Accueil > Photos > Semaine 580-81 (23 mars-6 avril 2019) Qui sème le vent perdra son abri (...)



Semaine 580-81 (23 mars-6 avril 2019)
Qui sème le vent perdra son abri !

18.04.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski (sur un malicieux conseil de leur ennemi anglais Bernard Lewis), pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais (!?), car cette stratégie avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement pétro et diplo avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Ansarallah et les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge et le canal de Suez. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais cette dualité diplomatique ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme au Yémen, mais aussi via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs pour tous leurs méfaits. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (SPV) avec les mollahs, les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Fin 2018, les mollahs, menacés de toute part, ont tiré un missile potentiellement nucléarisable susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen.

Le mouvement anti-mollahs s’est accéléré. Les Européens ont aussi puni les mollahs en excluant le pétrole de leur dispositif à venir d’échanges démonétisés. Trump a réuni la majorité des pays européens à Varsovie afin de coordonner des actions avec Israël et les Arabes contre les mollahs ! Les mollahs ont aussi été abandonnés par leurs derniers serviteurs lors du 40e anniversaire de la révolution islamique.

La Chine a alors choisi l’Arabie Saoudite. Les Européens se sont rapprochés des Arabes à Sharm-al-Sheikh par d’importants partenariats commerciaux et en acceptant leur projet de réintégrer Assad dans la Ligue Arabe. Assad s’est rendu alors à Téhéran pour demander aux mollahs de quitter la Syrie dans le respect de sa souveraineté ! Enfin, les pays musulmans, de l’organisation de la Coopération islamique (OCI), ont rejoint les Arabes en condamnant l’ingérence terroriste et déstabilisatrice des mollahs au Moyen-Orient et en excluant les mollahs du sommet parlementaire de leur organisation !

La panique a été telle que les mollahs ont déclaré une guerre totale à leurs proches par la voie judiciaire et en révélant la vaste étendue de leur corruption pour les empêcher de retourner leur veste.

La semaine dernière (16-23 mars 2019), les mollahs allaient vivre une plus grande crise avec leurs collaborateurs, car le peuple allait reprendre la rue et les défier à l’occasion de la fête de feu avant le Nouvel An iranien Norouz (nouveau jour) pour que cette année soit la dernière pour les mollahs.

Ils ont décidé de ne pas avertir les Iraniens que le pays était menacé par d’importantes inondations dans l’espoir que ces eaux éteignent le feu qui devait les consumer. Le résultat a été des dizaines de milliers de morts et une fête de feu très anti-régime. Ils ont opté pour zéro secours afin de briser le peuple qui les déteste ! L’eau a attisé la haine anti-régime.

Ils ont tenté de se protéger en ravivant leur fausse opposition en mettant en scène une peine lourde pour leur amie Nasrine Sotoudeh, mais les Occidentaux ont saisi l’occasion pour condamner leur violation des droits de l’homme et ont rendu inutile le recours aux procédés pour raviver leurs faux opposants. Ils n’ont trouvé aucun partisan pour ce recours !

Après cet échec, les mollahs ont continué à humilier les Iraniens au moment de Norouz en se disant à l’aube de nouvelles opportunités et en annonçant la fin des crues et des inondations !

Mais au cours des deux semaines qui ont suivi (23 mars au 6 avril 2019), la décrue annoncée n’a pas eu lieu. Au propre comme au figuré. Voici le récit de deux semaines de crues dévastatrices qui ont tué de nombreux Iraniens et ont aussi emporté les espoirs des mollahs et ont forgé les bases d’une nouvelle lutte contre leur régime.



Samedi 23 mars 2019 (3 Farvardin 1398), les mollahs n’avaient pas publié un nouveau numéro de leur journal IRAN, porte-parole de leur gouvernement. Ils avaient en revanche publié de nombreux reportages sur la décrue qu’ils avaient déjà annoncée pour rassurer les leurs et encore augmenter la pression sur les Iraniens et les convaincre qu’ils pouvaient les détruire.

JPEG - 193.7 ko
JPEG - 142.1 ko
JPEG - 118.1 ko
JPEG - 167.6 ko
JPEG - 167.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani, le pion des mollahs, a aussi participé à cette opération d’affirmation de l’autorité du régime en annonçant la visite de son 1er adjoint Jahangiri et son ministre de l’intérieur dans la région inondée et dévastée de Mazandaran, mais on ne les a pas vus en images. On en a conclu qu’ils n’y étaient pas allés et qu’ils avaient peur des victimes et n’étaient pas convaincus de les avoir vaincus.

Les chefs Pasdaran ont aussi participé à l’affirmation de l’autorité du régime en affirmant qu’ils étaient prêts à agir et de secourir les victimes si cela était nécessaire sans rien faire et alors que cela était plus que nécessaire, car les gens vivaient sans rien depuis une semaine !

