Accueil > Photos > Semaine 575-576 (16/02/19-02/03/19) Seuls sur leur radeau de la Méduse (...)



Semaine 575-576 (16/02/19-02/03/19)
Seuls sur leur radeau de la Méduse !

12.03.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski (sur un malicieux conseil de leur ennemi anglais Bernard Lewis), pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais (!?), car cette stratégie avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Ansarallah et les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge et le canal de Suez. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais cette dualité diplomatique ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme au Yémen, mais aussi via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs pour tous leurs méfaits. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (SPV) avec les mollahs, les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Les mollahs, menacés de toute part, ont tiré un missile potentiellement nucléarisable susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen. Ce choix a surtout décidé les pays concernés notamment les grandes puissances à adopter une attitude plus ferme à propos des mollahs. Ils ont mis fin à la guerre au Yémen et en Syrie pour obliger les mollahs à quitter ces pays. Les Européens ont aussi puni les mollahs en excluant le pétrole de leur dispositif à venir d’échanges démonétisés.

Les mollahs, certains qu’ils étaient perdus, ont relancé leur fausse opposition tout en accentuant leurs efforts pour déstabiliser la région. Assad menacé par ces actions, a laissé Israël les frapper et éliminer le chef de leur terrorisme Qassem Soleimani. Trump a aussi annoncé une grande réunion avec ses alliés européens et arabes à Varsovie pour mettre au point une action générale contre les mollahs au moment où ils devaient célébrer le 40e anniversaire de leur arrivée au pouvoir.

Les Anglais ont perturbé cette initiative en encourageant les Français et les Allemands à bouder la rencontre et à monter une rencontre parallèle avec les pays de la ligue arabe à Sharm El Sheikh pour défendre leurs intérêts. Mais ils ont souligné leur volonté de négocier leur alliance avec Trump en réduisant leurs échanges démonétisés à des produits de première nécessité à l’invraisemblable condition que les mollahs adhèrent au GAFI (FATF) et acceptent ses verdicts contre leur terrorisme !

La semaine dernière (09 au 16/02/19), avec l’émergence de ces menaces contre le régime, le 40e anniversaire de leur révolution islamique a été un fiasco et la réunion de Varsovie a été mieux que Trump pouvait espérer avec des rencontres de coordination entre les Saoudiens et autres pays de la ligue arabe avec les Israéliens, mais aussi en raison de la présence surprise des Anglais et des Allemands et des menaces en aparté des Français contre les mollahs !

Les mollahs ont alors éliminé 40 de leurs miliciens pour accuser les Saoudiens et neutraliser les alliances fondées à Varsovie et celles à venir à Sharm El Sheikh. Ils n’y sont pas arrivés. Ils ont tenté de déstabiliser la Syrie. Ils ont seulement réussi à fâcher Poutine et l’encourager à s’impliquer dans les alliances anti-mollahs par l’ouverture d’un dialogue avec les Européens en marge de la conférence sécuritaire de Munich et à inviter Netanyahou à Moscou au moment de la conférence de Sharm El Sheikh pour intégrer le réseau des alliances anti-mollahs !

Voici à présent, un récit compressé des deux semaines qui ont suivi et ont été marquées par de nouvelles alliances pour mettre les mollahs hors jeu et en quasi-embargo pour en venir à bout.



-Semaine 575 (16-23 février 2019) :-
-Alliances imprévisibles contre les mollahs ! -

Samedi 16 février 2019 (27 Bahman 1397), les mollahs avaient constaté leur impopularité et même parmi les leurs à l’occasion du fiasco du 40e anniversaire de leur arrivée au pouvoir et en raison des mouvements internationaux hostiles à Varsovie, à Sotchi et enfin à Munich. Ils risquaient d’autres revers lors de la conférence sécuritaire à Munich sur l’avenir et le rôle des pays européens au sein de l’OTAN. Ils avaient zappé leurs échecs en affirmant à leur une qu’ils avaient dominé la rencontre de Sotchi et avaient Poutine à leurs bottes ! On pouvait en conclure qu’ils ne comptaient plus sur lui !

JPEG - 154.2 ko
PNG - 677.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents de l’intérieur avaient en revanche mis l’accent sur les hausses de prix notamment des viandes (hausses décidées par les responsables du régime) pour signaliser qu’ils manquaient de dollars pour en importer. Les miliciens opposants au régime avaient révélé les mouvements anti-régime à Varsovie au prétexte d’un article évoquant l’échec de cette conférence.

JPEG - 177.8 ko
JPEG - 197.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Très rapidement, Hunt, le MAE anglais a contredit les mollahs dans le journal anglais arabophone d’Al Shargh Al Awsat, en décrivant la conférence comme un succès. Il a dit qu’elle allait être à l’origine de grands bouleversements pour la région et les mollahs allaient plier sur de nombreux fronts comme au Yémen, ils avaient dû s’engager à capituler !

PNG - 642.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors eu un autre grand revers avec l’annonce de la visite régionale de MBS : d’abord, au Pakistan qui est devenu la base de repli des miliciens en rupture avec le régime, puis en Chine qui est l’un des derniers clients pétroliers des mollahs pour le leur ravir !

Les mollahs en danger ont appelé au rassemblement au sein du régime en annonçant un grand enterrement des miliciens qu’ils prétendent avoir été tués par les Saoudiens ! Mais ils ont aussi évoqué la possibilité d’adhérer à l’une des conventions de GAFI pour se donner une bonne image et désactiver les mouvements à leur encontre ! Ils ont aussi multiplié les rencontres à Munich avec les amis habituels du régime comme les dirigeants d’Oman ou les Elders.

PNG - 506 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés issus des filières de terrorisme et de répression ont alors adopté le budget de Rohani pour l’année à venir (à partir du 21 mars) pour se faire apprécier des mollahs et ne pas être sacrifié par ces derniers et aussi pour obtenir des compensations et pouvoir préparer leur fuite !

Mais les initiatives diplomatiques du régime ont échoué ! Certains des amis sollicités à Munich, comme les Elders les ont même critiqués pour leurs violations des droits de l’homme. Les députés ont renoncé à leur complaisance avec les mollahs et ont commencé à critiquer le budget de Rohani !

Rohani a alors annoncé une visite dans le sud du pays pour la mise en eau d’une nouvelle génération de sous-marin, pour insinuer une guerre sous-marine contre les pétroliers dans le golfe Persique et forcer tous les nouveaux ennemis arabes et européens du régime à reculer, mais personne n’a reculé, car la capacité effective des mollahs est limitée voire inexistante en raison de leurs manques de puissances militaires, leur manque de carburant et enfin leur manque de soldats fidèles à leur régime !

Cela était prouvé par le fait que l’enterrement promis par les mollahs à leurs propres victimes n’a peu lieu sur les plus grandes places de la ville mais sur la place Bozorgmeh qui est loin du centre ville. La place était aussi élargie grâce au logiciel Photoshop mais rapidement, d’où des erreurs comme une automobile surdimensionnée ou la disparition des ombres des mats très hauts qui se trouvent sur la place Bozorgmehr d’Ispahan (à ne pas confondre avec les taches noires formées par la présences des femmes en voile noire parmi les hommes, ce qui est aussi une anomalie).

