Accueil > Photos > Semaine 561 : Dissuasion macabre !



Semaine 561 : Dissuasion macabre !
05.12.2018

En 2016, Washington a renoncé à sa diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski, pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais depuis le début du siècle dernier, car elle l’avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière des Anglais.

Les mollahs ont alors soutenu les Houthis pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais les Européens n’ont pu les sauver en raison de leur instabilité et leur terrorisme. Les mollahs se sont retrouvés incapables d’approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité internationale implicite contre le terrorisme des mollahs pour se retirer de l’accord de Vienne. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) l’ont aidé en se gardant d’aider les mollahs !

Tous les gens du régime se sont mis à acheter des dollars ou de l’or pour quitter le pays. Les mollahs et les chefs Pasdaran ont mis un frein à ces achats par des arrestations ou l’augmentation des prix de ces produits.

Les mollahs ont alors tenté d’obtenir le soutien des Anglais en bloquant l’adoption d’un statut pour la Caspienne, mais ont échoué.

Avant l’adoption de nouvelles sanctions par Trump, les mollahs ont alors mis en scène un faux attentat chez eux pour se victimiser et aboutir à un deal avec Trump. Les 4+1 instrumentalisés par les mollahs les ont punis en évoquant des échanges démonétisés (SPV), les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Les Anglais ont tenté de bloquer la victoire annoncée de Trump en disloquant son équipe par un complot visant à attribuer à MBS l’assassinat d’un agent islamiste proche du prince saoudien qu’ils soutiennent. Mais Washington a soutenu MBS. D’autres grandes puissances ont fait de même et lui ont permis d’annoncer ses sanctions contre les mollahs pour les isoler pleinement. Trump a accordé des délais à certains partenaires économiques des mollahs qui avaient réduit leurs échanges et avaient éliminé le dollar de ces échanges.

Les mollahs ont alors simulé la fin du soutien au terrorisme et ont davantage déçu leurs interlocuteurs étrangers. Trump a pu déclencher ses sanctions sans aucune résistance à cette offensive économique contre les mollahs.

Les mollahs ont tenté de trouver une entente des démocrates, mais n’ont fait aucune concession, car aucun d’entre eux ne veut se sacrifier pour les autres ou pour leur cher islam ! Cette envie de deal a incité les Chinois à chercher un deal avec Trump. Les Russes ont annoncé des négociations avec lui... rapidement en marge de la commémoration de la fin de la 1ere guerre mondiale le 11 novembre à Paris. Le prix du pétrole a baissé !

Cette semaine, Trump devait parachever ses objectifs en signant une entente avec Poutine et en complétant ainsi les dispositifs pour isolement à 100% des mollahs pour les renverser !



Samedi 10 Novembre 2018 (19 Abân 1397), les mollahs ont commencé la semaine en annonçant une campagne tweetée internationale pour isoler Trump comme si des tweets avaient une influence sur les intérêts économiques des États ou des grandes compagnies internationales ! Ils espéraient donc faire du ramdam pour cacher l’impact du deal à venir entre Trump et Poutine et aussi espéraient donner de l’espoir à leurs proches avec cette vague résistance pour éviter qu’ils ne se ruent vers les guichets de la bourse pour vendre des actions en vue d’amasser des rials pour acheter des dollars et fuir le régime qui allait de mal en pis.

JPEG - 178.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans leur journal en anglais, les mollahs avaient mis en avant l’interview d’une certaine Davenport, expert à la fois en matière iranienne et nord-coréenne (!), membre d’une organisation anti-Trump, qui annonçait la défaite internationale de ce dernier ! Les mollahs avaient donc appelé à l’aide les Démocrates avant une grande victoire pour Trump, mais la présence de cette Davenport sans intérêt montrait que les Démocrates eux-mêmes ne croyaient pas possible d’arrêter la cavalcade victorieuse de Trump. De fait, on avait la preuve de l’isolement absolu des mollahs avant le début d’une semaine particulièrement assassine pour leur avenir.

PNG - 494.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents du clan Rafsandjani avaient commencé la semaine en soulignant cet isolement en révélant que la Corée du Sud avait eu une exemption des sanctions, car elle avait accepté d’éliminer le dollar de ses achats pétroliers en Iran. Les dissidents de la milice avaient souligné que les médias anglais étaient les seuls en guerre contre Trump pour signaler que les mollahs faisaient fausse route en se reposant sur les Anglais.

JPEG - 147.1 ko
JPEG - 241.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En résumé, les mollahs n’avaient rien de concret pour rassurer les leurs avant la rencontre décisive de Paris.