Les faux opposants ont aidé le régime en se gardant d’exiger des comptes sur le nombre des victimes et en se gardant d’exiger des condamnations en raison de la destruction rapide des réseaux d’eau et de l’électricité en raison de leur faible qualité. Ils ont aussi aidé les mollahs pour qu’ils ne soient pas obligés de réparer les réseaux et d’envoyer des secouristes, des vivres et des unités médicales mobiles aux victimes.

Enfin de la journée, les services météo du régime ont conclu que de nouvelles et plus fortes précipitations étaient à prévoir lundi et mardi. Les ayatollahs ont alors fait part d’un ordre de Khamenei pour secourir les victimes, mais sans annoncer de mesures préventives et on a compris que l’objectif n’était pas d’aider le peuple, mais les déstabiliser et les briser encore.

Dimanche 24 mars 2019 (4 Farvardin 1398), les groupes dissidents comme les cadres miliciens qui ont rejoint le peuple depuis longtemps ont révélé que Rohani était en vacances dans le sud du pays qui était épargné par les intempéries ! Et le gouverneur de la région de Mazandaran, la plus touchée par les crues, était en France au prétexte de’y subir un traitement médical !

Le premier adjoint de Rohani est arrivé sur place. Il a démis de ses fonctions le gouverneur voyageur pour détourner l’attention des vacances de Rohani. Il a aussi affirmé que tout allait bien et cette région ne manquait de rien. Ceci était contradictoire avec la déposition du gouverneur et était par ailleurs faux, car tout allait mal : les routes étaient coupées, les canalisations d’eaux avaient rompu et les mats électriques avaient été arrachés et on ne voyait toujours aucune trace de secours !

JPEG - 90.4 ko
JPEG - 126.9 ko
JPEG - 133.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans la soirée, une impressionnante coulée de boue à entraîné la mort plus de 200 personnes à Chiraz dans le centre du pays et ont choqué tous les Iraniens. Les mollahs ont censuré la nouvelle et ont continué à refuser des aides pour déprimer ou intimider les Iraniens et les obliger à rester chez eux pour éviter de mourir étouffés dans une coulée de boue.


© IRAN-RESIST.ORG

Il y avait aussi beaucoup d’eau à Khorram-Abad et dans la région de Lorestan, mais aussi de plus en plus de critiques sur leur absence de gestion des berges qui rendrait les crues si meurtrières !


© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs n’ont pas envoyé de secours à Chiraz et ont encore parlé de la fin des inondations dans le nord du pays pour calmer la grogne. On en a conclu qu’ils n’avaient peut-être pas les moyens de contrôler les eaux et le nombre des morts en raison de leur manque de savoir-faire et espéraient rassurer les leurs qu’ils ne soient pas dépassés in fine par leur tactique de terres inondées (nouvelle version de la tactique des terres brûlées).

Lundi 25 mars 2019 (5 Farvardin 1398), les pluies devaient reprendre. Dans leur journal, les mollahs avaient annoncé que Rohani avait visité les zones inondées et tout allait bien niant le fait qu’il s’était tenu à l’écart de la zone à risque dans le sud du pays. Ils avaient aussi annoncé 17 morts au lieu de 200 à Chiraz pour que ce nouvel épisode de leur tactique de terres inondées ne provoque pas de nouvelles manifestations à leur encontre à Chiraz qui est connue pour son hostilité aux mollahs.

JPEG - 169.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont continué cette propagande apaisante en publiant des photos de Chiraz et Khorram-abad sans montrer aucune victime.

JPEG - 132.1 ko
JPEG - 113.7 ko
JPEG - 151 ko
JPEG - 139.2 ko
JPEG - 113.3 ko
JPEG - 119 ko
JPEG - 129.4 ko
JPEG - 175.6 ko
JPEG - 152.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’agence Fars des miliciens en rupture avec le régime a alors insisté que Rohani était toujours en vacances et aussi que le site du ministère des AE n’était plus en ligne (pour cacher l’inaction des mollahs à propos du consensus pour les virer des alentours du plateau de Golan.

Les mollahs ont riposté en qualifiant de rumeurs les annonces sur Rohani. Ils ont aussi parlé d’une panne informatique pour expliquer la disparition du site de leur M-AE. Ils ont aussi promis d’indemniser tout le monde, mais après enquête sans préciser la date de ces enquêtes et de leur indemnisation, restant à cheval entre le projet de briser le peuple et aussi d’éviter une explosion spontanée et incontrôlable.

Ils ont en revanche rouvert la bourse pour injecter des fonds dans les poches des leurs pour montrer que les indemniseraient tous les jours quoiqu’il arrive. Les nantis paniqués du régime ont apprécié, mais l’ouverture a aussi surpris ces gens. L’activité boursière a été faible et le régime a pu entraîner une honorable hausse de 535 points de l’indice avec une mise négligeable de 615 milliards de tomans.

