Accueil > Photos > Semaine en images n°534-535 : La méthode Trump pour terroriser les mollahs (...)



Semaine en images n°534-535 :
La méthode Trump pour terroriser les mollahs !

01.06.2018

-En 2016 , Washington a renoncé à sa diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe Brzezinski, car elle avait produit des troubles géopolitiques graves sans lui offrir des alliés bénéfiques à ses intérêts pétroliers. Le changement de ligne a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate en place depuis 1973 par des révélations pénalisantes sur son candidat Hillary Clinton pour aider l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie.

-En 2017 , sous l’impulsion de ce changement diplomatique majeur américain, les États arabes ont enfin été autorisés à évoquer le terrorisme sciemment déstabilisateur des mollahs dans le golfe Persique et le bassin méditerranéen. Le Hezbollah a aussi fait un pays vers l’Arabie Saoudite, privant les mollahs de leur ingérence décisive au Liban.

-Fuite en avant & conséquences | Les mollahs ont alors amplifié leur soutien aux Houthis. Ils ont aussi essayé de s’allier les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais ces partenaires commerciaux n’ont pu les sauver en raison de leur terrorisme. Les mollahs se sont retrouvés incapables d’approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les épargnes de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée.

En novembre dernier, ces miliciens se sont révoltés en se ralliant au peuple pour demander par leurs slogans la fin du régime et le rétablissement de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs, incapables de riposter, ont alors menacé la sécurité du détroit d’Ormuz. Les grandes puissances dont la Russie les ont punis en les privant de tout investissement étranger en renouvelant leur classement sur la liste noire des pays qui financent le terrorisme ! Ils ont intensifié ce terrorisme en Syrie pour diviser cette coalition. Ils ont excédé les Européens, mais aussi la Russie et la Syrie qui pouvaient en souffrir. Ces deux pays ont laissé les troupes de l’OTAN (États-Unis+France+Grande-Bretagne) bombarder le centre de commandement des actions terroristes des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, les privant de tout moyen pour assurer leur survie par le chaos !

Les miliciens de base qui avaient permis le soulèvement de l’hiver dernier ont profité de cette adhésion des Européens à Trump pour rappeler leur disponibilité pour un changement de régime lors de la journée de l’armée en jouant l’hymne patriotique en vigueur sous le Shah ! Cela n’était pas possible sans la complicité des Renseignements.

Les mollahs ont tenté de trouver un arrangement pour une passation de pouvoir douce avec le prince Reza Pahlavi en annonçant la découverte du cadavre momifié de son grand-père (Reza Shah) et en se montrant respectueux de cet immense réformateur anticlérical ! Mais le peuple a exprimé avec une telle force son attachement pour son œuvre et à la nécessité d’une contre-révolution islamique qu’ils ont préféré oublier cette option !

La semaine dernière (28 avril-4 mai 2018 | 7-14 Ordibehesht 1397), les mollahs presque condamnés à mort par la faute de l’intensification de la contestation populaire, qui devait s’intensifier le 1er mai, ainsi que l’adhésion de Macron, Merkel et même Poutine à Trump ont encore tiré des missiles depuis leur base du Golan en Syrie sur Israël pour provoquer une guerre entre ces deux pays et forcer les Russes à entrer en conflit avec les Occidentaux ! La Syrie et la Russie ont évité le piège et ont puni les mollahs en autorisant Israël à bombarder le plus grand dépôt des missiles du régime en Syrie.

Dans la foulée, Israël a dit avoir des preuves que les mollahs avaient encore un programme nucléaire militaire et toutes les grandes puissances et les pays du Moyen-Orient lui ont encore donné raison, se montrant prêts à adopter les sanctions américaines contre les mollahs !

Les manifestations anti-régime du 1er mai et le boycott de l’anniversaire de l’Imam Caché ont alors confirmé l’opposition du peuple et des miliciens de base aux mollahs, mais ces derniers ont nié leur déclin et déçu leurs derniers miliciens en leur promettant une victoire grâce à l’Imam caché, leur sauveur imaginaire et impopulaire.

Cette semaine finissait l’ultimatum de Trump aux Européens pour accepter la révision de l’accord de Vienne. S’ils n’adoptaient pas les sanctions pour punir le terrorisme du régime, il allait quitter l’accord. Celui-ci devait donc se terminer pour déboucher sur quelque chose d’autre accompagnée de nouvelles sanctions contre les mollahs.

Les mollahs devaient éviter tout conflit pour ne pas aggraver leur situation, mais toute complaisance pouvait désespérer leurs camarades miliciens insolvables, les encourager à fuir et précipiter leur chute.

Avant le début de la semaine, ils ont dit qu’ils ne reculeraient jamais afin de satisfaire leurs camarades miliciens insolvables qui sont leurs derniers gardes du corps. Ils ont de facto inquiété leurs interlocuteurs étrangers.

Ils ont alors modéré leur propos pour améliorer leur image ! Mais ils n’ont fait aucun vrai effort et n’ont rien obtenu en échange de ce faux apaisement de dernière minute. Ils ont alors tenté le tout pour le tout et ont tout perdu provoquant aussi des effets inattendus contraires à leurs intérêts ! Voici le récit d’une semaine palpitante et des 7 jours suivants qui l’ont été encore davantage pour tous les ennemis des mollahs.



---Semaine 534 :---
---Terreurs & Improvisations des bandits encerclés ! ---

Samedi 5 mai 2018 (15 Ordibehesht 1397), Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, avait zappé les revers et les défaites subies la veille et affirmait que le ministre des AE du régime avait interdit tout marchandage sur l’accord de Vienne. On avait un cas d’inversion de la réalité puisque les mollahs qui étaient menacés de toute part posaient des conditions à la reddition de leurs ennemis ! Ils niaient leur état pour éviter une panique plus importante de la semaine précédente.

JPEG - 175.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, avait cité aussi le discours M-AE du régime en affirmant qu’il rendait Trump responsable du désordre provoqué par sa décision ! Il s’agissait d’intimider les alliés européens et les inciter à rompre avec Trump !

PNG - 531.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), avait révélé un fait inattendu : le régime n’avait plus aucune importation. On pouvait comprendre que les mollahs n’avaient pas assez de dollars pour s’approvisionner leur marché et qu’ils allaient à nouveau augmenter les prix pour limiter le pouvoir d’achat des Iraniens afin de retarder des pénuries susceptibles de faire chuter leur régime.

JPEG - 196.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, signalait le même manque en signalant un nouveau discours du Guide pour la production interne, expliquant au passage que cette directive avait été conçue en prévision à l’incapacité du régime d’importer sous peu des produits nécessaires à sa survie ! Les cadres miliciens dissidents signalaient la faiblesse du régime et son enlisement contraire à l’intérêt de ceux qui lui resteront peu ou prou fidèles pour inciter les camarades mécontents, mais immobiles qui sont de facto dans ce cas à s’engager plus activement contre le régime !

JPEG - 210.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, le magazine allemand Spiegel avait interviewé le président français Macron et celui-ci avait comparé la la fin de l’adhésion de Trump à l’accord de Vienne a l’ouverture de la boîte de Pandore tout présidant qu’il état convaincu que le président américain ne voulait pas d’une nouvelle guerre.

PNG - 75.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tout le monde y a vu un refus de coopération de Macron avec Trump ! Mais pour nous, étant donné qu’il s’était empressé de justifier les sanctions contre le régime et aussi qu’il s’était empressé de participer à l’attaque d’Al Qisa pour détruire le centre du commandement des actions terroristes des mollahs en Moyen-Orient, on ne pouvait pas douter qu’il soit en train de renoncer à ce rôle. Le président français qui est conscient du potentiel terroriste des mollahs en parlait pour anticiper les actions militaires prochaines qu’il devait ordonner au côté de son homologue américain pour ne pas donner l’impression d’un suiveur, mais d’un leader qui aurait voulu empêcher cela, mais il y va quand même ! On avait un Macron martien au lieu du Macron qui s’était initialement dit jupitérien pour préserver l’accord de Vienne et l’accord sur le climat conçu pour vendre des contrats avec les entreprises les plus pollueuses du monde au pays producteurs du pétrole qui ne sont pas les plus pollueurs du monde.

Ce Macron de Mars ne nous a pas déplu, car il sortait de son contrat initial pour désigner les mollahs comme les pires terroristes au monde. Ces derniers ont vu dans ce Macron hyperactif et belliqueux une promesse de guerre pour regagner les contrats qui seront perdus dans la guerre contre eux !

Les mollahs ont pris au sérieux cette menace nouvelle et ont annoncé via le porte-parole de leur sénat (l’assemblée des Experts) qu’ils allaient ratifier inconditionnellement la convention de Palerme notamment relative à la lutte contre le trafic d’armes à feu pour insinuer qu’ils allaient stopper de facto leurs fournitures secrètes d’armes à leurs agents terroristes dans le monde et cesser d’être une menace pour la stabilité de la région et de fait être passible de plus de sanctions et même d’une punition militaire.

Les barbouzes qui siègent au Parlement ont salué cette décision et appelé à l’adhésion du régime à la lutte contre le terrorisme selon les recommandations du GAFI (ou FATF), alors que cela revenait à la trahison du Hezbollah et d’autres groupes terroristes entretenus par le régime !

Mais le clergé n’a pas approuvé et n’a pas salué l’annonce des députés désespérés prêts à tout pour sauver leur peau. Rohani qui représente les mollahs a aussi gardé le silence et a annoncé qu’il partait pour une visite officielle de la région de Khorassan, on a compris qu’il voulait faire un long discours pour exprimer la position officielle de ces derniers. Mais il n’y avait aucune indication sur cette position.

Les nantis du régime ont paniqué, car bon nombre d’entre eux viennent de la filière terroriste du régime. Ils ont craint d’être désignés comme des responsables des missions secrètes accomplies pour les mollahs, quel que soit leur choix (Palermo ou FATF). Ils ont mis autant d’actions en vente que possible selon les lois du régime pour acheter les pièces d’or émises par le régime ! Le gouvernement a refusé de payer (il est pratiquement le seul acheteur via ses parts d’action de ses institutions dans tous les business). Il a limité ses achats à 195 milliards de tomans (le niveau d’achat pour une journée sans crise) pour dissuader les vendeurs paniqués. Ils ont maintenu leur offre de vente. Le tableau de la bourse est devenu rouge (action en baisse) à 90%. L’indice (ci-dessous) a chuté de 511 unités (soit 10 fois le taux habituel). La demande de l’or s’est aussi maintenue. Le gouvernement a également limité sa distribution de pièces d’or aux revendeurs du bazar. Le prix de la pièce d’or a augmenté de 12% ou 225,000 tomans passant de 1,875 millions tomans (MT) à 2,100 MT.

PNG - 252.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le régime, qui était menacé par le peuple, mais aussi par l’ambitieux Macron, et par ses propres improvisations pour trahir ses agents et la panique de ces derniers, a alors reçu l’aide de Kerry et des médias du réseau Brzezinski sous la forme d’une défense sans faille de l’accord de Vienne. Kerr annonça qu’il avait aussi rencontré récemment à plusieurs reprises le ministre des AE du régime pour trouver un arrangement avec lui ! Il l’a couvert d’éloges pour sa sincérité et sa bonne foi !

PNG - 445.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Là, il n’était pas question de la boîte de Pandore de Macron ! Là, on avait une diplomatie secrète : les gros bonnets de la filière de Brzezinski défendaient le régime. Pour nous, ils le jugeaient en danger et cette chute rapide pouvait aussi les exposer à des poursuites pour tous les crimes terroristes du régime qu’ils n’avaient pas punis dans leur cadre leurs efforts pour parvenir à en faire un allié terroriste régional !

Parallèlement à cette charge anti-Trump, un autre membre de cette filière pétrolière malfaisante, Rudy Giuliani, qui pour la filière préconisait les Moudjahidines du Peuple comme l’avenir de l’Iran, a organisé une conférence avec ces gens à NY en appelant Trump à les soutenir !

PNG - 247.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Précisons que ce groupe islamiste et marxiste était initialement prévu par Brzezinski pour diriger sa République islamique en Iran, mais il avait par la suite été devenu un simple moyen de pression sur les mollahs avant d’être que ses membres soient allégrement qualifiés de terroristes, voire sacrifié physiquement selon le vœu des mollahs et par leur main pour sceller un arrangement avec eux. Étant donné que Kerry disait les louanges de Zarif, cette mise en scène limitée des Moudj nous a paru comme une tentative pour piéger Trump et permettre aux mollahs de dire qu’ils ne sont pas des terroristes, mais des victimes de terrorisme des États-Unis et que de fait ils renoncent à un suicide collectif par leur adhésion au FTAF !

Étant donné que ce groupe est extrêmement impopulaire en Iran, l’action de Giuliani de les placer au côté de Trump était un moyen pour démoraliser les millions de gens qui souhaitent sortir de l’islamisme en Iran.

Trump a sans doute été prévenu par son conseiller en sécurité Bolton (qui est issu de la même filière et avait dès sa nomination, trahi ses actions passées), car un tweet présidentiel s’est immédiatement moqué de Kerry en disant qu’il avait été berné par Zarif.

Par ailleurs, le porte-parole du successeur de Kerry a aussi neutralisé officiellement Giuliani en affirmant qu’il parlait pour lui-même et a ainsi nié toute relation avec les Moudj que les Iraniens détestent afin que l’évocation de leur nom ne devienne pas un obstacle à la contestation en Iran !

Kerry et Giuliani ne se sont pas défendus. Ils ont jugé que la polémique pouvait leur être préjudiciable, car en insistant, on pouvait leur reprocher d’avoir conçu le plan avec les mollahs !

Les mollahs se sont tus, car ils avaient misé sur un plan irréalisable qui avait capoté après un tweet ! Ils devaient se taire aussi, car leurs efforts secrets pouvaient leur valoir plus d’hostilités de la part des pays comme la Chine, la Russie ou la Syrie qui pouvaient souffrir de cet arrangement projeté avec la filière Brzezinski qui demeure leur seul vrai ennemi aux États-Unis.

Peut-être, l’attitude très hostile de Macron résultait de ces efforts pour un arrangement qui allait aussi exclure la France de tout business lucratif en Iran ! Les autres européens allaient sans doute se venger aussi !

Ainsi, au premier jour de la dernière semaine avant de nouvelles sanctions, les mollahs se sont retrouvés avec de nouveaux fronts hostiles en ayant misé sur une solution bien faiblarde. Par leur faute, ils pouvaient être certains qu’ils n’auront aucun défenseur si Trump quittait l’accord de Vienne pour les sanctionner.

Ils ont caché leur bourde et ont rassuré leurs proches en insistant sur le soutien des Européens au maintien de l’accord de Vienne en omettant de préciser qu’ils ne s’opposaient pas à de nouvelles sanctions !

L’agence Fars des cadres miliciens dissidents a bousculé les mollahs menteurs et mauvais stratèges en affirmant que les propos des Européens en faveur de l’accord sur le nucléaire n’allaient pas aider leur régime, car ces pays avaient de plus grands intérêts à défendre aux États-Unis et allaient surtout faire plaisir à Trump et jouer au bons flics à ses côtés et l’aider à mieux mettre en valeur son rôle de mauvais flic et lui permettre de mieux les manipuler et les obliger à accepter des concessions sur leurs missiles et leur présence régionale !