JPEG - 487.4 ko
JPEG - 486.6 ko
JPEG - 877.9 ko
JPEG - 346.8 ko
JPEG - 345.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs et les chefs Pasdaran ont alors attribué l’attentat qu’ils avaient organisé contre leurs propres miliciens aux Pakistanais pour raviver les accusations contre les Saoudiens et empêcher l’alliance de ces derniers avec les Chinois. Les Pakistanais ont éteint ce feu en se portant volontaires pour mener l’enquête contre leur ressortissant bien qu’il n’ait été pour rien et la communauté internationale a neutralisé l’action des mollahs en ignorant leurs accusations.

Leur échec à trouver des alliés ou à intimider leurs ennemis a provoqué la panique à la bourse de Téhéran. L’indice a baissé de 196 points malgré 881 milliards de tomans d’achats d’action par leurs actionnaires institutionnels.

PNG - 35.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont insisté sur le sous-marin qu’ils devaient mettre à l’eau, mais ils n’ont pas réussi à intimider les pays producteurs ou acheteurs du pétrole. Les députés ont décidé de lâcher les mollahs en critiquant sévèrement le budget de Rohani, menaçant de le déstabiliser pour forcer les mollahs à se montrer généreux avec eux !

Dimanche 17 février 2019 (28 Bahman 1397), les mollahs avaient annoncé une belle mobilisation lors de l’enterrement de leurs miliciens afin de nier leur boycott par ces derniers.

JPEG - 229.5 ko
PNG - 993 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a alors mis en service le nouveau sous-marin du régime pour raviver la menace d’une guerre contre les pétroliers de la région, sans réussir à les intimider.

JPEG - 98.8 ko
JPEG - 162.4 ko
JPEG - 106 ko
JPEG - 149.3 ko
JPEG - 76.2 ko
JPEG - 105.7 ko
JPEG - 151.7 ko
JPEG - 82.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La panique des nantis du régime s’est accentuée et a engendré une plus forte chute de l’indice soit 1027 points.

JPEG - 64.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens de base craignant la banqueroute du régime ont aussi attaqué la banque centrale du régime et ont tenté d’arracher sa porte pour forcer les mollahs à leur rendre leur épargne !


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG

Les députés ont exigé que le régime reprenne la mise en vente de baril à la bourse en dollar et moins cher que le marché pour rembourser ses dettes afin qu’ils puissent eux-mêmes s’associer aux nantis et s’approcher ensemble des acheteurs privés pour obtenir leur soutien ! Le régime a accepté de vendre 6 millions de barils le lendemain.

Il a aussi rassuré les siens en rejetant les propos de Hunt pour insinuer qu’il n’avait pas renoncé au Yémen et pouvoir agiter ce pays pour perturber le transit pétrolier vers l’Europe.

Zarif a enfin accordé un entretien à Munich pour évoquer les possibilités militaires du régime, mais son interlocuteur l’a sérieusement malmené à propos des missiles lanceurs de satellites du régime qui ont la capacité de porter des têtes nucléaires. Il n’a pas su répondre et écarter les risques de sanctions. Il a perdu son sourire énervant !

MPEG4 - 12 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Lundi 18 février 2019 (29 Bahman 1397), les ayatollahs au pouvoir devaient rassembler des dizaines de milliers des mollahs pour célébrer l’anniversaire de la révolte de leurs congénères à Qom en 1978 contre le Shah ! Mais il n’y avait aucune invitation dans leur presse et cela signifiait qu’ils ne croyaient pas pouvoir organiser un rassemblement et qu’ils n’avaient aucun allié au sein du régime ! Les médias du régime avaient souligné le chauvinisme de leur M-AE à Munich pour faire de ses réponses des preuves de leur résilience. Ils avaient encore insisté sur la culpabilité des dirigeants pakistanais, car MBS devait arriver au Pakistan et aider ses dirigeants à malmener les mollahs !

JPEG - 181.7 ko
PNG - 989.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents du régime avaient insisté sur la pauvreté galopante même parmi les rares gens qui ont un travail ! Les miliciens opposants avaient souligné les menaces proférées la veille par Rohani contre les Européens pour rappeler un échec que ce dernier et ses chefs avaient vite oublié !

JPEG - 140.6 ko
JPEG - 178 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les problèmes étaient entrés dans une phase d’incubation, car MBS avait annoncé plusieurs milliards de dollars d’investissement au Pakistan ! On devait comprendre qu’il venait pour conquérir la région à coup de dollars en très grandes quantités !

Rohani a inauguré une raffinerie pour insinuer que le régime n’avait plus besoin de carburant européen et a annoncé la construction de 400,000 logements pour dire qu’il avait assez de dollars pour tenir un siège !

JPEG - 128.6 ko
JPEG - 128.4 ko
JPEG - 95.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il a aussi mis en vente 6 millions de barils à la bourse de Téhéran et a réussi à occuper les paniqués et empêcher la chute de l’indice comme la veille, mais on n’a pas assisté à une montée en flèche de l’indice ce qui signifiait que la panique avait persisté. La panique est devenue plus visible avec la hausse du taux de l’or. On a compris que les gens s’étaient rués sur l’or, car ils étaient au courant des revers subis par le régime !

JPEG - 29.9 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont nié cette crise en annonçant une belle mobilisation autour de leur Guide, mais nous avons surtout constaté comme tout le monde que la foule était un collage d’images, car on y voyait des têtes de taille inégales et trop de monde après les deux premiers rangs !

JPEG - 473.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi, on a su que les Saoudiens avaient investi 20 milliards de dollars au Pakistan. Cela pouvait servir pour le développement du port Gwadar avec les Chinois pour contrer le port Chah-Bahar développer par les Indiens pour eux-mêmes en Iran !

Les mollahs ont vite annoncé une rencontre entre leur représentant en Inde et le M-AE de ce pays, mais ce dernier a promis une bonne coopération bientôt, mais il n’a rien de concret aux mollahs.

Les mollahs ont alors annoncé l’arrestation de plusieurs Pakistanais pour signaler qu’ils ne lâcheraient pas et feraient tout pour sauver leur peau ! On a compris qu’ils étaient à court d’idées pour empêcher ou même cacher leur déclin !

Mardi 19 février 2019 (30 Bahman 1397), les mollahs avaient zappé MBS et avaient mis en avant leur rassurante raffinerie imaginaire et leurs rassurants partisans imaginaires !

JPEG - 200.2 ko
PNG - 1001.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants avaient signalé la crise financière de la veille et les 20 milliards des Saoudiens aux Pakistanais qui devaient renforcer l’hostilité de ces derniers vis-à-vis du régime !

JPEG - 139.5 ko
JPEG - 225.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Avant que MBS arrive en Chine, les mollahs ont surpris leurs ennemis avec l’arrivée en chine de leur M-AE, leur ministre de pétrole, le président de leur Banque Centrale et enfin le président de leur Parlement ! Mais ces gens n’ont rien obtenu de leurs homologues chinois. Les mollahs ont compris que leurs hôtes préféraient s’entendre avec MBS ! Ils ont caché leur échec en affirmant que les rencontres n’avaient pas encore eu lieu !

JPEG - 79.7 ko
JPEG - 70 ko
JPEG - 137.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont alors surpris et rassuré les leurs en affirmant la présence de Qassem Soleimani à une cérémonie pour les victimes de l’attentat qu’ils attribuent aux Pakistanais et aux Saoudiens, et ont promis la vengeance, insinuant qu’ils allaient entreprendre des actions terroristes contre ces pays ! Mais leur héros n’était pas debout parmi les organisateurs ou les orateurs ! Il était quelques part mais on ne sait pas pas où car jamais avec les mêmes personnes autour de lui !

