Accueil > News > Iran : Deux pendaisons intentionnelles pour attiser la haine



Iran : Deux pendaisons intentionnelles pour attiser la haine
29.01.2010

Hier, le régime des mollahs a annoncé la pendaison de deux des participants à la dernière manifestation des Verts. Aussitôt le Mouvement Vert, qui a du mal à mobiliser les Iraniens en raison de ses slogans pro-révolution, a appelé les Iraniens à manifester le 11 février en faveur de ses deux militants pendus, date anniversaire du régime des mollahs. Le procédé ne manquera pas de choquer les Iraniens car les pendus n’étaient pas membres du Mouvement Vert qui veut restaurer les valeurs initiales de la révolution islamique, mais des militants anti-régime.



C’est avec beaucoup de tristesse qu’hier nous avons appris la pendaison des militants monarchistes Mohammad-Reza Ali-Zamani et Arash Rahmani-pour. Les Iraniens ont découvert ces deux garçons en août dernier lors du procès qui s’est tenu pour juger les responsables des agitations post-électorales du juin 2009. Tout le monde les a remarqués car ils étaient avec un autre jeune, les seuls accusés inconnus. Les autres étaient des gens du régime. L’intérêt pour ces jeunes inconnus a augmenté car ils ont été les seuls à être condamnés à mort alors que les gens du régime ont été condamnés à des peines légères ou encore ont été tout simplement libérés.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 150.1 ko
Arash Rahmanipour | 20 ans


JPEG - 144.4 ko
Mohammad-Reza Ali-Zamani | 37 ans


© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Étant donné que le régime recycle d’anciens durs issus des services secrets en réformateurs via des procès bidons et des condamnations théâtrales, bien avant l’annonce des condamnations des uns et des autres, nous avions vu dans ces 3 jeunes, des morts en sursis, victimes nécessaires pour donner de la crédibilité à la soi-disant révolution verte scénario imaginé par le régime pour donner une couleur démocratique à ses institutions ou slogans.

Ce sentiment s’est confirmé par la suite quand on a su que ces 3 morts en sursis, dont 2 ont été sacrifiés hier, avaient en fait été arrêtés fin mars 2009 c’est-à-dire trois mois avant le début des gesticulations vertes animées dans les rues par des agents en civil des forces anti-émeutes déguisés en manifestants. Étant donné que le régime ne peut pas tuer ses propres agents car il y aurait alors beaucoup moins de volontaires, il a sciemment sélectionné de vrais opposants pour tenir le rôle indispensable de pendus. Ce choix s’est porté sur les monarchistes selon 2 critères simples liés au contexte de l’époque.

Le contexte de l’époque | Début 2009, Obama a offert aux mollahs une entente ou encore plus de sanctions. En l’absence d’une réponse, il a fixé une date limite à son offre pour le 31 décembre 2009. Derrière cette générosité, il y a la nécessité pour les Etats-Unis de signer une entente avec les mollahs pour accéder à l’Asie Centrale et contrôler sa masse musulmane de cette région pour la retourner contre la Chine. Si les mollahs apprécient une bonne entente, ils ne peuvent pas l’accepter car elle passerait par une normalisation des relations diplomatiques, une évolution qui les contraindrait à ouvrir leurs élections à des candidats islamistes pro-américains, offrant ainsi à Washington l’opportunité de prendre le pouvoir de l’intérieur et de manière incontestable. Pour se sortir de ce piège, les mollahs ont eu l’idée d’une fausse révolution de couleur menée par quelques milliers de jeunes beaux et sexy en faveur de Moussavi, candidat qualifié de modéré, mais dont le programme stipulait le retour aux principes de bases de la révolution, c’est-à-dire le refus de toute réconciliation ou compromis avec les Etats-Unis. Le but était de piéger Obama pour qu’il reconnaisse comme le porte-parole légitime du peuple iranien un Mouvement hostile à tout compromis. Mais les conseillers de ce dernier avaient compris le truc et n’ont pas pris position.

Les critères de choix des futurs pendus | Pour forcer Obama à réagir, le régime qui a des réseaux dans les médias de l’opposition a demandé à ses agents d’affirmer que des slogans hostiles au régime et pro-renversement avaient été entendus pendant les manifestations du Mouvement Vert afin de faire bouger les Iraniens qui regardaient d’un œil suspect ce Mouvement en faveur de Moussavi, le chouchou sanguinaire de Khomeiny. Ces efforts médiatiques étant dispensés par des médias se disant pro monarchistes : le peuple s’est déplacé massivement dans la rue le 15 juin (25 Khordad). Nous avons des raisons de croire que le régime avait projeté de tirer dans la foule pour faire des victimes afin de forcer Obama à prendre parti. Mais Obama n’a pas pris parti et la manifestation du 15 juin s’est transformée en soulèvement anti-régime. Le régime s’est alors trouvé face à deux défis : mater le soulèvement, mais aussi relancer sa fausse révolution de couleur sans risquer un nouveau débordement favorable aux partisans anti-régime.

Après avoir maté le soulèvement et effacé ses traces, Il a donc décidé de mobiliser les Iraniens à l’occasion d’un évènement modérément anti-régime. Cela a marché, mais les Iraniens ont constaté que le régime avait ajouté des slogans préenregistrés sur les vidéos diffusées sur Youtube et, ils ne sont plus descendus dans les rues, laissant le régime seul avec ses 3000 manifestants professionnels issus des services secrets.

