Accueil > Photos > Semaines 591-595 (08.06.2019-12.07.2019) Chronologie d’une mortelle fuite (...)



Semaines 591-595 (08.06.2019-12.07.2019)
Chronologie d’une mortelle fuite en avant

27.07.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski (sur un malicieux conseil de leur ennemi anglais Bernard Lewis), pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais (!?), car cette stratégie avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement pétro et diplo avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Ansarallah et les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge et le canal de Suez. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais leur terrorisme ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme au Yémen, mais aussi via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs pour tous leurs méfaits. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (SPVpuis Instex) avec les mollahs, les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Fin 2018, les mollahs, menacés de toute part, ont tiré un missile potentiellement nucléarisable susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen.

Le mouvement anti-mollahs s’est accéléré. L’ organisation de la Coopération islamique (OCI), ont rejoint les Arabes. Les Européens ont alors puni les mollahs en excluant le pétrole de leur dispositif à venir d’échanges démonétisés et ont choisi les Arabes anti-mollahs. La Chine a aussi choisi l’Arabie Saoudite.

La panique a été telle que les mollahs ont déclaré une guerre judiciaire totale, officiellement anti-corruption, à tous leurs proches qui voulaient les quitter. Les mollahs ont alors tenté de relancer leur fausse opposante Nasrine Sotoudeh pour rassurer leurs proches, mais ils n’ont pas réussi.

Les mollahs ont alors eu la très mauvaise idée de désorganiser la lutte en laissant le pays être ravagé par les crues et les inondations ! Ces cataclysmes ont entraîné beaucoup de dégâts et des milliers de morts et de sans-abris et ont aussi attisé la haine anti-régime.

Washington a profité de cette hausse d’impopularité des mollahs et de leur milice pour classer cette dernière comme une entité terroriste et de fait classer le régime tout entier comme une entité terroriste. Il a aussi radicalisé ses sanctions pétrolières et a expédié le porte-avions Lincoln dans le golfe Persique pour affaiblir le régime et terroriser ses derniers complices.

Le responsable du contre-espionnage des mollahs a alors fui l’Iran vers les États-Unis avec de précieuses informations pour accélérer leur chute. Les mollahs fragilisés ont fait état de leur opposition à l’entourage de Trump mais leur ouverture à négocier avec lui, essayant de le convaincre qu’il pourrait s’offrir un grand succès diplomatique en sacrifiant ses proches. Il n’est évidement pas tombé dans le piège...

Après cet échec et des manifestations du 1er mai très hostiles à leur régime, les mollahs ont annoncé une possible rupture de leur accord nucléaire lançant un ultimatum aux 4+1 pour les forcer à les soutenir afin de ne pas perdre leur influence dans le golfe Persique. Ils n’ont pas réussi et ont accentué les ruptures au sein de leur régime.

La Russie qui utilise les mollahs comme potentiels alliés afin d’obtenir la Syrie et l’Ukraine a accepté de rencontrer les MAE américain et israélien en vue d’un deal en faveur d’Assad et sa propre présence en Syrie en échange de l’éviction de toutes les forces financées par les mollahs.

Trump a profité de l’occasion pour déclarer un embargo sur les métaux iraniens, réduisant au néant les derniers revenus des mollahs et empêchant aussi leurs associés de fuir avec des lingots d’or... Les mollahs ont renforcé leur répression judiciaire pour empêcher la rupture de leurs collaborateurs financiers. Ils ont aussi attaqué des pétroliers saoudiens sous pavillon norvégien pour menacer l’approvisionnement de l’Europe et forcer les Européens à pencher en leur faveur. Mais les Européens n’ont pas plié et les Norvégiens et les Américains ont souligné le terrorisme des mollahs. En revanche, la panique interne s’est intensifiée après cet échec des mollahs à provoquer une crise bénéfique à leur régime et ses collaborateurs.

Lrs mollahs ont alors tenté de dialogue via les Démocrates, mais ces derniers se sont gardés de les aider en raison de leur terrorisme. Tous les pays de la région ont aussi condamné leur aventurisme. Les pays de l’OCI ont soutenu le plan de paix de Trump pour la Palestine et ont exclu les mollahs de leur réunion pour les empêcher d’opposer.

mollahs ont fait pression sur les Français et les Japonais pour parler à Trump. Les Japonais inquiets pour ses cargos qui transitent via le détroit d’Ormuz ont accepté la visite de leur MAE en Iran pour calmer les mollahs et leur offrir une occasion d’apaisement. Les mollahs ont donné des signes d’apaisement et ont convaincu leurs proches qu’ils allaient capituler. Les Russes ont aussi alors malmené les troupes du régime en Syrie par peur que cette capitulation les prive du deal projeté avec Trump. Les Palestiniens les plus radicaux ont aussi confirmé leur rupture avec le régime en boycottant la journée d’hommages à Khomeiny et la journée anti-sioniste de Qods. Les gens du régime ont fait de même !

Les mollahs, conscients qu’ils devaient se durcir pour préserver le soutien de leurs collaborateurs, mais aussi s’assouplir pour trouver un deal avec leur contact japonais, se sont inventés des partisans en parlant d’une grande mobilisation à l’occasion de l’enterrement de l’un d’eux qui a récemment été tué par les opposants au régime tout en lâchant du lest à propos de la Palestine pendant leur journée anti-sioniste en affirmant que le choix appartenait aux Palestiniens !

C’était il y a un mois (le 8 juin 2019). Les mollahs devaient zigzaguer entre les obstacles internes et externes et trouver rapidement un deal avant d’être lâchés par les leurs et les Russes. En raison de nombreuses initiatives très risquées qu’ils ont prises et ont engendrées beaucoup de réactions négatives, voici un récit plus concis et résumé des événements survenus au cours du mois écoulé (7 juin-7 juillet 2019).



-Semaine 591 (8-15 Juin 2019) :-
-Harakiri à Téhéran-

Samedi 8 juin 2019 (18 Khordad 1398), après une catastrophique journée de Qods, les mollahs et les chefs Pasdaran avaient comme seule option de capituler, mais en toute discrétion pour ne pas perdre leurs barbouzes. Ils ont commencé cette semaine rassurant ces derniers qu’ils allaient recevoir de nombreuses visites diplomatiques, d’abord le MAE allemand (lundi), puis le PM japonais (mercredi 12 et jeudi 13 juin), insinuant qu’ils venaient leur proposer des contrats pour les aider. Ils avaient aussi nié leur isolement en affirmant que les Saoudiens avaient été très désavoués par les Palestiniens.

JPEG - 200.1 ko
PNG - 868.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais ce beau tableau a été gâché par l’annonce des Allemands faisant état de leur volonté d’obtenir une application à 100% de l’accord de Vienne quand bien même les mollahs n’obtiendraient rien en échange. Les Américains, certains que les mollahs allaient riposter à cette attaque par des actions à caractère provocant, ont rassuré l’opinion américaine en affirmant via Brian Hook, chargé de la gestion des sanctions contre les mollahs, que contrairement aux avis alarmistes des journaux tels que le Washington Post, l’impact militaire des mollahs étaient très faibles, car ils utilisent le Photoshop pour donner plus d’ampleur à leurs tirs de missiles !

PNG - 74.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Libanais ont aussi malmené les mollahs en signalant qu’un important membre gouvernement Hariri et également très proche du Hezbollah libanais était attendu en Iran pour la libération d’un Américano-Libanais détenu par les mollahs pour espionnage en faveur d’Israël. Le Hezbollah espérait sortir de la liste américaine des organisations terroristes ! Les mollahs étaient donc secrètement en quête d’une réconciliation avec Trump !

Les gens du régime ont paniqué et se sont mis à vendre des actions pour acheter des dollars (ou d’autres devises). Les mollahs ont menacé leurs collaborateurs en annonçant la suite de leur procès contre la banque Sarmayeh visant leurs collaborateurs financiers directs. Ils ont aussi relancé les procès contre leur secteur pétrochimique réservé à leurs progénitures qui devaient sans doute être agitées.

Ils ont aussi minimisé l’impact de l’adhésion spectaculaire des Allemands à Trump en organisant des débats sur la visite du PM japonais et en insinuant qu’il venait leur proposer son soutien voire une offre de capitulation de Trump. Ils ont aussi aussi organisé une conférence de presse pour leur ministre de pétrole afin d’insister sur les contrats à venir. Les députés ont aidé les mollahs en cessant de les critiquer. Tous ensemble ont ainsi réussi à rassurer un peu les leurs et ont pu finir la séance boursière avec un indice légèrement en baisse (moins d’une centaine de points).

PNG - 399.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, ils ont entretenu la flamme de l’espoir de leurs proches par des débats sur la conférence de leur ministre de pétrole et sur la visite d’un « médiateur japonais de Trump ».

Dimanche 9 juin 2019 (19 Khordad 1398), J-1 de la visite du MAE allemand et J-3 de la visite du PM japonais, les mollahs avaient mis en avant leurs et promesses pétrolières et annoncé de nouvelles défaites pour l’Arabie Saoudite pour insinuer qu’ils étaient en forme quoiqu’il arrive !

JPEG - 171.8 ko
PNG - 763.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

C’était des inventions, car au même moment, ils recevaient le chef de la sécurité libanaise, issu du Hezbollah et proche de Washington, pour faire libérer leur otage américano-Libanais accusé d’espionnage en faveur des Israéliens.

PNG - 382.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ils ont continué à mentir en affirmant par le biais de leur MAE que les États-Unis avaient perdu la guerre contre eux, car ils étaient militairement affaiblis. Puis les mollahs ont annoncé la construction d’une DCA très performante ressemblant aux S-400 russes pour dire qu’ils étaient désormais invincibles et ont évoqué des revenus pétroliers inattendus avant de promettre comme preuve de leur succès des logements bon marché à tout le monde ! On devait comprendre que tout allait bien et ils avaient la capacité de rebondir et même attaquer les Américains ou d’imposer leurs conditions dans les négociations à venir grâce à la protection que leur offrait leur DCA visuellement proche des S-400 russes (video ci-dessous)

JPEG - 334.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG

Les gens du régime ont aimé. Ils n’ont pas vendu en masse des actions. Les mollahs ont profité de ce climat de confiance et l’ont amplifié en augmentant leurs achats d’action à 2229 milliards de tomans (20% de plus que la moyenne quotidienne actuelle)et en l’absence de panique et vente effrénée, ils ont pu augmenter l’indice de 3920 points donnant une bonne image de leur régime avant la visite crainte du MAE allemand.

PNG - 338.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ce dernier est arrivé à minuit pour avoir le temps et obtenir la coopération des mollahs et ainsi donner plus de poids à son pays sur la scène internationale. Les mollahs ont été ravis de constater que l’Allemand avait besoin d’un succès et qu’ils pouvaient utiliser ce point pour obtenir des compensations économiques de sa part.

Lundi 10 juin 2019 (20 Khordad 1398), les mollahs affirmaient que leur hôte allemand était venu pour activer l’Instex et leur fournir des biens indispensables à leur survie ! Dans leur média anglophone, ils avaient mis en avant leur super DCA pour dire qu’ils étaient protégés et insinuer qu’ils pouvaient en conséquence s’attaquer à de nouveaux pétroliers dans le golfe Persique ! Leur objectif était de faire chanter les Allemands et aussi impressionner le PM japonais qui devait arriver dans 48 heures pour obtenir des dollars ou au moins éviter leurs sarcasmes.

JPEG - 180 ko
PNG - 845.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais les cadres miliciens qui défient sans cesse le régime avaient mis à mal ce projet en rappelant que les négociations espérées par les mollahs et évoquées comme sans préconditions allaient avoir lieu avec sous le régime des sanctions américaines et étaient de fait des négociations sans préconditions de la part des mollahs ! Ils ont aussi annoncé la libération et le départ de l’otage "sioniste" des mollahs pour insister sur leur fébrilité !

JPEG - 187.7 ko
JPEG - 55.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG


Par ailleurs, le PM Abe a aussi fait savoir qu’il allait surtout demander aux mollahs de se modérer, mais qu’il n’allait leur proposer aucun deal en échange de ce geste !

Le MAE allemand était alors à Téhéran et les mollahs devaient annoncer les promesses de business qu’ils lui avaient attribuées. Mais il n’y eut aucune annonce de ce genre de la part du MAE allemand et lors de la conférence de presse qui a suivi sa rencontre avec son homologue iranien, il a précisé qu’il avait surtout insisté sur l’application de l’accord de Vienne et l’arrêt du chantage sur la reprise de l’enrichissement supérieur à 3%.

JPEG - 246.1 ko
JPEG - 213 ko
JPEG - 111.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les actionnaires du régime ont à nouveau perdu tout espoir et se sont mis à vendre beaucoup d’action. L’indice boosté à l’ouverture de la séance s’est mis à chuter.

Les députés ont volé au secours du régime en faisant diversion en se scandalisant pour la demande de fundraising organisé par l’ambassade anglaise à Téhéran à l’occasion de l’anniversaire de la reine d’Angleterre ! Mais ce faux scandale n’a pas détourné l’attention des collaborateurs d’affaire des mollahs du vrai scandale qui était l’échec du soi-disant chantage de ces derniers ! L’indice a continué à baisser !

Les mollahs ont alors insisté sur les procès en cours contre leurs collaborateurs d’affaires en élargissant le nombre des accusés de détournement dans la banque publique Sarmayeh et ont aussi annoncé l’arrestation d’un haut responsable sans parvenir à arrêter les ventes d’actions et la chute de leur indice boursier.

JPEG - 259.9 ko
JPEG - 257 ko
JPEG - 197.6 ko
PNG - 307 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Soupçonnant les mollahs de tenir de durcir leurs positions pour calmer leurs proches, en début d’après-midi, Amano, le directeur japonais de l’AIEA leur a demandé de cesser leur enrichissement en respect pour la stabilité de la région. Le MAE allemand de retour en son pays a aussi conseillé aux mollahs de cesser leurs agitations. Enfin, la Russie a aussi implicitement mis en garde les mollahs en insistant sur leur attachement à la stabilité de la région.

Les mollahs ont nié leur isolement et leur manque d’option en affirmant que les Japonais venaient en amis et les Chinois leur tendaient la main en invitant Rohani à la réunion annuelle des pays de l’Organisation de Coopération de Shanghaï, insinuant qu’ils pouvaient adhérer à cette OTAN de l’est et être sauvés. Mais ils mentaient encore, car cela ne se peut sans l’accord des Russes.

Mardi 11 juin 2019 (21 Khordad 1398), les mollahs avaient accentué leur chantage en misant sur les risques de guerre au Moyen-Orient ! Tandis que les dissidents avaient insisté sur la défaite du chantage des mollahs !

JPEG - 186.3 ko
PNG - 801.9 ko
JPEG - 141.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Allemands ont alors durci le ton en conseillant aux mollahs d’appliquer l’accord de Vienne à 100% s’ils ne voulaient un retour aux 100% des sanctions !

Les mollahs ont continué à menacer leurs collaborateurs financiers avec leurs procès et ont même parlé de saisie des avoirs gagnés illégitimement par leurs collaborateurs politiques. On a compris que leur régime était menacé par la rupture de leurs collaborateurs politiques. Ces menaces ont pu empêché l’indice boursier de fondre encore. Il est remonté à nouveau.

PNG - 271.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors annoncé une manifestation hostile et soi-disant populaire contre Shinzo Abe afin de lui faire peur et le forcer à reculer et leur offrir l’occasion de provoquer une crise bénéfique à leur régime. Il n’y avait aucune image. Les Japonais n’ont pas répondu à cette provocation et sont restés zen.

Trump a alors souligné leur envie d’entente (leur faiblesse) en signalant qu’ils ne disaient plus « Mort à l’Amérique » à diverses occasions.

Les mollahs ont confirmé la conclusion de Trump, car ils n’ont pas crié mort à l’Amérique. Ils ont néanmoins parlé de la production en masse de Kossar, leur dernier avion (qui n’existe pas), dans l’espoir de faire peur et négocier une bonne entente à l’occasion de la visite de 2 jours de Shinzo Abe. Ils ont envoyé leur vice-ministre des AE à Berne dans l’espoir d’un dialogue direct avec les Américains. Mais l’absence de nouvelles à son propos a signalé l’échec de cette initiative !

Mercredi 12 juin 2019 (22 Khordad 1398), les mollahs avaient rendu hommage à Abe avant son arrivée, évitant le chantage qui n’avait pas été un succès et souligné leur incapacité à terroriser leurs interlocuteurs. Dans leur journal anglophone, ils avaient aussi évoqué la libération de leur otage libano-américain pour souligner leur disposition à négocier.

JPEG - 190.4 ko
PNG - 976.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Allemands ont encore menacé les mollahs en recevant les ennemis de ces derniers, les princes des Émirats arabes, et en se joignant à ces derniers pour condamner leur terrorisme !

