Accueil > Photos > Semaine 577 (02 au 09/03/19) En guerre contre tout le monde (...)



Semaine 577 (02 au 09/03/19)
En guerre contre tout le monde !

19.03.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski (sur un malicieux conseil de leur ennemi anglais Bernard Lewis), pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais (!?), car cette stratégie avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Ansarallah et les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge et le canal de Suez. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais cette dualité diplomatique ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme au Yémen, mais aussi via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs pour tous leurs méfaits. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (SPV) avec les mollahs, les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Les mollahs, menacés de toute part, ont tiré un missile potentiellement nucléarisable susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen. Ce choix a surtout décidé les pays européens concernés notamment les grandes puissances à se rapprocher des Arabes hostiles aux mollahs pour mettre fin à l’ingérence de ces derniers au Yémen et en Syrie. Les Européens ont aussi puni les mollahs en excluant le pétrole de leur dispositif à venir d’échanges démonétisés.

Assad a aussi laissé Israël les frapper et éliminer le chef de leur terrorisme Qassem Soleimani. Trump a reçu le soutien de la majorité des pays européens pour venir à Varsovie afin de coordonner des actions avec Israël et les Arabes contre les mollahs ! Les mollahs n’ont pu rebondir grâce à leur terrorisme. Leurs collaborateurs ont boycotté l’anniversaire des 40 ans de la révolution islamique !

La semaine dernière (23 février-1er mars 2019), les mollahs ont aussi perdu les Chinois, car ces derniers se sont rapprochés des Saoudiens et ont commencé les négociations pour mettre fin à la guerre économique avec les Américains ! Ils ont aussi perdu les Européens qui dans leurs intérêts ont rencontré les pays de la Ligue Arabe en acceptant leur demande de la réintégration d’Assad dans la Ligue Arabe et des sanctions contre les mollahs ! Assad s’est rendu personnellement à Téhéran pour leur demander de suivre l’exemple des autres pays et retirer leurs billes de son pays.

Les mollahs ont prétendu qu’il était venu les aider et ont continué à dire qu’ils étaient dans le 2nd pas de leur révolution, en marche vers un avenir radieux ! Mais ils n’ont pas convaincu leurs proches. Ils ont alors continué à insister sur leur terrorisme pour rassurer les leurs, tout en relançant les procès contre ces derniers pour les empêcher de les quitter ! Mais cette attitude a poussé les pays musulmans à leur réaffirmer leur hostilité à l’occasion du 46e sommet de l’OIC !

Cette semaine (1er au 8 mars 2019), les mollahs devaient gérer la perte des alliances au nom de l’islam. Ils ont privilégié la propagande au lieu de se battre. Leurs ennemis en ont profité, leurs derniers alliés ont perdu tout espoir et ont davantage songer à les trahir !



Samedi 02 mars 2019 (11 Esfand 1397), les mollahs, qui avaient été sévèrement désavoués par les pays musulmans et étaient sur le point de perdre leur complaisance bancaire, avaient oublié d’évoquer ces faits. Ils s’étaient intéressés à une querelle entre leur président et le Conseil de Discernement de l’Intérêt du régime (CDIR) : dans un discours public prononcé jeudi, il aurait dit qu’un groupe de 10 à 20 personnes ne pouvait pas décider pour tout le monde. Cette querelle était factice, car on ne pouvait pas trouver le discours pendant lequel le président avait dit ces mots. De plus, il ne pouvait pas le dire, car d’un point de vue constitutionnel, le président n’a aucun pouvoir et doit nécessairement suivre les indications du CDIR. Pour nous, il s’agissait d’une diversion médiatique pour détourner l’attention de l’entrée en guerre des pays musulmans contre le régime !

JPEG - 170.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur média anglophone, les mollahs avaient mis en avant un autre discours également prononcé jeudi par Qassem Soleimani , le chef de leur opération terroriste, à l’occasion du rassemblement en mémoire des 6500 martyrs de la région de Kerman ! L’homme clef du terrorisme du régime avait dénoncé l’acceptation d’un nouvel accord sur les missiles du régime (JCPOA2) comme étant synonyme de la fin de l’IRAN et de l’Islam !

PNG - 581.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Or, il avait été dit que Soleimani avait été tué il y a un mois dans un bombardement israélien et ce dernier n’avait pas apparu devant les caméras pour dénoncer un hoax. Mais il a été ressuscité depuis deux semaines après la rupture d’Assad pour nier le déclin du régime. À présent, il défendait le régime en dénonçant le JCPOA2,un sujet d’actualité il y a plus d’un an. S’il était en vie, il devait dénoncer la mauvaise attitude de la nouvelle présidence de l’OCI et l’alliance des Arabes avec les Occidentaux ! C’est pourquoi pour nous, ce discours de Soleimani était une diversion pour changer l’actualité, pour faire oublier la défaite infligée par l’OCI et enfin pour nier la disparition de Soleimani et insinuer que grâce à lui, le régime gardait une bonne capacité terroriste ! On avait là une diversion avec un bluff géant en réponse à une grande défaite dans l’espoir de faire reculer les pays membres de l’OCI et les voir tourner le dos à la présidence émiratie proche des Saoudiens !

Presque tous les médias des groupes dissidents ou opposants faisaient aussi état des mots de Soleimani. Le sujet avait été imposé à ces groupes. On pouvait en conclure que les mollahs et leurs complices, les chefs Pasdaran, estimaient être gravement menacés pour imposer leur bluff défensif dans tous les médias du régime.