JPEG - 233 ko
JPEG - 298.8 ko
JPEG - 374.3 ko
JPEG - 454.8 ko
JPEG - 212 ko
JPEG - 220.3 ko
JPEG - 235.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après cette propagande poussive et pas croyables, les mollahs ont opté pour l’intimidation de leur proches en annonçant avoir arrêté de bons serviteurs chargés de la distribution d’essence pour les menacer tous les autres collaborateurs du régime afin de les empêcher de continuer à prendre leur distance avec le régime !

Les députés ont apprécié ce retour de l’autorité ainsi et ils ont souligné leur soutien en annonçant à très haute voix des augmentations pour les prix de l’eau, de l’électricité et le gaz. L’indice boursier a enregistré une hausse de 683 points !

PNG - 178.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais la confiance en l’avenir du régime, rétabli à coup d’annonce d’intimidation, a été anéantie par 4 très mauvaises nouvelles étrangères. L’Inde a renoncé à ses liens avec eux en devenant le plus grand client pétrolier du Vénézuéla ! L’Inde a aussi signé un nouveau contrat pétrolier avec les Américains ! La Chine a annoncé la visite de MBS et signé des contrats alors que ses représentants avaient reçu le M-AE des mollahs sans rien lui accorder !

Enfin Brian Hook, chargé de coordonner les sanctions et les alliances anti-mollahs, s’est rendu devant l’ex-ambassade d’Iran à Washington pour former le souhait que le régime soit renversé et qu’il puisse rouvrir les lieux et les confier aux vrais représentants du peuple iranien !


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs n’ont pas commenté les trahisons des Indiens et des Chinois et la menace de soutien de Hook à l’opposition iranienne, car tout cela pouvait engendrer une grande crise interne et des trahisons au sein du régime !

Mais cette prudence a convaincu les Iraniens que les mollahs avaient peur et a provoqué des manifestations avec des tirs de carabines pour marquer la joie du peuple !

Mercredi 20 février 2019 (1er Esfand 1397), les mollahs prétendaient que leur M-AE avait demandé un accord stratégique à son homologue chinois pour cacher que son pays était en train de signer des accords avec leurs ennemis !

JPEG - 219.9 ko
PNG - 763.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents au régime avaient révélé que les mollahs avaient proposé aux Irakiens de leur acheter leurs vieux avions, car personne d’autre ne voulait leur vendre des avions ! Les miliciens opposants au régime affirmaient qu’il n’y avait aucun doute sur la complicité entre les Américains et les Européens !

JPEG - 129.8 ko
JPEG - 172 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, cette analyse était confirmée, car le journal populaire allemand Bild avait donné la parole à Hook pour souligner la menace que représentaient les mollahs pour la région et pour le monde !

Une rumeur se disant hostile aux mollahs et condamnant leur projet de vendre l’île touristique iranien de Kish aux Chinois s’est alors propagée dans les médias en Iran. Dans le même temps, des membres du gouvernement Rohani ont annoncé la fin des pénuries pour les fêtes de fins d’année en Iran !

L’indice a cessé de chuter et a fini son activité hebdomadaire sur une forte hausse de 2012 points.

PNG - 273.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais étant donné que les Chinois étaient en train de trouver un accord pour isoler les mollahs, ils ne pouvaient pas les aider et plus encore investir dans le tourisme du pays qu’ils voulaient placer en embargo ! Il n’y avait par ailleurs rien à ce sujet ailleurs qu’en Iran. Il nous a semblé évident que le régime lui-même avait diffusé la rumeur pour nier la perte très prévisible de la Chine ! Nous avons alors compris que les riches du régime étaient prêts à solder tous les avoirs du pays pour sauver leur régime !

Au cours de l’après-midi, Zarif a mis fin à sa visite en Chine et s’est consacré à se moquer de Trump pour avoir favorisé l’accès des Saoudiens à une bombe nucléaire comme l’affirment les démocrates dans l’espoir d’un deal entre le régime et ces derniers contre Trump, mais ils n’ont pas obtenu ce qu’il voulait ! Les mollahs ont compris qu’ils ne pouvaient pas compter sur les ennemis américains de Trump et vraisemblablement, ces derniers espéraient le virer pour faire la même chose et récolter les mêmes lauriers que lui !

Les mollahs ont annoncé la mort de leur collègue l’ayatollah Momen et ont rempli leur espace médiatique d’éloges au défunt pour se donner le moyen de fuir les nouvelles qui ne cessaient de confirmer leur déclin et des alliances pour les isoler à 100% !

Jeudi 21 février 2019 (02 Esfand 1397), avant l’arrivée de MBS en Chine, les mollahs avaient encore insisté sur le soutien des Chinois en affirmant qu’ils avaient réussi à les baratiner !

PNG - 719.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient aussi révélé que Poutine était en train de vendre des S-400 au Qatar alors qu’il les leur a toujours refusés !

JPEG - 143.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

MBS est arrivé en Chine et les Chinois ont aussi annoncé des négociations avec les Américains pour en finir avec la guerre économique entre les deux pays. Il était évident que les deux événements étaient liés. Washington avait consenti à la fin de sa guerre contre les Chinois en échange du rapprochement de ces derniers des Saoudiens !

JPEG - 22.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’administration Trump a alors annoncé la visite de l’un de ses hauts responsables économique au Japon et en Corée de Sud, qui malgré la baisse de leurs achats aux mollahs restent parmi leurs derniers clients, pour négocier la fin de ces importations et des derniers revenus du régime !

Enfin, Hook a annoncé des rencontres avec des Iraniens exilés en Allemagne et a dit qu’il allait écouter tous les exilés pour partager leurs rêves pour le futur Iran !

En Iran, les mollahs sont restés silencieux et se sont cachés. Leurs députés sont revenus au chantage en évoquant la hausse délibérée du prix de viandes par les mollahs pour souligner l’échec de leur fuite en avant. Les mollahs ont rejeté la faute sur les nantis du secteur alimentaire et ont arrêté certains d’entre eux pour trafic, les exposant à l’exécution pour intimider tous les nantis et empêcher qu’ils mettent en vente leurs actions samedi à venir dès l’ouverture de la bourse de Téhéran.

Vendredi 22 février 2019 (03 Esfand 1397), les mollahs devaient parler à l’occasion de leur prière politique de vendredi pour faire le bilan de leurs actions et indiquer la voie à suivre !

Avant qu’ils ne parlent. MBS A annoncé un investissement de 10 milliards de dollars en Chine, scellant l’amitié entre les deux pays !

JPEG - 598.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, l’AIEA a confirmé le respect de l’accord nucléaire de Vienne par les mollahs et le FATF a accordé un nouveau délai à ces derniers pour appliquer ses règles pour la lutte contre le financement du terrorisme.

À 2 jours de la rencontre entre les pays européens et les pays de la Ligue Arabe, ces gestes ne voulaient pas dire que les grandes puissances qui supervisent l’AIEA ET le FATF avaient accordé une chance au régime, car les mollahs demeuraient sur la liste grise du GAFI (FATF) et à ce titre ne pouvaient pas espérer gagner la confiance des investisseurs. Par ces gestes, ils offraient un délai à leurs entreprises présentes dans les business des mollahs pour plier, désinvestir et rapatrier leurs avoirs en Europe.