JPEG - 47.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont reçu en grande pompe Abe. Abe a définitivement déçu les mollahs et leurs collaborateurs en leur promettant de plus importantes relations sportives et culturelles !

JPEG - 210.8 ko
JPEG - 135.3 ko
JPEG - 247 ko
JPEG - 243.3 ko
JPEG - 231.3 ko
JPEG - 153.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont aussi annoncé un radar puissant en complément à leur DCA pour rassurer les leurs qu’ils avaient le moyen de redresser la situation. La bourse n’a pu décoller malgré cette propagande car on ne l’a pas vu et on a eu seulement droit à une coupure de ruban rouge !

JPEG - 66 ko
JPEG - 96 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs avaient prévu de garder Abe le lendemain pour rendre hommage à Khomeiny et rencontrer Khamenei afin de présenter sa visite comme un geste de rébellion contre Trump. Ils n’étaient pas certains de le faire parler contre Trump. Ils ont choisi de faire diversion en axant leurs médias sur l’indignation de leurs miliciens à propos du funndraising pour l’anniversaire de la reine d’Angleterre...

Jeudi 13 juin 2019 (23 Khordad 1398), les mollahs avaient annoncé qu’Abe avait rendu hommage à la révolution islamique et ses progrès et leur avait promis de grandes perspectives de business. Il s’agissait de duper les leurs et d’autres interlocuteurs internationaux, comme les Chinois, dans l’espoir de recevoir des offres de leurs parts !

JPEG - 163.1 ko
PNG - 985.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse est fermée les jeudis, c’est pourquoi les mollahs ne risquaient donc pas de problèmes avec leurs collaborateurs en ce jour, mais ils devaient réussir pour ne pas se retrouver avec de nouvelles paniques et agitations internes dans 2 jours après l’échec de leur initiative de manipulation des Japonais 

On n’a pas vu le Japonais sur le tombeau de Khomeiny. Il avait refusé de valider les propos que les mollahs lui avaient prêtés. Ces derniers ont alors annoncé que Shinzo Abe était chez Khamenei pour lui rendre hommage et écouter ses conseils ! Le Guide Khamenei lui a alors remis une offre écrite d’apaisement pour Donald Trump. Abe l’a prise sans rien promettre aux mollahs et l’a mise sous ses f...

PNG - 963.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias internationaux ont alors annoncé des explosions à bord de deux cargos pétroliers japonais qui venaient de passer le détroit d’Ormuz et voguaient dans les eaux iraniennes de la mer d’Oman ! Il était évident que les mollahs avaient tiré sur les cargos pour faire plier leur invité !

JPEG - 199.4 ko
JPEG - 25 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tous les Occidentaux ont compris que les mollahs étaient désespérés et dans une logique de fuite en avant. Les Américains ont accusé les mollahs, mais sans polémiquer et leur permettre de démarrer une crise et un chantage qui leur soient bénéfiques.

Les Anglais ont accusé les mollahs et ont exigé des sanctions à leur encontre. Les Japonais ont condamné ces attentats, mais ils se sont gardés d’accuser les mollahs et d’entrer en conflit avec eux de peur d’être la cible de nouvelles attaques. Les Européens ont fait de même pour se protéger et dans le même temps neutraliser le chantage des mollahs. Parmi eux les Français ont expédié une délégation diplomatico-commerciale sous l’égide de Marion de Sarnez à Téhéran pour rassurer les mollahs et gagner leur indulgence.

Enfin les Russes ont évité le chantage des mollahs en mettant en doute la responsabilité des mollahs les privant de toute possibilité d’escalade. Ils ont ainsi gardé les mollahs sous le coude afin de les utiliser comme monnaie d’échange des négociations à venir avec l’administration Trump.

Les mollahs dépités par leur échec ont censuré l’info pendant plusieurs heures, puis ils en ont parlé pour affirmer que c’était l’œuvre des Américains et des Israéliens. Mais ils n’ont pas obtenu gain de cause et après ces gestes très agressifs, ils ont choisi l’apaisement en affirmant qu’ils avaient été les premiers à intervenir pour secourir les cargos ! Ce qui en soi était la preuve de leur implication !

Rohani a fui les questions sur cet échec en allant plus tôt à Dushanbeh en vue de participer au 19e sommet de l’Organisation de coopération de Shanghaï (OCS) dans l’espoir de croiser Poutine et les dirigeants chinois et les convaincre de les aider à aider réellement le régime.

Vendredi 14 juin 2019 (24 Khordad 1398), les mollahs devaient faire le bilan de la semaine et noter les actions à venir. Les Japonais ont alors cessé leur mutisme pour annoncer que l’un des cargos touchés avait, selon son capitaine, avec été frappé par un objet volant donc vraisemblablement un missile. Un commandant du CentCom a précisé que le missile était sans nul doute destiné à abattre un drone de combat MQ-9 de l’US Navy !

Mais étant donné qu’il y avait deux cargos en feu, les mollahs avaient vraisemblablement tiré simultanément sur les Américains et les Japonais en réponse à la visite d’Abe qui avait le soutien de Trump et avait augmenté la crise interne au lieu d’aider leur régime.

Ces infos faisant état de la volonté des mollahs à forcer le dialogue avec Washington en vue d’arriver à un deal ne les ont guère servis à Bichkek ! Les Russes et les Chinois ont promené Rohani et PM indien a refusé de le rencontrer de peur que leur rencontre devienne un nouveau moyen de chantage pour les mollahs et cela nuise aux relations avec les États-Unis. Rohani et les mollahs ont compris qu’ils n’obtiendraient rien des participants à cette conférence.

JPEG - 175.7 ko
JPEG - 177.6 ko
JPEG - 188.2 ko
JPEG - 98.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont à nouveau choisi la provocation en affirmant dans leur sermon de vendredi que Khamenei a bien fait comprendre à son invité japonais qu’il ne négocierait jamais avec Trump ! Les mollahs ont aussi évoqué largement la saisie des avoirs de leurs collaborateurs au nom de la lutte contre la corruption, mettant en garde ces derniers de ne rien tenter pour fuir le régime avec leurs dollars et leurs lingots d’or !

Rohani a cependant rassuré les collaborateurs agités en annonçant qu’il avait une belle occasion de provoquer une crise, car il allait se rendait le lendemain à Dushanbeh au Tadjikistan pour participer avec de nombreux chefs d’État alliés ou ennemis de Trump au Sommet sur la sécurité en Asie (CICA).

Personne n’a commenté l’annonce, car le sommet pouvait finir sur la condamnation du régime après sa tentative de déstabilisation du golfe Persique et que tout le monde soit obligé de se faire Harakiri !

-Semaine 592 (15-22 juin 2019) :-
-Chantage nucléaire pour stopper les sanctions -

Samedi 15 juin 2019 (25 Khordad 1398), après une catastrophique semaine sino-japonaise, les mollahs devaient semer le trouble dans la conférence pour la sécurité et la stabilité de l’Asie ! Leur projet était de facto voué à l’échec. Ils ont commencé cette semaine de harakiri et de rififi en niant leur situation et affirmant que l’OCS était derrière eux ! Ils ont aussi refusé tout dialogue dans leur journal anglophone pour forcer leurs interlocuteurs à plier !

JPEG - 160.9 ko
PNG - 704.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les ex-membres du clan Rafsandjani qui agissent en dissidents avaient fait une révélation bien gênante pour les mollahs : Sarnez avait été envoyée en Iran pour rapatrier 65 millions d’euros en billets placés en Iran par les entreprises françaises depuis la signature de l’accord de Vienne . La mission de Sarnez signifiait que les Français ne croyaient pas possible que les mollahs changent de direction. Les cadres miliciens qui agissent en opposants avaient signalé l’échec de Rohani au sommet de l’OCS par une photo montrant l’embarras de ses puissants interlocuteurs russe et chinois.

JPEG - 149.8 ko
JPEG - 199.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani est passé à la vitesse supérieure à la Conférence sécuritaire de CICA en affirmant qu’il n’était plus question pour le régime d’appliquer l’accord sur le nucléaire en restant sous les sanctions, faisant ainsi état de l’opposition du régime à tout changement de direction dans l’intérêt de la stabilité et la sécurité de la région ! Il était évident qu’il voulait faire admettre leur capacité à agiter la région et ridiculiser les chefs d’État réunis pour parler de la sécurité de la région afin de les forcer à reculer.

JPEG - 394.3 ko
JPEG - 229.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tous les responsables du régime ont cessé de s’agiter dans l’espoir de bénéficier du succès de cette offensive tactique ! Les mollahs ont aussi dépassé leur moyenne d’achat de 1800 milliards de tomans pour convaincre leurs collaborateurs financiers de les suivre dans ce nouvel exercice d’Harikirien !

Mais les chefs d’État assistant à la conférence de CICA n’ont pas eu peur des menaces de Rohani et aucun n’a pris leur défense ! Les collaborateurs financiers ont douté de l’efficacité de la diplomatie de crise de leurs dirigeants et de fait l’indice n’a pas pu atteindre les 3000 points et a enregistré une petite hausse de 814 points.

PNG - 60.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Washington a alors mis à mal les mollahs en annonçant qu’ils avaient été derrière les derniers attentats des Talibans en Afghanistan dont le président participait à la conférence de CICA. Il a néanmoins précisé que les États-Unis ne commenceraient pas une nouvelle guerre dans la région contre les mollahs. L’objectif était d’isoler les mollahs tout en leur offrant une crise exploitable. Rohani s’est rapproché des Qataris et des Turcs pour solliciter leur soutien et l’absence de ce soutien, il a quitté la conférence, car il n’y pouvait rien gagner sauf des critiques.

PNG - 311.6 ko
PNG - 314.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dimanche 16 juin 2019 (26 Khordad 1398), les mollahs avaient promis un marché de devise stable pour intéresser et calmer leurs collaborateurs financiers paniqués. Dans leur journal en anglais, ils avaient repéré les propos de Rohani pour relancer leurs menaces pour la sécurité de la région et forcer ses acteurs à capituler.

JPEG - 167.8 ko
PNG - 890.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants au régime avaient critiqué les mollahs, car ils n’avaient pas renoncé à un deal avec les Européens notamment les Français malgré l’inimitié de ces derniers.

JPEG - 134.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, l’Arabie Saoudite avait rappelé les liens des mollahs et d’al-Qaeda pour mieux les couler alors qu’ils ne cessaient d’affirmer leur terrorisme.

Les Anglais qui sont prêts à tout pour raviver leur influence dans la région ont rejoint le mouvement pour la condamnation des mollahs en affirmant que tous les indices désignaient les mollahs comme étant les responsables de l’attaque des cargos japonais.

PNG - 662 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les miliciens en révolte contre le régime par l’annulation de leur épargne ont repris leurs manifestations contre les mollahs déstabilisés par leur incapacité à repousser leurs ennemis et les forcer de les rembourser (ci-dessous à Téhéran devant la Banque Centrale que les manifestant qualifier de Banque des voleurs).


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont augmenté leur pression sur leurs collaborateurs financiers et ont même reconnu indirectement leur responsabilité dans l’attaque des cargos japonais, car Ali Larijani, le chef du Parlement du régime islamique, a dit que ces attaques étaient la riposte aux sanctions pétrolières de Trump. Puis, le porte-parole du gouvernement Rohani a dit que ce dernier annoncerait la seconde étape des réactions aux sanctions dans 24 heures !

L’indice boursier n’a pas chuté comme la veille ! Il a même fait un bond de 4052 points pour le même volume d’injection de fonds que la veille !

PNG - 131.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cela signifiait que cette menace était jugée plus efficace que celle d’agiter la région, car elle pouvait donner lieu à des négociations au lieu de diaboliser davantage le régime. Les mollahs devaient en conséquence se radicaliser dans le domaine nucléaire sans cependant se diaboliser pour avoir le soutien moral de leurs collaborateurs en colère.

Trump a alors esquivé la provocation nucléaire des mollahs et a annoncé avoir ordonné à Bolton d’éviter tout propos susceptible de provoquer une crise et par cet ordre a informé les mollahs qu’il ne les laisserait pas provoquer des crises pour l’affaiblir et perturber ses alliances !

PNG - 267.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont censuré la nouvelle. Les miliciens dissidents de l’agence Fars ont révélé cette décision pour démoraliser les partisans du régime et forcer ses responsables à prendre plus de risques et mettre en danger leur régime.

Lundi 17 juin 2019 (27 Khordad 1398), les mollahs avaient mis en avant Ali Shariati, un islamiste d’avant la révolution qui avait le soutien des Américains, pour leur dire qu’ils étaient prêts à rouler pour eux et rassurer les leurs qu’ils leur restait cette solution s’ils ne parvenaient pas à s’imposer par leur chantage nucéaire.

JPEG - 187.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais dans leur média anglophone, ils avaient mis en avant la reconnaissance de leur responsabilité de leur régime dans l’attaque des pétroliers japonais ! Ainsi ils étaient revenus à une menace indésirable pour leurs collaborateurs tout en leur laissant supposer qu’ils choisiraient l’apaisement si leur chantage nucléaire ne réussissait pas !

PNG - 767.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ne songeaient donc pas à l’apaisement promis et étaient convaincus de la nécessité de prendre des risques pour exploser l’esquive tactique de Trump et d’autres pays concernés par leur terrorisme.

Les miliciens opposants avaient mis en avant les accusations anglaises. Ils affirmaient aussi que les mollahs avaient promis la rupture de l’accord nucléaire pour les empêcher les mollahs de tergiverser, les engager dans la rupture et les exposer à de nouvelles sanctions !

JPEG - 142.6 ko
JPEG - 179.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Allemands ont alors réagi à la menace de réduction de la coopération dans le cadre de l’accord nucléaire (JCPOA) en exigeant le respect à 100% de cet accord sous-entendant le rétablissement des sanctions s’ils diminuaient leur coopération !

Mogherini a aussi neutralisé le chantage nucléaire des mollahs en affirmant que leur déclaration ne comptait pas pour l’UE, mais qu’elle allait consulter le prochain rapport des inspecteurs de l’AIEA avant d’annoncer éventuellement des sanctions contre les mollahs.

La panique s’est installée à la bourse, car le chantage n’avait pas provoqué une grosse crise bénéfique au régime. Les mollahs ont annoncé de nouvelles accusations contre leurs proches dans le cadre du procès des détournements de leurs fonds de pension pour menacer leurs collaborateurs paniqués. Ils ont aussi promis encore des logements bon marché pour tout le monde et enfin des salaires décents pour les instituteurs iraniens ainsi que la reconstitution de tout ce qui a été saccagé récemment par les inondations qu’ils avaient organisées pour limiter les ruptures au sein de leur régime en difficulté.

En parallèle, ils ont relancé le chantage nucléaire limité (sans risque de se prendre des sanctions) en affirmant qu’ils allaient dépasser dans 11 jours le plafond des 300 kg d’uranium ’’légèrement enrichi’’ (à 3,67%).

JPEG - 63.7 ko
JPEG - 91 ko
JPEG - 49.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ils ont également ravivé la menace sur les cargos pétroliers en affirmant par leurs chefs miliciens qu’ils étaient prêts à stopper l’exportation pétrolière de l’Arabie Saoudite via le détroit d’Ormuz !

Mais il n’y a pas eu de crise de panique chez leurs interlocuteurs ! Les Russes venus pour faire les poches du régime se sont gardés d’évoquer le moindre contrat avec les mollahs ! Les mollahs ont nié ce revers en affirmant que le secrétaire de leur conseil de sécurité allait se rendre à Moscou, mais les Russes n’ont montré aucun intérêt pour les mollahs. Les Français qui comme les Européens espèrent le maintien de l’accord de Vienne pour avoir leur mot à dire au Moyen-Orient, se sont dits très déçus par l’annonce des mollahs, les menaçant sans leur offrir une occasion de provoquer une crise !

JPEG - 241.5 ko
JPEG - 285.8 ko
JPEG - 171.4 ko
JPEG - 205.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En revanche, les Anglais ont vu une opportunité pour prendre la direction des voisins timorés en affirmant qu’ils se réservaient le droit de recourir à toutes options si les mollahs décidaient de sortir de l’accord sur le nucléaire. Les mollahs ont craint un bombardement des bases de leur milice, la fuite de leurs miliciens et l’effondrement de leur régime !

Trump qui ne veut pas permettre aux Anglais de provoquer une guerre pour briller et prendre le risque d’offrir une bonne occasion de chantage aux mollahs a constaté la décision des mollahs pour calmer le chantage et le MAE américain a confirmé ce choix en affirmant qu’il ne laisserait pas les mollahs agiter le monde avec leur chantage à la prolifération nucléaire.

