Accueil > News > Iran : Les épouses exemplaires des candidats modérés !



Iran : Les épouses exemplaires des candidats modérés !
03.06.2009

De nombreux pays démocratiques ont des intérêts commerciaux en Iran, intérêts difficilement assumés en raison des violations quotidiennes des droits de l’homme par les mollahs. Pour calmer leur opinion publique, ils oeuvrent pour donner une meilleure image de ce régime pour atténuer les effets de nouvelles comme la pendaison des mineurs ou des lapidations. Actuellement, l’effort de ces médias idéologiquement proches des mollahs ou contrôlés par l’Etat ou encore les grands groupes industriels est mis au service d’une désinformation continue à propos de la condition féminine.



Tous les jours nous avons droit à des articles sur la qualité des programmes des candidats soi-disant modérés. Ces promesses évoquées par l’AFP, le Monde, ou encore France 24 sont fausses dans la quasi totalité des cas : les journalistes extraient un mot des discours très longs, les restes des propos étant éminemment choquants voire ultra-intégristes.

Hier, nous avons ainsi attiré votre attention sur une dépêche de l’AFP qui qualifiait un discours du candidat modéré Moussavi de féministe alors que cet homme invitait les femmes à se séparer d’une fausse image de leurs droits sociaux pour avoir une vie sereine inspirée des bonnes recommandations des oulémas qui sont selon lui une source inépuisable de réponses modernes à leurs questions sur la féminité !

Dans la même dépêche, on évoquait le rôle des épouses des candidats modérés avec des portraits arrangés bien différents de la réalité du parcours de ces dames. Ces portraits ont fait l’objet d’un article à part entière de Marie-Claude Decamps (du Monde), une journaliste toujours très complaisante avec tous les représentants du régime des mollahs.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
PNG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Dans cet article, Marie-Claude Decamps parle de Zahra Rahnavard (ci-dessus), l’épouse de Mir Hossein Moussavi comme de Michele Obama de l’Iran. C’est une comparaison hasardeuse à moins que l’épouse du président américain n’ait été une intégriste musulmane, à l’origine de l’islamisation forcée de la presse féminine et laïque iranienne d’avant la révolution. Zahra Rahnavard a été si zélée dans cette tâche qu’elle a finalement due être écartée par ses chefs après la chute vertigineuse des ventes. Elle a alors été nommée à la direction d’une université fraîchement islamisée sous la direction avisée du Conseil de la Révolution Culturelle inspirée du modèle maoïste mais à la sauce Hezbollah.

Ce sont les années marquées par l’immolation des prostituées, les lapidations en chaîne, le viol des jeunes prisonnières vierges (souvent mineures) pour qu’elles aillent en enfer pour avoir couché en dehors du mariage ; tel est le bilan de cette femme au « hidjab fleuri et au verbe acéré » qu’admire la journaliste peu estimable du Monde. Non seulement, elle a des morts atroces sur la conscience, mais en plus son verbe n’est pas si acéré que ça, elle ne demande l’abrogation d’aucune loi en vigueur en Iran, mais l’allégement des contrôles sur la longueur du tchador.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
PNG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Marie-Claude Decamps parle aussi de Fatemeh Karroubi (ci-dessus), l’épouse du vieux mollah ripoux Karroubi. Cette autre possible future First Lady serait aussi une sacrée féministe, « éditrice du magazine féminin Irandokht », un des organes de ces fausses féministes qui sont les alibis démocratiques du régime et parlent de tout sauf de la vraie condition féminine en Iran.

Nous ignorions cet aspect engagé de la vie de Mme Karroubi car en fait, les Iraniens connaissent surtout le couple Karroubi pour leur détournement d’argent de la Fondation des Martyrs ! On estime leurs gains de160 à 250 millions de dollars par an pendant 13 ans !

L’argent provenait de la confiscation des biens, des comptes bancaires et des objets de valeurs des particuliers (or et bijoux des victimes de la révolution). Cet argent volé devait aller aux familles des blessés de la guerre Iran-Irak, mais il a servi au shopping du couple Karroubi : 9500 immeubles (hôtels, bureaux, logements), 250 usines ou exploitations agricoles et une douzaine de mines de pierres précieuses.

Dans l’histoire de la république islamique, il y a seulement trois cas de révocation pour corruption et le cas des époux Karroubi fut le premier ! C’est Rafsandjani qui a aspiré leur Fondation des Martyrs dans sa Fondation des Déshérités. Mais les milliards détournés n’ont jamais été exigés et le couple jouit d’une colossale fortune d’environ 2 à 3 milliards de dollars sans compter les bénéfices engrangées depuis 1992 !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
PS | Parallèlement à la publication de ces portraits flatteurs des épouses de nos candidats, érigées en modèles de la femme iranienne qui a fait la révolution islamique pour s’épanouir sous le tchador, France 24 a donné la parole à une jeune Iranienne née après la révolution qui est très à l’aise dans ses baskets et passe son temps à « s’amuser à chanter des hymnes révolutionnaires pour se détendre ». Elle affirme : « Si, on peut faire de la politique en Iran ! »

Certes, quand on ne parle pas des violations des droits de l’homme et des exécutions, mais l’on prétend que le système est bon et réformable. Le cas de cette fille et ses connexions méritent un article qui sera publié bientôt pour éclaircir le contour de la désinformation permanente sur l’Iran.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
L’Iranienne et le monde du travail :
- Iran : Les iraniennes ne rêvent pas !
- (8 JANVIER 2008)

L’Iranienne et le mariage :
- Iran : Victoire ! La polygamie ne sera pas facilitée !
- (4 SEPTEMBRE 2008)

Pour en savoir + :
- Statut des Femmes Iraniennes
- (21.10.2003)

| Mots Clefs | Resistance : Lobby pro-mollahs en France et ailleurs |
| Mots Clefs | Auteurs & Textes : Le Monde (Marie-Claude Decamps, Corine Lesne...) |

| Mots Clefs | Institutions : Démocratie (médiatico)-Islamique |

| Mots Clefs | Réformateurs & dissidents : Zahra Rahnavard |
| Mots Clefs | Mollahs & co : Karroubi |
| Mots Clefs | Resistance : FAUSSE(s) OPPOSITION(s) |

| Mots Clefs | Institutions : Misogynie Institutionnelle |