Au même moment, on a su que les ouvriers des usines de sucre de Haft Tappeh étaient toujours en grève et ceux des aciéries d’Ahwaz situées à 60 km de leur usine avaient commencé une grève illimitée et mis en danger les mollahs, car les deux villes se trouvent dans la région pétrolière de Khouzestan qui avait récemment été la scène de très fortes contestations anti-régime.


© IRAN-RESIST. ORG

La bourse a ouvert en crise ! L’indice a chuté malgré un bon niveau d’achat d’actions par les actionnaires institutionnels du régime (ses banques, ses assurances, etc.). Le dollar a été maintenu à 14500 tomans pour limiter les achats de dollars !

Le ministre des AE du régime a alors pris la parole pour affirmer que les Européens étaient pleinement anti-Trump pour calmer la panique, mais personne ne l’a cru.

Les députés du régime qui espèrent l’accès aux dollars bon marché réservés aux patrons du régime ont mis légèrement la pression à ces derniers en rappelant brièvement que leur ex-ministre de transports, Akhoundi, n’avait pas indemnisé les victimes de l’accident de train provoqué par ces mauvais choix sécuritaires. Ils ont aussi ravivé brièvement les débats sur l’interdiction du mariage selon la charia (à 9 ans) pour simuler la rupture avec le régime.

Les mollahs, confrontés à un risque d’embrasement de la région pétrolière de Khouzestan, mais aussi à la panique de leurs affairistes et leurs députés, ont alors annoncé 11 obstacles insurmontables pour adhérer au FATF par le prote-parole du leur conseil constitutionnel. Ce dernier a aussi reparlé des élections de 2009 et de la légitimité de Moussavi ! La combinaison des deux sujets signifiait qu’ils voulaient dévaloriser le gouvernement existant (qui a soi-disant accepté l’adhésion au FATF), mais aussi relancer leur fausse opposition (soi-disant très démocrate, mais hostile à toute concession avec l’occident et à tout changement de régime) pour redistribuer les cartes  : neutraliser la contestation et aussi pour faire attendre les Étrangers et in fine refuser toute concession au nom de la nécessité de donner une chance à la modération (ce que les mollahs avaient déjà dit pour Rohani).

JPEG - 74.8 ko
JPEG - 74.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais ce débat sur les élections de 2009 par le Conseil constitutionnel du régime n’ont pas eu de succès au sein par les acteurs connus de la fausse opposition, car tous estiment que l’espace d’expression accordée à lune fausse révolution de couleur sera une aubaine pour la vraie contestation et cette fois celle-ci peut gagner la partie, car contrairement à Obama qui devait préserver le régime, Trump a déjà exprimé son soutien au peuple iranien et s’est engagé à aider sa lutte contre le régime.

Le débat n’a également pas eu d’effets sur la panique, car en dehors des considérations annoncées, personne ne peut croire que le désordre révolutionnaire puisse rassurer les investisseurs étrangers et les faire revenir en Iran !

Les mollahs ont alors oublié leur idée bien contre-productive et ont mis en avant Rohani et les frères Larijani (Ali au Parlement & Sadegh à la Justice) dans une réunion des chefs des trois pouvoirs pour annoncer que tout allait bien : les sanctions n’avaient en rien affecté le régime et des paniers d’approvisionnement en produits de base seraient distribués aux plus pauvres avant la fin du mois d’Abân !!!!

JPEG - 114.2 ko
JPEG - 61.9 ko
JPEG - 58.7 ko
JPEG - 81.6 ko
JPEG - 52.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les deux sujets étaient contradictoires et les 3 pantins du régime avaient l’air effrayés ! La seule conclusion était que la situation était préoccupante ! La panique a continué ! La bourse a fini à -869 points malgré 1452 milliards tomans d’achat d’actions par les mollahs permettant à leurs collaborateurs d’acquérir 100 millions de billets verts sur les marchés noirs autorisés du régime !

JPEG - 60.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au cours de l’après-midi, après ce mauvais choix pour calmer la crise, les mollahs ont opté pour une provocation interne en annonçant que l’ex-ministre des Transports Akhoundi était en bonne position pour la mairie de Téhéran face à son ex-adjoint (Hanatchi) pendant son très mauvais mandat de ministre ! Ils ont aussi annoncé l’ouverture des stades aux femmes à l’occasion d’un match de foot contre le Japon pour donner de l’air à leur fausse opposition. Mais l’opération n’a pas abouti à une leur mobilisation, car on a vu une cinquantaine de femmes bien habillées selon les critères locaux donc issues du régime lors de cette ouverture et aucun activiste connu de la fausse opposition iranienne.

JPEG - 121.7 ko
JPEG - 113.4 ko
JPEG - 151.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dimanche 11 Novembre 2018 (20 Abân 1397), Trump, Poutine et Netanyahou devaient se croiser à Paris et renforcer notablement la coalition mondiale contre les mollahs !

