Accueil > Photos > Semaine 548 : Comme des chiens dans un jeu de quilles !



Semaine 548 : Comme des chiens dans un jeu de quilles !
30.08.2018

En 2016, Washington a renoncé à sa diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe Brzezinski, car elle avait produit des troubles géopolitiques graves contraires à ses intérêts pétroliers. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate, en place depuis 1973, par des révélations pénalisant son candidat Hillary Clinton pour aider l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. Les États arabes ont enfin été autorisés à évoquer le terrorisme des mollahs !

Les mollahs ont alors soutenu les Houthis. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais les Européens n’ont pu les sauver en raison de leur terrorisme. Les mollahs se sont retrouvés incapables d’approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 ! Ces miliciens se sont ralliés au peuple pour demander la fin du régime et le rétablissement de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié le terrorisme en Syrie contre les Américains et les Israéliens pour diviser la coalition russo-américaine souhaitée par Trump et par Poutine. Ils ont excédé la Russie et la Syrie. Ces deux États ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité internationale implicite contre le terrorisme des mollahs pour se retirer de l’accord de Vienne afin d’annoncer de nouvelles sanctionner contre les mollahs. Trump a aussi encouragé l’alliance pétrolière de Poutine avec l’OPEP pour priver les mollahs d’un possible chantage pétrolier. Enfin, à l’approche de ses nouvelles sanctions,Trump a mis un terme à la capacité de nuisance terroriste des mollahs au Moyen-Orient et en Europe en obtenant leur expulsion de la Syrie en échange de la reconnaissance de la souveraineté d’Assad et le droit de Poutine à préserver des bases en Syrie.

Tous les gens du régime ont paniqué et se sont mis à acheter des dollars et des pièces d’or pour quitter le pays. Les mollahs et les chefs Pasdaran ont bloqué ces achats en augmentant les prix de ces produits pour les garder pour eux-mêmes. Des milliers de responsables se sont enfuis ! On a constaté un cas de mutineries dans une très importante base tactique du régime !

À 2 semaines du début des nouvelles sanctions pétrolières et financières américaines, le m-AE de Trump a apporté son soutien à l’opposition du peuple iranien au régime. Les opposants ont alors annoncé des actions de plus en plus fortes et continuelles pour profiter de ces sanctions !

Les mollahs, menacés de toute part, ont attaqué 2 pétroliers saoudiens pour provoquer une pénurie pétrolière, mais ils n’ont pas provoqué la panique qu’ils souhaitaient. Washington leur a envoyé 4 grands bâtiments de sa marine. Les mollahs ont simulé une ouverture au dialogue. Trump a exigé des preuves de leur ouverture. Ils n’en ont montré aucun et n’ont pu continuer leur plan.

À une semaine du début des sanctions, les mollahs ont renoué avec le terrorisme pour intimider les Américains et les 4+1 avant de les rencontrer à un sommet à Singapour ! Ils n’ont rien obtenu d’eux. Les Allemands et les Anglais ont même durci leur position en évoquant la saisie des avoirs des mollahs dans leur pays.

La semaine dernière, le début de nouvelles sanctions a confirmé l’isolement à 100 % du régime des mollahs ! Les affairistes ont augmenté leurs achats d’or et de dollar du régime à n’importe quel prix. Les députés qui n’en ont pas les moyens ont accusé Rohani de corruption pour forcer les mollahs à baisser le prix du dollar.

Les mollahs ont menacé de pendre les acheteurs de dollar, mais ils n’ont pas osé le faire. Ils ont aussi reconnu leur responsabilité dans l’attaque des pétroliers saoudiens sans oser surenchérir par de nouvelles attaques... Ainsi le début des nouvelles sanctions a démontré la fragilité des mollahs et leur manque de courage pour faire face aux menaces venues de l’extérieur ou de l’intérieur du pays et de leur régime.

Cette semaine, les mollahs ont tenté de se rallier la Russie ou l’Europe en jouant avec la détermination du statut de la mer Caspienne qui a de très importantes réserves d’hydrocarbures, mais ils ont échoué, ils ont perdu des gisements sans obtenir les soutiens espérés. Les paniques internes se sont intensifiées comme la colère du peuple pour avoir encore mis en danger l’avenir économique du pays.



Samedi 11 août 2018 (20 Mordad 1397), les médias du clergé et de son gouvernement avaient publié la liste des problèmes du peuple pour donner l’impression d’un régime à l’écoute et disposé à mettre fin aux problèmes au lieu de s’occuper de ses problèmes ! Mais étant donné qu’il n’y avait pas de liste de solutions, on pouvait supposer que les mollahs entendaient contenir le peuple et faire cesser les charges des députés voyous pour obtenir des dollars pas chers !

PNG - 738.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le journal anglais des mollahs signalait un massacre saoudien au Yémen dans l’espoir de trouver des alliés contre ce principal allié régional des Américains. Mais étant donné qu’il y a un consensus international de lutte contre les Houthis au Yémen et donc aucune chance que les mollahs trouvent des alliés, on avait un cri qui ne servait à rien. On pouvait supposer que le régime n’avait pas de solution pour déstabiliser ses adversaires et qu’il était désemparé comme la semaine dernière.

PNG - 762 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des dissidents (Javan des cadres miliciens en rupture) avaient révélé que 15000 Iraniens s’étaient installés depuis un an en Géorgie malgré des droits très limités pour les expatriés mêmes riches dans ce pays (laissant supposer que ce pays était devenu la base replis des dirigeants en danger). Javan avait insisté sur l’isolement des mollahs en raison du refus de soutien de l’Irak en rejetant leur argument que cela était dû à des marchandages politiques des rivaux du PM sortant et pouvait changer dans le cadre des accords entre ce dernier et ses adversaires.

PNG - 620.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les opposants ont alors annoncé des grèves dans les Bazars de plusieurs villes en guise de protestation contre les fausses promesses de la résolution des problèmes !



© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les députés ont repris leur charge contre les mollahs en affirmant que leur gouvernement ne donnait pas l’impression d’avoir la volonté d’agir !

Le gouvernement a alors abattu un joker en affirmant que Rohani partirait dimanche matin à Aktaou au Kazakhstan pour trouver un accord sur le statut légal de la mer Caspienne, laissant sous-entendre que le régime pouvait utiliser son vote en faveur du statut de lac ou de mer pour faire pression sur les Russes et les Européens et acheter le soutien des uns ou des autres !

Immédiatement, les députés ont cessé de s’agiter !

Les chefs Pasdaran ont aussi donné leur accord restant neutre. Mais en supposant que cette manœuvre échoue, ils se sont mis à critiquer une récente lettre ouverte d’Ahmadinejad en faveur de la démission de Rohani et des Larijani pour faire la promotion de cette option et aussi placé Ahmadinejad dans le camp des opposants pour faire craindre à ces derniers la récupération de leur mouvement pour qu’ils cessent de s’agiter !