JPEG - 13.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les États-Unis ont alors annoncé qu’ils allaient négocier des accords économiques et financiers avec les Chinois le jeudi 28 mars, insinuant qu’ils allaient aussi consolider les sanctions contre les mollahs par un accord abaissant les achats du pétrole iranien par les Chinois.

Les mollahs ont censuré la nouvelle. L’agence Fars l’a révélé en Iran, mais les mollahs n’ont pas réagi de peur de déprimer les leurs alors que leur seule stratégie de résistance par des crues pouvait aussi les renverser.

Au même moment, le pipeline de livraison de l’essence reliant Ahwaz (anti-mollahs) à Téhéran a explosé ! Les mollahs n’ont pas commencé l’info, car elle pouvait signifier un sabotage destiné à les affaiblir et attiser la colère du peuple et elle soulignait aussi leur manque de moyen pour protéger leurs tubes qui sont leur seul moyen de subsistance.

JPEG - 109.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont cependant annoncé la création d’une cellule gouvernementale de crise pour signaler qu’ils veillaient à continuer sans se laisser déborder, ce qui en soi laissait supposer que leurs compagnons pensaient le contraire ! Cela était aussi confirmé par les visages des participants : ils doutaient du succès de leur tactique et craignaient que ça déborde !

JPEG - 103.5 ko
JPEG - 87.5 ko
JPEG - 72.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mardi 26 mars 2019 (6 Farvardin 1398), les mollahs parlaient de l’amour (au sens de la solidarité entre leurs secouristes et le peuple qui aidaient spontanément les victimes des inondations) : il avait vaincu la colère de la nature ! On apprenait que les Iraniens étaient solidaires des victimes (en l’absence des secours qui étaient sans cesse annoncés).

JPEG - 139.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le régime annonçait encore d’une certaine manière une happy end de son choix désastreux pour rassurer les siens alors que de nouvelles précipitations étaient attendues et devaient engendrer de nouvelles crues et nouvelles inondations. Il n’y avait aucune trace de sa cellule de crise et aucune mesure de préventive n’était décidée par elle. On a compris que les mollahs n’avaient pas envie d’arrêter leur projet de briser le peuple ou l’occuper avec des malheurs matériels, mais voulaient éviter d’assumer cette volonté.

Les opposants ont immédiatement répliqué à cette une en interviewant les habitants du village Agh Ghela de la région de Mazandaran et ces derniers ont dit que non seulement les mollahs n’avaient envoyé des secours, mais contrairement à ce qu’ils disaient ils avaient envoyé des gens pour empêcher d’autres Iraniens de les aider et avaient aussi détruit des voies d’accès encore praticables au prétexte qu’elles empêchaient l’écoulement des eaux !

Les opposants ont aussi révélé que les habitants de cette ville avaient molesté le fils de leur député, car il ne disait rien de les aider.

Au même moment, les médias américains ont annoncé que des représentants de l’administration Trump s’étaient réunis avec les Saoudiens et les autres membres du Conseil de Coopération du Golfe (Persique) pour finaliser les sanctions contre les mollahs !

Au même moment, le président chinois est arrivé à Paris pour rencontre Macron, Merkel et Junker sans doute pour mettre la pression à Trump et obtenir de meilleurs accords lors de la rencontre prévue entre leurs deux pays dans 48 heures. Mes mollahs ont déchanté face à cette envie d’entente des Chinois avec Trump et aussi parce que ni ces derniers ni leurs hôtes n’ont remis en cause les sanctions de Trump et ont continué à insister mollement sur le maintien de l’accord sur le nucléaire au prétexte de les désarmer !

JPEG - 44.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont fui ses réalités hostiles en annonçant enfin une visite de Rohani à Mazandaran ! Mais on ne l’a pas vu sur place, mais il a fait un discours sur la solidarité avec quelques promesses de secours. On a compris que le régime voulait continuer à moucher les Iraniens courts en rassurant ses derniers fidèles qu’il avait en mains les moyens de calmer l’agitation présente dans la région par ces secours promis, mais jamais déployés.

Son ministre de l’intérieur a aussi rassuré les gens qu’il n’y avait pas de signe de nouvelles crues. Les mollahs ont encore étrenné leurs proches. Ces derniers ont montré leur soutien par l’absence de panique. Les mollahs ont pu augmenter de 592 points leur indice boursier qui est l’indice de la vitalité de leur régime !

Au début de l’après-midi, de nouvelles précipitations ont entraîné de nouvelles inondations dans l’ouest le centre du pays (neige à Arak et inindation à Shiraz, Chahar-Mahal-Bakhtiari et Qom, ville siège du clergé).

