Accueil > Articles > Iran : 25 juillet, une journée particulière



Iran : 25 juillet, une journée particulière
25.07.2009

Aujourd’hui samedi 25 juillet aura lieu la journée mondiale d’action pour soutenir le peuple iranien. C’est une excellente initiative, mais le fait est qu’elle est placée sous la bannière verte, avec un logo vert et quelle a été lancée par des personnes et organismes très liés au régime au lendemain du 17 juillet, une journée noire pour le régime des mollahs qui a alors constaté la mort du mouvement vert. Cette initiative de solidarité mondiale sera une dernière tentative pour réanimer un mouvement sur lequel compte le régime pour consolider ses bases. Ce 25 juillet ne sera donc pas une journée pour les Iraniens hostiles au régime, mais une journée pour leurs ennemis.



Le mouvement vert est en difficulté : le 17 juillet, il avait promis de mobiliser 2 millions de personnes à Téhéran, mais avait aligné moins de 5000 de ses propres partisans ! Le mardi 21 juillet, il avait promis encore 2 millions, mais avait cette fois réuni moins de 100 personnes ! On est loin des manifestations du 15 au 25 juin réunissant tous les jours plus d’1 million de personnes dans les rues.

Cette démobilisation tient au fait que les manifestations du 15 au 25 juin étaient indépendantes du mouvement vert, simulacre islamique d’une révolution de couleur. Les Iraniens boudent les appels lancés par le mouvement vert, son chef Moussavi et ses meneurs intellectuels car ils ne veulent pas être instrumentalisés et servir de figurants dans une révolution verte qui veut redonner une nouvelle jeunesse à la révolution islamique de 1979.

Plus personne en Iran n’est dupe que le 13 juin, le régime, c’est-à-dire Rafsandjani, avait autorisé des manifestations contre Ahmadinejad car l’ambiance était très bizarre. Les miliciens et les nervis en civil qui sont d’habitude présents en nombre et en permanence dans les rues iraniennes avaient disparu en laissant des manifestants de vert vêtus parader dans les rues pour scander librement et surtout devant les caméras de correspondants étrangers des slogans contre Ahmadinejad, pour Moussavi ou sur la fraude électorale.

Tout le monde en Iran sait que cela a radicalement changé le 15 juin quand, profitant de l’absence de la milice, le peuple est descendu massivement dans les rues pour scander des slogans hostiles au régime.

Les nervis et les miliciens sont alors revenus et les journalistes ont été priés de débarrasser le plancher pour laisser le régime prendre le contrôle de l’info et de la rue. Cela a pris 10 jours au régime et aussitôt la contestation matée, il a décidé de reprendre la suite de sa révolution verte interrompue par la révolte du 15 au 25 juin.

Cette révolution verte est l’actuelle priorité du régime : le moyen de rappeler l’attachement de la société, surtout les jeunes, aux valeurs de la révolution pour avoir une raison légitime de refuser tout compromis ou même dialogue avec l’Amérique, le Grand Satan !

Dès lors, son seul souci a été de trouver les moyens d’attirer un grand nombre d’Iraniens dans les rues sous la bannière verte sans quoi il ne peut mettre en scène sa nouvelle révolution islamique sur Youtube. L’observation d’un mois d’échecs successifs nous explique pourquoi le régime a eu l’idée d’une journée mondiale placée sous la bannière verte pour soutenir le peuple iranien !

Du 28 juin au 9 juillet | Dès l’interruption de la révolte sous l’effet d’une répression massive, le régime s’est mis immédiatement à la tâche pour réussir avant le 9 juillet, date annoncée par l’opposition en exil pour reprendre la révolte. Sa première tentative du 28 juin sur un appel des Verts a été un échec cuisant. Après il lui a fallu gérer le 9 juillet. Pour neutraliser cette journée, les Verts ont lancé leurs propres appels à manifester sur les mêmes parcours choisis par l’opposition au cas où il y aurait une manifestation massive, mais le régime a aussi mis en place un fort dispositif policier pour l’empêcher par peur d’un débordement comme du 15 au 25 juin. Il a ainsi réussi son coup en empêchant la fusion entre une vingtaine de manifestations de taille moyenne. Grâce au régime, ce 9 juillet, les Iraniens ont constaté qu’il n’était pas possible de profiter d’une nouvelle manifestation autorisée par le régime pour reprendre leur révolte.