JPEG - 146.3 ko
JPEG - 209.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais il n’y eut aucun changement d’attitude de la part de la direction de l’OCI et ses pays membres après le bluff étalé par les mollahs dans tous les médias iraniens ! Le bluff était mort !

Les mollahs ont alors envoyé des émissaires vers le Liban et l’Irak, pays où il y a des communautés chiites politiquement importantes pour solliciter leur soutien économique et politique. Les deux pays ont refusé. Les Irakiens ont même implicitement déclaré la guerre aux mollahs en affirmant qu’ils garderaient de bonnes relations avec les mollahs si ces derniers ne faisaient rien contre la stabilité de la région !

Les mollahs ont annoncé une nouvelle réunion au CDIR sur l’adhésion du régime au GAFI (FATF) comme l’exigent les Européens dans l’espoir que ces derniers changent d’attitude à leur égard !

JPEG - 238.7 ko
JPEG - 225 ko
JPEG - 194.1 ko
JPEG - 187.3 ko
JPEG - 216.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés du régime ont commencé la journée sans dénoncer l’hostilité des pays musulmans contre le régime, sans évoquer le bluff qui avait raté et sans exiger une réponse de la part du ministre des AE du régime. Ils étaient consternés par l’impuissance et l’inconséquence du régime auquel ils appartenaient. Ils ont fui la réalité en annonçant des débats sur les prochaines élections législatives et les modalités des candidatures. C’était un sujet neutre qui signifiait qu’ils ne voulaient pas de conflit avec les dirigeants qui devaient être très nerveux donc très dangereux et qu’ils pouvaient jouer le jeu du régime pour simuler que le régime était une démocratie.

En parallèle, ils ont aussi cessé de défier les dirigeants en abandonnant leur proposition de hausse des salaires et des retraites de 1,000,000 de tomans (80 $ au lieu de 20 $ proposé par le gouvernement) et en proposant à la place une hausse de 400,000 tomans (32 $) pour les fonctionnaires et en renvoyant à plus tard, la décision pour les retraités qui sont bien plus nombreux que les fonctionnaires.

Le gouvernement Rohani a refusé cette proposition. L’annonce était synonyme que le régime ne pouvait accorder aucun pouvoir d’achat supplémentaire même à ses employés administratifs qui doivent assurer sa sécurité !

Dès l’ouverte de la bourse, tout le monde s’est mis à vendre des actions. Les médias ont annoncé que les actions les plus fortes étaient plus en baisse que les petites actions. Cela signifiait que le régime qui est le principal acheteur et rémunère ainsi ses bons serviteurs avait refusé d’acheter et satisfaire ses plus importants collaborateurs. Normalement, le régime doit dépenser au moins 1000 milliards de tomans pour s’éviter une chute de l’indice boursier qui est l’indice de la viabilité du régime et finir même sur une hausse. Le taux de la hausse (0 à 4000) indique le niveau de confiance des collaborateurs du régime en l’avenir.

Cette fois, le régime a dépensé 771 milliards de tomans pour nier la crise et a fini avec un indice en baisse de 924 points, ce qui signifiait que ses collaborateurs n’y croyaient plus ! Le record de la baisse étant de 3000 points. On pouvait estimer qu’ils étaient moyennement déprimés et les mollahs devaient trouver le moyen de les rassurer pour s’éviter une crise plus grave débouchant sur une crise politique grave.

PNG - 91.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, Rohani et ses ministres ont annoncé la fusion de banques appartenant aux Pasdaran et le retrait de ces derniers des affaires économiques, insinuant plus d’espaces pour les affairistes du régime dans l’espoir de les rassurer ! Ils ont aussi annoncé le rationnement pour tous les produits de base pour convaincre leur proche qu’ils pouvaient gérer les stocks du régime sans engendrer de pénurie et d’émeutes. Ils ont enfin créé un conseil d’unité des objectifs de direction pour offrir à tous leurs proches le droit de donner leur avis. Les députés ont montré leur satisfaction en annonçant la fin de leurs études du budget ! Les autres groupes ont aussi félicité le gouvernement pour ce choix, mais il est vite paru que ce dernier n’avait pas envie de les voir participer à la gestion des affaires. En raison d’absence d’unanimité et l’impossibilité pour ce conseil de trouver de parvenir à un consensus, il est apparu que la direction du régime voulait occuper ses opposants pour qu’ils n’aient pas le temps de l’importuner ! Mais personne n’a dénoncé ce mauvais choix, ce qui signifiait que tout le monde avait besoin du régime.

Dimanche 03 mars 2019 (12 Esfand 1397), les médias des mollahs avaient mis en avant la fusion des banques des Pasdaran. Les mollahs s’adressaient à leurs collaborateurs pour leur promettre l’accès à des business ou des monopoles qu’ils ne pouvaient pas espérer pour en faire des partenaires durables.

JPEG - 168.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur média anglophone, Tehran Times, les mollahs avaient mis l’accent sur le report du vote d’adhésion au FATF pour enquiquiner les Occidentaux et les obliger à se montrer indulgents. On pouvait dire qu’ils cherchaient l’apaisement après l’échec de leur bluff offensif.

PNG - 727.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient souligné la détresse des mollahs en précisant que 50% de leur flotte aérienne du régime était hors service, qu’ils voulaient en acheter aux Turcs pour les encourager à les aider au retour en s’opposant aux Américains !

