Accueil > Photos > Semaines 596-597 (13 au 27.07.2019) Zinzin en Amériques



Semaines 596-597 (13 au 27.07.2019)
Zinzin en Amériques

09.08.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski (sur un malicieux conseil de leur ennemi anglais Bernard Lewis), pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais (!?), car cette stratégie avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement pétro et diplo avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Ansar-Allah et les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge et le canal de Suez. Ils ont aussi aidé les Talibans et se sont mis à financer Daesh, abandonnés par Trump ! Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais leur terrorisme ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs ont alors intensifié leur terrorisme au Yémen et en Syrie. La Russie et la Syrie ont laissé l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité internationale pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (Instex) avec les mollahs, les plaçant de facto sous l’embargo financier souhaité Trump.

Les collaborateurs du régime ont paniqué. Ils ont commencé à vendre leurs bien pour partir avec leurs dollars. Les mollahs leur ont déclaré la guerre judiciaire via une soi-disant lutte anti-corruption. Puis ils ont tenté de relancer leur fausse opposition, pour les rassurer, mais les ont davantage inquiétés et ont encouragé leur rupture.

Début 2019, les mollahs ont eu la très mauvaise idée de désorganiser la lutte en laissant le pays être ravagé par des crues. La milice a complété le plan en empêchant les secours. La haine anti-régime s’est amplifiée.

Washington en a profité pour classer la milice du régime comme une entité terroriste. Le responsable du contre-espionnage de la milice est alors parti aux aux États-Unis avec de précieuses informations pour accélérer la chute du régime.

La Russie a accepté de rencontrer les MAE américain et israélien en vue d’un deal en faveur d’Assad et sa propre présence en Syrie en échange de l’éviction de toutes les forces liées aux mollahs.

Les mollahs ont commencé à menacer l’approvisionnement pétrolier des Occidentaux en tirant sur les installations pétrolières arabes. Ils ont seulement réussi à rapprocher les Chinois des Arabes et de Trump !

Les mollahs ont alors commencé à provoquer l’US Navy pour que le risque d’une nouvelle guerre isole Trump. Mais Trump l’a évité tout en intensifiant ses sanctions à leur égard.

Ils ont violé un peu les termes de l’accord sur leur nucléaire, menançant le rôle régional qu’offre l’accord aux Européens, dans l’espoir qu’ils reculent, mais ils ont seulement réussi à les rapprocher des Arabes et de Trump. Les Français ont en vain tenté de raisonner les mollahs.

Les mollahs dépités par ces echecs, mais aussi l’agitation de leurs proches et aussi des nombreuses manifestation hostiles à leur régime ont enfin qui accentuent leurs problèmes internes ont eu l’idée folle de capturer un cargo pétrolier américain pour déstabiliser les grandes compagnies pétrolières afin qu’ils forcent Trump à reculer ! Mais ils ont échoué.

Les Anglais qui espèrent empêcher l’alliance américano-russe, ont ’’vengé’’ les Américains en capturant un cargo pétrolier des mollahs aux larges de Gibraltar.

Les mollahs ont annoncé le départ de leur MAE à NY et à Vénézuela puis Nicaragua et Bolivie pour y défier Trump et y trouver des alliés anti-américains ou encore des interlocuteurs américains. Ils n’ont pas réussi. Ils ont été confronté à de plus forts remous. Voici le récit de ce voyage plein d’espoirs qui a fini en bad trip !



-Semaine 596 (13-20 Juillet 2019) :-
-Zinzin à New York-

© IRAN-RESIST.ORG
Samedi 13 juillet 2019 (22 Tir 1398), les mollahs, qui avaient raté toutes leurs provocations et subi quand même de nombreuses sanctions, devaient rebondir pour soumettre leurs adversaires ou limiter les pertes pour s’éviter de nouvelles ruptures au sein de leur régime. Ils ont commencé la semaine en zappant leur échec puisqu’ils avaient mis en avant leur volonté de coopérer avec les Iraniens, c’est-à-dire en réalité en partageant leurs richesses exclusives avec leurs proches collaborateurs qui gèrent ces richesses ! C’était de la poudre aux yeux et cela ne pouvait pas réconforter leurs collaborateurs et les convaincre de rester en Iran.

JPEG - 181.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Pour intimider leurs adversaires étrangères, ils affirmaient avoir la possibilité de leur résister grâce au soutien de majorité des Iraniens confirmé par de grandes manifestations vendredi en faveur du Hijab et de leur régime ! C’était des mensonges, encore de la poudre aux yeux pour remplacer de vrais moyens de résistance à savoir une forte capacité terroriste !

PNG - 583.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens hostiles au régime avaient mis l’accent sur la pauvreté galopante des Iraniens pour démontrer que le régime n’avait pas les moyens financiers pour donner même le minimum qu’il a toujours accordé aux Iraniens.

JPEG - 153.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les Arabes du golfe Persique avaient surjoué l’apaisement avec les mollahs pour les diviser et les empêcher de continuer leurs provocations.

Les Anglais qui avaient saisi le pétrolier iranien avec l’aide des Espagnoles donc avec l’Europe et sous la bénédiction de l’ONU avaient mis la pression aux mollahs en leur affirmant qu’ils pourraient récupérer leur cargo s’ils apportaient la preuve qu’ils ne livraient pas ce pétrole en Syrie à Assad (mais en fait à Daesh qui a le plus besoin du pétrole). Les Anglais entendaient coincer davantage les mollahs.

Tous les hauts responsables du régime sont restés silencieux. La destination de leur cargo pouvait les exposer à de nouvelles sanctions ! Les mollahs conscients des risques de panique interne ont annoncé le début du procès pour meurtre de l’ancien maire de Téhéran, qualifié de dissident, afin d’intimider les leurs grâce à cette comédie et aussi de relancer leur fausse opposition qui est leur dernière bouée de secours.

JPEG - 318.9 ko
JPEG - 263.2 ko
JPEG - 392.3 ko
JPEG - 285.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Pour cette fausse opposition qui n’a pas de combats susceptibles de séduire le peuple, les mollahs lui ont offert une lutte contre les inégalités en révélant l’existence d’une cité résidentielle ultraluxe privée et réservée à eux-mêmes !

On a vu des photos et une vidéo de l’endroit situé à Basti près de la ville de Lavassan et surnommé Basti-Hills, mais bien évidemment, cette vidéo pirate non signée ne donnait pas les noms des habitants et le code pour pénétrer cette cité afin de lutter contre les inégalités. Cette vidéo qui ne pouvait pas exister sans la volonté des gens du régime était un moyen pour permettre aux faux opposants d’exister sans que les gens du régime soient en danger !

JPEG - 418.4 ko
JPEG - 308.6 ko
JPEG - 259.6 ko
JPEG - 314 ko
JPEG - 401 ko
JPEG - 353.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors ouvert la bourse en injectant plus de 1500 milliards de tomans dans les poches de leurs proches pour les inciter à les suivre dans cette aventure risquée de fausse opposition et fausse révolution de couleur !

Mais ce scénario n’a pas séduit les acteurs de la fausse opposition. Ils n’ont pas montré le bout de leur nez de peur que leur situation de privilégiés sautent dans cette lutte d’opérette contre les inégalités ! Les nantis ont commencé à vendre et ont empêché l’indice de décoller.

Les députés du régime ont alors affirmé que Rohani continuait à payer de très gros salaires à 400 responsables nantis pour avoir leur soutien et demandé des arrestations massives au sein du régime pour intimider les proches agités. Ils ont aussi annoncé des destructions de riches villas construites sans autorisation transformant leur lutte contre les inégalités en une machine contre les proches indociles et ont ainsi réussi à les calmer.

Les nantis ont arrêté de vendre. Les mollahs ont repris les injections de fonds jusqu’à 2761 milliards de tomans et ont réussi à finir sur une hausse relativement bonne de 983 points (peu pour une telle injection de fonds et synonyme de rémunération des plus nantis). Ils ont utilisé ce résultat pipé pour affirmer que tous allaient bien et se convaincre de continuer et encore intimider leurs vrais adversaires (issus du peuple) ou leurs ennemis extérieurs. On avait donc encore de la poudre aux yeux au lieu d’une solution pour aider le régime.

PNG - 118.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens journalistes de l’agence FARS ont alors tenté de porter un coup de plus à la fausse opposition en soulignant ses liens avec les mollahs par un entretien à propos de la révolte estudiantine de 9 juillet 1997 afin que son anniversaire ne soit pas une occasion pour la relance de la fausse opposition. Pour cela, il a interviewé Mostafa Pour-Mohammadi (ci-dessous), un ex-ministre de justice très sanguinaire, qui se voit toujours attribuer un rôle de méchant dans les scénarios de fausse révolution de couleur made in mollahs !