Les affairistes n’ont pas cru au succès du régime face aux Russes ou aux Européens, ils ont augmenté leurs achats et se sont mis aussi à vendre leurs actions. L’indice a chuté. Le régime qui utilise la bourse pour rémunérer ces affairistes et refuse d’acheter en cas de panique a cette fois, consenti à injecter la somme faramineuse de 8408 milliards de tomans dans les poches de ses paniqués. Mais, il n’est pas parvenu à les calmer et a fini avec un indice en hausse, pour ne pas arriver à la table des négociations sur la Caspienne en donnant l’image d’un régime en danger et faible, mais la panique a persisté et l’indice a fini avec une baisse de 2506 points !

PNG - 406.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs dépités ont sollicité le soutien du PM irakien par une lettre ouverte de la branche estudiantine des Pasdaran... Les Irakiens n’ont pas répondu ! Mais le journal Al Ghad de la Jordanie (qui est sous influence des Anglais) a annoncé la visite très prochaine du PM irakien à Téhéran ! Les mollahs ravis ont annoncé la visite qui leur permettait d’arriver moins seuls à la table des négociations d’Aktaou !

PNG - 434.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais après quelques heures, les Irakiens ont dit que c’était faux ! Nous avons conclu que les Anglais avaient provoqué cette réaction pour démontrer que le PM irakien lui-même avait rejeté les mollahs malgré les soutiens qu’ils lui avaient accordés sous Saddam. Pour nous, les Anglais avaient sciemment anéanti la propagande des mollahs sur la division irakienne pour leur rappeler leur isolement et leur faire comprendre qu’ils pourraient aggraver leur situation pour qu’ils cessent de se croire supérieurs et qu’in fine, ils signent sans faire d’histoire contre le statut du lac qui est contraire aux intérêts pétroliers anglais.

Les mollahs ont aussi été obligés de démentir l’arrivée du PM irakien. Pour éviter que ce mauvais coup des Anglais ne les expose à une plus grande panique interne, ils ont annoncé que le Guide avait donné l’ordre au pouvoir judiciaire de punir le plus rapidement possible les corrompus économique (nantis agités acheteurs de dollars) !

Dimanche 12 août 2018 (21 Mordad 1397), les médias du clergé et de son gouvernement avaient mis en avant la menace de punition contre les acheteurs de dollars pour éviter toute agitation susceptible d’affaiblir le régime et empêcher ses représentants (Rohani & Zarif) de prendre tous les risques qu’ils jugent nécessaire pour sa survie.

PNG - 609.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans leur journal anglais, les mollahs avaient décrit la menace contre les acheteurs de dollars comme une lutte contre le blanchiment d’argent afin d’améliorer leur image en Occident et faciliter les relations bancaires avec les Occidentaux. On pouvait supposer qu’ils voulaient voter contre le statut du lac qu’ils avaient déjà accepté ou qu’ils donnaient cette illusion pour obtenir le soutien de la Russie en échange de la confirmation de leur précédent accord.

PNG - 602.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des dissidents (du clan Rafsandjani) avaient mis en avant l’accusation de Fox News sur un test de missile anti-navire par les Pasdaran la semaine dernière, insinuant de nouvelles sanctions pour amplifier la panique interne.

PNG - 439.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les cadres miliciens en rupture (Journal Javan) avaient publié un article sur les différents statuts de la mer Caspienne en précisant que les accords précédant la révolution islamique qui avaient été conclus entre le Shah et les Soviétiques désignaient la mer Caspienne comme une mer soviétique et iranienne exploitée en commun et à égalité avec une zone exclusive de pêche de 19 miles nautiques le long des rivages (16 % de la surface pour l’Iran). Ils précisaient que selon ces accords, l’Iran et la Russie étaient les seuls États autorisés à y déployer des navires de guerre pour protéger leurs intérêts et aucun autre pays n’avait ce droit (les Anglais). Enfin, ils affirmaient que Rohani devait demander au moins 20 % de la surface des eaux et du lit en compensation de ce que l’Iran avait et ne peut plus avoir en raison de la disparition du partage avec un seul autre pays. La demande n’était pas réaliste, car la partie sud de la Caspienne (ci-dessous avec un contour jaune) est 51 % de sa surface totale à diviser entre les 3 pays qui la bordent (Iran, Azerbaïdjan & Turkménistan) et la part de l’Iran ne peut excéder 17 %. De fait, l’article de Javan était écrit pour alarmer les Iraniens et empêcher les mollahs de brader davantage les intérêts du pays en votant pour le statut de mer pour offrir la Caspienne aux grandes compagnies étrangères en particulier BP en échange de leur soutien diplomatique hypothétique et bien incertain.

PNG - 506.3 ko
JPEG - 238.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les opposants ont alors annoncé que les Bazars avaient maintenu leur grève !



© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Rohani a quitté le pays en déclarant qu’il n’allait pas voter en faveur d’un quelconque statut, mais signer des accords avec les pays riverains, signalant clairement qu’il allait manipuler ses interlocuteurs pour obtenir des compensations de leurs parts. Il a ainsi gardé le mystère sur sa décision finale !

JPEG - 131.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au même moment, le pouvoir judiciaire du régime a annoncé l’arrestation de 67 corrompus financiers et l’interdiction de sortie du pays pour 100 autres personnes ! On a compris que 67 gros acheteurs de dollars étaient en prison pour ne pas pouvoir agiter le régime par leurs achats ou leurs ventes d’actions. 100 responsables administratifs du régime étaient aussi interdits de quitter le pays et devaient cesser d’acheter des dollars...

Les députés ont craint de finir en prison et ont cessé de critiquer Rohani !

La bourse a ouvert sans aucune agitation puisqu’elle était vidée de ses actionnaires paniqués. Le régime a fait 13400 milliards de tomans d’injections de fonds sur les plus grosses entreprises qui appartiennent aux plus importantes fortunes du régime pour acheter leur soutien !

Rohani a annoncé qu’il rencontrait les responsables des pays voisins pour des accords bilatéraux laissant supposer qu’ils étaient en train de mener les jeux dans l’intérêt du régime ! Voici ce qu’il se passait alors : ils écoutaient un discours qui ne lui convenait pas !

JPEG - 78.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En début de l’après-midi, le président du Kazakhstan a annoncé que le statut du LAC avait été adopté avec une zone exclusive de pêche de 15 miles nautiques pour chaque pays sans que le partage du reste de la surface soit décidé ! Cela signifiait que les mollahs avaient raté le deal avec les grandes compagnies et en plus diminué la part de l’Iran (en renonçant à l’élargissement de leur zone exclusive) !

JPEG - 122.7 ko
JPEG - 82.7 ko
JPEG - 244.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Rohani a affirmé qu’il avait eu de très bonnes rencontres avec la Russie et l’Azerbaïdjan, insinuant qu’il avait obtenu des avantages et des soutiens (financiers ou diplomatiques) en échange du vote en faveur du statut lac. Les députés n’ont pas réagi négativement à l’échec subi, mais au fil du temps, ils n’ont rien vu venir de la part de la Russie et de l’Azerbaïdjan !