Les chefs Pasdaran ont alors annoncé le début de leurs manœuvres maritimes pour relancer le chantage de la guerre contre les pétroliers circulant dans le golfe Persique pour forcer les Arabes producteurs de pétrole et leurs clients européens à renoncer à leurs projets contre le régime lors de leur sommet les 24 et 25 février à Sharm El Sheikh !

Mais ils n’ont montré aucune image et n’ont annoncé aucun exercice réussi et on a compris qu’ils manquaient de soldats fidèles pour cette opération et avaient eux-mêmes peur d’entrainer de nouvelles sanctions contre le régime !

Les mollahs ont alors évité de commenter les annonces apparemment positives pour leur régime qui ne leur apportaient aucun changement positif. Ils ont consacré leur sermon à critiquer les Pakistanais qui avaient cessé de faire semblant d’être leurs amis et ont aussi critiqué les budgets accordés par Rohani à lui-même pour empêcher ce bon serviteur de démissionner et quitter le pays avec ses budgets secrets.

Personne n’a repris ce discours qui ne contenait aucune directive pour la semaine à venir. Les mollahs eux-mêmes ont zappé ce discours sans valeur qui était une diversion pour faire oublier leur isolement grandissant par la faute de la perte de la Chine et sont revenu à la promotion de la mémoire de l’ayatollah Momen pour combler le vide qui était la preuve qu’ils ne pouvaient rien faire sauf encourager leurs ennemis et à les isoler davantage !

Leur repli a souligné qu’ils étaient finis. Les Chinois se sont empressés de trouver un accord avec Trump en annonçant une hausse de leurs achats aux États-Unis soit 1200 milliards de dollars l’an prochain. Trump s’est aussi empressé de les rassurer en baissant ses exportations de soja vers la Chine et aussi en annonçant la hausse de sa production pétrolière pour faire baisser le prix du baril dans l’intérêt des Chinois !

Les Anglais inquiets par ces mouvements faisant état d’alliances est-ouest qui ne peuvent pas leur être bénéfiques, se sont mis en valeur en annonçant que le chef de leur service secret (M.I.6) s’était rendu la semaine dernière en Israël pour coordonner les mouvements entre les deux pays contre les mollahs !

-Semaine 576 (23 février-1er mars 2019) :-
-Trahisons surprises-

Samedi 23 février 2019 (04 Esfand 1397), les mollahs avaient mis en avant le sursis du GAFI sans évoquer qu’ils restaient classés comme interlopes ! Dans leur média anglophone, ils avaient appelé le Pakistan à rompre avec l’Arabie Saoudite. On avait donc d’une part de la propagande pour désespérer le peuple et ’empêcher d’agir et d’autre part, une propagande pour nier leur isolement et encourager des investissements sur leur régime !

JPEG - 177.5 ko
PNG - 805.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient aussi révélé que le n°2 du ministère des AE avait dit que le régime était prêt pour négocier avec les Saoudiens ! Cela signifiait que les mollahs étaient prêts à tout puisque tout allait mal.

JPEG - 147 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants aux mollahs avaient insisté sur leur isolement en soulignant un nouveau succès de Trump en Corée du Nord et en affirmant dans le journal online Baztab (écho) que le FATF ne les sortirait jamais de sa liste noire, car plusieurs pays qui leur sont hostiles (par exemple Argentine) se trouvaient présents autour de la table pour décider de leur sort !

JPEG - 186.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

À ce moment, où tout allait bien mal pour les mollahs, les retraités (opposants au régime) ont annoncé qu’ils allaient manifester le lendemain pour se plaindre de la vie de plus en plus chère et leur pension bien moins importante et souvent impayée !

Les chefs miliciens ont annoncé des tirs réussis de torpilles électroniques, affirmant leur disposition à une guerre contre les pétroliers, pour intimider les Arabes et les Européens qui devaient se retrouver dans 24 heures et entamer les préparations pour l’embargo du régime. Mais on n’a vu aucune image de ces tirs et par ailleurs personne n’a flanché du côté des Arabes et des Européens !

Après l’échec de cette provocation, les députés ont annoncé une révision en 3 huit du budget pour faire pression sur les mollahs et obtenir d’eux les dollars nécessaires pour leur fuite. En l’absence d’une réponse positive, ils ont puni les mollahs, mais aussi les chefs Pasdaran qui sont bien riches en adoptant une loi pour imposer leurs holdings ! Ils ont aussi critiqué les privatisations opérées par ces gens et ont fait semblant de s’intéresser au peuple en révisant leur propre décision de rationner l’essence et de geler les allocations !

Les mollahs n’ont pas cédé, mais étant certains que cette punition allant à l’encontre de leurs hommes d’affaires allait les encourager à bazarder leurs avoirs pour fuir, ils ont arrêté avec l’aide de leurs amis miliciens 3 hauts ex-responsables de la banque Sarmayeh, qui gérait les fonds de pension des instituteurs iraniens et était devenue une source d’argent pour tous les seconds couteaux du régime, exposants ainsi tous leurs serviteurs à l’accusation de corruption qui est punie par l’expropriation et la mort, pour les contraindre à rester tranquilles !

Ils ont aussi annoncé l’arrestation de plusieurs responsables de pompe à essence pour empêcher la fuite de leurs collaborateurs dans le secteur énergétique.

La bourse a ouvert sans que les acteurs normalement paniqués du secteur privé du régime ne mettent pas en vente leurs actions. Le gouvernement du régime a injecté 1840 milliards de tomans de fonds sur les actions les moins stables (les moins solides) et a pu provoquer une hausse spectaculaire de l’indice : +4780 points !

PNG - 172.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En parallèle à cette vaste répression contre le secteur privé du régime, Rohani a alors rencontré certains des responsables du secteur privé pour évoquer cyniquement le succès de ce secteur grâce à son attachement à la liberté d’entreprendre !

#####
© IRAN-RESIST.ORG

Les acteurs du secteur privé ont néanmoins porté préjudice au régime, car ils ont pris les fonds qui leur étaient versés pour acheter de l’or et des dollars. Rohani a dû demander la hausse des taux de ces produits pour empêcher la fonte accélérée des réserves du régime !

Après cette crise provoquée par les échecs du régime et la décision idiote des dirigeants de faire pression sur leurs proches (leurs derniers fidèles) ; les chefs Pasdaran ont annoncé d’autres tirs réussis de torpilles ou missiles pour intimider les producteurs pétroliers arabes et leurs clients européens ou asiatiques, mais aucun n’a remis en cause ses sanctions ou son embargo contre le régime.

Cela ne pouvait qu’amplifier la panique parmi les députés ou les hommes d’affaires du régime. Les mollahs ont dû juger qu’une nouvelle pression contre ces derniers serait contre-productive, car leur gouvernement a reculé et a choisi l’apaisement en annonçant qu’il allait vendre 6 millions de barils en dollar à un prix inférieur au marché à la bourse au secteur privé et qu’il y avait deux acheteurs étrangers pour leur racheter ces barils et ainsi gagner rapidement des dollars d’origine étrangère tout en aidant le régime à contourner les sanctions !

Mais en réalité, en l’absence de relations bancaires possibles avec le régime, le gouvernement allait surtout récupérer les dollars perdus ces temps-ci et s’aliéner ses hommes d’affaires avec le besoin de vendre leurs barils par ses filières de vente (trafic) proposées par les chefs Pasdaran ! Il y avait donc peu à gagner dans cette pseudo-ouverture. Son seul intérêt était l’arrêt du processus judiciaire que les mollahs avaient choisi la veille. Pour autant, son succès n’était pas garanti.