Ils ont augmenté leur injection de fonds à la bourse de 30% les portant à 2678 milliards de tomans, mais ils n’ont pas pu inverser la chute de l’indice boursier (indice de confiance en l’avenir de leur régime). Il a fini à -59.

PNG - 157.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après ce krach, les mollahs se sont tus pour faire oublier toutes les menaces qui n’avaient produit aucune panique chez leurs ennemis. Leurs députés ont commencé à les critiquer sans les mettre en danger. On a compris qu’ils offraient ensemble un spectacle démocratique aux Iraniens pour les occuper et relancer l’idée d’un possible réforme du régime.

Mardi 18 juin 2019 (28 Khordad 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs avaient mis en avant la mort de leur ami Morsi et parlaient d’un complot, espérant ainsi faire oublier leurs propres défaites de la veille. Mais, ils avaient choisi l’offensive dans le chantage nucléaire en rappelant qu’ils allaient enrichir au-delà des limites accordées par l’accord de Vienne le 27 juin donc plus rapidement qu’ils l’avaient annoncé.

JPEG - 182.8 ko
PNG - 854.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens hostiles au régime avaient signalé que les Russes n’avaient fait aucun geste en faveur du régime en se contentant de signer 11 accords de principe sur la nécessité de meilleures relations commerciales entre les deux pays.

JPEG - 155.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Russes qui espèrent échanger leur supposée alliance avec les mollahs contre le maintien au pouvoir d’Assad et une base sur la méditerranée ont reçu le secrétaire du Conseil de Sécurité du régime et ont encore simulé un soutien aux mollahs en affirmant que ces derniers se battaient contre Daesh, mais sans leur accorder le moindre soutien économique pour contrer les sanctions américaines.

Les médias hostiles au régime ont alors annoncé que les retraités s’étaient rassemblés devant le Parlement du régime et qu’ils scandaient des slogans hostiles au régime soulignant la corruption de tous les dirigeants et tous leurs collaborateurs y compris les députés.


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont aussi élargi leur répression interne contre leurs collaborateurs en ouvrant un procès contre la compagnie de leasing Kimia. Ils ont aussi contré les ruptures internes en accusant de corruption certains d’entre eux (dans le secteur agricole qui est en crise et engendre de nombreuses manifestations hostiles) pour éviter ces problèmes et mettre en garde tous les ripoux au service du régime ou empêcher leur adhésion au peuple !

Les mollahs ont accusé 60 juges et 20 avocats de corruption pour avoir aidé ceux qu’ils accusent de corruption et aussi pour montrer qu’ils étaient décidés à sacrifier beaucoup de pions pour se préserver.

La situation a empiré quand le président Macron a ignoré leur ultimatum et a fixé un autre en leur disant qu’ils avaient jusqu’au 8 juillet pour revenir sur leur décision, sous-entendant qu’ils seraient sévèrement sanctionnés au-delà de cette date !

La panique s’est accentuée à la bourse de Téhéran !

Les députés ont continué leur démocratie simulée, mais en affirmant leur soutien au régime pour rassurer les paniqués. Ils ne sont pas parvenus à les apaiser. Rohani a essayé de provoquer personnellement Trump en le qualifiant de président inexpérimenté. L’Américain n’a pas répondu à sa provocation.

Les chefs Pasdaran ont rassuré les gens du régime en affirmant qu’ils avaient anéanti les vers-espions de la CIA, mais cette victoire virtuelle et invérifiable au lieu des tirs promis sur des cargos saoudiens n’a pas permis aux mollahs de calmer la panique interne. La bourse a fini sur le mauvais résultat de -1012 points malgré 2422 milliards de Tomas d’injection de fonds.

PNG - 121.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Pour caler la panique, des députés ont évoqué la nécessité de prendre quelques-uns des collaborateurs agités du régime qui sont actuellement jugés pour corruption !

Après cet avertissement irréaliste, les chefs Pasdaran ont organisé une conférence pour se moquer de la puissance militaire américaine qualifiant leur porte-avions d’épave et leurs dirigeants de poltronnesen raison la décision de Trump d’esquiver activement leur provocation ! Les images clairement trafiquées car la salle était tantôt plate, tantôt en pente, avec une partie réservée au femme ou pas !

JPEG - 308.1 ko
JPEG - 236.5 ko
JPEG - 198.1 ko
JPEG - 228.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En fin d’après-midi, Trump a encore rejeté l’idée d’une guerre et a proposé un nouveau deal qui sous-entend la capitulation du régime. Les mollahs n’ont pas répondu et ont confirmé qu’ils ne jugent pas plausible l’idée qu’ils survivraient après 40 ans de crimes abjects contre les Iraniens en capitulant et acceptant par exemple d’organiser de vraies élections pour se retirer du pouvoir ! Sa proposition a ainsi rappelé aux mollahs qu’ils ne devaient pas espérer survivre à tout ça.

Dans la soirée, une femme a dansé pendant deux heures dans la principale avenue de la ville rebelle de Rasht sans porter le voile devant des centaines de gens qui l’applaudissaient. Personne ne l’a attaqué comme la loi l’encourage. Aucun milicien n’est venu la molester bien au contraire comme le montre cette petite vidéo ! L’affaire a souligné le ras-le-bol général contre le régime. Les mollahs ont caché par la suite cette preuve de leur impopularité en fabriquant une vidéo avec des voix que l’on connait demandant à des miliciens de la laisser tranquille !

© IRAN-RESIST.ORG

Mercredi 19 juin 2019 (29 Khordad 1398), dans leurs journaux iraniens et anglais, les mollahs annonçaient que la visite du secrétaire de leur conseil de sécurité avait été un succès pour eux, essayant de convaincre les gens du régime qu’ils pourraient compter sur le soutien des Russes pour contrer Trump. Ils entendaient rassurer les leurs et paniquer leurs adversaires occidentaux. Ceci était clairement un grossier bluff qui devait aggraver la situation du régime et souligner son isolement.

JPEG - 170 ko
PNG - 762.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Russes se sont immédiatement vengés en affirmant que les mollahs avaient le droit de quitter l’accord sur leur nucléaire, les encourageant à aller vers leur perte !

Les collaborateurs affairistes du régime ont mis massivement en vente des actions. Les mollahs n’ont pas acheté tout ce qui était mis en vente. L’indice boursier s’est mis à chuter.

Les mollahs ont annoncé plusieurs arrestations dans le cadre de leur « lutte contre la corruption » pour mieux intimider leurs collaborateurs affairistes et les empêcher de vendre leurs actions et ainsi vider leurs caisses ou nuire à l’indice boursier.

Rohani a tenté de provoquer une crise directe avec Trump en affirmant qu’il devait être jugé pour crimes contre l’humanité, mais l’Américain l’a ignoré et l’attaque n’a eu aucun partisan dans le monde. La panique a persisté et l’indice a fini à -2268 points.

PNG - 135.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au cours de l’après-midi, les chefs Pasdaran ont affirmé qu’ils étaient prêts à attaquer les États-Unis, mais ils n’ont pu déstabiliser la région afin d’isoler Trump. L’ensemble des grandes puissances ont alors joué la carte de l’apaisement tactique en prolongeant le délai accordé aux mollahs pour se conformer aux règlements de la lutte contre la corruption, leur offrant aussi une occasion de poursuivre leur soi-disant lutte contre la corruption et d’accentuer leurs problèmes internes.

Les mollahs n’ont pas remercié cette décision qui les empêchait de se retrouver dans des crises susceptibles de les aider.

Les Américains ont alors annoncé le départ très prochain de Bolton vers Israël pour préparer la réunion avec les Russes en vue de virer les mollahs de la région. Les mollahs ont invité le MAE turc en Iran à Ispahan pour préparer une riposte à cette entente qui est aussi contraire aux intérêts d’Erdogan. Ce dernier a accepté sans prendre la défense des mollahs, laissant entrevoir qu’il avait envie par les mollahs sans prendre lui-même des risques.

Jeudi 20 juin 2019 (30 Khordad 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs certains de ne pouvoir même compter sur des alliés potentiels affirmaient que le Japon avait rejeté les accusations américaines à propos de leur rôle dans l’attaque de ses cargos et avait maintenu le dialogue avec eux. Ils affirmaient donc qu’ils avaient de bonnes raisons d’espérer survivre à leur expulsion de la Syrie et puis du Liban.

JPEG - 167.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur média anglophone, ils avaient répété l’attaque contre Trump dans l’espoir de trouver un allié international. Ce choix signifiait qu’ils n’avaient rien trouvé de mieux et n’osaient pas se lancer dans une vraie offensive contre Trump.

PNG - 885.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En Europe, Merkel qui se voit en danger en Allemagne avait évoqué la responsabilité des mollahs dans l’attaque des cargos pour s’assurer le soutien des Arabes et marquer de bons points économiques susceptibles d’assurer le leadership de son pays en conséquence aussi son avenir politique.

Les autres pays européens n’ont pas contesté cet avis.

Les mollahs désespérés ont radicalisé leur approche en faisant abattre un drone de reconnaissance américaine de type Global Hawk qui malgré sa technicité est facile à abattre, car en raison de son poids très élevé (14 tonnes), ses dimensions (14,5 m de long X 4,7 m de haut), sa trajectoire rectiligne et sa vitesse constante.

JPEG - 1.1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les collaborateurs politiques ou administratifs comme les députés sont alors restés silencieux dans l’espoir qu’un risque de guerre isole Trump ! Mais ce dernier n’a pas réagi ! Il n’y a eu alors aucun problème à la bourse, car elle est fermée tous les jeudis.

Vers 11h, les chefs Pasdaran ont alors reconnu leur agression en accusant les Américains d’avoir violé leur espace aérien. Mais ces derniers les ont ignorés et les ont privés du clash qu’ils souhaitaient !

Vers 15h, les chefs Pasdaran ont publié un communiqué pour reconnaitre leur tir hostile ! Trump a alors évoqué une grande erreur sans pour autant promettre des représailles aux mollahs et à leurs chefs miliciens.

Tous les gens du régime ont alors commencé à réagir en déclarant la guerre à Trump et aux États-Unis ! Trump a neutralisé la crise en affirmant que les mots grands et erreurs signifiaient qu’il s’agissait d’une erreur de la part d’un milicien et que le régime n’y était pour rien !

Zarif, le MAE du régime, a alors déposé une plainte à l’ONU contre les États-Unis pour agression contre l’Iran en raison de la violation de l’espace aérien du pays. Mais le secrétaire général de l’ONU n’a pas soutenu les mollahs dans leur projet de faire perdure le conflit.

Vendredi 21 juin 2019 (31 Khordad 1398), les mollahs devaient faire le bilan de la semaine et proposer des solutions lors de leur sermon de vendredi. Leur MAE a reçu son homologue turc à Ispahan et il n’a évidemment rien obtenu de sérieux de sa part.

JPEG - 396 ko
JPEG - 248.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont alors exposé des débris d’un fuselage très abîmé, en affirmant qu’il s’agissait du drone qu’ils avaient abattu avant d’affirmer qu’ils avaient ainsi démontré qu’ils pouvaient infliger une grosse défaite aux Américains ! Puis, ils ont promis de recommencer si les Américains les défiaient !

JPEG - 286 ko
JPEG - 254.6 ko
JPEG - 254.4 ko
JPEG - 132 ko
JPEG - 283.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont répété les mêmes propos dans leur sermon de vendredi !

Les Américains ont riposté à cette déclaration de guerre par des rumeurs de frappes ! les mollahs et les chefs Pasdaran ont cessé de les provoquer par peur d’être frappé et que cela entraîne implosion du régime puis des actions populaires contre eux.

Mais, il n’a pas eu de frappes contre les mollahs et leurs miliciens. Trump a annoncé qu’il avait décidé de faire bombarder 3 bases des Pasdaran, mais dix minutes avant ces frappes ils avaient renoncé, car on lui avait dit qu’elles allaient provoquer près de deux morts et il avait jugé que la perte d’un drone très couteux ne valait pas la peine de provoquer ces morts.

Il a ainsi fait savoir qu’il pouvait éliminer de nombreux officiers de la milice pour semer la discorde dans la milice et encourager de nouvelles ruptures au sein de celle-ci. Trump a aussi montré l’impuissance du régime en neutralisant la demande onusienne des mollahs en demandant à son tour une réunion extraordinaire du Conseil de Sécurité de l’ONU pour évoquer leur tir non justifié contre le drone Global Hawk puisque les mollahs ne montraient aucun document prouvant qu’il aurait violé l’espace aérien iranien.

Les mollahs privés du conflit verbal qu’ils souhaitaient et menacés de sanctions onusiennes ont annoncé à leurs collaborateurs le prolongement accordé par le FATF. Mais cela n’était pas une consolation, car ils pouvaient aussi perdre ce délai tactique par la faute de leur acte de guerre osée et désespérée ! In fine, ils ont cessé leurs fanfaronnades pour oublier la provocation trop osée qui pouvait se retrouver contre eux-mêmes !

-Semaine 593 (22-29 juin 2019) :-
-Recherche désespérément l’escalade !-

Samedi 22 juin 2019 (01 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs avaient mis en avant un discours de Khamenei sur l’amitié du régime avec les sunnites ! Il s’agissait d’affirmer que le tir sur le drone ne visait pas la stabilité de la région pour convaincre les collaborateurs du régime que ses dirigeants œuvraient pour calmer la crise et leur évite plus de sanctions.

JPEG - 255.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais dans leur journal anglais, ils avaient insisté sur leur puissance balistique pour provoquer Trump et ses alliés arabes, espérant profiter de l’esquive américaine pour relancer la menace pour arriver à une crise pour le déstabiliser !

PNG - 828.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Aucun pays n’a eu peur de la propagande militaire des mollahs, car ils n’avaient pas fait une grande prouesse en abattant un drone incapable de faire des manœuvres pour éviter les attaques et par ailleurs, ils avaient perdu leur hargne quand Trump les avait menacés !

Les collaborateurs du régime ont encore paniqué. Ils ont mis plus d’actions en vente et ont fait chuter l’indice de la bourse et la cote du régime !

Bolton est alors arrivé en Israël pour préparer la réunion avec les Russes en vue de virer les mollahs de la région.

PNG - 422.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont coupé l’eau des habitants du sud du pays pour augmenter le volume d’eau exportée vers l’Irak et obtenir le soutien de chiites irakiens et s’acheter une coopération antiaméricaine ou un droit de passage (fuite) via leur pays, mais les Irakiens n’ont fait aucune déclaration en leur faveur.

Les mollahs ont signalé la fidélité de leur pouvoir judiciaire en envoyant ses responsables s’incliner devant le tombeau de Khomeiny et en renforçant leur répression contre leurs collaborateurs hauts placés par l’ouverture d’un procès contre Kimia, leur principale société de leasing automobile.

JPEG - 296.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a fermé avec une baisse de 1015 points.

PNG - 51.2 ko
JPEG - 53.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les jeunes de la milice ont alors réclamé des postes (donc une part du trésor du régime) en critiquant le gouvernement Rohani pour l’âge élevé de ses membres et leurs mauvais résultats dans tous les domaines. Les soi-disant dissidents du mouvement Vert se sont opposés à tout apaisement pour empêcher les mollahs désespérés à négocier avec Trump en vue de trouver un deal pour leur survie. Les mollahs ont nié cette hypothèse en insistant sur la lettre de Zarif à l’ONU et en exécutant un homme accusé d’espionnage pour le compte de la CIA !

JPEG - 97.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dimanche 23 juin 2019 (02 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs affirmaient leur disposition à privatiser leur secteur automobile (alors qu’il est sanctionné et en faillite). Ils espéraient éviter des ruptures sans mettre en danger leurs caisses occultes. Dans leur média anglais, ils affirmaient que l’Inde avait blâmé Trump... Espérant inciter d’autres pays à en faire autant !

JPEG - 246.2 ko
PNG - 758.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les instituteurs iraniens ont alors annoncé des grèves contre le régime en raison des récentes promesses de titularisation qui n’ont pas été tenues.

En prévision à une radicalisation des mollahs suite à leur éviction de la Syrie, le numéro 2 de la diplomatie anglaise est alors arrivé à Téhéran pour utiliser l’accusation de la participation des mollahs dans l’attaque des cargos japonais et les reproches d’ordre nucléaire pour obtenir la libération de la journaliste irano-anglaise Zagheri détenue en Iran pour espionnage.

PNG - 1.2 Mo
JPEG - 51.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En prévision à une radicalisation des mollahs, Gabriela Cuevas Barron, la présidente de l’IPU (union internationale des Parlements nationaux), est aussi arrivée en Iran pour appeler les mollahs à renoncer à leur agitation !