JPEG - 164.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants avaient signalé 4m de neige sur les sources de la rivière Zayandeh Roud, rivière nourricière d’Ispahan et du centre du pays, asséchée par les mollahs qui ont vendu ses eaux aux Irakiens tout en attribuant sa sécheresse au manque de précipitation. L’annonce de neige était faite pour les empêcher de continuer leur trafic et aussi encourager les habitants des villes concernées à exiger la renaissance de leur rivière !

JPEG - 197.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les Anglais ont alors annoncé dans leur journal arabophone d’Al Shargh Al Awsat que les 4 principaux pays européens avaient adressé un message aux mollahs en leur demandant de coopérer avec les pays de la région au lieu de les déstabiliser. Cette demande signifiait qu’ils n’acceptaient pas le soi-disant apaisement des mollahs !

Les Marocains qui participaient à une conférence de pays africains ont alors dénoncé le prosélytisme agressif des mollahs au Maghreb !

Les mollahs ont alors mis la pression aux Européens en expulsant 4 diplomates hollandais au prétexte de l’expulsion de plusieurs de leurs diplomates de l’Europe au prétexte de leur participation à des activités terrorisme. Les Pays-Bas ont immédiatement convoqué leur ambassadeur pour discuter avec lui de meilleur moyen de répondre à cette provocation.

Au même moment, les instituteurs iraniens ont cessé de travailler dans leurs lieux de travail pour dénoncer leur salaire trop bas et l’absence de contrat pour 90% d’entre eux !

JPEG - 55 ko
JPEG - 26.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le régime s’est retrouvé en danger sur le plan international et sur le plan interne. Les députés ont voté une loi interdisant plus de 3 mandats pour s’exclure du régime qui ne pouvait espérer survivre avec autant de problèmes.

JPEG - 164 ko
JPEG - 91.2 ko
JPEG - 94.1 ko
JPEG - 119.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a ouvert en panique ! Le gouvernement a augmenté ses injections de fonds à la bourse.

Le ministère des AE du régime a aussi rassuré les paniqués en affirmant que la nouvelle direction de l’OCI représentait une petite minorité de cette organisation. Le ministère des AE du régime a aussi annoncé que le Pakistan avait quitté la conférence pour protester contre les accusations formulées par la nouvelle direction de l’OCI et le régime avait profité du nombre important de ses partisans pour signer des contrats avec la Turquie et l’Oman. Mais la panique a persisté !

Shamkhani, le secrétaire général du Conseil de Sécurité du régime a alors fait discours affirmant qu’il n’y aurait jamais aucune négociation sur les missiles du régime. Il s’agissait de provoquer une crise bénéfique au régime ou du moins rassurer les paniqués que les dirigeants n’avaient pas capitulé !

JPEG - 261 ko
JPEG - 299.1 ko
JPEG - 272.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés ont imité les dirigeants en félicitant les chefs Pasdaran pour leurs récentes manœuvres maritimes destinées à insinuer la capacité d’une guerre contre les pétroliers ! La panique s’est calmée enfin et le régime a pu finir de justesse avec un indice faiblement positif de +72 points.

PNG - 89.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les collaborateurs du régime espéraient que leurs dirigeants se montrent forts. Mais on ne les a guère entendus tout au long de l’après-midi. On a compris qu’ils n’avaient pas la capacité de surenchérir !

En fin de l’après-midi, Washington a annoncé la fusion de son ambassade et son consulat (chargé de relations avec les Palestiniens) à Jérusalem dans le cadre de son plan de paix basé sur la solution de deux pays avec le partage de Jérusalem !

Les États arabes et musulmans ont soutenu sa décision par leur mutisme. Les mollahs devaient s’y opposer, mais ils n’ont pas osé le faire et ont tout simplement caché la nouvelle de la fusion opérée par l’administration Trump ! On n’a alors guère entendu leur champion ou plus exactement épouvantail Soleimani !

En prévision à des problèmes suite à cette censure, ils ont annoncé que le lendemain ils vendraient à la bourse de Téhéran 1 million de barils à un prix plus bas que le marché international !

Mais cette promesse ne pouvait pas sauver le régime d’un krach, car les acheteurs savent à présent qu’ils ne peuvent pas vendre ces barils. Par ailleurs, l’achat de ces barils étant obligatoirement en dollar à la bourse de Téhéran, les gens savent que le régime cherche seulement à les déposséder des dollars qu’ils lui ont pris à bas prix lors de ses précédentes crises et qu’ils ne pourraient plus racheter à son taux actuel ! La promesse des barils n’était pas donc une preuve rassurante, mais un peu de poudre aux yeux qui risquaient de décevoir les gens du régime et d’aggraver la situation du régime !

Lundi 04 mars 2019 (13 Esfand 1397), les mollahs n’avaient évidemment pas mentionné la complaisance des musulmans avec Trump ! Ils avaient critiqué la loi d’interdiction de plus de 3 mandats par les députés qui était l’aveu d’une envie de déserter en affirmant qu’ils œuvraient désormais pour leurs seuls intérêts ! Dans leurs médias anglais, ils avaient mis en avant leur refus de négociation sur leurs missiles dans l’espoir de provoquer une crise sans pour autant surenchérir et s’exposer à de nouvelles sanctions.