JPEG - 132.6 ko
JPEG - 164.2 ko
JPEG - 115.6 ko
JPEG - 123.2 ko
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 775.9 ko
JPEG - 958.6 ko
JPEG - 140.1 ko
JPEG - 110.2 ko
JPEG - 147.7 ko
JPEG - 102.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a alors appelé les Irakiens pour les encourager à refuser tout débat sur le Golan et ainsi soutenir de facto leur présence dans cette région ! Mais, les Irakiens n’ont rien dit en faveur du régime. Rohani a alors convoqué une réunion avec tous les hauts responsables du régime pour débattre de la situation au Golan, et laisser encontre qu’à défaut des Irakiens ils avaient le soutien de ses proches ! Mais les gens présents faisaient trop la tête et laissaient entrevoir qu’ils étaient loin d’avoir confiance en eux-mêmes ou au succès de la tactique désormais controverser d’affirmer l’autorité du régime par l’humiliation des Iraniens !

JPEG - 939.7 ko
JPEG - 1 Mo
JPEG - 958.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, l’administration Trump a aussi puni les mollahs par 9 nouvelles sanctions contre les agents financiers de leur régime. Les opposants ont révélé l’info et ont aussi révélé que les mollahs avaient ordonné aux chefs Pasdaran d’empêcher le peuple de secourir les victimes des nouvelles inondations.

Mercredi 27 mars 2019 (7 Farvardin 1398), les mollahs avaient continué leur double jeu en répétant les promesses de Rohani et des indemnisations après enquêtes (alors qu’ils n’allaient même pas sur place).

JPEG - 198.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants ont souligné le désamour des Iraniens en affirmant que le mollah en charge des mosquées de Chiraz était déprimé en raison des salves d’insultes qu’il recevait lors de chacun de ses déplacements !

PNG - 432.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

À ce moment, le Luxembourg a rejeté, au prétexte du respect du droit international, la demande de transfert des fonds des mollahs saisis dans ses banques vers les banques américaines pour indemniser certaines victimes des attentats de 911 en raison de la complicité des mollahs. Mais cet État a précisé que cela n’était pas synonyme de la restitution des fonds aux mollahs ! Il semblait vouloir garder ces fonds pour lui-même.

PNG - 200.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont oublié la seconde partie de l’annonce et ont décrété que le Luxembourg avait rejeté les accusations de leur complicité avec Al Qaeda ! Ils ont aussi injecté un peu plus de fonds dans les poches de leurs camarades agités pour souligner leur confiance qu’ils recevraient sous peu les fonds promis. En misant 895 milliards de tomans sur des actions moribondes, ils ont pu faire monter leur indice de vitalité économique de 1775 points !

Au début de l’après-midi, les eaux ont monté aussi à Kermanshah, mettant en danger ses habitants qui vivent dans des tentes plus d’un an après le grand tremblement terre qui a dévasté cette région !

Les mollahs ont axé leurs médias sur la visite de Rohani dans la région de Mazandaran afin de se mettre à l’abri des questions sur Kermanshah qu’ils n’avaient pas envie de secourir !

Jeudi 28 mars 2019 (8 Farvardin 1398), les mollahs n’avaient pas publié leur journal. Ils n’avaient pas envie d’affirmer leurs promesses, mais de laisser couler l’eau sur des villes agitées pour désorganiser le peuple. Ils ont confirmé leur choix par leur silence.

Mais leur M-AE est intervenu sur twitter pour aussi déclaré sur son compte twitter pour affirmer que le Luxembourg les avait innocentés des accusations de terrorisme et Washington était à présent bien isolé, insinuant que le régime avait de la marge pour continuer ses improvisations dangereuses.

Dans la soirée, les habitants de Chiraz ont manifesté en masse pour réclamer des comptes aux mollahs et aussi pour les insulter. Les mollahs ont répercuté ce rassemblement et par ce geste d’apaisement, ils ont avoué qu’ils n’avaient pas la marge nécessaire pour continuer leurs répressions naturelles !


© IRAN-RESIST.ORG

Vendredi 29 mars 2019 (9 Farvardin 1398), les mollahs devaient présenter leur bilan et indiquer la feuille de route pour la semaine à venir. Mais ils ont été pris de court et mis face à un risque grave en raison d’une terrible crue au Lorestan et la rupture de toutes les voies d’accès vers ses villes et ses habitants.

JPEG - 121 ko
JPEG - 166.9 ko
JPEG - 165.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il y avait aussi encore une manifestation à Agh Ghela dans le nord du pays pour protester contre les voies détruites par les chefs Pasdaran !

Enfin Washington devait sous peu renouveler ou pas ses autorisations d’exemption de ses sanctions aux 8 pays qui en profitent à condition de réduire régulièrement leurs échanges avec les mollahs et ses derniers risquaient de perdre d’importants marchés ! Ils risquaient de manquer de moyens pour importer tout ce que l’Iran ne produit plus par leur faute. Pour éviter des pénuries et des ruptures, ils devaient donc serrer la vis pour contenir les leurs et les gens du peuple.

