Accueil > Photos > Iran : La semaine en images n°124



Iran : La semaine en images n°124
04.07.2010

Cette semaine, Téhéran a sans cesse multiplié les provocations afin d’engager les Américains dans une escalade afin que par la peur d’une guerre suivie d’une fermeture du détroit pétrolier d’Ormuz les grandes puissances cessent leur pression à son encontre. Cela devait commencer lundi par Ahmadinejad pour finir en apothéose jeudi par des déclarations d’Ali Larijani, le probable nouveau directeur du Conseil de Discernement, donc nouveau patron politique du régime. Il avait d’ailleurs été présent tout au long de la semaine dans les évènements marquants du régime. Mais ce projet a échoué car les Occidentaux ont censuré les étapes préliminaires, privant ainsi Ali Larijani d’une entrée fracassante sur la scène internationale.



Les Occidentaux ont toujours plusieurs trains de retard quand il s’agit de savoir ce que veut le régime des mollahs. Ce retard est dû à la qualité de leur lecture sur l’Iran : ils n’écoutent que les experts qui produisent des textes conçus pour s’accommoder des mollahs. Ces textes parlent sans cesse des conservateurs et des modérés alors que les ministres et les gouvernements n’ont aucun pouvoir selon la constitution du régime et que le pouvoir est entre les mains des membres à vie du Conseil de Discernement de l’Intérêt du Régime (CDIR), organe plénipotentiaire qui décide de l’ensemble des politiques du régime dans tous les domaines.

Cet organe a été créé par Rafsandjani, le demi-frère de Khomeiny, afin qu’après la mort de ce protecteur, il ne soit pas chassé de ses innombrables fonctions de premier plan par les grandes familles religieuses du clergé qui avaient été éloignées du pouvoir par Khomeiny. Pour éloigner ces prétendants au trône, Rafsandjani a contrefait le testament de Khomeiny pour faire nommer son ami Khamenei et le nouveau guide a réformé les institutions pour donner tous ses pouvoirs exécutifs extraordinaires au Conseil de Discernement ou plus exactement à Rafsandjani qui en était le président à vie. Le coup a réussi car Rafsandjani a passé des alliances avec des amis comme Mir Hossein Moussavi (alors 1er ministre), mais aussi des adversaires comme l’Ayatollah Sanéï (un très proche de Montazeri qui a été évincé) ou encore l’ayatollah Kani, le présumé chef de la loge maçonnique du clergé (liée aux Britanniques). Ainsi, Rafsandjani est devenu le patron du régime, mais aussi le patron de ses adversaires. Il est par la suite devenu président de la république. A ce poste, il a tissé un réseau plus important pour mieux dominer ses adversaires au sein du Conseil et hors Conseil.

Rafsandjani, le mentor involontaire de Larijani | Il a sans nul doute un don pour gérer ses adversaires. Il l’a démontré encore en 1996 quand il a été mis en cause par un tribunal allemand et que par sa faute, le régime a été sanctionné. Il avait alors cédé la présidence à son souriant pion Khatami pour améliorer l’image internationale du régime avant d’ouvrir les portes du Conseil de Discernement à ceux qui contestaient sa gestion. Le nombre des membres est passé de 10 à 25 ! Parmi les nouveaux, il y avait de nombreux mollahs-businessmen comme Vaez-Tabassi, mais aussi d’anciens responsables qui grâce à leurs fonctions avaient développé des réseaux politiques et avaient l’équipe pour pouvoir le remplacer. Ali Larijani, membre des Pasdaran, responsable de la propagande de cette milice, proche de 3 grandes familles du clergé et ex-patron de la radio et Télévision du régime et du Hezbollah a été l’un de ces concurrents potentiels. Pour rééquilibrer la composition, il avait aussi fait entrer des proches comme son propre frère ou encore Hassan Rowhani qui a par la suite assumé la direction des négociations nucléaires avec les Européens. Rafsandjani a partagé son pouvoir et étendu son réseau pour rester le patron du régime et de ses adversaires.

Ce choix a été génial . Mais avec l’avènement de la crise nucléaire en 2003 et l’incapacité évidente de son équipe à faire capituler les Américains, le choix s’est avéré à posteriori mauvais car désormais les adversaires de sa gestion étaient à l’intérieur de son système. Ils pouvaient faire valoir d’autres approches qui auraient conduit à sa destitution si elles réussissaient. Rafsandjani a réagi à la menace par la manipulation mais il s’est perdu dans des plans de plus en plus compliqués : on lui reprochait que son homme, Rowhani, avait accepté un apaisement susceptible de priver le régime du soutien de la rue arabe : il a sorti de sa manche Ahmadinejad qui a contesté l’accord et a multiplié les slogans anti-israéliens. Au même moment, son adversaire interne Larijani, qui avait exigé la place de Rowhani pour surveiller les négociations, avait réussi à bloquer le dialogue sans pour autant passer pour un zinzin. Son style a joué en sa faveur puisqu’il a été envisagé par ses pairs pour remplacer Ahmadinejad. Il a d’ailleurs annoncé sa candidature sous l’étiquette d’ultra-conservateur pragmatique.

