Accueil > News > Iran : Trois morts suspectes chez les Pasdaran



Iran : Trois morts suspectes chez les Pasdaran
27.04.2011

Il y a 6 jours, le régime avait menacé de purger les Pasdaran qui refusaient de tirer sur la foule. Lundi, trois d’entre eux ont été tués dans un « accident de la route ».



la situation | Au cours des dernières semaines, les Iraniens ont contesté le régime islamique en célébrant publiquement et joyeusement les rituels non islamiques et interdits de Norouz notamment la fête du Feu. A chaque fois, les Bassidjis et les Pasdaran ne sont pas intervenus pour disperser les foules confirmant leur rupture d’avec le régime.

Cette passivité a paniqué les derniers serviteurs du régime. Ils se sont mis à vendre leurs biens pour acheter de l’or. La demande a sans cesse augmenté car le régime n’était pas capable de montrer qu’il avait assez de partisans pour tenir sans le soutien de ses forces armées.

Après avoir augmenté l’offre de l’or ou menacé de pendre les acheteurs de l’or, en dernière instance, la semaine dernière, le régime avait menacé de purger les Pasdaran en faisant des exemples. Il avait aussi promis de se faire obéir en retenant en otage les familles des commandants récalcitrants.

Cela semblait impossible. En réponse, samedi et dimanche, les intéressés ont boycotté les rencontres organisées pour l’anniversaire de la création du corps des Gardiens de la révolution ! La demande d’or a encore augmenté.

les faits | Lundi au lendemain du boycott, les médias ont annoncé la mort accidentelle de Seyed Ali-Reza Shadmehr, Vali Bagheri et Omid Niazi. Ils étaient les commandants d’une section chargée du Bassidj à Khorâssân, une des régions qui avait brillé pendant la Fête du Feu.

Selon la version officielle, « ce lundi, les trois commandants dont le colonel Shadmehr, vétéran de la guerre Iran-Irak, retournaient d’une mission et étaient en route vers Téhéran quand vers 20h30 leur Peugeot a été écrasée par un camion ». Selon le communiqué, « ils ont perdu la vie immédiatement ! ». Il y a au moins trois photos très différentes de cet « accident » (dont celle-ci).
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 89 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Un « accident » non identifiable, c’est bien pratique. Le régime montre qu’il n’a pas besoin de procès exemplaires pour purger les miliciens qui ne lui obéissent pas. Il peut éliminer ses ennemis comme il l’entend. La prochaine fois, il peut organiser un attentat ou un enlèvement qu’il attribuera à un groupe armé lié à Washington pour faire d’une pierre deux coups. C’est là un avertissement fort aux insoumis.

Mais c’est là aussi une preuve de faiblesse et une déclaration de guerre. Nous parions que cela ne va pas arranger les affaires du régime.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Le contexte de la semaine dernière :
- Iran : La semaine en images n°166
- (24 AVRIL 2011)

La ruée vers l’or :
- Iran : Une crise de confiance interne déstabilise le régime
- (12 AVRIL 2011)

article complémentaire :
-  Iran : Un attentat pour tuer un dissident afin d’intimider les autres
- (30 NOVEMBRE 2010)

| Mots Clefs | Résistance : Menace contre le régime |
| Mots Clefs | Terrorismes : Attentats en Iran |