JPEG - 312.4 ko
JPEG - 149.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs étaient appelés de toute part à désarmer alors que Washington était sur le point de parvenir à un pacte international majeur contre eux. Ils devaient écouter leurs interlocuteurs et désarmer un peu pour éviter le pire. Pour éviter une nouvelle agitation à la bourse, ils ont augmenté leur menace contre leurs collaborateurs en évoquant des charges même contre certains des plus importants directeurs de la Banque Centrale iranienne et en insistant sur le projet de saisir les avoirs acquis (comme toujours) illégalement par leurs plus proches collaborateurs au nom de leur soi-disant lutte contre la corruption ! Ils ont aussi demandé la révision des politiques de crédits pour entamer des poursuites contre les riches qui ne remboursent jamais les prêts obtenus pour des projets et des entreprises bidon.

Les députés qui pourraient être visés ont soutenu le projet et ont voté une loi de transparence des avoirs des responsables du régime pour aider ces saisies, mais aussi en demander contre des dirigeants qui le les aident pas et enfin pour accaparer tous les fonds et les biens récoltés par toutes ces saisies pour compenser leur propre pauvreté relative. Ils ont aussi crié mort à l’Amérique pour empêcher leurs dirigeants à s’entendre avec les Américains ou les Anglais !

Les riches menacés de toute part ont cessé les ventes d’actions pour éviter d’être arrêtés. Les mollahs ont pu faire montrer l’indice de 3574 points grâce à 1996 milliards de tomans.

PNG - 84.1 ko
PNG - 196.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont dit que ce résultat était la preuve pour simuler que tout allait bien afin de démoraliser leurs opposants et ainsi motiver leurs proches à renoncer réellement à la panique.

Mais Trump a terni cette belle perspective promise par les mollahs en annonçant qu’il allait saisir les avoirs du Guide et de nombreux commandants des Pasdaran à l’étranger et qu’il allait sans doute aussi appliquer sous peu la même sanction au MAE du régime et aussi limiter ses déplacements à l’étranger. Mais il a maintenu son offre de dialogue (sous les sanctions), offre de capitulation que les mollahs ne peuvent pas accepter en raison de tous les crimes commis par le régime, pour encourager les derniers fidèles à rompre pour ne pas couler en raison de l’insolvabilité de leurs dirigeants !

PNG - 258.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Aussitôt, l’Arabie Saoudite et les Émirats ont fait état de leur volonté de soutenir Trump. Les Anglais ont fait de même et in fine, les États-Unis, l’Angleterre, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis ont publié un appel à la mobilisation internationale contre les mollahs !

PNG - 186.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont censuré ces mauvaises nouvelles. Leur représentant Rohani a joué la carte de l’apaisement avec les gens du régime et avec le peuple en annonçant une meilleure couverture sociale pour tout le monde ainsi que 9000 infirmières de plus les hôpitaux iraniens. Ils ont aussi promis des budgets pour les milliers de projets qu’il avait promis pour des raisons électorales sans jamais avancer. Il a promis des bouchées doubles pour tout réaliser en annonçant la fin de sa querelle feinte avec son adjoint...

Se doutant que ces promesses ne pouvaient pas calmer la grogne au sein du régime, le chef du pouvoir judiciaire a aussi été invité à la télévision du régime pour annoncer que tout le monde pouvait être sévèrement puni par le régime en cas de la violation de ses lois et ses derrières mesures !

Lundi 24 juin 2019 (03 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs avaient mis en avant l’adoption de la loi de transparence (de saisie) votée par les députés ripoux pour maintenir la pression sur les collaborateurs affairistes (généralement issus des Pasdaran de haut niveau) et éviter qu’ils abandonnent et trahissent le régime dans l’espoir de sauver leur peau. Dans leur journal anglais, ils avaient menacé des Américains et les Européens. Cette double agressivité montrait qu’ils avaient peur de perdre leur droit de rester en Syrie dans la conférence qui devait avoir lieu en Israël et aussi au bout des discussions entre les États-Unis et leurs alliés lors du sommet des G20 qui allaient commencer au Japon.

JPEG - 155.2 ko
PNG - 693.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres Pasdaran depuis longtemps hostiles au régime avaient qualifié Trump de manipulateur pour souligner qu’il n’était pas vaincu comme l’affirmaient les mollahs, mais qu’il était en train de les influencer et les forcer à se radicaliser pour mieux les isoler et les détruire par leurs propres erreurs !

JPEG - 151.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants ont signalé que les instituteurs étaient toujours en grève contre le régime.

La Russie a alors critiqué les nouvelles sanctions contre les mollahs tout en donnant une tribune au MAE égyptien pour critiquer sévèrement leur ingérence très néfaste dans la région. Les Russes n’avaient visiblement pas trouvé un deal satisfaisant avec les Américains et espéraient une meilleure offre ou encore ils avaient conclu un deal avec Trump et avançaient à pas feutrés pour surprendre les mollahs.

PNG - 436.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont conclu que raisonnablement, ils ne pouvaient pas compter sur les Russes. Zarif s’est dit prêt à négocier avec les Arabes du golfe Persique et ses amis les chefs Pasdaran, a menacé les Américains de nouvelles frappes. Il s’agissait de diviser le camp américano-arabe et neutraliser les manœuvres russes pour l’intégrer et aussi provoquer une crise militaire directe avec les États-Unis et faire reculer ses alliés et créer un front antiaméricain.

Mais il n’y eut aucune réaction à ces annonces. Les mollahs ridiculisés ont augmenté la pression sur leurs collaborateurs agités en condamnant sévèrement 20 des collaborateurs accusés de corruption.

Les collaborateurs du régime n’ont pas osé mettre en vente leurs actions et les mollahs ont pu encore booster leur indice boursier de 5108 points (grâce à 2032 milliards de tomans sur les actions moribondes et très sensibles) pour donner l’illusion d’un régime uni à leurs adversaires et les convaincre qu’ils iraient jusqu’au bout de leurs menaces !

PNG - 53.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Zarif a alors accusé Washington de piloter le trafic mondial de drogue pour provoquer Trump, mais ce dernier l’a ignoré et aucun autre pays n’a validé l’accusation des mollahs !

Trump a alors mis la pression aux mollahs en précisant qu’ils pouvaient les attaquer en passant outre les indications du congrès en raison de ses pouvoirs, mais qu’il préférait l’éviter et préférait une issue diplomatique. Il s’agissait de diviser le camp des mollahs et rassurer les Européens qui parlent de diplomatie avec les mollahs, car ils veulent préserver le rôle obtenu au Moyen-Orient grâce à l’accord sur le nucléaire iranien.

Macron a alors profité de cette ouverture pour se dire en faveur d’une entente avec les mollahs. Trump l’a encouragé en sachant pertinemment qu’il échouerait, car les mollahs ne veulent pas une entente avec l’Europe, mais avec lui.

Les mollahs n’ont même pas pris la peine de répondre à Macron, car il n’est pas vu comme un allié protecteur et rassurant par leurs collaborateurs. Ils ont encore cherché une prise de bec en accusant Trump de chercher à provoquer une nouvelle guerre dans la région.

En l’absence d’une réaction, tardivement, les mollahs ont affirmé leur force en annonçant avoir tué plusieurs de leurs terroristes contre-révolutionnaires dans la région iranienne d’Azerbaïdjan accusant Erdogan de terrorisme, car il avait tout fait pour se retrouver près de Trump sur la photo souvenir des G20.

Une rude journée attendait les mollahs, car en plus de tous ses revers, le gendre de Trump devait lancer dans quelques heures à Bahrein, la conférence et les rencontres pour valider le deal du siècle (plan de paix israélo-palestinien de Trump) et mettre anéantir un autre front actif des mollahs dans la région ! Puis Trump allait bénéficier dans 48 heures d’une réunion au Conseil de Sécurité de l’ONU pour débattre du rôle des mollahs dans l’attaque des cargos pétroliers japonais et allait sans doute utiliser la frappe de son drone non armé pour obtenir des sanctions onusiennes à leur encontre !

Mardi 25 juin 2019 (04 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs affirmaient avoir été gravement lésés par la société de crédit Caspian (qu’ils avaient inventé pour voler les épargnes de leurs miliciens indociles). Ils affirmaient qu’ils avaient néanmoins pris la peine de rembourser les épargnants. Ils cherchaient à diviser ces gens et en récupérer quelques-uns. Ils se voyaient donc menacés par de nouvelles ruptures après avoir échoué dans leurs initiatives les plus folles et pour avoir seulement réussi à s’exposer à des sanctions onusiennes.

JPEG - 173.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglais, les mollahs étaient revenus à une précédente position en se contentant d’insulter les Américains en les accusant de crimes contre l’humanité en raison de leurs sanctions économiques. Visiblement, ils voulaient oublier leurs folles provocations et se victimiser pour s’éviter de nouvelles sanctions onusiennes !

PNG - 875.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens en rupture avec le régime avaient pour leur part insisté sur l’ouverture des mollahs au dialogue avec les pays arabes voisins pour souligner leur couardise ! Ils avaient aussi révélé que Rohani avait continué à payer de très gros salaires à certains directeurs administratifs du régime pour les garder auprès de lui. Ils signalaient au passage que les députés avaient caché ce processus, laissant entendre qu’ils étaient payés pour ce service au régime et étaient donc bien loin de l’image qu’ils espéraient donner d’eux-mêmes.

JPEG - 157.8 ko
JPEG - 177.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens qui avaient perdu leurs épargnes sont alors descendus dans la rue, car ils n’avaient pas été remboursés par Rohani ! D’autres dont le régime a confisqué la terre récemment dans sa soi-disant lutte contre la corruption sont aussi descendus dans la rue pour récupérer leurs biens !


© IRAN-RESIST.ORG

Le pouvoir judiciaire des mollahs a dit qu’il préférait que les gens résolvent les problèmes fonciers entre voisins ! Puis il a augmenté la pression sur les nantis et sur ses directeurs en affirmant la volonté de son gouvernement et son Parlement de saisir leurs avoirs illégaux. Les mollahs ont alors aussi annoncé un grand rassemblement des juges du régime dans 24 heures pour impressionner leurs collaborateurs agités.

Les nantis du régime n’ont pas osé défier leurs responsables et ces derniers ont pu booster leur indice boursier de 2530 points grâce à 1995 milliards de tomans. Après cette victoire imaginaire, les mollahs ont parlé du soutien des leurs à l’action de leurs miliciens contre Trump.

PNG - 57.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Leur président, Rohani, a solennellement remercié les miliciens responsables du tir sur le drone américain. Le n°2 de son ministère de la Défense a alors annoncé qu’il était invité en Russie pour un salon d’armement, laissant supposer que le régime allait recevoir des armes russes et bénéficier du soutien officiel de la Russie ! Les chefs Pasdaran ont aussi affirmé être prêts à frapper même l’US Navy !

Mais ce domino d’annonces déstabilisantes n’a pas pu agiter les pays membres du Conseil de Sécurité. Trump a neutralisé les manœuvres des mollahs en affirmant sa volonté d’éviter la guerre contre eux alors qu’il s’apprêtait à valider de nouvelles sanctions à leur encontre !

Les mollahs dépités par cette approche ont tenté de provoquer encore une crise par des éloges officiels adressés aux miliciens qui ont descendu le drone américain Global Hawk !

JPEG - 48.4 ko


© IRAN-RESIST. ORG

En l’absence d’une réaction, le secrétaire du conseil de Sécurité du régime a annoncé que désormais la seule option du régime était de réactiver pleinement l’enrichissement nucléaire à partir du 16 Tir (8 juillet) qui est la date anniversaire de la signature de l’accord de Vienne et aussi la date de la fin de l’ultimatum imposé aux Européens pour s’éloigner de Trump. Les mollahs espéraient menacer l’accord et le rôle des Européens dans la région pour les forcer de les aider.

Tard dans la nuit, les mollahs, étant certains que les Européens iraient dans leur sens et leur permettraient de se maintenir au pouvoir, ont enfin riposté à la sanction contre leur Guide, la qualifiant d’insulte au peuple iranien pour se donner aussi une légitimité populaire et entraîner les Européens à en parler pour la valider et ainsi invalider tous leurs opposants ! Mais, il n’y a eu aucun signe positif de la part des Européens !

Mercredi 26 juin 2019 (05 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs dérangés par le silence des Européens avant la réunion du Conseil de Sécurité avaient visiblement conclu à leur soutien à Trump, car ils avaient insulté Trump, le qualifiant de débile, pour le provoquer !

PNG - 516.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En l’absence d’une réaction américaine, ils se sont moqués de Trump en annonçant la défaite cuisante de sa conférence de paix à Bahrein, car l’OLP avait boycotté la conférence pour lancer le processus.

JPEG - 88.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Or ce boycott ne pouvait être une victoire pour les mollahs, car l’OLP n’est pas leur ami et par ailleurs, la conférence n’était pas un échec, car la Russie s’était approchée dans le même temps des Émirats Arabes Unis qui soutient ce plan. Le MAE russe participait indirectement au processus et sa présence semblait indiquer la validation du plan par son pays.

JPEG - 24.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs conscients que Trump n’avait pas subi une défaite ont aussi redoublé d’efforts pour agiter la région en menaçant les Américains par le chef milicien de leur armée de l’air ! Ils ont aussi annoncé qu’ils allaient dépasser dans 24 heures le plafond de 300 kg d’uranium légèrement enrichi à 3,67% avant de renoncer dans 11 jours à leur consentement à limiter le taux de leur enrichissement , menaçant de la porter à 20% insinuant vouloir produire leur propre combustible nucléaire et de fait obtenir des déchets à usage potentiellement militaire !

À l’issue de cette menace potentielle, les mollahs ont mis en scène leur Guide avec ses juges. Sur les photos, il y avait 30 personnes dans le sens la largueur entre les colonnes au lieu 22 personnes et 8 rangées au lieu de 6 dans le sens de la pronfondeur de la salle (soit à chaque fois une surdensification de 1,3 et au total 1,7 fois le nombre de personnes possibles d’être présents. On pouvait supposer une foule de presque la moitiée ou encore moins. Devant une salle presque vide, le Guide a insisté implicitement sur l’intention militaire de ses compères en qualifiant les négociations de désarmement ! Il y avait aussi de la désinformation dans ce message car le régime désarmé par l’absence de ses juges insinuait qu’il ne l’était pas.

JPEG - 349.6 ko
JPEG - 392.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans le même temps, le directeur de la Banque Centrale du régime a attribué tous les problèmes du pays aux Européens en raison de leur refus d’ouverture d’une ligne de crédit pour les exportateurs du régime afin qu’ils puissent aussi importer des produits indispensables au pays comme des médicaments.

Les collaborateurs agités du régime ont apprécié cette diplomatie agressive axée sur des insinuations et pour la première fois sans qu’il y ait eu une menace d’ordre judiciaire, la bourse n’a pas été agitée. Son indice est monté de 3479 points grâce à 2283 milliards de tomans d’injections de fonds. La hausse moins forte pour un montant plus élevé indiquant que les mollahs avaient aussi acheté des actions aux plus riches pour les remercier pour leur soutien.

PNG - 83.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi (en Iran), le Conseil de Sécurité de l’ONU s’est réuni pour parler du rôle des mollahs dans les attaques contre les pétroliers japonais . La sous-secrétaire générale de l’ONU a exprimé ses inquiétudes et a invité les mollahs à se modérer et aussi à renoncer à l’enrichissement qu’ils avaient annoncé, car il risquait de déstabiliser la région.

Le représentant américain a accusé les mollahs en évoquant la nécessité d’un accord plus large pour limiter l’agressivité des mollahs. Le représentant russe a dit qu’il n’y avait pas de preuve de la participation des mollahs, mais ne s’est pas démarqué en les soutenant. Le représentant européen a critiqué les mollahs tout en leur promettant un micro ligne de crédit après une rencontre vendredi pour finaliser le processus. On a conclu que les Européens, mais aussi les Russes faisant semblant d’aider les mollahs pour qu’ils soient moins nerveux et moins attirés par la fuite en avant et par les provocations susceptibles de nuire à leurs voisins !

JPEG - 183.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le représentant américain n’a évidemment pas crié au scandale. On a l’impression qu’il n’avait pas voulu un vote en faveur de sanctions onusiennes qui par essence échappent à la volonté de son pays, il voulait médiatiser le rôle des mollahs pour valider ses propres sanctions et avoir les mains libres pour sanctionner davantage les mollahs ! Le Congrès a aidé sa volonté de renforcer ses sanctions par une loi l’autorisant à augmenter son budget de la lutte contre le terrorisme (donc principalement contre les mollahs).

Les mollahs sont zappés cette rencontre consensuelle bénéficiant à Trump et validant implicitement sa politique de sanctions ! Ils ont annoncé assez tardivement une procession en mémoire de 150 victimes de la défense sacrée (la guerre contre Saddam) 24 heures avant la commémoration d’un attentat contre le régime (qui d’ailleurs était organisé par Rafsandjani pour éliminer l’ayatollah Beheshti, l’un des pions des Etats-Unis), pour réunir les familles des soldats morts et utiliser leur mobilisation comme la preuve que le régime ne manquait pas de partisans et de moyens pour résister à ses ennemis iraniens ou étrangers.