JPEG - 172.6 ko
PNG - 678 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Puisque les mollahs n’avaient pas de quoi payer leur proche ou consentir à une petite augmentation de salaire, ils pouvaient perdre leur soutien. Les dissidents en avaient profité pour souligner la difficulté des Iraniens à se nourrir pour encourager les manifestations anti-régime.

JPEG - 176.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens opposantes avaient souligné l’isolement des mollahs en affirmant que Natanyahou affirmait avoir obtenu le soutien de Poutine pour chasser les agents du régime de la Syrie !

JPEG - 163.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les instituteurs en grève la veille ont alors annoncé qu’ils allaient continuer leur grève lors de cette journée !

JPEG - 50.1 ko
JPEG - 48.4 ko
JPEG - 52.4 ko
JPEG - 48.4 ko
JPEG - 52.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, la Ligue Arabe s’est réunie en Somalie pour étudier la situation en Palestine et a annoncé mercredi une réunion pour étudier les moyens d’actions contre les mollahs ! Ces derniers ont censuré la nouvelle.

Les Anglais ont aussi perturbé les mollahs, car Reuters a signalé les Chinois étaient sur le point d’arriver à un accord financier avec Washington. Les mollahs ont censuré l’info ! Le site Baztab (de l’opportuniste Ali Rezaï) a diffusé l’info en Iran. Après cette cascade de mauvaises nouvelles, les gens du régime ont commencé à vendre massivement dès l’ouverture de la bourse de Téhéran !

Les mollahs ont rappelé l’offre de leur million de barils, mais cela n’a pas calmé la crise. Ils n’ont pas commencé la vente.

Au même moment, un représentant allemand est arrivé à Téhéran pour insister sur la position pro-arabe des Européens. Les mollahs n’ont pas obtempéré et ont dit qu’il était venu leur proposer des contrats, mais ils n’ont pas dit lesquels ! Les Européens ont convoqué les mollahs à une réunion mercredi au prétexte de la gestion de l’application de l’accord de Vienne dans cette même ville pour renouveler leur demande dans un cadre plus officiel !

Les mollahs ont aussi envoyé un émissaire en Turquie pour obtenir le soutien de ce pays en échange de deux villages industriels iraniens, mais les Turcs n’ont pas accepté ce deal !

Les miliciens opposants de l’Agence FARS ont alors fait état de la réunion de la Ligue Arabe. La panique s’est intensifiée. L’indice a davantage chuté.

Les mollahs ont alors relancé l’option Soleimani et leur culte de martyr en annonçant la rencontre du Guide avec les organisateurs et les animateurs de leur congrès de 6500 martyrs de Kerman ! Mais ils ont alors fait une gaffe car on ne voyait pas Soleimani sur les photos !

JPEG - 101.2 ko
JPEG - 104.4 ko
JPEG - 84.1 ko
JPEG - 112.8 ko
JPEG - 92.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont menacé par leurs ennemis et leur erreur ont leurs proches nantis en annonçant la reprise du procès de Hedayati-Doulabi qui la semaine dernière pour sauver sa vie avait dénoncé de nombreux complices qui n’avaient pas été arrêtés. Son procès signifiait qu’ils pouvaient arrêter d’autres personnes en prétextant d’avoir été dénoncés par cet accusé ! Les députés ont aussi aidé le régime en accusant la corruption du secteur privé pour éliminer les nantis de l’achat de devises afin qu’ils puissent eux-mêmes en acheter davantage !

JPEG - 250.3 ko
JPEG - 147.5 ko
JPEG - 265.9 ko
JPEG - 178.9 ko
JPEG - 182 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Malgré cette menace sous-entendue, la crise a continué. Pour rassurer les leurs, le ministère des AE des mollahs a affirmé qu’ils ne plieraient pas devant les conditions des Européens. Mais il a dit que le régime n’avait aucune base en Syrie pour la fermer. Suite à cette déclaration, on a conclu que les Européens avaient exigé le départ des mollahs et de leurs miliciens de la Syrie. On a aussi compris que les gens étaient au courant de la pression des Européens sur les mollahs.

Mais cette réponse n’était pas celle d’un régime fort qui a d’importantes capacités à se faire respecter et de fait, la panique a persisté ! Le M-AE du régime qui participait à une réunion sur la gestion scientifique du régime a alors parlé de la fin de la suprématie américaine pour nier la faiblesse de la réponse du régime. Mais il n’a pas convaincu les paniqués !

PNG - 509.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors dépassé les 1000 milliards de tomans d’achats d’actions sans réussir à faire décoller l’indice. Il a fini à -204 points malgré 1281 milliards de tomans d’achats par leurs actionnaires institutionnels ! Cette mise plus importante et cette baisse plus importante que la veille signifiait que la panique s’était intensifiée en raison des petits revers subis connus par les gens et la faiblesse des mollahs d’y répondre.

PNG - 38.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi, les mollahs ont annoncé le changement du chef de leur pouvoir judiciaire, le remplacement de l’ayatollah Sadegh Larijani par son pion, le mollah Rayissi, qui avait été le procureur qui a fait tomber Rafsandjani, le plus grand parrain du régime et de tous ses affairistes pour signaler à ces derniers qu’ils pouvaient les arrêter à tout moment !

JPEG - 68.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont alors annoncé le démantèlement d’un réseau de trafiquants de produits pétroliers pour signaler à Rayissi qu’il avait besoin d’eux afin qu’ils ne s’avisent pas de les embêter et empêcher leurs transactions !

