Accueil > Photos > Semaines 567 (22-29/12/18) : Adieux forcés au terrorisme !



Semaines 567 (22-29/12/18) :
Adieux forcés au terrorisme !

15.01.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski, pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais, car cette stratégie islamiste avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais cette dualité diplomatique ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs grâce à une belle passivité des autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1).

Les mollahs ont alors mis en scène un faux attentat chez eux pour se victimiser et aboutir à un deal avec Trump. Mais ce dernier n’a pas marché et les 4+1 ont puni les mollahs en évoquant des échanges démonétisés (SPV), les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Les mollahs menacés de toute part ont tiré un missile potentiellement nucléarisable de longue portée susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen pour faire pression sur tous leurs adversaires.

Cette provocation balistique a uni tout le monde contre les mollahs. Ils ont adopté une lecture rigoureuse de la résolution 2231 du Conseil de sécurité sur leur programme balistique des mollahs. Les Européens les ont aussi punis en retirant le pétrole de leur dispositif d’échanges démonétisés et ont souligné leur terrorisme en Europe !

La mauvaise conduite des mollahs a aussi provoqué une refonte géopolitique massive, car les Européens et les Américains sont parvenus à un plan de paix avec les alliés des mollahs au Yémen et ont pris le contrôle du terrain avec l’accord de l’ONU. Trump a aussi déclaré la défaite de Daesh en Syrie en annonçant son retrait pour valider Assad et la présence russe en Syrie avec l’accord de l’ONU mettant fin à tout prétexte pour les mollahs de rester sur place !

Enfin il a validé l’option du changement de régime en permettant au Prince Reza Pahlavi d’avoir des activités anti-régime aux États-Unis ! Les Européens ont soutenu le changement de régime en apportant leur soutien aux ouvriers en lutte contre le régime ! Ces derniers ont manifesté leur satisfaction par des slogans en faveur de Reza Pahlavi.

La panique s’est intensifiée parmi les compagnons du régime. Les mollahs ont tenté de les intimider en exécutant quelques hommes d’affaires et aussi de les rassurer en imaginant de nouvelles versions de leur fausse opposition, mais leurs compagnons n’ont pas validé cette option par peur d’aider la vraie opposition au régime.

La semaine dernière, les mollahs ont continué le même schéma avant de proposer un retour de leurs soi-disant réformateurs et en prévision à l’échec de ce simulacre, des manœuvres offensives dans le détroit d’Ormuz. Voici le récit de ces efforts et ce qu’ils ont apporté aux mollahs !



Samedi 22 décembre 2018 (1 Dey 1397), les mollahs, qui étaient menacés de toute part, annonçaient le soutien économique de la Turquie face aux sanctions américaines alors qu’Erdogan n’avait rien accordé à Rohani ! Ce choix laissait supposer qu’ils n’avaient pas trop envie d’insister sur les manœuvres annoncées ! Cela risquait d’intensifier la panique interne !

JPEG - 169.9 ko
PNG - 705.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents du clan Rafsandjani (avec ou contre le régime selon leurs intérêts) évoquaient le très faible pouvoir d’achat au moment de la fête de solstice d’hiver (à l’origine de Noël) qui compte beaucoup pour les Iraniens. Les dissidents par intérêt indiquaient que la contestation interne allait s’intensifier. Ils entendaient encourager la panique.

JPEG - 143 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens qui sont en quasi-rupture avec le régime avaient signalé l’arrestation au Pakistan de 7 (terroristes) iraniens avant leur entrée en Afghanistan pour signaler que le régime avait visiblement opté pour la déstabilisation de l’Afghanistan et avait échoué et risquer de nouvelles sanctions pour ce projet raté ! Les cadres miliciens en rupture avec le régime soulignaient l’incapacité des mollahs et des chefs Pasdaran pour intensifier la panique interne !

JPEG - 188.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La contestation se portait très bien, car les grèves persistaient à Ahwaz et les routiers avaient commencé la 5ième vague de grève anti-régime comme ils l’avaient promis il y a 10 jours.


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les gens du régime ont eu une nouvelle déception quand les chefs Pasdaran ont annoncé le démarrage de leurs manœuvres, mais sans en montrer une seule image ! Tout le monde a conclu qu’ils n’avaient pas pu trouver des soldats pour l’exercice ! Les commandos de leur marine avaient donc refusé de les aider ! Les récits des manœuvres qui n’avaient pas eu lieu faisaient aussi état d’armes essentiellement défensives ! Ce qui signifiait que l’échec de la mobilisation avait contraint les chefs Pasdaran à renoncer à toute provocation même verbale par peur d’autres refus de coopération parmi le personnel militaire !

