup d’antennes paraboliques alors que la dernière annonce datait de 2010 et grâce aux images, nous avions découvert que la descente avait eu lieu dans le logement des intervenants ! Cette fois, encore une fois grâce aux photos de l’affaire, nous pouvons parler d’un bluff car les dangereux voyous du régime n’étaient qu’une quinzaine de vieux drogués totalement défoncés et ses prises paraboliques étaient des vieilles antennes rouillées trouvées dans des décharges !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 110.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 78.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 86.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 94.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Cette journée de célébration a ainsi montré un régime totalement boycotté à tous les niveaux ! Les Britanniques ont jugé le moment opportun pour annoncer via leur site persanophone Digarbân (l’autre veilleur) que selon le mollah rafsandjaniniste Pour-mohmmadi, chef de l’inspection générale de l’Etat, le pouvoir judiciaire n’osait pas exécuter beaucoup de jugements par peur que le peuple ne se révolte. Ce même site a aussi annoncé que les régions d’Ispahan, d’Azerbaïdjan, de Khorassan et de Khouzestan souffraient depuis une semaine de pénurie de farine et donc du pain, pour créer une panique dans le reste du pays en espérant que la peur des Larijani de frapper inciterait le peuple à bouger offrant à son poulain Rafsandjani l’occasion de rompre avec le régime et saborder le régime coupant court à la possibilité d’un retour des pions de Washington ! Le défaut de cet effort est que le peuple n’aime pas les Anglais et ne suit pas les infos biaisées qu’ils diffusent. Il leur faudra qu’il gagnent sa confiance par un geste hostile à ce régime.

Mais même si le peuple a raté une occasion, on peut parler d’un anniversaire exceptionnel car personne n’aurait jamais pu imaginer qu’un jour, les Britanniques puissent rêver de sacrifier le système corrompu qu’ils ont créé et qui les a toujours bien servi !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG


Vendredi 1er Février 2013 - 13 Bahman 1391), selon le régime lui-même, alors que Bazar était fermé, le dollar aurait enregistré une hausse de 14% dans la matinée ! La panique était donc à son comble après le boycott absolu du régime par ses derniers serviteurs et aussi parce que le régime devait organiser une prière de vendredi en mémoire de Khomeiny et n’avait pu réunir qu’une cinquantaine de figurants et aucune personnalité : tous étaient restés planqués !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 109.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

En fait, dans un élan de propagande, pour insinuer une grande mobilisation, le régime avait annoncé que la prière aurait lieu au gigantesque mausolée de Khomeiny. Il avait ainsi perdu également la possibilité d’utiliser des images d’archives de ses habituelles prière de vendredi à l’université de Téhéran. il avait tenté de limiter la casse en organisant la prière non pas sur les parvis gigantesques du site mais une salle de prière d’une capacité de quelques centaines de place. Cette précaution n’avait pas suffit puisqu’il n’avait pu trouver qu’une cinquantaine de figurants ! Par la suite, le régime a tenté de corriger le tir en réduisant la taille des gens pour ranger plus de monde dans salle devenue proportionnellement plus grande : on le voit au fait que la hauteur du site passe d’environ 8 mètres à plus de 12 mètres sur le devant et encore plus au fond de la salle !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 240.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 133.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 574 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Le régime a alors d’abord pensé à la diversion en agitant l’affaire d’arrestation de ses soi-disant journalistes. Mais il est vite revenu à une intimidation sans borne en annonçant directement ou via ses faux opposants de grandes vagues de pendaisons dans les prochains jours.

Les dirigeants devaient aussi se réunir dans la journée pour l’enterrement d’un certain Habibi, un vieux membre du Conseil de Discernement. Ils ont tenté de redresser leur image en annonçant la mobilisation au sommet autour de ce camarade décédé ! Mais encore une fois, la mobilisation a été insignifiante. Les gros bonnets devaient sans doute penser à leur propre départ. Par chance pour nous, Rafsandjani qui semble le mieux placé pour se tirer d’affaire était là… avec un air de déterré laissant supposer que les autres dirigeants qui n’ont aucune chance de s’en sortir doivent être dans un état proche de syncope. Vivement l’enterrement du régime !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 101.5 ko