Dans cette ambiance lourde pour les amis paniqués du régime, Rohani n’a pas commenté la nomination, car elle lui enlevait le droit de menacer ses propres ennemis. Il a affirmé son autorité en annonçant de l’eau pour Zayandeh Roud seulement pendant Norouz !

Zarif qui n’a guère brillé ces derniers temps n’a pas félicité Rayissi. Il a aussi affirmé son autorité en mettant en garde les Européens qu’il pouvait sortir de l’accord de Vienne et ainsi de les priver de tout rôle en Iran. Il a aussi envoyé son adjoint Araqchi vers Vienne pour parler aux Russes et aux Chinois avant la rencontre de mercredi afin de parvenir à isoler les Européens !

En résumé, les mollahs avaient durci le ton contre tous les partisans du régime en faisant appel à un pion des Larijani et tous les autres clans s’étaient vus en danger par cette nomination ! De fait, le régime était davantage plus instable suite à cette mesure censée combattre l’instabilité de ses affairistes !

Les mollahs gênés par cette évolution qui pouvait les pénaliser ont lancé des félicitations par des gens de leur clan à leur dernier joker pour prétendre que leur choix faisait l’unanimité ! Mais ces félicitations factices ne pouvaient guère les aider et pouvaient même aggraver leur situation !

Mardi 05 mars 2019 (14 Esfand 1397), les mollahs affirmaient que Trump était fini afin de minimiser leur propre déroute ! Dans leur média anglophone, ils affirmaient que l’Irak souhaitait une banque irano-américaine, mais le sous-titre révélait que c’était le pont de vue du responsable de leur chambre de commerce avec l’Irak. Ils espéraient donc convaincre les Irakiens ou diviser la ligue Arabe pour empêcher la réunion pour finaliser les sanctions arabes à leur encontre ! Ils bluffaient donc pour rassurer les leurs et diviser leurs ennemis.

JPEG - 151.5 ko
PNG - 838.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents, en quête de la reconnaissance de leur rupture avec le régime, avaient encore insisté sur les difficultés des Iraniens à se nourrir en affirmant que chaque jour, un produit disparaissait de leur table soit parce qu’il était trop cher ou parce qu’il n’y en avait plus (c’est-à-dire que le régime n’arrivait pas à surmonter sa pénurie, car il n’avait plus les moyens d’en importer).

JPEG - 163 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le gouvernement a alors annoncé un rassemblement de 3 jours de gouverneurs iraniens issus de la police milicienne pour faire peur à tous les ennemis du régime, mais on n’a vu aucune image et on a conclu que ces cerbères du régime avaient boycotté le rassemblement, car ils n’avaient pas envie de servir de bouclier à leurs dirigeants et périr à leur place. C’était une rupture indéniable.

Les mollahs ont oublié ce congrès raté. Dans la foulée, leur ministre de l’intérieur a accordé un entretien à l’agence des Fars des miliciens opposants au régime pour affirmer avec aplomb que tout allait et il n’y avait aucune pénurie. On a compris que les mollahs avaient été perturbés par le titre sur les pénuries de ces jours-ci. Ils avaient d’abord évoqué leur puissance policière pour éviter que la nouvelle engendre une plus grande panique, mais leur option avait révélé la rupture de facto de leurs gouverneurs. In fine, ils avaient été obligés de répondre sans détour sur l’approvisionnement du marché et avaient évidemment préféré mentir pour éviter des émeutes qu’ils ne pourraient pas stopper en raison, de la rupture de leurs gouverneurs !

Le fait de répondre au sujet des pénuries était inattendu et la preuve de la gravité de la situation. Le fait de mentir et nier les pénuries (que tout le monde remarque) était la preuve que le régime ne pouvait pas approvisionner le marché. La réponse du régime était la preuve qu’il serait vaincu.

Les gens du régime se sont mis à vendre sans se soucier de la riposte de la part du nouveau chef de pouvoir judiciaire du régime ! Les mollahs ont augmenté leur achat sans réussir à calmer la panique, arrêter les ventes et fait rebondir l’indice !

L’adjoint de Zarif était alors à Vienne pour diviser les 4+1, mais il n’a donné aucun signe de vie et a convaincu tout le monde qu’il n’avait pas réussi et la réunion prévue pour le lendemain pouvait être bien douloureuse pour le régime et ses partisans !

Les mollahs ont tenté de ridiculiser leur propre pion Moussavi pour montrer qu’il n’y avait aucune alternative à leur pouvoir.

PNG - 343.3 ko
PNG - 360.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont aussi fait appel à leurs lobbyistes grabataires de Pink Code pour affirmer que Trump aidait les Moudj pour refroidir les partisans d’un changement de régime !

JPEG - 262.8 ko
JPEG - 329 ko
JPEG - 276.3 ko
JPEG - 235.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais la crise a persisté et l’indice a fini à -204 malgré 1417 milliards de tomans d’injections de fonds soit 9% plus la veille et presque le double de leur investissement au premier jour de cette semaine !

PNG - 64.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En début d’après, en prévision à la réunion punitive organisée par à Vienne, les chefs Pasdaran ont tenté de bluffer les Européens en insistant encore sur la capacité à couler les pétroliers, mais tout le monde les a ignorés !

Les mollahs ont aussi produit des éloges sur leur nouveau cerbère qui ne faisait rien pour les aider au prétexte qu’il n’avait pas officiellement pris ses fonctions !