Jeudi 27 juin 2019 (06 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs avaient mis en avant les mots du Guide qualifiant les négociations de désarmement pour donner une image forte du régime et plus de relief à la mobilisation attendue par les mollahs !

JPEG - 279.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglais, les mollahs se disaient déçus par le dialogue (sous sanctions) proposé par Trump, espérant encourager les Européens à inciter Trump à baisser ses sanctions ! Sachant qu’ils espéraient aussi bénéficier d’une mobilisation avec des cadavres récupérés, on pouvait estimer qu’ils espéraient des soutiens étrangers pour renforcer leur propagande et de fait, avoir raison des réticences de leurs derniers collaborateurs et parvenir à les motiver à rester à 100% à leurs côtés.

PNG - 861.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais rien ne s’est passé comme ils l’avaient espéré ! Les Européens n’ont pas attaqué les négociations sous sanctions de Trump, car Macron a appelé Rohani pour le mettre en garde contre l’enrichissement à des taux plus élevés (le passage du ’’légèrement enrichi’’– inférieur à 5% au ’’faiblement enrichi’’ -allant de 5 à 20%-). Lavrov a aussi contredit le Guide en insistant sur la nécessité pour les mollahs de respecter l’accord et de rester ouvert au dialogue !

PNG - 70.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, il n’y a pas eu la mobilisation espérée par les mollahs ! La pression est devenue immobile. Par la suite, on a vu une foule immense, mais elle est tantôt sur un pont et tantôt en dessous (les deux dernières photos).

JPEG - 323 ko
JPEG - 404.1 ko
JPEG - 271.6 ko
JPEG - 272 ko
JPEG - 398.4 ko
JPEG - 336.8 ko
JPEG - 158.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG
© IRAN-RESIST. ORG

JPEG - 442.2 ko
JPEG - 297.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En revanche, des centaines d’ouvriers des raffineries du sud du pays se sont réunis à Behbahan pour contester le régime !


© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont alors menacé l’US-Navy pour montrer leur volonté de résilience et motiver les leurs, quelques VIP comme Ali Larijani et le Rayissi, le chef du pouvoir judiciaire qui lui est proche, se sont aussi rendus sur place, mais les collaborateurs du régime n’ont pas suivi et leur boycott est devenu la preuve du rejet du régime par ses derniers serviteurs administratifs et ses derniers serviteurs de base !

Cet échec a déprimé les mollahs et leurs proches. Personne n’a parlé pendant plusieurs heures. Puis les mollahs ont radicalisé leur résilience en rejetant les échanges démonétisés proposés par les Européens et ont menacé de quitter l’accord sur le nucléaire pour forcer les Européens à prendre leur défense. Ils ne l’ont pas fait. Trump a aussi pris acte de leur volonté de conflit, mais les a privé du clash et l’escalade qu’ils souhaitent en affirmant qu’il avait du temps et comptait les briser à l’usure !

Les mollahs et associés n’ont pas commenté ces événements et ont ainsi prouvé qu’ils avaient peur d’aller au conflit direct avec tous ces adversaires bien plus puissants qu’eux.

Vendredi 28 juin 2019 (07 Tir 1398), les mollahs devaient faire le bilan de la semaine et proposer des solutions lors de leur sermon de vendredi. Ils devaient aussi rencontrer les 4+1 pour parler de l’activation de l’Instex avec eux.

Avant qu’ils parlent, la Russie a affirmé qu’elle était disposée à leur livrer des S-400, mais qu’ils ne l’avaient pas demandé ! Elle a ainsi souligné la faiblesse de la DCA des mollahs, le fait qu’ils manquaient de moyens financiers et avaient peur d’essuyer un nouveau refus ! Du Fait, du rapprochement des Russes avec les ennemis du régime, les mollahs ont conclu que les Russes avaient reçu l’autorisation de leur vendre ces missiles pour leur faire admettre leur faiblesse et aussi pour les dépouiller. Ils n’ont pas répondu à leur offre empoisonnée qui les empêchait de menacer les Européens pour les obliger à marcher dans son sens lors de la réunion prévue en ce jour pour l’activation de l’Instex.

Les mollahs ont alors surtout axé leur sermon de vendredi sur leur soutien à leur pouvoir judiciaire pour menacer leurs proches qui la veille les avaient boycottés et leur faire comprendre qu’ils pouvaient tout perdre s’ils s’obstinaient à vouloir les laisser tomber !

JPEG - 285.8 ko
JPEG - 212.1 ko
JPEG - 297 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Washington a alors zappé les menaces de rupture de l’accord nucléaire des mollahs, pour les priver d’un chantage nucléaire avant la réunion proposée par les 4+1 pour obtenir mieux que l’Instex, mais il a continué sa guerre d’usure contre les mollahs en insistant sur leur rôle déstabilisateur en affirmant qu’ils avaient attaques les Saoudiens depuis le sud de l’Irak et non depuis le Yémen. On pouvait comprendre qu’il voulait offrir aux Houthis extrémistes la possibilité de s’éloigner des mollahs et aussi pousser les Irakiens à virer tous les gens proches des mollahs de leur pays et ainsi réduire les possibilités de fuite pour les mollahs et leurs associés afin d’accentuer la panique parmi eux !

Les sénateurs américains ont alors aidé Trump en votant une loi exigeant la saisie des avoirs des mollahs au Luxembourg.

Les 4+1 ont alors reçu le représentant des mollahs, mais n’ont pas bougé d’un iota et se sont même moqués de leur demande en leur reprochant d’être trop pressés (alors qu’ils pourraient effectivement l’être). Les mollahs n’ont osé défier les 4+1 en suspendant leurs engagements nucléaires. Ils ont quitté la réunion sans parler de ce qui s’y était passé.

Les Russes ont continué à punir les mollahs en révélant leur résignation à demeurer dans l’accord nucléaire sans rien obtenir en échange ! Leur président Poutine a aussi rappelé sa volonté d’arriver à une entente avec Trump en le rencontrant et faisant part après la rencontre de leur unité de vue à propos de l’Iran, la Syrie et l’Ukraine.

Les mollahs, certains d’avoir perdu les Russes ont insisté sur leur victoire d’avoir pu préserver’accord de Vienne ! Puis, ils ont oublié la rencontre ratée avec les 4+1 en se focalisant tardivement sur la commémoration de leur (faux) attentat pour rappeler aux leurs leurs histoires sanglantes pour les convaincre qu’ils ne pourraient pas être sauvé en retournant simplement leur veste.

En résumé, les mollahs avaient abattu un drone pour affirmer leur capacité à contrôler la région afin de faire reculer tous leurs adversaires notamment les Européens, mais ils n’avaient pas réussi à les intimider ou les faire reculer. Ils avaient menacé de quitter l’accord de Vienne pour menacer le rôle international des Européens, mais Washington avait aidé ces derniers. Les Russes avaient aussi souligné leur soutien à Trump pour ne pas nuire à leur projet de deal avec lui. Les Français et d’autres avaient calqué leur conduite sur celle de Trump en parlant de dialogue sans critiquer ou contrer ses sanctions (qui sont contraires à l’apaisement nécessaire au dialogue) !

Les mollahs avaient dû se résigner pour éviter d’étaler leur échec et assister à un plus grand nombre de ruptures parmi les leurs. Ils devaient donc continuer à attaquer pour ne pas démoraliser leurs proches, mais sans savoir que faire pour avancer sans subir de nouveaux échecs et de nouvelles ruptures !

-Semaine 594 (29 Juin- 5 Juillet 2019) :-
-Menaces d’escalade pour la provoquer ! -

Samedi 29 juin 2019 (08 Tir 1398), la journée était fériée en raison de la mort d’un des saints chiites. Il n’y avait donc pas de journaux et de bourse. Donc ils avaient un jour off. Cependant, ils devaient en principe attaquer les Américains pour avoir abattu en 1988 le Boeing iranien du vol 655 d’Iran Air parce qu’il servait de bouclier à des chasseurs qui voulaient attaquer un de leur navire de guerre (USS Vincennes). Mais on n’a rien vu à ce sujet ! Les mollahs avaient zappé un événement qui rappelait leur manque de scrupule et leur incapacité à réussir grâce à ce manque de scrupule. Ils entendaient aussi zappé leur réponse terroriste à la destruction du vol 655, l’attentat de Lockerbie qui devait aussi éliminer un de leurs ennemis internationaux, le Sud-Africain Pik Botha qui avait refusé de leur rendre du savoir faire nucléaire militaire. Les mollahs voulaient éviter de nouveaux problèmes et montrer leur disposition à s’entendre avec les Américains !

Trump a compris le sous-entendu et a dit que les mollahs semblaient prêts à négocier !

Macron qui espère prendre le leadership de l’Europe et dominer l’Allemagne a proposé de jouer les médiateurs. Trump a accepté et encouragé cette initiative qui le soulageait de tenter quelque chose directement. Les mollahs n’ont pas sauté sur l’occasion et ont prouvé qu’ils ne voulaient pas négocier, mais faire baisser les sanctions et sortir de leur isolement pour s’éviter de nouvelles ruptures internes.

En prévision, à plus de problèmes les mollahs ont annoncé un nouveau procès visant 10 de leurs plus hauts responsables économiques ainsi que de nombreuses saisies de terrains occupés par leurs collaborateurs !

Plus tard, en réponse à la feinte de Trump, le MAE des mollahs a tweeté sur le Boeing abattu en 88 et sur la cruauté des Américains. Mais Trump l’a ignoré et a désespéré les mollahs par le maintien de sa ligne anti-escalade.

Dimanche 30 juin 2019 (09 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs dépités par leur nouvel échec affirmaient que Trump avait échoué lors des G20 à former un front contre leur régime alors que tous les chefs d’État présents avaient calqué leur conduite sur la sienne ! En cette première journée ouvrée de la semaine, les mollahs rassuraient donc leurs proches en niant l’alignement implicite des G20 sur Trump. Ils niaient l’impossibilité d’une escalade pour continuer leur manœuvre en attendant un miracle !

JPEG - 197.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglais, les mollahs reprochaient aux Européens leur manque d’assiduité à défendre l’accord de Vienne pour raviver leur intérêt, mais ce reproche ne devait pas modifier leur conduite, car ils savent qu’ils ne sont pas en mesure de défier les États-Unis et exister sans son soutien.

PNG - 785.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens opposés au régime avaient insisté sur l’affaire des S-400 pour souligner la faiblesse de la DCA du régime et sa vulnérabilité en cas d’une frappe en réponse à ses provocations. Ils avaient aussi souligné l’insignifiance de l’Instex pour signaler que les mollahs étaient totalement aux abois en l’ayant accepté !

JPEG - 149.8 ko
JPEG - 212.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a ouvert en panique. L’indice boursier était en chute libre ! Les collaborateurs du régime étaient désespérés par les échecs cumulés par les mollahs et leur refus d’admettre leur défaite et partager leurs trésors et permettre à tous leurs proches de s’enfuir avant qu’il soit trop tard pour tout le monde.

Les mollahs ont répondu à cette panique en démarrant le procès contre 10 de leurs plus hauts fonctionnaires du secteur bancaire ! Ils ont aussi annoncé un procès contre 4 ex-maires de Chiraz en leur attribuant la responsabilité de la coulée de boue qui avait tué des centaines de gens (lors de leur initiative de laisser faire des inondations pour désorganiser la contestation à l’encontre de leur régime).

Les mollahs ont aussi annoncé un procès visant le bazar de Tabriz au prétexte de ces prix élevés, mais en réalité pour casser la grève de ce bazar pour battre le régime.

Les députés ont aussi aidé les mollahs en menaçant les bénéficiaires de très gros salaires et les propriétaires de maisons vides pour empêcher les riches de vendre leur bien avant de fuir le pays !

Mais ces menaces n’ont pas pu contenir la panique des collaborateurs du régime et la bourse a fini avec un indice en baisse de 1600 points malgré 1914 milliards de tomans d’injection de fonds par les mollahs !

PNG - 97.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi, les mollahs ont été davantage déprimés quand Trump a franchi à pied la frontière entre la Corée du Sud et la Corée du Nord pour serrer la main de Kim Jung Un, faire part de leur étrange admiration à son égard avant de l’inviter à la Maison-Blanche !

PNG - 458.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs n’ont pas commenté l’info, car la rencontre n’aurait pas possible sans l’aide des russes ou des Chinois et elle signifiait que Trump avançait vers des ententes secrètes ou pas avec ces deux grandes puissances de l’est et le régime ne pourrait plus espérer surfer sur les conflits d’intérêts est-ouest pour tirer son épingle du jeu.

Au cours de l’après-midi, Rohani et son gouvernement ont évoqué de nombreux budgets pour toute sorte de projets en attente pour rassurer les gens du régime qu’ils avaient les fonds espérés afin qu’ils cessent de s’agiter et mettre en danger le régime.

Lundi 1er juillet 2019 (10 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs avaient mis en avant les nouveaux procès débutés la veille par peur que les promesses de budgets pour tout le monde ne soient pas suffisantes pour leurs proches paniqués.

JPEG - 208.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglais, ils avaient aussi qualifié l’Instex d’une belle auto qui manquait de carburant, menaçant implicitement les Européens de refuser leur offre pour les pousser à leur offrir un vrai soutien avec de belles caisses de dollars !

PNG - 649.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens hostiles au régime avaient signalé que la Chine avait sanctionné le secteur iranien d’automobile insinuant que les Chinois avaient trouvé une entente avec Trump.

JPEG - 138.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Reuters a alors signalé que les inspecteurs de l’AIEA avaient relevé que les mollahs avaient franchi le seuil de 300 kg pour leur stock d’uranium légèrement enrichi (c.-à-d. à 3,67%) marquant leur envie de défier les 4+1.

PNG - 437.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Londres espérait un conflit ouvert entre le régime et les mollahs non pour aider ces derniers, mais pour qu’ils ne soient en mesure de s’entendre avec Trump et empêcher ce dernier de mener le jeu ! Mais Trump a refusé ce conflit en ignorant lez mollahs !

Le MAE des mollahs a alors accentué la provocation en reconnaissant cette violation volontaire d’un engagement de l’accord de Vienne. Les interlocuteurs internationaux n’ont pas eu peur et conformément au schéma observé la semaine dernière, le secrétaire général de l’ONU a qualifié de dangereuse l’initiative des mollahs en les menaçant d’éventuelles nouvelles sanctions onusiennes.

Les Allemands ont aussi ordonné aux mollahs d’arrêter l’enrichissement. Les Français espérant encore bénéficier de cette crise ont mis en garde les mollahs par un ex-ambassadeur Nicoullaud qui s’était toujours dit être leur ami ! Les Anglais ont menacé les mollahs de sortir de l’accord de Vienne pour les sanctionner et empêcher les Français de profiter de la crise. Enfin, la Russie a qualifié le dépassement des mollahs de banal pour les empêcher de continuer leur chantage et provoquer une crise majeure susceptible de désorganiser leurs adversaires notamment ceux de la région comme l’Arabie Saoudite.

PNG - 517.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Trump a aussi joué personnellement cette mécanique de pression sans escalade en constatant le dépassement tout en évoquant son dialogue (sous les sanctions).

Les collaborateurs du régime dépités par cet échec de leurs dirigeants ont paniqué et le résultat a été une nouvelle baisse de l’indice boursier du régime qui est l’indice de confiance de ses collaborateurs en son avenir.

JPEG - 208.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont annoncé l’arrestation d’un de leur homme d’affaires, un certain Rikhteh-garan au moment où il s’apprêtait à embarquer dans un avion pour fuir le pays ! Or, cet homme ne pouvait être à l’aéroport sans avoir eu le visa indispensable pour voyager. Les gens du régime ont compris que le régime avait attaqué ses proches ayant un visa pour leur dire qu’ils ne pourraient bénéficier d’aucune dérogation. Ils ont aussi ouvert un nouveau projet contre une société financière appelée Nadine !

Mais dans le même temps, ils ont promis de belles liasses aux miliciens retraités qui sont devenus des ennemis pour les récupérer avant de lancer un avertissement militaire à Trump via leurs chefs miliciens. Mais la panique a persisté et l’indice a fini à -1440 points. Ce qui signifiait que les amis du régime ne jugeaient pas suffisantes ses promesses en plus d’avoir été déçus par ses échecs.

Les mollahs devaient rassurer les leurs et provoquer une crise forte. Leur ministre la santé a aussi rassuré les gens en affirmant que le régime avait des caisses pleines et qu’il produisait tous les médicaments du monde en imitant leurs formules et leur MAE a repris de précédents messages hostiles contre Trump.

