Accueil > Articles > Iran : Lapidation et manipulations



Iran : Lapidation et manipulations
16.08.2010

Il y a un mois quand le Bazar de Téhéran avait commencé sa grève et le mouvement était devenu national, le régime qui ne parle jamais de ses violations des droits de l’homme avait médiatisé la condamnation à mort par lapidation d’une dénommée Sakineh pour faire diversion sur la grève menaçant sa sécurité. Puis quand la grève s’est terminée, le régime a désamorcé cette bombe médiatique en suspendant le verdict de Sakineh. La semaine dernière, le 10 août, le Bazar de Machad a commencé une grève. Le soir même, le régime a créé une nouvelle grande diversion médiatique avec les aveux télévisés de Sakineh. Mais le fait est que ces aveux n’existent pas. Attention, vous êtes manipulés. | Explications |



Alors là, il se passe quelque chose d’extraordinaire : depuis une semaine, les médias occidentaux rapportent que Sakineh a avoué sous les coups et la torture qu’elle avait couché avec un homme avec qui elle avait tué son mari. Ce qui la rend passible d’une condamnation à la mort par lapidation pour adultère et une seconde condamnation à mort par pendaison pour meurtre. Mais vous pouvez vérifier avec un traducteur assermenté : Sakineh a dit exactement le contraire dans l’émission télévisée (ci-dessous).
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

IMG/flv/130_9_sakine_01.flv

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Dans sa déclaration, Sakineh a affirmé qu’elle n’avait eu que des échanges verbaux (des conversations et non des relations sexuelles) avec le meurtrier de son mari, qui était le cousin de ce dernier. Elle a par ailleurs précisé qu’elle pensait que cet homme un peu farfelu plaisantait quand il parlait de meurtre. Elle avait découvert qu’il ne plaisantait pas quand ce dernier avait effectivement tué son mari... En d’autres termes, elle aurait été torturée pour avouer qu’elle était innocente !

Suite à cette intervention qui l’innocentait, son avocat Maître Mostafai « exilé en Norvège pour dénoncer les horreurs du régime » (mais en fait un faux opposant que nous connaissons) est passé sur diverses chaînes de Télévision pour affirmer qu’« il avait entendu Sakineh avouer l’adultère et le meurtre et que cela ne pouvait pas être obtenu autrement que par la torture ». Il a dit que le régime « préparait le terrain pour la lapider et il a demandé le lancement d’une campagne internationale pour la sauver de la lapidation » (pas une campagne pour condamner la lapidation, ni contre la peine de mort, ni même contre sa condamnation pour meurtre, mais cette condamnation à lapidation).

Pourquoi cette demande et pourquoi cette traduction mensongère des déclarations de Sakineh ?

La réponse se trouve dans la suite des évènements. Après 4 jours, le soi-disant exilé est repassé sur les mêmes chaînes de Télévision pour affirmer que dans ses déclarations, Sakineh n’avouait rien et elle était de ce fait innocente, elle devait être libérée ! La raison de ce retournement se trouve dans les couloirs du Bazar de Machad où le travail a repris après 5 jours.

Quand ce faux avocat et vrai agent du régime a parlé d’un risque lapidation, on était au début de la grève à Machad et le régime ne savait pas si elle allait se généraliser ou pas, il a mis en scène les aveux qui innocentent la femme (au cas où la grève aurait été courte). Quand la grève a commencé à durer, par-dessus le régime a ajouté la première intervention de Mostafai (avec la fausse traduction), mais entre temps, la grève a été arrêtée. Il n’y avait pas de raison de continuer cette affaire préjudiciable pour l’image du régime : Mostafai a fait sa seconde série de déclarations où il a aussi affirmé qu’il n’avait jamais envisagé de quitter l’Iran et demander l’asile à la Norvège, ce qui signifie qu’il ne fera aucune déclaration sur les horreurs du régime !

Mais alors que Téhéran et son agent Mostafai ont lâché l’affaire qui n’a aucun fond (les aveux n’étant pas accablants pour Sakineh), les Occidentaux en particulier les Américains ne lâchent pas l’affaire.