JPEG - 24 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Pour-Mohammadi a surpris ses interlocuteurs en affirmant que le président de l’époque, le soi-disant modéré Khatami (l’initiateur des assassinats des opposants exilés) était l’instigateur de la répression de l’époque.

En évoquant des détails très précis, il a dit que Khatami avait d’abord fait appel à des révolutionnaires de gauches (initialement proches des États-Unis) pour duper les Américains, puis il avait ordonné leur assassinat après ils aient échappé à son contrôle à l’occasion d’une conférence à Berlin... Puis, il avait tenté de faire diversion et faire oublier ses crimes (que l’on qualifie de meurtres en chaîne) en commanditant la mise en scène d’une révolte estudiantine modérément dissidente en 1997, puis en mettant en scène sa répression pour clore l’affaire, en faisant arrêter quelques-uns de ses adjoints avant d’éliminer le plus important en prison pour forcer tous les autres boucs émissaires à se taire.

Les mollahs se sont fâchés, ils ont accusé Pour-Mohammadi de diffamation tout en évitant des polémiques susceptibles de plomber leur fausse opposition. Puis, ils ont changé d’avis et l’ont mis en danger en rappelant ses crimes et en l’exposant à un lynchage certain après la chute du régime afin qu’il ne tente plus de les déstabiliser.

Sachant qu’ils pouvaient risquer une nouvelle panique après la révélation de leurs complots passés, ils ont aussi menacé les nantis agités en évoquant via leurs députés, la nécessité de nouveaux impôts sur leurs collaborateurs nantis s’ils refusaient d’investir leurs dollars dans les entreprises iraniennes !

In fine, ils ont aussi appelé les leurs à espérer en annonçant que Zarif partait comme prévu à NY avant de rendre visite aux pays du Mouvement des Non Alignés et 3 États sud-américains en conflit avec Trump !

© IRAN-RESIST.ORG
Dimanche 14 juillet 2019 (23 Tir 1398), les mollahs avaient annoncé que leur projet de réforme économique allait bien, proposant encore à leurs proches une meilleure partage de leurs avoirs en attendant un succès de Zarif aux Amériques (nord et sud). En réalité, ils ne proposaient rien de plus en attendant un succès qui restait bien hypothétique.

JPEG - 184.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En attendant, un succès de Zarif face à Trump à NY, les mollahs affirmaient avoir le soutien du Hezbollah, membre du gouvernement libanais et hostile au plan de paix de Trump insinuant qu’ils gardaient des alliés pour contrarier ce dernier. Ils espéraient le forcer à dialoguer avec eux en secret et accepter leurs conditions.

PNG - 590.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens hostiles au régime avaient démonté ses menaces de taxation des avoirs et des biens non occupés des nantis en soulignant que ces derniers étaient déjà imposés, mais qu’ils ne payaient pas. Ils avaient aussi signalé que la Géorgie avait encore réduit ses relations économiques avec les mollahs après leur avoir montré de la sympathie pour attirer des milliards de dollars de leurs fortunes acquises par la corruption !

JPEG - 157.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias de l’opposition (souvent gérés par ces miliciens hostiles au régime) ont alors annoncé une grande manifestation des instituteurs retraités ou actifs devant le Parlement du régime ! Mais ils n’ont pas diffusé les images de la manifestation. On devait supposer que la foule était très nombreuse et très hostile au régime et les journalistes dissidents avaient peur d’en parler.

Les mollahs ont alors intensifié leur pression sur leurs collaborateurs nantis agités en annonçant des peines très lourdes pour 14 agitateurs du secteur des devises (cambistes). Mais ils ne les ont pas nommés pour que tous les acheteurs se sentent en danger.

Ils ont aussi lancé des poursuites contre 200 Bazaris de Qom en les accusant d’avoir vendu leurs produits trop chers afin qu’ils ne puissent se rallier au peuple et à la résistance anti-régime !

Mais, après ces menaces, ils ont aussi baissé le taux du dollar sur le marché du Bazar pour inciter les gens à sortir de la bourse et mettre en péril son indice et l’image du régime au moment où leur MAE devait faire bonne impression à NY.

Les chefs Pasdaran ont aussi reconnu ’images à l’appui) avoir saisi un cargo américain (RIAH) pour rassurer les collaborateurs du régime que ce dernier avait les moyens de faire pression sur les Occidentaux ! Dans le même temps, le ministère des AE du régime a dit que Zarif refuserait de négocier avec les Américains à NY. Cela avait deux buts : mettre la pression aux Américains (Trump et des adversaires démocrates) et aussi nier l’échec de Zarif s’il ne parvenait pas à forcer les Américains à négocier.

JPEG - 34.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les pressions avaient empêché la panique. Le dollar en baisse a fonctionné à merveille. Le régime a pu augmenter beaucoup l’indice boursier à peu de frais (+2797 grâce à 1797 milliards de tomans).

PNG - 193.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani alors en visite dans la région de Khorassan du nord a continué le bluff de puissance du régime en affirmant qu’il bénéficié d’une belle mobilisation, car il avait amélioré la situation générale du pays en faisant baisser la dette étrangère de 25 % !

JPEG - 157.4 ko
JPEG - 425 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cependant, la foule annoncée est un produit Photoshop (surdensification et changement d’échelle après le groupe des femmes à droite de l’image ci-dessous), le député de la région s’est moqué de lui en affirmant que le peu de gens qui étaient présents n’était pas venu pour l’applaudir, mais pour réclamer des indemnisations prévues parce que Rohani n’avait indemnisé que moins de 1% d’entre eux après les récentes inondations et avaient aussi oublié de s’occuper des infrastructures sans lesquelles ils ne pourraient continuer à travailler leurs champs. Cette intervention restait cependant assez imprécise. On a conclu qu’il s’agissait d’une soupape de sécurité pour faire espérer les mécontents et aussi réhabilité les députés qui avaient bien mal agi en restant planqué au moment de la manifestation des Instituteurs quelques heures plus tôt.

PNG - 718.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais très rapidement, il est apparu que Trump n’allait pas reculer pour libérer le cargo Riah et il n’avait pas de pression de la part des pétroliers américains. L’Europe a aussi implicitement rejeté l’option de sa capitulation en se disant inquiète à propos de la violation des engagements nucléaires des mollahs et leurs provocations au Moyen-Orient.

Les députés ont continué leur rôle de soupape de sécurité du régime en dénonçant la consommation de 2 tonnes de drogue chaque jour en Iran ! Ils ont aussi dénoncé la nécessité de 44 ans de cotisation pour acheter une petite maison en Iran, mais ont évité de rappeler que le Shah avait pris des dispositions pour que chaque ouvrier puisse acheter une maison en moins de cinq ans.

Zarif est alors arrivé à NY. D’emblée, il a critiqué l’engagement économique très faible des Européensen Iran depuis l’accord de Vienne, insinuant qu’ils étaient de facto sortis de l’accord et que le régime pouvait en faire autant et les priver d’un quelconque rôle international afin qu’ils cessent de les défier.

Mais les Européens ont maintenu leur position ! Ils ont annoncé une réunion le lendemain matin pour décider de la bonne riposte contre les mollahs !

Les mollahs ont envoyé un émissaire en Russie pour solliciter le soutien des Russes, mais ces derniers sont restés neutres.

Les mollahs ont fait diversion grâce à une fausse tentative d’assassinat contre un des leurs nommé Sâlak qui est député d’Ispahan avant s’annoncer qu’il était en vie et ainsi mettre en place une polémique pour les occuper au coup de la tournée à venir alors que leur M-AE peinait à s’imposer à NY.

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG
Lundi 15 juillet 2019 (24 Tir 1398), les mollahs avaient mis en avant le dollar en baisse et le discours de Rohani sur ses succès économiques, espérant rassurer les leurs alors que les Européens se montraient prêts à les sanctionner. Ils espéraient aussi que cette propagande leur permettrait de faire oublier les interventions de leurs députés ! Dans leur média anglais, ils avaient évoqué un festival religieux oubliant leurs efforts et les provocations ratés à NY. Ils espéraient calmer le jeu et s’éviter des sanctions européennes et aussi permettre à leur M-AE de se repositionner et choisir une nouvelle approche plus efficace.

JPEG - 196.8 ko
PNG - 589.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais cette approche très prudente des mollahs ne leur a pas permis de duper les Européens. Ils ont menacé les mollahs de ne jamais mettre en route l’Instex en affirmant qu’ils craignaient qu’il soit sanctionné par Trump !