Les mollahs n’ont rien dit. Shariat-madari, le rédacteur-tortionnaire du journal Keyhan (défenseurs e des gros bonnets insolvables du régime) a conclu que l’échec du régime avec Kerry et son analyse sur l’absence fiabilité des Européens, pouvaient décourager les dirigeants et les inciter à coopérer avec leurs ennemis. Shariat-madari a demandé instamment aux dirigeants de ne pas adhérer au FATF, car cela revenait à se suicider par peur de la mort !

PNG - 140.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Personne n’a rien fait. Tout le monde avait raison (aussi bien les partisans de la capitulation que les partisans du jusqu’au-boutisme) !

Dimanche 6 mai 2018 (16 Ordibehesht 1397), J-5 de l’annonce de la décision de Trump, sans doute J-5 de son retrait de l’accord et de nouvelles sanctions avec la bénédiction des Européens et des Russes, Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, avait zappé le sujet qui préoccupait tous les responsables du régime ! Il avait consacré sa une à lune querelle sans intérêt entre les députés et le gouvernement à propos de l’arrêt du système messagerie Telegram ! Le journal attribuait aussi le soi-disant accident du cargo Sanchi à la Chine pour justifier par avance l’absence de soutien de ce pays lors de la quasi certaine rupture de Trump avant le samedi 12 mai 2018 (22 Ordibehesht 1397).

JPEG - 184 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, avait zappé la perte du joker du régime ! Le clergé avait mis en avant l’exposition florale de Téhéran ! Après l’échec de son complot, le clergé voulait éviter tout sujet susceptible de souligner sa non-conformité géopolitique !

PNG - 810.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), avait mis en avant la hausse de l’or et avait révélé que les mollahs avaient discrètement annoncé l’effacement des intérêts sur des intérêts en retard des prêts aux plus nantis pour les amadouer ! Le régime avait donc fait une faveur aux riches paniqués amateurs d’or. Il s’agissait de révolter davantage les pauvres qui obtiennent surement des prêts qui doivent rembourser sans faute ou encore révolter ceux de la classe moyenne milicienne dont le régime avait détourné les avoirs en prétendant que leurs banques avaient fait faillite. L’objectif de la révélation était de provoquer plus de manifestations pour profiter de la fin du régime qui pouvait être proche !

JPEG - 164.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, signalait que Trump avait pétrifié Kerry d’un seul trait d’humour pour humilier les mollahs d’avoir misé sur ce dernier qui n’avait pu les sauver en répondant au tac au tac ! Les miliciens dissidents retournaient le couteau dans la plaie pour insister sur la défaite du régime et son impuissance à rebondir afin d’encourager les actions hostiles à son encontre !

JPEG - 214.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, le MAE anglais avait déclaré à al presse de son pays qu’il allait se rendre à Washington pour évoquer le danger que représentaient les mollahs afin de préserver l’accord sur le nucléaire tout en le complétant par de nouvelles sanctions. Les Anglais qui comme les Français avaient participé à la première grande frappe contre les mollahs imitaient pour une fois Macron pour rehausser leur rôle dans le conflit émergent contre les mollahs !

PNG - 356.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont censuré cette nouvelle qui les désignait encore comme les principaux méchants du Moyen-Orient ! Leurs députés voyous ont annoncé qu’ils allaient étudier l’adhésion du régime au GAFI pour sortir de la liste noire de cette organisation (au passage on avait l’aveu que le régime y était alors que ces mêmes députés l’avaient nié par le passé).

Cependant, ils n’ont rien entrepris pour voter cette adhésion qui n’avait pas l’adhésion du clergé et pouvait être rejetée par le conseil des Gardiens de la constitution (le Conseil constitutionnel du régime) en raison de la nécessité pour les dirigeants du régime de désavouer la lutte contre Israël et se mettre à la disposition des tribunaux internationaux pour les crimes terroristes commis dans le cadre de cette lutte !

De fait, nous avons conclu qu’il s’agissait d’un moyen de pression des députés sur les mollahs qui avaient mis le régime dans une situation exécrable pour qu’ils leur accordent un accès privilégié au dollar à un prix très bas. En l’absence d’une réponse de la part des mollahs, les députés se sont intéressés à la très mauvaise gestion des eaux de la rivière Hirmand (Helmand en afghan) par le rejet de l’accord exceptionnel qui avait été conclu à l’époque du Shah par le PM Hoveyda avec les Afghans.

Le choix du sujet avait 3 raisons.

>1. Il y a des dizaines de milliers d’agriculteurs révoltés contre les mollahs pour leur gestion mafieuse des ressources aquatiques du pays.

>2. Les mollahs attribuent ce manque d’eau au refus des Afghans d’appliquer l’accord conclu sous le Shah qui donnait 50% des eaux de la rivière à partir du barrage historique de Bind-e Kamal-khan (barrage Kamal-Khan) en Afghanistan (à environ 50 km linéaire en amont du point d’arrivée de la rivière en Iran tout en interdisant aux Afghans de construction de nouveaux barrages dans cette zone. <+font style="background:yellow">


>3. On était à deux jours de l’anniversaire de cet accord hors du commun obtenu par le Shah après 2 ans de négociations.

Les députés enquiquinaient ainsi les mollahs en faisant semblant de s’intéresser aux agriculteurs et aux éleveurs de Sistan-&-Baloutchistan qui devaient se rappeler le bon temps d’avant la révolution ! Tous ont parlé du sujet. On a ainsi appris que la région avait perdu 98% de ses terres cultivables, mais tous ont été très loin de la vérité, car aucun n’a souligné que la rivière Hirmand ne pouvait pas sauver le pays, car son débit est peu important et déjà à l’époque l’accord était conclu pour assurer l’alimentation de peu de terres exploitables de la région très aride de Sistan-&-Baloutchistan ! Enfin, les députés ont lâché l’affaire au bout de deux heures, car ils ne pouvaient plus critiquer le régime sans le bousculer. Ils ont ainsi démontré qu’ils n’avaient rien à faire des gens de cette région.

JPEG - 872.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, Rohani est arrivé à Sabzevar dans la région de Khorassan. On ne l’a pas vu parcourir les rues applaudi par des foules en liesse. Mais on l’a vu face à une foule immense. On ne voyait pas la même densité de foule sur les photos prises près du sol et on comprit que les mollahs avaient triché, car leurs employés locaux n’avaient pas accepté d’être présents et applaudir leur représentant !

JPEG - 57.3 ko
JPEG - 136.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’agence Fars de miliciens dissidents a alors révélé que le peu de gens présents s’était révélé hostile, car les gens sifflaient Rohani et se moquait des faux opposants du Mouvement vert (dont le slogan était « où est passé mon vote ») en scandant où est passé mon emploi !

JPEG - 192.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Fars a aussi démontré que les mollahs mentaient en montrant sous les sifflets et les critiques, Rohani remerciait les gens pour leur soutien au régime et à son Guide tout en défendant la capacité balistique du régime. Par cette dépêche.

MPEG4 - 27.7 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Cette révélation a clairement prouvé que le régime n’avait aucun soutien et ceux à ses côtés le soutenaient par intérêts financiers !

Les mollahs ont tenté de rassurer les leurs en ravivant leur fausse opposition grâce à la rumeur de la libération de Zahra Rahnavard, l’épouse de Moussavi, le chef de leur fausse opposition. Mais aucun faux opposant n’a bougé pour le régime qui n’avait clairement aucun atout pour espérer survivre. Ils ont alors démenti la rumeur. Les chefs Pasdaran complices de tous les actes terroristes des mollahs ont tenté de rassurer les paniqués en annonçant qu’ils étaient prêts à tout, mais leur annonce a inquiété les paniques, car ils n’ont cessé d’être attaqués sans être capables de riposter !

Les mollahs qui recevait le M-AE suédois ont parlé du devoir de l’EU d’arrêter parler et d’agir en leur faveur, mais ils n’ont même pas pu arracher un mot en leur faveur...

Les nantis liés aux mollahs ont continué à s’inquiéter, à mettre massivement leurs actions en vente et à acheter des pièces d’or. On a même remarqué une demande plus élevée de dollar sur le marché noir au Bazar de Téhéran ! Le gouvernement a augmenté ses achats à 540 milliards de tomans (presque le double du minimum de 300 MMT du seuil utile à dépenser en cas de crise), mais l’indice a continué à chuter. Le dollar a atteint 7000 tomans, qui est un seuil critique, car c’est 1000 fois son tarif sous le Shah et le prix souligne la dégradation accélérée et incroyable de l’économie sous les mollahs ! Pour ne pas dépasser ce seuil, les mollahs ont baissé le prix de leurs pièces en or de 155,000 tomans (soit à 1,975 MT) sans parvenir à rassurer leurs camarades financiers !

L’agence Fars des cadres dissidents a alors publié une analyse pour dire que l’objectif des jeux de rôles des mollahs à côté de Trump n’était pas d’imposer un nouvel accord au régime, mais de le rassurer pendant qu’il est sans cesse sanctionné pour provoquer plus facilement sa chute !

PNG - 662.3 ko
PNG - 315.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani qui avait récemment critiqué le pessimisme ambiant en affirmant qu’il n’écoutait même pas les complaintes de ses propres ministres a poursuivi dans cette voie d’optimisme feinte, pour laquelle il a été réélu, en inaugurant une usine de production d’acier à Sabzevar pour insinuer que tout allait bien et le régime n’allait pas souffrir de manque d’acier pour ses automobiles et ses projets de construction. Mais tout n’allait pas bien, car on ne voyait qu’une petite poignée d’ouvriers à leur côté et la majorité d’entre eux était gardée bien loin du président optimiste de peur qu’ils ne le bousculent avec des slogans hostiles !

JPEG - 100.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Puis, Rohani avait continué le show en allant à Neyshapour, mais il avait encore été confronté au boycott des propres agents du régime...

JPEG - 149.4 ko
JPEG - 136.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Son insuccès allait entraîner une nouvelle panique bien coûteuse pour le régime qui manque d’or et de devises.

Par ailleurs, le régime a eu un revers bien inattendu : les listes chrétiennes alliées à Hariri avaient progressé lors des élections au Liban permettant à ce dernier de se libérer de son alliance encombrante avec le Hezbollah qui a des objectifs islamistes bien que son leader qui ne soit plus avec les mollahs. Par ailleurs, le nombre de sièges des chiites a diminué malgré leur nombre au Liban et enfin, le Hezbollah avait reculé et le régime ne pouvait même plus l’utiliser dans sa guerre psychologique contre ses adversaires.

JPEG - 152.7 ko
PDF - 1.2 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

On avait un régime boycotté en Iran et en phase d’être jeté hors du Liban ! C’est pourquoi le clergé est intervenu par l’intermédiaire de son M-AE permanent Velayati pour menacer tous les ennemis du régime. Dans la foulée, les chefs Pasdaran ont encore tiré des missiles depuis leur base sur le plateau du Golan sur Israël malgré le fait que cela leur avait valu la colère des Russes des Syriens et leur autorisation à Israël pour les punir sévèrement en détruisant leur plus grand stock de missile en Syrie.

Ce choix de tirs de roquettes à haut risque par les mollahs et les chefs Pasdaran faisait état de leur désespoir à rassurer les leurs et éviter de chuter avant même qu’ils ne soient à nouveau durement sanctionnés !

Israël a annoncé qu’il allait se préparer à riposter dans quelques jours, insinuant par le délai nécessaire à la préparation de sa riposte que celle-ci serait bien plus forte que ses précédents raids.

Lundi 7 mai 2018 (17 Ordibehesht 1397), Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, avait zappé l’absence de mobilisation au sein du régime pour Rohani et les déprimants résultats des élections au Liban. Il rassurait les gens du régime en rappelant que Rohani avait dit qu’il avait des solutions pour chaque décision de Trump. Le régime insinuait qu’à défaut d’avoir des moyens d’action, il avait fait un effort de réflexions pour éviter d’être surpris ou dépassé ! Mais ce discours n’avait déjà pas réussi à calmer les paniqués hier et ne pouvait y parvenir après les tirs désespérés du régime sur Israël qui faisait état d’absence de toute réflexion de sa part.

JPEG - 193.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, avait salué la victoire du Hezbollah en se basant sur le discours du chef du Hezbollah qui avait parlé de sa victoire pour nier la claque qu’il venait de prendre !

PNG - 854 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), citait ironiquement le gouvernement pour avoir dit qu’il ne manquerait pas de devises. Les miliciens-politiciens-affairistes insinuaient que le régime en manquait déjà !

JPEG - 158.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, signalait aussi sur un ton moqueur que Rohani avait menacé Trump. Le journal faisait aussi référence à l’Europe dans un rôle de mauvais flic pour rappeler que ses membres voulaient dépasser Trump pour s’assurer de gagner les contrats qu’ils allaient perdre avec la chute du régime !

JPEG - 244.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés voyous se sont inspiré de ce constat pour critiquer la dualité évidente des Européens, pour faire à nouveau pression sur les mollahs tout en se laissant une marge pour les soutenir si ces derniers leur accordaient l’accès aux privilèges pour s’offrir un exil hors Iran.

Les tops-mollahs du régime n’ont rien fait afin de préserver l’exclusivité de ce privilège pour eux-mêmes et leurs camarades top-miliciens, car ils craignent que d’autres leur demandent les mêmes passe-droits. Leur M-AE Zarif a pris la parole pour rassurer les gens en affirmant que la situation n’était pas désespéré, car aux États-Unis, le pouvoir ne se limitait pas à un homme à la Maison-Blanche, mais qu’il était exercé par les médias et les Think Tanks et que lui connaissait tous ces hommes de pouvoir et qu’il pouvait compter sur eux. Il a ajouté que d’autres devaient payer des centaines de millions de dollars pour s’approcher ces gens, mais lui et le régime avait tout ça pour rien. Il allait donc sauver le régime sans que rien ne coûte à personne.

Dans le même temps, Rohani a annoncé une grande rencontre avec tous les responsables de la région de Khorassan, mais seulement une quarantaine de personnes est venu à sa rencontre ce qui est bien peu pour la seconde plus importante région d’Iran. Alarmé par ce nouvel échec, il a dit que sa politique était l’apaisement constructif laissant supposer qu’il pouvait obtenir un arrangement avec les ennemis américains de Trump en échange en se montrant moins agressif ! Il a aussi promis d’augmenter l’importation des semences transgéniques pour rassurer les affairistes du régime et aussi d’augmenter l’arrosage automatisé en Iran pour mettre fin à la crise de l’eau et les manifestations sans fin contre le régime ! Il a alors fait une gaffe en avouant que le régime avait seulement automatisé 5 km2 de terres cultivables depuis 40 ans et a fait douter le peu de gens présents à ses côtés et aux côtés du régime.

