Accueil > Photos > Semaine 582-83 (6-20 avril 2019) Le régime contre sa milice (...)



Semaine 582-83 (6-20 avril 2019)
Le régime contre sa milice !

08.05.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski (sur un malicieux conseil de leur ennemi anglais Bernard Lewis), pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais (!?), car cette stratégie avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement pétro et diplo avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Ansarallah et les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge et le canal de Suez. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais cette dualité diplomatique ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme au Yémen, mais aussi via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs pour tous leurs méfaits. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (SPV) avec les mollahs, les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Fin 2018, les mollahs, menacés de toute part, ont tiré un missile potentiellement nucléarisable susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen.

Le mouvement anti-mollahs s’est accéléré. Les Européens ont aussi puni les mollahs en excluant le pétrole de leur dispositif à venir d’échanges démonétisés. Trump a réuni la majorité des pays européens à Varsovie afin de coordonner des actions avec Israël et les Arabes contre les mollahs ! Les mollahs ont aussi été abandonnés par leurs derniers serviteurs lors du 40e anniversaire de la révolution islamique.

La Chine a alors choisi l’Arabie Saoudite. Les Européens se sont rapprochés des Arabes à Sharm-al-Sheikh par d’importants partenariats commerciaux et en acceptant leur projet de réintégrer Assad dans la Ligue Arabe. Assad s’est rendu alors à Téhéran pour demander aux mollahs de quitter la Syrie dans le respect de sa souveraineté ! Enfin, les pays musulmans, de l’organisation de la Coopération islamique (OCI), ont rejoint les Arabes en condamnant l’ingérence terroriste et déstabilisatrice des mollahs au Moyen-Orient et en excluant les mollahs du sommet parlementaire de leur organisation !

La panique a été telle que les mollahs ont déclaré une guerre totale à leurs proches par la voie judiciaire et en révélant la vaste étendue de leur corruption pour les empêcher de retourner leur veste.

Au cours des deux dernières semaines (24 mars-5 avril 2019), les mollahs affaiblis par les ennemis de l’extérieur, les déserteurs au sein de leur régime et l’insuccès de leur fausse opposante Nasrine Sotoudeh ont décidé de ne pas avertir les Iraniens que le pays était menacé par d’importantes inondations afin qu’ils soient submergés de problèmes et ne se consacrent plus à les combattre. Ils ont aussi continué à maintenir cette pression en leur refusant toute aide et en se gardant de les prévenir de l’avènement de nouvelles crues et inondations !

Ces inondations souhaitées par les mollahs et les chefs Pasdaran ont entraîné beaucoup de dégâts et des milliers de morts et de sans-abris. Ces choix ont aussi attisé la haine anti-régime. De nombreux responsables du régime notamment des chefs Pasdaran ont été publiquement insultés et molestés sans que leurs gardes, révoltés par ces inondations, leur portent secours.

Washington a profité de la situation pour annoncer qu’il sanctionnerait le lundi suivant la milice des Pasdaran qui fournit au régime ses cadres administratifs, diplomatiques et économiques. Les mollahs ont mis en avant les chefs miliciens dans le rôle de remparts aux inondations pour leur donner une bonne image et les empêcher d’être sanctionnés afin de ne pas assister à leur rupture.

Voici le résumé en images de deux dernières semaines (6 au 20 avril 2019) placées sous le signe de sanctions et de panique pour les chefs Pasdaran et leurs complices les mollahs !



-Semaine 582 (6-13 avril 2019) :-
-Cellules de crise !-

Samedi 6 avril 2019 (17 Farvardin 1398), les mollahs et les chefs Pasdaran étaient à 3 jours de nouvelles sanctions très lourdes de Trump contre leur régime et ils manquaient de moyens pour riposter ou empêcher les leurs de prendre la fuite. Ils ont commencé la semaine en parlant de la gravité des inondations dans la région de Lorestan (reconnaissant que cette région montagnarde était devenue une mer) et en évoquant leurs efforts pour y remédier. On a compris qu’ils espéraient se donner une bonne image populaire pour se rapprocher du peuple et obtenir des remerciements qui rassureraient les leurs et feraient diminuer leurs craintes et leur envie de prendre la fuite !

JPEG - 148.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais les dissidents de l’ex-clan Rafsandjani avaient mis en doute la bonne foi de leurs dirigeants en insinuant qu’ils n’avaient guère de budget pour réparer les dégâts (qu’ils avaient provoqués). Les miliciens de base globalement opposants au régime s’étaient moqués du Guide en rappelant qu’il avait promis une année de stabilité au pays après (avoir provoqué) ces inondations !

JPEG - 132.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les G7 ont affirmé leur opposition aux mollahs. Sans afficher une position commune sur la nature de leur opposition, aucun d’eux n’a refusé les sanctions souhaitées par Trump !

JPEG - 190.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La Russie exclue de ce groupe a alors adopté une position similaire en se gardant de condamner les G7 et en renvoyant à l’été sa prochaine grande rencontre avec le régime des mollahs !

Enfin, le Premier ministre irakien invité à Téhéran a aussi refusé d’aider les mollahs en se gardant de leur accorder des contrats et de s’opposer aux sanctions déjà établies par Trump et celles qui devaient viser dans 48 heures tous ses serviteurs administratifs, militaires, diplomatiques et financiers ! Le PM irakien a aussi insisté sur le devoir des mollahs de respecter la stabilité du Moyen-Orient, condamnant de facto leur activisme islamo-révolutionnaire.

JPEG - 136.6 ko
JPEG - 127 ko
JPEG - 86.1 ko
JPEG - 60.9 ko
JPEG - 51.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Pour éviter la panique et des ruptures avec leur régime agonisant, les mollahs ont annoncé l’arrivée de leur invité sans évoquer ses réserves insinuant qu’ils étaient sur le point d’obtenir son soutien, mais ont aussi menacé leurs affairistes en annonçant 4 condamnations lourdes dans l’affaire appelée les derricks introuvables, en accusant les hauts responsables administratifs d’être coupables des dégâts provoqués par les inondations et en évoquant leurs arrestations et enfin en arrêtant un grand promoteur d’ouvrages routiers pour rappeler à leurs collaborateurs déjà accusés de corruption qu’ils pouvaient être aussi accusés pour les dégâts survenus après les inondations !

Les nantis ont compris le message et n’ont pas osé mettre en vente leurs actions. Les mollahs ont injecté 1472 milliards de tomans dans les poches de leurs nantis tenus en laisse pour les remercier et les rassurer et aussi faire monter l’indice et attribuer cela à leur succès avec le PM irakien et ainsi gagner la confiance de tous leurs collaborateurs.

Les nantis ont pris cet argent et se sont rués sur le dollar pour faire le plein de devise, les mollahs ont dû augmenter le taux de leur dollar 20% pour limiter leur perte.

Au début de l’après-midi, Khamenei a reçu le PM irakien et lui a demandé d’expulser les forces américaines de son pays. Mais son invité ne lui a pas dit oui. Les mollahs n’ont pas parlé de la rencontre et l’ont annoncé à une heure tardive pour ne pas avoir à commenter l’absence de résultat à l’issue de cette rencontre et aussi pour faire oublier qu’ils n’obtiendraient vraisemblablement rien de leur invité lors de sa seconde journée de visite normalement consacrée au business. 