un premier échec | Larijani allait devenir président du régime tout en étant membre du Conseil comme Rafsandjani avant 1996. Ce dernier a alors surpris Larijani en train de placer son homme de confiance Ali Kordan au ministère de l’intérieur. L’Iran a également été secoué par les révélations d’un milicien des Pasdaran qui a publié la liste des contrats obtenus par les vieux membres corrompus du Conseil. Rafsandjani a cru voir la mise en place d’un coup pour permettre à Larijani de faire le ménage dans le Conseil afin de prendre sa direction. Rafsandjani a discrédité Kordan qui a été démis de ses fonctions. Il a aussi rendu visite aux vieux du Conseil comme Vaez. A la suite de ce voyage en septembre 2008, Larijani a renoncé à sa candidature à la présidence. Il a alors envisagé de garder Ahmadinejad ou promouvoir Rowhani qui connaissait aussi le dossier nucléaire et avait l’image d’un conservateur calme, parfait pour contrebalancer McCain.

Mais le vainqueur a été Obama qui proposait le dialogue, la réconciliation voire l’entente, toutes les choses que Téhéran doit éviter pour rester dans les bonnes grâces de la rue arabe. L’équipe Rafsandjani a alors eu l’idée du Mouvement Vert : une révolution de couleur en faveur de Moussavi, membre fondateur du Conseil, qui se présentait comme un conservateur modéré favorable à un retour aux valeurs fondamentales de la révolution islamique (le refus pur et simple de tout compris avec les Etats-Unis). L’idée était de faire admettre le refus de dialogue comme un choix du peuple, mais aussi de délégitimer le président élu, Ahmadinejad, pour bloquer toute négociation ou mieux encore pour laisser à ce dernier une marge pour reculer avant de tout remettre en cause par la rue officiellement pro-Moussavi et donc pro Khomeiny. Le Mouvement Vert a échoué car le peuple qui devait y participer l’a boycotté et les Etats-Unis qui devaient le cautionner ont créé une direction parallèle basée chez eux pour introduire leurs pions dans le régime des mollahs. Grâce aux médias américains et leurs partenaires européens, ce clone est devenu si puissant qu’en juin 2010, les représentants du Mouvement Vert pro-Moussavi ont dû adhérer au groupe américain. L’avenir du régime est passé entre les mains de Washington, ce qui n’était pas prévu au programme. Cela a affaibli Rafsandjani comme chef. On ne l’a alors plus entendu et dernièrement, après un nouvel échec du régime à mobiliser les Iraniens sous la bannière verte, Rafsandjani a disparu des médias alors qu’il était toujours omniprésent et très bavard. Larijani a pris sa place : on ne voit que lui.

La semaine en images n°124 : Larijani, le mondain | Cela a commencé peu après le fiasco dans la direction du Mouvement Vert. Larijani a été le premier à intervenir pour condamner la résolution 1929 adoptée le 9 juin en demandant au gouvernement de rester ferme sur ses positions et aussi en appelant les Pasdaran à fouiller tout navire transitant par le golfe Persique si quelqu’un s’avisait à fouiller les navires iraniens et à se montrer agressif si l’adversaire employait la force.