On n’a guère entendu les députés (seconds couteaux du régime) qui avaient souvent attaqué les mollahs et les Pasdaran dirigeants pour accéder aux devises du régime. Ils entendaient aider les dirigeants pour bénéficier d’un droit à la fuite si la situation se dégradait !

Les affairistes du régime ont paniqué par tant de faiblesse et ont explosé le plafond du nombre (assez limité) d’actions autorisées à vendre chaque jour. Les mollahs ont refusé d’acheter comme ils le font dans ce genre de cas et ce refus à entraîner la baisse des prix et donc l’effondrement de l’indice boursier.

Les chefs Pasdaran ont tenté de rassurer les gens du régime en annonçant la mobilisation des étudiants miliciens pour aider le Yémen, mais l’annonce n’a pas changé la situation, car il n’y avait pas d’image de cette mobilisation et elle n’avait aucun lieu d’être, car la guerre est finie pour les mollahs au Yémen ! Ils ont alors mis fin à leur show raté en annonçant la fin de leur manœuvre et le fait qu’ils avaient réussi à menacer leurs ennemis, mais cela n’a pas convaincu les paniqués et la bourse a fini avec un indice en baisse de 1533 points après le montant raisonnable, mais assez faible de 675 milliards de tomans d’achats d’action par le régime.

PNG - 406.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors fait appel à un journaliste franco-iranien proche de leur fausse opposition qui travaille pour l’hebdomadaire Le Point pour interviewer leur M-AE Zarif et le présenter contre une alternative à la place de Rohani.

Zarif y a dit que le régime n’avait jamais eu d’intention hostile dans la région. Il a accusé l’Arabie Saoudite d’avoir une politique hégémonique très dangereuse ! Son interlocuteur s’est évidemment gardé de souligné le soutien des mollahs aux Houthis et de leurs menaces pour l’Europe et l’effort des Saoudiens pour empêcher le succès des mollahs !

Dans cet entretien très complaisant pour les mollahs, Zarif a même nié l’hostilité du régime à Israël en affirmant que même Khomeiny n’avait pas souhaité détruire Israël, mais qu’il avait dit qu’un jour il disparaitrait de lui-même ! Zarif espérait adoucir l’image du régime. Son interlocuteur l’a laissé dire sans lui dire signaler qu’il restait à contre-courant, car la dernière tendance parmi les Palestiniens est l’acceptation d’Israël avec le soutien de l’Arabie Saoudite et de la Ligue Arabe ! Ce journaliste a aussi oublié les répressions du régime avant d’attribuer une très grande popularité à Zarif en Iran et insinuer qu’il pouvait être élu président, ce que Zarif a éludé pour susciter une certaine envie en France !

PNG - 346.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs se sont gardés de condamner ces contrevérités dans l’espoir que cet interview très complaisant puisse leur valoir des soutiens en France. En attendant, ces réactions, les mollahs ont d’abord meublé le vide en axant l’actualité sur une querelle violente entre un député et un jeune douanier. Mais in fine, il n’y eut aucun soutien à l’idée de la présidence de la diplomatie terroriste des mollahs ! Tout le monde s’est mis à se moquer de lui pour le déni de l’hostilité à Israël !

Cet échec allait sans doute aggraver la panique interne. Les mollahs ont annoncé avoir pendu au début de la journée un promoteur du secteur pétrolier surnommé le roi du bitume !

JPEG - 51.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dimanche 23 décembre 2018 (2 Dey 1397), les mollahs avaient raté une offensive terroriste qui devait accompagner des slogans militaires. Ils avaient reculé et renoncé à leur principale marotte anti-israélienne et pendu un proche pour s’éviter des ruptures après ces marques d’impuissance. Ils avaient en avant la guerre entre Trump et le congrès sur le mur avec le Mexique pour rassurer les leurs qu’ils ne risquaient rien pour le moment. Cela signifiait qu’ils s’attendaient à des punitions après leur provocation et plus de paniques après leur échec malgré la pendaison annoncée la veille.

JPEG - 165.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglophone Tehran Times, les mollahs insistaient sur le message de leurs soi-disant manœuvres espérant provoquer une crise avec une menace imaginaire !

PNG - 1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani (avec ou contre le régime selon leurs intérêts) avaient signalé que la situation était grave, car les mollahs avaient aussi confirmé l’interdiction de tout déplacement hors du pays pour leur ex-directeur de sa banque centrale qui avait longtemps été le gestionnaire de tous leurs comptes occultes aux Emirats. Les dissidents par intérêt signalaient que les mollahs ne laisseraient pas leurs affairistes les quitter et s’emparer des dollars que ces derniers gèrent pour eux. Ils soulignaient en parallèle l’absence de réaction aux propos de Zarif pour souligner que les mollahs se permettaient tout pour sauver leur propre peau ! Les dissidents voulaient intensifier la panique par tous les moyens !