Les députés silencieux jusque-là ont cessé leur complaisance en critiquant la faiblesse des secours, mais ont continué à critiquer les États-Unis. Cela voulait dire qu’ils ne comptaient pas rompre avec le régime, car ils estiment qu’ils ne pourraient pas aller vers le peuple, mais qu’ils voulaient titiller les dirigeants pour qu’ils ne montrent pas trop le dollar et ne le rendre pas inaccessible.

JPEG - 104.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont continué leur politique de séduction en annonçant une nouvelle cellule de crise pour de nouvelles inondations attendues au Khouzestan (au sud du pays).

En parallèle, ils ont aussi rassuré leurs serviteurs en insinuant une sortie possible de l’accord sur le nucléaire après les sanctions contre leurs miliciens en annonçant mardi, lors de leur journée d’Énergie nucléaire et aussi l’anniversaire de leur rupture avec les États-Unis, des dizaines de progrès nucléaires et la mise ne service de nouvelles centrifugeuses très performantes nommées IR-8 !

Dimanche 7 avril 2019 (18 Farvardin 1398), les mollahs avaient encore insisté en très grand sur la qualité de leur conduite à Lorestan et annonçaient une préparation à toute épreuve au Khouzestan. Leur envie de plaire au peuple était en soi la preuve qu’ils n’avaient eu aucun succès (notamment avec les Irakiens) pour contrer les nouvelles sanctions à leur encontre. En plus petits, ils annonçaient que Khamenei avait ordonné au PM irakien d’expulser les Américains. Mais il n’y avait pas trace des IR-8 ! On pouvait conclure qu’ils n’avaient pas le courage d’agir. Qu’ils jugeaient la sortie de l’accord de Vienne très contreproductive et leur seule option de rassurer de nier leur échec et les leurs par leur propagande !

JPEG - 147.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents de l’ex-clan Rafsandjani avaient ridiculisé la qualité des secours annoncés en signalant que le pays avait besoin de 55 000 logements en urgence. Les miliciens de base, globalement opposants au régime, s’étaient moqués du des mollahs en rappelant qu’ils devaient évacuer 400,000 personnes de Khouzestan pour éviter une nouvelle catastrophe, mais qu’ils ne l’avaient pas fait ! Ils signalaient que le régime continuait à promouvoir l’inondation pour démolir le moral du peuple et pour continuer le scénario de réhabilitation de ses miliciens menacés par Trump !

JPEG - 154.3 ko
JPEG - 182.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ali Larijani a quitté le pays pour participer à un sommet de l’union internationale des Parlements afin d’y trouver des alliés. Mais il n’a eu aucun succès et le régime a décidé d’oublier cette sortie ratée !

Les mollahs ont vite mis en avant la rencontre de leurs nantis avec le PM irakien malgré le refus de ces derniers de signer des contrats.

JPEG - 123.3 ko
JPEG - 107.2 ko
JPEG - 95.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Étant sûrs de leur échec et la possibilité d’une grande panique, ils ont aussi mis en avant le chef de leur pouvoir judiciaire pour annoncer que le régime serait impartial dans le traitement des responsabilités pour les inondations ! Ils ont aussi confirmé cette menace en annonçant l’arrestation des responsables régionaux à Chiraz où une coulée de boue avait tué au moins 200 personnes.

Mais ils ont aussi limité le nombre des morts dans tout le pays à 63 personnes pour relativiser la gravité des inondations et surtout s’exonérer de lourdes intimités qu’ils ne pourraient pas payer.

Les officiels menacés se sont gardés de vendre leurs actions. Le régime a profité de ce repli pour injecter 1518 milliards de tomans et provoquer une grosse hausse de l’indice de sa bourse et ainsi prétendre que tout allait bien !

PNG - 169.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés qui avaient récemment voté une loi pour empêcher les petits candidats dissidents ont alors voté une exception à leur loi en autorisant l’élection de tout candidat ayant obtenu plus de 50% au premier tour. Ils ont aussi mis la pression aux mollahs en affirmant que seules les constructions réalisées par eux avaient souffert, insistant de facto sur l’irresponsabilité des dirigeants sans cependant les nommer.

Les mollahs ont encore choisi la propagande, rassurant les leurs, par la promesse dénuée de sens qu’ils classeraient les États-Unis sur leur liste de pays terroristes si ce pays les accusait de terrorisme !

Le commandant en chef des Pasdaran (Jaafari) a sottement répété la même menace qui ne servait à rien, car un régime boycotté par le monde entier ne peut pas menacer ses puissants ennemis d’embargo ! Tout cela était la preuve de la faiblesse du régime et la peur de ses responsables de lancer une vraie attaque contre Trump et ses alliés déclarés ou non déclarés.

Les mollahs ont continué leur fuite en avant désordonné en expédiant un envoyé spécial au Venezuela pour proposer encore une alliance active à Maduro alors qu’il l’a toujours refusé, qu’il va très mal cherche une entente avec ses ennemis. Leur démarche était la preuve de leur désespoir et la preuve d’une défaite incontournable.

Lundi 8 avril 2019 (19 Farvardin 1398), Trump devait annoncer ses sanctions contre la milice des Gardiens de la Révolution islamique (les Pasdaran) et ses chefs qui sont à tous les postes clefs du régime. Il n’y avait rien à ce sujet dans le journal Iran, la voix du gouvernement du régime. Les mollahs niaient la mise à l’index de toute leur administration en affichant à la une de leur journal officiel leur président allant en avant dans un métro (sur une ligne qui avait inauguré). Il était dit qu’il avait donné des ordres pour éviter de nouvelles inondations dans le futur !

Dans une colonne à droite, le journal donnait la liste des dégâts et des secours qui étaient inexistants. Le régime continuait à se réhabiliter sans agir vraiment afin de maintenir les gens en détresse et ne pas les laisser profiter des sanctions qu’ils avaient plébiscitaient avec leurs slogans anti-régime !

JPEG - 161.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mi-dissidents du clan Rafsandjani avaient insisté sur « l’ordre du Guide » aux Irakiens pour souligner l’impuissance de ce dernier et des chefs Pasdaran qui sont chargés d’exécuter ses ordres. Les mi-dissidents entendaient encourager la résistance au régime qui n’avait pas pu trouver un allié pour défaire l’embargo politique et diplomatique souhaité par Washington.

JPEG - 149.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens de base qui sont depuis longtemps hostiles au régime avaient mis en avant l’urgence d’agir dans les zones sinistréeset l’absence de secours et avaient aussi insisté sur les menaces mégalomaniaques du patron des Pasdaran : les Américains ne seront à l’abri nulle part ! Les opposants entendaient démontrer que le régime continuait à scander des slogans pour nier son isolement et sa défaite annoncée. Ils entendaient a donc aussi encourager la rupture avec les mollahs.

JPEG - 225.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le n°2 des Pasdaran a alors continué cette fuite en avant en affirmant que la milice reconstruirait la région de Khouzestan en mieux. C’était certainement une gaffe énorme, car cette région historiquement prospère en raison de son agriculture et ses ressources pétrolières a été totalement négligée par les gens du régime qui ne voulait pas dépenser pour ses habitants au point qu’elle est devenue un immense terrain vague, ce qui a facilité sa destruction. Ainsi en cherchant à séduire les gens, ce chef milicien Salami a ravivé leur peine et leur colère.

Les députés qui sont eux-mêmes généralement d’anciens barbouzes de la milice et sont de fait haïs par leurs supposés électeurs ont profité de l’occasion en affirmant qu’ils y avaient beaucoup de slogans en faveur de la reconstruction de Khouzestan, mais que nul officiel n’y était allé, aucun secours n’y était envoyé !