Un responsable du régime a alors souligné la détermination des mollahs en reconnaissant qu’ils avaient provoqué la crue à Chiraz (ci-dessous) en ouvrant des vannes d’irrigation. D’autres ont fait eux-mêmes état d’une situation critique au Lorestan sans évoquer les malheurs de cette région ou promettre que ce soit qui puisse épargner la région et ses habitants les Lores.

JPEG - 194.5 ko
JPEG - 187.3 ko
JPEG - 212.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a joué la carte de la provocation en se rendant au Khouzestan (asséchée depuis des années par le régime) pour affirmer que les 3 milliards de tonnes d’eaux de ces crues qui devaient finir leurs courses dans 3 à 5 jours dans cette région, faire déborder ses barrages et la dévaster étaient une véritable une bénédiction !

JPEG - 112.7 ko
JPEG - 108.9 ko
JPEG - 141 ko
JPEG - 77.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Lors de sa conférence de presse, il a aussi attaqué Trump et la volonté de remettre le plateau du Golan aux Israéliens dans l’espoir d’obtenir le soutien des pays voisins afin qu’il puisse résister à la perte des partenaires comme la Chine ou l’Inde, mais aucun pays n’a soutenu la position des mollahs !

Ces derniers ont continué leur projet d’exploitation des désastres naturelle en ignorant les malheurs des gens dans leur sermon de vendredi et en se disant confiance pour l’avenir de leur régime. Ils ont aussi repris les accusant de corruptions contre leurs proches pour leur rappeler qu’ils ne pourraient pas les laisser choir et fuir hors Iran.

Les chefs Pasdaran sont alors revenus à la politique de chantage international du régime en parlant de leurs missiles et d’exiger la fin des sanctions à leur encontre, mais personne n’a cédé à leur chantage. Ils n’ont pas surenchéri et ont ainsi confirmé qu’ils n’avaient pas leurs capacités d’antan pour intimider leurs adversaires. Ils ont alors affirmé avoir secouru les victimes des inondations pour éviter que ça déborde, ce qui signifiait qu’ils voyaient leur avenir dans la poursuite de cette fuite en avant destructive.

Les mollahs ont fini une semaine de crues et de surfing sur leurs méfaits avec la certitude qu’ils n’avaient pas d’autres choix que celui-ci pour survivre et devaient continuer cette fuite en avant catharsistique !

Samedi 30 mars 2019 (10 Farvardin 1398), les mollahs avaient donné la priorité à une victoire footballistique pour narguer le peuple et marquer leur autorité et évoquaient en second lieu, les secours inexistants de leur milice pour mieux humilier le peuple !

JPEG - 111.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais ils l’ont payé cher, car les cadres miliciens en rupture avec le régime ont révélé l’absence de secours en envoyant une équipe à la rencontre des victimes que les mollahs et les chefs Pasdaran affirmaient avoir aidées. Les victimes ont qualifié les chefs miliciens de voleurs et ont dit qu’ils faisaient tout pour décourager les gens du peuple d’autres régions de leur porter secours. Au prétexte de provoquer une décrue, ils avaient explosé les routes et les voies ferrées pour empêcher les secours d’origine populaire.


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les chefs Pasdaran ont contré cette révélation en affirmant que leur commandant en chef s’était encore déplacé dans cette zone pour surveiller les secours. Ils ont aussi parlé de la formation des camps d’éducation intégriste qui ont lieu chaque année pour dire qu’ils ne manquaient pas de partisans. Mais on n’a vu aucune image de ces faits et on a conclu qu’ils n’osaient pas aller à la rencontre du peuple et qu’ils n’avaient pas de jeunes encore partisans de leur régime.

On n’a assisté à aucun krach en cette journée. La bourse a enregistré une hausse de 3816 points pour seulement 708 milliards de tomans d’argent distribué par le régime. On devait en conclure que les nantis, d’ordinaire paniqués par la faiblesse du régime, estimaient que leurs responsables manœuvraient bien pour écraser le peuple.

Au début de l’après-midi, les mollahs heureux de ce soutien implicite de leurs divers collaborateurs y compris les faux opposants et leurs cinéastes (tous indifférents à ces malheurs pour le peuple) ont annoncé la formation d’une cellule de crise, qui sans mesures préventives nous a semblé une cellule pour préserver la crise en vue d’occuper les Iraniens et les empêcher de manifester !

JPEG - 86.6 ko
JPEG - 94.1 ko
JPEG - 86.4 ko
JPEG - 91.4 ko
JPEG - 83.2 ko
JPEG - 81 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dimanche 31 mars 2019 (11 Farvardin 1398), les mollahs avaient mis à la une de leur principal journal des routes presque praticables pour nier ce que l’on leur reprochait et aussi continuer à narguer les gens du peuple.