JPEG - 196.8 ko
JPEG - 205.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cependant, le point le plus important de son discours était sa diplomatie de l’apaisement constructif pour permettre aux amis new-yorkais de Zarif de défendre le régime et stopper Trump et empêcher les Européens de faire pire que lui pour assurer leurs intérêts après la fin de ce régime !

Les amis new-yorkais du régime ont alors redoublé d’efforts pour défendre l’accord de Vienne. Le M-AE anglais qui était alors à Washington a changé de discours en tapant sur l’accord de Vienne tout en le défendant pour que son pays puisse gagner, quelle que soit l’issue de la guerre des derniers sherpas de Brzezinski contre Trump !

Les paniqués se sont mis à espérer ! Ils ont cessé de mettre en vente frénétiquement leurs actions et de fait l’indice a cessé de chuter et a même progressé de 316 points à la suite d’une injection de fonds de 316 MMT. L’achat de l’or s’est aussi calmé. Le régime a profité de ce sursis pour cesser sa politique de baisse de son prix.

Trump n’a en revanche pas aimé, car il s’était retrouvé confronté à un front de résistance qui ne l’arrangeait pas. Il a surpris tout le monde en milieux de l’après-midi en annonçant qu’il se prononcerait le lendemain, rapprochant une rupture qui semblait certaine. Il a ainsi neutralisé les polémiques contre lui pour provoquer une polémique sur lui et sa décision. Il a ainsi réussi à ses adversaires, à forcer les Européens à anticiper cette rupture en allant dans ce sens.

Il a enfin également réussi à déstabiliser les mollahs par cette accélération des hostilités à leur encontre, car ils ont cessé de s’exprimer et ont fui l’actualité en se réfugiant dans une propagande floue en se focalisant sur l’anniversaire dans 27 jours de la première révolte de Khomeiny pour raviver le souvenir d’une victoire du passé et encourager leurs partenaires à se battre. Mais l’initiative n’a pas provoqué des salves d’interventions pro-régime et nos mollahs ont compris qu’ils venaient de perdre encore des serviteurs en réaction au changement de climat international qui pouvait entraîner leur chute.

Mardi 8 mai 2018 (18 Ordibehesht 1397), Trump devait se prononcer et vraisemblablement annoncer sa sortie de l’accord de Vienne pour forcer les autres grandes puissances à se montrer moins laxistes avec les mollahs.

Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, affirmait que le régime resterait dans l’accord de Vienne (après la rupture prévisible de Trump) seulement à la condition que ses intérêts économiques soient garantis par les Européens ! Étant donné que ces derniers n’étaient pas disposés à aider les mollahs, ces derniers espéraient rassurer les leurs qu’il leur restait à tous un avenir !

JPEG - 177.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, avait mis en avant le vœu du Libanais Nabih Berri de créer vite un gouvernement pour donner l’illusion que cela était la preuve de la puissance des chiites au Liban donc la puissance du Hezbollah et par conséquent celle du régime. Mais c’était très tiré par les cheveux, car Nabih Berri parlait ainsi, car la constitution libanaise stipule que le chef du Parlement soit un chiite et par ailleurs, il avait soutenu Hariri parmi tous les sunnites pour la fonction du PM et ce dernier avait déjà refusé de nommer selon une tradition nouvelle un membre du Hezbollah au ministère de l’Économie sans provoquer des tentions avec Berri.

PNG - 793.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs prétendaient avoir des alliés au Liban, mais ils n’en avaient pas ! Ils draguaient en fait Nasrallah, le chef du Hezbollah, qui était en difficulté, dans l’espoir qu’il revienne à leur côté et les aides à intimider les Européens pour les empêcher de s’aligner ou de dépasser Trump en termes de sanctions !

Cela semblait impossible, car le Hezbollah pouvait se voir isoler en aidant un régime en fin de course qui n’a jamais eu de respect pour le Liban et rêvait de le déstabiliser pour montrer sa capacité de nuisance et ainsi garantir sa survie !

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), avait mis en avant le discours de Zarif sur ses puissances amis new-yorkais pour rappeler leurs échecs et celui du régime afin d’encourager les ruptures en son sein. Le journal annonçait aussi que le régime avait arrêté la solde des pièces en or pour signaler qu’il manquait de l’or pour encourager une nouvelle ruée sur l’or et ainsi déstabiliser davantage le régime.

JPEG - 156.2 ko
JPEG - 154 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, signalait que le régime manquait aussi de devises, car Rohani avait dit qu’il y en avait assez, mais qu’il n’en vendrait pas à tout le monde en particulier aux riches désirant voyager à l’étranger. On apprenait ainsi que le régime allait en fait interdire à ses partenaires affairistes de le quitter en ces heures difficiles.

JPEG - 239 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les médias européens avaient critiqué la possible rupture de Trump sans annoncer des mesures en faveur des mollahs et de fait, ils semblaient prêts à le suivre tout en préservant l’option de jouer aux bons flics pour garder un lien avec les mollahs afin de les saigner financièrement avec leurs vagues promesses de soutien !

Ces titres ont été censurés par les mollahs et les chefs Pasdaran . Les mollahs ont aussi rassuré leurs compagnons en affirmant que les Européens refusaient l’accord de Vienne !

Ali Larijani qui est à la tête du Parlement, ainsi que les députés voyous qui y siègent, se sont vus pour annoncer qu’ils adhérer au FATF si le Hezbollah n’était pas mis en danger puis tous ont salué la victoire du Hezbollah ! Le porte-parole de ministère des AE du régime a fait de même comme si un accord avait été conclu avec le Hezbollah grâce au soutien de certains États européens ! Certains députés ont aussi remis en cause les liens de Zarif à New York comme si le régime n’en voulait plus, car il avait mieux. En gros, on avait un bouquet de feu d’artifice pour prétendre que le régime pouvait résister à la remise en cause de l’accord de Vienne par Trump !

Il n’y eut aucun retour positif de la part du Hezbollah à ces avances des mollahs. Ces derniers ont alors augmenté leur injection de fonds à la bourse pour insinuer qu’ils n’avaient aucun problème d’argent ! Ces numéros d’illusionnistes ont fonctionné, car on n’a vu aucune panique à la bourse ! Cela tenait sans doute aussi à l’espoir d’un succès. Mais il y eut une mini ruée vers l’or qui a entraîné une petite hausse de 30,000 tomans pour la pièce d’or du régime. Les mollahs ont alors ajouté encore des fonds à la bourse via des achats d’actions via les institutions actionnaires et ont pu arriver à terme de la séance de cette journée à risque avec un indice ne hausse de 440 points suite à 462 MMT de fonds engagés.

PNG - 753.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais l’espoir a vite fait place au désespoir et à la désillusion, car en début de l’après-midi, Trump a annoncé qu’il se retirait de l’accord sur le nucléaire, car il ne le jugeait pas à la hauteur pour arrêter la menace posée par les mollahs ! Il a annoncé qu’il rétablirait certaines sanctions dans un délai de 90 jours et d’autres dans 180 jours pour permettre à ses partenaires européens de rester conformes aux engagements pris dans la cadre de l’accord de Vienne.

PNG - 435.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il a dit que la première série de sanctions prévues pour être appliquée avant la fin du mois d’août 2018 concernera la vente de monnaie américaine au gouvernement iranien, les opérations liées à l’achat ou à la vente de rials iraniens, ainsi que les transactions sur l’achat ou la vente du graphite, de l’or, d’autres métaux précieux, l’aluminium, l’acier, et le charbon. Les interdictions porteront également sur les opérations avec la dette souveraine de l’Iran. Enfin, des restrictions seront décrétées contre l’industrie automobile et les importations de tapis et de produits alimentaires aux USA.

La seconde série prévue pour être appliquée avant le 4 novembre 2018 concernera les opérateurs portuaires de l’Iran, ses navires et chantiers navals. Toutes les opérations liées à la production et à la fourniture de pétrole et de produits pétroliers seront alors interdites. Les organisations financières étrangères ne seront pas autorisées à coopérer avec la Banque centrale iranienne et d’autres établissements financiers du pays. Enfin, les restrictions sur les services d’assurance seront rétablies.

Les États arabes du Moyen-Orient ont tout salué la décision de Trump ! Les Allemands et les Anglais ont approuvé implicitement les sanctions à venir en affirmant qu’ils n’assisteraient pas les chefs entreprises en business avec les mollahs ! Cette position allait sans doute être celle de tous les États européens, dont la France, pour éviter les conflits avec les mollahs et des pertes avant la fin de leurs engagements à durée déterminée avec eux ! La Russie n’a pas détonné en apportant son soutien aux mollahs ! Les Chinois sont restés silencieux !

Les mollahs ne s’attendaient pas à une telle attitude qui était certes prévisible, mais n’en restait pas moins choquante. Ils ont annoncé le retrait de Trump sans donner le détail de très lourdes sanctions qu’ils devaient subir ou évoquer les larges soutiens et sans s’exprimer au sujet de ce retrait !

En voyant l’existence d’un embargo sur l’acier et en rappelant que Rohani avait inauguré une usine d’acier, nous avons compris que les mollahs savaient pertinemment quelles seraient les sanctions qu’ils devaient subir. Leur censure faisait aussi état de la crainte qu’elles provoquent une plus grande panique et de plus nombreuses ruptures avec leur régime.

Mais l’agence Fars des miliciens dissidents a bravé la colère des patrons du régime et a neutralisé leur barrière de sécurité par la censure en révélant le contenu des sanctions à venir dans les mois prochains !

Rohani est resté silencieux, mais son 1er adjoint Jahangiri a organisé une réunion avec les principaux hauts responsables du régime pour décider des mesures à adopter à propos du dollar, c’est-à-dire pour répondre à une grosse panique financière suite aux sanctions décidées et révélées par l’agence Fars. Il n’y eut aucune déclaration après la réunion.

JPEG - 170 ko
JPEG - 97.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le silence pesant du régime a été interrompu vers 23h30 par Rohani pour déclarer que le régime n’avait rien à craindre, car il avait assez de dollars. Il était enfin débarrassé d’un partenaire enquiquineur. Il allait parler avec les signataires européens de l’accord qui sont ses partenaires pour voir s’ils garantiraient ses intérêts économiques, sinon il quitterait l’accord.

JPEG - 126.9 ko
JPEG - 57.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Son discours n’avait aucun sens ! Rohani et ses patrons qui avaient conçu le message niaient l’existence des sanctions admises par tout le monde en parlant de leurs intérêts ! Ils voulaient prétendre qu’ils pouvaient sauver le régime pour éviter de nouvelles ruptures ou des dissidences à haut niveau susceptibles d’accélérer la désagrégation de leur régime !

Mercredi 9 mai 2018 (19 Ordibehesht 1397), Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, avait zappé les sanctions à venir et avait mis en avant le discours surréaliste de Rohani et son accord sans enquiquineur ! Le clergé au pouvoir refusait d’admettre qu’il était entré dans la phase qui pouvait entraîner sa chute ou aider ses opposants à précipiter sa chute !

JPEG - 146.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, avait mis en avant Rohani et sa condition de l’engagement des Européens à défendre les intérêts du régime ! Les mollahs espéraient vraiment un changement de la part des Européens. Peut-être espéraient-ils diviser l’Union européenne ou simplement répéter la position adoptée pour éviter la panique. Leur choix était idiot et mystérieux !

PNG - 592.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), signalait que le régime avait remis en cause l’effacement des intérêts sur les intérêts en retard. Cela signifiait qu’il ne voulait pas faciliter la vie de ses nantis par peur qu’il utilise ce crédit pour acheter encore des dollars avant que toutes transactions deviennent impossibles avec l’étranger !

JPEG - 171.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, signalait que les mollahs avaient seulement émis des slogans pour nier l’unité hostile de facto des États-Unis et de l’Union européenne contre leur régime ! Les cadres miliciens espéraient réveiller leurs camarades passifs et les encourager à rompre dans leur intérêt et celui du pays.

JPEG - 201.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors constaté que la panique était de retour sous la forme de rassemblements de leurs nantis faisant la queue pour acheter de l’or dans les boutiques de marchands de l’or du bazar de Téhéran ! Tablant sur une panique à la bourse, les mollahs ont annoncé qu’ils avaient bénéficié d’un grand rassemblement de jeunes en leur faveur à 7h du matin !

L’agence Fars a publié une image de ce rassemblement pour démontrer qu’il s’agissait d’une nano manifestation avec une quinzaine de participants et une dizaines de photographes.

MPEG4 - 5.2 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

D’autres agences du régime ont oublié des reportages des rues de Téhéran où il n’y avait aucun rassemblement pro-régime et l’on voyait même un jeune porter les couleurs de l’ennemi du régime !

JPEG - 392 ko
JPEG - 293.5 ko
JPEG - 358.4 ko
JPEG - 345.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont fait alors appel aux chefs Pasdaran et ces derniers ont annoncé un grand rassemblement via les quelques jeunes de leur milice qui animent les divers sites de la milice universitaire pour donner l’illusion que le régime n’est pas seul ! Mais le régime n’a trouvé personne pour manifester en sa faveur !

Les députés voyous ont tenté d’aider les mollahs en cirant mort à l’Amérique tout en brûlant le texte de l’accord, car le Guide avait dit qu’il le ferait si Trump se retirait de l’accord ! Cela n’avait aucune valeur, car ils n’ont pas annoncé de vraies mesures pour défier Trump. Par ailleurs, ils étaient moins d’une dizaine (soit 20% des trente députés encore vraiment présents au Parlement) pour réaliser cette performance ridicule et sans conséquence loin de tout contact avec l’extérieur hostile au régime !

JPEG - 149.4 ko
JPEG - 118.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors appelé les chefs Pasdaran à agir ! Ces derniers ont annoncé le rassemblement de tous leurs officiers qui ont de hautes responsabilités pour un séminaire sur le développement des formations professionnelles pour les jeunes miliciens et l’avenir du régime afin de parler de la situation. Ils se sont alignés sur Rohani en disant « tant mieux » à propos du retrait de Trump, mais ils n’ont pas osé annoncer une punition contre le président américain qui avait le soutien de facto de tous les plus importants dirigeants du monde !

JPEG - 142.6 ko
JPEG - 135.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il n’y avait pas là tous commandants du régime, et ceux, bien peu nombreux, qui avaient accepté de s’afficher étaient clairement très déprimés par l’encerclement du régime et son incapacité à riposter en ayant perdu ses bases de terrorisme à l’étranger et ses miliciens de base en Iran !

JPEG - 101.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a ouvert en panique : 95% des entreprises cotées étaient en baisse, car leurs actionnaires voulaient vendre et n’étaient pas satisfaits malgré le faire que le régime avait ouvert la séance par une injection de fonds de plus de 380 milliards de tomans !

Rohani qui était alors en conseil des ministres s’est voulu rassurant en affirmant que lui et ses ministres étudiaient diverses options envisageables, ce qu’il avait déjà promis et dont l’absence laissait supposer qu’il n’avait aucune solution.

Le clergé a alors annoncé un grand rassemblement des instituteurs autour du Guide pour le soutenir face à Trump et à l’occasion de la journée de l’instituteur. Le Guide y a dit qu’il n’avait jamais eu confiance en l’Amérique, mais qu’elle ne pourrait jamais rien f... contre le régime. Il a ajouté qu’il n’avait pas non confiance dans les 3 autres (les Européens), mais qu’ils devaient garantir les intérêts du régime s’ils voulaient qu’il ne se retire pas de l’accord sur le nucléaire !