JPEG - 145.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La contestation se portait très bien et était renforcée grâce à de nouveaux soutiens internationaux aux grévistes anti-mollahs ! Les routiers étaient en grève générale pour un second jour et les instituteurs nord-ouest du pas avaient rejoint la contestation anti-régime.

JPEG - 29.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 60.9 ko
JPEG - 84.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

À ce moment, un haut responsable du Hamas est arrivé à Téhéran alors que ce mouvement a été approché par le Fatah de Yasser Arafat pour mettre fin aux accords jamais appliqués d’Oslo et permettre l’émergence du plan de paix soutenu par les États-Unis, la Ligue Arabe et Israël.

JPEG - 173.7 ko
JPEG - 75.8 ko
JPEG - 119.6 ko
JPEG - 163.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs n’ont rien divulgué sur la rencontre avec le représentant du Hamas, mais on peut supposer qu’il était venu demander aux mollahs de cesser leur ingérence fermement anti-israélienne malgré les dernières apparences parce qu’au même moment un représentant du Fatah a dit qu’il espérait une telle chose, car il était certain que les mollahs préféraient le succès de tous les Palestiniens et non la victoire d’une idéologie. Autre preuve du caractère hostile de la visite a été l’absence de rencontre entre le représentant du Hamas et le Guide qui selon la constitution du régime est le grand maître de la lutte permanente avec Israël !

La bourse a ouvert sans aucune baisse d’indice. Pour nous, la pendaison de la veille avait sans doute joué, la présence du représentant du Hamas avait aussi joué en faveur du régime, car elle avait été interprétée à tort comme un soutien !

Les députés souhaitent profiter de ce succès tout en défendant leurs intérêts pécuniaires. Ils ont condamné la privatisation non qualificative des PME iraniennes en attribuant les grèves en cours à l’attribution de belle entreprise à de très mauvais gestionnaires ! Les grévistes ne les ont guère remerciés, mais ils ont continué dans l’espoir d’utiliser la contestation pour accéder à la direction des entreprises en crise pour s’emparer de leur trésorerie !

En l’absence d’un recul de la part des mollahs, les députés ont tenté de les forcer à obtempérer en annonçant la création d’un comité de surveillance de leurs visites à l’étranger limitant sérieusement les possibilités de voyager et négocier des soutiens à leur faveur ou voyager pour placer des dollars dans d’autres pays !

Les mollahs n’ont pas cédé, car la bourse n’était pas agitée. L’indice était en hausse : +2412 points après une grosse injection de fonds de 946 milliards de tomans.

JPEG - 40.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont alors tenu tête aux députés en décrétant une situation particulière en raison de la mort de l’ayatollah Shahroudi, qui après avoir été le premier ministre sous la présidence de Khamenei, puis chef du pouvoir judiciaire sous Rafsandjani l’avait dernièrement remplacé à sa mort à la tête du Conseil de Discernement de l’intérêt du régime ! Mais peu après l’annonce, on a annoncé que Shahroudi était vivant et tout le monde devait prier pour lui !

Le clergé n’a pas annoncé de mesure punitive pour fausses rumeurs et on a compris qu’il avait misé sur l’état d’urgence pour inviter ses collaborateurs députés à affirmer leur solidarité avant de renoncer, car il avait redouté un effet négatif après cette annonce. Le clergé a alors joué la carte de la force tranquille en réunissant les chefs de la police (sous-ensemble de la milice) chez le Guide pour insister sur une police forte, mais équitable !

JPEG - 116.9 ko
JPEG - 68.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Zarif est aussi allé à la rencontre des députés pour parler de sa foi au peuple et ainsi rappeler sa candidature pour la survie du régime ! Ils ne lui ont rien dit ! On a compris qu’ils espéraient un plus grand rôle pour Zarif et faire partie de son équipe. Cette dernière en a profité pour insister sur sa popularité !

Tard dans la nuit, les députés ont accordé un sursis aux mollahs en évoquant le projet de révoquer le ministre de l’Éducation insinuant l’ouverture d’une enquête fort dangereuse pour les détournements de fonds de la caisse de retraite des instituteurs pour payer des pots-de-vin (sous forme de gros salaires) aux affairistes hostiles à Rohani en raison de son incompétence !

Lundi 24 décembre 2018 (3 Dey 1397), les mollahs avaient mis en avant la demande du Guide pour une police forte et équitable ! Ils espéraient rassurer positivement et rattraper la mise à mort de Shahroudi, malade depuis plus d’un an !

JPEG - 164.4 ko
PNG - 884 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents par intérêt avaient affirmé que selon les Kurdes irakiens, les mollahs n’avaient plus de troupes en Irak ! Les cadres miliciens en rupture avec le régime avaient affirmé que les gros salaires étaient encore payés. Ces dissidents entendaient entraîner les députés à combattre les mollahs ! Ils voulaient déstabiliser les paniqués !