JPEG - 80.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’Organisation de la coopération islamique devait alors se réunir à Tunis. Sa présidence actuellement pro-saoudienne a fait savoir que les débats devaient porter sur l’avenir de la Palestine (le plan de paix de Trump) et la lutte contre le terrorisme et l’intégrisme en référence aux mollahs ! Aucun pays membre n’a défendu les mollahs. Ces derniers ont zappé ce rassemblement qui devait les isoler davantage.

PNG - 543.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, Pompeo est arrivé au Liban pour parler des pressions nécessaires sur le Hezbollah et les mollahs et sans doute pour contraindre le Hezbollah à renoncer au terrorisme et à dénoncer ses méfaits passés sur des ordres venus des mollahs.

JPEG - 60.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La panique s’est intensifiée au sein du régime. Les gens craignant la rupture du Hezbollah et la condamnation du régime par l’OCI se sont mis à stocker des vivres. Le régime a augmenté les prix de pommes de terre, d’oignons et de poulet de 50% pour éviter de manquer de ces produits et d’être rapidement confronté à des pénuries difficiles à gérer. Les prix de ces produits sont devenus la vitrine de son malaise ! Cette fois, on a assisté à un krach (-76 unités malgré 660 milliards de tomans d’argent de poche pour les nantis du régime).

Le gouvernement a alors annoncé la visite du vice-président Jahnagiri au Kermanshah où la situation était critique. On a vite compris qu’il ne s’agissait pas d’apaiser la crise, mais d’humilier les gens, car aucun convoi de secouristes ne l’accompagnait et le visiteur et ses amis étaient loin des zones habitées et se sont contentés de boire le thé et rire ensemble !

JPEG - 193.6 ko
JPEG - 152.8 ko
JPEG - 96.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a continué cette méthode de diversion en promettant des indemnisations après une longue enquête !

Les chefs Pasdaran ont aussi continué à narguer les gens en affirmant qu’ils se tenaient prêts à intervenir si cela leur semblait nécessaire !

Dans la soirée, de nouvelles précipitations ont provoqué une inondation à Qom, le Vatican des mollahs. Les habitants très hostiles au régime n’ont pas reçu de secours. L’un d’entre eux a envoyé un message vidéo en affirmant que tout le monde priait pour que ces eaux délogent les mollahs et leurs centres de cette ville et du reste de l’Iran !


© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

Lundi 1er Avril 2019 (12 Farvardin 1398), les mollahs devaient fêter l’anniversaire du leur referendum (truqué) de 1980 pour mettre fin à la monarchie lumineuse des Pahlavi et établir une République islamique en Iran. Ils devaient se réunir dans les rues pour prier. On n’a vu aucun journal et aussi aucun rassemblement.

Les médias des miliciens hostiles au régime ont alors annoncé de nouvelles inondations dans le nord du pays, mais aussi à Arak (4 photos) dans le centre, à Khorram-Abad (4 photos), la région de Khouzestan (2 photos) et enfin à la petite ville de Pol-e Dokhtar (Lorestan) dans l’ouest du pays. Dans cette ville, les gens étaient montés sur les toits de leurs habitations avant d’être emportés par les eaux et personne ne pouvaient préciser combien des 22000 habitants avaient été tués !

JPEG - 121.9 ko
JPEG - 111.4 ko
JPEG - 94.4 ko
JPEG - 125.3 ko
JPEG - 178.3 ko
JPEG - 180.3 ko
JPEG - 149.1 ko
JPEG - 223.6 ko
JPEG - 114.2 ko
JPEG - 142.3 ko
JPEG - 95.1 ko
JPEG - 139.4 ko
JPEG - 121.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le ministre de pétrole du régime est alors arrivé à Moscou pour rencontre le ministre russe d’Énergie, car il avait plutôt évoqué un désaccord sur la production pétrolière avec les Saoudiens, mais ce dernier a renoncé à cette position. On a supposé que Moscou n’était pas en guerre contre les Saoudiens, mais en train de négocier un deal avec ces derniers.

Les mollahs ont oublié leur échec en évoquant des secours aux victimes d’inondation...

Les Américains ont saisi le moment pour bousculer les mollahs en annonçant un deal avec l’Oman contre les mollahs et en annonçant le renouvellement du délai d’exemption des sanctions pour l’Irak afin de signaler que les dirigeants de ce pays étaient ses bons amis.

Les mollahs ont zappé ces nouvelles sur leur isolement en accusant Trump d’empêcher les autres pays de les aider pour les secours en sanctionnant le croissant rouge du régime (la version islamique de la Croix Rouge). Mais les aides de genre ne sont pas assujetties aux sanctions. Dans le contexte, on a supposé qu’ils cherchaient aussi à mettre en place un canal pour leurs transactions !