Les mollahs avaient mis en avant leur fausse ouverture de la veille ! Ils n’étaient pas prêts à admettre leur isolement ! Dans le journal en anglais, ils fustigeaient la politisation du foot pour faire parler de leur show de la veille, espérant ainsi éclipser la nouvelle d’une entente entre Trump et Poutine. Tout annonçait qu’ils n’avaient rien pour dissimuler leur isolement absolu après l’entente entre Trump et Poutine !

JPEG - 215.2 ko
PNG - 650.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents annonçaient que l’Europe allait stopper Swift cette semaine, et de fait, tous les nantis du régime allaient perdre l’accès à leur compte en Europe et la possibilité de sortir leurs dollars d’Iran et les déposer sur leur compte ! Les dissidents entendaient souligner l’envie des Européens d’aider Trump.

Par ailleurs, les dissidents avaient annoncé que le Liban avait arrêté d’approvisionner en carburant les avions du régime ! Ce qui signifiait que les mollahs n’y avaient plus le soutien du Hezbollah ni la possibilité d’utiliser ce pays pour débarquer des terroristes ou encore l’utiliser pour leurs sorties secrètes, et in fine, pour fuir ! Les dissidents entendaient intensifier la panique et nuire pleinement aux mollahs lors de cette journée critique.

JPEG - 150.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les grèves étaient maintenues dans le sud du pays.


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Alors que tout indiquait une journée noire pour les mollahs, à Paris, Macron s’est opposé à la rencontre de Trump et de Poutine ! Il s’est mis entre les deux hommes pendant la cérémonie pour les empêcher d’échanger des mots ! Il ignore sans l’existence du téléphone portable et la possibilité de conférence vidéo ! Poutine a accordé un entretien à Russia Today que Macron déteste pour dire que lui et Trump avaient respecté la volonté de Macron, mais qu’ils s’étaient parlé ! À des questions sur ce dialogue, il a précisé qu’il était bon, que toutes les conditions pour une entente étaient réunies et qu’ils allient se rencontrer la fin du mois en Argentine à l’occasion du sommet des G20 pour finaliser leur entente !

JPEG - 30.4 ko
JPEG - 27.6 ko
JPEG - 34.5 ko
JPEG - 21.7 ko
JPEG - 56.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont alors annoncé l’arrivée de l’ex-M-AE allemand à Téhéran, laissant supposer que Merkel avait pris position comme Macron contre ce deal entre Trump et Poutine, mais cette invitation, programmée pour draguer les Allemands et provoquer cette position, n’a pas été un succès, car le visiteur allemand des mollahs n’a annoncé aucun contrat avec les mollahs et n’a rien dit contre l’entente qui aurait pu avoir lieu si le président français n’avait pas espéré faire chanter Trump et obtenir des avantages de sa part !

JPEG - 85 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs avaient aussi invité l’actuel président de la commission des AE du Parlement brésilien, un homme reconnu coupable d’avoir reçu un pot-de-vin de 20 millions de dollars alors qu’il était président du Brésil. Ils espéraient sans doute l’acheter pour contrer la décision du nouveau président brésilien de ne plus fournir les mollahs en viande halal. Mais leur invité n’a rien dit et l’invitation est devenue un rappel qu’il y aurait bientôt une grosse pénurie de viande et alors une plus grande crise interne !

JPEG - 166.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le Guide a insisté sur l’esprit du Martyr, invitant les gens à s’unir contre l’est (Russie) et l’ouest (Amérique), mais personne n’a applaudi ce retour de la fuite en avant !

JPEG - 97.8 ko
JPEG - 60.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le régime a alors mis en avant le porte-parole de son pouvoir judiciaire qui a menacé les nantis en quête de fuite avec leur argent en annonçant l’avancement du dossier de condamnation à mort de l’homme d’affaires Zandjani, jadis chargé de transferts d’argent du régime et de Rafsandjani vers l’Étranger, puis tombé en disgrâce, dépouillé et condamné pour corruption financière au moment du déclin de Rafsandjani.

Le porte-parole du pouvoir a aussi souligné sa détermination à punir les nantis paniqués par la mort ou la saisie de leur bien ou encore l’interdiction de quitter le pays en annonçant que l’ex-directeur de la Banque centrale du régime, jugé comme complice de Zanjani, était à présent interdit de sortir du pays ! Mais ces menaces n’ont pas arrêté la crise.

Les gens du régime ont massivement mis en vente leurs actions (bien que le volume de vente soit fixe et bas depuis longtemps pour la rupture des partenaires du régime). L’indice a chuté de 3563 points !