Trump a alors augmenté sa pression sur eux en annonçant que son ministère des AE avait discuté à propos de leur terrorisme et leur missile avec ses homologues français et anglais (Le Drian et Hunt) pour les encourager à radicaliser leurs positions.
Les chefs Pasdaran n’ont pas jugé opportun de reparler de leurs missiles ! Les mollahs n’ont pas jugé opportun de menacer leurs nantis paniqués !

Rohani a alors annoncé une visite dans la région de Guilan pour relativiser la menace et aussi faire un discours provocateur. Le choix de Guilan était dû au fait que la région abrite plusieurs casernes et Rohani pouvait réquisitionner les appelés pour prétendre que le régime avait encore des partisans.

Dans la soirée, 3 chaines de télévision du régime ont diffusé un documentaire reconnaissant un faux opposant installé en France et nommé Zam et un autre nommé Fakhravar est installé à Washington comme étant deux agents du régime qui avaient pu duper le prince Reza Pahlavi et lui faire croire qu’il y avait des manifestations en sa faveur en Iran et ainsi le ridiculiser !

MPEG4 - 26.8 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Le propos était complètement idiot, car le documentaire prétendait qu’il n’y avait pas eu de manifestation en faveur du prince. Les mollahs avaient sacrifié un pion pour nier une vérité indéniable. De fait, le documentaire ne s’adressait pas selon nous aux gens qui avaient rompu avec le régime, car ils avaient été dans les rues, mais aux gens qui ne l’avaient pas fait et allaient le faire ! On leur disait que le prince n’était pas fiable, car ils devaient le penser !

Le documentaire a été dénoncé comme une tentative désespérée des mollahs pour se préserver à un moment très critique. Il a aussi déçu tous les faux opposants, car ils ont compris que les mollahs pouvaient désormais les sacrifier à tout moment pour sauver leur vie !

Précisons que cela n’avait pas sauvé le régime, car il n’avait pas d’impact sur son isolement, son embargo par les Américains, les Européens, les Arabes, les musulmans ou encore les Russes et les Chinois, tous les problèmes que leur hostilité et leurs sanctions génèrent au sein du régime. Cela avait montré que les mollahs ou les chefs Pasdaran n’avaient aucune vraie solution pour sauver leur régime, leur peau et celle de leurs compagnons !

Mercredi 06 mars 2019 (15 Esfand 1397), les mollahs affirmaient que le gouvernement répondrait à toutes les questions quand viendrait le moment ! Ils s’attendaient donc à être questionnés ou remis en cause et entendaient relativiser la situation en insinuant que l’heure n’était pas grave.

JPEG - 176 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglophone, les mollahs affirmaient que selon un analyste américain, le sionisme était mort aux États-Unis. Ils espéraient convaincre les Arabes que leurs dirigeants faisaient fausse route en cherchant la paix ! Ils espéraient retourner l’opinion arabe contre les dirigeants arabes ! Cela n’avait aucun impact sur leur problème et démontrait leur incapacité à ressourdre leur problème autrement que par des bluffs !

PNG - 662 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents conscients de la situation catastrophique de leurs dirigeants avaient insisté sur les problèmes en indiquant que le poulet était à 15000 tomans le kilo du fait du gouvernement, car les producteurs le lui vendaient bien moins cher pour qu’il soit au plus 9800 tomans le kilo !

JPEG - 140.2 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants miliciens avaient insisté sur l’hostilité des dirigeants irakiens, car ces derniers condamnés les ingérences des mollahs dans leur pays en rendant hommage aux accords d’Alger en 1975 grâce auxquels le Shah avait réussi à mettre fin aux conflits entre son pays et l’Irak en imposant à Saddam la fin de toutes ingérences pour chacun des deux pays chez l’autre et la ligne Thalweg comme la frontière dans la rivière qui les sépare !

JPEG - 152.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens opposants démontraient ainsi que le voisin chiite irakien ne cautionnait guère les ingérences des mollahs et espérait même le retour de la monarchie modérée des Pahlavi comme le peuple iranien. Les mollahs devaient donc renoncer à leur projet d’influencer l’opinion arabe au moment où la ligue arabe allait se réunir pour coordonner des actions contre eux.

Le chef du Parlement de l’Irak est d’ailleurs arrivé à ce moment pour insister sur la fin de toute ingérence des mollahs dans les affaires de tous les Arabes !

JPEG - 301.3 ko
JPEG - 416.5 ko
JPEG - 349.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs devaient aussi alors rencontrer les Européens, les Russes et les Chinois qui se disputent l’amitié des Arabes allaient se réunir pour examiner leur cas ! Ces derniers leur ont refusé toute aide. Les Russes et les Chinois ont aussi soutenu les Européens en affirmant qu’ils allaient adhérer aux systèmes des échanges démonétisés avec les mollahs dès qu’il serait opérationnel. Ils ont ainsi souligné le refus des Européens d’aider les mollahs à surmonter leurs pénuries. Les Européens ont gardé un pas d’avance dans les pressions contre les mollahs en condamnant les violations des droits de l’homme par les mollahs et en renouvelant les sanctions à ce sujet pour une durée d’un an encore !