Ils ont aussi continué à promesse des secours via leur soi-disant cellule de crise !

JPEG - 95.1 ko
JPEG - 139.4 ko
JPEG - 63.5 ko
JPEG - 55.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mardi 02 Avril 2019 (13 Farvardin 1398), les Iraniens devaient fêter la fin des fêtes de Nouvel An par un pique-nique champêtre et jeter à l’eau la tradition, l’herbe qu’ils ont fait pousser avant le Nouvel An. Cette sortie normalement interdite par les mollahs est depuis longtemps devenue une journée pour violer les lois anti-mixité du régime. Mais après cette annoncée, on n’a pas vu des millions de gens faire la fête. Visiblement, ils avaient refusé de festoyer par solidarité avec les victimes des zones inondées.

JPEG - 259.2 ko
JPEG - 139.9 ko
JPEG - 190.5 ko
JPEG - 189.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hook, le responsable de Trump chargé de sanctionner le mollah a annoncé la fin de toutes sanctions pour 3 des 8 pays bénéficiant d’exemption des sanctions après s’être engagé à réduire leurs achats pétroliers aux mollahs, mais sans préciser de quels pays il s’agissait. Les mollahs avaient donc perdu 3 clients sous la pression américaine. Hook a aussi annoncé de nouvelles sanctions pour 608 GI tués en Irak sur ordre des mollahs !

Au même moment, on a signalé des confrontations entre victimes de crues et des officiels du régime. Certains gros bonnets avaient été insultés et bousculés. Leurs gardes avaient fait usage de leurs armes et au moins un manifestant d’âge moyen avait été grièvement blessé.


© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont continué leur fuite en avant par des félicitations du Guide aux chefs Pasdaran pour leur secours exemplaire !

JPEG - 94.9 ko
JPEG - 81.5 ko
JPEG - 80.9 ko
JPEG - 87.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mercredi 03 Avril 2019 (14 Farvardin 1398), il n’y avait pas de presse, les mollahs avaient fait le pont pour repousser le devoir de s’expliquer sur la situation insurrectionnelle provoquée par leur inondation dans le sud (video mateurs) et sur l’absence de secours à Pol-e Dokhtar (10 photos+le video d’un soldat sur le nombre des morts) !

br/>© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 175.9 ko
JPEG - 160.9 ko
JPEG - 183.4 ko
JPEG - 98.6 ko
JPEG - 166 ko
JPEG - 122.5 ko
JPEG - 109.8 ko
JPEG - 123.4 ko
JPEG - 179 ko
JPEG - 156.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Le Guide Khamenei devait comme chaque année rencontrer les responsables du régime et les ambassadeurs des pays musulmans à l’occasion de la fête de la révélation d’Islam à Mahomet. On a vu des représentants d’une vingtaine de pays, 1/3 des membres de l’OCI, à ce rassemblement ! Le Guide a sollicité leur aide pour les secours et pour combattre Israël. Aucun de pays musulmans ne s’est distingué par offrir ces soutiens.

JPEG - 143.9 ko
JPEG - 223.9 ko
JPEG - 131.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le M-AE des mollahs a alors attaqué les Européens pour leur soutien à Trump, car ils devaient le rencontrer à l’occasion du sommet des G7 au cours des deux jours à venir et peut-être adhérer à ses sanctions. Les Européens ont ignoré les mollahs et ces derniers ont compris qu’ils ne pouvaient pas les influencer. Ils ont zappé le sommet des G7 !

On a alors annoncé la mort de l’homme blessé la veille par les gardes des chefs de la milice.

JPEG - 21.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont alors nié l’existence de ce clash et ont tenté d’améliorer leur image en annonçant l’acheminement de 50 tonnes de vivres et de médicaments ce matin même vers les régions les plus touchées dans l’ouest et le sud du pays. On a vu une cargaison qui était loin de 50 T annoncer. Il pouvait s’agir d’image d’archives.

JPEG - 79.4 ko
JPEG - 79.6 ko
JPEG - 142.8 ko
JPEG - 165.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a alors annoncé un grand rassemblement avec les hauts responsables du pays pour insinuer qu’il n’était également pas seul. Son ministre de l’Intérieur a aussi annoncé une nouvelle cellule de crise pour la région de Lorestan toujours sans annoncer la moindre mesure concrète pour reloger les gens ! On a donc encore conclu à une cellule pour occuper les gens et les éloigner de la lutte contre le régime.

JPEG - 147.4 ko
JPEG - 146 ko
JPEG - 147 ko
JPEG - 127.2 ko
JPEG - 79.5 ko
JPEG - 76.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Jeudi 04 Avril 2019 (15 Farvardin 1398), les G7 ont commencé leurs négociations sur l’Iran, la région et le pétrole où qu’il soit.