Dans ce contexte très défavorable, Téhéran a oublié les manifestations pour organiser un procès pour victimiser à outrance les « opposants verts » afin de faire réagir Obama. Cette victimisation nécessitait des accusés condamnés à mort. Puisque le régime ne pouvait pas faire pendre les siens, il a sélectionné de vrais opposants. Les critères de choix étaient simples : il fallait des victimes crédibles. C’est ainsi que la loterie mortelle a désigné des monarchistes accusés d’actions terroristes. Pendant le procès, on a vu le plus jeune des deux victimes d’hier affirmer qu’il avait reçu une formation pour dévoyer une contestation légitime.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

IMG/flv/execution_aveu_Arash.flv

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Rien dans cette sélection et ces propos n’était dû au hasard. Par leur nombre réduit (un groupe de 3 sur un total de 150 à 200 accusés verts), le régime rappelait l’identité fortement pro révolution islamique du Mouvement Vert. Leur nombre suggérait également que les opposants sont très peu nombreux en Iran. Le régime, de cette façon, a également associé ainsi le nom de Reza Pahlavi, hostile à toute action violente, d’une part à des terroristes (qui reconnaissaient leurs mauvaises intentions) et d’autre part à l’OMPI dont le nom évoque d’anciens complices de Khomeiny qui ont par la suite aidé Saddam pour détruire l’Iran.

Mais, l’opération procès a été un échec car Obama n’a pas pris position en faveur des Verts. Il a même reconnu la légitimité d’Ahmadinejad pour mettre fin aux ambitions du Mouvement vert de devenir le représentant légal du peuple iranien.

Un changement de critères pour les condamnés | Téhéran a de nouveau changé d’approche pour revenir à l’organisation de manifestations. Cette fois, avec une innovation : des manifestations à des dates symboliques de l’histoire de la révolution islamique afin de recycler par avance tout débordement.

La première tentative programmée pour la journée de Qods a été un échec. On s’approchait alors de la date ultimatum fixée par Obama. Il fallait rapidement mobiliser les Iraniens sous la bannière verte. Téhéran a alors annoncé la pendaison prochaine de Mohammad-Reza Ali-Zamani (ci-dessous), l’un des 2 condamnés à mort monarchistes et les Verts ont appelé les Iraniens à se mobiliser pour le sauver.

Selon le Mouvement Vert, la solution était de manifester non pas immédiatement, mais à l’occasion de sa manifestation suivante 20 jours plus tard, manifestation programmée pendant la journée de commémoration de la prise en otage de l’ambassade américaine, journée qualifiée de seconde révolution islamique. Immédiatement, des monarchistes intermittents sur le net ont commencé à inonder les boîtes mails d’appels à la mobilisation pour ne pas avoir le sang de cet innocent sur nos mains. Mais les vrais monarchistes ne sont pas entrés dans la combine pour mobiliser les Iraniens pendant trois semaines : l’affaire a perdu de son intérêt. Ceci a sauvé la vie du condamné puisqu’il n’a pas été exécuté. Par la suite, la manif eut lieu, ce fut un échec et fait intéressant, les Verts n’ont scandé aucun slogan en soutien à Mohammad-Reza Ali-Zamani ou les autres condamnés à mort.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 73 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Les récentes pendaisons | Début novembre alors que les Verts préparaient leur manifestation du 7 décembre, Téhéran a repris le même scénario avec un autre prisonnier en faisant cette fois pendre Ehsan Fattahian, un militant kurde également arrêté des mois avant le début de la gesticulation verte. Et encore une fois, les Verts ont immédiatement appelé les Iraniens à se mobiliser non pas pour un rassemblement immédiat, mais pour la prochaine manifestation verte. Celle-ci eut lieu le 7 décembre 2009 et ô surprise, pas un slogan en mémoire de Fattahian.

Cette fois-ci, le régime prépare une journée verte à l’occasion du 31ème anniversaire de la révolution islamique qui aura lieu dans 2 semaines : c’est une journée par excellence pour sa révolution verte, une journée unique car derrière elle, la prochaine date sera la Fête du feu, festivité païenne perse qui chaque année donne lieu à des manifs anti-régime. Si Téhéran rate son 11 février vert, il aura face à lui une nuit rouge de tous les défis. Il doit donc réussir à déplacer les Iraniens pour n’importe quelle raison : il a choisi la haine en faisant pendre Mohammad-Reza Ali-Zamani et Arash Rahmani-pour.

Pour décupler cette haine supposée mobilisatrice, le régime a mis en branle son réseau de monarchistes intermittents sur le net qui dès hier soir ont commencé à inonder les boîtes mails d’appels à la mobilisation en faisant remarquer que le régime avait un réservoir de 63 prisonniers politiques à pendre.


© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Sur le timing de ces pendaisons :
- Iran : Karroubi, par la petite porte !
- (27 JANVIER 2010)

| Mots Clefs | Réformateurs & faux dissidents : Le Mouvement Vert |

| Mots Clefs | Resistance : Prisonniers Politiques |
| Recherche Par Mots Clefs | Fléaux : Pendaisons |