La bourse a ouvert en crise après ce faux pas des Pasdaran qui tombait bien mal avant les sanctions de Trump à leur encontre ! La demande de l’or a aussi explosé. Les mollahs ont augmenté son prix pour limiter leur perte sans parvenir à stopper leurs collaborateurs paniqués !

Les mollahs ont alors annoncé la fin de l’un de leurs procès contre la corruption pour souligner leur détermination à punir les collaborateurs financiers agités. Ils ont continué l’opération d’intimidations de leurs proches en évoquant leurs responsabilités dans les inondations notamment la gigantesque coulée de boue à Chiraz. Ils se sont gardés de signaler des noms afin que tout le monde se sente en danger !

JPEG - 94.5 ko
JPEG - 98.7 ko
JPEG - 70.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les ventes ont cessé à la bourse. On a compris que les responsables administratifs des zones touchées par l’inondation c’est-à-dire la majorité des Pasdaran étaient les principaux vendeurs d’actions. La fin de leurs agitations signifiait qu’ils étaient certains que les mollahs pouvaient les sacrifier in fine pour sauver leur propre peau ! Les mollahs ont profité de ce retour au calme pour injecter plus de 1000 milliards de tomans à la bourse pour remonter l’indice et finir à 519 unités pour affirmer que personne ne craignait les sanctions de Trump contre les cadres du régime.

PNG - 29.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi, Trump a annoncé qu’il avait classé les Pasdaran sur la liste américaine des entités terroristes et de fait toute organisation ou entreprise qui les aiderait serait sévèrement sanctionnée. Aucun pays n’a dénoncé cette mesure comme abusive, aucun dirigeant n’a promis d’aider les mollahs pas même Maduro !

JPEG - 33.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Pasdaran n’ont pas parlé et n’ont pas mis à exécution leurs menaces. Il était clair que tout cela c’était du vent ! Tout le monde s’est tu au sein du régime ! Après quelques heures, le Conseil de Discernement a repoussé l’adhésion du régime aux normes anti-terroristes du FATF, insinuant une envie de terrorisme, pour faire peur aux Américains et aussi aux Européens, qui tiennent à l’accord nucléaire pour avoir un rôle en Iran. Mais les Américains et les Européens ont refusé la crise espérée par les mollahs.

Zarif a alors tenté de provoquer une crise chez les responsables américains en affirmant que le Centre du commandement de l’armée américaine était une organisation terroriste, mais ils ont aussi esquivé le danger en se gardant de commenter ses propres.

Les mollahs se sont ainsi retrouvés lourdement sanctionnés sans être aidés et sans trouver le moyen de contrarier leurs ennemis.

Mardi 9 avril 2019 (20 Farvardin 1398), Trump avait classé comme terroristes les Gardiens de la Révolution islamique (les Pasdaran) qui sont à tous les postes clefs du régime et avait mis sous embargo politique, diplomatique et financier tout le régime et personne n’avait pris position en faveur de ce dernier ! Il n’avait pas aussi pu se défendre !

Mais en ce jour, le régime pouvait riposter en célébrant sa journée dédiée à l’énergie nucléaire par des annonces fortes de mise en œuvre de nouveaux équipements et insinuer la fin de facto de l’accord sur le nucléaire pour perturber les Européens et les forcer à prendre position contre Trump ! Mais il n’y avait rien à ce sujet. Le journal du gouvernement dénonçait l’aventurisme de la Maison Noire pour insinuer que c’était Trump qui était isolé ! On pouvait supposer que les mollahs surpris par l’unité de leurs adversaires avaient renoncé à toute provocation.

JPEG - 188.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient signalé la hausse du prix de l’or pour souligner la panique générée par le classement officiel du régime comme une entité terroriste !

JPEG - 148.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens opposés au régime avaient insisté sur l’impuissance des mollahs dont la seule décision avait été de classer l’armée américaine comme terroriste ! Ils soulignaient aussi la lutte des habitants du sud contre l’invasion des eaux pour souligner la méchanceté des Pasdaran en plus de leur lâcheté !

JPEG - 214.5 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont continué la riposte symbolique en demandant à leurs députés de vêtir leurs uniformes de miliciens et de crier mort à l’Amérique pour marquer leur unité avec le régime ! En réponse à des sanctions globales, on avait un bal masqué ! C’était ridicule !

JPEG - 127.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le régime a continué à fuir le combat en ne montrant aucun équipement non conforme à l’accord sur le nucléaire comme les centrifugeuses IR-8 qui avaient été évoquées. Rohani a seulement continué le spectacle de la résistance au lieu de la résistance et la riposte en se disant fier des Pasdaran et de leur belle popularité en raison de leur engagement pour aider les victimes des inondations !

JPEG - 98.5 ko
JPEG - 135.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Khamenei a aussi minimisé la sanction de Trump contre les Pasdaran afin de se dérober à la nécessité de déclarer la guerre aux États-Unis et ses alliés !

JPEG - 137.8 ko
JPEG - 63 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ainsi on avait un spectacle tout entier du régime pour convaincre ses collaborateurs et notamment ceux de la milice qu’ils n’étaient pas en danger afin qu’ils restent tranquilles et ne songent pas à vider leurs comptes et à s’enfuir.

Les mollahs ont aussi annoncé leur détermination à (soi-disant) combattre la corruption, en annonçant la réouverture du procès contre leur secteur pétrochimique réservé à leurs plus proches collaborateurs issus de clans au pouvoir pour rappeler à tous ces gens qu’ils pouvaient les arrêter.

Ils ont aussi annoncé la saisie de 300 comptes bancaires incorrects créés pour aider les sinistrés mettant en garde contre toute adhésion de leurs collaborateurs avec le peuple. Ils ont aussi souligné la responsabilité de leurs collaborateurs dans les inondations pour les arrêter si’ils s’avisaient à les quitter !

Leurs collaborateurs n’ont pas osé vendre leurs actions. Les mollahs en ont profité pour arroser les actions faibles avec 1300 milliards de tomans pour provoquer une forte hausse de l’indice boursier (+1832 unités) afin de prétendre que leurs spectacles avaient suffi pour rassurer leur proche et que tout le monde croyait à la capacité du régime à tenir facilement face à Trump !

PNG - 73.5 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont aussi continué leur spectacle de résilience en affichant des chiffres rassurants et évoquant leurs secours aux victimes des inondations !

Trump a alors surpris les mollahs, car son M-AE Pompeo a invité au Sénat américain à aussi parler de leurs liens avec l’Al Qaeda pour justifier les sanctions à leur encontre.

PNG - 575.3 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a alors appelé Macron pour le presser de contourner l’embargo américain, mais ce dernier a insisté sur le maintien de l’accord sur le nucléaire et la limitation des missiles du régime. Ils ont alors tenté de bouger les choses en affirmant qu’ils pourraient sous peu tirer 3 missiles au nom de la science et la météo ! Mais tout le monde les a ignorés !

Les mollahs ont censuré les propos de Pompeo et de Macron et ils ont repris leur spectacle en qualifiant les choix de Trump de folie puérile ! Ils lui reprochaient, en fait, leur propre attitude.

Mercredi 10 avril 2019 (21 Farvardin 1398), Trump avait classé comme terroristes les Gardiens de la Révolution islamique (les Pasdaran) qui sont à tous les postes clefs du régime des mollahs et ces derniers ne savaient que faire pour rassurer les leurs. Leur journal affirmait que Rohani avait pleinement défendu les Pasdaran, pour faire oublier que ces derniers n’avaient pas su répondre par eux-mêmes et du fait de leur passivité, on pouvait douter de l’avenir du régime.