JPEG - 38.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La France désireuse de faire chanter Trump a alors annoncé dans un entretien accordé au NYT (pro-démocrates) par son ambassadeur à Washington que les nouvelles sanctions allaient priver l’Iran de médicaments ! Cela n’a pas retourné les Iraniens contre Trump, car cela fait longtemps qu’ils n’ont plus accès aux médicaments parce qu’ils sont trop chers ou réservés en priorité aux gens du régime ! L’annonce a seulement paniqué les nantis du régime et a intensifié l’achat de dollar !

Le NYT a aussi cherché à victimiser les mollahs en attribuant à MBS d’avoir projeté l’assassinat du milicien Soleimani chargé des opérations paramilitaires du régime. Personne ne l’a défendu au sein du régime, car « ce héros du régime » et le régime lui-même étaient présentés comme trop faibles et cela pouvait augmenter l’anxiété des paniqués du régime !

Au cours de l’après-midi, les mollahs ont misé sur l’apaisement en s’intéressant tardivement à la situation des sans-abris du séisme survenu il y a presque un an dans la région Kermânshah. Étant donné que cette région est proche de Khouzestan et sa population est sunnite et tribale comme l’autre, les mollahs pouvaient la juger capable d’entrer en rébellion et aggraver leur situation.

Lundi 12 Novembre 2018 (21 Abân 1397), Trump et Poutine n’avaient pas conclu le deal du siècle sur le dos des mollahs, mais ils s’étaient convenus de le faire le 30 novembre à Buenos Aires. Les mollahs avaient 3 semaines pour les séparer ou trouver des alliés pour survivre à ce deal !

Les mollahs avaient mis en avant la lutte sans intérêt pour la mairie de Téhéran entre le ripou Akhoundi et son adjoint pour occuper leurs proches et empêcher de penser à la situation désastreuse du régime. Ce choix signifiait qu’ils avaient la certitude de ne pouvoir séparer Trump et Poutine ou trouver des gens pour casser le deal qui pouvait être un plus pour le monde entier.

JPEG - 185.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans leur journal anglophone, les mollahs annonçaient qu’ils avaient vendu 700,000 barils de pétrole sur le marché IranNEX, leur propre bourse ! Ils avaient par ailleurs vendu des barils à leurs propres banques sanctionnées et n’avaient rien gagné ! Ils ne pouvaient pas duper leurs interlocuteurs étrangers et de les encourager à leur acheter des barils ! Ceci confirmait leur manque d’alliés et aussi leur manque d’idées pour y remédier  !

PNG - 630.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents avaient mis en avant les menaces inabouties du régime à l’encontre des nantis paniqués pour souligner l’incapacité du régime à aller plus loin. Les dissidents entendaient encourager les paniqués à vendre des actions et à acheter des dollars et ainsi mettre les mollahs en faillite pour accélérer leur chute !

JPEG - 143.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans le sud du pays, les grèves des ouvriers de sucre et des aciéries étaient maintenues. Les instituteurs étaient aussi à présent en grève ! Par ailleurs, 5 jeunes avaient tué deux jeunes mollahs à Neyshapour dans le nord-est du pays et les policiers n’avaient rien fait pour les arrêter !

JPEG - 46.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont encore menacé les nantis de les arrêter et les condamner à mort en annonçant l’ouverture le procès de corruption d’un importateur illégal d’oreillettes de portable !

JPEG - 257.4 ko
JPEG - 208.9 ko
JPEG - 234.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

À l’ouverture de la bourse, il n’y avait aucune frénésie de vente. Les nantis avaient jugé la menace crédible. Le régime a cependant augmenté ses injections de fonds pour faire monter l’indice et simuler que tout était rentré dans l’ordre.

Le gouvernement a aussi reparlé de la corruption pour les acheteurs de l’or et de dollars pour inciter les gens à freiner leur achat, puis il a testé le niveau de la peur de ses hommes d’affaires en affirmant que les pièces pré-achetées étaient disponibles et en l’absence de leur retrait, la banque centrale du régime les garderait pour elle-même ! Le gouvernement a été très satisfait, car personne n’a osé retirer ses pièces d’or ! Il a alors sans cesse répété sa position pour humilier les nantis qu’ils avaient réussi à terroriser !

Les médias des miliciens dissidents ont tenté de raviver la crise en révélant qu’il avait entrepris des démarches diplomatiques secrètes en envoyant un émissaire à Damas pour rencontre Assad et obtenir son soutien, mais n’avaient rien obtenu. Ces médias ont aussi précisé que l’ex-M-AE Kamal Kharrazi était à Paris pour rallier de Villepin et l’utiliser pour encourager à entraîner les décideurs français à s’opposer vraiment à Trump, mais sa mission n’avait rien donné !