JPEG - 205.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le discours était grosso modo le même que celui de Rohani. Mais le show n’était pas plausible, car la journée de l’instituteur est le 2 mai et les mollahs n’en avaient pas parlé alors, car le peuple manifestait alors contre leur régime ! De plus, la foule présente sur les photos avait aussi une densité très élevée après les deux premiers rangs. Il s’agissait d’une maladroite création artistique du service de propagande du régime et du mollah qui doit assurer la fonction après le départ probable des jeunes embauchés pour ce travail. En résumé, le clergé avait inventé un récit de soutien (avec une vingtaine de personnes) pour réaffirmer sa position initiale et la faire accepter à ceux qui ne le croyaient pas capable de sauver le régime ! Ce bis raté nous a convaincus que le régime n’avait que la force de défier Trump et ses alliés, mais juste la capacité de répéter des slogans !

L’administration Trump qui a prouvé la qualité de sa stratégie contre les mollahs a alors amplifié sa pression à leur encontre en déclarant via un tweet de Trump qu’ils ne devaient même pas songer à quitter l’accord de Vienne, car ils seraient sévèrement punis. L’administration Trump a sous-entendu une frappe militaire en parlant de l’option militaire par l’intermédiaire de son ministre de la Défense !

La panique s’est amplifiée à la bourse. Les gens ont aussi continué à chercher de l’or et même des dollars ! L’indice boosté à +200 points avait déjà baissé de moitié et pouvait finir en négatif. Le régime a augmenté le prix de son or pour freiner les achats tout en poussant son investissement à 613 milliards de tomans (MMT )pour ralentir la chute de l’indice. Celui-ci a fini à +80 points après une chute de 120 points.

PNG - 286 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Nous avons alors remarqué que le tableau de la bourse était rouge à 95%. Cela n’était pas logique, le tableau aurait dû être vert, car l’indice était positif.

PNG - 795.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après de longues heures de recherches sur les forums et les blogs dédiés à la bourse, nous avons compris que nos conclusions n’étaient pas valables, car selon les intervenants de ces forums la frénésie de vente au cours des derniers jours avait provoqué un grand changement à la bourse : les actions étaient tombées à leur prix plancher depuis quelques jours et les gens avaient perdu l’envie de les vendre à ces prix. Le régime avait apprécié ce coma et en avait profité pour booster l’indice par des injections de fonds (un peu sur tous les titres) afin de ne pas provoquer une hausse de prix et les rendre à nouveau rentables et de fait mettre fin au coma qui l’avait débarrassé d’une panique difficile à gérer.

En ce dernier jour, après le retrait de Trump et l’incapacité du régime à riposter, les gens s’étaient mis à vendre leurs actions et avaient entraîné la baisse de l’indice. Le régime avait augmenté le volume de ses injections de fonds pour éviter de finir sur un indice négatif tout en se gardant de mettre fin au coma financier qui lui convenait.

Pour nous, ce coma ne pouvait pas être le fruit d’un hasard bénéfique au régime. Les mollahs avaient sans doute provoqué cette baisse des prix pour plonger la bourse dans le coma avant le retrait prévisible de Trump afin de mettre fin aux cycles de paniques financières qui allaient s’amplifier et engendrer plus de conflits avec leurs députés voyous et tous les serviteurs privés d’accès privilégiés aux moyens de fuir le pays en cas de danger.

Cette hypothèse nous a conduits à conclure que les mollahs étaient conscients de leur incapacité à riposter et aussi conscients que cette impuissance allait provoquer des ruptures au sein du régime. Ils avaient plongé leur bourse dans le coma tout en répétant sans cesse – avec ou sans public – que tout allait bien ! Au moment où le monde entier les défiait, leur principale terreur était la menace intérieure.

Au même moment, les mollahs ont constaté que les Russes, qui s’étaient dit en faveur du maintien de l’accord de Vienne étaient en discussion avec l’Allemagne et Israël, en mouvement pour s’intégrer à la coalition de Trump. L’accord nucléaire était maintenu, mais de facto violé par ses architectes. En le maintenant, ils voulaient les obliger à le respecter de peur qu’in fine, ils en sortent pour provoquer une crise régionale pour s’imposer par la menace d’une guerre régionale ou d’une prolifération sauvage au Moyen-Orient.

Les mollahs n’ont pas osé tenter ce coup en raison de la perte de leurs bases en Syrie et leur manque de stabilité politique en Iran. Leur présentant Rohani a alors appelé Macron, car la France ne s’était beaucoup pas exprimée sur le retrait. Rohani espérait qu’il critique un peu Trump et le déstabilise et ainsi entretient l’illusion d’une aide possible de l’Europe pour aider le régime à berner ses collaborateurs paniqués. Mais Macron l’a bien déçu en exigeant qu’il respecte pleinement l’accord sur le nucléaire le fait que ses principaux signataires le violaient !

Rohani a censuré l’ordre de Macron et a prétendu qu’il avait appelé le président français pour le sermonner et le presser de s’activer pour garantir les intérêts du régime ! Après ce mensonge, le régime a annoncé une nouvelle grande manifestation en sa faveur pour valider sa position ! Mais encore une fois, il s’agissait d’une nano manif !

JPEG - 319.7 ko
JPEG - 373.2 ko
JPEG - 302.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le clergé a alors annoncé de grandes manifestations dans tout le pays après le sermon de vendredi. L’annonce n’a pas provoqué le soutien de tous les collaborateurs du régime. Les mollahs ont encore désespéré. Peut-être sous l’influence de leurs chefs miliciens, ils ont donné l’ordre à leurs commandants en Syrie de tirer des roquettes sur Israël depuis leurs bases situées sur le plateau du Golan !

Les Israéliens n’ont pas attendu et après avoir consulté les Russes, ils ont lancé une attaque massive contre le régime en tirant plus de 60 missiles sur dix sites militaires du régime en Syrie !

JPEG - 131 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Américains et les Européens ont immédiatement donné raison aux Israéliens en insistant sur leur droit légitime à se défendre. Les Russes ont dépassé les Américains et les Européens en affirmant qu’ils avaient été consultés avant la frappe et qu’ils avaient laissé faire voir aider les Israéliens !

Les mollahs ont simplement censuré la nouvelle qui montrait leur impuissance et leur isolement. Puis ils ont reconnu avoir été agressés tout en affirmant qu’ils n’avaient rien perdu pour s’exempter du devoir de riposter ou d’organiser un enterrement pour les hommes perdus et mettre en valeur leur manque de partisans en Iran.

Jeudi 10 mai 2018 (20 Ordibehesht 1397), Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, avait zappé les revers, les défaites et les pertes subies la veille. Le clergé avait mis en avant le discours fait la veille par le Guide, en insistant sur son ultimatum aux Européens, pour berner ses collaborateurs avec l’illusion d’une riposte ou d’une intervention providentielle européenne !

JPEG - 157.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, avait fait de même. Là, le clergé espérait que sa persistance pourrait convaincre les Européens qu’il allait quitter l’accord pour les forcer à reculer par peur de la déstabilisation du Moyen-Orient.

PNG - 940.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), avait mis en avant le discours du Guide en précisant que Washington avait mis son veto au contrat d’Airbus et de Boeing pour bien faire comprendre que l’approche du régime ne changeait rien à la réalité des sanctions à son encontre. Les miliciens-politiciens-affairistes lâchés par les dirigeants espéraient encourager la dissidence au sein du régime et sans doute provoquer une nouvelle panique au sein du régime dans les jours à venir.

JPEG - 163.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, signalait la fin de facto de l’accord de Vienne en affirmant que son cadavre reposait dans un linceul made in Europe, pour dire que les Européens étaient des croque-morts qui allaient enterrer le régime et non ses saveurs !

JPEG - 222.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les Américains et les Européens avaient encore insisté sur le droit légitime des Israéliens à se défendre. Par ailleurs, les Russes avaient rappelé leur soutien actif aux Israéliens empêchant les mollahs de continuer leur censure pour se préserver d’une nouvelle crise en ce jour.

Le clergé a continué sa censure. Il s’est aussi mis en retrait pour ne pas répondre. Il a enfin mis en avant les partis politiques du régime pour occuper les esprits et évoquer la possibilité d’une démocratie pour rassurer ses collaborateurs qu’il pouvait établir les liens avec des dizaines de milliers d’ouvriers en grève qui se disent clairement anti-régime.

Mais les responsables des partis du régime n’ont pas pu établir ces liens, car ils ne semblaient pas autorisés à parler des problèmes du pays et restaient dans des débats théoriques sur la possibilité d’une démocratie islamique ! L’opération de charme des mollahs a surtout permis de constater qu’ils n’avaient aucun moyen de berner le peuple qui les conteste !

Au même moment, Merkel a appelé Rohani pour insister sur le maintien de l’accord sur le nucléaire par le régime en ajoutant qu’il devait éviter de menacer d’en sortir et également aussi réduire ses missiles et cesser son ingérence nuisible dans la région ! Les mollahs ont censuré cette intervention qui montrait que l’Europe œuvrait dans le sens de Trump et pour lui imposer ses conditions !

Dans la foulée, Ryabkov, le n°2 de la diplomatie russe est arrivé en Iran, pour insister aussi sur le maintien de l’accord sur le nucléaire qui existait sans avoir aucun bénéfice pour le régime. Les mollahs ont censuré les propos échangés tout en affirmant que le n°2 de la diplomatie russe était venu aider le régime et l’assurer du soutien de son pays ! Ils ont ainsi ajouté l’illusion d’une intervention providentielle russe à leur gamme de mensonges rassurants !

JPEG - 377 ko
JPEG - 310.2 ko
JPEG - 276.7 ko
JPEG - 268.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont encore négatif continué à promouvoir leur démocratie islamique révélant à leur insu que leur principale terreur demeurait la crainte d’une contestation plus forte à la suite de la décision de Trump d’accélérer ses actions à leur encontre et le soutien du monde entier à cette initiative !

En début de l’après-midi, Washington a annoncé qu’il avait démantelé avec l’aide des Émirats un réseau qui parvenaient à fournir des dollars aux mollahs, les informant qu’il avait activé sa sanction les rivant d’accès au dollar et les laissant supposer qu’ils seraient vite privés de leurs revenus en dollars par la faute de cette sanction !

Les mollahs n’ont pas commenté la nouvelle, car elle pouvait engendrer la panique au sein de leur régime. Ils ont encore continué à promouvoir leurs partis politiques avouant implicitement qu’ils craignaient en priorité une opposition plus forte à leur encontre en Iran !

Vendredi 11 mai 2018 (21 Ordibehesht 1397), les mollahs devaient s’exprimer sur les évènements de la semaine et indiquer leur feuille de route pour leurs collaborateurs lors de la semaine à venir.

Mais avant qu’ils ne parlent, ils ont eu une très mauvaise nouvelle. Deux gigantesques compagnies de transports maritimes européens (la danoise Maersk et l’Italienne Mediterranean Shipping Company ou MSC) qui sont aussi les deux principaux loueurs de cargos et porte-containers dans le monde ont annoncé qu’elles ne travailleraient plus avec les mollahs !

PNG - 603.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’Europe surpassait ainsi les attentes de Trump pour dominer la guerre économique contre les mollahs et gagner le cœur de leurs opposants pour continuer à avoir des contrats après la chute des mollahs !

Dans la foulée, Merkel a fait allégeance à Trump en affirmant son engagement à rester dans l’OTAN dans l’espoir de se placer en tête de ses alliés et s’assurer un accès privilégié au business en Iran après les mollahs !

Les Israéliens ont aussi surpris et bousculé les mollahs en invitant officiellement Assad à expulser les agents du régime de son pays ! Enfin la France a annoncé que l’Europe officialiserait mardi sa position vis-à-vis d’Iran. Les mollahs se sont retrouvés avec une menace qui les empêchait de continuer à réclamer le respect de leurs intérêts...

Les mollahs sont restés silencieux. Ils ne savaient que dire ! Les mollahs ont envoyé le Guide visiter leur exposition de livres qui n’intéresse personne où, loin des préoccupations de tous les paniqués, il a affirmé son goût pour la lecture et des romans français pour simuler que tout allait bien, qu’il n’y avait aucune urgence et que le régime pouvait espérer une intervention providentielle française !

JPEG - 125.4 ko
JPEG - 117.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après cette fuite dans un monde de promesses rassurantes, les mollahs mis en avant leur parti NEDA qui se dit partisan d’un adoucissement tout en restant intégriste et anti-sioniste, mais cette option n’a eu aucun succès !

Ils ont alors invité les chefs miliciens, complices de leur crime et de leur propagande, à assurer le discours avant leur propre sermon de vendredi. Les chefs miliciens ont continué la propagande rassurante du régime en affirmant d’emblée et avant leur discours que le retrait de Trump de l’accord de Vienne n’avait aucun effet sur le régime, son économie ou sa puissance militaire ! Puis lors de leur discours, leur représentant a dit que la guerre économique n’était rien à côté d’une vraie guerre et la milice avait la capacité de vaincre sur les deux fronts et encore plus facilement dans la guerre économique grâce à la popularité du régime et son armée de jeunes miliciens prêts à travailler pour renforcer son économie !

Les mollahs ont été ravis par ce discours qui dépassait par sa fantaisie leur propre propagande rassurante destinée à leurs collaborateurs qui doutent.

Dans leur sermon, ils ont cessé de promettre l’intervention providentielle de l’Europe qui ne les avait pas satisfaites et ont surpassé leurs chefs miliciens en adoptant un ton belliqueux vers l’Europe. Ils ont aussi menacé Les Européens en affirmant qu’ils étaient semblables aux Américains. Ils ont enfin terminé en fanfare -pour rassurer les leurs et intimider les adversaires, en affirmant que personne ne pouvait les empêcher de développer tous les missiles qu’ils voulaient pour détruire Israël !

Mais personne n’a repris et salué ce discours, car ils avaient parlé d’une frappe que les chefs Pasdaran ne pouvaient pas assurer ! En réponse, les mollahs ont annoncé un grand succès pour leur appel à manifester contre le retrait de Trump en affirmant que des dizaines de milliers d’Iraniens avaient crié mort à l’Amérique et à Israël avant de brûler le drapeau israélien et lire une longue déclaration anti-américaine qui ordonnait aux Européens d’agir et défendre les intérêts du régime !

Mais il y avait deux problèmes : l’heure de la fin des manifestations ne concordait pas avec leur durée. Elles étaient finies en dix minutes alors qu’il aurait fallu au moins autant de temps pour brûler le drapeau israélien ou encore lire la déclaration ponctuée de slogans que l’on imagine. Par ailleurs, il n’y avait aucune photo de ces foules gigantesques à l’heure de l’annonce ! De plus, le temps était un peu nuageux ce jour, mais sur les images le ciel était gris ! Enfin, on n’avait pas la même densité dans une foule d’une avenue des deux côtés de la ligne centrale. Il était clair que les mollahs avaient fouillé dans leurs archives pour trouver des images avec des pancartes anti-israéliennes et un bon ciel et avaient mis du temps, car ils ne parvenaient pas à les étoffer grâce au logiciel Photoshop.