JPEG - 162 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient aussi mis en avant Rohani. Les mollahs avaient donc passé une consigne. Mais les dissidents avaient aussi révélé que les prix de l’eau et de l’électricité allaient augmenter. Cela signifiait que les mollahs entendaient diminuer la consommation en Iran pour faire face à leur manque de devises pour produire de l’électricité et pour vendre l’eau à l’Irak qui en manque pour obtenir en échange un droit de passage pour fuir de l’Iran en cas d’un soulèvement irrépressible.

JPEG - 153 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens opposants au régime avaient mis en avant le ridicule spectacle de députés en uniforme pour montrer que le régime n’avait pas d’armes et de soldats, mais juste des costumes et des chansons pour se défendre !

JPEG - 251 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens à la météorologie iranienne ont alors annoncé de nouvelles pluies qui devaient provoquer de nouvelles crues d’ici une semaine ! Les mollahs n’ont pas diffusé la nouvelle afin de renouveler le projet d’occuper les gens avec les problèmes malgré le fait que ce projet avait renforcé la colère du peuple et bon nombre de leurs serviteurs de haut niveau ! Ce choix de l’inondation (version mouillée de terres brûlées) pour assiéger le peuple était évidemment la preuve que les mollahs et aussi les chefs Pasdaran se voyaient très en danger.

Au même moment, le groupe d’Astana formé par la Russie, la Turquie et la République islamique d’Iran devait se réunir au Kazakhstan pour parler de la situation à IDLIB où les Turcs aident les islamistes contre pour contrarier Trump et faire pression sur les Russes et obtenir leur soutien. Les mollahs avaient une carte à jouer. Ils n’ont pas choisi les Russes dans l’espoir de plaire aux Turcs et obtenir le droit d’échapper de l’Iran via leur territoire !

Les mollahs ont parlé de leurs malheurs, mais les Turcs et les Russes n’ont été d’aucun secours. Leur refus de s’impliquer a montré que ces pays ne les voyaient pas comme des alliés valables. Les mollahs ont aussi compris qu’ils n’auraient jamais les droits de passage qui leur est indispensable.

Au même moment, le PM pakistanais a alors surpris les mollahs en parlant d’un mur entre les deux pays les accusant de facto d’être des terroristes !

Pour empêcher la panique parmi leurs collaborateurs, les mollahs ont vite médiatisé le procès contre les acteurs privilégiés de leur secteur pétrochimique pour monter qu’ils ne se montreraient même pas indulgents envers leurs proches. Ils ont encore parlé de la responsabilité de leurs collaborateurs dans les inondations et ont aussi lancé les bulldozers sur les villas de 5 personnalités pour montrer leur détermination à se défendre violemment contre leur proche !

JPEG - 76.3 ko
JPEG - 114.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les gens visés se sont gardés de vendre leurs actions et ont même cessé d’acheter des dollars. Les mollahs ont pu encore augmenter l’indice boursier de 3553 points avec 1785 milliards tomans d’investissements. Ils ont aussi pu diminuer le taux de leur dollar libre et ont enfin prétendu que la hausse de l’indice et la baisse du dollar étaient dues à la confiance au sein du régime en raison de leur réponse « forte » à Trump  !

PNG - 44.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours l’après-midi, Zarif a rendu visite aux chefs Pasdaran pour renouveler les menaces contre les Américains pour les faire réagir. Puis Zarif a calmé le jeu et a tenté de séduire les Européens en leur affirmant que sans le régime Daesh aurait conquis l’Europe. Les Européens n’ont pas répondu, car cela était faux.

Les mollahs ont alors oublié l’international en revenant à une propagande nationale par l’affirmation que les Pasdaran avaient le soutien des femmes et des Bazaris ! On a bien ri, car cela ne changeait rien à leur vulnérabilité et ne pouvait pas les aider à résister ou à trouver un lieu d’exil !

Dans la soirée, les services météos ont alerté les journalistes miliciens hostiles au régime que de nouvelles précipitations susceptibles de créer des situations d’urgences avant la fin de la semaine. Les mollahs n’ont pas confirmé l’info et n’ont pas mis en place des mesures pour éviter de nouvelles catastrophes. On a compris qu’ils voyaient d’un bon œil ces déluges pour forcer leurs opposants à s’occuper à survivre au lieu de manifester contre leur régime !

Jeudi 11 avril 2019 (22 Farvardin 1398), Trump avait classé comme terroristes les Gardiens de la Révolution islamique (les Pasdaran) et mis ainsi sous embargo le régime et ses dirigeants n’avaient reçu aucun soutien et ne savaient faire à part espérer une inondation pour continuer à flotter ! Ils évoquaient des rencontres entre Zarif et les chefs de la milice pour insister sur l’unité de ses dirigeants afin de rassurer leurs subalternes !

JPEG - 176.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents intérimaires de l’ex-clan Rafsandjani avaient cité le FMI qui avait cessé sa complaisance sur l’économie du régime pour reconnaître qu’il était parmi les champions de l’inflation ! Ces dissidents invitaient les nantis à braver les menaces des mollahs et de vendre leurs actions et fuir avant que leur magot perde toute valeur !

JPEG - 148.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens opposants au régime avaient cité le chef de la milice qui depuis sa planque avait parlé de la bêtise des Américains et avait affirmé qu’il allait leur infliger des défaites inoubliables  !

JPEG - 185.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors repris leur propagande triomphale pour nier le fait qu’ils n’avaient eu aucun soutien même de la part du Hamas et du Hezbollah !

Au même moment, le peuple a démontré son hostilité en molestant un député qui visitait une zone sinistrée sans prendre position contre le régime !


© IRAN-RESIST.ORG

Brian Hook, le responsable du dossier Iran au sein de l’administration Trump, a alors saisi l’occasion de la faiblesse et l’isolement des mollahs pour affirmer que le Moyen-Orient ne serait jamais stable tant qu’ils seraient au pouvoir, les obligeant à diminuer leurs slogans pour ne pas aggraver leur isolement. Personne n’a contredit Hook.

Sauf la Russie qui a parlé de la nécessité de faire participer les mollahs à la paix, sans cependant apporter de soutien aux Pasdaran ! En parallèle, la Russie a aussi défendu les Israéliens et leur prochain PM, Bibi. On a compris que Poutine entendait laisser faire Trump sans lui faciliter la tâche pour le presser à changer la politique américaine en Crimée. Hook a alors encore insisté sur le rôle négatif des mollahs et les Russes n’ont pas continué leur opposition, se montrant prêts à négocier leur ralliement !

Les Anglais qui seront les victimes de cette alliance pétrolière ont profité de l’ambiguïté de Poutine et ont montré leur disposition à soutenir activement Trump en mettant en garde leur citoyen de ne pas aller en Iran et en arrêtant les services postaux vers l’Iran ! Les mollahs attristés par cette inimitié de leur mentor historique ont censuré l’info pour nier leur isolement grandissant.

Après cette mauvaise passe américano-anglo-russe, les mollahs ont condamné à de très lourdes peines 29 hauts responsables du régime et ont annoncé l’ouverture de plusieurs procès contre tous leurs collaborateurs pour les intimider et les empêcher de vendre des actions pour prendre la fuite !