JPEG - 63.4 ko
JPEG - 78 ko
JPEG - 47.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les députés du régime ont alors critiqué Rohani en affirmant qu’il avait passé des deals qu’ils ne pouvaient pas cautionner et avaient besoin d’être soumis à leur vote ! Ils entendaient mettre la pression aux mollahs sans nécessairement revoir un accord qu’ils avaient eux-mêmes envie d’abroger, car ils ne demandaient pas cela !

Rohani a alors publié le texte de l’accord conclu à Aktoua en insistant sur le maintien du principe de la mer commune pour dire que le régime pouvait encore prétendre à une bonne part des réserves de la mer Caspienne !

À son retour en Iran, Rohani a encore insisté sur une bonne évolution dans ses rapports avec l’Azerbaïdjan pour insinuer qu’il avait obtenu de ce pays le droit d’exploiter en commun les gisements qu’il s’était appropriés et dont il avait commencé l’exploitation avec l’aide de BP. Mais l’Azerbaïdjan n’a pas confirmé cette prétendue entente !

JPEG - 73.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont alors tenté une diversion en annonçant que le bureau de la milice estudiantine avait été attaqué par la milice anti-émeute ! On avait déjà entendu cela en 1999 pour mettre en place la fausse révolte des étudiants iraniens. On a compris que les mollahs, certains d’être critiqués et déstabilisés par les miliciens en rupture et leurs députés intéressés, voulaient mettre en scène une révolte gauchisante dirigée par eux-mêmes pour infiltrer la contestation et sauver leur peau ! Mais les opposants ne se sont pas mobilisés pour les faux étudiants faussement menacés !

Les mollahs ont cessé de parler et de mettre en avant l’accord sur la Caspienne car ils ne pouvaient plus rien espérer des Européens pétroliers ! Ils n’avaient pu remettre en cause l’accord avec l’aide des députés enragés pour retrouver l’intérêt des Européens ! Ils avaient aussi nui aux intérêts durables du pays ! Ils pouvaient provoquer plus de contestations populaires et plus de paniques en raison de la chute de l’intérêt pour les Européens ! Et enfin, ils n’avaient pas pu raviver leur fausse opposition pour sauver leur peau !

Dans la soirée, les mollahs qui avaient ainsi presque tout perdu ont subi une attaque inattendue et féroce de la part des Anglais à qui ils avaient fait miroiter une mainmise permanente sur la Caspienne ! La BBC a interviewé un ex-diplomate russe, Safarov, impliqué dans les premières négociations sur le statut de la Caspienne, qui a affirmé que la Russie et les autres pays riverains attendaient que les mollahs réclament le droit de jouissance de 50 % qui leur avait été accordé par le traité de 1935 et que la Russie soit contrainte de partager sa part avec les républiques nées de la disparition de l’URSS !


© IRAN-RESIST. ORG

BBC accusait les mollahs d’avoir renoncé à 50 % de la mer Caspienne pour inciter les Iraniens à défiler dans la rue pour annuler l’accord qui lésait l’Angleterre ! La BBC affirmait que les mollahs avaient été dupés par les Russes qui avaient toujours voulu voler les Iraniens ! Or, l’actuel accord avait aussi diminué les eaux exclusivement russes et offrait les mêmes avantages à tous les pays riverains, tous pouvaient explorer la partie centrale de la Caspienne. La charge contre les Russes nous a paru infondée.

Nous nous sommes mis à la recherche de documents sur la Caspienne pour comprendre cette animosité. Il est vite apparu que les Anglais étaient mécontents, car le statut du lac avec une zone restreinte d’exclusivité allait nationaliser leur plateforme d’exploitation situé à 70 km des rivages d’Azerbaïdjan au bord du grand bassin sud pour exploiter le gisement Shah Deniz qui se trouve à 600 mètres de profondeur soit 400 m plus haut que le fond du bassin (donc vraisemblablement dans la paroi de ce bassin).

JPEG - 121.7 ko
PNG - 56 ko
JPEG - 73.4 ko
PNG - 545.5 ko
PNG - 453.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En fouillant davantage, selon notre habitude, nous sommes tombés sur de nombreux documents détaillant la composition géologique de cette fosse marine sans expliquer ce que ces couches pouvaient contenir (comme les deux premiers coupes ci-dessous) ! Mais qui cherche trouve et après 20 heures de recherches en variant les mots clefs nous sommes tombés sur un rapport de l’AAGP (American Association of Petroleum Geologists [1]) fait pour une conférence pétrolière en 2011 où il était explicitement dit que ce bassin sud avait les plus forts dépôts sédimentaires qui sont synonymes de réserves pétrolières (3e image ci-dessous) ! En comparant les images de ce rapport avec les images précédentes pour d’autres parties de la Caspienne, le bassin nord d’une profondeur de 400 mètres et les parties plus plates situées à proximité de la Russie et du Kazakhstan, il est paru que la partie sud était des dizaines de fois plus riches que la partie nord qui était déjà qualifiée de très riches.

JPEG - 180.2 ko
JPEG - 253 ko
PNG - 411 ko

© IRAN-RESIST. ORG

On a compris que les Anglais pleuraient la perte de Shah Deniz et tout ce qui se trouvait plus bas au fond de la fosse sud de la Caspienne et non le droit de passage de pipeline comme on le lire çà et là dans les médias français ! Le rapport évoquait aussi des similarités dans la composition géologique de la mer noire et nous avons appris que la Crimée était au-dessus d’un gigantesque gisement pétrolier et on a compris l’intérêt des Russes à la récupérer et l’insistance des Européens à défendre son adhésion à l’Union ! On avait là un énorme secret public sur des ressources connues par des pétroliers du monde entier ! La Russie avait réussi à virer les Anglais de ce banquet hors du commun ! L’Azerbaïdjan était ravi de récupérer les installations de BP ! La Russie pouvait l’aider pour les aspects techniques et obtenir une partie de ses gains !

Dans le temps, l’ONU a salué l’accord qui avaient torpillé les intérêts anglais ! Les autres grandes puissances dont les Américains n’ont pas suivi les Anglais alors qu’ils avaient aussi des contrats avec d’autres pays riverains ! On a compris que la majorité des grandes puissances étaient heureuses de voir les Anglais mordre la poussière et être privés de gisements susceptibles de leur permettre de préserver leur suprématie pétrolière mondiale !

Étant donné que (selon notre théorie) Trump a été élu pour s’associer avec la Russie afin d’isoler les Anglais, l’accord sur la Caspienne nous a paru comme une faveur accordée à la Russie pour nuire aux Anglais !