JPEG - 153.7 ko
JPEG - 197.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La contestation se portait très bien, car les grèves persistaient à Ahwaz et la maison d’un important mollah responsable de cette ville avait été attaquée et incendiée par les grévistes en colère !


© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

JPEG - 47.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le M-AE du Pakistan est arrivé à Téhéran pour « parler de la sécurité d’Afghanistan » c’est-à-dire pour se plaindre que les mollahs aient choisi de faire passer leurs terroristes par son pays vers l’Afghanistan !

On n’en a pas vu les images et on a compris que les mollahs craignaient que leur visiteur les accuse ouvertement de promouvoir le terrorisme.

Au même moment, les mollahs ont annoncé le procès pour corruption du directeur adjoint d’une succursale régionale de leur banque de commerce extérieur pour intimider les affairistes et les empêcher de mettre en péril le régime par leurs ventes d’action pour acheter autant de dollars que possible !

JPEG - 101.8 ko
JPEG - 74.7 ko
JPEG - 86.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les paniqués ont renoncé à vendre leurs actions et le gouvernement a pu faire monter l’indice de 790 points grâce à 895 milliards de tomans. Ce qui est peu et signifiait que l’argent avait été injecté sur les actions bien portantes donc dans la poche des plus nantis. Ce qui signifiait que les mollahs craignaient le pire de la part du Pakistan.

PNG - 204.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Puisque ce risque persistait, les mollahs ont aussi fait diversion en annonçant l’amélioration de l’état de santé de Shahroudi et ont demandé que tout le monde prie pour sa guérison !

Toujours pour faire diversion, mais aussi pour rassurer les gens du régime, Rohani a aussi annoncé qu’il allait se rendre le lendemain au Parlement afin de présenter et de défendre son projet de budget pour la prochaine année iranienne qui démarrera le 21 mars 2019.

En début d’après-midi, le ministère des AE a très discrètement annoncé le report de la conférence de Téhéran sur la sécurité de la région. On a compris que les Pakistanais et d’autres participants avaient peut-être annoncé leur retrait en guise en réponse au terrorisme des mollahs et leurs récents flirts tactiques avec les Talibans sans aucun respect pour la paix dans la région !

Les mollahs humiliés par cette punition se sont ainsi retrouvés privés d’un show pour nier leur isolement et pour provoquer des remous régionaux ! Zarif, furieux, a tenté de provoquer la crise en déclarant sur Twitter que Trump était un terroriste, car il n’avait jamais combattu Daesh (alliés des Talibans) ! Il s’est aussi plaint de la mollesse des Européens pour laisser supposer que le régime allait choisir la confrontation !

Mais Trump et les Européens ont ignoré ces provocations notamment parce qu’on était la nuit de Noël ! Les mollahs ont tenté de provoquer la crise en saluant la naissance de Jésus non comme le divin enfant, mais comme un simple mortel, fils de Marie ! En l’absence d’une quelconque réaction, ils ont limité la célébration de la messe de minuit dans la grande église de Téhéran (vestige de l’époque béni du Shah) pour faire réagir les Européens en tant que chrétiens, mais ce geste d’inimitié ne leur a pas permis de parvenir à la crise qu’ils espéraient.

JPEG - 169.7 ko
JPEG - 91.9 ko
JPEG - 117.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs déçus par ces ratés ont changé de sujet en annonçant quelques heures plus tard la mort de l’ayatollah Shahroudi (qui était né en Irak et pour cette raison avait commencé sa carrière d’islamiste révolutionnaire comme porteur de lettres entre Khomeiny exilé en Irak et ses complices basés en Iran).

JPEG - 499.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mardi 25 décembre 2018 (4 Dey 1397), les mollahs annonçaient la mort de l’ayatollah Shahroudi, qualifié de savant islamique novateur ! Cette mort avait sans doute eu lieu avant l’heure de son annonce en raison de l’heure, car celle-ci était après le début de l’impression des journaux. Cela nous a laissés supposé que le régime avait gardé l’info et l’avait divulgué après Noël pour donner une certaine sainteté et de la valeur à cet agent discret de la répression du régime qui n’avait jamais brillé dans aucun domaine !

JPEG - 159.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal anglophone Tehran Times, les mollahs cherchaient à provoquer une crise, car ils affirmaient avoir assuré le Pakistan qu’ils assuraient la sécurité de l’Afghanistan !

PNG - 987.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents du clan Rafsandjani (avec ou contre le régime selon leurs intérêts) signalaient que Zarif avait affirmé qu’il n’attendait pas le soutien des Européens. Les dissidents voulaient le forcer à continuer et ainsi aggraver la situation du régime !