Ils ont notamment annoncé une loi contre les forces armées refusant de faire feu sur le peuple, laissant entrevoir que les miliciens aux commandes voulaient faire comme leurs officiers et rejoindre le peuple ! Incroyable, car on se demande qui va pouvoir l’appliquer, car comme dit un proverbe iranien : le couteau ne peut trancher sa propre manche  !

Vendredi 12 avril 2019 (23 Farvardin 1398), le ministère des AE du régime a accusé les Américains, les Européens et les Israéliens d’être les vrais terroristes du monde pour avoir inventé Daesh et le ministre des AE du régime a écrit une lettre ouverte au secrétaire général de l’ONU pour qu’il soutienne cette affirmation, mais il n’a évidemment eu aucune réponse à cette requête.

Une nouvelle information a indiqué que les forces de l’ordre étaient révoltées contre le régime qui les avait désignés comme solidaires de ses actions terroristes. L’info était qu’à l’occasion de la journée de l’armée la semaine suivante, les militaires n’allaient pas défiler dans les régions sinistrées.

Les mollahs devaient faire un bilan de cette semaine désastreuse et indiquer une feuille de route applicable et bénéfique à leur régime. Ils ont affirmé leur terrorisme en promettant de raser Tel-Aviv si nécessaire, mais ont aussi demandé aux Pasdaran de continuer à secourir le peuple, cherchant à donner une bonne image de ces derniers malgré le fait qu’ils ne faisaient rien pour le peuple.

On a conclu qu’en raison de l’absence de soutien dans la région surtout de la part du Hamas et du Hezbollah, ils avaient choisi une surenchère de menaces et en réponse aux envies de ruptures dans leur rang, ils avaient choisi de continuer la propagande sur la serviabilité de leurs chefs miliciens !

Mais leurs proches ont jugé que ces choix n’étaient pas les bonnes et ont affiché leur opposition en se gardant de participer à la marche prévue après la prière de vendredi à Téhéran car on n’en a vu aucune photo.

Mais les mollahs et leurs camarades, les chefs Pasdaran, ont maintenu leur position et ont surtout démontré qu’ils ne croyaient pas possible de s’en tirer en raison de leurs actes de terrorisme ainsi que leur répression et leur corruption en Iran.

Dans la soirée, les nouvelles précipitations annoncées ont commencé. Les mollahs n’ont pas mis en place des mesures pour éviter de nouvelles catastrophes. Il était évident qu’ils comptaient sur ces catastrophes pour forcer leurs opposants à s’occuper à survivre au lieu de manifester contre leur régime !

Dans la nuit, les pluies ont inondé le sud du pays !

JPEG - 113.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

-Semaine 583 (13-20 avril 2019) :-
-Déluges, désillusions et défections !-

Samedi 13 avril 2019 (24 Farvardin 1398), les mollahs avaient aussi insisté sur les secours portés par les miliciens aux victimes des inondations en précisant qu’ils avaient mis fin à la crise, niant de facto la nécessité de prévention pour les inondations prévues ! Ils voulaient encore gouverner par le chaos ! Dans leur média anglophone, ils évoquaient la soi-disant popularité de la milice pour impressionner leurs ennemis internationaux. On avait des déluges d’eau et aussi un déluge de désinformation pour se maintenir à flot !

JPEG - 151.4 ko
PNG - 1.2 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents par intermittence avaient signalé que le régime allait vendre du dollar très bon marché à ses proches. Par cette infi, ils espérer révolter tous ceux qui étaient exclus de ces cadeaux !

JPEG - 168.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont riposté à cette incitation au révolte en reprenant le procès de corruption contre Hedayati, un milicien qui a pu devenir milliardaire par sa gestion mafieuse des clubs de foot iraniens.

Ce dossier implique tous les hauts responsables du régime qui espèrent fuir l’Iran avec leur fortune et a de facto empêché leur agitation à la bourse ! Les mollahs ont profité de leur inaction pour augmenter l’indice boursier de 1224 points grâce à 1323 milliards de tomans d’injections de fonds en bourse.

PNG - 83.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le taux relativement peu élevé de la hausse indiquait qu’ils avaient arrosé les plus riches qu’ils avaient intimidés pour maintenir un certain équilibre et ne pas les désespérer totalement et ne pas provoquer une agitation malgré les punitions insinuées. Cela signifiait que leurs punitions étaient déjà presque obsolètes.

Une délégation parlementaire italienne est alors arrivée en Iran. Les mollahs ont cru que les Italiens voulaient se démarquer en leur apportant des investissements contre le pétrole qu’ils vendent généralement à 15% de son prix ! Mais les Italiens étaient venus pour les encourager de cesser leurs menaces déstabilisatrices !

Les mollahs ont rassuré les leurs par la déclaration du chef des Pasdaran se disant fier d’être qualifié de terroriste pour intimider ces messagers de l’EU ! Les Européens ont insisté sur la demande formulée par les Italiens. La confiance en l’avenir du régime a pris un coup  !

JPEG - 59.3 ko
JPEG - 115.7 ko
JPEG - 75.9 ko
JPEG - 56.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont envoyé des chefs Pasdaran en Oman qui s’est récemment rallié à Trump pour proposer des manœuvres navales communes et rappeler à ce petit royaume sa vulnérabilité. Ses militaires ont refusé de plier et soutenir les mollahs et leurs miliciens bandits ! Les mollahs ont oublié cette défaite face à un minuscule pays qui était la preuve que personne ne les croyait capables d’aller au bout de leurs menaces et tout le monde les voyait comme de pauvres losers qui bluffent !

JPEG - 70.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Français ont alors sévèrement puni les mollahs par un tweet de leur représentant sortant à l’ONU en évoquant leur projet de s’opposer à toute reprise de l’enrichissement nucléaire par les mollahs après la fin de la période de gel de leurs activités nucléaires dans le cadre de l’accord de Vienne !

PNG - 233 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le site Al-Mayadeen qui se veut indépendant et pro-mollahs a aussi porté un sévère coup à ces derniers en affirmant que le général milicien Ali Nassiri (/Nasiri en anglais en photo ci-dessous), le chef du contre-espionnage de la milice, chargé de la protection de la milice contre ses traités ou ses dissidents, avait fui le pays suite à un violent désaccord survenu avec ses collègues 2 jours plus tôt, le jeudi 11 avril 2019 (22 Farvardin 1398). Il pouvait se cacher ou vendre des informations nuisibles à la sécurité des mollahs pour gagner son droit à être libre !

JPEG - 179 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On s’est rappelé que ce jeudi 11 avril 2019 (22 Farvardin 1398), le régime avait alors compris que Poutine était prêt à les sacrifier pour se rapprocher de Trump et les Anglais étaient prêts à les sacrifier avant ce deal pour mettre fin à cette entente ! La direction de la milice avait évoqué la possibilité de raser Tel-Aviv et avait aussi opté pour la poursuite de sa stratégie de chaos par inondation pour disperser ses ennemis en Iran ! Le général Nasiri avait vraisemblablement opposé à ces choix, le régime avait alors décrété une loi pour punir les forces de l’ordre refusant de réprimer les opposants ! Le général avait sans doute déjà aussi refusé de punir des camarades ayant rompu avec le régime !

C’était une très bonne « nouvelle ». Mais elle a disparu du site une demi-heure après sa publication. Du fait que certains prétendent que cette télévision est liée aux mollahs, on pouvait supposer qu’un milicien en conflit avec le régime avait balancé l’info avant que ses chefs ne la suppriment.

L’absence de démenti de la part de l’intéressé a laissé supposer que l’information était vraie !