JPEG - 353.8 ko
JPEG - 327.3 ko
JPEG - 336 ko
JPEG - 461 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cette supercherie qui était destinée à valider la nouvelle ligne du régime risquait au final de coûter cher aux mollahs !

Au même moment, les mollahs ont reçu une très mauvaise nouvelle : l’AIEA a annoncé que son directeur des inspections, le Finlandais Tero Varjoranta, qui était chargé de la vérification du bon respect du traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et avait attesté la fin de toute activité nucléaire suspecte en Iran, avait donné sa démission et serait vite remplacé. En attendant, la fonction allait être confiée à l’ingénieur nucléaire Massimo Aparo, le chef des inspections en Iran !

Les mollahs ont censuré la nouvelle, car elle laissait supposer que les Européens qui avaient bénéficié de l’anti-américanisme de ce personnage avaient changé de ligne et voulait un type anti-mollahs pour accentuer leurs actions contre eux et se placer définitivement au-dessus de Trump et ainsi le rendre redevable et échapper à ses sanctions tout en s’offrant la part du lion dans les contrats avec les successeurs des mollahs qui auront besoin de partenariats étrangers pour relancer le pays après 40 ans de mis-managment.

Les mollahs ont annoncé le départ de leur M-AE lundi à Moscou dans l’espoir que Poutine énervé par cette offensive opte pour les aider ! Poutine devait alors être à Sochi pour une nouvelle conférence sur la sécurité régionale. Les mollahs espéraient que leur russophilie soudaine leur permettrait d’y être invités et qu’ils pourraient profiter de la présence de leur représentant Rohani au côté de Poutine pour faire douter les Européens à propos de la pertinence de leur hostilité et les amener à changer d’attitude et cesser leur super collaboration avec Trump !

Mais Moscou n’a pas lancé d’invitation à Rohani ! La Russie ne voulait pas aider un régime qui avait mis en danger sa présence en Syrie

Les mollahs ont ainsi fini la semaine du retrait de Trump de l’accord de Vienne sur la preuve qu’ils n’avaient plus la cote et ne pouvaient plus jongler avec les alliances et changer d’alliés pour enchaîner les chantages de toute sorte pour assurer leur survie. Mais ils ont continué à chahuter par peur que la preuve de leur isolement entraîne la fuite de leur serviteur et qu’ils se retrouvent seuls face à des millions qui veulent leur mort. Ils ont cessé de parler, car ils ne savaient que dire et avaient peur d’irriter sérieusement leurs derniers compagnons par une nouvelle improvisation vite bâclée et de provoquer des crises susceptibles de les déstabiliser davantage !

© IRAN-RESIST.ORG
---Semaine 535 :---
---Nouveaux Fronts intérieurs et extérieurs contre les mollahs ! ---

Cette semaine, les mollahs devaient éviter d’improviser. Ils devaient trouver une ligne stable pour rassurer leurs derniers compagnons. Ils ont mélangé toutes les options ratées sans trouver la formule pour avancer de manière stable. Ils ont provoqué des crises qui les ont amenés à improviser encore, à désespérer davantage leurs derniers compagnons. Ils ont perdu des alliés et ont gagné de nouveaux ennemis qui les connaissent bien et sont bien armés pour les abattre.

Samedi 12 mai 2018 (22 Ordibehesht 1397), Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, annonçait que l’Europe allait luttait pour l’accord de Vienne et la préservation des intérêts du régime ! Les mollahs étaient revenus vers la promesse d’une intervention providentielle européenne, car ils n’attendaient rien de la Russie et avaient peur que le silence des Russes entraîne une plus grande panique au sein de leur régime !

JPEG - 184 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, avait mis en avant les manifestations annoncées la veille. Le clergé insinuait qu’il avait l’appui du peuple pour intimider ses adversaires européens ou russes ! Il était désespéré et à court d’idées et avait aussi peur de défier ses adversaires !

PNG - 1.1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), avait révélé que le régime avait réalisé un record de vente pétrolière au cours de la précédente année iranienne, car il avait vendu tous les stocks flottants de barils en prévision à l’embargo qui devait se concrétiser après le retrait de Trump. Cela signifiait que les mollahs avaient imaginé que Trump se retirerait l’an dernier et qu’ils envisageaient depuis cette date qu’ils allaient manquer de tout, mais ils n’avaient rien fait pour empêcher cette situation sauf déplacer leurs dollars hors du pays pour se préparer un exil à l’abri de tout besoin !

JPEG - 150.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, soulignait la faiblesse des mollahs en rappelant qu’il répondait par une propagande anti-israélienne à une attaque massive d’Israël contre leurs bases tactiques et stratégiques en Syrie !

JPEG - 240.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran dans BILD, le M-AE allemand avait critiqué le retrait de Trump et avait promis de préserver l’accord de Vienne. Les Allemands qui avaient fait les mauvais flics aux côtés de Trump jouaient aux bons flics sans pour autant aller dans le sens des mollahs ou critiquer les sanctions déjà appliquées par les Américains ou encore les Danois et les Italiens. De fait, les Allemands parlaient pour ne rien faire. Ils parlaient pour assurer les opposants internes à leur politique tout en aidant implicitement Trump et les autres nations qui s’étaient engagées dans la lutte contre les mollahs !

Les collaborateurs du régime ont paniqué et se sont précipités pour acheter des pièces d’or ! Le gouvernement des mollahs a monté les prix de son or pour limiter ses pertes.

Au même moment, les Bazaris de Téhéran (principaux soutiens antérieurs de Khomeiny ) qui ont sans cesse été maltraités par les mollahs et dernièrement accusés de faire monter les prix de l’or ont limité leur distribution d’or et mis la pression sur la Banque centrale du régime en annonçant qu’ils allaient fermer leurs boutiques en solidarité avec les Bazaris kurdes qui sont en grève pour abattre le régime ! Le gouvernement a dû encore augmenter le prix de son or pour limiter le pouvoir d’achat de ses collaborateurs et préserver le stock d’or pour ses besoins et ceux de ses patrons du clergé !

On avait une grosse panique, une grève inquiétante et un gouvernement qui n’avait aucun allié pour résister. Les chefs Pasdaran sont restés silencieux !

Le ministre des AE du régime a alors appelé les Japonais. Ils n’ont pas pris position en faveur du régime. Il a appelé les Norvégiens (parce qu’ils ont des compagnies pétrolières et aussi parce que leur ancien PM est l’actuel patron de l’OTAN). Mais ils n’ont rien dit pour défendre les mollahs ! On a alors vu Rohani avec le m-AE du Turkménistan, qui avait sans doute été contacté la veille. Il n’a pas pris leur défense et ne leur a pas accordé des garanties et la coopération diplomatique et bancaire qu’ils ne cessent de réclamer à tous leurs interlocuteurs.

JPEG - 235.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On a aussi aperçu le ministre de la Défense de l’Afghanistan, pays où les mollahs propagent le terrorisme pour blesser et intimider les Européens et les Américains. Les mollahs l’ont accusé d’abriter les forces de leurs ennemis américains et ont aussi parlé de leur aversion pour le terrorisme les menaçant implicitement de plus d’action de ce genre pour les forcer à leur accorder des garanties déjà citées et les forcer à se retourner contre les Américains ! Mais ministre de la Défense de l’Afghanistan a mis fin à cette rencontre diplomatique sous tension en affirmant que son pays n’autoriserait aucune action hostile depuis son territoire contre un pays voisin et les a quitté l’Iran sans leur accorder la moindre garantie sûre que ce soit y compris leur sécurité.

JPEG - 151.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après tous ces échecs, Zarif a annoncé qu’il partirait dès le lendemain en Chine, puis lundi en Russie et mardi à Bruxelles pour un rendez-vous fixé par les trois grandes puissances européennes. On a compris que ce ministre très primaire et prévisible des mollahs voulait utiliser les Chinois et leurs intérêts économiques pour l’Iran afin de menacer l’intérêt économique des Russes pour l’Iran et obtenir leur soutien puis les utiliser pour menacer l’intérêt économique des Européens pour l’Iran et obtenir leur soutien !

Les Parlementaires voyous du régime ont alors critiqué le délai de 7jours initialement accordé par Rohani aux Européens pour se décider (mardi) et ont dit qu’ils allaient parler d’une réaction forte le lendemain même. Étant donné qu’ils pouvaient agir immédiatement, on a compris qu’ils se donnaient un délai d’un ou deux jours pour se prononcer.

Les nantis dépités par ses calculs intéressés sur un projet potentiellement voué à l’échec sont restés paniqués et ont continué à chercher l’or du régime ! Le gouvernement a dû encore augmenter prix de son or. La pièce d’or du régime a ainsi atteint 2,048,000 tomans avec une hausse imposée par en haut de 190,000 tomans ! En revanche, les riches n’ont rien vendu à la bourse en raison de la chute des prix. Le régime qui cumulait les échecs a interdit de vente les actions d’entreprises qui n’étaient pas en baisse et a fait grimper l’indice de 190 points en arrosant un peu tous les titres en difficulté avec 239 milliards de tomans pour simuler que tout allait bien !

PNG - 149.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs devaient alors réussir leur coup dimanche en Chine pour éviter que la panique s’aggrave et débouche sur des ventes frénétiques d’actions susceptibles de contrer sa manipulation à la bourse et révéler l’instabilité du régime ! Rohani a paniqué et a aussi pris la parole pour dire que tout allait bien, car il avait donné des ordres à Zarif pour privilégier le dialogue (les marchandages et les concessions) pour obtenir des garanties pour le régime !

Les chefs Pasdaran ont volé à son secours en affirmant qu’ils étaient par ailleurs prêts à répondre à toutes menaces militaires des Américains et de leurs associés, mais qu’il n’y avait aucun risque de guerre, car Trump était faible et faisait juste une guerre psychologique contre le régime !

Dans la soirée avant la rencontre décisive de Zarif avec son homologue chinois, le régime a une très très mauvaise nouvelle : le leader chiite intégriste Moqtada Sadr qui était leur allié et protégé, mais a rejoint les Saoudiens, a changé d’étiquette pour devenir un patriote, et ne cesse d’attaquer le régime depuis 2 ans pour condamner son ingérence en Irak, a gagné les élections législatives irakiennes grâce à ce thème ultra populaire en Irak et aussi grâce à son alliance avec le parti communiste irakien de tendance laïque et anti-mollahs iraniens !

JPEG - 48.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont frémi à l’idée qu’ils venaient de perdre la possibilité de la fuite vers l’Irak qui en raison de sa majorité chiite est la seule porte physique de sortie pour eux.

Zarif a quitté l’Iran pour la Chine et le M-AE permanent des mollahs, Velayati, a pris la parole devant les journalistes pour dire que cette semaine allait être un test pour mesurer la fiabilité des Européens, les présentant comme les partenaires favoris du régime, pour mettre la pression sur les Chinois et les inciter à prendre la main de Zarif !

Dimanche 13 mai 2018 (23 Ordibehesht 1397), les mollahs devaient réussir leur plan à Pékin et mettre en place un domino de chantage économique pour forcer les Européens à renoncer à leur coopération intéressée avec Trump et les soutenir et ainsi aussi démoraliser leurs millions d’opposants iraniens qui comptent sur les sanctions pour se libérer !

Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens avait zappé Zarif et avait mis en avant la victoire de l’équipe féminine iranienne de foot en salle ! Le clergé n’avait visiblement pas confiance en son ministre primaire des AE ou il avait déjà eu un début de réponse du côté des Chinois qui n’ont aucun intérêt à rater le festin de la mise à mort des mollahs pour se gaver chez les Saoudiens ou en Irak !

JPEG - 216.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, annonçait que la rencontre avec le ministre afghan de la Défense concernait l’utilisation illégale des eaux de Hirmand par les Afghans !

PNG - 794.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En fait, après avoir échoué le plan d’intimidation des Afghans, les mollahs les menacer de poursuites internationales pour ne pas appliquer l’accord conclu sous le Shah alors qu’ils avaient eux-mêmes négligé son application ! Du fait de ce détail qui les privait de leur droit, ils cherchaient à polémiquer avec les Afghans pour cacher l’échec prématuré de leur seul plan pour contrarier l’évènement du front européen contre leur régime !

Ils risquaient de provoquer un autre front du côté afghan et de se retrouver entourés de nouveaux fronts hostiles et in fine perdre des alliés internes et devoir faire face à de nouveaux fronts hostiles en Iran contre leur régime !

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), avait révélé que les patrons du régime avaient acheté beaucoup de pièces d’or à des prix soldés et les avaient sorties du pays alors qu’ils les vendaient plus cher à leurs collaborateurs paniqués sans les autoriser à les sortir du pays ! Le but de la révélation était d’amplifier la panique. Les miliciens-politiciens-affairistes signalaient que l’Europe était dans une mouvance irréversiblement anti régime aussi, car la compagnie européenne Airbus avait annoncé discrètement au régime la rupture du contrat qui les liait !

JPEG - 134.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, signalait que la bourse montrait un indice positif, car le régime profitait des prix plancher. Le journal signalait aussi le départ de l’inspecteur qui validait sans cesse la régularité de mollahs dans l’application de l’accord sur le nucléaire.

JPEG - 242.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les Allemands répétaient encore que l’Europe n’aurait jamais la capacité de tenir tête aux sanctions américaines ! Les Allemands s’activaient à ne rien faire contre les sanctions. Puisque la coupe du monde est proche, ils faisaient un jeu brésilien, gardant le ballon, pour contrôler le jeu, et les laisser d’autres marquer contre les mollahs !

Au même moment, le Bazar de Téhéran devait fermer : les Bazaris ont tenu parole et n’ont pas ouvert leur boutique.

PNG - 429.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Zarif qui était arrivé tôt le matin à Pékin avait déjà rencontré son homologue chinois et il n’avait pas annoncé une victoire diplomatique ! Les Chinois n’avaient donc pas mordu à l’hameçon empoisonné des mollahs et ces derniers ne pouvaient pas mettre en application leurs dominos de pression et de chantage pétrolier pour parvenir à perturber les Russes puis les Européens avant la rencontre prévue mardi à Bruxelles !

JPEG - 383 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani qui rencontrait alors le M-AE de Sri Lanka parut très irrité. Il a répété le discours sur les intérêts du régime pour insinuer que le plan avait réussi afin que ses adversaires ne le déclarent pas hors jeu !

MPEG4 - 2.6 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les Chefs Pasdaran ont douté du régime et sont tout d’un coup devenus les défenseurs de l’agriculture et l’écologie, deux domaines délaissés, voire détruits par les mollahs !

Les députés voyous ont aussi oublié de partir en guerre contre Rohani et de facto contre les Européens puisque les Chinois semblaient aussi approuver la guerre contre le régime. Les députés voyous ont consacré leur réunion privée au taux du dollar pour savoir comment combattre le marché noir dont les prix ne convient pas à leur revenu. Le choix du sujet montrait leur certitude que le régime ne pouvait pas durer !

