Accueil > Articles > Iran : Un processus incontrôlable de fuite en avant



Iran : Un processus incontrôlable de fuite en avant
07.07.2009

La république islamique donne l’image d’un régime très perturbé : elle doit cela à une suite effrénée de mensonges (fausses prétentions de fraude et fausses contestations) destinés à remettre en cause la légitimité du dernier président élu lui afin de bloquer légalement tout dialogue entre ce dernier et l’Occident. A présent, il est tous les jours obligé d’inventer de nouveaux mensonges pour ne pas perdre la face ou capituler.



L’arrivée d’Obama a bouleversé tous les schémas connus ou prévus par les mollahs ! Il leur a proposé un invraisemblable apaisement contraire à leur vocation assumée d’agitateur régional défenseur de tous les ennemis d’Israël et des Etats-Unis. Dès lors la principale priorité du régime est devenue la recherche d’une solution pour rendre impossible cet apaisement.

La première réaction du régime a été de multiplier les provocations nucléaires et de soi-disant exploits balistiques. Washington y a opposé la politique d’esquive. Le régime a aussi cherché à pousser l’Europe et plus particulièrement la France à doubler les Etats-Unis pour proposer une entente à l’Iran, mais cela n’a pas fonctionné. Au moment des élections présidentielles iraniennes, l’offre encombrante d’Obama a revitalisé la candidature d’Ahmadinejad, le président du refus, malgré le risque d’un renforcement des sanctions.

Tardivement Téhéran a eu l’idée d’une solution miracle : une réélection écrasante et teintée de fraudes pour Ahmadinejad, une victoire qui serait contestée par son rival malheureux, Moussavi le soi-disant modéré. Téhéran espérait qu’Obama prendrait le parti du courant modéré du régime, ce qui aurait été synonyme d’une légitimation américaine du programme nucléaire de Moussavi, programme en tout point identique à celui d’Ahmadinejad.

Mais Obama n’a pas pris parti. Téhéran a alors accéléré sa fuite en avant avec un schéma plus radical où Moussavi évoquait l’absence de toute légitimité d’Ahmadinejad, sous-entendant qu’il pouvait bloquer tout compromis cédé par ce dernier sous le poids des sanctions. Cela a été une erreur car Moussavi est devenu l’obstacle à une entente irano-américaine donc un ennemi.

Panique à bord : Téhéran a changé le scénario pour le placer en victime d’une possible poursuite judicaire pour faire intervenir Obama au nom des droits de l’homme. Ce dernier n’a pas réagi, ce qui a donné lieu à la diffusion ce week-end d’une nouvelle rumeur liée à la sécurité des intérêts américains dans le Golfe Persique.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 29.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Une (fausse) « coupure de presse » diffusée sur le net prétend que « suite à son élection frauduleuse, Ahmadinejad qui n’a pas de légitimité a donné sa promesse de laisser l’armée russe s’installer sur les côtes iraniennes du golfe Persique pour menacer les intérêts américains avec ses missiles ». Un commentaire « patriotique » accompagnant cette coupure précise que « Moussavi est contre cette décision et c’est uniquement à cela qu’il faisait allusion en se disant hostile à reconnaître la légitimité des décisions prises par Ahmadinejad ! »

On l’a compris, Téhéran cherche à revoir à la baisse l’hostilité de Moussavi à un accord sur le nucléaire tout en faisant peur aux Etats-Unis pour les pousser à intervenir en faveur de Moussavi qui serait l’ami de la paix sur terre !

Ce n’est pas la première fois que Téhéran utilise cet argument des missiles russes visant les intérêts américains dans le Golfe Persique. La dernière fois en décembre 2007, il l’avait fait plus ouvertement via la presse iranienne, ce qui a été suivi par un démenti très ferme de la part de Moscou en moins de 24 heures. Cette fois, de peur de se fâcher avec son dernier grand allié, Téhéran a eu recours à une rumeur. Malgré un effort louable de ses relais de diffusion de rumeurs via le mass mailing, Obama n’a pas réagi à cette nouvelle anxiogène à la veille de son déplacement à Moscou.

En l’absence d’un écho, Téhéran a donc laissé tomber cette option farfelue pour reprendre le schéma de base où désormais l’on parle d’une possible pendaison de Moussavi pour trahison ! C’est peu probable ; il est trop précieux pour le régime. Téhéran fera néanmoins tout, via des articles sur les malheurs de ses partisans ou compagnons, pour rendre l’hypothèse vraisemblable afin d’arracher le soutien d’Obama à son candidat miracle.

Mais si cela échoue, il a déjà un plan de rechange : à défaut d’un soutien, l’affirmation de ce soutien ! Les collaborateurs de Moussavi (en fait de seconds couteaux sans vrai avenir politique [1]) seraient passés à l’aveu qu’ils travaillaient pour les Américains, prétexte à refuser le dialogue avec Obama. Cela n’a aucun sens et ne résout rien, mais le régime s’est engagé dans un processus de fuite en avant qui le dépasse : il ne peut pas arrêter de mentir, il perdrait la face.


© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Pour en savoir + en détail :
- Iran : La partie commence maintenant !
- (4 JUILLET 2009)

sur l’origine historique de cette fuite en avant :
- Iran : Manipulations hasardeuses d’un régime déboussolé !
- (15 JUIN 2009)

| Mots Clefs | Institutions : Démocratie (médiatico)-islamique |
| Mots Clefs | Institutions : Diplomatie (selon les mollahs) |
| Mots Clefs | Nucléaire : Politique Nucléaire des mollahs |

| Mots Clefs | Enjeux : Rétablir les rel. avec les USA & Négociations directes |

| Mots Clefs | Mollahs & co : Mir-Hossein Moussavi |
| Mots Clefs | Resistance : FAUSSE(s) OPPOSITION(s) |

[1Les collaborateurs modérés de Moussavi ! |Les personnes soi-disant arrêtées que le régime veut élever au rang de héros de la démocratie sont :
le sinistre Behzad Nabavi, ancien négociateur des preneurs d’otages de l’ambassade américaine, l’un des initiateurs des Comités, ces simili commissariats de la milice qui furent chargées de la répression au lendemain de la révolution, co-fondateur avec son ami Hajjarian des services secrets du régime sous le mandat de 1er ministre de Moussavi et enfin grand patron occulte du gaz iranien !
Mohsen Safaï-Farahani, ami de Behzad Nabavi et proche de Sazgara le fondateur des Pasdaran, associé avec Sazgara dans la construction immobilière, ministre de l’énergie sous Rafsandjani et l’un des patrons ripoux du foot iranien depuis 1997 (très mal noté par la Fifa).
Mohsen Mirdamadi, étudiant de la ligne d’IMAM (Khomeiny), ancien preneur d’otages de l’ambassade américaine, actuel 1er secrétaire du principal parti réformateur !
Mostapha Tadjzadeh, ex responsable du bureau politique du ministère de l’Intérieur en charge aux élections et également époux de la nièce du mollah Mohtashami le fondateur du Hezbollah,
Abdollah Ramezanzadeh, également issu du ministère de l’intérieur du régime, il est passé sous Khatami au ministère des affaires étrangères qui dépend des services secrets !
Mohsen Aminzadeh, complice de Khatami au ministère de la culture et conduite islamique (ministère de la censure),
ainsi que Saïd Shariati, Zohreh Aghajari, et les « journalistes » Taghi Rahmani, Hoda Saber, Reza Alijani, le bassidji Ahmad Zeydabadi et Kayvan Samimi.