Les mollahs avaient donc sérieusement manqué de jugeote en flirtant avec les Anglais ! Ils avaient aussi raté le partage du bassin selon les règles internationales pour un statut de lac qui aurait pu leur offrir l’exclusivité sur plusieurs gisements du fond de la fosse sud sans nuire au projet de l’exclusion des Anglais de la Caspienne ! Mais pire que tout, ils étaient prêts à défaire l’accord qui peut leur laisser une chance d’exploiter ces richesses pour obtenir le soutien des Anglais et des Européens sans se douter ces derniers avaient déjà choisi le tandem gagnant Trump-Poutine !

Notre mini enquête nous a convaincus de la bêtise profonde des mollahs et le fait qu’ils n’avaient aucun expert géopolitique digne de ce nom, mais nous avons été ravis, car ils étaient sur la mauvaise piste, incapables de convenir aux Européens et susceptibles de subir de nouvelles sanctions de leur part et aussi de la part des Russes pour leur anglophilie déplacée et périmée !

Lundi 13 août 2018 (22 Mordad 1397), les médias du clergé et de son gouvernement avaient oublié leurs erreurs de la veille en faisant une nouvelle erreur pour dire que le traité était contre les étrangers, visant implicitement les Américains alors que ces derniers l’avaient souhaité et en profitaient indirectement ! Les mollahs ne pouvaient donc pas les provoquer.

PNG - 698.5 ko
PNG - 708 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des dissidents (du clan Rafsandjani) avaient mis en avant l’opposition (feinte) des députés pour enquiquiner les mollahs à propos de cette manœuvre nautique qui avait raté et s’était soldée par un naufrage ! Mais dans Javan, les miliciens en rupture avaient souligné une émission de la BBC où un expert avait déformé l’histoire de l’Iran pour en tirer une conclusion particulière afin de signaler que les Anglais n’étaient pas des gens fiables et que le peuple ne devait pas les écouter. Javan voulait empêcher que les Iraniens manifestent dans la rue pour aider les Anglais et les mollahs à contrer le nouvel ordre mondial où ils n’ont pas leur place.

PNG - 446.2 ko
PNG - 717.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

L’opposition a signalé que la grève des Bazars continuait dans plusieurs villes iraniennes avec le soutien du peuple !


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

La panique a éclaté en raison de l’échec du régime et aussi ce qu’avait prétendu les Anglais à l’antenne de la BBC farsi qui est très suivie en Iran malgré la perception des Anglais comme des ennemis de l’Iran. Le régime a alors diminué le prix de ses pièces d’or de 50,000 tomans, mais il n’a pas réussi à calmer ses collaborateurs paniqués par ses échecs.

Les médias du régime ont alors annoncé que le Guide avait constaté le soutien des Iraniens à l’occasion d’une rencontre avec des milliers d’entre eux. Ces médias ont précisé que le Guide avait critiqué les récents choix de la distribution de pièces d’or et des dollars du régime par le Gouvernement, car cela avait nui à la stabilité économique du régime, mais il avait rejeté l’idée de changer de gouvernement en affirmant que ceux qui le demandaient œuvraient pour les ennemis du régime ! En gros, il avait interdit aux affairistes et aux députés de demander une part des trésors du régime et le droit de faire pression pour l’obtenir. Il avait aussi rejeté tout apaisement avec les Américains en précisant qu’il n’y aurait jamais de guerre et de fait jamais la nécessité de négocier !

L’annonce du soutien des milliers d’Iraniens était fausse, car la salle de prière du Guide a une contenance maximale de 700 personnes et cela fait des années que les mollahs n’arrivent pas à remplir cette salle. Ils diffusent des photos d’archives ou font des photomontages pour masquer leur échec. Cette fois, on avait aussi un peu des deux (avec beaucoup de flou artistique). De fait, les mollahs, plus isolés que jamais après leurs 2 échecs à Kazakhstan s’était inventé un soutien populaire pour nier leur isolement et se dire fort pour tenir tête à leurs ennemis de l’intérieur et de l’extérieur !

JPEG - 98.3 ko
JPEG - 215.8 ko
JPEG - 87.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les députés accusés de soutien aux Américains ont cessé d’importuner les mollahs, mais les affairistes n’ont pas été rassurés par cette propagande teintée de menace. L’indice a chuté, on a compris que les affairistes arrêtés la veille avaient payé leurs cautions (sans doute très élevées) pour sortir et se jeter à fond dans l’achat de dollar !

Les mollahs ont tenté de relancer la menace dissuasive de la récupération de l’opposition par Ahmadinejad pour démotiver la poursuite des manifestations populaires à ce moment, mais n’ont pu trouver personne pour manifester en faveur d’Ahmadinejad. Ils ont alors annoncé l’interdiction de sa demande de manifestation pour prétendre qu’il avait des fans pour le garder comme un joker et ont prouvé qu’ils avaient vraiment très peu d’alternatives pour atténuer leur chute.

Les chefs Pasdaran ont volé au secours des mollahs en affirmant qu’ils avaient atteint l’autosuffisance dans la production des armes. Ils ont mis en avant un nouveau missile et ont promis de produire même exporter sous peu une DCA bien plus performante que les S300 ! Malheureusement pour eux, tout le monde a conclu que Rohani avait demandé des S300 lors de la réunion au Kazakhstan en échange de son plein soutien à Poutine et ne l’avait pas obtenu, car le Russe avait le soutien de tous les pays riverains et des Européens (qui seront ses futurs clients) !

JPEG - 97.5 ko
JPEG - 104.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La panique financière s’est davantage développée ! Le gouvernement a divisé par 20 ses investissements de fonds par rapport à la veille et a découragé ces vendeurs désespérés, mais il a aussi fini avec un indice en baisse de 1379 points !

PNG - 633.2 ko


© IRAN-RESIST. ORG

En début de l’après-midi, Washington a augmenté la pression sur les maillons faibles du régime en annonçant la volonté d’interdire l’accès du régime au réseau interbancaire de Swift ! Zarif a tweeté qu’il comptait sur la rébellion des Européens, en pendant qu’ils feraient tout pour garder les dizaines de milliards de dollars du régime ! Mais aucun des pays de l’Union n’a pris position contre le projet de l’éviction de mollahs du réseau Swift, car dès l’application de la mesure, ils pourront tout garder pour eux-mêmes sans verser le moindre intérêt aux mollahs !

PNG - 574.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Après cet échec, les mollahs sont restés silencieux pendant quelques heures, puis un député de la fausse-opposition qui leur est proche a pris la parole pour dire qu’il refusait avec force l’accord sur la Caspienne au nom de l’intérêt de l’Iran et du peuple iranien ! On a compris que les mollahs voulaient plaire aux Européens ! Cela signifiait qu’ils n’avaient pas de moyen de pression sur ces derniers ou le courage ou encore les moyens de renouer avec les menaces ou le terrorisme pour les faire plier !

Leur engagement discret et indirect en faveur des Européens signifiait qu’ils avaient peur d’échouer. Leur engagement discret et indirect en faveur des Européens signifiait aussi qu’ils avaient peur d’offusquer les Russes et récolter une punition de plus !