Les députés voyous ont aussi la pression aux VIP du régime en demandant des mesures restrictives contre les bi-nationaux de leur clan présent à des postes de décision qui sont chargés de préparer leur fuite afin d’avoir droit au même service ! En l’absence d’un signe encourageant, ils sont devenus opposants en révélant que le régime courrait bers la faillite, car il y avait une baisse impressionnante du nombre des entreprises et une hausse entre plus impressionnantes des auto-emplois !

En l’absence d’un geste de la part du clergé, les députés voyous ont lâché une bombe médiatique en révélant que le régime avait été condamné la semaine dernière à une amende de 18 milliards de dollars pour la rupture de son contrat avec la cie pétrolière Crescent des Émirats et qu’il se verrait donc geler sous peu une somme similaire de ses revenus pétroliers ou gaziers gagnés à l’étranger, soir un an de revenu réel du secteur pétrolier iranien, et se retrouverait sans rien dans très peu de temps !

En l’absence d’un geste de la part du clergé, les députés voyous sont devenus pro-peuple, en affirmant que le régime ne pouvait pas exiger la solidarité des Iraniens quand il n’accordait aucune attention à leurs attentes ou leurs revendications ! Les mollahs n’ont pas réagi. Mais les députés voyous ne sont pas allés plus loin, car la seule option était la rupture et ils n’osent pas aller à la rencontre de la foule des Iraniens hostiles au régime !

Le gouvernement qui cumulait les échecs a diminué la pièce d’or de 70,000 tomans, fixant son prix 1 million 978 milles tomans pour attirer hors la bourse et éviter de paniquer les gens et se retrouver avec une vente massive d’actions des ses nantis ou le retrait de leurs avoirs des banques qui entraînera sa chute. Il a aussi augmenté un peu des injections de fonds les relevant à 348 milliards de tomans. Il a ainsi provoqué une hausse de l’indice soit 275 points !

PNG - 151.6 ko
PNG - 624.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Washington a alors mis la pression sur le régime (visiblement criard) en annonçant via Bolton qu’il pouvait sanctionner les Européens qui ne coopéreraient pas avec les États-Unis, tout en affirmant que le problème ne se posait pas pour l’instant et qu’il avait le soutien des Européens.

PNG - 641.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, Pompeo a souligné l’attitude hors-la-loi du régime en soulignant qu’il détenait plusieurs Américains dans ses geôles tout en affirmant que la bonne solution était de les libérer comme Kim Jung Un sans rien demander au retour pour signaler au passage que son pays ne s’engagerait pas dans un marchandage pour les libérer et qu’ils ne pouvaient rien espérer de tel.

Le milicien Izadi, un analyste politique réputé du régime, a alors annoncé que Washington menait le jeu et de fait le régime ne pouvait rien gagner en appliquant sa méthode de man œuvres dilatoires. Il a aussi souligné que le retour des sanctions révélait que les sanctions n’avaient pas été supprimées, mais gelées ! Il a enfin annoncé que les conseillers de Trump lui avaient signalé qu’ils allaient l’aider à renverser le régime dans moins de deux ans !

Le clergé gêné par son échec et ces avis a évoqué la nécessité pour ses agents exécutifs, dont Rohani, de présenter des excuses au peuple. Rohani désespéré par son échec et l’absence solidarité de ses patrons a appelé la PM anglaise, pour lui proposer un deal en rappelant sans doute les liens entre la couronne anglaise le clergé iranien, mais il n’a rien obtenu d’elle. Son M-AE a alors annoncé son départ pour Moscou pour donner l’illusion qu’il pouvait réussir sa mission !

Mais cela étant impossible, son 1er adjoint, le milicien terroriste Araqchi, négociateur attitré pour l’accord sur le nucléaire, a aussi rassuré les gens du régime tout ne dépendait pas de Zarif, car le régime pouvait s’entendre avec les grandes compagnies européennes à défaut de parvenir imposer un deal politique avec les dirigeants européens !

Sadegh Larijani, le chef du pouvoir judiciaire, conscient de la nécessité d’un deal politique et dès lors la nécessité de l’adhésion du régime au GAFI (FATF), a aussi tenté d’améliorer l’image du régime sans passer par cette case, en annonçant des verdicts de mort pour les responsables (inconnus) de la fausse attaque de Daesh à Téhéran pour insister sur l’absence de lien du régime avec ce groupe terroriste !

Trump qui a récemment assisté à l’échec des groupes proches des mollahs dans les élections législatives au Liban et en Irak a vite insisté sur les liens des mollahs avec tous les terroristes des pays voisins pour occuper le Moyen-Orient. Afin d’entretenir la laine à leur encontre et leur montrer qu’ils ne pourraient s’attendre à être pardonnés quoi qu’ils fassent maintenant !

Lundi 14 mai 2018 (24 Ordibehesht 1397), Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, avait zappé les revers et les défaites subies la veille et il avait mis en avant le maintien de l’accord de Vienne si ses intérêts étaient respectés. Le gouvernement espérait rassurer les gens du régime qu’il menait encore le jeu ! On pouvait en conclure qu’il ne le contrôler plus !

JPEG - 184.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, critiquait le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem ! Le clergé avait donc décidé de changer de sujet. Il cherchait à s’infiltrer dans la grosse polémique du moment pour faire oublier ses échecs. Enfin, il cherchait aussi à draguer d’autres pays musulmans et les pays opposés à Israël pour bénéficier de leur soutien et neutraliser le tweet de Trump sur leur volonté d’occuper la région ! Mais leur intervention était en soi la preuve de leur volonté d’ingérence à leurs propres fins.

PNG - 851.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), avait révélé que le régime avait divisé par 2 l’enveloppe de devises autorisée pour les voyageurs iraniens pour empêcher les riches de sortir leurs dollars au prétexte de payer leur séjour dans les hôtels étrangers 5 étoiles. Ce groupe en danger entendait se faire pardonner en disant la vérité, en encourageant la panique et en déstabilisant les mollahs !

JPEG - 161.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, signalait que grâce à la passivité des Européens, des Russes et des Chinois, l’accord de Vienne était devenu le bassin de développement de nouvelles sanctions anti-régime ! Les cadres miliciens dissidents insistaient sur la défaite du régime pour encourager la rupture de ses derniers collaborateurs fidèles.

JPEG - 203.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, Zarif était reçu à Moscou par Lavrov. Il lui a laissé entendre qu’il soutiendrait la position russe sur le statut de la mer Caspienne pour obtenir ce soutien. Mais Lavrov n’a pas salué cette déclaration, car Zarif et avant lui ses prédécesseurs ont toujours fait cette promesse sans jamais la tenir.

JPEG - 144.4 ko
JPEG - 40.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Lavrov est resté dans le schéma tactique de la passivité feinte comme les Européens en critiquant Trump sans rien accordé aux mollahs. Il a répondu à la demande du respect des intérêts du régime en précisant qu’il privilégiait seulement les intérêts de la Russie et n’a envoyé aucune invitation pour Rohani d’aller à Sotchi pour rencontrer Poutine.

Dans le même temps, l’État russe a complété l’humiliation en rappelant que Poutine recevait au même moment Amano pour parler de la situation (sans un représentant du régime) et qu’il allait aussi recevoir tous les ennemis européens des mollahs à Sotchi pour échanger des points de vue sur divers dossiers internationaux en vue de parvenir à des partenariats stratégiques ! Au même moment, Poutine a reçu Amano à Sochi

PNG - 468.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, étant donné que la mission de Zarif était un échec et que les Européens pouvaient en profiter pour lui imposer les conditions exigées par Trump et s’adjuger la victoire sur ce régime pour préserver leurs intérêts en Iran après sa chute, Lavrov a aussi pris la liberté de prendre les mollahs de haut en leur interdisant le droit de proférer à l’enrichissement et à la prolifération des armes nucléaires pour faire partie de la victoire espérée par les Européens.

Cette offensive du dribbleur russe a accéléré le jeu ! La Dribbleuse Mogherini, porte-parole de l’EU3, a alors pris la direction du jeu anti-mollahs en annonçant que l’EU resterait dans l’accord de Vienne tant que les mollahs respecteraient leurs engagements et que par ailleurs, mardi, elle leur présenterait aussi une offre des UE3 pour qu’ils puissent rassurer ces derniers en réponse aux inquiétudes soulevées par leurs missiles et leur politique étrangère.

Zarif qui ne voulait pas avouer son échec s’est abstenu de critiquer et a même parlé de rencontres positives en Chine et en Russie dans le vain espoir de duper les Européens et les pays de la région. À Téhéran, Rohani a aussi nié férocement cet échec en publiant un texte critiquant par avance tous les opposants à l’accord qu’ils avaient auparavant qualifié d’« inquiets » qui sont devenus des plaignants en supposant qu’ils avaient eu raison de douter du succès de l’accord !

Puis il a chargé tous ces collaborateurs de se focaliser sur le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem pour faire oublier Zarif qui loin de surfer sur les vagues de la réussite pouvait boire la tasse à Bruxelles !

À ce moment, le député milicien Zakani qui s’était présenté aux présidentielles en se disant en faveur d’une autre révolution avant d’être contraint de se retirer a annoncé qu’il allait organiser une conférence pour faire une leçon sur l’accord de Vienne et expliquer ce qu’il n’allait pas !

Rohani en danger a diminué le prix des pièces d’or du régime de 75000 tomans (18 $ au taux officiel – 12 $ au taux libre – actuellement à 6300 tomans), le fixant à 1,903,000 tomans (453 $ au taux officiel ou 302 dollars au taux libre). Il a aussi augmenté l’injection de fonds à la bourse à 403 milliards de tomans (96 MM$/64 MM$). L’indice est monté de 537 points ce qui signifiait que le gouvernement avait misé sur des actions faibles tout en revigorant ces actions au lieu de maintenir sa politique d’affaiblissement des taux pour limiter les ventes et la fuite des capitaux.

PNG - 200.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans l’après-midi, Zarif a quitté Moscou pour Bruxelles et le régime s’est occupé de la Palestine pour ne pas parler du mauvais bilan de M-AE et son manque de pouvoir à influencer les UE3 et peut-être le devoir de plier l’échine pour éviter qu’ils troquent leurs fatiguant dribble pour un jeu tonique et agressif à la façon allemande.

Le silence des mollahs convaincu était la preuve de leur faiblesse. Trump a profité de ce passage à vide pour annoncer que ses collaborateurs consultaient les EU3 pour de nouvelles sanctions. Puis il a annoncé la réactivation des sanctions pétrolières américaines.

En écho, la compagnie allemande Siemens qui fournit aux mollahs des ordinateurs et des programmes pour acheminer leur pétrole des raffineries aux terminaux d’embarquement dans les cargos a annoncé qu’elle cesserait de travailler en Iran dès la fin de son actuelle mission !

PNG - 386 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La Russie, qui a d’aussi bons ordinateurs et programmes, n’a pas volé au secours des mollahs et a démontré qu’elle entendait aider leurs ennemis ! Les EU3 n’ont pas critiqué Siemens ! Les mollahs ont censuré les deux nouvelles qui confirmaient la coopération implicite entre des EU3 et la Russie avec les États-Unis et ont gardé le silence pour éviter une nouvelle panique interne.

Zarif a cependant rassuré les collaborateurs du régime en affirmant qu’il avait écrit au secrétaire général de l’ONU pour se plaindre. Mais ce dernier n’a pas parlé des mollahs et n’a pas condamné les deux sanctions qui allaient les priver sous peu de tous leurs revenus pétroliers !

Le gouvernement a alors encore choisi la diversion en annonçant la présence de nombreux invités étrangers pour le début à Mashad de sa grande conférence annuelle anti-sioniste nommée Nouveaux Horizons ! L’annonce nous a surpris, car on en avait déjà entendu parler l’hiver dernier comme un moyen de nier la déstabilisation du régime par le peuple. Mais elle n’avait pas eu lieu alors. Sans doute, les invités avaient eu peur de s’engager en faveur d’un régime qui risquer de chuter.

PNG - 284.7 ko
JPEG - 77.3 ko
JPEG - 101 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cette fois, il était une dizaine d’invités VIP étrangers. Cette fois, elle était sous la direction du candidat présidentiel Rayissi, qui a perdu face à Rohani. Il a déploré les massacres israéliens à Gaza avant de parler des malheurs du régime afin que les invités interlopes présents leur apportent leur soutien ! Mais aucun n’a parlé ainsi ! Aucun n’a voulu aussi aller à la rencontre des miliciens étudiants qui prétendent être des centaines de milliers ! La journée a fini sur de nouveaux échecs et deux sanctions fortes avant la rencontre du représentant des mollahs avec le constat de l’adhésion de moins en moins discrète des Européens à Trump !

JPEG - 78.4 ko
JPEG - 308.6 ko
PNG - 417.4 ko
PNG - 450.2 ko
PNG - 450.7 ko
PNG - 464.2 ko
PNG - 356.4 ko
PNG - 392.4 ko
PNG - 325.3 ko
PNG - 199.7 ko
PNG - 395.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mardi 15 mai 2018 (25 Ordibehesht 1397), les bazars de plusieurs villes, dont Téhéran, étaient en grève. Les mollahs devaient se faire sermonner à Bruxelles.

Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, avait zappé les revers et les défaites subies et mis en avant le texte de Rohani contre les opposants à l’accord de Vienne. Rohani avait peur d’un échec cuisant à Bruxelles !

JPEG - 161.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, avait misé sur les malheurs des Palestiniens pour trouver des alliés pour le régime. Le journal citait aussi son M-AE qui dans une déclaration avait rendu les États-Unis responsables de tout ce qui pouvait arriver. Il s’agissait de provoquer les Américains pour éjecter les EU3 et aussi donner l’impression que les Américains étaient seuls pour obtenir des soutiens de la part de leurs bêtes noires comme Maduro ! Tout cela était la preuve d’une seule chose : les mollahs appréhendaient leur rencontre avec les EU3 et ce que ces derniers voulaient leur imposer pour cesser de suivre Trump et devenir ses alliés privilégiés !

PNG - 897.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), avait révélé que le régime n’avait plus de barils en réserve sur des cargos et de fait la fin de la coopération de Siemens serait la fin de ses exportations et ses revenus pétroliers ! Le journal signalait aussi un état de faillite, car le gouvernement avait discrètement annoncé qu’il engagerait plus de nouveaux fonctionnaires.

PNG - 897.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, critiquait les tirs israéliens contre les Palestiniens de folie sioniste. Il signalait aussi que le gouvernement avait distribué 600 millions de tomans (143,000 $) de primes équivalents à 42 années de salaires d’un fonctionnaire à ses responsables pour s’assurer de leur fidélité !

JPEG - 160.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On pouvait être certain que la nouvelle allait révolter les 96% de la population qui selon les statistiques du régime sous le seuil de la pauvreté ! Le régime risquait aussi de perdre les 4% qu’il paye pour le servir après l’échec prévisible de Zarif à Bruxelles.