Dimanche 24 février 2019 (05 Esfand 1397), les mollahs avaient fait l’éloge des décisions prises par leurs députés pour leur plaire et les empêcher de continuer leur fronde ou les empêcher de changer de bord au moment de la manifestation des retraités devant le Parlement.

JPEG - 163.6 ko
PNG - 854 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents affirmaient que le sommet réunissant les Arabes et les Européens allaient réunir les plus hauts responsables de deux camps et pouvait donc déboucher sur des décisions importantes ! Les dissidents avaient aussi évoqué les arrestations punitives de la veille pour signaler qu’elles n’avaient pas été annulées et que par conséquent, les mollahs pouvaient revenir à tout moment à la répression préventive contre leurs proches. Les dissidents se moquaient aussi de Rohani dont le cynisme joyeux était la preuve qu’il n’avait pas conscience de la gravité de la situation !

JPEG - 134.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les retraités sont arrivés en masse devant le Parlement comme ils l’avaient promis et ont appelé les députés à l’aide encirant qu’ils avaient faim. Ces derniers n’ont pas bougé (sont restés fidèles à leurs chefs dans l’espoir d’obtenir des dollars). Les manifestations ont aussi dénoncé la couardise déshonorante des députés !


© IRAN-RESIST.ORG


#####
© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, Al Sissi a annoncé le début du sommet de la Ligue Arabe avec les plus hauts responsables de l’Union Européenne avec comme objectif des affaires, mais aussi la réintégration d’Assad et la lutte contre le terrorisme des mollahs en Syrie et d’autres pays de la région. À ce propos, il a dit que la Syrie restait agitée par la faute de l’Iran (des mollahs) et de la Turquie (Erdogan).

JPEG - 72.3 ko
JPEG - 94.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le M-AE russe a alors vite pris la parole pour se détacher des mollahs et d’Erdogan en affirmant que la Russie n’avait aucune opération militaire commune avec l’Iran et la Turquie en Syrie !

Les chefs Pasdaran ont annoncé des tirs réussis de missiles cruise mer-mer et de roquette air-mer pour intimider les participants au sommet de Sharm El Sheikh, mais personne n’a reculé ! Les députés désespérés par cet échec et les slogans à leur encontre ont aussi augmenté leur pression sur les mollahs en dénonçant le monopole des importations confiées à seulement deux clans du régime !

MPEG4 - 7.7 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs n’ont pas reculé. Leur M-AE est aussi resté silencieux et n’a pas riposté aux Arabes et aux Européens. Mais son adjoint, Araqchi a été expédié au Parlement pour minimiser l’importance du sommet en cours en le zappant et en parlant de l’échec du sommet de la conférence de Varsovie qui avait lieu une semaine plus tôt. Araqchi a alors aussi parlé de l’attachement de ses patrons à l’adhésion au FATF pour donner une bonne image du régime et ainsi contrer l’adoption de nouvelles sanctions contre le régime !

Les nantis du régime attendaient alors les 6 millions de barils promis la veille. Rohani s’est gardé de les distribuer pour chauffer les acheteurs. Il a aussi diminué sa mise personnelle quotidienne à la bourse puisque les achats de barils devaient booster l’indice. In fine, en attendant les barils, il s’est passé peu de choses.

JPEG - 48.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les hommes d’affaires du régime ont même abandonné la bourse pour acheter des devises et le gouvernement a dû encore relever ses taux pour ralentir cette ruée vers ses trésors. Il est aussi revenu à la menace contre ses hommes d’affaires en affirmant que toutes les usines gravitant autour du secteur automobile étaient en déficit et étaient des sources de problèmes pour le régime et qu’il se voyait obliger de les fermer et faire un procès contre les dirigeants qui avaient mal géré la situation !

En parallèle, le gouvernement a annoncé des rencontres à venir avec un haut responsable du Vénézuéla ainsi que la visite d’Araqchi en Irak pour insinuer qu’il avait des amis dans le monde pétrolier et en Irak et les chiites de pays pouvaient être des alliés valables pour diviser la ligue Arabe et offrir un couloir de transit par les airs et par la terre pour fuir le pays. Mais l’invité vénézuélien des mollahs n’a rien dit en leur faveur.

Il n’y eut aussi aucune déclaration amicale du côté des Irakiens. Les mollahs ont alors libéré un français qu’ils détenaient en otage pour obtenir une déclaration amicale des Français, mais ces derniers n’ont pas flanché.

Au même moment, les pays réunis à Sharm El Sheikh ont annoncé qu’ils allaient aborder enfin les sujets diplomatiques liés à la Syrie et les autres pays déstabiliés dans la région, mais sans laisser entrevoir leurs points de vue.

Les mollahs ont craint que ces débats sur leur terrorisme, mais aussi leurs échecs de la journée provoquent enfin la crise qu’ils craignaient depuis le rapprochement de leur plus grand ennemi avec leur plus grand client asiatique ! Ils ont prudemment choisi l’apaisement en annonçant un plus grand nombre de distributeurs de billets chargés uniquement en dollar, insinuant la possibilité pour les gens de régime de retirer leur argent comme bonne leur semble (ce qui est interdit en ce moment) afin de les inciter à retarder leur rupture. Mais l’annonce n’a pas déclenché l’enthousiasme des paniqués, car ces machines sont généralement souvent vides ou en panne en Iran ! Le régime risquait donc de se retrouver en danger et devait prendre une mesure sans doute forte pour se protéger.

Lundi 25 février 2019 (06 Esfand 1397 1397), les Arabes et les Européens devaient trouver un deal sur la réintégration d’Assad (alors qu’ils n’ont cessé de diaboliser) et un deal contre les mollahs (sans que cela entraine de mauvaises conséquences électorales pour eux). Les mollahs, certains d’être en danger d’un embargo, avaient insisté sur leur indépendance ! Dans leur média anglophone, ils affirmaient qu’ils espéraient un rôle de médiateur au Vénézuéla insinuant qu’ils avaient le moyen d’aider Maduro ou le contraire. Ils proposaient donc un deal à Washington, sacrifiant le successeur peu coopératif de leur ex-ami Chavez pour sauver leur peau !

JPEG - 235.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient souligné la perte définitive de la Russie en signalant les propos de Lavrov et en précisant qu’un autre responsable russe avait dit que ce pays ne voulait aucun conflit avec les États-Unis !

JPEG - 151.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, un média du Kenya avait révélé que les dirigeants de ce pays avaient décidé de bloquer tous les comptes bancaires des mollahs, car le représentant de ces derniers était reconnu coupable d’avoir aidé des terroristes hostiles au Kenya. Cela laissait présager peut-être un sommet des pays africains contre les mollahs et la perte des derniers relais bancaires du régime dans le monde.

À ce moment où les mollahs allaient très mal, Assad est arrivé de manière très inattendue à Téhéran ! Ils ont annoncé qu’Assad avait rejeté de facto l’offre de la Ligue Arabe et des États-Unis, insinuant que grâce à ce geste, ils resteraient en Syrie pour menacer la Méditerranée et ainsi assurer leur survie ! Ils ont vite organisé une rencontre avec le Guide où ce dernier a insisté sur l’union contre les États-Unis et aussi sur des investissements en Syrie (pour rassurer les serviteurs et les hommes d’affaires du régime) !