PNG - 418.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La complicité des Européens avec Trump a aussi inquiété les Russes, craignant perdre l’occasion d’utiliser les mollahs comme des monnaies d’échange dans les négociations avec Trump sur le contrôle de l’Ukraine et les richesses pétrolières de la Crimée, ils ont envoyé leur MAE en Europe pour signaler leur solidarité et une entente avec les Européens sur un partage 50/50 de l’Ukraine !

Craignant quand même une nouvelle panique après la proposition d’entente des Russes avec les Européens, les mollahs ont alors intensifié leur soi-disant lutte anticorruption en attaquant les responsables du secteur pétrolier de leur ministère des mines et des industries, les accusant de détournement de fonds avant de promettre des punitions exemplaires pour tous les gens impliqués sans préciser leur nombre afin que tous leurs collaborateurs se sentent visés.

Ils ont aussi annoncé qu’un des accusés du procès contre la banque Sarmayeh avait été arrêté alors qu’il s’apprêtait à embarquer avec ses lingots d’or dans un avion partant vers l’étranger. Étant donné que personne ne peut prendre un avion sans un visa accordé par le régime, l’homme arrêté ne pouvait se trouver au pied de l’avion en étant accusé et de facto privé de visa. On a compris que les mollahs lui avaient accordé un deal et un visa avant de l’arrêter de manière spectaculaire pour faire comprendre à tous les accusés qu’ils pouvaient les sacrifier si cela pouvait les aider !

Mais ces menaces n’ont pas pu contenir la panique de leurs collaborateurs. L’indice s’est mis à chuter. Les mollahs ont limité leur injection de fonds, mais ont encore baissé le dollar pour sauver l’indice.

Ils ont aussi focalisé leur média sur le soutien nécessaire au mollah nigérian Zakaki pour cacher leurs problèmes et ont inventé une loi d’investissement de leurs nantis dans leur secteur pétrolier afin que l’appât du gain les empêche de songer à la fuite.

Mais ils ont pu geler la panique et finir sur un indice en hausse. Il a fini avec une baisse de 274 points malgré 1775 milliards de tomans d’injection de fonds.

PNG - 157.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Brian Hook, le responsable des sanctions de Trump contre les mollahs, a alors révélé que ces derniers avaient démarché vieux séanteur pro-Assad Ron Paul et son fils Rand Paull, pour encourager Trump à négocier avec eux, mais Trump avait exprimé son respect pour Paul avant de refuser ! Les Européens et les Russes ont alors été sans doute ravis d’avoir lâché les mollahs.

Macron qui avait tenté de marier Trump et les mollahs, mais s’était senti utilisé par ces derniers appelé Trump puis Poutine pour parler des mollahs. On imagine bien qu’il n’a pas proposé une partie à trois, mais a cherché à placer son cher pays dans la coalition anti-mollahs.

Les mollahs se sont vengés vite en lui reprochant sa dualité dans le média arabophone d’Al Mayadin afin de casser son image au Moyen-Orient.

PNG - 64.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Anglais, oubliés dans ces manœuvres, ont donné la parole à Zarif et ce dernier isolé aux États-Unis pour mieux le ridiculiser. Zarif a accepté de parler à la BBC pour nier son lobbying auprès de Rand Paul, en affirmant qu’ils vendaient du pétrole et non leur honneur et qu’ils ne négocieraient jamais avec Trump. Il a aussi montré les dents aux Anglais, qui avaient saisi un pétrolier du régime, et à tous les autres en affirmant que le régime pouvait aller jusqu’à la confrontation pour la défense de ces droits dans l’espoir que cette attaque explose les alliances esquissées entre l’Amérique, la Russie et la France contre le régime ou provoque une riposte forte de ce triumvirat susceptible de déstabiliser la région et in fine conduire à un statu quo sous la pression de ses pays pétroliers et de leurs clients.


© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG
Mardi 16 juillet 2019 (26 Tir 1398), les mollahs avaient zappé les mouvements hostiles contre leur régime en se focalisant sur le visa livré à Zarif pour affirmer que les Américains avaient eu peur de lui. Ils entendaient restaurer l’honneur de leur représentant et l’espoir que devait susciter sa mission ! Dans leur journal anglophone, ils évoquaient le soutien de l’Irak pour insinuer qu’il restait la fuite via ce pays vers des destinations choisies. Ils nageaient donc dans la propagande pour convaincre tout le monde qu’ils avaient encore une chance de survivre malgré les coups subis et le manque de partisans.

JPEG - 185.8 ko
PNG - 698.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Leurs miliciens dissidents avaient donné au coup dans le système imaginaire des mollahs en révélant que Maduro était en pleine négociation avec son rival pro-américain et n’allait pas de ce fait les aider et de fait leur trio à NY allait être suivi d’une autre défaite plus au sud ! Ils avaient aussi révélé que le visa accordé à Zarif était limité. Ils ont enfin révélé que les mollahs allaient produire une autre automobile avec leurs pièces et le logo du Peugeot et les vendre au Moyen-Orient pour ridiculiser cette firme et faire un beau pied de nez à Macron !

JPEG - 144.2 ko
JPEG - 167.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, Amano avait annoncé qu’il allait démissionner pour raison de santé. Les mollahs n’ont pas commenté la nouvelle de peur que son remplaçant ne se montre moins attaché à l’accord de Vienne par le fait qu’il n’avait pas lui-même été un de ses signataires.

La journée a viré au cauchemar pour les mollahs, car les miliciens ruinés par le régime étaient encore dans les rues et plus important encore, les retraités de l’armée étaient dans la rue pour réclamer plusieurs mois de pensions non payées, révélant que le régime n’avait pas assez d’argent et aussi qu’il ne les voyait pas comme des alliés.


© IRAN-RESIST.ORG

Les médias de l’opposition ont aussi annoncé qu’un camion militaire avait été attaqué pour faire libérer un prisonnier dans le sud du pays. Les mollahs ont nié le succès de l’attaque et leur faiblesse par un récit incohérent, affirmant que les bandits avaient renoncé à leur projet après que le conducteur du camion avait perdu le contrôle de son véhicule et ce dernier s’était retrouvé couché sur le côté au milieu de la route ! Ils ont aussi clos l’affaire de la perte du prisonnier en gardant secrète son identité et en affirmant qu’il avait été blessé et était mort dans un de leurs hôpitaux à la suite de ce krach !


© IRAN-RESIST.ORG

En résumé, les mollahs étaient sous la menace d’une nouvelle coalition est-ouest très hostile et ne pouvaient pas compter sur les Non Alignés ou le Venezuela. Il y avait la preuve que des centaines de milliers de militaires retraités les laissaient et qu’ils n’avaient personne pour les disperser. Le résultat a été un mega krach boursier. Tout le monde vendait pour s’offrir les moyens de prendre la fuite.

Les mollahs ont mis l’accent sur les procès en cours et notamment celui contre les responsables pétroliers de leur ministère de Commerce et des industries pour empêcher leurs collaborateurs de fuir. Ils ont aussi visé presque tous leurs collaborateurs en annonçant des poursuites contre des acheteurs de Bitcoins ! Mais ces menaces qui ne pouvaient pas être exécutés en raison de leur envergure n’ont pas pu contenir la panique rapidement l’indice a baissé de 300 points malgré des achats légèrement en hausse par le régime.

Les mollahs ont alors tenté de plaire à ces paniqués en faisant preuve d’une mauvaise foi provocante en affirmant qu’ils n’avaient pas saisi le cargo américain Riah : ils l’avaient conduit chez eux et le gardaient, car il avait été en difficulté et le gardaient pour le réparer ! Mais en même temps, Khamenei a aussi appelé les Pasdaran à préparer une riposte pour la saisie du cargo iranien par les Anglais !

JPEG - 405.6 ko
JPEG - 240.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais il n’y a pas une vague de réactions exploitables par les mollahs et de fait la panique a persisté. Ils ont alors annoncé de très nombreux verdicts pour les divers procès ne courent pour intimider les affairistes paniqués ou encore plus d’impôts à tous ces gens sans réussir à les calmer. La bourse a fini avec une chute de 7035 points malgré 1930 milliards de tomans d’achat d’actions par les actionnaires institutionnels du régime.

PNG - 313.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs sont restés silencieux après ce résultat qui faisait état de leur manque d’autorité. Leur silence a prouvé qu’ils n’avaient pas le courage de défier tous leurs proches ou de se lancer dans la riposte promise.

Les Américains ont mis davantage la pression aux mollahs en les appelant à négocier (à capituler). Les mollahs ont continué leur bravade en affirmant qu’ils ne négocieraient jamais afin d’éviter un plus grand débâcles le lendemain.