JPEG - 139.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens qui sont en quasi-rupture avec le régime avaient évoqué le procès du directeur adjoint d’une succursale régionale de la banque de commerce extérieur du régime en précisant que le dossier à son encontre ne nommait pas les complices gouvernementaux qui lui étaient attribués et de fait, l’accusé était un simple bouc émissaire qui allait payer à la place des dirigeants eux-mêmes ! L’article entendait déstabiliser le régime en révoltant tous les gens susceptibles de payer à la place des dirigeants !

JPEG - 192.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La contestation se portait très bien, car les grèves persistaient à Ahwaz et sur toutes les routes du pays !

Comme la veille, les mollahs ont eu une mauvaise rencontre. Ils avaient invité les Russes pour un achat d’arme afin de gagner leur soutien. Poutine leur avait envoyé le chef adjoint de l’État major russe qui ne peut pas signer des contrats juste pour sonder leurs besoins et donc leurs points de faiblesses. Dépités par cette approche, ils ne lui ont rien montré et l’ont éconduit après un drôle de dialogue dans une pièce avec des dimensions très réduites !

JPEG - 169.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ce choix de draguer les Russes avant la présentation d’un nouveau budget nous a paru comme la preuve qu’ils avaient peur de provoquer la panique chez eux en divulguant leur budget. L’échec de la rencontre qui devait sauver le régime a été occulté par l’absence de sa médiatisation !

Rohani est allé au Parlement pour présenter le budget auquel visiblement il ne croyait pas ! Dans son discours, il a parlé de la résistance économique du pays aux sanctions américaines et a promis de combattre les dépenses inutiles indépendantes de sa volonté pour attribuer à d’autres ses échecs et échapper à toute critique.

JPEG - 192.8 ko
JPEG - 66.9 ko
JPEG - 85.1 ko
JPEG - 92.1 ko
JPEG - 81.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés (qui depuis longtemps sont une trentaine) étaient tous là et ont perturbé sa présentation en criant « Eau, Eau, Eau... » en référence au manque de cette précieuse substance en Iran du fait de sa vente aux Irakiens dans l’espoir d’un soutien qu’ils leur refusent. Par un simple mot, ils rappelaient à Rohani que le régime n’était pas seulement pénalisé par les Américains, mais tous les pays et ses propres échecs. Ils n’ont cependant pas émis de critiques directes sur le budget présenté et ont promis de l’étudier et donner leurs avis dans 15 jours, laissant supposer qu’ils entendaient le bousculer pour obtenir des compensations financières pour leur propre soutien !

Puis, ils ont rejoint le concert des louanges de Shahroudi pour bien montrer qu’ils n’avaient pas l’intention de renverser le régime, mais d’obtenir leur part du trésor du régime avant sa chute ou pas !

JPEG - 98.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés voyous du régime ont aussi commencé leur pression sur Rohani critiquant ses privatisations qui sont censées acheter le soutien des affairistes paniqués pour recevoir leur part dans ces transactions voire obtenir le contrôle de certaines usines, et ont aussi mis la pression aux affairistes en exigeant des renseignements sur leurs déclarations fiscales !

L’échec de Rohani à obtenir le soutien des Russes et cette attaque contre les nantis ont intensifié la panique de ces derniers. Ils ont mis en vente leurs actions, le gouvernement a acheté autant que la veille, mais l’indice a chuté sous l’effet de l’augmentation des offres de vente à prix cassés.

Le gouvernement a alors fait diversion en annonçant le terrible accident d’un bus transportant des étudiants et la mort de 10 d’entre eux ! On a rapidement vu des images vidéos des témoins faisant part de leur frayeur.

Mais un site proche de dissidents intéressés du clan Rafsandjani a remis en cause les faits en montrant par un reportage photographique qu’il n’y avait pas de traces de sang sur le bus ou ses sièges ! Ce site a aussi montré que le bus avait quitté la route et dévalé une colline sans casser les arbres ou laisser de traces de pneus sur le sol.

Grâce aux images, il a précisé que l’accident avait eu lieu sur une voie privée dans le campus et de fait, on ne devait pas voir d’autres automobiles. Il a enfin bien montré qu’il n’y avait pas une seule ambulance sur le site, mais seulement des gens pour découper la carcasse et l’enlever avant que la supercherie soit découverte !

JPEG - 211.8 ko
JPEG - 155.2 ko
JPEG - 173.8 ko
JPEG - 370.2 ko
JPEG - 311.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Aussitôt divers responsables du régime ont adressé des messages aux familles de victimes invisibles et sans identité de cet accident pour en faire le centre de l’actualité et éclipser les échecs de Rohani ! Mais très clairement, ce soi-disant accident n’a pas eu d’incidence sur la panique des affairistes du régime. Elle a persisté et la bourse a fini avec une baisse de 534 points.