Mais Assad n’a rien dit de tel et n’a promis aucune coopération financière bénéfique aux mollahs même au prétexte de la reconstruction de la Syrie. Il a seulement dit qu’il était venu pour remercier les mollahs pour leur effort pour l’aider à consolider la souveraineté de la Syrie et pour le dernier engagement à Sotchi pour agir seulement dans l’intérêt de la souveraineté de la Syrie ! Il n’a guère par les photos ont montré un Assad bien peu souriant après les embrassades. On a compris qu’ils venaient congédier les mollahs et par sa visite- qui pouvait s’avérer dangereuse pour sa personne- il se disait prêt à prendre des risques pour préserver son poste.

JPEG - 1.3 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les Arabes et les Européens ont admis son intégration au sein de la ligue arabe et ont voté en faveur d’une aide européenne de 17 milliards d’euros en plus des centaines de milliards préalablement évoquées par les Saoudiens !

Les mollahs implicitement officiellement lâchés par Assad, leur principal atout depuis des années, ont bloqué les infos en provenance de Sharm El Sheikh. Par ailleurs, pour faire diversion et aussi mettre la pression à leurs hommes d’affaires, ils ont ouvert le procès d’un des clients les plus ripous de la Banque Sarmayeh, un certain Hedayati-Doulabi, patron de l’une des deux plus importantes équipes iraniennes de football, qui se croyait si protégé par les mollahs qu’il avait à maintes reprises dit qu’il offrait des Mercedes 500 à toutes les personnes qui trouveraient ne serait ce qu’un élément susceptible de le faire soupçonner de corruption !

L’accusé a vu qu’il y avait des dizaines d’épais classeurs de preuves sur ses activités et on lui reprochait d’avoir ouvert des comptes factices au nom de pauvres gens pour acheter plus de devises que le plafond autorisé par la loi (avec le projet de fuir avec ces capitaux hors du pays). Il a d’abord ri puis il a balancé tout sur d’autres accusés voire des gens qui n’étaient pas arrêtés dans l’espoir de sauver sa propre peau !

JPEG - 58.4 ko
JPEG - 207.4 ko
MPEG4 - 16.4 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les hommes d’affaires du régime devaient renoncer à vendre des actions afin de ne pas se retrouver accusés d’office comme l’accusé du jour ! Le gouvernement a profité de leur léthargie forcée pour booster l’indice avec une bonne dose d’injection de fonds semblable à sa mise de samedi. Mais il n’a pu faire décoller l’indice : on a compris que les hommes d’affaires du régime avaient mis en vente des actions malgré le risque d’une arrestation et le refus du régime de satisfaire leurs attentes et dans ces conditions, l’indice ne pouvait pas décoller.

JPEG - 60.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs se sont alors repliés sur le scénario de leurs retrouvailles et sauvetage miraculeux en affirmant encore que le commandant Qassem Soleimani, qui nous affirmons comme étant mort, était vivant et avait assisté à la rencontre entre le Guide et Assad, insinuant que ce dernier les avait autorisés à mener pleinement leurs actions terroristes pour consolider leur position en Syrie ! Mais ils n’ont pas montré de photos authentifiant cette présence, mais ils ont réussi à atténuer la crise alors qu’Assad n’était officiellement plus avec le régime !

Au même moment, ils ont amplifié le scénario de leur retrouvailles et sauvetage miraculeux par Assad en affirmant que la pénurie de viande serait rapidement résolue et les prix descendraient sous peu ! Les députés, également conscients qu’Assad n’était officiellement plus avec le régime

Ils ont aussi prétendu avoir le soutien des démocrates américains en prenant une photo souvenir avec leurs lobbyistes bas de gamme de Code Pink qu’ils avaient invités en Iran pour atténuer le choc de la perte prévisible d’Assad et la création d’un front arabo-européen à leur encontre !

JPEG - 76.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont aussi annoncé un enterrement jeudi à l’ayatollah Momen mort et déjà enterré depuis 4 jours pour rappeler les 40 ans de crimes commis ensemble à leurs serviteurs et associés et aussi compter le nombre de leur allié en fin de la semaine.

En guise de précaution, ils ont aussi lancé un plan de faux opposants avec quelques jeunes miliciens fidèles se disant menacés par les autres (qui ont lâché le régime), mais ce plan n’a guère eu de succès, car on n’a pas vu de message de soutien pour ces soi-disant opprimés qui n’accusaient pas le régime et n’exprimaient aucun soutien à un changement de régime !

En raison de ces échecs et aussi le départ d’Assad vers chez lui sans avoir signé un quelconque contrat, les mollahs ont augmenté leur mise boursière à presque 1400 milliards de tomans sans réussir à aller au-delà de 750 points, ce qui est très peu pour la somme investie.

Après tous ces échecs, les mollahs ont cessé de communiquer pour calmer l’espace médiatique pour mieux zapper la déclaration finale du sommet arabo-européen de Sharm El Sheikh. Elle a été à leur hauteur de leur crainte, car les Arabes et les Européens ont condamné les ingérences des mollahs dans la région et aussi invité Assad à rejoindre la Ligue Arabe quand il le désirait pour consolider son rôle et lui ont offert les 17 milliards d’euros dont ils étaient convenus ensemble.

Les Anglais qui avaient participé à la réunion malgré leur départ de l’UE se sont distingués des autres Européens et ont aussi annoncé le classement du Hezbollah (qui est l’une de leur création) sur leur liste terroriste comme la demande l’administration Trump pour se rapprocher de lui et aussi empêcher les mollahs d’évoquer un rebond grâce au Hezbollah ! La décision était aussi destinée à pousser le Hezbollah à trahir pleinement les mollahs !

Les mollahs n’ont commenté aucun de ces très graves revers ! Leur mutisme a démontré qu’ils n’avaient rien prévu, car ils n’avaient pas prévu ces scénarii !

Les chefs Pasdaran ont pris le relais en déclarant officiellement la guerre aux Arabes et à tous leurs clients pétroliers (Européens et Asiatiques) qu’ils permettaient l’accès au golfe Persique tant que le régime serait libre d’exporter son pétrole, c’est-à-dire tant que tous ces pays n’imposeraient pas un embargo de facto au régime en l’excluant de leurs équations énergétiques et économiques !

Aucun n’a réagi. Les chefs Pasdaran n’ont pas osé surenchérir !

Le ministre des AE des mollahs, Zarif, qui aurait dû prévoir les scénarios les plus hostiles et des ripostes à la hauteur, mais il ne l’avait pas fait et était de facto responsable de sa défaite avant l’heure, a alors déposé sa démission avec comme prétexte d’avoir été exclu de la rencontre avec Assad par le ministère des AE qui est sous la direction des Pasdaran en précisant qu’il voyait cette démission comme un électrochoc pour forcer le ministère des AE de devenir ce qu’il doit être !

Cela mérite une explication. Ill accusait implicitement les chefs Pasdaran d’avoir organisé la rencontre souhaitée par Assad sans l’avoir prévenu et de l’avoir ainsi empêché de diagnostiquer l’affaire et de conseiller au Guide de se méfier du Syrien.

Zarif cherchait à dissimuler ses fautes en accusant ses complices et son excuse n’était pas valable, car il n’avait quand même pas prévu de riposte aux coups infligés au régime ! Par ailleurs, il avait tort, car les chefs Pasdaran n’étaient pas présents pour profiter de la rencontre et elle était sans doute arrangée via Velayati, le MAE plénipotentiaire du clergé ! De fait, Zarif cherchait à profiter du fiasco diplomatique du régime pour consolider sa situation tout en excusant ses chefs qui avaient été encore plus incompétents que lui !