© IRAN-RESIST.ORG
Mercredi 17 juillet 2019 (27 Tir 1398), les mollahs avaient mis en avant l’ordre de riposte de leur Guide et aussi leur volonté de punir les agitateurs financiers (les vendeurs d’actions qui les avaient ridiculisés).

JPEG - 185 ko
PNG - 679.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a ouvert légèrement en panique, car il n’y avait aucune riposte, mais les gens espéraient un geste fort de la part des mollahs !

Les mollahs ont cette fois renoncé à leur intimidation en cessant de menacer leurs proches. Ils ont aussi commencé le congrès de leurs derniers jeunes miliciens étudiants de tendance ultra sur le thème des réformes sans risque d’agitation pour proposer des changements pour éviter la contre-révolution espérée par la majorité écrasante des Iraniens. Mais les gens du régime n’ont pas vu des images de cette conférence et ont compris que le régime n’avait pas trouvé des partisans pour mettre en œuvre cette mini révolution interne, car ses proches avaient estimé que ce projet ne pouvait être efficace à moins de flirter avec les lignes rouges du régime et dans ce cas il risquait de conduire à une vraie contre-révolution !

PNG - 149.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani alors en conseil des ministres, a vite tenté de rallier ces gens en affirmant qu’il avait créé 1 million d’emplois l’an dernier ! Mais personne n’y a cru.

JPEG - 139.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Une rumeur a fait état de l’arraisonnement d’un cargo pétrolier anglais par les Pasdaran depuis quelques jours pour trafic de carburant. Cela avait eu vraisemblablement lieu en parallèle à la visite de Zarif en vue de provoquer une crise ou forcer les Anglais à plier et prendre sa défense. Ces derniers n’avaient pas plié et l’avaient privé de l’escalade qu’ils avaient espérée. Ils lui avaient même probablement donné une tribune dans l’espoir d’une gaffe de Zarif. De fait, l’annonce de la saisie était destinée à relancer une prise d’otage qui n’avait pas fonctionné dans sa version discrète.

Malgré ces faits évoquant l’échec des mollahs, l’indice en baisse de 500 points a enregistré une hausse de 1000 points, mais il n’a pas décollé. Ce qui signifiait que les affairistes généralement issus des filières de répression et de terrorisme espéraient la crise attendue après cette révélation médiatique.

PNG - 264.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais les Anglais ont continué à esquiver la saisie pour ne pas offrir la possibilité de mener la danse.

Les Américains qui avaient perdu un navire et l’avaient médiatiquement reconnu sans provoquer de crise ont profité de l’affaire pour fédérer les pays en danger contre les mollahs en annonçant une conférence rapidement à Bahrain pour former une flotte multinationale pour la protection de leurs cargos pétroliers en transit dans la région. Ils ont aussi souligné le terrorisme des mollahs en votant une loi pour saisir 16 milliards de dollars des avoirs européens du régime pour indemniser les victimes de son terrorisme au Liban.

Les Allemands ont aussi montré leur soutien aux Américains en condamnant 3 agents des mollahs pour trafic de composants nucléaires prohibés. La Russie a aussi rappelé son désir d’intégrer l’Instex afin de ne pas devoir aider les mollahs en cas de nouvelles sanctions à leur encontre.

Les mollahs se sont retrouvés bombardés de menaces après l’aveu de leur riposte. Zarif a pris la parole à l’ONU devant les représentants de pays en difficulté en qualifiant les sanctions américaines de terrorisme financier pour trouver des alliés, mais il n’en a pas trouvé.

JPEG - 43.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il s’est rapproché de Ron et Rand Paul avant son départ de NY vers l’Amérique de Sud pour monter sa disposition à trouver un arrangement avec Trump. Mais Trump a refusé de le rencontrer.

Zarif a alors accordé un entretien à l’agence russe TAS pour déplorer le manque d’engagement des Européens, signalant au passage implicitement leur manque d’engagement dans l’espoir de les convaincre de modifier leur approche, mais ces derniers ont fait semblant qu’ils n’avaient pas compris sa demande. Zinzin a quitté NY pour Caracas sans l’espoir d’y trouver un allié !

© IRAN-RESIST.ORG
Jeudi 18 juillet 2019 (28 Tir 1398), les mollahs avaient mis en avant les propos de Zarif pour faire espérer les leurs et mettre la pression aux Européens et aux Russes et empêcher leur rapprochement.

PNG - 352.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur média anglophone, ils avaient attribué à Trump la responsabilité de tous les problèmes du monde espérant faire douter ses alliés arabes et récolter quelques soutiens.

PNG - 586.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens hostiles au régime avaient annoncé la conclusion d’un deal (américain) entre les islamistes soudanais et leurs ennemis pour montrer que Trump n’était pas en difficulté et le régime était sur le point de perdre l’un de ses principaux agents mondiaux du terrorisme.

JPEG - 144.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les Anglais s’étaient vengés en niant la saisie de leur cargo par les mollahs. Ils avaient souligné le soutien de l’Europe à sa propre saisie du cargo iranien par le fait que les Espagnoles l’avaient aidée à Gibraltar.

Enfin les Anglais avaient humilié les mollahs en affirmant que le M-AE de ces derniers avait soumis à Rand Paul la proposition de la levée de toutes les sanctions américaines en échange d’une adhésion immédiatement du régime au protocole additionnel au lieu de l’adhésion prévue pour 2020. Mais ce Trump avait refusé l’offre et était resté sur son projet de négociation (capitulation) axé en insistant sur les 12 changements qu’il leur avait imposés.

PNG - 499.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le Bahrain a alors annoncé le début de sa conférence avec la présence de 60 pays, laissant entrevoir le succès de l’idée d’une force navals anti-mollahs !

Le chef du Parlement des mollahs qui fait partie de leur premier cercle de pouvoir a affirmé pour affirmer que le Golfe persique était pour tout le monde ou pour personne. Menaçant implicitement tous les participants à cette conférence, mais aucun n’a reculé.

Un peu plus tard, Trump a pris la parole devant les journalistes pour condamner la saisie du cargo anglais avant affirmant que la marine américaine avait aussi riposté aux provocations d’un drone des mollahs en l’abattant ! Il a aussi ironisé sur la situation en affirmant qu’il était prêt à sanctionner les mollahs pendant au moins cent ans !

Les opposants internes ont alors aggravé l’état moral des mollahs en révélant qu’un mollah avait été sévèrement rossé à coups de pieds, et de bâton par des jeunes après leur avoir dit de se comporter selon les règles de la charia !


© IRAN-RESIST.ORG

Les Pasdaran ont alors officialisé la capture du cargo anglais pour trafic pendant la journée de dimanche et Zarif s’en est félicité au nom de la lutte du régime contre tous les trafics ! Puis, Rohani a appelé Macron pour évoquer ses sujets, l’intimider et le forcer devenir son allié. Mais le président français ne s’est pas laissé impressionner, laissant les mollahs seuls et sans allié dans le monde !

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG
Vendredi 19 juillet 2019 (29 Tir 1398), les mollahs devaient faire leur bilan et prononcer la ligne à suivre lors de leur sermon de vendredi.

Mais avant qu’ils parlent, la Russie a confirmé sa rupture avec les mollahs, car Poutine, en se confiant à son nouvel ami Oliver Stone, s’est dit inquiet pour ses amis arabes du golfe Persique en raison de la conduite des mollahs !

PNG - 509.9 ko
PNG - 490.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Chinois ont aussi affirmé leur rupture avec les mollahs en déclarant qu’ils n’avaient jamais eu d’aussi bonnes relations avec les Émirats, qui sont en première ligne de toutes les actions anti-mollahs !


© IRAN-RESIST.ORG

Les citoyens iraniens ont aussi été informés d’une nouvelle punition corporelle pour un mollah donneur de leçons ! La première victime a aussi la mauvaise idée de raconter qu’il avait été roué de coups sans que personne y compris au sein des forces de l’ordre ne vole à son secours, et a ainsi souligné que même les gens encore au service du régime le détestaient !

JPEG - 62.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont opté pour la diversion en annonçant que l’US-Navy n’avait pas descendu l’un de leurs drones, mais l’un de ses propres drones, car ils n’en manquaient pas dans leurs bases ! Ils ont aussi consacré leur sermon de vendredi à leurs succès international et ont dit que le monde entier avait accepté qu’ils avaient le droit d’enrichir de l’uranium, car les pays signataires de l’accord de Vienne n’avaient pas tenu leur parole et investi en Iran (ce qui est faux).

Washington s’est moqué des mollahs qui mentaient sans vergogne en leur proposant de négocier (capituler) à propos de leurs missiles (souvent fictifs) pour obtenir une baisse de leurs sanctions. Mais ces derniers n’ont pas lâché leurs missiles ou plus exactement leur propagande balistiques de peur que cette reculade virtuelle aggrave leur situation.