PNG - 215.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le gouvernement a alors opté pour l’intimidation en annonçant le démantèlement d’un vaste réseau d’affairistes qui obtenaient des dollars bon marché pour des importations fictives et les revendaient très cher. Le gouvernement a parlé de 17 personnes arrêtées sans donner leur nom se donnant les moyens de faire d’autres arrestations afin que tous les affairistes se sentent menacés et cessent de s’agiter et épuisent les réserves en devises du régime.

Les mollahs ont aussi annoncé une journée de deuil nationale mercredi pour l’enterrement de Shahroudi pour obliger les députés à cesser leur fronde et les affairistes à ne pas continuer leurs transactions effrénées au cas où la menace n’aurait pas été suffisante.

Dans le même temps, ils ont continué à médiatiser leur faux accident pour avoir de quoi occuper l’opinion s’ils ne parvenaient pas à mobiliser les leurs pour Shahroudi !

Alors que les mollahs étaient bien agités par la faute de l’échec de leurs différents projets pour dissimuler leur détresse, les Israéliens ont lancé une attaque aérienne contre l’un de leurs sièges en Syrie, tuant grâce à la passivité des DCA russe et syrienne de très nombreux hauts officiers des Pasdaran. Les mollahs n’ont pas commenté le sujet pour s’éviter une nouvelle crise interne.

Mercredi 26 décembre 2018 (5 Dey 1397), il n’y avait aucune trace de la mort de Soleimani et l’absence de soutien des Russes ! Les mollahs avaient mis en avant le gros budget « anti gaspi » de Rohani pour en faire un bon atout pour le régime et responsable au service du peuple pour faire taire les députés !

JPEG - 173.8 ko
PNG - 730 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens qui sont en quasi-rupture avec le régime avaient souligné les incohérences du récit de l’accident du bus !

JPEG - 208.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La contestation se portait toujours très bien pour le plus grand désagrément des mollahs ! Mais hélas, on n’en vu aucune image.

La situation internationale des mollahs s’est aggravée, car Shamkhani, le secrétaire de leur Conseil de sécurité, avait été invité en Afghanistan pour répondre des derniers flirts du régime avec les Talibans !

Les mollahs alors ainsi menacés par leurs voisins et aussi par le peuple et leurs miliciens de base devaient se réunir et rassembler tous leurs collaborateurs à l’occasion de l’enterrement national de Shahroudi pour éviter une plus grande panique. On a constaté que les images étaient trafiquées et on a conclu que leurs plus proches collaborateurs les avaient abandonnés pour ne pas être vus à leur côté !

JPEG - 125.9 ko
JPEG - 184.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés qui avaient boycotté la cérémonie ont aussi augmenté leur pression indirecte sur les mollahs en s’intéressant à nouveau à la corruption du frère de Rohani en affirmant qu’il avait choisi les directeurs de banque accusés de corruption ! Ils ont aussi demandé plus d’allocations pour les Iraniens tout en sachant que Rohani ne peut pas augmenter le pouvoir d’achat, car il veut préserver les stocks du régime. Ils ont joué la carte de l’adhésion au peuple en évoquant la mise en question et la révocation sous 4 jours du ministre de l’Agriculture qui est la cible des attaques des agriculteurs iraniens.

La panique des nantis du régime s’est amplifiée malgré la menace de pendaison esquissée la veille ! Rohani alors en conseil des ministres a tenté de calmer la panique en ébruitant que son budget était pour le peuple (pour calmer la contestation) et que les riches paniqués pouvaient s’enrichir en achetant des barils à la bourse et en les revendant sur les marchés internationaux, car ils n’étaient pas fichés par les Américains, mais ces annonces n’ont rien donné. Le gouvernement a alors changé d’approche et a acheté toutes les actions mises en vente et a pu finir cette dernière séance boursière de la semaine sur une forte hausse de 1493 points, mais en ayant perdu 1449 milliards de tomans.

JPEG - 72.8 ko
PNG - 328.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les échecs et les problèmes des mollahs leur coutaient bien cher ! Rohani et ses ministres ont insisté sur les succès à venir grâce au nouveau budget, mais les députés ont torpillé cette propagande par tous les moyens pour faire pression sur Rohani.

Son bras droit, Zarif, a alors annoncé une visite aux étudiants en grève de la faim pour soutenir les Houthis pour provoquer une crise en faveur du régime. Cette visite n’a pas engendré la crise nécessaire au régime, mais a démontré que les étudiants qui défendaient le régime étaient vraiment très peu !

JPEG - 301.9 ko
JPEG - 124.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’échec de Zarif et le nombre réduit des partisans du régime ont décidé les mollahs à cesser de communiquer pour exposer moins leur impuissance !

