Accueil > Photos > Iran : La semaine en images n°82



Iran : La semaine en images n°82
13.09.2009

La grande actu de la semaine a été les soi-disant arrestations des partisans du Mouvement Vert. Mais étant donné que ce mouvement n’a pas d’existence réelle, il n’existe également aucune image de ses partisans en train de manifester leur colère après ses soi-disant arrestations. Le régime a du mal à trouver des figurants pour participer à sa fausse opposition destinée à rallonger la vie du régime. Ce n’est pas faute d’avoir essayé. Décodages en images.



Where is my vote ? | Le régime des mollahs qui ne peut pas accepter un apaisement avec l’Occident a eu cette année l’idée de mettre en place un mouvement politique qui contesterait la légitimité représentative de la personne chargée de négocier avec les Six : le président Ahmadinejad. C’est ainsi qu’est né le Mouvement Vert qui conteste uniquement le nombre des voix du candidat Ahmadinejad, mais pas le nombre des bulletins de votes car le propos est de contester l’interlocuteur des Six et non de remettre en cause le nombre historique de participation en 2009, preuve de la légitimité du régime !

Si les Occidentaux avaient soutenu ce Mouvement Vert, ils se seraient mis dans un sacré pétrin. Ils se sont méfiés. Ils n’ont pas été les seuls, les Iraniens se sont aussi étonnés que les slogans insistent sur des votes volés car chacun savait que les élections avaient été massivement boycottées. Ils ont aussi été surpris par le choix du Vert, couleur de l’Islam, pour la bannière et enfin pas franchement rassurés de participer à des manifestations que le régime laissait filmer à des journalistes étrangers. Habitués à l’organisation par le régime de manifestations apparemment spontanées, les Iraniens ont préféré rester à l’écart, privant ainsi le régime de figurants nécessaires pour simuler sa révolution de couleur destinée à duper les Occidentaux.

Pour obtenir l’effet escompté, c’est-à-dire un soutien des Occidentaux à ceux qui contestent le président, mais pas le régime, Téhéran a décidé d’autoriser plus de manifestations. Il s’est alors retrouvé avec une nouvelle configuration indésirable : des manifestations de masse contre le régime dans sa totalité et toujours aucun soutien des Occidentaux à son mouvement Vert.

Ce soulèvement a bouleversé beaucoup de fausses vérités comme l’existence des modérés proches du peuple car Khatami et Moussavi ont appelé le guide à faire feu sur les casseurs. On n’a pas non plus entendu les dissidents ou artistes qui se pavanent à travers le monde pour défendre ces modérés aux mains sales. Téhéran a mis son énergie à mater ce soulèvement, mais aussi à effacer ses traces qui contredisent le scénario de l’existence des modérés attendus par le peuple (scénario diffusé par des films iraniens)… On peut parler d’un cercle vertueux pour les opposants car le régime a certes réussi à mater le soulèvement, mais il n’est pas tiré pour autant d’affaire. Il lui faut encore et toujours donner une réalité physique à la Contestation Verte par un rassemblement (ce qui laisse une marge de manœuvre aux Iraniens).

Tenu par cette nécessité d’un rassemblement vert, dans un premier temps, le régime a décidé de mobiliser sur le nom de Moussavi. Mais personne n’a bougé pour un homme qui avait appelé à la répression. Il a alors changé de leader pour appeler au rassemblement en faveur de Rafsandjani ce qui a suscité de vives réactions en raison de la réputation de corrompu du personnage. Le régime a alors opté pour des appels anonymes se disant étrangers au Mouvement Vert. Cela n’a pas marché. Après plusieurs échecs, le régime a fait lancer les appels à la mobilisation par Karroubi, au nom du Mouvement Vert, mais étant certain que personne n’y répondrait, il fait interdire la manifestation par les forces de l’ordre. Par la suite, on affirme que voilà pourquoi on ne voit pas les partisans de Moussavi avec leur bannière verte dans les rues ! C’est du tout virtuel !

Nuits de gratitude | Ce « tout virtuel » est bien pratique pour masquer l’existence réelle de partisans de ce mouvement car on enchaîne les appels et les interdictions (2 la semaine dernière, une grande la semaine prochaine), mais ce truc ne résout pas le problème de manque d’effectif pour le Mouvement Vert. Parallèlement à ce tour de passe-passe médiatique, le régime court après tous les figurants possibles.