Leur M-AE Zarif a riposté à la provocation des mollahs en accordant un entretien à la revue NPR où il a dit que le régime ne pouvait plus faire confiance aux États-Unis et à l’Europe et ne négocierait plus avec eux et qu’il estimait avoir le droit d’enrichir de l’uranium à sa guise et aussi disposer du détroit d’Ormuz comme bon lui semble.

Les Américains ont compris qu’ils voulaient une escalade pour intimider tous les États qui l’avaient menacé ou lui avaient refusé leur aide à NY ou ailleurs. Ils ont humilié le régime et son M-AE en révélant que ce dernier avait fait des pieds et des mains pour rencontrer Rand Paul, insinuant qu’il parlait pour un usage interne au régime, mais en réalité il était obnubilé par une entente avec l’Amérique. Le but de la révélation était de semer la pagaille au sein du régime et parmi ceux qu’ils draguent hors Iran afin qu’ils ne puissent plus lui faire confiance !

Les mollahs n’ont pas commenté cette nouvelle en espérant qu’elle passe inaperçue à Téhéran ou à Caracas ! Mais ce ne fût pas le cas et cette viste a disparu du panel des news des médias du régime !

JPEG - 92 ko

© IRAN-RESIST.ORG

-Semaine 597 (20-27 Juillet 2019) :-
-Zinzin sous les tropiques ! -

© IRAN-RESIST.ORG
Samedi 20 juillet 2019 (29 Tir 1398), les mollahs, qui avaient raté leur semaine de chantage anti-occidentale à NY et aussi perdu l’espoir d’un succès complémentaire à Caracas puis en Bolivie et au Nicaragua ! Ils ont commencé une nouvelle semaine de lobbying désespéré en mettant en avant leur proposition d’entente aux Européennes en leur disant qu’ils étaient prêts à cesser leur agitation si les Européens levaient toutes leurs sanctions et incluaient les échanges pétroliers dans leur Instex.

JPEG - 169.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En revanche, dans leur journal anglophone, les mollahs avaient mis en avant lune nouvelle interview très offensive accordée par leur M-AE à NPR pour justifier la reprise de l’enrichissement et les arraisonnements des pétroliers américains et anglais ainsi la volonté de continuer ce genre d’actions afin de provoquer l’escalade qu’il n’avait pas pu réaliser la veille !

PNG - 607.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens hostiles aux mollahs avaient en revanche révélé que ces derniers avaient arrêté 300 de leurs projets de privatisation pour signaler qu’ils n’offraient rien de bien alléchant à leurs proches.

JPEG - 154 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les Anglais avaient repris un tweet de Zarif où il avait attribué la responsabilité de la saisie de leur cargo à Bolton et affirmaient la même chose. On ne pouvait y croire en raison de la sagacité et l’inimitié entre les Anglais et les Américains. Mais Les Anglais avaient repris cette accusation incongrue dans l’espoir de plaire aux mollahs, les aider un peu dans leur projet de lutte contre Trump en espérant de lâcher leur cargo !

PNG - 100.7 ko
PNG - 150 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Leur M-AE pour encore quelques heures avant l’intronisation de Boris Johnson (Bojo) comme PM attendait un geste des mollahs. En son absence, il a appelé les mollahs à libérer le cargo retenu en Iran, puis il a annoncé qu’il irait lundi au Parlement pour exposer la situation et proposer une riposte en réponse à la capture de leur cargo.

Les gens du régime espéraient une bonne nouvelle de Caracas, mais ils n’ont rien vu venir ! Ils ont commencé à vendre plus que le régime ne peut acheter et l’indice boursier qui est l’indice de confiance au régime s’est mis à chuter !

Les mollahs sont revenus à l’intimidation judiciaire de leurs nantis en accusant les accusés de la Banque Sarmayeh d’avoir corrompu tout le système bancaire iranien !

Les mollahs ont aussi abandonné leur projet de privatisation qui est un échec en affirmant que leurs miliciens étudiants y étaient opposés. Ils ont aussi masqué leur manque d’investissements étrangers en affirmant que ces mêmes miliciens n’en voulaient pas !

JPEG - 84.2 ko
PNG - 949.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En parallèle, le pouvoir judiciaire du régime a aussi débuté le procès de deux prisonniers qui ont récemment tué par des dizaines de coups de couteau un jeune prisonnier politique nommé Alireza Shir-Mohammad-Ali ou Shir-Ali qui avait été arrêté pour avoir insulté l’islam sur sa page Telegram à une date inconnue. Nous n’avons trouvé que la première photo ci-dessous de cette personne et aucune autre ou d’autres documents sur son activité. C’est pourquoi nous avons douté qu’il ait existé et qu’il n’ait pas été inventé pour prétendre que le régime aurait les moyens d’arrêter des jeunes opposants qui sont très très nombreux. Étant donné le fait que le régime ne juge jamais ce genre de cas, le procès était un moyen de pression sur tous les jeunes opposants au régime et ceux qui ont des jeunes opposants dans leur famille. Il s’agissait aussi d’un "meurtre" pour aider les faux opposants, car un bon nombre d’entre eux pleuraient le défunt alors qu’aucun d’eux ne s’était manifesté au moment de son arrestation !

JPEG - 169.9 ko
JPEG - 668.9 ko
JPEG - 353.4 ko
JPEG - 621.8 ko
JPEG - 479.3 ko
JPEG - 384.2 ko
JPEG - 708.8 ko
JPEG - 542.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans le même temps, le régime a repris le procès de l’ex-maire de Téhéran, qualifié de dissident, pour meurtre pour aider aussi la fausse opposition à avoir un sujet de dissertation puisqu’elle ne peut pas aborder les vrais problèmes posés par le régime.

© IRAN-RESIST.ORG

En résumé, le régime était incapable de provoquer une escalade, de trouver des alliés, d’empêcher les attaques contre ses fans, d’arrêter les manifestations hostiles ou la panique de ses proches, il avait opté pour l’intimidation de ses collaborateurs et la relance de sa fausse opposition qui n’a jamais eu de succès !

La panique a perduré. Rohani a annoncé une grande réunion pour permettre de baisser les loyers et les prix de la santé, choses qui pourraient (théoriquement) diminué le mécontentement du peuple, mais ces slogans n’ont pu calmer la panique des gens du régime. Les mollahs ont ordonné le retrait de plusieurs sociétés cotées des ventes pour limiter les ventes et de fait leur injection de fonds, mais aussi la chute de l’indice, mais celui-ci a fini en baisse de 353 points après 1579 milliards de tomans d’achat (20 % fr moins la moyenne normale actuelle).

PNG - 104.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi, les mollahs ont annoncé la reprise des activités d’enrichissement sur le site longtemps anxiogène de Fordo pour inquiéter leurs interlocuteurs étrangers y compris les non Alignés (qui cherchent essentiellement la paix et le dollar) et les forcer à les aider pour s’éviter une crise contraire à leurs intérêts.

Mais cette annonce ne leur a pas permis d’obtenir des soutiens. Le chef des Pasdaran a alors menacé l’ensemble des clients des États pétroliers du golfe Persique en promettant de nombreuses nouvelles captures de pétroliers transitant par le détroit d’Ormuz. Mais il ne s’est rien passé.

Les mollahs ont alors de nouveaux critères pour la privatisation de SAIPA (leur principal constructeur automobile) pour intéresser leurs nantis et les inciter à marcher droit pour pouvoir en bénéficier ! Ils ont aussi fait l’éloge de la délation à l’université pour faire croire qu’ils avaient la possibilité de contrôler les jeunes dans l’espoir d’offrir un nouveau sujet à leur fausse opposition. Ce choix de la fausse opposition était la preuve qu’il redoutait la journée de nouvelles sanctions à leur encontre dans les jours à venir notamment lundi après la réunion du M-AE anglais Hunt avec les députés anglais.

© IRAN-RESIST.ORG
Dimanche 21 juillet 2019 (30 Tir 1398), les mollahs affirmaient que les Arabes leur avaient adressé une offre d’apaisement et cohabitation pacifique, car ils avaient peur. Mais l’offre datait et était vue de leur côté comme un moyen pour empêcher l’escalade souhaitée par les mollahs. Ils essayaient donc de rassurer les leurs en inversant la réalité.

JPEG - 175.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal en anglais, ils affirmaient que la saisie du cargo anglais était faite dans la légalité : il s’agissait d’une opération pour la sécurité de tous les autres cargos en transit dans le détroit d’Ormuz, car le capitaine du vaisseau capturé les avait mis en danger en éteignant ses feux pour faciliter son trafic !