Les mollahs l’ont soutenu évidemment en louant sa mesure et sa modération indispensable en matière de diplomatie, car il les avait protégés par son show et ils pouvaient en profiter pour doubler leurs camarades miliciens qui avaient aussi été bernés par Assad !

Les chefs Pasdaran ont esquivé ces OPA sur leur domaine réservé en faisant aussi l’éloge de l’incompétent qui les attaquait en rappelant l’importance de leur méchanceté par un message de soutien de leur méchant champion désormais cataplasmique Qassem Soleimani !

On naviguait dans la 4e dimension ! Il y avait une guerre interne pour prendre la direction effective de la diplomatie du régime après de lourdes défaites. Chacun songeait donc à la capitulation et voulait la maitriser pour atténuer ses effets sur lui-même !

Mardi 26 février 2019 (07 Esfand 1397), les mollahs avaient zappé la démission de leur pion et la guerre qu’il avait déclenchée pour échapper à une punition pour son incompétence. Ils avaient oublié la guerre commencée la veille, mais qui ne pouvait que diviser leur régime et les affaiblir !

Ils avaient donc fait le choix de nier leur fiasco en affirmant qu’Assad était venu pour leur signifier qu’il refusait d’intégrer la Ligue Arabe ! Mais dans la version anglaise de leur communication, ils se disaient fiers d’être des soutiens à Assad, allant dans son sens pour ne pas le braquer ! On avait donc deux messages diamétralement opposés. Nier la rupture en interne et l’admettre et l’adoucir pour le reste du monde.

JPEG - 170.4 ko
PNG - 599.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient aussi zappé la démission de Zarif, le sujet était tabou ! Mais ils avaient souligné l’hostilité des Arabes et des Européens ainsi que l’échec du bluff d’intimidation des chefs Pasdaran !

JPEG - 176.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les Européens avaient refusé de prendre en compte la démission de Zarif de peur que ce soit le bluff récurrent des mollahs de la fin de la modération pour les obliger à la complaisance et de fait perturber leur plan d’embargo implicite destiné à s’approcher de Trump pour s’éviter des sanctions alors que le reste du monde avait pactisé avec lui !

Pour neutraliser cette option de chantage de la fin de la prétendue modération du régime sous la direction de Zarif, les Européens avaient dit que sa démission ne les regardait pas, car il s’agissait d’un problème interne. Les Français avaient même poussé le bouchon plus loin en affirmant que seul comptait l’engagement du régime et qu’ils changeraient de position si le régime renonçait à ses engagements nucléaires.

Le site Baztab, appartenant à Mohsen Rezaï, le premier patron des Pasdaran, qui navigue à vue entre la fidélité au régime et un deal avec Washington a alors précisé que les Français avaient mis au point cette réponse et avaient rejeté tout soutien à Zarif, car ils avaient à nouveau obtenu le droit de commercialiser Peugeot aux États-Unis ! Rezaï, relégué sans cesse plus loin des sphères de décision, se moquait ainsi de la compétence de Zarif et de Velayati, se posant en alternative pour le poste de négociateur de la capitulation du régime !

Les ayatollahs ont alors pris leur distance avec la guerre qui commençait à les dépasser en annonçant un rassemblement de réciteurs de coran chez le Guide pour recentrer les débats sur leurs valeurs communes avec leurs serviteurs et leurs associés. On a vu des photos truquées : la perspective de la salle était différente de celle de la foule car celle-ci était surdensifiée au-delà du 4e rang. On a pu constater qu’il n’y avait pas les mêmes gens dans cette foule factice d’une photo à une autre). Ce qui signifiait qu’ils n’avaient pas pu rassembler des centaines de gens, mais au plus une cinquantaine !

JPEG - 2.8 Mo
JPEG - 1.9 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 1.3 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani devait alors assister à sa réunion annuelle avec le directeur de la banque centrale du régime (qu’il choisit lui-même). Ce dernier qui faisait une tête d’enterrement a dit que tout allait bien, car l’Europe s’apprêtait à acheter de l’électricité à l’Iran (alors que le pays en manque surtout en hiver). Le directeur de la banque centrale du régime a aussi dit qu’il ne manquait pas de dollars en billets ! Rohani, visiblement très déprimé, l’a remercié en se félicitant d’avoir bien travaillé pour faciliter les relations du régime avec les banques étrangères et tout le monde s’est applaudi en souriant !

JPEG - 58 ko
JPEG - 108.4 ko
JPEG - 55.8 ko
JPEG - 48 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais à l’ouverture de la bourse, tout le monde vendait malgré les menaces de poursuites pour trafic et corruption. Les gens avaient compris qu’Assad n’avait pas choisi le régime, mais ses ennemis et le régime ne pouvait plus espérer se maintenir en menaçant la tranquillité de la Méditerranée ou celle du golfe Persique ou encore celle de la mer Rouge ! En plus à la tête du régime personne ne voulait assurer la responsabilité de l’échec !

Les mollahs et leurs ennemis se sont sans cesse relayé pour faire l’éloge de Zarif et l’inviter à rester au pouvoir pour donner l’image d’un régime uni au lieu de celle d’une armée vaincue et en déroute.

Mais la crise a persisté et l’indice chuté de 2820 points malgré 1000 milliards de tomans d’actions achetées par les actionnaires institutionnels du régime !

PNG - 65.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, les mollahs et leurs ennemis de la veille ont continué à faire l’éloge de Zarif pour refuser son départ pour rassurer les leurs que la direction du régime n’allait pas sombrer dans une guerre fratricide mauvaise pour tous les gens du régime.

Mercredi 27 février 2019 (08 Esfand 1397), les mollahs avaient mis en avant le refus général de la démission de Zarif ! Dans leur journal en anglais, ils avaient en revanche insisté sur leurs réserves en dollars pour s’attirer le soutien des pays endettés ou des lobbyistes étrangers.

JPEG - 156.5 ko
PNG - 620.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient signalé que Zarif n’était pas vraiment parti et les miliciens opposants au régime avaient qualifié le geste de Zarif (qui signifie « Fin ») en démission grossière pour la ridiculiser !

JPEG - 176.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants miliciens vétérans qui ont été à l’origine du mouvement de l’hiver dernier étaient alors à nouveau dans la rue de plusieurs villes (ci-dessous à Neyshabur) pour récupérer les épargnes volées par le régime puisqu’il avait dit que ses caisses étaient pleines. Ils n’ont rien eu et cela a démontré que Rohani avait menti !


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors annoncé la présence du M-AE arménien en Iran en vue d’un contrat pour vendre du pétrole à la Géorgie qui est en conflit avec la Russie. L’Arménie étant un allié économique de la Russie, leur invité arménien n’a rien signé et s’est protégé en affirmant que les mollahs devaient d’abord adhérer à la communauté économique d’Eurasie (qui est pilotée par la Russie) et qu’ils faisaient tout pour que cela arrive.

JPEG - 59.6 ko
JPEG - 169.2 ko
JPEG - 130.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La Russie a aussi puni les mollahs en révélant via Gazprom que l’an dernier au plus fort des différends avec l’UE, ses pays lui avaient acheté davantage de GAZ en passant leur achat de 35% à 37% ! Baztab d’Ali Rezaï a vite publié la nouvelle pour enquiquiner les mollahs qui ne lui accordent pas d’attention.

