Accueil > News > Iran : Ventes privées à la bourse de Téhéran



Iran : Ventes privées à la bourse de Téhéran
06.08.2010

L’économie iranienne va mal. Le régime tente de le cacher par de fausses bonnes nouvelles économiques comme des contrats pétroliers imaginaires. Dans ce contexte très trouble, lundi 2 août, il a fait état d’une hausse historique du principal indice de la bourse iranienne. Pour une fois ce n’est de l’intox car ce jour-là, il recevait la visite d’un grand nombre d’investisseurs iraniens opérant pour des investisseurs étrangers.



Le régime des mollahs est régulièrement humilié par des annonces de nouvelles sanctions d’Etats qui étaient ses alliés contre la volonté des Etats-Unis. Il donne l’image d’un régime définitivement isolé. Il a peur de perdre la confiance des Bazaris ou encore des miliciens qui doivent le protéger en cas de soulèvement populaire. C’est pourquoi il ne cesse d’annoncer de nouveaux contrats dans le secteur pétrolier. L’insistance sur le secteur pétrolier résulte du fait qu’il est à la fois le secteur-clef de l’économie iranienne, mais aussi le secteur sanctionné par les Américains depuis 1996. En d’autres termes, Téhéran doit évoquer les contrats pour donner l’impression d’être fort. Cette propagande entretient le moral des troupes, mais elle ne compense pas le manque de devises qui met le régime face à des pénuries dangereuses car elles toucheront toutes les classes sociales y compris les miliciens. Pour éviter ce genre de situations explosives, en avril dernier, Téhéran a fait appel aux Iraniens expatriés (en fait les gens du régime installés à l’étranger) pour qu’ils servent d’intermédiaires aux étrangers qui en raison des sanctions américaines ne peuvent pas investir directement en Iran.

Ce lundi, le régime a organisé le second rassemblement des Iraniens expatriés (ci-dessous) et le même jour, la bourse de Téhéran a enregistré une hausse phénoménale de 188 points (pour atteindre 16.058 points). La même dépêche issue du régime a évoqué une hausse de 30% à la bourse de Téhéran depuis 4 mois, c’est-à-dire depuis le début de l’opération des Iraniens expatriés.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 151 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
En ce qui concerne la récente hausse, elle a en fait démarré le dimanche 1er août, jour de l’arrivée de ces invités très spéciaux [1] qui avaient devant eux 2 jours de rencontres officielles [2], puis 2 jours de contacts privés et pouvaient quitter le pays jeudi soir après un dîner avec le président ou dimanche « à l’issue de trois jours consacrés à la prière ou au tourisme ! » Les invités du régime ont vraisemblablement délaissé les prières pour les transactions puisque la bourse de Téhéran a enregistré des hausses journalières d’environ 150 points pendant leur séjour pour atteindre 16400 points jeudi soir. L’indice a chuté à la fermeture à la veille des départs. Les valeurs les plus recherchées au cours de la semaine ont été les usines automobiles (Saipa et Iran Khodro, Mashine-sazi Arak), les aciéries (notamment d’Ispahan) [3], les télécoms, le holding Ghadir (qui appartient aux Pasdaran), les cimenteries et un grand nombre de banques et de mines. Le régime insinue un gain global de 700 millions de dollars, mais il s’agit d’une reconversion des gains en rials sur la base du dollar à taux préférentiel du régime. Sur la base de la vraie valeur du rial, le gain de cette semaine de braderie géante serait de 100 millions de dollars.

L’Iran a beaucoup à offrir. Il a la seconde plus grande mine de cuivre au monde (5% du total mondial), mais aussi de grands gisements de fer, d’or, de plomb, de zinc, de chrome, de barite, de sel, de gypse, de molybdène, de strontium, de silice… Il a également des aciéries, des cimenteries, des usines textiles, de gigantesques raffineries de canne à sucre ou encore d’importante quantité de caviar, de safran, de thé, de pistache, de fleurs, ou encore de tabac

C’est en 2005 au moment de l’annonce d’un probable transfert du dossier nucléaire vers le conseil de sécurité qu’est née l’idée de cette vente sur une suggestion du patron politique du régime Rafsandjani. A l’époque, il ne s’agissait pas de ramasser des devises pour éloigner les perspectives de pénuries fatales au régime, mais de distribuer pots de vin géants pour gagner le soutien des Etats étrangers. Tous les mollahs et les Pasdaran, conservateurs ou modérés, vieux ou jeunes loups et aussi les profiteurs du régime (journalistes, intellectuels, dissidents) avaient à l’époque applaudi ce « projet de privatisation ». Mais cette semaine, un an après le soulèvement historique du peuple iranien, les indices de conscience ont également fait un bond : la présence des intermédiaires pour dépecer l’Iran a créé des remous. Le régime a ramassé les panneaux publicitaires urbains signalant leur présence.


© WWW.IRAN-RESIST.ORG
| Mots Clefs | Instituions : Economie iranienne |

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

[1Listes des invités des mollahs
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PDF - 622.4 ko
Listes des investisseurs intermédiaires.pdf

[2Programme des invités
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PDF - 408.6 ko
Programme des investisseurs intermédiaires.pdf

[3On nous a signalé des Français qui en juin dernier auraient acheté les aciéries de Khouzestan. Il serait avisé qu’ils retirent leurs billes car aucun Iranien ne les laissera travailler en Iran après ce régime.