Dimanche 14 avril 2019 (25 Farvardin 1398), il n’y avait évidemment rien au sujet de la rupture de l’homme chargé de sécurité de la milice qui est chargée de la sécurité du régime ! Les mollahs avaient pris le contrepied de la nouvelle évoquant une exposition maximale à toutes les menaces en affirmant la fin de la crise des inondations et très peu de dégâts (3,5 milliards de dollars) soit en réalité 2% des vraies pertes. Ils ne voulaient pas payer ou n’avaient pas de quoi reconstruire les infrastructures anéanties ! En parallèle, ils parlaient de l’arrivée d’un nouvel ambassadeur à Paris pour nier les conflits à venir avec les Français et prétendre qu’ils avaient un soutien inattendu au moment alors qu’ils étaient fragilisés par la rupture d’un homme clef de leur sécurité !

JPEG - 148.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglophone, les mollahs évoquaient de prochains grands contrats avec les Irakiens pour nier leur isolement dans la région. On avait donc un déluge de désinformation pour rassurer leurs collaborateurs !

PNG - 1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens opposants avaient pris le relais pour insister sur le partage des dollars du régime par les mollahs à leurs proches pour inciter leurs collaborateurs à se révolter malgré les menaces judiciaires à leur encontre.

JPEG - 194.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, la Corée du Sud avait annoncé la faillite de nombreuses entreprises en business avec les mollahs, invitant implicitement toutes ses entreprises présentes en Iran de rompre leur relation pour ne pas pâtir de la déroute économique et financière des mollahs !

Ces mauvaises nouvelles (minimisation des pertes, diversion pour zapper une grosse rupture, le partage des dollars, les contrats fictifs, les revers de la veille et la panique des Sud coréens) ont engendré la panique à la bourse de Téhéran ! La bourse a dégringolé malgré les injections de fonds des mollahs ! L’indice a rapidement chuté de 1200 points !

Les miliciens de base qui ont choisi la lutte contre le régime, car ce dernier a annulé leur épargne ont à nouveau manifesté pour réclamer leur épargne ! Ceux qui exercent le métier de taxi (dernière video) ont bloqué l’accès aux aéroports pour montrer aux mollahs qu’ils pouvaient les bloquer en Iran au moment de leur chute !


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG

Zarif, le M-AE des mollahs, a dit que les Européens perdaient du terrain en aidant les États-Unis, pour les éloigner de ces derniers, mais ils n’ont pas été sensibles à ses remarques du représentant des mollahs, car ces derniers sont en faillite !

Les mollahs ont alors exigé de très lourdes peines (300 coups de fouet et des centaines de millions de dollars de pénalités, plus 30 ans de prison ferme) pour 29 de leurs collaborateurs financiers dans le cadre du procès de détournement des fonds de pension de la Banque Sarmayeh (chargée de payer les pensions de leurs retraités). Les réquisitoires ont refroidi les nantis visés et bien d’autres qu’ils pouvaient menacer à la perte pour obtenir un allègement de leur peine. Les mollahs sont ainsi parvenus à geler les ventes d’actions. Ils ont alors pu redresser l’indice boursier et finir sur une hausse de 882 points !

JPEG - 106.8 ko
JPEG - 59.5 ko
PNG - 46 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, ils ont oublié de parler de leur rapport avec les pays étrangers et ont mis l’accent sur de nouveaux secours par la milice. On a conclu qu’ils étaient confrontés à des cas de rupture et essayaient de redorer l’image des miliciens encore présents à leur côté pour empêcher leur rupture.

Lundi 15 avril 2019 (26 Farvardin 1398), les mollahs affirmaient que les Européens avaient refusé de les aider financièrement pour les reconstitutions, mais Zarif était sur le point de les faire plier. Les mollahs devaient être confrontés à des réactions violentes sur le terrain pour évoquer enfin l’absence de reconstruction, mais elle l’attribuait aux étrangers et se disait en plein effort pour obtenir des fonds (se gardant de distribuer leurs propres magots). Ils ne voulaient pas renoncer à leur tactique de chaos malgré ses effets négatifs chez les Iraniens et au sein de leur régime !

JPEG - 182.7 ko
PNG - 680.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens en rupture avec le régime avaient mis en avant les nouvelles inondations dans le sud du pays et le tweet de Gérard Araud pour révéler que les mollahs dépassés en Iran par leur stratégie de chaos étaient loin d’un succès en Europe ! Cela signifiait que l’on leur avait peut-être demandé de louer les efforts de Zarif et qu’ils avaient préféré dire les vérités et prédire un avenir bien sombre pour le régime !

JPEG - 178.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents du clan Rafsandjani avaient signalé que les Chinois avaient divisé par 2 le volume de leurs échanges avec l’Iran. Étant donné que les mollahs parlent souvent du maintien du volume de vente de pétrole voire d’une augmentation de ces ventes avant la fin du délai d’exemption accordé par Trump jusqu’au 2 mai, l’annonce signifiait que les mollahs avaient encore baissé le prix de leurs exportations et augmenté les déficits pour sauver leur peau !

JPEG - 147.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Grâce à ces journalistes du régime devenus des opposants pour sortir l’Iran des griffes des mollahs, tous les gens du régime ont compris que leurs dirigeants n’avaient aucun soutien et tout le monde profitait de leur déclin avant l’avènement de nouvelles sanctions américaines dans deux semaines.

Ces journalistes en lutte contre les mollahs ont aussi révélé que Pompeo allait rencontrer les Israéliens pour mettre au point ses nouvelles sanctions contre les mollahs ! Ils ont aussi annoncé que le Bahrain avait accusé les mollahs de terrorisme et avaient réduit au néant leur capacité dans ce domaine en arrêtant 139 membres de leur réseau !

Au même moment, des miliciens chiites irakiens ont débarqué en Iran sur l’invitation des mollahs pour bloquer l’arrivée des eaux dans leur pays ! On a compris que les mollahs manquaient de troupes pour contrôler les inondations afin de réserver leurs mauvais effets aux Iraniens ! Mais l’opération a été une catastrophe en soi, car les Iraniens sunnites d’origine arabe qui habitent ont cru à une invasion comme du temps de Saddam et ont attaqué ces Irakiens !

JPEG - 257.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’envoyée onusienne chargée de l’Irak est arrivée à Téhéran pour encourager les mollahs à éviter les crises susceptibles de provoquer un nouveau conflit dans la région et au détriment des intérêts pétroliers de nombreux pays occidentaux !

JPEG - 91.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont annoncé un verdict quelques heures plus tard, soit au début de l’après-midi, pour les 29 accusés de la Banque Sarmayeh et ont aussi annoncé l’ouverture d’un nouveau procès pour corruption contre la coopérative Alborz afin de rappeler qu’ils allaient continuer ce processus pour tenir leurs collaborateurs à leurs bottes.

Ils ont néanmoins vite arrosé massivement ces mêmes gens avec 2134 milliards de tomans pour éviter une panique par désespoir. En misant sur des actions fortes peu influençables, ils ont augmenté l’indice de seulement 882 points se donnant l’image d’un régime serein et soutenu alors que tout allait mal !

PNG - 44 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, ils ont annoncé des peines lourdes contre les 29 proches qui avaient sans doute entrepris des efforts pour fuir avec leur fortune et ont annoncé l’arrestation de 26 hauts responsables de la mairie d’Arak pour maintenir leur pression sur leurs proches.

Puis, ils ont parlé de la défaite de leurs ennemis internationaux pour se préparer une nouvelle journée tranquille à la bourse et pouvoir prétendre que tout allait bien dans l’espoir que leurs collaborateurs ne songent pas à rompre et les laisser tomber pour sauver leur vie !