Les mollahs ont alors axé leurs médias sur les aveux de leur dernier accusé pour rappeler à tous leurs collaborateurs leur haut degré de corruption pour qu’ils ne s’avisent pas à provoquer, une crise comme la veille par leurs ventes d’actions en cascade.

Pour mieux faire passer le message, ils ont aussi annoncé des arrestations à haut niveau aux douanes de Téhéran pour menacer tous les gens qui sont en train de sortir leur argent d’Iran au prétexte d’import-export avec que plus aucune banque ne veut des dollars du régime !

Ils ont aussi annoncé la participation de Zarif au conseil des ministres du régime pour dire qu’ils étaient unis et non en guerre. Mais la crise a persisté. Ils ont alors inondé la bourse tout en cachant le montant de leurs injections de fonds avouant implicitement qu’ils avaient peur d’échouer. L’indice a fini à suelment +600 points malgré les sommes engagées par les mollahs !

JPEG - 79.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Zarif a alors appelé personnellement Lavrov pour parler de la Syrie alors que le régime avait été privé de tout rôle décisionnaire et devait en partir. Lavrov n’a pas pris la parole en faveur du régime ! Les mollahs ont alors envoyé leur invité arménien chez le Guide et ce dernier a lourdement insisté sur la nécessité de lutter ensemble contre les États-Unis, mais son interlocuteur s’est gardé de lui donner raison.

Les députés conscients des malheurs des mollahs ont fait un pas vers le peuple en annonçant des augmentations de salaire de 500,000 tomans à 1,000,000 tomans par an, puis ils ont organisé un débat avant d’annoncer que la mesure était refusée, se gardant une option pour rester avec les mollahs pour ne pas perdre leur poste ou un éventuel deal avec eux ! Les Iraniens ont compris que les députés étaient bien plus pire qu’ils supposaient !

Jeudi 28 février 2019 (09 Esfand 1397), les mollahs avaient mis en avant le soutien de tout le régime à Zarif pour insinuer que le régime ne s’était pas divisé et ne risquait pas de partir en toupie ! Pour les Étrangers, les mollahs affirmaient qu’ils avaient convaincu le M-AE arménien. Ils espéraient sauver la face.

JPEG - 179.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents et les opposants avaient mis en avant les aveux de dernier accusé-bouc-émissaire sur régime sans évoquer le show, juste pour entériner l’idée que le régime était un vaste club de ripoux. Ils avaient aussi évoqué la rencontre entre Trump et Kim Jung Un, en précisant que les relations entre les deux étaient excellentes, laissant entrevoir que Trump ne pouvait pas échouer dans le projet d’isoler le régime afin de l’anéantir !

<br

JPEG - 210.3 ko
PNG - 635.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, tôt ce matin, des opposants aux mollahs avaient aussi incendié un centre d’enregistrement des terres en Vaqf (Vaghf) ou la mise sous tutelle de leurs revenus par les mollahs. Étant donné que l’on dit souvent que les mollahs estiment l’Iran entier comme leur Vaqf, on pouvait qualifier l’incendie de remise en cause de leur main mise illégitime sur l’Iran !

JPEG - 52.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs auraient pu crier au sacrilège et promettre de lourdes punitions aux responsables de l’incendie, mais ils n’ont pas parlé de vengeance et ont prouvé qu’ils n’en avaient pas la possibilité. Ils ont zappé des poursuites qu’elles ne pouvaient pas diligenter en affirmant seulement les données étaient préservées, car elles avaient été numérisées.


Au même moment, la Russie, énervée par leur envie d’avance à ses dépens les a écrasés en annonçant un investissement de départ de 10 milliards de dollars en Irak, qui ne leur avait jamais offert un contrat pétrolier. La Russie a aussi stoppé la centrale nucléaire civile de Boushehr, pour bien montrer que le régime n’avait aucun moyen technique pour le redémarrer et de fait, il ne pouvait espérer la défier sur les plans énergétiques et techniques !

Les mollahs dirigeants avaient deux jours pour rattraper le coup puisque la bourse est fermée les jeudis en Iran. Les mollahs avaient plus tôt programmé un enterrement pour leurs collègues Momen pour compter le nombre de leurs amis en fin de la semaine. Ils ont rassemblé peu de gens et ont compris que cette semaine marquée par la perte d’Assad et de l’Europe avait eu raison de la fidélité de beaucoup de leurs proches alliés !

JPEG - 1.9 Mo
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.6 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Leur M-AE Zarif a alors organisé une conférence et a dit à tous les gens du régime qu’ils étaient dans le même bâteau, pour leur signifier qu’ils nous pouvaiient pas croire qu’ils pouvaient s’en fuir. Ils devaient revenir et ramer à ses côtés !

JPEG - 35.6 ko
JPEG - 77.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Personne n’a applaudi ses propres. On a compris que personne ne voulait ramer pour sauver ce bateau percé de partout !

Vendredi 29 février 2019 (10 Esfand 1397), les mollahs devaient parler à l’occasion de leur prière politique de vendredi pour faire le bilan de leurs actions et indiquer la voie à suivre ! Or, ils n’avaient pas prévu qu’ils pouvaient couler et n’avaient pas prévu de riposte à l’extension des coalitions hostiles à leur encontre ! Ils n’avaient pas prévu la rupture spectaculaire d’Assad et la condamnation à mort du Hezbollah ou encore l’échec de leurs initiatives pour rassurer ou intimider leurs proches qui semblaient sur le point de les trahir. La semaine avait méthodiquement prouvé leur impuissance et leur incompétence !

Cette journée a souligné leur isolement, car la nouvelle direction émiratie de l’Orgnanisation de la Coopération islamique leur a demandé lors du 46e sommet de cette organisation, de cesser de disséminer le chaos au Moyen-Orient et aucun pays musulman, ou organisation islamique n’a pris leur défense !

JPEG - 280.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens opposants au régime et présent à l’agence d’information FARS ont alors révélé que de nombreux pays que les mollahs présentent comme leurs derniers clients, comme le Japon et la Corée du Sud avaient aussi arrêté leurs achats depuis le début de l’année 2019. Ces opposants au régime ont ainsi privé les mollahs de la possibilité d’évoquer la puissance pétrolière du régime !

Tout d’un coup, les mollahs étaient entourés d’ennemis !

Les chefs Pasdaran, menacés et incapables de se battre avec le monde entier, ont alors uni leur voix aux mollahs à l’occasion de la prière de vendredi pour nier en bloc les échecs et la mise en embargo annoncée et implicite du régime en affirmant qu’il avait gagné toutes ses batailles au cours des 40 ans dernières années et vaincu les États-Unis sur tous les plans et désormais avec l’aide d’Assad (qui avait refusé les 200 milliards de dollars offerts par l’Arabie Saoudite), il pouvait envisager sereinement le 2nd pas annoncé par le Guide pour construire une économie épanouissante pour parachever leur succès !

Tout le monde est resté silencieux. On leur demandait de ramer alors qu’ils ne le voulaient pas ! Les mollahs et les chefs Pasdaran ont fait appel à leurs plumes pour reprendre en chœur cette prière de 2nd pas pour inciter les gens à la répéter et finir par en être convaincus. Mais ce ne fut pas le cas. Les mollahs ont fini la semaine seuls dans leur bateau percé de partout, sans rameurs pour avancer sur leur bateau qui n’est plus qu’un radeau de la Méduse et aura la même fin funeste.