Cet homme qui rasait les murs depuis l’affaire Kordan, roule les mécaniques à présent sous le regard complice des caméras du régime. C’est le chouchou, on le suit, on le salue, il sourit en toute circonstance alors qu’il n’est vraiment pas d’un naturel rieur. Le régime veut en faire un bon patron proche des siens, mais très compétent. Ici, pendant la dernière réunion du Conseil de Discernement à droite de Rafsandjani.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 51 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
début de semaine | On le voit là, dimanche dernier, marchant vers le Parlement qu’il préside. Le lendemain, il a voyagé dans l’Est de l’Iran, affublé d’un foulard Palestinien avant de revenir à Téhéran le lundi assister à la grande conférence du système judicaire dirigé par son frère. Sa présence n’a aucune justification sauf sa récente promotion ! L’image marquante de cette réunion est Ahmadinejad entre les deux frères. Il a l’air un peu maussade car il ne fait pas partie de la bande à Larijani et par ailleurs, dans la distribution des jeux de rôles par son patron Rafsandjani, il a toujours été présenté comme un ennemi de Larijani. Il pourrait donc être éjecté et perdre bêtement un emploi en or sans responsabilité, mais avec un salaire très élevé et de nombreux privilèges. (vous pouvez cliquer puis zoomer sur les images pour les agrandir une ou deux fois)
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 72.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 54.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 73 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
mardi-mercredi | Le lendemain, le chouchou du régime a rencontré le ministre des affaires étrangères de Bahreïn, un émissaire de Washington venu prendre la température de l’eau. Larijani est probablement avec Shahroudi, ex-patron du judicaire et nouveau membre du Conseil de Discernement, l’un des seuls dirigeants du régime à parler arabe puisqu’il est né et a vécu en Irak. Il a cependant bénéficié d’un interprète, comme il y a une semaine lors de sa rencontre avec le vice président syrien Farouk Charaa car ses collègues du Conseil de Discernement aiment savoir ce qui se dit quand ils ne sont pas là.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 98.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 137.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Il y a une semaine, Larijani avait débuté sa nouvelle carrière par une rencontre avec le vice-président syrien Farouk Charaa. Cette semaine, après son entrevue avec l’émissaire de Washington, il s’est envolé pour Damas pour une réunion extraordinaire avec ses homologues arabes à propos de Gaza (1ère photo), un prétexte pour se rendre en Syrie afin de rencontrer les dirigeants du Hamas et les rassurer sur ses bonnes intentions.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 100 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 89.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 90.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 76.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Normalement, c’est au président de se charger de ce genre de mission diplomatique. Mais étant donné que la tâche était confiée à Larijani pour qu’il prenne de l’aisance et un certain poids médiatique, le président n’a pas suivi le protocole (comme la semaine dernière). Cette fois n’a même pas quitté la ville pour ne pas concurrencer ce dirigeant de l’ombre qui va évoluer au grand jour.

les rendez-vous ratés | Alors que Larijani était à Damas, Ahmadinejad devait provoquer une grande crise internationale en promettant une punition aux Occidentaux. Larijani aurait alors pris le relais pour aller au-delà dans la menace en rappelant son slogan de fouilles réciproques pour devenir personnellement célèbre.

Ahmadinejad a livré le message, mais les occidentaux ont zappé son discours. Téhéran a organisé un rattrapage le lendemain avec Mottaki au siège de l’IRNA qui a été présenté comme une grande conférence de presse. Ces nouveaux propos hostiles ont été aussi zappés. Les médias ont même prétendu que Mottaki était venu pour renouer le dialogue. Dans ces conditions, Larijani a été privé de son effet.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 92.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 66.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 103.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Sans une crise, il s’est retrouvé avec un emploi du temps vide. Il est allé au mausolée de Zeynab pour prier. Le régime a profité de l’occasion pour le mettre en scène comme un leader populaire… C’est une véritable campagne électorale !
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 99.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 105.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 104.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
encore mercredi | Devant ce ratage, le régime s’est automatiquement rabattu sur le Mouvement Vert en espérant mobiliser du monde le 9 juillet, date anniversaire de la révolte estudiantine de 1999, un autre simulacre du régime. Pour réchauffer ce plat, on a annoncé des condamnations à mort à l’encontre de tortionnaires des partisans du Mouvement Vert détenus à la prison Kahrizak. Mais les coupables n’ont pas de noms ! Le détail n’a pas trop gêné les partisans, les journalistes ou les dirigeants du Mouvement Vert. L’annonce n’a pas provoqué d’agitation car personne ne croit plus les histoires du Mouvement Vert.

Les préoccupations des Iraniens sont bien différentes : la situation économique va mal, de plus en plus de propriétaires ne louent plus de logements car l’emploi est plus précaire que jamais, les gens vivent dans les parcs ou s’entassent dans des sous-sols ou des hangars et pour compléter le tableau, alors que les températures vacillent entre 30 et 47°, il y a des pannes électriques permanentes. C’est Kahrizak tous les jours. Mais avec une différence : pratiquement tout le monde a une antenne parabolique comme le montrent ces photos cette semaine à Téhéran. Tout le monde veut la fin de ce régime. Ils ne marcheront pas avec Moussavi.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 98.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 103.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 94 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Pour les faire bouger, le régime a envoyé ses miliciens arrêter les petits délinquants.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 144.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
JPEG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
JPEG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Il va falloir plus d’actions du même genre pour excéder ces pauvres gens, mais il n’est pas sûr que le régime trouve les candidats pour le faire. Ces milices ont un taux de plus en plus élevé de désertion.

En fait, à moins que le régime ne mitraille les gens ou qu’il n’abandonne la partie, il n’a pas d’autres choix que Larijani. C’est pourquoi en fin de semaine, le régime s’est à nouveau focalisé sur ce sauveur suprême. Il a diffusé une interview que ce dernier a accordée dans l’avion qui le rapatriait. Larijani a dit ce qu’il aurait pu dire à Damas.

Le sourire en moins.