JPEG - 74.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des miliciens dissidents ont aussi souligné l’isolement diplomatique des mollahs en dévoilant que Zarif était parti au Pakistan pour obtenir la libération des miliciens otages ou plus exactement l’extradition des miliciens déserteurs et n’avait rien obtenu des dirigeants pakistanais !

Les chefs Pasdaran ont alors tenté d’aider les mollahs en annonçant qu’ils avaient les moyens de neutraliser tous les embargos imposés au régime, mais personne ne les a remerciés ou applaudis, car l’embargo contre le régime n’a pas maritime, mais d’ordre financier pour empêcher tout commerce avec le régime et empêcher ses navires à quitter l’Iran !

Mais ces échecs et ces bourdes n’ont pas relancé la panique. Il était clair que la peur de finir en prison, de se voir dépouillé ou d’être condamné à mort était donc plus fort que l’envie de ramasser des dollars et s’enfuir avec ! Cela signifiait que les hommes d’affaires du régime estimaient que leurs dirigeants étaient à présent assez désespérés pour avoir une réaction agressive.

Au milieu de l’après-midi, les mollahs ont eu une nouvelle confirmation de leur isolement et leur embargo, car l’AIEA a publié son 1er rapport sur le nucléaire du régime en affirmant qu’ils appliquaient pleinement leurs engagements nucléaires, mais le rapport n’a pas été récompensé par les Européens, car ils n’ont pas changé d’attitude vis-à-vis des des mollahs et même ils ont arrêté les liens de Swift avec les banques du régime !

L’administration Trump a salué ce geste qui était la preuve de son succès.

Le M-AE Zarif a alors accordé un entretien à une chaîne secondaire d’info pour déplorer de très nombreux cas de blanchiment de sommes colossales d’argent en Iran et a exprimé le souhait d’y mettre fin comme l’avaient souhaité les Européens par une adhésion au FATF ! On a compris qu’ils espéraient donc redorer leur image sans exposer leur régime, évacuer leurs propres transferts occultes d’argent vers les organisations terroristes et punir leurs dissidents financiers au prétexte de la lutte contre le blanchiment d’argent et au prétexte de plaire aux Européens pour avoir droit à leur connexion express au SWIFT ! Au passage, les mollahs faisaient état de la richesse du pays pour nier sa faillite !

MPEG4 - 4.9 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

Les chefs de la milice et tous les gens exposés aux poursuites internationales pour terrorisme et toujours opposés à l’adhésion au FATF ont adoré la présente formule de Zarif et n’ont pas protesté contre sa proposition en croisant les doigts pour qu’elle convienne aux Européens !

Mais étant donné, l’heure tardive de cette intervention, les Européens pouvaient y répondre le lendemain. Le régime pouvait espérer une pause dans la crise en attendant cette réponse.

Mardi 13 Novembre 2018 (22 Abân 1397), en attendant la réponse des Européens, les mollahs avaient annoncé que l’Arabie saoudite était fâchée avec Trump suite à son changement de position dans l’affaire Khashoggi et avait en conséquence décidé de diminuer sa production pétrolière pour augmenter le prix du pétrole ! Cette annonce était complètement fausse, car Trump n’avait pas changé de position et l’Arabie Saoudite avait décidé de diminuer sa production, car il y avait trop de barils sur le marché et ne voulait pas augmenter ses frais de stockage. Mais, les mollahs évoquaient une crise chez leurs ennemis pour insinuer la fin de la coalition à leur encontre et rassurer leurs compagnons qu’ils auraient aussi sous peu un changement du côté européen !

Les mollahs avaient aussi mis en avant le projet saoudien d’élimination de Soleimani pour accabler les Saoudiens et encourager les Européens redevenus des amis à attaquer MBS à ce sujet. Ils avaient enfin annoncé la victoire du Hamas sur Israël pour souder les liens avec le Hamas et pour restaurer leurs liens avec les Palestiniens et de fait restaurer la capacité de nuisance du régime !

JPEG - 208.3 ko
PNG - 774.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents avaient révélé que la masse monétaire avait atteint 1670 milliards de tomans, dont 1000 milliards de tomans, de plus en 5 ans pour signaler que les mollahs avaient sans cesse imprimé des billets pour dissimuler leur faillite et qu’il n’y avait pas fortunes colossales en Iran, mais beaucoup trop de billets imprimés qui n’ont aucune valeur !

JPEG - 150.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans le sud du pays, la situation était grave, car il y avait 3 grandes grèves et deux miliciens avaient été gravement blessés par des tris de Kalashnikov  !