Vous pouvez penser que cela est très bien, car cela enquiquine les mollahs. C’est bien là le problème : cela enquiquine les mollahs sans les mettre en danger. Cela est un moyen de pression dans les négociations avec les mollahs. On en parle, mais actuellement, il y a une situation sociale explosive (le Bazar, pilier du régime, le lâche et les miliciens quittent le régime par vagues successives), mais on n’en parle pas car le but est d’arriver à une entente avec les mollahs et non de les virer.

C’est pourquoi il y a un an quand 1 million de personnes étaient quotidiennement dans les rues pour renverser le régime, il n’y a eu aucun soutien d’Obama et les autres Etats démocratiques et les journalistes ont prétexté une interdiction de circuler ( !) pour ne pas diffuser les images de ce soulèvement !

La raison est simple et effrayante : Washington a besoin d’une alliance avec les mollahs iraniens, chiites et persanophones pour contrôler deux sites vitaux pour son avenir : l’Asie Centrale (musulmane et persanophone) et le Cashmire (chiite) qui lui permettraient de priver la Chine d’une source majeure de gaz tout en créant une base-arrière de soutien aux Ouïghours. Cette alliance lui permettrait aussi de prendre le contrôle des chiites pour créer une grande république chiite englobant le Sud pétrolier iranien, le Sud pétrolier irakien et le Nord pétrolier saoudien en réponse au refus de l’Arabie Saoudite de reconduire le droit d’exclusivité accordée aux Etats-Unis en 1946. De leur côté, les Européens censurent les nouvelles de l’agitation sociale car ils ne veulent pas perdre des contrats pétroliers très avantageux cédés par les mollahs corrompus.

L’intérêt pour le maintien de ce régime a poussé Washington a mettre sur pied des opposants bidons en faveur d’un régime islamique soi-disant démocratique pour créer un pouvoir mixte composé de ses pions affairistes et des mollahs qui ont le pouvoir d’ordonner le Jihad contre la Chine. En France, l’animation médiatique de cette fausse opposition a été confiée à Bernard-Henri Lévy. Nous le retrouvons à l’origine d’une pétition dans cette affaire de lapidation, mais on ne le verra pas soutenir des opposants qui veulent un Iran laïque comme le souhaitent les Iraniens après 30 ans d’islamisme. [1]

Nous vous demandons de ne pas participer à cette campagne médiatique et nous vous prions de nous aider à combattre le régime des mollahs et ceux qui veulent le remplacer par un autre islamisme.

De plus cela n’aidera pas la pauvre Sakineh car les mollahs n’hésiteront pas à en faire la vedette d’un feuilleton tragique et à rebondissements pour que l’on ne parle plus de la situation sociale en Iran. Le régime a déjà agi de cette manière avec la pauvre Delara Darabi qui avait aussi parmi ses avocats (ou intermédiaires média) Maître Mostafai. Après plusieurs années de show médiatique, elle a été pendue.


© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Pour en savoir + :
- Iran : Dans les coulisses des 2 Mouvements Verts
- (19 mars 2010)

| Mots Clefs | Décideurs : OBAMA |
| Mots Clefs | Enjeux : Apaisement |

| Mots Clefs | Resistance : FAUSSE(s) OPPOSITION(s) |

| Mots Clefs | Fléaux : Amputations, Lapidation, etc. |

[1On retrouve parmi les signataires des personnes de grande qualité, mais aussi quelques personnages complaisants avec le régime : Juliette Binoche (agent de promotion de cinéastes proches du régime), Marjane Satrapi (partisane de l’islamiste Moussavi et auteur de livres pour glorifier la révolution islamique et relativiser la situation en Iran) et enfin, Yann Richard (célèbre lobbyiste du régime des mollahs). Si vous connaissez les autres signataires, veuillez les mettre en garde contre l’utilisation de leur bonne foi à des fins politiciennes qu’ils ou elles ignorent.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

| Mots Clefs | Resistance : Lobby pro-mollahs en France et ailleurs |
| Mots Clefs | Resistance : Lobby Cinématographique des mollahs |
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

© WWW.IRAN-RESIST.ORG