Cette semaine, il espérait faire le plein pendant les trois nuits de GHADR (gratitude), qui ont lieu les 19, 20 et 21 du Ramadan, et attirent chaque année dans les mosquées des jeunes qui prient sans fin pour voir leurs vœux se réaliser.

L’année dernière, nous avons publié les images étonnantes de mosquées bondées, mais en précisant que cette présence n’était pas le résultat d’une religiosité ou d’un attachement au régime, mais le résultat d’un niveau très élevé de désespoir et de chômage.

Cette année, nous n’avons pas retrouvé ces images. Le régime a préféré ne pas publier les vues d’ensemble, mais des images tronquées des grandes salles (la première photo qui montre le Mossala ou grande salle de prière de Téhéran), des images intimistes (comme la seconde photo) ou encore des images (les suivantes) de petites mosquées de villes de province ou des universités, preuves d’une mobilisation faible. Il y a peut-être moins de désespoir après la prise de conscience suscitée par le soulèvement, on peut aussi tabler sur un ras-le-bol des croyants d’être instrumentalisés par le pouvoir religieux car pendant ces nuits pratiquement personne ne portait de vert. À défaut de remplir les salles avec de jeunes iraniens délurés habillés en vert, le régime a fait des décors verts avec des éclairages verts, des livres verts, des filtres verts ou encore des tentures vertes (mais les figurants laissent à désirer).
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 94.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 120.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 105.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 107.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 114.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 116 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 64 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Mauvaise recette | Cette absence de mobilisation ne se résume pas au Mouvement vert : on voit aussi moins de monde à la prière de vendredi. Par le passé, le régime remplissait les alentours de l’université où a lieu ce rendez-vous réservé aux fidèles du régime, avec des démunis déplacés en bus et payés à la journée avec un coupon donnant droit à un panier de produits alimentaires (sucre, huile ou riz…) ou encore à un repas chaud, cadeaux extraordinaires dans un pays où avec le salaire de base d’un fonctionnaire, une famille ne peut pas manger plus d’une fois par mois de la viande !

Depuis un certain temps, on ne voit plus ces foules car le régime ne peut plus payer. En raison des sanctions bancaires américaines interdisant tout investissement en Iran, les comptes sont à sec : le régime n’arrive plus à approvisionner le marché. C’est pourquoi, dès l’année dernière, au prétexte d’un meilleur partage des richesses, il a remplacé les paniers de produits distribués aux plus pauvres par des primes en liquide avec des billets imprimés sans provision avec lesquels on ne peut rien acheter.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 85.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 105.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Intérieur | Si le régime a du mal à mobiliser la base, tout va bien au sommet de l’Etat. Pas besoin d’effort, les salaires sont payés. Cette semaine, loin des lumières vertes et déprimantes des mosquées, les nouveaux ministres ont été reçus par le Guide qui leur a donné dix conseils sans intérêt sur les vertus de l’assiduité, du travail et de la frugalité pour être des serviteurs alertes et aussi pour pouvoir suivre Mahmoud, le « sprinter de la politique » ! (cliquez pour agrandir)
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 212.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Oublions les paroles pour ne regarder que l’image. Elle est incroyable. Nous sommes dans la salle de réception du Guide suprême (fortune perso d’au moins 200 millions de dollars en 1987) ! Le décor est pauvre, la lumière est déprimante, la moquette est pisseuse, les chaises datent, les murs et les rideaux sont sales, les gens sont tristes. On aurait presque pitié d’eux. On pourrait dire que nous tenons là la photo de la semaine, une image formatée pour le peuple iranien qui est aujourd’hui pauvre.

Nous touchons d’ailleurs un point important : la presse du régime ne photographie jamais ces gens chez eux. Cela pourrait révolter les gens. La presse aux ordres des mollahs les photographie dans des locaux publics en train de s’intéresser aux pauvres, de servir le pays…

Where is my food ? | La tradition dans ce domaine, pendant le Ramadan, est d’inviter les orphelins à manger. C’est Ahmadinejad qui ouvre le bal, d’autres prennent le relais pour insister sur l’engagement du régime ou encore du clergé pour servir le peuple. Généralement, personne ne s’attarde à regarder ces images, c’est un tort.

Cette semaine, c’est le petit-fils de Khomeiny, Hassan, qui est un réformateur proche du Mouvement Vert, qui était de la corvée d’orphelins. Le gros Hassan s’est fait servir à part pour lui-même et ses invités de la viande en sauce avec du bon riz, laissant les orphelins (déjà grands) s’amuser avec des radis et le plaisir de la frugalité !
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 156.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 181.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 162.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Visez l’épaisseur !