Leur choix était la preuve de leur faiblesse et leur manque de courage pour agir malgré leurs slogans ! Ils allaient sans doute vers une nouvelle journée de crise en raison de cette lâcheté et leur refus d’admettre leur défaite et d’accepter de capituler.

Mardi 14 août 2018 (23 Mordad 1397), les médias du clergé et de son gouvernement avaient mis en avant le discours de la veille du Guide, rappelant leur refus de dialoguer avec Washington et leur hostilité aux députés du régime. Après une journée d’échecs, ils étaient revenus à une position soi-disant forte pour ne pas avouer leur défaite et ne pas subir de nouvelles attaques de leurs ennemis étrangers ou leurs adversaires internes.

PNG - 785.7 ko
PNG - 649 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Parmi les médias des dissidents, Javan (des cadres miliciens en rupture) affirmait que le clergé avait déclaré ainsi la guerre à tout le monde (aux Américains, aux députés enragés et aux nantis paniqués). Les dissidents soulignaient son incapacité à gagner la partie et encourageaient ses adversaires à en profiter !

PNG - 707.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias étrangers annonçaient une nouvelle défaite pour les mollahs, car l’Inde, un de leurs plus gros clients pétroliers, avait obtenu l’exemption des sanctions américaines après avoir accepté de réduire ses importations de 50 % (ce qui ne lui coutait rien, car il avait déjà diminué ses exportations iraniennes et importait seulement 10 % de ses besoins de l’Iran). Par ailleurs, l’Arménie proche de la Russie avait reporté la visite de son PM en Iran. La Russie punissait les mollahs pour leur tentative de bloquer le statut de Lac pour la Caspienne et d’obtenir ainsi le soutien des Anglais et celui des autres puissances européennes.

PNG - 80.2 ko
PNG - 496.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La contestation s’était renforcée dans les bazars et la lutte contre le régime avait aussi gagné en force, car l’opposition a annoncé qu’un autre officier du régime, le major général de la police Hassan Maleki, envoyé de Téhéran dans la région de Kermanshâh pour réprimer la contestation et forcer les officiers locaux à en faire autant, avait été abattu par 7 balles de Kalashnikov devant son domicile à Ravansar. La nouvelle laissait supposer que les services de sécurité du régime penchaient du côté de l’opposition. De source très sûre, nous avons appris que des centaines de Kalashnikov arrivent chaque jour en Iran pour être distribués aux miliciens dissidents et les anciens militaires en vue de tenter un coup contre le régime.

JPEG - 38 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs n’ont pas reconnu les faits, mais ils ont vite mis en avant leurs ténors de leur fausse opposition contre l’accord sur la Caspienne pour permettre à ces derniers de mobiliser le peuple et s’infiltrer dans la contestation qu’ils ne pouvaient pas empêcher ! La mobilisation a été négligeable. Les gens du régime normalement engagés dans sa fausse opposition n’y étaient pas allés, car ils n’avaient pas cru au succès de cette ruse et avaient eu peur d’être reconnus comme des agents du régime et subir le sort de major général Hassan Maleki !


© IRAN-RESIST. ORG

Après ce nouvel échec, les mollahs devaient eux-mêmes remettre en cause l’accord sur la Caspienne pour avancer, mais ils n’ont pas osé le faire ! Les députés ont alors cru que les mollahs allaient accepter de négocier avec Trump (capituler face à ses exigences). Ils ont affirmé leur opposition aux négociations et ont répété leurs accusations contre le ministre ripou de l’Emploi pour forcer les mollahs à leur accorder le privilège d’accès au dollar au prix officiel de 4200 tomans (11 % de sa vraie valeur selon notre estimation datant de 2010 que l’on devrait sans doute revoir à la baisse avec l’inflation galopante du régime depuis cette date).

Après quelques désaccords, Rohani et Ali Larijani ont tenté de se renforcer en obtenant le soutien des affairistes du régime en annonçant la suppression de la loi d’imposition des bénéfices générés par la vente des produits importés avec des dollars bon marché à des prix très élevés calculés sur la base du dollar plus cher du marché noir. En parallèle, ces deux ennemis devenus des lliés par nécessité ont aussi repoussé les risques d’arrestation pour les bénéficiaires de ces rentes contraire aux lois du régime en évoquant la nécessité de nouveaux débats pour de nouvelles lois pour lutter contre la corruption au sein du régime.

JPEG - 105.2 ko
JPEG - 109.5 ko
JPEG - 80 ko
JPEG - 105.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Par ailleurs, Rohani a augmenté son injection de fonds à la bourse à 1820 milliards de tomans permettant à ses nantis et ses députés d’augmenter leur achat de dollars pour les calmer et aussi booster son indice boursier et donner l’image d’un régime serein et épanoui. Il a réussi cet objectif, car les gens ont quitté la bourse pour acheter des dollars et les pièces d’or (Bahar Azadi – Printemps de liberté) du régime et leur ruée vers ces deux trésors du régime ont entraîné la hausse de leurs prix et ont donné l’image d’un régime en crise !

PNG - 150 ko
PNG - 45.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les députés n’ont pas renoncé à leur projet de chantage et ont continué à faire pression sur les mollahs en publiant leur propre liste de 31 nantis très proches du régime qui devaient être arrêtés par le chef du pouvoir judiciaire Sadegh Larijani et ont relevé l’absence de cette arrestation pour accuser ce dernier de complicité avec les ripoux du régime ! Ils ont aussi pressé le clergé d’agir, le mettant au pied du mur pour qu’il entre en conflit avec ses proches !

L’ayatollah Jannati, le chef du sénat et du Conseil constitutionnel du régime a pris la parole très tard dans la soirée pour inviter tout le monde à agir dans l’intérêt du régime pour mettre fin aux attaques des députés enragés, mais ils n’ont pas réagi à son appel.

Mercredi 15 août 2018 (24 Mordad 1397), les médias du clergé, de son président et de son gouvernement annonçaient avoir mis fin à l’enrichissement illégal des importateurs d’automobiles de luxe alors que la veille, ils leur avaient accordé plus de possibilités ! Les mollahs niaient leur soutien à leurs ripoux pour les rassurer qu’ils ne risquaient rien et pouvaient bénéficier de leur générosité s’ils les soutenaient !

PNG - 755.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le média anglophone du clergé avait mis en avant le rôle constructif du mollah chiite pro-britannique Hakim en Irak pour insinuer qu’il était un ami du régime et qu’il faisait tout pour lui venir en aide. Le clergé espérait donc encore un deal avec les Anglais (désavoués par les autres Européens) en se disant que cet isolement des Anglais pouvait en faire des alliés. Mais ce choix de parier sur le grand perdant de la bataille pour le pétrole de la Caspienne pouvait aussi aggraver la situation du régime !

