Accueil > Photos > Iran : Khamenei & ses amis dans un piège sino-russe !



Iran : Khamenei & ses amis dans un piège sino-russe !
23.09.2021

La Chine et la Russie ont intégré les mollahs dans l’Organisation de Coopération de Shanghai après de nombreux refus. Les Occidentaux ont été effrayés par la nouvelle, car tout membre de l’OCS bénéficie de la protection militaire et économique sino-russe. Mais cette crainte est erronée car il s’agit d’un piège tactique. Explications.



JPEG - 89.8 ko

Les mollahs ont longtemps espéré intégrer l’OCS [1] afin de bénéficier de sa protection, mais leur demande a sans cesse été refusée, car pour la Chine et la Russie, il est évident que leurs interlocuteurs enturbannés voulaient utiliser cette protection pour forcer les Américains à passer un deal sans préconditions avec eux.

Ce constat hostile sino-russe n’a pas changé et reste même bien d’actualité car dernièrement, le régime a misé sur un nouveau président du régime, Raissi [2], dont le cv suggère la disposition à un super deal avec Biden offrant à ce dernier la possibilité de bénéficier des services du Hezbollah.

En réaction à ce grand changement, les Russes avaient alors critiqué les activités nucléaires illicites des mollahs pour empêcher ce deal. Mais leur remarque n’avait pas freiné les mollahs ou contraindre Biden [3] à les critiquer aussi.

Cependant, Biden n’avait pas tendu la main aux mollahs, il avait donné du temps à la diplomatie, c’est-à-dire aux manœuvres dilatoires, espérant épuiser les mollahs comme sous les présidences d’Obama ou Clinton.

Les Russes et les Chinois n’avaient pas alors évoqué l’intégration des mollahs dans l’OCS, car cette approche américaine avait toujours échoué et ne pouvait aboutir à un deal.

Mais par la suite, Biden, agacé par ses échecs à parvenir à un deal sans les contreparties exigées par les mollahs, avait changé d’approche et d’islamistes en aidant les Talibans à prendre l’Afghanistan. Il leur avait aussi fourni un grand stock d’armes très sophistiquées et en quantité illimitée.

Cependant, malgré les analyses alarmistes, ces armes n’offrent aucune supériorité militaires aux Talibans car ils n’ont pas les satellites et ordinateurs militaires pour les utiliser. Mais profitant de ces analyses émanant des médias des démocrates, les Talibans avaient rapidement annoncé des actions contre les mollahs, laissant supposer aussi des actions contre d’autres ennemis des démocrates (la Russie et la Chine).

JPEG - 50.5 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Malgré l’absence d’une vraie capacité militaire des Talibans, les Russes et les Chinois, conscients des risques des conflits à venir dans la poudrière qu’est l’Asie Centrale (la perte des riches terres de Xinjiang pour la Chine [4] & la faillite de Gazprom pour la Russie [5] [6]), avaient tendu la main aux Talibans sans pour autant de les aider.

JPEG - 187.2 ko


© IRAN-RESIST.ORG

En revanche, les mollahs avaient vite collaboré avec les Talibans en leur livrant des militaires afghans réfugiés en Iran et du carburant. Ils avaient certes agi par peur, mais aussi pour montrer leur disposition à aider les démocrates.

Puis, les mollahs avaient repris le ’’dialogue’’ sur le nucléaire avec l’AIEA, avec la condition de la fin de toutes les sanctions américaines à leur encontre, pour sonder Biden. Ce dernier avait dit via Blinken qu’il y avait encore une possibilité d’une solution diplomatique.

JPEG - 164.9 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Le dernier président du régime avait affirmé son ouverture... Washington avait renoué le dialogue via le ministre des AE du Qatar, officiellement au prétexte d’un dialogue sur l’Afghanistan !