PNG - 625.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants au régime s’étaient moqués des mollahs en affirmant que leur taux du dollar était en baisse, mais pas le prix des produits importés avec ces dollars !

JPEG - 158.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, Brian Hook a annoncé que la conférence de Bahrain pour la sécurité des cargos allait avoir lieu mercredi.

La matinée a pris une tournure grave à 8h30, car un officier milicien chargé de la répression à Chiraz a été abattu à sa sortie de son domicile ! L’info est évidemment passée à la trappe.

JPEG - 43.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs devaient affirmer leur autorité en Iran et bousculer aussi leurs adversaires internationaux. Zarif a alors consacré son discours au sommet du mouvement des Non Alignés (NAM) à la Palestine et l’opposition (calculée) du Hamas et du Hezbollah au plan de paix de Trump (Deal of Century), mais ce discours n’a pas fait mouche chez les pays de NAM qui privilégiant leur épanouissement économique, car ils sont à présent souvent pro-américain et aussi parce que le plan de Trump prévoit en autre une aide de 50 milliards de dollars des États-Unis pour la Palestine qui peut transformer ce futur pays en un véritable paradis économique. On voit Zarif bien fâché en raison de son échec.

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont comme toujours évoqué leur discours sans évoquer la réaction négative qu’il avait suscitée. Craignant une belle pagaille après cet échec et malgré leur cachotterie, ils ont aussi menacé les persifleurs du régime en condamnant sévèrement le journal Javan (des cadres miliciens qui leur sont hostiles) au motif très explicite d’avoir diffusé de fausses nouvelles pour provoquer le désordre, les empêchant de facto de diffuser les vraies nouvelles qui font peur au régime.

Les mollahs ont menacé de cesser la distribution des allocations réservées aux plus nantis en affirmant qu’elles ne pouvaient pas être maintenues, car elles représentent 5 fois les revenus pétroliers du régime !

Ils ont enfin déclaré illégal leur système de l’intérêt composé, unique au monde, qui avait été instauré pour permettre aux meilleurs amis nantis du régime de gagner de l’argent (des intérêts) au lieu d’en perdre sur les prêts obtenus et déposés sur leur compte !

Les banquiers partenaires du régime ont craint d’être accusés de détournement des fonds souvent publics de leurs banques (transfert illégal de ces fonds vers les gens de leurs familles ou eux-mêmes). Ils se sont de facto retrouvés condamnés à mort selon les lois du régime !

Les mollahs ont aussi stoppé les ventes de certaines sociétés cotées, insinuant l’ouverture d’une enquête sur leurs comptes. Leurs propriétaires menacés de poursuites, de prison, de pendaison et d’expropriation ont cessé d’ennuyer les mollahs à la bourse. Grâce à leur retrait et les ventes bloquées, les mollahs ont pu faire monter l’indice de 3224 points avec seulement 1600 milliards de tomans d’investissement de la part du régime !

PNG - 287.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont maintenu la pression sur ces collaborateurs très hauts placés en positionnant leurs députés comme hostiles à tout échange commercial avec les Étrangers. Ils ont aussi menacé ces genres en lançant une polémique sur les rentes qu’ils reçoivent sous forme de toute sorte d’allocations en échange de leur fidélité au régime.

Zarif a alors provoqué Bolton dans l’espoir d’une escalade aidant le régime à déstabiliser la région à son avantage. Bolton l’a ignoré.

PNG - 179.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le responsable du programme nucléaire du régime a annoncé une importante coopération avec les Russes pour la finalisation de la centrale civile de Bouchehr pour insinuer le soutien de ces derniers, mais personne n’a réagi à cette fausse rumeur de soutien des Russes.

Le régime a alors annoncé avoir démantelé un réseau d’espionnage de la CIA au sein de son administration et avoir arrêté 17 espions. Il a promis de délivrer les détails dans quelques heures avec des preuves en vidéo et faire les couvertures de plusieurs agents de la CIA. Il espérait affirmer sa solidité et attaquer Trump et obtenir à coup sûr une crise pour déstabiliser la région. Étant donné que les Anglais s’apprêtaient à annoncer leur riposte. L’opération était aussi censée détourner l’attention des Iraniens et des collaborateurs du régime de nouvelles sanctions anglaises et possiblement européennes.

© IRAN-RESIST.ORG
Lundi 22 juillet 2019 (31 Tir 1398), les mollahs affirmaient que leur gouvernement allait se pencher sur les caisses de prêts amicaux, insinuant une fraude et la possibilité d’attaquer les responsables de ces caisses. Ils allaient aussi bloquer ces prêts et limiter ses pertes.

JPEG - 167.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglophone, les mollahs affirmaient avoir le soutien de Maduro alors qu’il ne leur avait rien donné et qu’il ne souriait même pas lors de sa rencontre avec Zarif. Il espérait agiter encore Trump ou Pompeo avant de les bousculer avec l’arrestation de leur espion.

PNG - 601.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

À ce moment, les mollahs ont eux une cascade de revers.

L’AIEA a annoncé la mort d’Amano (on a aussi appris qu’il était mort depuis quelques jours et même enterré. Il l’avait demandé que sa mort soit annoncée après son enterrement). Les mollahs ont zappé la nouvelle par peur que le débat sur sa succession par un autre diplomate non attaché à l’accord de Vienne aggrave la panique au sein de leur régime !

PNG - 415.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, le MAE anglais, Hunt, a encore appelé le régime à libérer son pétrolier avant que le Parlement anglais décide de les punir.

Zarif alors au Nicaragua n’a pu obtenir le soutien des dirigeants de ce pays et alors qu’il s’était rendu dans ce pays pour vendre des drones et acheter des techniques d’agriculture.

JPEG - 105.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants sont aussi descendus massivement dans les rues contre la vie chère malgré la baisse du dollar !


© IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 52.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

De plus, les opposants au régime ont tué le patron des prisons du régime dans la région agitée de Sistan-&-Baloutchistan en mitraillant son automobile.

JPEG - 49.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin, le n°2 du Hamas est arrivé à Téhéran pour réclamer de l’argent et des armes pour la création de son front contre le plan de paix de Trump, car ce mouvement n’a pu trouver d’allié arabe ou sunnite pour ce projet. Les mollahs ont défendu la position de leur invité tout en se montrant évasifs afin de ne pas être sanctionnés pour cette ingérence par tous les autres pays musulmans. Les mollahs ont apporté un soutien moral au Hamas sans lui promettre ce qu’il avait demandé et ont même gardé secret la visite de cet allié mal en point de peur qu’il déprime davantage leurs proches.

JPEG - 225.2 ko
JPEG - 210 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont même craint une super panique interne et de nombreuses ruptures, car ils ont d’abord alourdi les charges contre leurs collaborateurs financiers et politiques dans le cadre du procès de la Banque Sarmayeh qui gère les fonds de pension des instituteurs iraniens. Ils ont aussi ordonné la destruction de 111 villas et ont annoncé 53 autres destructions dans les jours à venir ! Ils ont aussi lancé une instruction à pros du meurtre de leur officier chargé de la répression à Chiraz et ont enfin condamné lourdement l’ex-maire Najafi pour le victimiser et ainsi offrir un sujet d’action à la fausse opposition qui doit exister sans évoquer des vrais sujets.

JPEG - 214.6 ko
JPEG - 391.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Leurs députés ont mis la pression sur les nantis en demandant des poursuites contre une famille qui importe des centaines automobiles de luxe en affirmant qu’elles étaient pour l’usage de ses membres ! Les députés ont aussi profité de la situation en remettant en cause encore le diplôme universitaire du frère et conseiller de Rohani pour déstabiliser ce dernier et ainsi le forcer à leur accorder plus de dollars !

Les chefs Pasdaran ont alors évoqué leur capacité d’action et de frappe surprise pour intimider tous les agités et aussi rassurer ceux qui paniquent à l’idée de la chute du régime !

Les paniqués ont renoncé à s’agiter afin de ne pas se retrouver menacés par tous ces zinzins du régime ! Les mollahs ont profité de l’absence de transaction pour booster leur indice boursier : il a enregistré une hausse 3380 points grâce à l’injection de 1910 milliards de tomans.

PNG - 76.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors profité de ce gel de la panique pour lancer une offensive contre l’administration Trump en diffusant des vidéos en caméra cachée d’espions américains en train de recruter des responsables iraniens et en affirmant qu’ils avaient pu neutraliser ces recrutements et obtenir les noms des agents américains dans la région et avaient les moyens de les éliminer !