Mais ce dernier n’a pas répondu à ces insultes a insisté sur sa force en rappelant qu’il avait le soutien des Européens et qu’il allait sous peu sanctionner leur MAE en saisissant ses biens à l’étranger et en limitant ses déplacements. Les mollahs et surtout leur MAE ont cessé de gesticuler et ont prouvé qu’ils avaient conscience de la puissance de Trump.

Mardi 2 juillet 2019 (11 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs dépités par leurs échecs affirmaient que l’accord de Vienne leur permettait de détenir autant d’uranium légèrement enrichi (-5%) qu’ils voulaient, essayant de provoquer une polémique avec les Européens, casser leurs réserves et les engager dans une escalade.

JPEG - 185.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais dans leur journal anglais, les mollahs avaient mis en avant leur dernier attentat sanglant de leurs amis les Talibans pour rappeler qu’ils gardaient une certaine capacité de nuisance malgré leurs déboires avec Assad et le Hezbollah !

PNG - 901.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais les mollahs n’ont constaté aucun changement du côté de leurs adversaires occidentaux. De peur d’une nouvelle panique ruineuse, les mollahs ont diffusé via leur télévision. Un rapport sur tous les procès en cours et les verdicts prononcés ou à venir contre ceux qu’ils qualifient de corrupteurs, corrompus ou agitateurs du marché des devises pour empêcher tous leurs collaborateurs paniqués à vendre des actions et acheter des devises du régime. Ils ont aussi nommé un nouveau chef plus agressif à la tête de leur milice pour mieux intimider leurs collaborateurs.

Leurs collaborateurs nantis ont compris le message et ont renoncé à vendre des actions et les mollahs ont pu faire monter l’indice de 1153 points grâce à 1954 milliards de tomans d’injections de fonds à la bourse. La hausse relativement faible de l’indice pour une telle mise de fonds signifiait que les mollahs avaient misé leur fonds sur les plus nantis pour leur montrer qu’ils pouvaient redevenir amis !

PNG - 130 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais cela ne pouvait arriver en cumulant les échecs. C’est pourquoi les mollahs sont repartis en guerre contre leur image de perdant en annonçant avoir démantelé une équipe de terroristes contre-révolutionnaires dans l’ouest du pays et ont menacé encore les Européens en affirmant qu’ils ne resteraient pas dans l’accord sur le nucléaire si ces derniers refusaient de tenir leurs engagements. Les Européens n’ont pas répondu et ont de fait poussé les mollahs à se radicaliser et ainsi permettre à Trump de mieux les sanctionner.

Les mollahs ont envoyé le n° 2 de leur ministère des AE en Russie pour solliciter le soutien des Russes ! Trump a conclu qu’ils voulaient utiliser les Russes pour justifier leur projet d’augmentation de leur taux d’enrichissement en parallèle à la hausse des stocks d’uranium enrichi. C’est pourquoi il a encore mis en garde les mollahs sur la hausse de leur taux d’enrichissement à 20% ! Il a dit que cela lui nuirait gravement sans préciser de quelles manières, les laissant imaginer le pire !

Mercredi 3 juillet 2019 (12 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs avaient promis l’égalité homme femme dans les indemnisations des accidents de route, allant contre la charia pour offrir aux épouses et les filles gâtées de leurs collaborateurs nantis la possibilité de faire payer plus les pauvres gens qui les subissent sur les routes !

JPEG - 198.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglais, les mollahs affirmaient que la hausse de leur stock d’uranium légèrement affaibli ne violait pas l’accord de Vienne. La Russie l’avait aussi dit. Les mollahs voulaient diviser les 4+1 et engager les Européens dans une escalade verbale afin de pourvoir continuer leur chantage nucléaire.

PNG - 682.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens hostiles au régime avaient signalé que les Chinois achetaient de l’électricité bon marché en Iran pour récolter à de très bas prix de Bitcoins et se faire une grosse réserve de cette monnaie très particulière qui peut échapper aux sanctions américaines et les leur vendaient à des prix très élevés ! Les miliciens hostiles au régime accusaient ainsi les mollahs de perdre des fonds importants du fait qu’ils avaient besoin de la Chine en raison de leur isolement international. Ces miliciens en guerre contre les mollahs les accusaient d’être les vrais responsables de la faillite qu’ils attribuent à leurs collaborateurs afin d’accentuer le conflit entre eux et provoquer une situation plus délétère pour le régime tout entier.

JPEG - 155.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias dissidents de ces mêmes miliciens ont alors annoncé des manifestations dans plus de 10 villes iraniennes pour protester contre la faillite et la pauvreté provoquée par le régime (ci-dessous à Téhéran) !


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs n’ont alors également pas pu engager les Russes contre les Européens. La Chine était aussi désignée comme un profiteur ! Les collaborateurs du régime ont compris que les conflits est-ouest n’étaient plus d’actualité pour les Russes. La panique s’est installée à la bourse de Téhéran et l’indice s’est mis à chuter.

Les mollahs ont encore insisté sur la répression de leurs collaborateurs, mais ils n’ont pas réussi à calmer la panique. Ils ont dû augmenter leur mise de fonds passant de la moyenne actuelle de 1900 milliards de tomans à 2426 milliards de tomans (soit +25%) pour éviter un résultat négatif !

PNG - 156.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Un sénateur républicain a été parlé du droit au nucléaire sans la maitrise de l’enrichissement et des combustibles hautement irradiés (solution très sage appliquée par le Shah, la rentabilité en plus en raison de l’investissement du pays dans la société chargée de la production et traitement du combustible irradié.

Les mollahs ont esquivé et ont nié leur défaite en annonçant la présence des milliers d’organisateurs du Hajj autour de leur Guide. Ils ont aussi critiqué le rejet des visas par les Saoudiens pour provoquer un conflit avec eux. On avait encire une photo truquée et une fausse foule car on ne peut avoir 600 organisdateurs pour moins d’une centaine de pelerins (depuis quelques années).

JPEG - 380.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais l’annonce était aussi fausse, ils avaient eux-mêmes refusé les visas en mai dernier pour provoquer une crise avec les Saoudiens et aussi empêcher leurs collaborateurs de fuir le pays en le quittant au prétexte d’un pèlerinage à la Mecque. Le conflit ne pouvait donc avoir lieu et n’a d’ailleurs pas eu lieu ! Ils pédalaient donc dans le vide à la recherche d’une crise et ne pouvaient y parvenir !

PNG - 614.5 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont alors mis en ligne une lettre de 14 faux opposants appelants par écrit et par video à la démission du Guide, sans que personne ne les inquiettent. Par cette opération téléguidée, les mollahs espéraient sauver leur peau juste en changeant un seul homme dans leur régime ! Mais la lettre a été très critiquée dès sa publication et n’a eu aucun succès parmi les gens du régime !

Les nantis du régime ont davantage paniqué dès le recours à cette solution bidon ! Ils se sont mis à acheter des dollars et ont provoqué une forte hausse de son taux.

Les mollahs ont alors poussé leurs faux opposants à demander un changement de la constitution de leur régime ! Les proches du régime, craignant le retour de la fausse révolution de couleur des mollahs et la possibilité qu’elle offre une occasion aux opposants de renverser le régime, se sont mis à stocker des vivres et certains aliments comme les patates ont manqué et leurs prix ont immédiatement doublé !

PNG - 435.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs étaient dépités par l’impopularité évidente de leurs faux opposants. Leur président, Rohani, a pris la parole pour annoncer une possible rupture de l’accord de Vienne grâce à la hausse du taux de l’enrichissement nucléaire dans 4 jours, le dimanche 7 juillet. Zarif a complété l’offensive en imposant aux Européens d’offrir bien plus que l’Instex en s’opposant aux sanctions de Trump et en investissant massivement en Iran !

Les Français qui veulent jouer un grand rôle à côté de Trump pour s’assurer un rôle au Moyen-Orient ont refusé le chantage des mollahs en précisant qu’ils n’iraient pas au-delà de l’Instex, et ce aussi seulement à condition que les mollahs appliquent à 100% l’accord de Vienne !

Jeudi 4 juillet 2019 (13 Tir 1398), les mollahs avaient mis en avant leur menace pour rassurer les leurs et leur faire admettre qu’ils menaient le jeu ! Dans leur journal anglais, ils avaient exigé un pèlerinage politisé à tous les musulmans, insinuant qu’ils avaient la capacité de les embrigader contre les Saoudiens ! On avait donc deux bluffs au menu ! Visiblement, les mollahs fuyaient la confrontation. Ils avaient peur d’aller à la confrontation dans le domaine nucléaire. Ils avaient peur de leurs adversaires et leur unité qui signifiait qu’ils étaient d’accord pour les virer.

JPEG - 191.1 ko
PNG - 869 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs avaient peur de leurs adversaires et leur unité qui signifiait qu’ils étaient d’accord pour les virer.

Les miliciens en conflit avec le régime avaient mis côte à côte à côte les propos contradictoires de Rohani et Zarif à propos de l’Instex pour souligner que les mollahs étaient désorientés et à bout de nerfs, donc incapables de gérer quoi que ce soit !

JPEG - 180.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Bien que la bourse soit fermée, la situation pouvait s’aggraver la semaine à venir quand le régime devait gérer la confrontation qu’il ne veut pas ! C’est pourquoi les mollahs ont augmenté leur pression sur leurs proches en les accusant d’acheter des Bitcoins pour montrer qu’ils ne laisseraient aucune marge à ceux qu’ils rêvent de les lâcher.

Les chefs Pasdaran ont aussi aidé leurs camarades en se disant encore prêts à toute éventualité . Les Parlementaires ont rejoint cette propagande en rendant hommage au responsable du tir sur le drone américain, insinuant ensemble qu’ils soutenaient une autre frappe similaire pour défier Trump au lieu de défier le monde entier ! Cela revenait de choisir entre la peste et le Choléra. Visiblement, tous les gens du régime, qui ont toujours bénéficié des divisions et du soutien de groupes terroristes basés ailleurs, étaient désespérés à l’idée d’être contraints d’aller eux-mêmes au front pour sauver leur vie !

Les Européens, qui sont aussi pris en charge depuis longtemps par les Américains, ont alors été bien décevants en repoussant la possibilité de la confrontation avec les mollahs en affirmant qu’ils ne réactiveraient pas immédiatement leurs sanctions même si les mollahs sortaient de l’accord de Vienne. Mais l’annonce a déçu les mollahs, car in fine, ils ne pouvaient espérer utiliser les craintes et la molle résistance des Européens pour mettre en œuvre leur chantage nucléaire.

Vendredi 5 juillet 2019 (14 Tir 1398), les mollahs devaient faire le bilan de cette semaine catastrophique et proposer des solutions lors de leur sermon de vendredi.

Mais la journée a démarré rudement pour eux, car les Anglais ont annoncé qu’en vertu de l’embargo sur la livraison de pétrole à Assad, ils avaient saisi un superpétrolier iranien chargé de 2 millions de barils de brut faisant route vers la Syrie via le détroit de Gibraltar !

Les Anglais qui connaissent bien les mollahs pour avoir inventé le clergé chiite iranien avant de l’installer au pouvoir en 1979, avaient bien saisi la peur des mollahs d’aller au combat et avaient saisi leur cargo pour les forcer à réagir contre l’Europe et de fait forcer les Européens à sanctionner les mollahs selon le souhait de Trump et ainsi mettre fin à son projet d’alliance avec les Russes !

JPEG - 152.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Sacré monde de brute ! Les Américains n’ont pas remercié les Anglais et ont prouvé qu’ils ne voulaient pas changer leur politique pétrolière ! Cela était bien prévisible, car on n’échange pas la suprématie sur marché mondial contre 2 millions de barils de pétrole !

Les mollahs ont aussi zappé la nouvelle pour éviter le clash qui pouvait les isoler davantage ! Ils ont critiqué la saisie par l’intermédiaire de Mohsen Rezaï, le n°2 du Conseil de discernement de l’intérêt du régime.

Les mollahs ont consacré leur sermon à leur menace d’enrichissement nucléaire illimité à partir du dimanche 7 juillet pour faire paniquer tous leurs adversaires et les contraindre à reculer par peur d’une folle course à l’arme nucléaire au Moyen-Orient ! `

Trump a demandé une réunion extraordinaire du Conseil des Gouverneurs de l’AIEA et le directeur de cet organisme a accepté de l’organiser le 10 juillet, soit trois jours après la date annoncée par les mollahs, pour marquer l’inquiétude de son organisme sans participer par sa précipitation aux psychoses souhaitées par les mollahs !

Les mollahs n’ont pas réagi. Il était évident qu’ils étaient déçus et cherchaient une bonne idée pour faire monter la température et provoquer une crise forte pour ne pas devoir aller vers la confrontation dans laquelle ils ne peuvent faire le poids.

-Semaine 595 (5-12 juillet 2019) :-
-L’escalade enfin ? -

Samedi 6 juillet 2019 (15 Tir 1398), dans leur journal iranien, les mollahs n’avaient pas évoqué la saisie de leur superpétrolier et l’option d’une fuite en avant nucléaire pour motiver les leurs. On pouvait supposer qu’ils ne croyaient pas les rassurer en l’absence d’une attitude réactive des Européens et des Américains. Les mollahs avaient choisi de rassurer leurs proches (qui sont passés sous le seuil de pauvreté par la faute des sanctions) en leur promettant des logements au prix constructeur pour les convaincre qu’il leur restait des fonds pour survivre.

JPEG - 186.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En parallèle à ce mensonge, dans leur journal anglais, ils avaient promis de riposter à l’acte de piraterie des Anglais, ravivant l’hypothèse d’une guerre contre les pétroliers, pour obliger leurs adversaires à reculer !

PNG - 1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants issus du régime ont alors signalé qu’il y avait des affrontements autour du Bazar de Tabriz entre le peuple et quelques miliciens qui avaient attaqué des vendeurs à la sauvette présents autour du Bazar de cette ville en justifiant leur intervention comme une demande de ses commerçants. Sachant que le Bazar de Tabriz est en grève pour affaiblir le régime, on devait comprendre que les mollahs avaient cherché à inquiéter les Bazaris pour les forcer à rouvrir, mais ces derniers avaient vraisemblablement résisté en défendant les vendeurs à la sauvette qui étaient attaqués !


© IRAN-RESIST.ORG

L’attaque a montré que les mollahs incapables de rassurer les leurs par des résultats économiques ou diplomatiques avaient tenté à les rassurer en se donnant une image forte, mais leur échec avait souligné leur affaiblissement et manque de personnel pour tenir la rue.

Les collaborateurs nantis du régime ont conclu que le régime n’avait pas les moyens de surmonter les revers subis et ils se sont mis à vendre plus qu’il ne peut leur acheter de l’action. L’indice boursier a chuté.

Les chefs Pasdaran ont tenté d’affirmer une nouvelle capacité de répression en annonçant l’arrivée d’un nouveau commandant à la tête de la milice Bassidj qui fait office de police, mais leur annonce a aggravé les choses, car ils ont dit qu’il s’appelait Ghoram-Reza Soleimani puis ont dit qu’il se nommait Gholam-Reza Qassem Soleimani, cherchant au passage à brouiller les cartes à propos du capitaine de leur équipe de terrorisme, qu’ils prétendent en vie, mais que l’on ne voit nulle part depuis une attaque israélienne contre son camp en Syrie. Les gens du régime ont compris que les mollahs avaient décidé de brouiller les cartes avec leur technique d’invention d’homonymes pour les gens qu’ils ont perdus ou qui leur posent des problèmes.

PNG - 494 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La panique s’est intensifiée même chez les collaborateurs du régime et l’indice boursier a chuté de 3496 points malgré 2236 milliards de tomans d’injection de fonds.

Les mollahs ont alors tenté de relancer leur fausse opposition (le Mouvement Vert) en condamnant Mohammad-Reza Khatami, le frère cadet de Mohammad Khatami, l’ancien président soi-disant réformateur Khatami pour avoir parlé de la (fausse) fraude attribuée à Ahmadinejad qui devait déclencher la fausse révolution de couleur du régime. Il s’agissait de martyriser une personne (absente d’ailleurs du projet de la fausse opposition de 2009) pour duper les Européens et relancer leur fausse opposition sans mettre en péril les principales figures. Mais ce projet n’a pas mobilisé les faux opposants et le régime a sauvé le pion ’’sacrifié’’ en affirmant que le régime était en vacance et de ce fait son verdict de 2 ans d’emprisonnement ne pouvait être appliqué !

JPEG - 110.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs désespérés par tous moyens pour sauver leur peau sans aller à la confrontation avec les Européens ont enfin annoncé qu’ils annonceraient une nouvelle direction nucléaire pour leur régime, car l’ultimatum aux Européens avait enfin pris fin. Ils espéraient forcer ces derniers à reculer, mais les Européens n’ont pas bougé.