Alors que les mollahs devaient se taire pour éviter d’autres revers, Trump est arrivé avec des proches dans un voyage surprise en Irak pour passer la nuit avec les troupes basées dans ce pays. Il y a réitéré son hostilité aux mollahs en affirmant qu’il fournirait à Israël tous les moyens nécessaires pour assurer sa sécurité !

PNG - 1.4 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Cette sortie était une preuve de courage pour Trump et aussi la preuve que les mollahs n’avaient pas les services de renseignements qu’ils affirment avoir et qui leur permettraient de contrôler la région et nuire à leurs ennemis toujours plus nombreux ! C’est pourquoi ils n’en ont guère parlé ! Mais Zarif a d’un coup oublié son aversion pour l’Iran non islamique et a rendu un vibrant hommage à Zoroastre à l’occasion de sa présumée date de mort alors que tous les textes à ce sujet situent cet événement le 11 dey soit le 1er janvier en Occident. Zarif ne pensait donc pas à Zoroastre (astre doré ou mains d’or en référence à ses miracles), mais à se redorer le blason et se laver de ses crimes en prévision à la chute du régime !

JPEG - 188.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Jeudi 27 décembre 2018 (6 Dey 1397), les mollahs avaient oublié le boycott subi la veille. L’absence de propagande pour la cérémonie en hommage à Shahroudi montrait qu’ils avaient peur de mentir ! Ils avaient mis en avant les promesses économiques de Rohani et de son ministre de pétrole pour contenir la panique interne. Ils affirmaient aussi qu’ils avaient parlé aux Talibans avec l’accord des États-Unis pour promouvoir la paix !

JPEG - 172.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En revanche, dans leur journal anglophone, ils annonçaient une grande mobilisation en faveur de leur défunt camarade pour insinuer qu’ils avaient les moyens de se maintenir pour que les Européens ne renoncent pas à leurs ultimes gains en Iran et n’aident pas plus sérieusement Trump ! Ils étaient visiblement en train de corriger leurs échecs en s’inventant un monde imaginaire rassurant pour leurs derniers compagnons !

PNG - 846.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents intermittents ou affirmés s’étaient moqués de Rohani ou ses ministres en les citant : il n’y a pas d’inflation en Iran ! Nous n’avons jamais négocié avec les Talibans !

JPEG - 139.2 ko
JPEG - 184.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La contestation se portait très bien, car les grèves persistaient à Ahwaz et sur les routes iraniennes et par ailleurs, les retraités étaient dans les rues pour obtenir les pensions qui les mollahs refusent de payer pour limiter leur pouvoir d’achat afin de retarder les pénuries qu’ils jugent fatales à leur régime. Mais on n’en pas vu les images et cela nous a inquiété.

Les Européens ont alors annoncé qu’ils allaient réunir les responsables russes et ukrainiens pour une paix durable en Ukraine . Cela signifiait que les grands pays européens œuvraient pour contraindre les responsables ukrainiens à cesser leur provocation pour avoir eux-mêmes la possibilité de se réconcilier avec la Russie, nouveau maître de la Méditerranée. Les mollahs ont alors perdu tout espoir, car ils ont compris qu’ils ne pourraient plus songer à opposer les Européens aux Russes au sein des 4+1 pour affaiblir leur refus de les aider.

Les députés en guerre psychologique contre les mollahs ont alors accentué leur offensive en affirmant que le gouvernement empêchait la distribution des biens ou des aliments importés !

Rohani s’est tu. Le clergé a subi un nouvel échec ou boycott pour la mobilisation pour l’hommage inter dirigeants en mémoire de Shahroudi !

JPEG - 1.7 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Alors qu’ils étaient bien perturbés par leurs échecs et pas même assez courageux pour en tenter d’autres, une source syrienne a appris aux Israéliens que leur attaque de mardi avait aussi provoqué la mort de Qassem Soleimani, le responsable des actions terroristes des Pasdaran dans toutes les régions et les zones importantes pour les mollahs !

JPEG - 379.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs n’ont rien dit et leur silence a prouvé cette très grosse perte pour eux. On a alors compris pourquoi ils n’avaient pas rebondi après le boycott de la veille et aussi qu’ils ne pourraient plus rassurer les leurs en attribuant des succès très exagérés à cet homme.

Zarif a alors encore parlé de son soutien aux étudiants soutenant les Houthis dans l’espoir de provoquer une crise avec ce soutien. Mais il a été ignoré. Le comandant en chef des Pasdaran a alors pris le relais pour rassurer les gens du régime en décrétant que le régime avait définitivement réussi à neutraliser les sanctions pétrolières américaines et qu’il allait aussi vaincre les Américains sur d’autres terrains !