Il y avait des confrontations dans la région de Khouzestan dévastée par l’ouverture délibérée des vannes des barrages par les mollahs au prétexte de la sécurité de ces barrages. Les habitants ne manquaient pas de dénoncer l’absence de secours et de bousculer les hauts responsables de passage !


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Un député a confirmé cette décision et l’a critiqué en la qualifiant d’erreur. Il a aussi accusé Rohani de négligence en affirmant que grâce à une première crue survenue le Bahman de cette année (5 février 2019).

Le gouvernement s’est empressé d’augmenter son estimation pour le montant des pertes à 4600 milliards de tomans. La direction du centre religieux de Mashad a aussi affirmé que sa priorité était de secours les victimes d’inondation dans la région, mais il n’a rien envoyé.

Au même moment, le ministre des AE de Trump a rencontré ces homologues de l’OTAN avec comme objectif de réduire les revenus des mollahs. Ces derniers ont cru que les Européens étaient parvenus à un deal avec Trump.

Les Anglaises ont amplifié cette panique en annonçant que les mollahs avaient autorisé l’AIEA à visiter l’entrepôt que Natanyahou avait qualifié de suspect ! Ils précisaient que les inspecteurs n’avaient pas révélé leurs conclusions. Les gens du régime devaient comprendre que l’agence pouvait les accuser d’avoir violé leurs engagements. Les mollahs n’ont pas commenté cette annonce de l’autorisation de l’inspection était une preuve de leur faiblesse et leur soumission aux Occidentaux !

Vendredi 05 Avril 2019 (16 Farvardin 1398), les mollahs devaient faire leur bilan de leur semaine et indiquer la feuille de route pour la semaine à venir.

Mais ils n’avaient aucun bilan positif. Ils avaient continué la politique de l’inondation pour étourdir le peuple et se débarrasser de sa révolte et avaient engendré plus de colère et de manifestation de son hostilité. Ils n’avaient également pas rassuré leurs proches et s’étaient vus contraints de les réprimer pour les empêcher de fuir. Par ailleurs, ils n’avaient pas regagné le soutien des troupes qui lui avaient tourné le dos et enfin par la somme de tout cela, ils avaient assisté à plusieurs attaques de sinistrés et des dissidents contre les responsables du régime et il était clair qu’ils n’avaient pas les moyens de les défendre et de se défendre !

Une attaque armée contre le patron de leurs armées a souligné la faiblesse du régime !

PNG - 363.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias américains ont alors annoncé que lundi Trump allait sévèrement sanctionner la milice des Pasdaran que les Iraniens n’avaient cessé d’insulter et attaquer ! Cela devait renforcer leur détermination contre le régime.

Les mollahs ont alors consacré leur sermon à l’unité nécessaire pour secourir les victimes des crues pour dissuader les gens de profiter des sanctions à venir pour les attaquer. Ils ont aussi ordonné que leurs riches devaient payer pour la reconstruction du pays.

JPEG - 356.1 ko
JPEG - 339.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les riches n’ont pas aimé, car cela voulait dire que le régime n’avait plus d’argent et que les mollahs – se voyant proche de la fin – voulaient tout garder pour eux-mêmes et espéraient ne rien dépenser sauf pour eux-mêmes. Les gens ont repris les achats de dollar et le gouvernement a augmenté son prix pour s’éviter de perdre leur bien.

Au début de l’après-midi, les chefs Pasdaran ont nuancé l’annonce en affirmant qu’ils compatissaient avec les victimes, mais qu’ils allaient continuer de les secourir ! Le chef de leur brigade internationale, Qassem Soleimani, qui a probablement été tué il y a peu, a été ressuscité pour une mission de soutien des chefs Pasdaran aux victimes des crues pour raviver le mythe de sa propre existence, mais aussi pour rassurer les gens du régime et aussi donner une image positive de la milice afin de contrer sa nouvelle condamnation par Trump.

Mais on n’a vu aucun vieux chef Pasdaran aller sur le terrain. Ils étaient conscients d’être en danger et ne voulaient pas se sacrifier pour les autres ! Face à la tempête, leur devise était tous aux abris ! Leur refus d’exécuter leur mission était la preuve de leur faiblesse et celle du régime. Les mollahs et la direction de la milice ont vite oublié ce projet qui soulignait leur manque de résilience et devait en conséquence amplifier la panique interne.

Les mollahs ont fini la semaine la peur au ventre, car ils avaient inondé les maisons de leurs ennemis pour les anéantir, mais avaient, de fait, semé le vent et récolté la tempête et à présent, leurs maisons étaient menacées et personne ne voulait sortir pour les protéger. Les mollahs ont joué avec des éléments qui les dépassent et risquent fort de les anéantir !