PNG - 532.5 ko


© IRAN-RESIST.ORG

À une semaine d’une possible rencontre entre les représentants du régime et les hommes de Biden à New York à l’occasion de l’AG annuelle de l’ONU [7] (de nouvelles conversations secrètes irano-américaines, des coups de fil surprise, des interviews complaisants et racoleurs, ou de rencontres improptues près des WC...), les dirigeants russe et chinois, qui n’étaient pas présent au sommet annuel de l’OCS ont accepté, à distance, sans poignée de mains, l’adhésion des mollahs à l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) avant de préciser que le processus devrait durer 12 à 18 mois (bien plus long que la normale) ; laissant perplexe le président des mollahs.

PNG - 643.5 ko
JPEG - 374.7 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Mais aussitôt, le MAE hezbollahi du régime, Amir-Abdollahian [8], a annoncé son départ à l’ONU et le régime avait envoyé du carburant au Hezbollah, profitant doublement de la protection sino-russe pour un deal grâce au chantage terroriste.

On ne peut pas dire que ce chantage pourrait aider les mollahs. Les Russes et les Chinois n’ont pas alors retiré leur offre après cette nouvelle fuite en avant des mollahs !

Dans ce contexte, cette "adhésion distanciée" (au propre comme au figuré lointaine) offerte par les Russes et les Chinois aux mollahs, peut être vue comme un moyen pour encourager leur agressivité et de faire douter Biden de la fiabilité d’un deal avec eux. Mais ce cadeau a été appât !

En fait, grâce à l’adhésion et sa promesse d’impunité, la Chine et la Russie et les autres membres de l’OCS ont coincé les mollahs dans un processus qui les empêche d’aider le terrorisme des Talibans en Asie Centrale et donc de pouvoir souffler le chaud et le froid dans leur dialogue pervers avec les démocrates.

De fait, grâce à cette adhésion, qui va durer très longtemps sans aboutir (comme la vente des S-300 qui a abouti à une livraison tronquée après de longues années d’attente), les Russes et les Chinois ont bloqué les variations nécessaires du jeu d’équilibriste des mollahs face à Biden.

Les mollahs se sont trouvés avec la seule possibilité d’agresser Biden, mais par la nécessité d’arriver à un deal, ils ont repris les insultes contre l’Amérique à New York sans pouvoir aller plus loin !

PNG - 347.8 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Pour faire simple, les mollahs ont fait pschitt à NY et ils ne peuvent pas faire mieux. Ceci ne peut que décevoir leurs alliés terroristes internationaux ainsi que leurs complices financiers iraniens et les encourager à rompre.

On dirait que les Russes et les Chinois ont piégé les mollahs pour les isoler et les faire, et avec eux, leur régime islamique, malgré les efforts de Biden de le préserver.

C’est un coup de maître d’échecs pour les Russes assistés par les Chinois contre Biden [9] et ses noirs desseins ; par ailleurs une camisole de force pour les mollahs afin d’empêcher leurs manœuvres de survie !

Les mollahs ont d’ailleurs compris tardivement qu’ils ont été piégés par leur cupidité et ne parle plus de leur adhésion à l’OCS car en plus, ils ne peuvent faire marche arrière sans braquer d’avantage les Russes et les Chinois et récolter des sanctions de leur part et de celles des autres membres de l’OCS (qui sont par ailleurs ailleurs leurs derniers partenaires internationaux). Sacrée camisole de force !

[9Biden a contre-attaqué en faisant pression sur les mollahs grâce à l’allié permanent des démocrates, Israël et la reprise du faux récit abracadabrant d’assassinat d’un savant nucléaire du régime par une mitraillette intelligente, avant d’annoncer qu’il privilégierait toujours la diplomatie (avec les mollahs et même les Chinois). Sans le savoir, il a avoué son impuissance et s’est mis tout seul dans un double piège humiliant qui aidera son adversaire Trump. Biden sera le fossoyeur du système malsain des démocrates comme nous l’avions prédit.

PNG - 100.6 ko