Le 10 juillet | Le danger d’une reprise de la révolte écarté, le régime a repris ses efforts pour attirer un grand nombre d’Iraniens dans les rues sous la bannière verte. Il a alors choisi la date du 17 juillet en invitant les Iraniens à soutenir la vague verte pour aider Moussavi et Rafsandjani qui allaient annoncer la formation d’un grand parti démocratique. Chacun a compris que Rafsandjani qui est le patron politique du régime, mais en mal de légitimité en raison de sa corruption, cherchait à se transformer en héros de la lutte pour la liberté ! Cet appel a été très mal accueilli par les Iraniens : le régime a alors décidé de masquer ses intentions en abandonnant la signature verte ou encore les références positives sur Moussavi ou Rafsandjani.

Le 17 juillet | Des groupes (soi-disant) très patriotes et très hostiles au régime ont alors publié des centaines d’appels où l’on affirmait que pour renverser le régime il fallait provisoirement surfer sur le Mouvement vert en se rendant dans un premier temps à la prière du vendredi pour soutenir Moussavi et Rafsandjani ! Les Iraniens n’ont pas été dupes : le 17 juillet, hors les manifestants professionnels du régime, il n’y eut personne à cette cérémonie symbolique du respect envers la révolution islamique.

De moins en moins vert | Pour éviter de reproduire le même échec, le régime a abandonné toute référence à Moussavi et aux Verts. Cette fois, l’appel à une manifestation géante est venue de la part du Front National, le mouvement créé par Mossadegh, qui fait partie de l’opposition autorisée par le régime des mollahs et appelle régulièrement les Iraniens à participer à toutes les élections du régime.

L’agonie verte du 21 juillet | Ces vieux Frontistes complices de la révolution islamique sont autorisés chaque année à se réunir en mémoire de 7 manifestants tués en 1952, pris entre les militants de Toudeh qui tiraient sur l’armée et les soldats qui ripostaient. On nous avait annoncé pour 16h GMT (19h à Téhéran) au moins 2 millions de personnes cette fois grâce à l’aura dont jouirait Mossadegh en Iran.

Le mardi 21 juillet, nous attendions les témoignages pour connaître le taux de la mobilisation. A 17h GMT (20 h à Téhéran), les témoignages évoquaient des dizaines de miliciens empêchant les gens de se réunir, ce qui laissait supposer une petite foule ayant répondu à l’appel de cette marche qui est autorisée et même soutenue par le régime depuis 30 ans pour évoquer les « crimes du Chah ». Chaque année, la marche réunit une petite centaine de militants du mouvement. Ceux-là étaient au rendez-vous.

Par la suite, comprenant leur erreur, les cadres de ce parti microscopique ont changé de version : on a dans un premier temps parlé de « centaines de miliciens pour contenir la foule », puis de « milliers » et finalement de « dizaines de milliers de miliciens se débattant pour résister à des centaines de milliers de manifestants munis de rubans verts ! »

Mais comme toujours depuis le 25 juin 2009, il n’y a plus d’images comme preuve du nombre, par ailleurs la presse étrangère qui n’avait pas été mise au parfum a oublié de nous signaler cette incroyable marée humaine imaginaire.

Vers un plan de réanimation | Concrètement, ce 21 juillet, le régime a constaté la mort du mouvement vert. Il devait s’y attendre depuis le 28 juin quand les Iraniens ont en bloc boudé les premières manifestations organisées par le régime après la répression du 25 juin. C’est à ce moment que le régime a mis sur pied le site United4Iran avec ces logos verts (créé le 2 juillet 2009 pour une durée d’un an).
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 158.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
C’est au lendemain du boycott de la manifestation du 17 juillet autour de Rafsandjani, que l’on a pour la première fois entendu parler de ce site et de de la journée de soutien au peuple iranien avec le soutien de tous les lobbyistes déclarés et non déclarés du régime !