PNG - 677.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Parmi les médias des dissidents, Abrar (du clan Rafsandjani) avait mis en avant le cadeau illégal de Rohani aux importateurs qui s’enrichissent aux dépens du peuple et la décision des députés de les combattre afin d’encourager la guerre interne au sein du régime et provoquer des crises susceptibles d’aggraver son instabilité !

PNG - 557.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

L’opposition a alors souligné l’incapacité du régime à se protéger en signalant 4 confrontations qui avaient tourné à son désavantage !


© IRAN-RESIST. ORG
© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les députés ont alors vite attaqué l’alliance très lucrative proposée la veille par les mollahs aux nantis du régime au nom des intérêts du peuple, cherchant à provoquer des slogans à ce propos dans les manifestations anti-régime ! Les chefs Pasdaran ont eu peur que l’alliance des mollahs avec les Anglais soit suivie par une nouvelle fausse révolution de couleur dans l’intérêt des deux alliés. Ils s’y sont opposés en soutenant les députés par une lettre ouverte de leur milice estudiantine BCU au Guide contre les mauvaises lois (de Rohani) qui sont à la fois contre la révolution, contre la justice islamique et contre le peuple !

La Russie a alors continué à punir les mollahs et à se venger d’eux en jetant de l’huile sur le feu qui consumait leur régime par l’affirmation qu’ils ne pouvaient guère compter sur les Européens, car ces derniers n’avaient aucune envie de défier Trump et de résister à ses sanctions !

Poutine lui-même a puni et humilié les mollahs en soulignant que suite à l’éviction des Anglais de la Caspienne, l’Europe l’avait choisi comme partenaire et qu’il allait discuter avec Merkel dans 3 jours de la création le gazoduc Nord Stream 2 !

PNG - 193.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Rohani alors en conseil des ministres a tenté de nier son alliance avec les nantis du régime, en ordonnant l’arrestation de quelques-uns d’entre eux et la saisie de leurs entrepôts. Il a aussi annoncé un plan d’emploi pour les pauvres pour calmer au passage la contestation anti-régime. Mais il n’en a constaté aucune, car il n’a pu fournir de détail sur son soi-disant plan !

JPEG - 127.6 ko
JPEG - 153.8 ko
JPEG - 166.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En revanche, son ordre d’arrestation contre les affairistes a entraîné la panique parmi ces derniers. Ils se sont mis à vendre des actions et à acheter des dollars et les pièces d’or du régime ! Malgré autant d’injection de fonds que la veille, l’indice boursier s’est mis à chuter ! Rohani a ordonné la baisse des prix du dollar vendu aux cambistes (qui ont droit à un bénéfice de seulement 1 %) et le prix de ses pièces d’or pour faire sortir les gens de la bourse et faire remonter l’indice pour cacher son échec à satisfaire les affairistes et contenir ses contradicteurs ! In fine, il a fini avec un indice en baisse de 451 points qui soulignait le désespoir de ses collaborateurs !

PNG - 425.1 ko
PNG - 47.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au cours de l’après-midi, Rohani a tenté d’arracher un soutien aux Libanais Nabih Berri en le félicitant pour la victoire du Hezbollah contre Israël ! Les félicitations à Berri ont démontré qu’il n’avait pas pu obtenir le soutien du patron du Hezbollah ! Il n’a également rien obtenu de Berri et a seulement prouvé que le régime ne pouvait compter sur qui que ce soit !

Dans la soirée, le m-AE du régime est allé à la télévision du régime pour défendre le statut signé sur la Caspienne en affirmant que l’objet de la rencontre n’était nullement le partage de la Caspienne, mais les droits pour la navigation et la pêche ! À la question sur la diminution de la part de l’Iran de 16 % des eaux territoriales de la Caspienne à 11 %, il a dit qu’il s’agissait d’une ancienne volonté de la Russie qui avait été rejetée par lui !

JPEG - 38.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Cette annonce a été considérée comme une prise de position contre la Russie pour s’approcher des Anglais ! Les mollahs désespérés par l’alliance des Européens et Poutine (avec la bénédiction implicite de Trump) continuaient à espérer s’allier avec les Anglais isolés par cette alliance et étaient prêts à provoquer une fâcherie avec Poutine pour y parvenir !

Mais Poutine n’a leur a pas offert cette occasion. Par son silence, il a démontré qu’ils les considéraient comme négligeables ! Les Anglais n’ont également pas montré de l’intérêt pour les mollahs et ont prouvé qu’ils les considéraient comme étant hautement infréquentables !

Le ministre de AE de Trump a profité de ce double mépris et des turbulences internes du régime des mollahs pour démoraliser totalement ces derniers en annonçant la création d’une nouvelle équipe d’actions et pressions à leur encontre sous la nomination de « Iran Action Group » et sous la direction de Brian Hook, le responsable de la panification du Département d’État.

JPEG - 87.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ce ministère a par ailleurs accusé les mollahs de violation des droits des minorités religieuses notamment celles de Kermanshâh (apportant son soutien aux Kurdes sunnites irakiens qui avaient éliminé le nouveau chef de la répression du régime). Il a ainsi assuré ces ennemis du régime à intensifier leur lutte contre les mollahs !

Les mollahs ont censuré ces deux très mauvaises nouvelles de peur d’amplifier la panique au sein de leur régime et perdre encore un peu plus de leurs deux trésors !

Jeudi 16 août 2018 (25 Mordad 1397), les médias du clergé et de son gouvernement avaient zappé les grands déboires de la veille en se focalisant sur la mort de l’acteur Ezat-ollah Entezami qui était un de leurs très bons serviteurs au lieu de parler des ordres d’arrestation qui donnait une mauvaise image du régime à un moment où il collectionnait les échecs. Les mollahs avaient envie d’être respectés et affirmer leur autorité sans davantage de conflits avec leurs collaborateurs. Dans leur média en anglais, il annonçait un discours violent du patron du Hezbollah en faveur du régime insistant sur la faiblesse militaire des États-Unis ! Le régime insinuait le soutien du Hezbollah pour affirmer qu’il avait la capacité de recourir aux services de cette organisation pour des actions terroristes.

PNG - 685.3 ko
PNG - 569.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais le discours datait de mardi et Nasrallah l’avait fait pour nier l’impact des sanctions américaines sur le soutien du régime à son organisation. Caché dans un bunker, il avait désigné les mollahs comme des donateurs infaillibles de son organisation. Mais la veille, il n’avait pas répondu à la demande du régime pour parler en sa faveur. Son discours n’avait donc pas la valeur que les mollahs lui avaient attribuée et était des slogans pour rassurer ses propres partisans.

Parmi les médias des dissidents, Javan (des cadres miliciens en rupture) avait insisté sur la violence des arrestations de la veille pour insinuer que le régime se voyait en danger afin d’amplifier la panique ou les actions à son encontre.