Dans ces vidéos, ils ont présenté 3 personnes parlant un persan très approximatif comme étant des agents recruteurs, mais nous avons remarqué que les paroles dites avec un fort accent américain ne correspondaient pas aux mouvements des lèvres de ces soi-disant recruteurs. Par ailleurs, les voix de gens qui étaient en train d’être recrutés étaient des voix trop jeunes pour être celles de hauts placés qui doivent avoir plus de 40 ans !

© IRAN-RESIST.ORG

Tout cela était mal ficelé. Mais les mollahs ont néanmoins dit avoir arrêté de nombreuses personnes qui avaient accepté de coopérer et leur avaient donné le nom de leurs recruteurs en échange d’une remise de peine. Mais 17 d’entre eux (17 sur 17 ????) dont plusieurs militaires avaient été jugés et attendaient leur verdict !

L’espionnage étant passible de peine de mort, l’attente de verdict signifiait la possibilité d’un marchandage avec les accusés. On pouvait comprendre que ces gens pouvaient échapper à la mort en échange d’informations sur d’autres recruteurs. Cela signifiait la révélation prochaine des identités d’autres agents de la CIA dans la région. Peu de temps après la diffusion, un commentateur du régime a précisé que la CIA devait rappeler ses agents dormants et perdre son avantage sur la région !

On a alors compris qu’il s’agissait d’un bluff, un mollah leaks trompeur, pour forcer les États-Unis à retirer leurs espions et perdre tous leurs informateurs et leurs renseignements dans la région et en Iran. Ce mollah leaks devait aussi débarrasser le régime d’espions qu’ils n’arrivent pas à détecter.

Ce mollah-leaks trompeur semblait une manière de dépasser la conviction de l’affaiblissement du régime suite à la récente défection du chef du contre-espionnage du régime et de dépasser le soupçon de sa perméabilité en raison d’images tournées en caméra cachée pour un film israélien sur une infiltration israélienne dans l’administration du programme nucléaire du régime.

L’administration Trump a riposté en affirmant qu’il s’agissait d’un bluff et a répété qu’une négociation (capitulation) restait possible. Les mollahs n’ont annoncé aucun mouvement d’exode de citoyens étrangers d’Iran et ont perdu la possibilité de dire qu’ils avaient mis en déroute la CIA. Ils ont alors affirmé que certains agents avaient quitté le pays avant la divulgation de leur identité, ce qui n’avait aucun sens et après ce mensonge incohérent, ils ont reporté à une date ultérieure la suite de leurs mollah-leaks trompeur !

C’est alors que le PM irakien de confession chiite est arrivé à Téhéran (pour une médiation en faveur des Anglais -protecteurs historiques des chiites irakiens-), afin de permettre au M-AE Hunt d’obtenir la libération du pétrolier saisi par les mollahs et de quitter son poste sur une victoire et peut-être demeurer à son poste.

JPEG - 293.2 ko
JPEG - 259.5 ko
JPEG - 251.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont refusé sa demande et ont prétendu qu’il était venu les soutenir. Ils ont aussi montré leur mécontentement en menaçant de cesser leur livraison d’eau à l’Irak en affirmant que le contrat était l’œuvre de mafia des eaux !

Le PM anglais Hunt s’est fâché et dans son discours au Parlement anglais a fait part d’un projet de patrouilles navales européennes pour escorter et protéger les pétroliers en transit dans le golfe Persique ! Il avait certainement démarché les pays de l’EU pour partir sur un succès !

Les mollahs ont alors insisté sur la nécessité de diminuer leur consommation d’essence (produit qu’ils importent, révélant involontairement qu’ils redoutaient une pénurie). Ils ont aussi déclaré illégal l’usage des Bitcoins. On a conclu qu’ils estimaient que les patrouilles annoncées (plus celles proposées par Trump) soient le début de leur embargo en bonne et due forme, qu’ils se retrouvent en panne d’essence et face à des remous conduisant leurs proches à solder leurs biens en Bitcoins pour fuir avant de tout perdre.

On pouvait estimer que les mollahs étaient loin de leur menace sur l’approvisionnement énergétique des Occidentaux. Ils étaient face à une menace sur leur propre approvisionnement. Ils pouvaient s’attendre à une belle panique interne !

© IRAN-RESIST.ORG
Mardi 23 juillet 2019 (1er Mordad 1398), les mollahs piégésdans leur propre traquenard avaient choisi de nier leur échec et clamer leur victoire en prétendant que les Irakiens étaient intervenus de la part de MBS pour demander des négociations, car il avait peur d’eux !

JPEG - 186.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglophone, ils avaient mis en avant leur arnaque d’espionnage dans l’espoir d’une réaction américaine et d’une médiatisation internationale pour briller à défaut d’avoir pu déstabiliser Trump.

PNG - 574.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais il n’y eut aucune réaction médiatiquement exploitable. Leur M-AE n’a aussi obtenu aucun soutien de la part de la Bolivie !

JPEG - 57 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il y a eu aussi une grosse manifestation d’infirmière à Rasht (ville où une femme a pu danser pendant 2h sans porter de voile sans que les mollahs puissent l’en empêcher).

JPEG - 28.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Se doutant de leur échec sur le plan international, les mollahs avaient envoyé le n°2 de leur ministère des AE, Araqchi, officier de la brigade Qods, à Paris avec une lettre pour mettre en garde Macron avec un chantage à la fermeture du détroit d’Ormuz pour les navires français, afin de le dissuader d’entrer dans la coalition marine anglaise ou américaine.

JPEG - 119.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il a été reçu par M-AE français, mais ce dernier n’a pas cédé et a même contrattaqué en insistant sur l’application à 100 % de l’accord de Vienne avant de faire savoir que la France allait participer à l’escort souhaité par Hunt.

La Russie a aussi désavoué implicitement les mollahs en affirmant qu’elle allait mettre en plan son propre escort pour assurer la sécurité de la région ! Elle a aussi programmé des exercices de certains commandos terrestres et de ses plongeurs de combat dans les eaux du golfe Persique au prétexte de sa compétition militaire annuelle !

JPEG - 79.4 ko
PNG - 336.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Boris Johnson, fraichement nommé comme Premier ministre, a mis la pression en annonçant la sortie prochaine de l’Angleterre de l’accord des Vienne. Il a aussi fait un geste amical au Prince Reza Pahlavi (qui ne peut être proche de Londres) en fixant son anniversaire (31 octobre) comme la date de cette sortie et de nouvelles sanctions contre les mollahs.

Les Chefs Pasdaran ont joué la carte de l’intimidation en affirmant qu’ils n’ont jamais été aussi puissants. Mais ils n’ont pas pu imposer leur terreur à leurs adversaires étrangers !

JPEG - 193 ko
JPEG - 227.8 ko
JPEG - 151.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le résultat de tous ces revers a été un mega krach de 1778 points.

© IRAN-RESIST.ORG

PNG - 68.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés ont alors aidé les mollahs en demandant une liste des affairistes payés très grassement par le régime afin que par peur d’être privas de ces richesses demeurent à ses côtés.

Au cours de l’après-midi, les mollahs ont reculé un peu en adressant des félicitations à Bojo, tout en critiquant l’ex-M-AE anglais. En l’absence d’un mort en leur faveur, ils ont opté pour des messages de soutien à leur terrorisme nucléaire et naval dans l’espoir de provoquer une crise et déstabiliser le nouveau PM anglais. Mais, ce dernier a évité la crise qui pouvait bénéficier aux mollahs.

Les mollahs ont alors fait diversion par un verdict clément contre les tueurs du jeune opposant Shir-Ali pour rappeler qu’ils avaient la capacité de nuire à leurs ennemis (notamment ceux déjà en prison) comme ceux accusés de corruption ou susceptibles de finir ainsi afin qu’ils cessent de s’agiter et mettre en péril son image et ses réserves financières le lendemain lors de l’ultime session boursière de la semaine.

Ils ont aussi menacé leurs plus proches serviteurs en ordonnant des actions d’expropriation dans la région verdoyante de Golestan où ils occupent des terres classées comme réserves naturelles en y construisant des villas sans respecter aucune règle.

JPEG - 88.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG
Mercredi 24 juillet 2019 (2 Mordad 1398), les mollahs avaient mis en avant la querelle entre leur président et leur pseudo Parlement (qui exige à présent un rapport trimestriel pour maintenir sa confiance) et affirmaient que leur président avait refusé en demandant l’intervention du Guide. Les mollahs avaient mis en avant la crise née de leurs problèmes internes et leur volonté de résister pour faire diversion et faire oublier leurs problèmes internationaux !

JPEG - 182 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglophone, les mollahs affirmaient que le plan de paix de Trump pour le conflit israélo-palestinien n’avait pas une chance d’aboutir. Ils espéraient provoquer Trump et engendrer une crise majeure pour y mener le jeu afin de déstabiliser leurs adversaires et négocier la paix pour eux-mêmes.