© IRAN-RESIST. ORG

Les députés en conflit avec les mollahs pour accéder aux dollars bon marché du régime ne disaient rien. Ils attendaient la réponse de l’EU ! Tout le monde attendait cette réponse, y compris les financiers paniqués, car malgré le fait que la proposition des mollahs les ciblait, la fin de l’isolement était aussi la fin de la nécessité de rompre avec le régime.

La bourse a ouvert sans qu’ils vendent frénétiquement des actions et fassent chuter l’indice. Rohani qui présidait alors le Conseil des Affaires Sociales du régime a alors annoncé la présence du numéro 2 de la diplomatie des Pays-Bas pour insinuer que la réponse attendue serait un oui. Il s’est aussi moqué de ses contradicteurs qu’il ne fallait jamais exagérer les problèmes, mais il n’a pu cacher son inquiétude.

JPEG - 98.6 ko
JPEG - 53.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En attendant la réponse des Européens, les mollahs ont meublé le vide médiatique avec l’élection de Hanatchi (l’adjoint de leur ministre ripou) à la mairie de Téhéran et personne n’a critiqué ce choix, car tout le monde voulait bénéficier du oui européen !

JPEG - 176.2 ko
JPEG - 108.1 ko
JPEG - 46.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La bourse a fini avec un indice en hausse de 1100 points grâce à l’injection de 1288 milliards de tomans dans les poches des nantis du régime. Mais l’indice a décliné un peu en raison d’absence de déclaration de la part des Européens et du Hollandais présent à Téhéran. Le gouvernement a rassuré les gens en baissant son taux de dollar sur ses marchés libres et la bourse a fini sur une hausse de 1000 points. Ce qui signifiait que les hommes d’affaires du régime espéraient encore une réponse positive de la part des Européens !

PNG - 258.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais cette réponse ne vint jamais ni de la part d’es Européens, ni de la part du diplomate hollandais ! Pire encore, l’Autriche, sollicitée pour accueillir l’organisme des échanges démonétisés de SPV entre l’EU et l’Iran, a rejeté la demande ! Le Luxembourg, sollicité pour le faire, n’a même pas répondu à l’appel !

Une délégation parlementaire syrienne était alors à Téhéran pour imposer aux mollahs de ne pas utiliser ce pays pour menacer la région ! Ali Larijani a quand même tenté le coup en parlant de l’instabilité de la Syrie afin de mettre la pression aux Européens, mais les Syriens ont fait la tête après ce discours et n’ont pas laissé faire les mollahs !

JPEG - 163.6 ko
JPEG - 99.6 ko
JPEG - 96.8 ko
JPEG - 120.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Il était évident que ces échecs à raviver la connexion au SWIFT et en conséquence l’inaccessibilité des comptes étrangers des nantis du régime allaient paniquer davantage et provoquer une plus grande crise au sein du régime !

Les mollahs ont tenté de provoquer une polémique aux États-Unis contre Trump en faisant appel à la journaliste iranienne Christine Amanpour de la CNN opposée à Trump en affirmant que les exemptions accordées par ce dernier étaient la preuve de son impuissance et leur puissance économique !

PNG - 224.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais le ramdam qu’ils souhaitaient n’a pas eu lieu.

Mercredi 14 Novembre 2018 (23 Abân 1397), les mollahs annonçaient de très nombreuses oppositions aux propos de Zarif pour insinuer que leur offre avait vraiment de la valeur et qu’ils pouvaient ainsi la réhabiliter pour forcer les Européens à la prendre en considération ! Sur le plan international, ils attaquaient les Européens en affirmant qu’Erdogan avait montré des preuves sur l’implication de MBS dans l’assassinat de Khashoggi aux Français, mais ces derniers n’en prenaient pas compte.

JPEG - 229.1 ko
PNG - 606.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents avaient rappelé que les Européens avaient encore repoussé le montage du SPV et soulignaient ainsi que ces derniers n’avaient jamais eu envie d’aider le régime. Les dissidents avaient aussi révélé que dans la Banque Centrale du régime avait promis de combattre des cambistes refusant de baisser leur prix et vendre à perte pour apaiser les paniqués et diminuer leur nombre.

JPEG - 147.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans le sud du pays, la situation était grave, car il y avait 3 grandes grèves et des appels pour que les trois groupes s’unissent et manifestent ensemble contre le régime en criant "unité, unité !" !


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont alors annoncé la pendaison à l’aube d’un agent de change et de son adjoint, accusés d’avoir acheté beaucoup de pièces en or (du régime) ! Cela devait montrer leur disposition à punir leurs collaborateurs prêts à tout vendre pour acheter des pièces en or et des dollars avant de quitter le régime !