Seul Macron qui court après une victoire diplomatique a appelé Rohani pour les mettre en garde sans cependant entrer en conflit avec le régime et lui donner le moyen de continuer son chantage.

PNG - 158.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont caché ce revers en affirmant que le président français les avait appelés pour présenter des excuses et se mettre à leur service ! Ils espéraient le fâcher et obtenir une escalade grâce à sa réaction, mais ce dernier a abandonné la partie pour éviter d’aider ces derniers.

Dimanche 7 juillet 2019 (16 Tir 1398), les mollahs devaient cesser leur engagement en se lançant dans l’enrichissement à 20% pour la production de carburant nucléaire qui après usage peut être utilisée comme de la matière à usage militaire... Dans leur journal iranien, ils avaient mis en avant l’appel de ’’soutien de Macron’’ ! Ils espéraient encore le faire réagir l

JPEG - 189.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglais, ils avaient défié Washington et ses alliés au sein de l’AIEA en affirmant que cet organisme n’avait aucun droit légal à stopper ses activités !

PNG - 821.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient contré la propagande des mollahs en affirmant que les plus hauts responsables de la Chine et du Qatar étaient aux États-Unis chez Trump. On devait comprendre que tout le monde se préparait à un monde sans eux !

JPEG - 142 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont retardé l’heure de la conférence provocatrice du chef de programme nucléaire... En attendant pour affirmer leur autorité, ils ont lancé une attaque contre les vendeurs ambulants à Tabriz et ont échoué !

Ils ont alors affirmé leur autorité en renforçant la répression de leurs collaborateurs nantis et paniqués en alourdissant les charges contre ces gens dans le procès de la banque Sarmayeh et aussi en annonçant l’arrestation de deux plus hauts responsables économiques du régime (tout en gardant leur nom secret pour mieux intimider tout le monde).

Les chefs Pasdaran ont alors annoncé un nouveau dispositif de communication capable de fonctionner même après une attaque par une impulsion électromagnétique ou IEM (française), laissant supposer que Macron les avait menacés et qu’ils lui déclaré la guerre à leur ainsi qu’au monde entier... Mais ils n’ont pas montré leur système.

Les Européens n’ont pas vacillé, car ils connaissent les capacités militaires réduites des mollahs et leur forte capacité de bluffs militaires !

Les mollahs dépités par l’absence de panique chez les Européens ont enfin annoncé leur nouvelle direction nucléaire en affirmant qu’il allait dépasser le seuil de 3,67 % d’enrichissement nucléaire pour aller vers les 20%, mais étant donné qu’ils avaient assez de stock d’uranium enrichi à 20%, ils n’allaient pas augmenter le nombre et la puissance de leurs centrifugeuses, mais aller dépasser le taux de leur enrichissement sans préciser sa valeur ! Ils ont aussi offert un nouveau délai de 60 jours aux Européens pour cesser leur coopération implicite avec Trump sans quoi le régime allait vers la 3e étape de sa riposte !

JPEG - 286.5 ko
JPEG - 293.7 ko
JPEG - 172.3 ko
JPEG - 230.4 ko
JPEG - 142.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

C’était très flou. Il n’y avait pas la rupture promise par les mollahs et l’activité nucléaire dangereuse pour la stabilité de la région afin de forcer les Européens à reculer ! La nantis étaient d’abord ravis, puis ils ont douté du succès promis par les mollahs !

PNG - 77.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Il n’y a pas eu l’escalade souhaitée par les mollahs. L’AIEA a dit qu’elle avait été informée, mais elle n’a pas commenté l’annonce. Les Européens se sont dits inquiets et ont dit qu’ils allaient en parler lors d’une réunion au cours des jours à venir. La Russie a dit que l’AIEA en décidera mercredi, se montrant disposée à suivre les Américains et les Européens à propos de l’attitude à adopter vis-à-vis des mollahs ! Enfin, Trump a parlé d’un chantage nucléaire et n’a rien fait qui puisse permettre aux mollahs de surenchérir !

PNG - 72.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au cours de l’après-midi, les mollahs ont rediffusé leur annonce floue pour raviver les doutes au sujet du changement de leur politique nucléaire. Mais l’attitude de leurs adversaires n’a pas changé. Ils ont alors évoqué l’opposition du Guide à la réaction d’armes nucléaires pour insinuer qu’ils allaient vers des activités potentiellement interdites et faire bouger leurs adversaires

Tard dans la nuit, les députés du régime ont volé au secours de ses dirigeants en exigeant le démarrage de l’enrichissement à 20% et tout ce que cela suppose. Mais ils n’ont pas pu réussir à intimider leurs adversaires.

Lundi 8 juillet 2019 (17 Tir 1398), les mollahs, dépités par leurs échecs, avaient tenté de rassurer les leurs sur leur capacité à provoquer une crise en annonçant encore un enrichissement supérieur à 3,67% sans préciser à quel taux. Mais dans leur journal anglais, ils avaient annoncé le taux de 4,5% pour préciser qu’ils restaient dans le domaine de l’uranium légèrement enrichi. On pouvait en conclure qu’ils avaient décidé d’éviter la confrontation après l’échec de leur bluff.

PNG - 1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens hostiles au régime avaient révélé les Européens avaient entre-temps exigé l’application de l’accord de Vienne à 100% et qu’ils n’allaient pas reculer ! Ils avaient aussi souligné l’augmentation de la pauvreté en Iran signalant que le régime allait de plus en plus mal ! Ils avaient aussi révélé que l’Irak avait cessé d’attribuer des visas aux Iraniens ! Ils disaient enfin que l’Instex que le régime espère activer grâce à ses provocations (ratées pour l’instant) ne pouvait même in fine pas être bénéfique au régime, car c’est un processus en accord avec les sanctions américaines !

JPEG - 141.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens de base à qui les mollahs ont volé l’épargne étaient à nouveau dans les rues notamment à Téhéran devant les bureaux du procureur pour réclamer ces fonds que le régime leur promet sans tenir sa promesse.


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs désespérés ont proposé une entente à Trump en attribuant la saisie de leur cargo par les Anglais à ses proches (Bolton, Bibi, MBS), qu’ils qualifient de Team B et présentent comme des dingues belliqueux ! Mais Trump n’a pas pris la peine de leur répondre !

PNG - 154.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Macron a alors offert une issue négociée aux mollahs en leur annonçant l’arrivée mardi de son envoyé spécial, Emmanuel Bonne, pour une durée de 2 jours, leur laissant le temps de décider un deal avant ou pendant la rencontre prévue mercredi au sein de l’AIEA. Macron cherchait à doubler ses camarades européens et les autres membres des 4+1 ! On pouvait supposer le début d’un nouvel apaisement en échange de discussion sur le rôle régional des mollahs, leur terrorisme et leurs missiles en raison des prises de parties répétées de Macron à ces sujets.

Sachant que la visite soulignait que Macron les considérait comme étant désespéré, les mollahs ont annoncé la visite comme la preuve que Macron avait eu peur d’eux, mais ils n’ont pas précisé sa date pour pouvoir calmer les paniqués du régime même après cette visite et son échec probable en raison de leur refus de renoncer à leur terrorisme qui est leur seule assurance vie.

Grâce à cette configuration, les mollahs ont pu bénéficier d’une journée sans panique à la bourse de Téhéran. Ils ont pu faire monter l’indice boursier de 2005 points grâce à 2253 milliards de tomans d’injection de fonds.

PNG - 63.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les barbouzes députés ont aussi aidé l’effort d’insinuation rassurante des mollahs en évoquant la possibilité de mettre fin à l’accord sur le nucléaire et de survivre grâce aux pays d’Eurasie (proches de la Russie). Les mollahs ont relayé ces demandes dans leurs médias pour rassurer leurs collaborateurs et mettre la pression aux Européens notamment les Français.

Les chefs Pasdaran ont aussi aidé le régime en annonçant un rassemblement de tous les commandants à Mashad pour insinuer qu’ils étaient prêts à se battre perpétuant la politique de l’illusion de la résistance au lieu de la résistance elle-même ! Mais il a été vite oublié car la mobilisation a été très faible !

JPEG - 246.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont sans cesse affirmé leur détermination à intimider les Européens, pour prendre le dessus avant mercredi et garder une marge pour de futures manœuvres d’intimidations en parallèle avec les négociations avec Macron. Mais sachant qu’ils pouvaient échouer, braquer Macron et aussi les autres membres des 4+1 et enfin leurs collaborateurs paniqués, ils ont aussi intensifié leur répression de ces derniers en annonçant 10 ans de prison ferme et des dizaines de coups de fouet pour un homme qualifié d’agitateur sur le marché des devises. Ils ont aussi annoncé la fin du procès du méga société de leasing automobile et de nombreuses condamnations au cours des jours à venir (au moment de la visite de Bonne et de la rencontre à l’AIEA).

À ce moment, la terre a tremblé à Masjed Soleiman, le berceau des activités pétrolières en Iran, avec une magnitude 5,7 sur l’échelle de Richter ! Les locaux ont fait état de très nombreux dégâts et blessés. Les mollahs ont milité les images (plusieurs photo d’un seul site). ils ont nié l’existence de victimes et ont minimisé les dégâts pour ne pas dépenser des fonds pour les victimes et pour que ces derniers qui vivent dans l’attente des secours pour des séismes passés ne puissent s’exprimer devant les médias et fait état de leur opposition au régime.

JPEG - 98.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Autre catastrophe, Trump a dit qu’il avait appelé Macron. Il a aussi chargé Bolton d’insister sur le maintien des sanctions contre les mollahs tant qu’ils n’auront pas renoncé à leur terrorisme et leurs missiles ou encore à la répression des Iraniens, limitant de facto la capacité du Président français de se poser en médiateur et qu’il puisse dans son seul intérêt promettre un apaisement contraire aux objectifs américains.

Rohani, alors en conseil des ministres, a contré ces mauvaises nouvelles en affirmant que Macron était à 100% partisan du régime ! Il a aussi promis le soutien des pays de l’Eurasie, insinuant aussi le soutien de Poutine ! Mais il n’y a eu aucune confirmation de la part de ces pays !

Il était clair que les mollahs comptaient sur la désinformation pour cacher leur échec et la possibilité de nouvelles sanctions à leur encontre au cours des jours à venir alors qu’ils n’avaient même pas osé enrichir de l’uranium à 20% et à défier les grandes puissances signataires de l’accord sur leur programme nucléaire !

Les mollahs ont aussi opté pour la promotion de leur fausse opposition en parlant d’interdiction de concert pour un de leurs chanteurs pop. Ils ont aussi tenté de renouer les contacts avec les démocrates américains et de recycler leurs journalistes de la chaîne officielle IRIB comme dissidents en les accusant d’avoir produit un documentaire (intitulé Gando) favorable au journaliste irano-américain, Jason Rezaian , agent médiateur de l’administration Obama en Iran.

Les démocrates n’ont pas attrapé la perche tendue par les mollahs reconnus comme terroristes par leur soutien à leur ennemi Assad. Le recyclage des journalistes d’IRIB a aussi échoué car le documentaire ne pouvait avoir été autorisé sans leur accord. Mais, ils ont continué et ont montré que leurs seuls espoirs étaient de fabriquer des dissidents et attendre le retour des démocrates au pouvoir !

Mardi 9 juillet 2019 (18 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs avaient mis en avant l’affaire de Gando ! Ils espéraient rassurer les leurs avec un projet de fausse révolution qui ne trouve aucun partisan depuis 10 ans ! Dans leur média anglophone, ils avaient insisté sur la hausse très minimaliste du taux de l’enrichissement, espérant convaincre leurs adversaires qu’ils n’étaient pas dans une logique de confrontation afin que les Européens se montrent indulgents ou continuent de leur proposer des deals. Ils espéraient utiliser les Français pour se débarrasser de certaines sanctions ! Ainsi après avoir esquivé leur promesse de clash, ils faisaient tout pour gommer leur mauvaise image pour s’éviter inutilement de nouvelles sanctions.

JPEG - 170.1 ko
PNG - 916.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient insisté sur l’échec des mollahs en soulignant l’attachement à 100% des Européens à l’accord sur le nucléaire. Ils disaient implicitement que les mollahs devaient opter pour une fuite en avant incertaine et fatale ou capituler. Ils invitaient tous les compagnons de ces derniers à les quitter afin de ne pas couler avec eux.

JPEG - 145.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il y avait encore une situation agitée autour du bazar de Tabriz du fait des mouvements désespéré des mollahs de casser la grève des Bazaris et d’affirmer leur autorité.

L’envoyé de Macron a commencé alors sa mission en Iran. Il n’a rien de sa mission et rien en faveur du régime ! Il n’y a eu aucune couverture de cette mission et tout le monde a supposé que son offre n’était pas du goût des mollahs ! Les Européens ont aussi réaffirmé leur attachement à 100% à l’accord de Vienne pour empêcher Macron de proposer un deal aux mollahs dans son seul intérêt !

JPEG - 317.8 ko
JPEG - 296.9 ko
JPEG - 217.7 ko
PNG - 138.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’envoyé spécial de Poutine en Syrie, Lavrentiev, est aussi arrivé à Téhéran. Il n’a également rien dit de sa mission et rien en faveur du régime ! es mollahs n’ont également rien dit à propos de cette visite-surprise chez eux ! Étant donné que les Russes utilisent leur proximité avec les mollahs et espèrent les trahir pour obtenir en échange un deal avec Trump à propos de la Syrie et de l’Ukraine, on pouvait supposer qu’ils avaient envoyé Lavrentiev pour sonder les mollahs ou les empêcher de conclure un deal avec les Français.

JPEG - 78.6 ko
JPEG - 69.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’indice boursier boosté comme chaque jour artificiellement s’est mis à chuter ! Il était clair que les collaborateurs du régime étaient inquiets !

Les mollahs ont augmenté la pression sur leurs collaborateurs en évoquant de nouvelles accusations contre de nouveaux accusés dans le procès de la banque publique Sarmayeh. Ils ont aussi insisté sur la responsabilité collective de tous les employés de leur pouvoir judiciaire dans les verdicts annoncés. On a compris que d’autres employés du pouvoir judiciaire avaient refusé d’aider les mollahs, soit par obédience aux collaborateurs du régime accusés de corruption, soit pour fuir ce régime affaibli par ses ennemis étrangers et en guerre contre ces propres proches.

La direction des Pasdaran a tenté de rassurer ces gens en affirmant que leur principal ennemi, l’Amérique, était faible et usé ! Mais la panique a persisté à la bourse. L’indice a fini à -503 malgré l’injection de 2057 milliards de tomans par les mollahs dans les poches de leurs collaborateurs paniqués.

PNG - 84 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors bien déprimé en constatant la présence des M-AE du Qatar chez Trump et d’une délégation économique américaine à Pékin pour finaliser des accords conclus entre Trump et Xi-Ping pendant le dernier sommet des G20 !

PNG - 438.4 ko
JPEG - 128.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs et leurs chefs miliciens ont aussi déprimé en apprenant la mort de 3 de leurs officiers chargés de la répression des Kurdes dans une embuscade tendue en plein après-midi par un petit commando kurde !

JPEG - 31.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Désespérés par leur faiblesse et les manœuvres hostiles du Qatar, de la Russie, la Chine et l’Europe, ils ont opté pour le recyclage de leurs agents de désinformation en dissidents en se focalisant sur la fausse affaire de Gando ! Ils ont aussi ouvert un débat sur le faux soulèvement estudiantin de 1997 pour rappeler au secours les faux opposants aujourd’hui très âgés qui avaient montré cette embuscade pour duper aussi bien les Iraniens que les Européens. Un seul d’entre eux nommé Abbas Abdi , un des responsables de la repression au sein du régime, a répondu présent.

En observant l’échec des mollahs, Français ont alors tenté de les rassurer et se proposer comme seuls médiateurs possibles en attribuant à Trump la responsabilité des mauvaises actions des mollahs !

Les mollahs ont cité ces propos tenus par LeDrian pour rassurer les leurs.

Mais l’administration Trump s’est vite opposée à la médiation de Macron en affirmant qu’elle n’avait aucun dialogue secret avec les mollahs et ces derniers devaient mettre en œuvre les 12 conditions qui étaient imposées avant d’envisager un dialogue. La France a réalisé que Trump avait validé sa médiation pour affirmer ses positions et révéler la rigidité des mollahs. Bonne a dû affirmer qu’il n’était pas porteur d’un message de Trump !

Les cadres miliciens journalistes de l’agence Fars qui affichent implicitement leur opposition au régime ont insisté sur ces propos pour ridiculiser les mollahs.