Ces victoires annoncées devaient remplacer les défaites subies sur divers fronts. Ces slogans rassurants, mais irréels ont donc confirmé à l’insu de leur auteur son désespoir et son incapacité à assumer son rôle de défenseur du régime. Le régime s’est retrouvé menacé par la faute de l’approche très grossière du commandant en chef de ses derniers miliciens.

Vendredi 28 décembre 2018 (7 Dey 1397), les mollahs devaient parler à l’occasion de la prière de vendredi pour faire le bilan de la semaine et indiquer la feuille de route pour la semaine à venir. Tout allait plus mal que la semaine précédente. Ils avaient perdu leur capacité de nuisance en Afghanistan et sur le bassin méditerranéen, ils avaient perdu les Palestiniens, ils avaient perdu leur champion de terrorisme et les occasions d’opposer les Russes aux Européens ! Ils avaient perdu des alliés en raison de leur échec. La contestation interne s’était aussi développée !

Enfin, les Anglais en grand danger après le rapprochement entre les Européens et Poutine ont alors tenté un rapprochement express avec Trump en accusant, sur la BBC, les mollahs d’être des preneurs d’otages pour obtenir des compensations financières. Washington n’a pas salué cette annonce pour ne pas devoir remercier les Anglais. Les mollahs ont aussi zappé l’intervention du M-AE anglais sur la BBC pour ne pas l’ajouter à la longue de pertes de cette semaine !

Avant que les mollahs parlent, Ali Larijani a rendu visite aux grands ayatollahs qui font partie du régime, mais n’ont pas de responsabilités politiques pour obtenir leur soutien et remplacer Rohani grâce au régime à un régime parlementaire, mais ces interlocuteurs ont évité le sujet en se gardant même de réagir à son rapport sur la situation !

Les chefs Pasdaran ont aussi zappé son option en se focalisant sur leur soutien estudiantin bidon aux Houthis. Ils ont confirmé leur attachement à l’ordre actuel en se joignant aux mollahs et en les défendant lors du discours avant leur sermon leur attachement à la journée de 9 dey, un soi-disant rassemblement annoncé pour décréter la fin de la fausse révolution de couleur qui n’avait pas pu sauver le régime et avait failli le renverser.

Les mollahs ont aussi insisté sur cette date pour mettre en garde contre les risques fatals au régime si l’on s’amusait à le contester ou le remanier alors qu’il était bien bousculé de toute part. Ils ont dit qu’ils avaient la capacité de mobiliser leurs compagnons pour sauver le régime cherchant ainsi également à nier leur boycott de mardi. Ils ont enfin qualifié Trump de lâche pour sa visite surprise en Irak pour nier leur propre impuissance avant de conclure sur leur force à toutes les menaces.

Personne n’a applaudi ce repli des mollahs sur des victoires imaginaires dans un monde résolument hostile où ils n’avaient plus aucun atout ! Ils ont eux-mêmes renoncé à leur propagande et ont donné la priorité à un nouveau parti politique monté par un proche de Karroubi, le second chef de la fausse révolution de couleur du régime. Le nouveau parti était nommé Nouvelle Confiance en référence au parti Confiance de Karroubi qui avait être interdit par les mollahs ! Visiblement, les mollahs voulaient relancer leur fausse opposition !

Mais cette nouvelle confiance n’en a pas suscité au sein du régime au point de provoquer un rassemblement en sa faveur. Cet échec a démontré que tout le monde avait peur de tout changement de peur qu’il entraîne la chute du régime et leurs propres privilèges bien qu’ils soient désormais bien chancelants !

Les mollahs se sont tus. Leurs adversaires intéressés se sont alors focalisés alors leurs médias sur leur faux accident de bus en attribuant sa responsabilité à Rohani et ses ministres, le régime a fini la semaine avec des échecs cuisants et la certitude qu’il n’avait vraiment aucune option pour retarder leur chute ou changer de peau et s’échapper des terribles sanctions qui les attendent alors.

En conclusion, les mollahs devaient se braquer pour réduire leur isolement, mais très vite ils ont échoué et ont continué à perdre du terrain. Ils ont alors perdu leur alliance avec les Talibans et avec les Palestiniens, ils ont alors perdu le soutien des leurs. Ils ont continué leur descente en enfer en perdant leur champion de terrorisme et toute possibilité de diviser les 4+1. Ils ont caché ces défaites par peur de perdre encore des alliés et ont songé à une nouvelle fausse révolution de couleur qui n’a eu aucun succès ! Chacune de ces pertes a affaibli le régime de manière significative, mais la plus importante a sans doute été l’élimination de Soleimani, car elle a démontré la faiblesse des renseignements du régime donc sa capacité de prévention et l’a privé aussi de sa capacité à rebondir ou à promettre un miracle. Cette semaine de la renaissance de la lumière, le régime des ténèbres a perdu son messie et l’illusion de sa survie éternelle grâce à ses malfaisants projets.