JPEG - 57.8 ko
MPEG4 - 48.9 Mo
JPEG - 43.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

L’indice boursier a chuté dès l’ouverture de la bourse en raison des offres de vente non satisfaites par les mollahs ! Cela signifiait que la menace n’avait pas gelé la panique, mais accentué l’urgence de tout vendre et fuir le régime et le pays !

Au même moment, Mogherini a annoncé qu’elle ne pouvait pas donner de date pour la mise en place de son système de business démonétisé avec les mollahs et leur a confirmé que l’Europe n’avait pas envie de les aider.

JPEG - 32.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont alors annoncé une conférence avec le chef des Houthis, mais ils n’ont pu rassurer par ses menaces ! Mais la Conférence a été un échec à tous les niveaux au point qu’ils n’ont pas publié ses photos et ils l’ont vite oubliée.

Rohani alors en conseil des ministres a opté pour l’apaisement en affirmant que tout le monde avait le droit de manifester contre le régime autorisant implicitement les manifestations attendues dans le sud du pays voire partout en Iran après cette mobilisation. Rohani a aussi affirmé qu’il allait donner plus de places aux jeunes dans l’espoir d’obtenir de soutien des membres de la milice  !

JPEG - 117.2 ko
JPEG - 56.9 ko
JPEG - 65.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais la panique a persisté et la bourse a fini la journée et sa semaine d’activité avec un indice en baisse de 1217 points !

PNG - 415.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les députés ont repris leur attaque contre mollahs et leur pion Zarif ! D’autres qui avaient validé sa proposition ont aussi repris les hostilités contre le M-AE des mollahs. Ce dernier a gardé le silence par peur d’énerver les assaillants et accentuer leurs oppositions.

Jeudi 15 Novembre 2018 (24 Abân 1397), les mollahs avaient mis en avant la promesse de travailler avec les jeunes. Les mollahs craignaient de perdre beaucoup de leurs proches après leurs échecs et le choix d’avoir tué l’un d’eux pour éloigner ce risque. Sur le plan international, les mollahs avaient attaqué Bolton dans l’espoir de l’entraîner dans une polémique tonitruante pour se montrer combatifs et rassurer les leurs.

JPEG - 177 ko
PNG - 924.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents avaient rappelé le refus des Autrichiens d’abriter le SPV. Les dissidents miliciens avaient mis leur titre en noir et blanc en signe de deuil au-dessus de l’annonce de la pendaison du roi de la pièce d’or  !

JPEG - 183.5 ko
JPEG - 250.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans le sud du pays, la situation était de plus en anti-régime !


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Rohani n’a pas réagi. Zarif aussi ! Les mollahs aussi !

Les chefs Pasdaran, précédemment silencieux par intérêt, ont alors annoncé un hommage au « père de l’industrie balistique du régime » pour provoquer Trump ou les Européens. Mais étant donné qu’ils ont eux-mêmes éliminé cet homme, car il voulait renverser le régime avec l’aide des jeunes officiers miliciens dissidents, leur conférence a manqué de participants en uniforme et en conséquence de poids pour être prix au sérieux. Les Américains et les Européens se sont aussi gardés de répondre à leurs déclarations belliqueuses !

JPEG - 264.2 ko
JPEG - 171.2 ko
JPEG - 149.5 ko
JPEG - 217.7 ko
JPEG - 109.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les chefs Pasdaran, doublement humiliés, ont alors annoncé qu’ils avaient réussi à libérer 5 de leurs membres détenus en otages par un groupe islamiste baloutche au Pakistan ! On a eu du mal à les croire, car ces personnes désignées comme otages étant en fait des déserteurs qui se sont réfugiés au Pakistan. C’est pourquoi on n’a vu aucune image de cette libération, mais des images d’archives de la zone frontalière (comme ci-dessous) et on n’a aussi plus entendus les chefs miliciens malgré l’importance de l’événement qu’ils avaient annoncé !

JPEG - 35 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs sont aussi restés silencieux. Les députés ont alors évoqué la révocation des responsables des plus importants ministères du cabinet de Rohani pour presser les mollahs de leur accorder plus de dollars.

Alors que tous les dirigeants étaient comme pétrifiés par leurs échecs et leur isolement et le régime était à nouveau très divisé, l’ONU a condamné à très forte majorité les violations des droits de l’homme par tous ces gens et l’administration Trump a sanctionné 5 officiers de la milice qui travaillent avec Qassem Soleimani, le responsable des projets terroristes des mollahs (Mohsen Obeyd al-Yazidi, Yucef Hashem, Adnan Hossein Kossarani, Mohammad Abd al-Hadi & Ferhat Moarafi). Ci-dessous, Mohsen Obeyd al-Yazidi (à gauche) avec Soleimani.

JPEG - 32.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs et les chefs Pasdaran n’ont pas réagi à ces mauvaises nouvelles et les ont aussi censurés pour dissimuler leur affaiblissement croissant.