PNG - 480.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Hors Iran, Washington annonçait que la Corée du Sud, un autre grand client pétrolier des mollahs avait accepté de cesser ses achats aux mollahs et cherchait un pays pour les remplacer. Reuters a aussi annoncé que Bolton allait rencontrer son homologue russe pour parler de l’expulsion des agents du régime en Syrie ! Yahoo news aussi insisté sur le soutien discret de Merkel aux sanctions pour montrer que la nouvelle alliance russo-germanique avait l’appui de Trump !

Les mollahs ont craint que ces nouvelles aggravent le désespoir de leurs collaborateurs. Ils ont baissé un peu le taux de leur dollar pour montrer qu’ils cherchaient à faire la paix avec leurs affairistes, mais ont augmenté le prix de leur or pour imiter quand même leur perte.

Les mollahs ont aussi mis en avant les VIP de leur fausse opposition au prétexte du rejet populaire de l’accord sur la Caspienne, afin d’infiltrer le mouvement du peuple, de placer leurs slogans et d’atténuer leur chute. Mais il n’y eut aucune mobilisation pour la Caspienne sous l’égide des agents faux-opposants du régime. Ces derniers ont continué à parler en se mettant en avant...

Les chefs Pasdaran ont paniqué à l’idée que les mollahs au pouvoir imitent l’attitude de Rafsandjani en 2009. Ils ont aussi craint que cette fausse révolution au sein du régime conduise à son ouverture et à l’adhésion du régime au FATF, mesure exigée par les Européens, pour bénéficier de leur soutien ! C’est pourquoi les chefs Pasdaran ont mis tous leurs intermédiaires en branle pour critiquer l’adhésion du régime au FATF avant de publier de nombreuses tribunes pour refuser les principes d’ouverture et de négociation du régime qui équivaut à sa capitulation ! Mais ils n’ont eu aucune réaction rassurante de la part du clergé !

Très déçus par le mépris des mollahs, les chefs Pasdaran ont tenté de forcer les mollahs à renoncer en les invitant à se réunir dans l’enceinte de l’école de formation de mollahs de Feyzieh à Qom pour signifier leur soutien au Guide et sa volonté de résoudre les problèmes du peuple par une grande concertation de tous les responsables et aussi sa volonté de répondre aux sanctions en restant révolutionnaires et refusant tout compromis avec les ennemis du régime !

La référence aux ordres du Guide qui n’étaient pas suivis était destinée à dévaloriser le Guide et ridiculiser son autorité ! La référence aux problèmes du peuple insinuait un possible soutien des chefs Pasdaran aux députés !

De nombreuses associations liées aux mollahs ont rassuré les chefs Pasdaran en diffusant leur SMS et en annonçant la présence des mollahs connus à ce rassemblement organisé par la milice pour y prendre la parole dans le sens de l’attente de ses chefs. Mais les orateurs annoncés ne sont pas venus ! Les chefs Pasdaran ont compris que les mollahs s’étaient moqués d’eux et ne comptaient pas renoncer à leur fausse révolution pour atténuer leur chute.

Tout d’un coup, des pancartes et affichettes manuscrites ont apparu au rassemblement de Feyzieh avec des slogans sur la corruption du régime, sur le mauvais bilan de Rohani et contre tout lien avec les Anglais.

JPEG - 250.9 ko
JPEG - 258.9 ko
JPEG - 245.7 ko
JPEG - 250.9 ko
JPEG - 249.3 ko
JPEG - 254.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Un slogan promettait l’assassinat de Rohani pour son double jeu (dans le régime et contre le régime) en faisant référence à l’assassinat de Rafsandjani (dans sa piscine qui avait initialement appartenue l’impératrice Farah). En respectant les rimes, le slogan serait : Toi, dont le slogan est de négocier... la piscine de Farah t’est réservée !

JPEG - 173 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs dirigeants étant tous en faveur d’une fausse contre-révolution pour atténuer leur chute, le slogan les concernait et les visait aussi !

Les chefs Pasdaran conscients que les mollahs pouvaient les contrarier par leur boycott ou par des discours en faveur d’un apaisement avaient donc préparé ces pancartes pour les intimider. Leur menace devait être prise au sérieux étant donné qu’ils sont chargés de la sécurité des mollahs. Ils ont cependant arrêté l’opération en ramassant les pancartes et en chassant ceux qui les portaient de peur que l’action encourage la contestation déjà très forte à Qom et provoque une situation menaçante pour eux-mêmes !

Les mollahs n’ont pas critiqué cette opération et ont gardé le silence à son propos, car elle démontrait leur opposition à leurs chefs miliciens ainsi que leur vulnérabilité, et pouvait en conséquence engendrer plus de panique au sein de leur régime.

Vendredi 17 août 2018 (26 Mordad 1397), les mollahs devaient faire le bilan de la semaine et indiquer la feuille de route pour la semaine à venir dans leur sermon de vendredi. Ils avaient cumulé les échecs et les erreurs et avaient été désavoués par tous leurs proches ! Ils devaient fuir la réalité pour ne pas déprimer leurs collaborateurs déjà très éprouvés, mais ils risquaient aussi les fâcher et intensifier leur hostilité !

Les mollahs ont été un peu sincères en affirmant que le régime ne pouvait plus se permettre une nouvelle crise de dollar, invitant leurs collaborateurs, notamment les députés, à cesser de s’agiter pour des dollars abordables dans leurs seuls intérêts ! Cependant étant sûrs qu’ils ne seraient pas entendus, car ils ne font eux-mêmes aucun effort, ils ont annoncé leur résolution à faire le procès des nantis arrêtés pour corruption pour intimider ces derniers et de les empêcher de s’agiter.

Mais sachant que leurs députés pouvaient recevoir l’aide des chefs Pasdaran, ils ont renoncé à les cvontrarier et leur ont proposé une alliance ! Ils les ont invités à participer aux réformes de la banque centrale iranienne pour leur offrir la possibilité de se prévoir des mécanismes pour ponctionner aussi cette banque !

Les chefs Pasdaran n’ont pas applaudi les mollahs qui complotaient pour les empêcher de défendre leurs intérêts ! Les députés n’ont également pas applaudi le sermon, mais ont compris que les mollahs se sentaient faibles, car ils avaient tenté d’acheter leur soutien. Cependant, ils avaient refusé de baisser le prix de leur dollar et leur proposer un processus incertain pour accéder à leurs réserves de dollars. C’est pourquoi ils ont rejeté la demande de cesser de les importuner au prétexte que cela nuirait à la stabilité économique du régime en affirmant ne dis rien et ne fait rien ferait l’affaire des corrompus !

Les mollahs n’ont pas réagi. Les chefs Pasdaran ont gardé le silence insinuant une possible alliance avec les députés pour faire pression sur les mollahs !

En début de l’après-midi, dans ce contexte délétère, l’opposition a annoncé que les habitants du port pétrolier d’Ahwaz avaient attaqué et partiellement détruit la mairie de cette ville suite à une opération municipale de destruction de maisons construites sans permis en périphérie de cette ville. Il n’y avait aucune référence à une riposte de la police de cette ville !