Les mollahs ont cessé d’évoquer le sujet en prétendant que la rencontre allait avoir lieu plus tard dans la journée voire tard dans la nuit, car les Russes s’étaient intelligemment rapprochés des EU3 dans une rencontre de Ryabkov, le 1er adjoint de Lavrov et l’ambassadeur de l’EU en Russie en déclarant que les mollahs ne pouvaient espérer préserver l’accord de Vienne sans accorder de nouvelles faveurs aux EU3 pour s’inclure dans les faveurs exigées quels qu’ils soient !

Les Européens n’étaient sans doute pas ravis, mais la déclaration confortait leur rôle dans le jeu anti-mollahs ! Zarif a ainsi été reçu par Mogherini à un moment où elle avait la possibilité d’exiger des faveurs ! Elle a exigé l’application complète de l’accord de Vienne et a promis de s’opposer à de nouvelles sanctions sans garantir quoi que ce soit aux mollahs ! Zarif a paru contrarié. Nous avons conclu que son interlocuteur lui avait exposé des exigences sans en parler à la presse. Sa discrétion était compréhensible : elle avait peur que les mollahs refusent et que l’Europe soit ridiculisée. La discrétion de Zarif signifiait que les exigences formulées n’étaient pas acceptables et frôlaient les lignes rouges du régime comme son terrorisme ou son anti-sionisme.

JPEG - 152.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après cette rencontre, Zarif a rencontré ses homologues d’EU3. Ces derniers n’ont pas parlé contre les sanctions annoncées la veille et n’ont guère assuré les mollahs qu’ils allaient garantir leurs intérêts économiques.

JPEG - 67 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont douté de la viabilité du régime. Leur commandant en chef Jaafari a organisé une conférence de presse et a déclaré que la milice n’était pas une armée, mais bien plus, un organe aux services des Iraniens !

Mais le gouvernement a continué sa désinformation, renvoyant les rencontres à plus tard en insinuant que Zarif était en train de rencontrer les représentants des d’EU3 séparément pour les diviser avec des contrats alléchants !

En parallèle, le gouvernement a mis en avant les malheurs des Palestiniens pour déstabiliser la région ou tout simplement désorienter ses fidèles désespérés !

Les députés voyous qui doutaient du succès de Zarif ont aussi adopté un ton anti-régime en révélant que ses dirigeants ripoux avaient sorti des milliers de tons d’or du pays ! Ils ont aussi révélé que parmi le peu de gens qui travaillent en Iran, 25% de la population, 5 millions n’avaient pas de couverture sociale ! Mais ils ont aussi adopté une loi interdisant à qui conque de révélation la corruption de l’État pour réserver ce droit pour eux-mêmes et ainsi avoir une longueur d’avance sur les autres membres du régime pour accéder à ses canoës de sauvetage !

Mais Zakani (qui avait annoncé une conférence contre Rohani) a changé de ligne pour dire que son accord sur le nucléaire pouvait résister à tout, mais si le régime était privé de toute vente pétrolière. Il suffisait de trouver un moyen de pression sur l’Europe ! Le milicien Zakani espérait que son soutien lui offrirait un droit à une fuite privilégiée du pays ou alors il avait été récompensé par une prime !

MPEG4 - 12.6 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Zarif a alors refait alors surface pour annoncer qu’il avait eu une très bonne rencontre à Bruxelles, laissant supposer qu’il avait obtenu un deal. Son annonce a permis au régime de calmer les nantis et cesser d’injecter des fonds à perte dans la bourse ! Il a pu finir avec un indice en hausse de 202 points contre 326 milliards de tomans d’injection de fonds.

PNG - 161.7 ko
PNG - 753.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Zarif, qui avait en réalité raté sa mission, a appelé son homologue turc à propos des morts à Gaza et le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem pour demander une action commune et profiter de l’aura d’Erdogan dans le monde sunnite ! Ce dernier l’a invité à attendre la réunion extraordinaire de l’Organisation de Coopération islamique (dirigée par l’Arabie Saoudite) en fin de la semaine ! Zarif a cessé de s’agiter de peur que les pays islamiques l’accusent de vouloir profiter de leurs problèmes.

En résumé, les mollahs avaient raté leur seul plan pour neutraliser les jeux de l’Europe, ils avaient été malmenés par les Européens et les Russes et finalement ils avaient été mouchés par les Arabes sunnites !

Ils n’ont pas eu le temps de réfléchir et de riposter, car au même moment, Washington a profité de ce triple désaveu et triple déception pour prendre la main dans le jeu anti-mollahs et alourdir leur peine par des sanctions contre Valliollah Seif, le directeur de leur banque centrale et un banquier kurde irakien pour leur rôle dans le financement du terrorisme du régime !

PNG - 419.8 ko
PDF - 531.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont ainsi perdu un important canal bancaire qui leur servait de voie pour transférer leurs avoirs vers d’autres pays ! Aucun signataire de l’accord n’a critiqué ces sanctions ! Ils ont censuré l’annonce. Zarif a aussi nié ce nouveau désaveu des 4+1 en affirmant que sa rencontre avec les Européens était une victoire sur les États-Unis !

PNG - 420.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais ces bluffs étaient idiots, car l’obstruction de la voie bancaire secrète allait perturber leurs petites affaires et se faire savoir d’elle-même ! Les cadres miliciens n’ont pas attendu que la sanction dissimulée comme un vilain bouton de fièvre se fasse voir tout seul : ils ont révélé la sanction pour perturber l’équilibre bien précaire du régime vaincu des mollahs !

Les mollahs et leurs agents gouvernementaux ont continué à nier la sanction et ont riposté en bluffant mollement en affirmant qu’ils pouvaient revenir à un enrichissement plus important si les Européens ne sauvaient pas l’accord de Vienne alors que ces derniers faisaient tout pour précipiter leur chute !

Mercredi 16 mai 2018 (26 Ordibehesht 1397), la contestation interne avait regagné en vigueur avec la persistance de la grève des bazars en plus des grèves dans les secteurs industriels ou pétroliers. Les mollahs avaient aussi été malmenés par les Américains, les Européens et les Russes ! Enfin les Européens devaient se réunir dans 24 h à Sofia pour annoncer une position commune qui ne pouvait pas être bien favorable au régime !

Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, avait zappé leurs échecs qui s’accumulaient et parlaient des programmes de messageries locaux qui avaient remplacé Telegram pour dire que leur régime avait toujours des solutions pour toute sorte de problèmes ! Le choix du bluff a été malheureux, car les Iraniens continuent à utiliser massivement Telegram en utilisant des programmes anti-filtrage acheté sous le manteau ou obtenu gratuitement sur le net !

JPEG - 184.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, avait choisi le bluff en affirmant que Zarif avait obtenu des Européens l’engagement de résister à Trump ! Ce bluff ne pouvait être adressé aux Occidentaux ou encore aux alliés de Washington, il devait aider les mollahs à faire bon impression sur des marginaux comme les Palestiniens de Hamas ou du Hezbollah ou sur leurs groupes terroristes pour qu’ils ne songent pas à les désavouer aussi !

PNG - 592.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), affirmait que les Européens avaient déjà promis de sauver l’accord de Vienne en utilisant une loi de 1996, mais le journal précisait que les Européens affirmaient que la procédure n’était pas très efficace et n’avait pas le consentement des pays membres de l’union et de fait ne pouvait pas être adopté !

Les miliciens-politiciens-affairistes qui désavouent le régime pour sauver leur peau laissaient ainsi supposer que les Européens se moquaient des mollahs et ne voulaient en fait pas les sauver ! Ces ennemis intéressés du régime avaient insisté sur la défaite subie la veille à Bruxelles en citant Ryabkov et la nécessité imposée aux mollahs de plier pour éviter des sanctions plus lourdes !

JPEG - 171.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, se moquait des mollahs, car ils cherchaient des garanties auprès des lieutenants de Trump !

JPEG - 201.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, la chaîne HBO montrait Netanyahou en train de montrer la preuve de l’implication des mollahs dans les conflits régionaux pour qu’ils ne puissent pas nier leur terrorisme et qu’ils voient sanctionner à Sofia !

JPEG - 131.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On avait donc des bluffs du côté des mollahs et la vérité sur leur échec et leur isolement de la part de leurs adversaires en Iran et hors Iran.

Les Russes ont confirmé leur manque de soutien en revenant au schéma d’indifférence active vis-à-vis des mollahs en signant un contrat pour du nucléaire civil avec eux en précisant qu’ils avaient vendu la même chose aux Saoudiens !

Les chefs Pasdaran qui étaient devenus internationalement pacifiques et aussi des serviteurs du peuple, mais n’avaient eu aucun remerciement ont tout d’un coup rejoint le ramdam anti-israélien et ont aussi changé le chef des renseignements de l’armée, homme qui n’avait pas su empêcher le ralliement des anciens combattants réputés très islamistes à l’idéal royaliste des Iraniens. Ces changements signifiaient qu’ils s’estimaient en danger en raison de leur pacifisme et leur passivité après la réunion de Bruxelles et le positionnement clairement indifférent des Russes pour la survie du régime et la possible escalade anti-régime à Sofia. Ils avaient aussi peur d’une nouvelle rupture importante dans leurs rangs !

Rohani alors en conseil des ministres est resté le même : il s’est focalisé sur la condamnation du transfert de l’ambassade américaine pour éviter d’évoquer les claques que le régime avait pris par sa gestion de crise très médiocre !

Rohani encore en conseil des ministres continué en appelant les chefs Pasdaran pour lui fournir des étudiants afin d’annoncer la création d’un front uni pour la Palestine dans un rassemblement du même nom devant l’ancienne ambassade des États-Unis à Téhéran. Le manque de mobilisation et de jeunes a encore souligné l’isolement, l’impopularité et le vieillissement irréversible du régime !

JPEG - 265.3 ko
JPEG - 280.7 ko
JPEG - 261.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a fini son conseil des ministres en annonçant des droits douaniers allégés avec la communauté économique eurasienne qui est sous influence russe pour insinuer un deal secret avec Poutine ! Il a aussi parlé de la nécessité de voter l’adhésion du régime au FATF en insistant sur le fait qu’il s’agirait d’une version du régime ne mentionnant pas le terrorisme du régime et des groupes qu’ils financent pour montrer leur bonne foi. Il a aussi décrété que son gouvernement était le seul organe autorisé à traiter des cas de bi-nationalité pour empêcher les députés voyous s’en prendre à eux pour l’embêter.

Les députés voyous ont répondu à sa mesure pour neutraliser leur chantage en annonçant le projet de mettre en cause leur vote de confiance au ministre de pétrole Zanganeh pour sa responsabilité dans le contrat avec Crescent !

Ces tensions ont provoqué une ruée vers l’or du régime. Le gouvernement a augmenté le prix de ses pièces en or de 98,000 tomans et l’a fixé à 1,938 KT. Il a aussi puni la panique à la bourse en déduisant ses achats pour étouffer les ventes d’actions, mais sous la pression ambiante et suite à la chute de l’indice il a fini par faire de nouvelles injections de fonds pour éviter que l’indice finisse sur une baisse par rapport à la veille.

PNG - 484.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

À ce moment critique, la compagnie pétrolière multinationale TOTAL a annoncé la fin de ses relations avec les mollahs sous la pression de leurs actionnaires. Cette compagnie ayant une majorité d’actionnaires qui sont des fonds d’investissements américains, on pouvait dire que sa rupture était une nouvelle sanction américaine. Les EU3 n’ont pas commenté et ont ainsi démontré que leur rencontre de Sofia serait l’officialisation d’un soutien implicite à Trump !

Rohani a censuré la mauvaise nouvelle de la rupture de son plus important client pétrolier privé et tout ce que cette rupture sous-entendait ! Puis il a appelé Erdogan pour le presser d’agir contre Israël avant la rencontre de l’OCI. Mais Erdogan n’a pas accepté la proposition des mollahs désespérés et a invité Rohani à la réunion extraordinaire de l’OCI vendredi à Istanbul !

Les cadres miliciens dissidents qui ne cessent de déstabiliser le régime en révélant les informations censurées via Javan ou l’agence FARS n’ont pas osé défier le régime en révélant la nouvelle sur Total, mais ils ont quand même gravement agressé le régime en révélant que le montant des très gros prêts accordés par les banques aux plus gros nantis que ces derniers ne remboursent pas était de 136,000 milliards de tomans soit exact montant en dollars que les dirigeants ont récemment sorti du pays pour s’acheter des biens où se réfugier hors du pays en cas de danger ! En résumé, les dirigeants avaient vidé les avoirs de leurs banques, les épargnes de leurs collaborateurs de base, pour s’acheter des exils dorés sans dépenser leurs fortunes et que leurs serviteurs étaient définitivement ruinés après de longues années à les servir !

Après cet appel à la rupture avec le régime, les cadres miliciens de l’agence Fars ont aussi consacré un sujet à la victoire de Moqtada Sadr pour rappeler les idées hostiles de ce dernier contre les mollahs afin de signaler que ces derniers ne pouvaient même pas offrir un exil bas de gamme à leur serviteur en Irak où une bombe explose tous les jours !

À quelques heures de la confirmation de jeu anti-mollahs des Européens, les mollahs & associés ont alors craint que les millions d’Iraniens qui sont dans les rues contre eux intensifient leur action à leur encontre. Ils ont cru bon d’affirmer leur autorité en parlant à nouveau de la division de la région de Kazeroun et provoquer sa population en se disant qu’ils pourraient les contenir et les casser avec grâce aux centaines miliciens anti-émeutes qui sont formés dans une base située dans cette ville !

Ce choix ne nous pas a paru pertinent, car il l’avait déjà essayé et ces miliciens dits des forces spéciales n’avaient pas bougé quand les habitants de la ville avaient attaqué les bâtiments officiels. Cette fois, les mollahs et leurs camarades miliciens tentaient encore le coup en ayant payé plus leurs forces spéciales, mais les gens sont descendus massivement dans les rues et ont attaqué et incendié plusieurs postes de police ainsi que les bureaux des renseignements de la ville sans que l’on voie les troupes qui étaient à même de les en empêcher !

MPEG4 - 484 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Nous avons conclu que les miliciens avaient sans doute pris l’argent que l’on leur avait offert tout en restant du côté du peuple ! Les mollahs & leurs camarades miliciens ont alors annoncé des tirs sur la population pour faire peur aux gens, mais ils ont seulement réussi à aggraver les tensions et les manifestants ont annoncé la volonté d’aller prendre la préfecture de leur région !

Les mollahs, dépassés par les évènements, ont tenté de rassurer les leurs en annonçant le début de Ramadan, un évènement qu’ils avaient oublié en raison des revers qu’ils subissent chaque jour !

Les mollahs et associés, dépités par leurs défaites hors Iran et en Iran ont alors tenté de rassurer les leurs en annonçant le début de Ramadan, un évènement qu’ils avaient négligé à mettre en scène en raison des revers qu’ils subissent chaque jour !