Les mollahs ont alors eu un nouveau problème  : plus de 9 grandes manifestations hostiles avec des slogans très hostiles dans tout le pays pour montrer que les manifestations anti-régime n’étaient pas l’œuvre des agents du régime ! Les gens criaient : les mollahs font Hossein Hossein (l’éloge du Martyr Hossein), alors que leur fierté est de voler ! Ils mentent en disant que l’ennemi est l’Amérique, notre ennemi est bien d’ici ! À Téhéran, les manifestants étaient des agriculteurs en colère et ont muré l’entrée du ministère de l’Agriculture !


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG

Il y avait un renouveau de la contestation à un moment difficile pour le régime après qu’il ait insulté ceux qui l’avaient ébranlé l’an dernier ! Le régime était dans une situation plus grave que prévu par sa propre faute !

Il a évidemment censuré les infos sur les manifestations en cours ainsi que sur la réunion de la Ligue Arabe et la rencontre à Vienne. Il a aussi menti sur la raison de la présence de son visiteur irakien en affirmant qu’il était venu pour préparer la visite de Rohani en Irak !

Il a aussi oublié de parler de Rohani qui était parti dans le nord du pays à Guilan. Tout le monde a supposé que les soldats et les appelés avaient refusé d’aller l’applaudir !

Il y avait des gens dans la rue et aucune force pour les arrêter, mais aussi des hostilités étrangères et aucune voix pour oser bluffer. La panique a explosé provoquant une chute vertigineuse de l’indice !

Les mollahs ont alors dit que Khamenei avait consacré cette journée à planter des arbres selon la tradition persane et avait demandé que les entrepreneurs du régime arrêtent les constructions contraires à l’écologie !

JPEG - 943.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il voulait se donner une bonne image en salissant ses serviteurs à un moment critique pour le régime ! Les accusés issus du régime n’ont guère apprécié cet effort et surtout l’absence de toute action susceptible d’aider le régime. La panique s’est encore intensifiée.

Les mollahs ont alors annoncé une grosse mobilisation pour Rohani qui avait promis la victoire du régime sur ses ennemis ! Mais les images de cette mobilisation étaient ridicules, car les ombres de la foule étaient obliques et les ombres des barrières de la tribune ne l’étaient pas ! La foule derrière le carré VIP était aussi 5 fois plus dense ! Tout le monde a immédiatement compris qu’ils bluffaient pour s’éviter un krach monstrueux !

JPEG - 237 ko
JPEG - 289.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Du fait de ce mensonge et ce bluff, la panique a persisté et la bourse a fini son activité hebdomadaire sur une baisse spectaculaire de 1645 points malgré autant d’investissement que la veille ! La panique était à son comble !

PNG - 48.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En début de l’après-midi, Rohani est revenu à Téhéran pour rencontrer le président du Parlement irakien afin de le calmer et l’obliger à parler en sa faveur. L’Irakien a seulement dit que son pays refuserait de cautionner les sanctions américaines tant que le régime respecterait ses engagements et s’abstiendrait d’agiter la région ! Cela pouvait aussi être une déclaration de guerre très discrète !

JPEG - 123.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani est retourné à Rasht pour cacher son échec et poursuive sa visite le lendemain en rencontrant les élus de la ville et de la région !

Dans la nuit, il a autorisé une action coup poing avec l’arrestation facile des revendeurs à la sauver dans la ville de Karaj (banlieue chic de Téhéran) pour bénéficier du soutien de ses habitants. Le résultat l’a bien surpris, car personne n’a cautionné l’attaque et les passants ont porté secours aux revendeurs à la sauvette en attaquant les fourgons de la milice et en mettant en fuite les miliciens envoyés par la mairie de la ville ! Personne n’a pris la défense des miliciens malmenés et cette passivité à souligner que le régime n’avait pas de quoi se protéger !


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont zappé cet échec en évoquant tardivement de beaux succès à Vienne en prétendant par exemple que l’adhésion des Russes et des Chinois au système des échanges démonétisés des Européens étaient la preuve de l’échec de Trump ! Personne n’a salué ces succès totalement imaginaires et sans valeur et tout le monde a eu une nouvelle confirmation de l’impuissance des mollahs à proposer une vraie action pour sauver leur peau !

Jeudi 07 mars 2019 (16 Esfand 1397), les mollahs affirmaient que la ville de Rasht avait adoré Rohani ! Dans leur média anglais, ils affirmaient que le président du Parlement irakien avait dit que son pays se tiendrait toujours contre le régime en cas de sanctions !

JPEG - 192.5 ko
PNG - 764.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais le visiteur irakien n’avait pas dit cela. Il avait dit que son pays se tiendrait en toute neutralité au côté du régime tant que ce dernier ne ferait rien contre les autres pays arabes, ce qui était synonyme d’une riposte forte si Rohani s’avisait à continuer !

Les dissidents avaient ridiculisé Araqchi, envoyé la veille à Vienne, en précisant qu’il avait avoué qu’il n’avait aucune idée sur ce que serait in fine le système démonétisé qu’il retardait sans cesse pour plaire à Trump et aux Arabes !

JPEG - 154.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens opposants avaient mis en avant un sujet nettement plus important : ils avaient rapporté que Rohani avait demandé le soutien du Guide pour mener le Jihad économique qu’il avait recommandé, mais ce dernier avait refusé et lui avait demandé d’assumer la responsabilité ! Cela signifiait que le Guide ou Rohani ne voulaient pas assumer leur échec et se mettre en danger à un moment critique pour le régime et pour eux-mêmes !