Les députés, alarmés par cette attaque et la passivité des policiers du régime, ont repris les critiques contre Rohani et ont parlé de la nécessité de lui poser des questions sur ses très mauvais résultats diplomatiques et économiques et ses projets de négociations avec les États-Unis. Ils ont aussi évoqué sa possible complicité dans la corruption au sein du régime avant d’annoncer qu’il devait faire preuve de transparence sur les actions et ses projets pour les rassurer et aussi rassurer le peuple !

Rohani a promis de leur répondre dans une semaine !

Les députés ont craint que Rohani profite de ce délai pour continuer à draguer encore les Anglais ou les Européens. C’est pourquoi les députés n’ont pas salué sa décision de leur répondre dans une semaine et ont continué à le critiquer en ajoutant un zeste de préoccupation pour la détresse du peuple afin de pouvoir rompre avec le régime si la situation virait au désastre en raison de ses erreurs et de l’intensification de la contestation populaire.

En début de soirée, des slogans anti-régime ont retenti à Téhéran pendant un match de foot entre les deux principales équipes iraniennes et ont rappelé la nervosité et la détermination du peuple. L’absence d’arrestation après ces slogans a mis en évidence le soutien des policiers du régime au mouvement anti-régime.


© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont compris qu’ils auraient une nouvelle semaine très difficile. Les chiens fous qui s’étaient invités dans le jeu de quilles de la Caspienne ont gardé le silence tel des chiens de faïence par peur d’aggraver leur situation et encourager leurs collaborateurs à fuir ou à se radicaliser, et ainsi ruiner leurs prochaines improvisations !

Résumé & conclusions. La semaine dernière, les nouvelles sanctions ont commencé avec l’aide de presque tous les pays du monde ! Tous les gens du régime ont paniqué et se sont mis à acheter des dollars et les pièces d’or du régime pour fuir le pays. Les députés qui n’en ont pas les moyens ont accusé Rohani de corruption pour forcer les mollahs à baisser le prix du dollar. Les mollahs qui espèrent garder ces trésors pour eux-mêmes ont menacé de pendre les acheteurs de leurs dollars et de leur or, mais ils n’ont pas osé le faire. Ils ont aussi reconnu leur responsabilité dans l’attaque des pétroliers saoudiens sans oser surenchérir par de nouvelles attaques... Ainsi le début des nouvelles sanctions a apporté la preuve de l’isolement et la fragilité des mollahs.

Cette semaine, les mollahs ont arrêté quelques affairistes pour calmer l’agitation tout en promettant une victoire à tous leurs amis et leurs adversaires grâce à la possibilité de refuser l’adoption du statut de Lac pour la Caspienne, qui contient de gigantesques réserves d’hydrocarbures, afin de faire pression sur les Russes et les obliger de s’éloigner de Trump et au passage obtenir le soutien des Anglais qui profitent de l’absence d’un statut légal pour la Caspienne pour exploiter ses richesses. Mais, les mollahs n’ont pas pu s’imposer dans ce jeu, car tous les autres États riverains avaient décidé de nationaliser la Caspienne pour évincer les Anglais dans leur intérêt et dans celui des pays producteurs, des pays consommateurs, dont les États-Unis.

Leur échec a démontré qu’ils n’avaient pas compris les enjeux mondiaux de la rencontre sur la Caspienne et les besoins de puissances qu’ils avaient défiées. Ils ont lourdement insisté pour cacher leur échec et ont prouvé qu’ils n’avaient aucune capacité d’anticipation.

Au même moment, l’opposition a éliminé un des chefs Pasdaran chargés d’une des régions les plus contestataires ! Washington a vite apporté son soutien à cette action et a profité de l’isolement aggravé des mollahs par leurs propres fautes pour annoncer la création d’une nouvelle structure pour les combattre !

Les mollahs piégés dans les abysses de leur désespoir ont alors mis en avant leur fausse opposition pour canaliser la contestation du peuple dans la lutte contre les Russes (et leur statut pour la Caspienne) espérant ainsi éliminer la menace du peuple et se donner les moyens d’arbitrer l’accès aux réserves de la Caspienne pour obtenir le soutien des Européens !

Ce plan a inquiété les Européens et les a poussés à soutenir les Russes. Par ailleurs, l’implication du peuple, hostile et armé, dans les manœuvres diplomatiques du régime a été jugée très dangereuse par ses chefs miliciens. Ils ont ouvertement menacé de tuer Rohani et ses patrons s’ils continuaient !

Les mollahs ont alors cessé de mépriser les députés pour les empêcher de s’allier aux chefs Pasdaran. Les députés ont continué leur fronde en critiquant Rohani, car les mollahs ne leur avaient pas proposé un accès concret et garanti à leurs 2 trésors.

En résumé, cette semaine, les mollahs, déjà très isolés depuis le début de nouvelles sanctions pétrolières et financières américaines, se sont ainsi retrouvés encore plus seuls en cherchant à provoquer une grande crise pétrolière à propos de la Caspienne sans avoir aucune idée des enjeux de ce site et ce que signifiait la rencontre qu’ils voulaient perturber. Tout le monde a compris leur bêtise profonde. Ils ont confirmé leur bêtise et mis en branle leurs associés paniqués en songeant aussi à provoquer une crise interne pour s’immiscer dans la contestation qu’ils n’arrivent pas à réprimer !

En conclusion, on constate que les mollahs, bousculés par les sanctions et abandonnés par leurs alliés terroristes, ont pris des risques et ont à chaque fois été rapidement punis par ceux qu’ils avaient dérangés par négligence et par ignorance ! En deux semaines, ils ont ainsi fait plus de mal à eux-mêmes que les sanctions leur ont fait dans ce délai. De fait, par leurs actions improvisées et mal instruites, les mollahs ont accéléré les effets que Washington espérait obtenir de ses sanctions !

Les échecs de cette semaine et les punitions qu’ils ont provoquées devront les pousser à prendre d’autres risques et de lancer d’autres initiatives improvisées. Ils ne peuvent pas non plus ne rien faire ou faire le mort, car ils pousseront alors leurs associés à prendre des risques.

De fait, les mollahs et leurs complices sont en quelque sorte condamnés à s’agiter comme des chiens dans un jeu de quilles internationaux et aussi dans les leurs, à se dévaloriser, à perdre des alliés, à gagner des ennemis, en somme, à creuser leur propre tombe et celles de leurs entourages !

[1Hydrocarbon Potential of Ultra Deep Deposits in the South Caspian Basin*
I. Guliyev1, E. Aliyeva1, D. Huseynov1, A. Feyzullayev1 and P. Mamedov1
Search and Discovery Article #10312 (2011)
Posted March 31, 2011
*Adapted from oral presentation at AAPG European Region Annual Conference, Kiev, Ukraine, October 17-19, 2010