Mais ils ont alors rencontré un autre problème : il n’y avait aucune manifestation religieuse populaire à ce sujet, une demande de rassemblement chez le Guide ! Ils se sont alors rabattus sur les Palestiniens malgré leur incapacité à s’incruster pour profiter de la crise actuelle ! Ils ont annoncé des manifestations pour masquer leur échec et l’absence de manifestation a prouvé qu’ils allaient très mal ! Ils ont enfin annoncé la rupture de Total en la qualifiant d’insignifiante pour cacher leur malaise et pour focaliser les attentions sur elle afin de faire oublier la guerre contre leur régime à Kazeroun et la rencontre de Sofia qui pouvait les déstabiliser davantage !

Jeudi 17 mai 2018 (27 Ordibehesht 1397), il y avait de dizaines de grèves de manifestations et même une guerre contre le régime en Iran. Par ailleurs, les principaux dirigeants d’EU3 étaient à Sofia et en train de parler en raison du décalage horaire et vers midi, ils devaient annoncer leur politique contre les mollahs !

Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, avait zappé l’évènement du jour pour parler da la victoire de Zarif à Bruxelles. Une esquive et un bluff pour ne pas avouer la défaite du régime !

JPEG - 176.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, affirmait que Rohani devait demander aux Européens de l’Europe de repousser le renégat Amérique ! Encore une fois, le clergé faisait semblant de mener le jeu pour duper les ennemis de Washington dans l’espoir d’obtenir leur soutien. Étant donné qu’il avait déjà essayé et n’avait rien eu, il s’obstinait pour paraître fort, car il n’avait

PNG - 988.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes (principalement issu du clan du défunt mollah mafieux Rafsandjani), avait tiré : promesses d’Europe pour dire que l’Europe ne tiendrait pas ses promesses.

JPEG - 150 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organes des cadres miliciens dissidents, se montrait plus explicite en affirmant que les promesses européennes n’avaient aucune valeur car ils n’avaient annoncé "aucune garantie" pour le régime. Il entendait neutraliser les promesses formulées à Bruxelles pour empêcher les mollahs le même genre de promo à Sofia !

JPEG - 191.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tous les gens du régime ont cessé de parler pendant la rencontre à Sofia entre les trois principaux dirigeants européens.

À Sofia, Merkel, qui avait plus tôt été parfaite chez Trump, a pris l’ascendant sur les deux autres en affirmant qu’ils devaient préserver l’accord de Vienne, mais il était incomplet et de nouvelles mesures complémentaires étaient nécessaires ! Les deux autres lui ont donné raison et l’ont aussi suivi en affirmant qu’ils ne pourraient pas aider les grandes compagnies, car elles étaient multinationales, mais qu’ils feraient tout pour aider les PME, sans cependant s’engager fermement à ce sujet ! Les chefs d’EU3 ont ainsi confirmé leur position floue pour laisser faire tout contre les mollahs !

JPEG - 78 ko
JPEG - 59.5 ko
JPEG - 53.1 ko
JPEG - 51.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans la foulée, le groupe pétrolier franco-européen Engie (ancien GDF+Suez) a annoncé qu’il cessait ses activités en Iran ! La France aurait pu sauver le contrat d’Engie avec l’Iran en raison de sa position dominante. La rupture montrait que les déclarations de Sofia étaient un emballage politiquement correct pour laisser faire Trump ! Les mollahs ont gardé le silence.

PNG - 114.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans la foulée, Trump a reçu le chef européen de l’OTAN qui l’a assuré de son soutien. Il a alors désigné les mollahs comme la source de tous les problèmes et les conflits au Moyen-Orient ! Son invité ne l’a pas contredit !

JPEG - 695.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont jugé que les mollahs allaient tout faire pour fuir après ces rencontres qui préparaient la guerre contre tous leurs intérêts ! Les chefs miliciens ont alors déclaré la guerre à la dissidence ou à la rupture avec le régime en annonçant que leurs agents les plus féroces appelés les Soldats inconnus de l’Imam Caché allaient combattre tous les traîtres en particulier les bi-nationaux ! Ils ont aussi sorti un nouveau numéro de leur hebdomadaire Ligne du Hezbollah pour inviter le régime à désavouer l’accord de Vienne parce qu’il était mauvais dès le début, car il ne contenait aucune garantie écrite des États-Unis (et à présent des Européens) !

Enfin, il y avait une ambiance de guerre à Kazeroun avec de nombreuses attaques contre les bureaux des mollahs et des Pasdaran, au point que ces derniers ont tous décidé de couper les liens de communications avec cette ville pour empêcher l’arrivée d’autres gens pour épauler les habitants de la ville !

MPEG4 - 991.9 ko
WebM - 561.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont réagi à cette avalanche de mauvaises nouvelles européennes et iraniennes en annonçant la réunion des plus importants dirigeants du régime. Ce qui était faux et en évacuant les Européens en se focalisant sur les Américains. Puis ils ont aussi éliminé ces derniers comme une menace en affirmant qu’ils ne pouvaient rien contre le régime ! La désinformation comme seul moyen de... se rassurer et rassurer les rares derniers fidèles pour qu’ils ne prennent pas leurs jambes à leur cou pour fuir...

JPEG - 398.7 ko
JPEG - 390.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Vendredi 18 mai 2018 (28 Ordibehesht 1397), les mollahs devaient s’exprimer sur les évènements de la semaine et indiquer leur feuille de route leurs collaborateurs lors de la semaine Mais que pouvaient-ils dire puisqu’ils avaient annoncé un plan pour manipuler leurs adversaires et obtenir leur soutien et in fine, ils avaient seulement réussi à les souder davantage pour aider leur ennemi américain et avaient en plus amplifié la contre-révolution en cherchant à affirmer leur autorité chancelante !

Leur situation est vite devenue plus grave avec de nouvelles attaques contre quelques miliciens anti-émeutes qu’ils avaient pu envoyer là-bas ! Un témoigne reçu par téléphone annonça que les jeunes avaient réussi à les mettre en fuite en les frappant (ci-dessous) ou en leur jetant des pierres et tout ce qu’ils trouvaient à leur portée !

WebM - 4.6 Mo
JPEG - 47 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Leur situation internationale est aussi devenue plus grave, car Merkel qui la veille avait brillé l à Sofia en mobilisant les EU3 contre les mollahs était à Sotchi pour coller Poutine à ce plan dans l’intérêt de son pays (pour s’assurer de bonnes relations énergétiques avec la Russie).

Poutine l’a reçue avec un bouquet de roses de couleur blanche, rose et abricot pour affirmer la pureté de ses intentions, l’envie de se réconcilier et prendre un nouveau départ pour engendrer une relation commerciale durable et bénéfique avec son pays ! À l’issue de la rencontre, les deux chefs d’État ont annoncé qu’ils allaient organiser un sommet euro-russe pour parler de l’Iran !

MPEG4 - 9 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Dans la foulée, la Russie est revenue à la ligne floue adoptée par les Européens contre les mollahs en demandant d’abord leur éjection de la Syrie avant de remettre en cause d’une manière floue leur ordre !

Les mollahs ont alors annoncé un grand enterrement pour un certain ayatollah Tabatabaï, mais on a vite constaté qu’il s’agissait d’un bluff.

JPEG - 122.6 ko
JPEG - 146.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors envoyé un appel au calme au bon peuple musulman de Kazeroun. Mais en l’absence d’un retour au calme, on a constaté que leur inquiétant front uni en faveur de la Palestine était un autre bluff !

Rohani alors quitté Téhéran pour Istanbul avec la mission de briller à la réunion d’extraordinaire ce l’OCI... À Téhéran, le clergé a cru bon l’aider en critiquant le silence des États arabes à propos des massacres du peuple palestinien, par ce geste, il a sans doute fâché ces États griller les chances de son pion !

Après ce sermon maladroit, le clergé a aussi annoncé une grande manifestation de son Front uni de défense des Palestiniens. On a vu des images trafiquées surpeuplées, sans que l’on voit la même densité sur les photos prises au niveau du sol et on a bien compris que le régime manquait de partisans au moment où il était attaqué de toute part !

JPEG - 287 ko
JPEG - 227.8 ko
JPEG - 295.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani devait alors réussir à prendre le contrôle de la réunion d’Istanbul, mais il a perdu ses chances, car Erdogan a fait un discours très agressif vis-à-vis des Israéliens et des juifs ! Rohani a jugé le climat propice pour attaquer les États-Unis et a répondu à Trump en qualifiant son pays d’être à l’origine de la déstabilisation de la région pour engendrer un front pro-régime. Mais il n’y est pas parvenu ! Les médias ont retenu le discours d’Erdogan et l’OCI, qui est sous influence de l’Arabie Saoudite, a calmé le jeu en plaçant Rohani au premier rang, en l’écoutant mais en mettant fin à ses attentes anti-américaines en demandant la formation d’une "commission onusienne d’enquête sur ses crimes", ce qui n’aura aucune conséquence fâcheuse pour ce pays.

JPEG - 102.3 ko
PNG - 406.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le régime a compris qu’il n’avait aucune aura particulière ou même la capacité de provoquer une polémique préjudiciable à ses adversaires régionaux ! Rohani est rentré au pays sans faire de vague !

Washington a profité de cet échec qui visiblement gênait les mollahs pour annoncer que l’on devait inviter d’autres pays à participer aux futures négociations sur les mollahs. Il a cité les Japonais et les Arabes du golfe Persique et chacun a supposé que Washington allait par la suite aussi proposer une participation israélienne. Les mollahs n’ont guère réagi par peur que les pays sollicités donnent leur accord et les mettent face à des sanctions plus fortes et des tensions insurmontables au sein de leur régime assiégé !

Principaux faits, analyses & conclusions | Pour résumer, il y a deux semaines, après les attaques de l’OTAN, puis celles des Israéliens contre les bases terroristes du régime, l’absence de soutien de Russes à ces moments, puis les rencontres très chaleureuses de Trump avec Macron et Merkel, le régime s’est retrouvé en grand danger !

Les mollahs et les chefs Pasdaran avaient alors exhumé avec respect le cadavre de l’idole politique du peuple, Reza Shah, pour faire faire un pas vers un changement de régime contrôlé, mais leur plan avait rappelé leurs crimes contre le pays moderne façonné par ce dernier et avait attisé l’envie d’une vraie contre-révolution. Ils avaient alors abandonné ce plan pour revenir à des slogans rassurants, niant la genèse d’une vaste coalition est-ouest à leur encontre puisque les ententes affichées menaçaient de sanctionner leur terrorisme sans déboucher sur des sanctions communes et concrètes.

Au cours de deux dernières semaines, Trump a quitté l’accord sur nucléaire et a annoncé le retour des sanctions contre les mollahs tout en laissant 3 à 6 mois aux autres pays, ses alliés ou les autres grandes puissances signataires de l’accord, pour mettre fin à leurs contrats avec les mollahs !

Tous les signataires de l’accord nucléaire avec les mollahs ont critiqué son retrait. Tous ont rappelé leur fidélité à cet accord sans prendre la moindre mesure punitive contre les États-Unis et surtout sans aider les mollahs en conformité avec la poursuite de leur engagement ! Ils ont ainsi validé le retrait de Trump comme étant une bonne chose ! Ils ont validé davantage ce retrait en se sont disant choqués par les sanctions contre leurs entreprises actives en Iran tout en affirmant qu’ils ne pouvaient pas les défendre ou pour les empêcher de quitter l’Iran !

Les mollahs ont compris que Trump avait obtenu le soutien des autres signataires pour les sanctionner. Les autres signataires faisaient semblant de ne rien faire pour donner l’illusion d’un monde régi par les accords (un monde jupitérien, de respect des contrats, selon la formule de Macron alors qu’ils étaient dans une logique martienne d’hostilité).

Les mollahs ont aussi choisi la guerre en tirant des missiles depuis la Syrie (soutenu par les Russes) sur Israël (soutenu des Occidentaux) pour provoquer des ripostes dans le but d’entraîner la Russie dans une guerre contre Israël et les États-Unis ! Les ennemis de tout poil du régime ont évité cette guerre. Les Russes ont sévèrement puni cette initiative en laissant les Israéliens détruire dix cibles tactiques des mollahs en Syrie. Les autres puissances ont apporté leur soutien à cette riposte. La Russie a invité les mollahs à la retenue. Les mollahs ont réalisé que les grandes puissances qui avaient validé les sanctions de Trump contre leur régime validaient les initiatives pour les empêcher de continuer leur terrorisme.

Les mollahs ont renoncé à leur option militaire, car ils ne se voyaient pas capables de partir en guerre contre toutes les grandes puissances et la masse de leurs alliés !

La coalition informelle et passive autour du Trump a profité de ce passage à vide pour s’engager ponctuellement dans les sanctions contre le régime en débarquant un directeur de l’AIEA favorable aux mollahs et en privant ces derniers de gigantesques entreprises de location de cargos pour bloquer leurs exportations pétrolières et les priver de leurs seuls vrais revenus, avant de revenir à sa position passive de valideurs des sanctions américaines !

Les mollahs ont compris que leurs adversaires appliquaient la stratégie persane de retraite tactique suivie d’une attaque qui permettait aux Iraniens de prendre le dessus sur des armées plus importantes. Mais cette fois, la différence était que les mollahs affaiblis par les ruptures internes et leur économie agonisante étaient travaillés au corps par de nombreux ennemis avec cette stratégie imparable !

Les gens du régime ont paniqué et se sont mis à acheter de l’or ! Pour rassurer ces paniqués, les mollahs ont insinué la volonté de s’entendre très bien avec les Chinois, membres discrets et affairistes de la coalition des valideurs de Trump, pour menacer les intérêts russes et européens en Iran et obtenir le soutien de leurs dirigeants.

Les Chinois ne les ont pas laissés faire. Les Russes les ont punis en leur interdisant de revenir à des provocations nucléaires et les Européens les ont mouchés discrètement en les privant de Siemens qui les assiste pour le transport de leurs produits pétroliers avant de revenir à leur passivité feinte d’insister pour insister sur le maintien de l’accord sur le nucléaire et les empêcher d’agiter la région.

Les mollahs ont nié leur échec de peur que les collaborateurs les laissent tomber pour rallier le mouvent populaire à leur encontre !

Washington a profité de leur désarroi pour sanctionner leur réseau bancaire afin d’empêcher de récupérer des réserves de dollars déposés à l’étranger ou faire les transactions nécessaires pour préparer leur fuite !

Les Européens et les Américains ont ensemble mis fin aux activités de Total, le seul grand partenaire pétrolier des mollahs, pour forcer les autres compagnies pétrolières à les quitter aussi ! On a ainsi vu la coalition formée discrètement autour de Trump asséner une suite de frappes chirurgicales ou d’annonces fortement anxiogènes aux mollahs pour les déstabiliser sans même vraiment appliquer les dites sanctions et punir le peuple qui veut leur chute !

On a ainsi vu Trump terroriser les terroristes ! Ils ont tellement paniqué qu’ils ont fait n’importe quoi pour contenir les ruptures au sein de leur régime et la contestation du peuple et ont eux-mêmes renforcé cette dissidence et opposition !

In fine, les mollahs terrorisés par la perspective de leur fin ont choisi la propagande et la désinformation pour rassurer les leurs voire ou se donner du courage pour continuer à bluffer face à la guerre très structurée que Trump et ses alliés invisibles ont commencé à leur encontre !