Mardi 16 avril 2019 (27 Farvardin 1398), les mollahs avaient enfin admis que le sud du pays était ou les eaux ! Il y avait une mer à l’endroit des sites pétroliers terrestres ! Dans leur journal en Anglais, les mollahs affirmaient que dans une réunion privée, le Guide avait regretté la guerre entre les musulmans. Cela signifiait que les mollahs cherchaient des alliés dans le monde musulman. On pouvait comprendre qu’ils n’en trouvaient pas !

JPEG - 172.1 ko
PNG - 730.5 ko

br/>© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens opposés au régime avaient mis en avant le refus très discret du Guide d’autoriser des prélèvements en devise de la caisse nationale pour la reconstruction du pays. Ces miliciens entendaient à révolter le peuple et faire craquer les officiers miliciens encore fidèles au régime  !

JPEG - 182.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les médias étrangers ont annoncé que des Saoudiens étaient à Moscou pour préparer une grande rencontre entre les deux pays ! On a aussi appris que les Chinois s’apprêtaient à recevoir 17 membres de la Ligue arabe pour qu’ils investissent des centaines de milliards de dollars dans leur projet de route de soie vers l’Europe !

Les médias dissidents ont aussi annoncé deux grandes manifestations ouvrières anti-régime en Iran !

JPEG - 105.1 ko
JPEG - 83.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Zarif a annoncé qu’ils partaient en Syrie et en Turquie pour parler de la région ! Les deux pays étant opposés, les mollahs entendaient mettre la pression aux deux et obtenir le soutien fort de la Syrie pour forcer le soutien de la Turquie et sortir le régime de son isolement !

À son arrivée en Syrie, Zarif est d’abord allé au pèlerinage des sites chiites au lieu d’être reçu par Assad, il a finalement été reçu par son M-AE Walid Moualem ! On a compris qu’assad était conscient du jeu des mollahs et ne voulait pas les aider à obtenir un deal avec ses ennemis turcs en abandonnant la propre procédure de sa réhabilitation par les Arabes et par Trump.

JPEG - 199.2 ko
JPEG - 124.9 ko
JPEG - 102.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le régime n’a annoncé aucune date de rencontre entre Zarif et Assad. L’absence de pression sur Assad signifiait l’échec de la mission aussi bien en Syrie qu’en Turquie !

Les nantis du régime se sont mis à vendre malgré les intimidations judiciaires des jours précédents. La bourse a dégringolé !

Les députés barbouzes ont mis la pression aux mollahs en remettant en cause la responsabilité du directeur de leur privatisation, les accusant de corruption, pour les forces à leur accorder aussi des dollars bon marché ! En l’absence d’un geste positif, ils ont aussi dénoncé la volonté de la banque centrale du régime de recourir aux planches à billets, donc des billets imprimés sans garantie, pour financer des reconstructions promises par les mollahs ! Ce qui signifiait une plus forte dévaluation, très peu de reconstruction et la hausse du mécontentement et des ruptures !

Les mollahs ont augmenté leur pression judiciaire et aussi poussé leurs injections à la bourse à 2475 milliards de tomans pour pouvoir in extremis éviter un indice en baisse sur la hausse bien négligeable de seulement 84 points !

PNG - 47.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi, les députés ont repassé à l’offensive en affirmant que la seule réponse à Trump était le développement des missiles du régime ! Ils ont aussi affirmé que le régime devait prendre comme cible tous les militaires américains dans la région ! On avait des députés complices du régime et engagés pour l’aider à intimider les pays de la région et les Européens ! On a compris que les députés barbouzes avaient sans doute été payés en dollar comme ils l’espéraient !

Mais leur changement n’a été d’aucun secours pour leur régime, car personne n’a reculé après leur roulement de tambour. Personne n’a estimé que les mollahs pouvaient aller au bout de leurs menaces d’autant plus qu’ils n’avaient pas confirmé leur menace par un tir de missile !

Zarif a alors dit avoir rencontré Assad avant de s’envoler pour la Turquie !

Trump a aussi profité de cette initiative ratée des mollahs pour publier un rapport sur les accords internationaux rompus par les ennemis des États-Unis. Le rapport affirmait que les mollahs ne voulaient respecter aucun accord !

Au sein du régime, le député anglophile Tavakkoli, qui longtemps était chargé par Londres de dénoncer les mauvaises conduites des mollahs pour les calmer et sauver le régime dans l’intérêt de Londres, a accusé la banque centrale iranienne (la banque centrale du régime) d’aider les banques privées au lieu d’aider le peuple !

Dans la soirée, le commandant milicien retraité Saïd Ghasemi, connu pour son franc parler et qui ne cesse de dénoncer le régime et révéler ses méfaits, a été invité sur une chaine des miliciens opposés au régime et a affirmé qu’il n’y avait pas de raison de critiquer les Américains pour le maintien du Croissant (Croix) Rouge iranien sur leur liste d’organisation terroriste, car le régime l’avait utilisé comme couverture pendant la guerre en l’ex-Yougoslavie pour acheminer des armes et des instructeurs aux musulmans en lutte contre l’unité de ce pays !

MPEG4 - 3.2 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Par cette nouvelle révélation, Said Qasemi avait apporté aux Américains une bonne raison de sanctionner le régime. Les médias officiels ont censuré les propos, mais les cadres journalistes qui luttent contre sa survie ont publié la nouvelle après minuit pour plonger le régime dans la panique mercredi qui est la dernière journée d’activité hebdomadaire de la bourse en Iran.

Mercredi 17 avril 2019 (28 Farvardin 1398), les mollahs affirmaient que Zarif avait rencontré Assad, insinuant qu’ils les avaient aidés alors qu’il n’y avait rien de tel. La preuve était que lors de sa rencontre avec Assad son costume était bleu alors que sur les reportages de la veille, il était noir. A moins de s’être changé par coqueterie dans un couloir avant sa rencontre avec Assad, on avait donc des images d’archives et un nouveau revers nié par le régime.

JPEG - 153.5 ko
PNG - 948.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les inondations avaient augmenté. Il n’y avait aucun signe de secours du côté des mollahs et des chefs Pasdaran. Les mollahs ont nié leur existence en se focalisant sur des secours qui n’existaient pas !

Le régime était donc sous un déluge d’eau et de revers. Zarif s’est envolé comme prévu (mais sans copuverture photo) pour la Turquie alors qu’il ne pouvait négocier un soutien en utilisant comme prétexte le soutien d’Assad ! Le régime n’a d’ailleurs fait aucune annonce à son propos. La panique s’est installée à la bourse de Téhéran !

Les mollahs ont tenté de relancer la fausse opposante Nasrine Sotoudeh en la qualifiant de terroriste et en déplorant théâtralement le soutien que lui accordaient les Occidentaux, mais ces derniers n’ont pas parlé de la fausse opposante.

Les mollahs ont alors ouvert un nouveau procès et un verdit dans l’affaire assez ancienne de l’importation des oreillettes pour les cellulaires de luxe pour montrer qu’ils pouvaient raviver de vieux dossiers pour faire tomber des têtes. Ils ont ouvert le procès de la coopérative Alborz et ont arrêté un des promoteurs chargés de la construction de l’autoroute du nord (de l’Iran), qui est en chantier depuis 30 ans, pour signaler qu’il ne manquait pas de dossiers pour continuer leur rodéo judiciaire.