PNG - 468.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias des affairistes partisans d’un changement avaient révélé que 40 % du budget était consacré aux salaires des mollahs et leurs fonctionnaires pour souligner que les mollahs continués à vider les caisses pour leurs propres besoins et ne pouvaient de fait s’en sortir. Les médias des miliciens partisans d’un changement de régime avaient décrit Bojo comme un clone de Trump prédisant une nouvelle diplomatie anglaise très activement hostile aux mollahs conformément aux attentes de Trump.

JPEG - 165 ko
JPEG - 190.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La direction de CentCom a alors affirmé que son plan d’escort des Anglais venait en complément du plan américain qui était plus important en raison de ses moyens. Trump se posait en patron de la sécurité du marché pétrolier. On n’était pas d’une envie de clonage, mais cela ne pouvait pas profiter au régime, car les Anglais devaient se montrer plus coopératifs pour contrer le mépris de Trump. Le régime devait assister à leur envie de clonage du modèle Trump. Dans ce schéma, les mollahs devaient souffrir même plus qu’en cas de l’alignement des Anglais sur Trump.

Les mollahs ont zappé ces infos et ont mis en avant leur répression judiciaire en affirmant qu’ils devaient faire un exemple du procès contre les responsables de banque publique Sarmayeh, car des gens étaient à l’origine de la corruption dans leur système qui avait toujours été très sain !!!! Ils se sont cependant contredits à propos de propreté de leur système en accusant 14 hauts responsables politiques de la région de Lorestan, promettant de faire tomber des têtes dans cette région frontalière qui sert de base à tous les trafiquants du régime !

Ils ont aussi évoqué le verdict en attente des miliciens accusés d’espionnage en faveur des États-Unis pour pousser les miliciens hostiles à revenir dans le droit chemin !

Rohani alors en conseil des ministres a aussi affirmé qu’il ne négocierait (ne capitulerai) jamais.

Les chefs Pasdaranl’ont aidé en tirant un missile Shahab 3 de 1000 km de portée, insinuant qu’ils pouvaient couler n’importe quel navire ou pétrolier dans le golfe Persique et même au-delà ! Mais leurs adversairtes ont ignoré ce tir et les ont privés de la terreur qu’ils voulaient inspirer.

JPEG - 167.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cependant, le tir a rassuré les gens du régime. Ils ont cessé de mettre en vente des actions pour fuir. Le régime a pu bénéficier de l’absence de vente pour bossuer l’indice, mais il leur a fallu débourser 2230 milliards de tomans pour augmenter l’indice de 1568 points.

PNG - 86.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, les mollahs ont affirmé leur pouvoir en annonçant un congrès pour les miliciens autorisés à faire feu ! Mais le rassemblement a certainement été assez minable car on n’en a vu aucune image. Ce rassemblement raté a souligné leur isolement et leur impuissance !

Ils ont alors nié leur défaite affirmant que le Guide avait ordonné à Rohani de veiller au bonheur de tout le monde (c’est-à-dire tous les gens du régime).

© IRAN-RESIST.ORG
Jeudi 25 juillet 2019 (3 Mordad 1398), les mollahs avaient insisté sur le refus de négociation (capitulation) de Rohani. Ils avaient envie que leurs proches y croient. Mais leurs proches allaient sans doute trouver cela louche et croient le contraire !

JPEG - 163.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglophone, les mollahs affirmaient qu’ils ne plaisantaient pas concernant le détroit d’Ormuz. Ils menaçaient d’attaquer d’autres pétroliers. Ils espéraient un affrontement pour faire augmenter le risque de guerre et contraindre les clients des Saoudiens à les défendre pour éviter ce conflit et qui perturberait leur approvisionnement et augmenterait vertigineusement le prix du baril.

PNG - 662 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les affairistes partisans d’un changement signalaient que l’inflation actuelle pour les prix des produits alimentaires était de 71 %. La vente des produits alimentaires étant le monopole du régime, ces miliciens affirmaient donc que le régime avait augmenté ses prix par crainte de pénurie. Ils affirmaient que le régime manquait sérieusement de devises pour exciter les paniqués et provoquer une ruée sur les produits de base et accélérer ainsi la pénurie !

JPEG - 137.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La direction de la CentCom a annoncé une réunion en Floride avec les pays concernés par le terrorisme des mollahs en vue de la formation d’une coalition navale dissuasive sous la direction américaine. C’était le résultat du tir du Shahab 3 menaçant des mollahs et de leurs sbires.

PNG - 423.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le M-AE du régime a alors atterrir au Sénégal sur ton trajet de retour de l’Amérique du Sud dans l’espoir d’un deal bancaire avec ce pays d’Afrique qu’e le régime a souvent payé pour contourner les sanctions. Mais cette fois, il n’a rien obtenu et son échec a démontré que les succès précédents du régime étaient dus à une autorisation américaine ou française.

JPEG - 47.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le chef du pouvoir judiciaire a alors organisé une conférence pour insister sur sa volonté de résoudre les conflits par le dialogue avant de préciser qu’en cas d’échec de ses efforts il se verrait obligé d’être d’une extrême sévérité, rappelant que son objectif était de soumettre les compagnons indociles du régime par tous les moyens et avec le moins de méfaits pour le régime.

Ses services ont complété ses propos en accusant de nouveaux responsables régionaux de corruption ainsi que de nombreuses destructions de villas.

Au début de l’après-midi, Trump a affirmé la volonté d’épauler Bojo pour récupérer le pétrolier anglais dérobé par les mollahs, laissant supposer qu’il avait obtenu la direction de la sécurité des transits pétroliers du golfe Persique. La Chine a salué cette initiative collective pour la sécurité du golfe Persique !

Pompeo a profité de ce climat positif pour interpeller les mollahs en déclarant qu’il était prêt à aller à Téhéran pour parler aux Iraniens et leur expliquer les objectifs américains comme Zarif venait à NY pour parler aux Américains. Il s’attendait évicdement à un refus pour souligner leur manque de souplesse. Personne n’a qualifié son offre de provocation !

PNG - 424.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ne lui ont évidemment pas répondu ! Mais ils ont craint une panique absolue au sein du régime du fait de l’alignement des Chinois sur Trump et cette ouverture qu’ils ne pouvaient pas accepté et démontrer l’impossibilité d’un deal avec Trump ! C’est pourquoi ils ont menacé leurs collaborateurs nantis et agités en annonçant de nombreux verdicts dans le procès en cours de détournement de fonds pour plusieurs chefs Pasdaran dans le projet immobilier Padideh. Puis tout le monde s’est tu !

© IRAN-RESIST.ORG
Vendredi 26 juillet 2019 (4 Mordad 1398), les mollahs devaient faire leur bilan et prononcer la ligne à suivre lors de leur sermon de vendredi.

Mais avant qu’ils ne parlent, le M-AE russe a retrouvé son homologue chinois en marge du sommet des BRICS pour parler de la situation en cour notamment en Iran. Aucun des deux n’a défendu les mollahs qui refusaient l’ouverture et qui menaçaient les pétroliers dans tout le Moyen-Orient. Tous les deux ont implicitement soutenu Trump en affirmant leur soutien à la sécurité de la région.

PNG - 1.4 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont augmenté leur pression sur les nantis agités en affirmant que leur pouvoir judiciaire pour se porter partit civile pour mettre fin au manque de logement en saisissant leurs biens !

Puis, le clergé a d’abord consacré son sermon à la lutte contre la corruption en citant plusieurs exemples (pour menacer tous les gens du régime). Puis, il a accusé les corruptions de criminel pour souligner son courage.

Ce discours n’a pas été vivement applaudi, car il n’y avait aucune menace contre les Américains. Zarif a alors annoncé un voyage à NY dans deux semaines pour provoquer ou déstabiliser Trump et signer un deal avec lui !

Personne n’a critiqué ce choix...

En résumé, c’était bien incroyable, car Zarif était justement à NY deux semaines plus tôt avec le même objectif et avait échoué malgré tous les chantages et les ruses possibles ! Les gens du régime semblaient l’avoir oublié. Ils ne pourraient rien obtenir de mieux en continuant à provoquer tout le monde, nottamment par le chantage de la perturbation de l’approvisionement énérgétique mondial, sinon que de finir plus isolés, plus démunis, et d’accentuer les querelles internes et les occasions pour le peuple de manifester en profitant de leur instabilité.

Nous l’avions constaté et affirmé dans notre précédente analyse. Les mollahs sont condamnés à la fuite en avant et à périr par leur propre faute ! Les mollahs, zinzins de leur échec, par ci et par là, finiront sous peu Zinzins en leur pays de l’ire noire !