JPEG - 203.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Zarif a alors envoyé un émissaire au Pakistan pour proposer une ligne ferrée entre les deux pays pour éloigner ses dirigeants des Saoudiens ! C’était une idée invraisemblablement irréaliste ! Les Pakistanais se sont moqués d’eux par deux lettres remises par le chef de leur chemin de fer à Khamenei et à Rohani !

Zarif a alors sollicité le soutien des chiites irakiens pour déstabiliser ce pays, mais il n’a eu aucune réponse de qui ce soit ! Ces appels ont été censurés par les mollahs !

Rohani de retour à Rasht a insisté sur les victoires du régime pour donner du courage à ses derniers partisans ! Mais personne ne l’a applaudi. Une rumeur a dit que l’un de ses interlocuteurs lui avait jeté sa chaussure pour affirmer son mépris à son égard !

JPEG - 203.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après un long passage à vide, les mollahs ont opté pour la menace contre les amis agités du régime en organisant l’investiture de son nouveau Cerbère Rayissi ! Les images ont montré un homme inquiet comme s’il savait qu’il ne pourrait pas sauver le régime par ses menaces

JPEG - 31.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Trump a en revanche profité du consensus anti-mollahs pour les accuser d’avoir tiré un missile équipable d’une tête nucléaire en violation de la résolution 2231 du Conseil de Sécurité de l’ONU pour exiger des sanctions fortes de la part de pays membres de ce conseil !

Les mollahs n’ont pas réagi ! Leur champion Soleimani a évidemment aussi zappé le sujet puis qu’il n’est pas de ce monde et ses interventions nécessitent une équipe de graphistes motivés !

Les Anglais ont profité de cet état léthargique du régime en plaçant sous couverture diplomatique la journaliste irano-anglaise retenue en otage par les mollahs pour forcer ces derniers à la relâcher ! Les mollahs dormaient. La décision tardive était donc destinée à les bousculer à leur réveil, les pousser à réagir de manière irréfléchie et leur créer de nouveaux problèmes !

Vendredi 08 mars 2019 (17 Esfand 1397), les mollahs devaient faire un bilan positif de leurs échecs dans leur sermon de vendredi et aussi donner des directives rassurantes à leurs collaborateurs pour qu’ils les suivent.

Il y avait encore des manifestations anti-régime. Les balayeurs de Téhéran voulaient enfin des salaires décents. À l’occasion de la journée internationale de la femme, plusieurs Iraniennes avaient aussi pris l’initiative de se promener dévoilées et inviter les autres femmes à en faire autant et il n’y avait aucun bon musulman, aucun milicien ou milicienne de vertu pour les arrêter. Ces manifestations bien que minuscules montraient que la société attendait la fin de l’islam et l’Islam était une histoire ancienne pour l’Iran. Le régime était ridiculisé !


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont infiltré de faux opposants étudiants parmi les balayeurs et ont arrêté les infiltrés pour faire diversion et faire oublier les manifestations féministes qui avec très peu de moyens et beaucoup de courage avaient remis en cause la légitimité du régime !

JPEG - 49.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les féministes ont riposté par de nouvelles actions plus démonstratives ! Film hélas récupéré par les Moudj grâce à leur bande son musicale.

MPEG4 - 7.9 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les fausses féministes du régime telles que Sotoudeh (qui a défendu le régime devant la cour internationale) sont restées cachées et le régime n’a pas pu mettre en avant l’une des siennes qui ne veulent pas la fin de l’islamisme afin que l’on oublie les millions qui veulent le contraire !

Dans ce climat agité, les Anglais ont insisté sur le statut diplomatique de Zagheri ! Les mollahs ont rejeté la demande en affirmant que la couverture accordée à Zagheri n’avait aucune valeur légale.

Mais les mollahs conscients cependant qu’ils détenaient d’autres otages et d’autres États pouvaient suivrent l’exemple des Anglais et profiter de la présence de ces derniers au Conseil de Sécurité de l’ONU ont évité les polémiques et ont banni de leur sermon, ce conflit avec les Anglais et tout ce qui soulignait leur isolement.

Ils ont consacré leur sermon à déplorer les mauvaises conditions de vie des Iraniens en accusant leurs affairistes d’être responsables de ces malheurs en raison de leur mauvaise gestion économique du pays !

JPEG - 348.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On a compris qu’ils avaient peur du peuple qui avait pu manifester contre le voile sans être inquiété et entendaient diaboliser les affairistes puis les sacrifier par Rayissi, leur nouveau cerbère, pour échapper eux-mêmes à la vindicte du peuple.

Immédiatement, tous les gros bonnets qui avaient boudé la nomination de Rayissi lui ont adressé leurs plus chaleureuses félicitations pour faire allégeance aux mollahs et échapper à leur courroux !

Ces félicitations ont prouvé que le choix des mollahs avait été pertinent pour obliger leurs proches à demeurer à leur côté, mais encore une fois, ils n’avaient rien proposé pour éradiquer la source de leurs problèmes. Ils restent en danger et devront en conséquence augmenter la menace contre leurs collaborateurs pour éviter leur fuite.

Mais désormais ils doivent maintenir voire augmenter la pression sur les leurs pour les obliger à rester avec eux et leur permettre de tenir face aux coups de boutoir de leurs ennemis en Iran et hors Iran. L’avenir des patrons du régime tient à l’insécurité de leurs proches ! Quel système peut tenir en faisant la guerre à ses derniers compagnons ?