La bourse est restée en crise. Ils ont aussi augmenté leur injection de fonds, mais sans réussir à stopper la chute de leur indice boursier qui est le baromètre de la confiance en leur régime.

Rohani qui présidait alors le conseil des ministres a parlé des hausses de salaire qu’il avait décidées et le premier paye dans quelques jours pour calmer la panique chez ses collaborateurs de base afin de ne pas être exclus de ce cadeau. Il a aussi rejeté la possibilité de rationner les carburants (que le régime importe) afin de nier une pénurie due à son isolement actuel et son isolement plus grand à l’issue de la fin des exemptions accordées par Trump à certains pays en échange de la diminution de leurs achats pétroliers en Iran.

JPEG - 113.9 ko
JPEG - 103.7 ko
JPEG - 49.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont aussi rassuré leurs fidèles en annonçant que le Guide avait reçu les patrons de la milice et de l’armée qui fait partie de la milice à l’occasion de la journée de l’armée qui devait être célébrée le lendemain pour montrer que le régime avait encore du répondant !

On pouvait lire que le Guide s’était félicité de leur rôle positif pour lutter contre les inondations, de leur popularité grandissante et de leur fraternité et leur fidélité au régime ! Les invités du Guide avaient aussi dit qu’ils étaient prêts à tout (à se battre et mourir pour le régime) ! Mais cela n’a pas rassuré les gens, car on n’y voyait pas le général Ali Nasiri ou encore Qassem Soleimani (leur champion du terrorisme qui a été récemment tué, mais qu’ils ne cessent de présenter comme étant vivant). D’une manière générale, il y avait aussi peu de miliciens à ce rendez-vous et aucun n’était joyeux ou confiant !

JPEG - 86.3 ko
JPEG - 108.1 ko
JPEG - 129.6 ko
JPEG - 131.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a fini sur une baisse de 1971 points malgré 2511 milliards de tomans d’injection dans les poches de ses acteurs et les menaces de condamnation qui pouvaient provoquer la mort de ces gens.

PNG - 74.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, les mollahs ont multiplié les annonces judiciaires pour menacer les responsables qui les avaient défiés ! Ils ont aussi annoncé le démantèlement d’un réseau de trafic de carburant. Ce genre de réseaux étant le monopole des officiers de la milice, on a compris qu’ils étaient mécontents d’eux et certains étaient accusés de corruption, car ils devaient songer à rompre avec le régime !

Plus tard, les mollahs ont discrètement annoncé que la Turquie avait accepté de mettre en place une procédure de troc démonétisé similaire à l’Instex des Européens. Cela étant déjà le cas, ils entendaient mettre fin honorablement à la mission mort-née de leur M-AE en Turquie.

Ils ont repris la propagande en se focalisant sur la rencontre entre leur Guide et leurs chefs de la milice dans l’espoir de s’éviter de nouvelles ruptures et de nouvelles crises boursières à la prochaine ouverture de la bourse de Téhéran.

Jeudi 18 avril 2019 (29 Farvardin 1398), les mollahs devaient afficher leur puissance militaire par leur nombre des participants et la qualité de leurs armements notamment leurs missiles pour rassurer leurs collaborateurs paniqués. Leurs médias avaient mis en avant les images de la rencontre du Guide et des chefs miliciens pour rassurer les gens en attendant le défilé !

JPEG - 179.1 ko
PNG - 848.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais au cours des dernières années, la diffusion très rapide des images du défilé a toujours souligné que les mollahs et leurs camarades en treillis utilisaient des images d’archives, car ils n’étaient pas en mesure de réunir les troupes qu’ils affirment avoir et doivent déployer leurs armes. Cette fois, ils n’ont pas coupé à la règle car il faisait très beau mais sur leurs images le ciel était gris ! Tout le monde a compris qu’ils étaient à nouveau boycottés ! Rohani a compensé ce manque de combattants en affirmant que la milice était plus forte que jamais, car le peuple les soutenait pleinement et les soutiendrait toujours !

PNG - 111.4 ko
PDF - 177.6 ko
JPEG - 119.1 ko
PNG - 1.2 Mo
JPEG - 33.2 ko
JPEG - 86.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont aussi annoncé qu’ils allaient cibler les militaires américains basés dans la région et ces derniers ne pourraient trouver nul abri pour se protéger ! Tout le monde s’est tu pendant cette propagande. On a compris que les gens ne l’approuvaient pas, mais ne savait que faire en échange. On avait un régime boycotté et ses derniers membres étaient tétanisés. La journée de l’armée était la journée de désarmement du régime !

Vendredi 19 avril 2019 (30 Farvardin 1398), tôt le matin, les mollahs ont annoncé le départ du général Ali Nasiri de la direction de la sécurité de la milice. Sa possible rupture ou défection était déguisée en licenciement !

Nasiri n’était pas remplacé par le prétendu héros de la milice, Soleimani (qui est donc mort), mais un inconnu qui était loin d’avoir ses compétences. Cela indiquait une pénurie d’agents actifs efficaces au service du régime.

PNG - 648.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, d’habitude, quand un commandant est changé, il part pour un autre poste. Cette fois, il n’y avait rien pour le sortant et aucune déclaration de sa part et de la part de son remplaçant. Ces silences ont confirmé qu’il avait sans doute rompu avec le régime et pouvait devenir un problème pour sa survie !

Dans la foulée du changement du chef de la sécurité de la milice, les mollahs ont aussi annoncé l’arrestation de 290 espions de la CIA au cours de l’année passée pour donner quand même une image forte de la milice afin que l’on continue à la craindre.

Après ces ajustements très tardifs, lors du sermon de vendredi, les mollahs ont parlé d’un grand danger qui menaçait à présent le régime, il était face aux pires démons ! Ils ont aussi appelé les miliciens à ne pas considérer que le temps des secours était révolu : ils devaient encore aider le peuple !

JPEG - 366.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Pasdaran fidèles au régime en raison de leur passé n’ont pas aimé ce discours, car ils étaient accusés d’une négligence souhaitée par les mollahs ! Il est passé 5 h avant qu’ils trouvent une réplique et affirment qu’aider le peuple était leur devoir et qu’ils seraient toujours prêts de servir le peuple.

Cette semaine, les mollahs devaient gérer le choc de leur inondation tactique et le classement de leur système comme une entité terroriste. Ils ont vite réalisé qu’ils ne pourront pas influencer leurs voisins irakiens ou encore les Russes en faisant du pied aux Turcs. Ils ont aussi perdu leurs illusions avec le choix arabe des Chinois et la préférence dollar des Sud coréens.

Les mollahs ont choisi la fuite en avant dans le chaos assumé des inondations pour éparpiller leurs ennemis de l’intérieur en attendant de trouver une faille dans les armures de leurs adversaires internationaux. Ils n’y sont pas parvenus.

La panique a éclaté au sein de leur régime. Ils ont attaqué leurs proches à coups de poursuites judiciaires tout en continuant leur désastreux choix d’inondations tactiques. Ils ont seulement réussi à désespérer leurs serviteurs et perdre le plus important d’entre eux, celui qui devait veiller à la sécurité de leurs gardes prétoriennes !

Nous avions prédit cela par notre précédent titre (qui sème le vent, deviens sans-abri. Les mollahs ont perdu la clef de voute de leur protection et risquent de perdre d’autres éléments clefs de leur milice et leur protection. Voici venu le temps des trahisons en tout genre et des assassinats inattendus par le régime et ses opposants en Iran. Les voilà tous dans une situation d’extrême urgence !