D’une part des organismes comme l’AINAC (nouvelle version du NIAC), le lobby officiel du régime aux Etats-Unis, accompagnés des personnages comme <font color="blue" Akbar Ganji et Mahrangiz Kar et de l’autre, Shirin Ebadi, en résumé, tous les gens que l’on n’avait guère entendus du 15 au 25 juin.

United4Iran | Née le 18 juillet, l’initiative a imaginé un événement intermédiaire pour faire parler d’elle : la tenue d’une grève de faim collective de 3 jours de 60 artistes et intellectuels iraniens (ceux du régime) sur le parvis de l’ONU à New-York qui a commencé le 22 juillet au moment où le nom de Mossadegh devait mobiliser 2 millions de personnes à Téhéran. Mossadegh n’a pas réussi à Téhéran et à New York c’est Homa Sarshar, intellectuelle juive iranienne qui roule depuis toujours pour les mollahs, qui a peiné à réunir les artistes de renom. Le principal obstacle à mobiliser des Iraniens exilés a été le refus d’autoriser la présence du drapeau historique de l’Iran et la promesse d’appeler la police pour arrêter les contrevenants comme cela a été fait à toutes les manifestations organisées par les verts en exil.

Du fait, de nombreux artistes iraniens ont refusé. Comme à Téhéran, les organisateurs ont eu recours à la triche en ajoutant les noms de ces personnes à leur liste de signataires. Au final, 26 personnes se sont retrouvées à New York pour une grève de 3 jours avant le début de la journée de solidarité, ainsi les 26 héros pourront enchaîner les interviews pour faire parler de leurs objectifs.

Que veulent-ils ? initialement, les demandes des partisans du mouvement vert concernaient le scrutin et les résultats. Ils demandaient de nouvelles élections et demandaient aussi que les Occidentaux en particulier Obama refusent de reconnaître Ahmadinejad. En fait, ils voulaient engager Obama à légitimer Moussavi et de facto son programme nucléaire qui est le même que celui d’Ahmadinejad. Obama ne se laissant pas faire, cette demande reste en vigueur et sera amplifiée à l’issue de la journée.

Mais Téhéran profitera aussi de cette journée pour mettre en place un dispositif pour attirer les Iraniens dans la rue. Ce samedi, les grévistes vont reprendre à leur compte l’appel lancé le 22 juillet par Shirin Ebadi qui avait demandé à Ban Ki Moon de se rendre en Iran !

L’objet de cet appel est d’inciter les Iraniens à sortir pour être vus par cet émissaire prestigieux ! Une occasion rêvée pour habiller tous les miliciens en tenue de ville avec un ruban vert à la poignée pour parsemer la foule anti-régime de touches vertes afin de donner au monde le spectacle de cette révolution de couleur mais du genre islamique.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
La solution serait alors pour nos compatriotes de descendre dans les rues avec le drapeau du régime délesté de son logo islamique. Nous lançons un appel à tous nos amis, iraniens ou français, de squatter les manifestations de United for Iran avec un drapeau du régime tailladé. Faisons en notre bannière.

JPEG - 166.3 ko


Pour en savoir plus sur les slogans du mouvement vert :
- Iran : Le régime doit sacrifier Khamenei
- (11 JUILLET 2009)

The english version of this article :
- IRAN : THE REGIME NEEDS TO SACRIFICE KHAMENEI
- ( JULY 11 2009)

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
| Mots Clefs | Réformateurs & faux dissidents : Le Mouvement Vert |

| Mots Clefs | Resistance : FAUSSE(s) OPPOSITION(s) |
| Mots Clefs | Resistance : Lobby pro-mollahs en France et ailleurs |
| Mots Clefs | Resistance : Lobby Cinématographique des mollahs |

| Mots Clefs | Réformateurs & dissidents : Shirin Ebadi |
| Recherche Par Mots Clefs : Akbar Ganji |

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : ONU |
| Mots Clefs | Décideurs : OBAMA |

| Mots Clefs | Resistance : Boycott |