Les mollahs ont aussi cessé de s’agiter, car Macron était HS et ne pouvait plus leur être utile et ils avaient encore fait un mauvais choix en misant sur lui. Ils ont aussi gardé le silence pour éviter d’exciter les leurs alors que l’AIEA s’apprêtait à les accuser et augmenter ses inspections en Iran ! Ils faisaient le mort en attendant le mort !

Les Kurdes ont profité de la panique à la direction du régime pour lancer une nouvelle attaque contre leurs agents en Kurdistan et en tuant deux d’entre eux ! Les mollahs n’ont pas riposté, car cela allait aussi révéler leur incapacité à se défendre et à défendre leurs proches.

Mercredi 10 juillet 2019 (19 Tir 1398), l’AIEA devait décider que faire avec les mollahs ! Les 4+1 avait accepté son avis. Les mollahs dépités par leurs déboires avaient insisté sur le soutien des Français dans leurs journaux en farsi pour rassurer les leurs. Mais dans leur journal en Anglais, ils lui reprochaient son manque de sincérité (ces coups de fil à Trump et donc sa volonté de’être son associé !

JPEG - 187.4 ko
PNG - 565.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Avant que la situation de leur régime se dégrade à Vienne, les mollahs ont choisi l’option de la fuite en avant en promettant par le chef de leur Etazt-major en viste dans une zone tribale de frapper leurs ennemis (Anglais et Américains) !

PNG - 851.7 ko
PNG - 759.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le chef de leur pouvoir judiciaire, le mollah Rayissi, réputé pour sa dureté s’est aussi mué en candidat des élections parlementaires pour insinuer un durcissement du régime. Le M-AE du régime a aussi rejeté par avance les recommandations de l’AIEA en affirmant qu’elle n’avait aucun pouvoir exécutif et que le régime ne capitulerait jamais ! Enfin Rohani a promis que le régime arraisonnerait rapidement un cargo anglais en réponse à la saisie illégale de son superpétrolier ! Le régime a alors aussi mis l’accent sur l’arrivée de Bonne en Iran et les propos de LeDrian pour insinuer que le vent allait tourner en sa faveur !

Alors que les Occidentaux n’avaient pas reculé et ajourné la réunion de Vienne, les gens du régime ont été dupés par les bluffs de leurs chefs. Ils se sont mis à espérer et ont cessé de vendre leurs actions ! L’indice boursier est monté de 906 points !

PNG - 69.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais leur espoir s’est envolé avec le maintien de la réunion extraordinaire du Conseil des gouverneurs de l’AIEA et la condamnation de leur chantage nucléaire par cet organisme qui s’exprime au nom du Conseil de sécurité de l’ONU. Le représentant américain a aussi accusé les mollahs d’avoir repris en cachette l’enrichissement à haute dose pour demander l’extension des sanctions contre les mollahs !

Les mollahs ont riposté en accusant Trump d’avoir violé l’accord sur le nucléaire et ont demandé qu’il soit sanctionné ! La Chine et la Russie que les mollahs présentent comme des alliés pour rassurer leurs collaborateurs n’ont pas pris leur défense en demandant des sanctions contre les Américains comme le souhaitaient les mollahs ! De fait, la réunion a été une cérémonie de validation implicite de nouvelles sanctions américaines contre les mollahs !

PNG - 641.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Loin de Vienne, Rohani a opté pour la désinformation et la propagande en cachant les propos échangés à Vienne et en se disant très satisfait du dialogue souhaité par les Français et en affirmant qu’il y avait encore de compter sur la diplomatie (c’est-à-dire des marchandages), insinuant que le régime avait encore la possibilité de survivre.

Le clergé a aussi opté pour le déni de l’état d’urgence pour le régime en simulant la normalité par des élections au sein de son conseil constitutionnel appelé Conseil des Gardiens de la Constitution ! Il a annoncé l’arrivée de 3 jeunes (quadra) juristes pour insinuer que le régime n’était pas figé, mais ouvert au jeune parce qu’il croit encore avoir un avenir ! Les Parlementaires ont aussi relayé l’info pour rester proches des mollahs et bénéficier de leurs dollars. Ainsi on a l’impression que la situation était très normale alors que le régime venait de subir une nouvelle défaite et devait s’attendre à de nouvelles sanctions.

Les mollahs avaient peur que la panique interne s’intensifie. Ils ne risquaient rien, car la bourse est fermée tous les jeudis. Ils devaient profiter des deux jours à venir pour trouver un moyen pour provoquer un conflit de taille avec les Occidentaux et les faire reculer pour s’éviter une nouvelle crise.

Jeudi 11 juillet 2019 (20 Tir 1398), dans leurs journaux iraniens, les mollahs vaincus sur tous les plans affirmaient qu’ils allaient riposter à la saisie de leur cargo pétrolier par les Anglais ! Ils assuraient aussi que Macron leur avait envoyé un émissaire pour proposer une réconciliation américaine. On avait un cocktail de bluffs intimidants et de mensonges rassurants.

JPEG - 187.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglophone, les mollahs avaient misé sur la menace de la baisse de leurs engagements nucléaires pour intimider les Occidentaux.

PNG - 920.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens dissidents s’étaient moqué des mollahs en raison de leur dialogue avec l’envoyé de Macron en affirmant que les mollahs avaient posé fièrement pour un selfie avec le mauvais flic. L’objectif de ce titre était de dire qu’il n’y avait pas de bon flic dans le jeu des médiations diplomatiques et les mollahs étaient perdants dans tous les cas de figure !

JPEG - 169.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs devaient se montrer fort pour faire reculer les Occidentaux et contenir la panique de leurs collaborateurs. Ils n’ont rien fait contre les Occidentaux. Ils ont seulement accentué leur répression interne en annonçant l’ouverture d’un procès contre un de leurs responsables pétroliers et ont ainsi révélé que les collaborateurs les plus importants étaient gagnés par la panique et l’envie de les laisser tomber !

La Russie a alors rejoint le camp des mauvais flics en insistant sur la nécessité pour les mollahs d’appliquer à 100% leurs engagements sans tenir compte de l’absence de contrepartie de leur côté et du côté des Européens. L’info est passée à la trappe chez les mollahs.

Certains députés et les dirigeants dits réformateurs ont alors insisté sur la nécessité de quitter l’accord de Vienne ou de saisir un cargo anglais pour provoquer une crise forte et bénéfique au régime !

La marine des mollahs et des Pasdaran s’est alors mis en quête de capture un pétrolier anglais, mais elle n’y est pas parvenue. CNN a rapporté l’incident pour mettre en garde tous les pays qui ont des pétroliers dans la région et ouvrir le débat sur la nécessité d’une coalition militaire pour escorter les navires en transite dans cette région ! La CIA a aussi révélé que le pétrolier américain RIAH était porté disparu alors qu’il transitait par le détour d’Hormuz le 7 juillet, c’est-à-dire après l’échec de bluff nucléaire des mollahs, en vue d’arriver à une crise par la menace sur le transit pétrolier international.

PNG - 271.6 ko
JPEG - 53.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On a compris que la CIA avait gardé le secret pour empêcher l’escalade souhaitée par les mollahs pour intimider tous les pays dépendant du pétrole du golfe Persique et ainsi les retourner contre Trump. Cette fois, Trump a pris la parole pour avertir les mollahs qu’ils étaient en train d’entrer sur un terrain dangereux et devaient faire gaffe ! De nombreux pays menacés par les mollahs ont annoncé la possibilité de rejoindre l’escorte suggérée plutôt par le commandant de CentCom.

Les chefs Pasdaran craignant des sanctions plus lourdes malgré leur échec ont dit qu’ils n’avaient aucun projet pour perturber le transit pétrolier via le détroit d’Ormuz ! Ils ont aussi apporté un soutien appuyé au dialogue souhaité par Macron pour relancer cette médiation avec ce dernier dans le but d’empêcher de nouvelles sanctions et de gagner du temps pour capturer un pétrolier européen ou américain !

PNG - 451 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais les Français n’ont pas répondu à cette proposition des mollahs, car il n’y avait aucun geste d’apaisement de leur part pour la valider.

Le clergé a alors critiqué les Européens en affirmant que leur Instex était en soi une sanction et devait être rejeté. Le M-AE du régime a aussi dit qu’il misait sur la diplomatie partant sous peu au Vénézuéla pour un sommet des Non Alignés en passant par à NY sur l’invitation de certains membre de l’ONU pour une conférence économique et qu’il ne rencontrerait pas à cette occasion les dirigeants américains, car ils étaient des terroristes économiques décidés à exterminer les Iraniens !

Il y avait plusieurs éléments codés dans cette déclaration apparemment anodine. Tout d’abord, le passage à l’ONU était une provocation, car Trump avait demandé que Zarif soit interdit de séjour à NY. Zarif entendait utiliser les règlements de l’ONU pour défier son embargo et aussi énerver le président américain en s’affichant avec les proches de Maduro au Vénézuéla. En refusant, toute négociation, il refusait de restituer le tanker Riah aux Américains pour forcer les patrons pétroliers américains à mettre la pression à Trump et l’obliger à dialoguer. Il espérait ainsi l’humilier et utiliser ce dialogue pour exploser sa diplomatie et sa coalition avec les Arabes.

Par ailleurs, en évoquant de potentiels soutiens ou médiations non européens, il espérait inciter les Européens à lui proposer des deals tenant compte des intérêts du régime et bousculer ainsi Trump.

Mais les Européens n’ont pas plié et ont souligné leur détermination en insistant sur la nécessité pour les mollahs d’appliquer à 100% l’accord sur le nucléaire. Trump a aussi neutralisé leur provocation d’autovictimisation de Zarif en ordonnant une levée partielle de l’embargo le concernant, mais en précisant qu’il ne pouvait pas se déplacer selon les règlements de l’ONU comme dans le cas des diplomates d’autres pays sanctionnés par les États-Unis. La direction de l’ONU n’a pas critiqué cette offre et aucun des supposés amis des mollahs au sein des Non Alignés n’a pris la leur défense ! Les mollahs ont cessé de s’agiter pour réajuster la mission de Zarif et entrer le meilleur profit malgré le mépris qu’ils suscitent.

Vendredi 12 juillet 2019 (21 Tir 1398), les mollahs devaient faire le bilan de la semaine et proposer des solutions lors de leur sermon de vendredi.

Leurs ministres de la Défense et de l’Intérieur ont pris la parole pour parler de leurs capacités offensives contre leurs ennemis et leur capacité de répression contre les leurs pour rassurer et aussi mettre en garde ces derniers en cette fin de semaine qu’ils ne pouvaient pas présenter comme très bonne en raison de leur manque de courage et les revers subis sur la scène internationale.

Après ces bluffs rassurants et intimidants à la fois, les mollahs ont consacré leur sermon à critiquer l’Europe, l’accusant de soutenir secrètement Trump et ses sanctions, laissant supposer qu’ils devaient cesser l’application de l’accord de Vienne et s’adresser ailleurs pour trouver des médiateurs !

JPEG - 407.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On pouvait supposer que la mission de Zarif était désormais de tout faire pour attirer les Européens dans le dialogue afin de bloquer Trump et ses sanctions. Les Européens n’ont pas montré des signes de fléchissement et Trump a encore pris la parole pour dire aux mollahs de faire gaffe !

Résumons les événements des cinq semaines que nous vous avons détaillées. Au dernier pointage, après le renforcement des sanctions pétrolières américaines, les mollahs ont compris qu’ils ne pouvaient pas compter sur les Russes ou les Chinois car ces derniers leur faisaient des promesses sans suite tout en faisant du business avec leurs ennemis arabes.

Les mollahs ont alors attaqué les ports pétroliers arabes pour mettre la pression sur les Chinois, les Russes et davantage encore sur les Européens. Washington a parlé de leur responsabilité sans polémiquer sans fin et leur permettre de polémiquer sur leur puissance. Les Chinois ont confirmé leur préférence pour les Arabes en les mettant au centre de leur projet de route de soie. Les Russes ont confirmé leur choix en validant par leur silence et leur soutien aux Émirats le plan de paix de Trump pour le conflit israélo-palestinien et aussi en s’accordant pour chasser les mollahs de la Syrie !

Les collaborateurs du régime ont accentué les efforts pour quitter le pays avec leurs magots. Les mollahs ont accentué leur répression contre leurs collaborateurs. Ces derniers ont confirmé leur rupture en boycottant d’abord le rassemblement d’hommages à Khomeiny et à la révolution islamique puis la journée antisioniste de Qods. Les amis palestiniens du régime ont aussi boycotté cet événement ordonnant implicitement aux mollahs de se tenir à l’écart des négociations pour l’avenir qui leur était proposé.

Les mollahs ont alors fait pression sur le Japon qui dépend du pétrole du golfe Persique pour l’entraîner à s’opposer à Trump. Le Japon a plutôt encouragé les mollahs à cesser leurs agitations. Sans sommation, ils ont tiré sur l’un de ces pétroliers tout en visant un drone américain pour déclarer la guerre à tout apaisement, mais ils ont raté le drone et ont endommagé un second pétrolier japonais. Trump a pointé le doigt vers les mollahs sans cependant leur permettre de provoquer une escalade verbale susceptible de profiter à ces derniers.

Les Anglais qui veulent empêcher le rapprochement entre Trump et Poutine ont amplifié la même accusation pour se placer à la tête des sanctions contre les mollahs et déclasser l’intérêt de l’alliance avec Poutine. Trump s’est gardé de féliciter les Anglais.

Les mollahs, menacés par Anglais en plus des Américains, ont alors oublié leur volonté de terroriser le golfe Persique et ont menacé d’enrichir leur uranium à 20% insinuant la volonté de produire des matières à usage militaire pour déstabiliser les Arabes et les amener à lâcher Trump. Ils n’ont rien vu de tel. Ils ont tiré sur un drone américain pour provoquer militairement Trump, mais ce dernier à éviter cela.

Avant la date prévue par les mollahs pour annoncer la hausse de leur taux d’enrichissement, les Anglais ont capturé un cargo des mollahs en les accusant d’aider Assad pour les forcer à se braquer davantage !

Les mollahs se sont gardés de riposter par peur que les Anglais les agressent davantage et cette frappe entraîne plus de remous au sein de leur régime ! Leur hésitation a conforté Macron qu’il pouvait jouer un grand rôle international pour sauver son mandat ! Les mollahs ont in fine opté pour une micro hausse de leur taux d’enrichissement pour laisser la porte ouverte aux négociations, mais tout le monde a critiqué cette petite provocation. Déprimés à l’idée qu’ils ne pourront pas provoquer une crise pour survivre grâce à un chantage à la déstabilisation de la région, ils ont décidé de passer à la vitesse supérieure en capturant un petit pétrolier américain, mettant la pression aux pétroliers américains, avant l’arrivée de l’envoyé de Macron dans l’espoir qu’ils obligent Trump à leur proposer un deal.

Trump les a menacés. Ils ont dit qu’ils allaient draguer Maduro et les nons Alignés pour s’inviter à NY et le narguer. Trump a évité l’escalade en accordant un visa restreint à Zarif tout en le mettant en garde.

Résumons encore. Il y a plus d’un mois, les mollahs ont commencé à menacer les économies occidentales en tirant sur les installations pétrolières arabes. Ils ont seulement réussi à braquer les Chinois et les Russes et les rapprocher des Arabes et de Trump !

Les mollahs ont alors commencé à provoquer la marine de guerre américaine pour que le risque d’une nouvelle guerre isole Trump. Ils ne sont pas parvenus à leur but, car Trump s’est montré très raisonnable tout en intensifiant ses sanctions à leur égard.

Les échecs des mollahs ont intensifié les envies de rupture parmi les leurs. Le régime des mollahs, incapable de faire dévier Trump et ses associés de leur objectif de le détruire, a enfin eu une nouvelle idée : menacer les grandes compagnies pétrolières américaines pour les pousser à obliger Trump à reculer. Or, ce sont ces pétroliers qui avaient commandité la révolution islamique, mais avaient finalement conclu que l’islamisme leur faisait du tort qui ont élu Trump pour les débarrasser du fléau qu’ils avaient créé avec l’aide des politiciens de carrière des deux partis américains. Les mollahs n’ont aucune chance de contraindre les pétroliers à faire pression sur Trump, ils risquent qu’ils le pressent d’en finir au plus vite.

Les mollahs ont donc peu à peu accentué leurs ripostes dans l’espoir de déstabiliser leurs adversaires et préserver la fidélité de leurs proches. Cependant, ils ont encore tout faux, car ils entrent en conflit avec les rois du monde. Les dieux de l’Olympe économico-financier mondial. Ils ne peuvent pas accentuer cette fuite en avant ni reculer, car les ripostes faibles leur valent plus de remous internes. Ils sont comme une voiture poussée à grande vitesse qui ne peut pas s’arrêter ni manœuvrer à sa guise. La république islamique va avancer de manière erratique avant de se crasher sur un obstacle inattendu : un cargo-une manif-une danseuse...