Au même moment, les médias ont annoncé la mort de deux hauts responsables de la banque étatique Refah en charge des programmes balistique et nucléaire du régime, dans un accident de route. Mais on n’a pas vu les images de l’accident. Cela nous a paru suspect. Ils n’étaient pas morts selon le scénario annoncé. Ils pouvaient être tués par des opposants ou éliminés en interne, car trop encombrants ou prêts à fuir ! Au vu des circonstances, pour nous, il s’agissait d’une élimination interne pour désorganiser les enquêtes contre la Banque Refah et ses transactions désignées comme illégales par Trump.

PNG - 421.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Tous les gens du régime ont commencé à saluer la mémoire de la victime, mais les députés ont alors élargi le nombre de ministres à révoquer et par ces gestes hostiles à un moment difficile, ils ont confirmé la nature suspecte de ce qui était arrivé.

Vendredi 16 Novembre 2018 (25 Abân 1397), les mollahs devaient écouter l’analyse des événements de la semaine par leurs proches, puis lors de leur sermon de vendredi, leur livrer leur propre analyse avant d’indiquer la ligne à suivre pour la semaine à venir !

La situation des mollahs avait empiré, car les grèves continuaient dans le sud du pays.


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Le Luxembourg les a davantage humiliés en rejetant formellement la possibilité d’abriter les services chargés du SPV, l’échange démonétisé avec l’Iran.

Les mollahs ont alors annoncé l’enterrement des deux sanctionnés morts dans un accident de route ! Ils semblaient pressés de les enterrer pour rappeler que malgré leur baisse de puissance ils avaient encore la capacité d’éliminer leurs proches ! Ils n’y ont pas participé, mais ont convié tous leurs pions ! De nombreux invités sanctionnés et présents sur place avaient bien saisi le message notamment les patrons de la milice, mais aussi l’actuel patron du programme nucléaire du régime, le principal négociateur des accords de Vienne, ainsi que l’ex-directeur de la banque centrale iranienne qui pourraient se voir accusé de mensonges ou de financement du terrorisme.

JPEG - 90.5 ko
JPEG - 84.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En parallèle avec cette mise en scène macabre pour intimider les insolvables et de les empêcher de songer à trahir le régime et fuir, le porte-parole du gouvernement a rassuré ces gens en annonçant de nombreux soutiens secrets au régime par de nombreux pays faisant partie de sa clientèle. Mais l’annonce n’a pas été applaudie par ceux à qui il était adressé !

Le clergé a alors consacré son sermon à insulter toute la classe politique américaine en particulier Trump dans l’espoir de provoquer quelqu’un aux États-Unis. L’orateur du jour a aussi menacé de mort les commerçants du régime s’ils trahissaient le régime en stockant leurs produits en vue d’augmenter leur prix ! Or, cette pratique étant ordonné par le régime lui-même pour retarder les pénuries, les commerçants devaient comprendre qu’ils pouvaient être accusés de trahison et condamnés à mort même en faisant semblant d’aider le régime s’ils cherchent à acheter des dollars pour s’enfuir ou encore ils pouvaient être sacrifiés si les mollahs étaient menacés par le peuple en raison de leur politique anti-pénuries.

Après ces menaces, l’après-midi a été marqué par des hommages de tous les responsables aux deux hommes sacrifiés par les mollahs. Chacun soulignait leur qualité comme l’avaient fait les dirigeants à l’origine de leur disparition !

Cela voulait dire que tout le monde avait compris que les mollahs et les chefs Pasdaran étaient prêts à tout et personne ne voulait leur donner un prétexte pour l’attaquer. Tout le monde surjouait la conformité au discours officiel pour avoir la paix, mais cela ne pouvait pas signifier que les gens allaient se tenir à carreau !

Le comportement des subalternes après cette semaine de violence à leur encontre allait démontrer si cette violence avait été une bonne chose ou pas.

En résumé | Cette semaine, Trump devait parachever ses objectifs en signant une entente avec Poutine et en complétant ainsi les dispositifs pour isolement à 100% des mollahs pour les renverser ! Ces derniers étaient sous pression. Leurs collaborateurs aussi. Les opposants populaires étaient ravis et en très bonne forme ! Ils ont amplifié leurs actions.

La panique a éclaté au sein des collaborateurs du régime et la bourse a chuté révélant ce grand malaise. Trump et Poutine ont été empêchés de se rencontrer, mais ont affirmé leur envie de rouler ensemble ! La panique s’est amplifiée !

Les mollahs ont alors déterré les dossiers d’accusations de corruption à l’encontre de leurs serviteurs paniqués pour les dissuader à vendre leurs actions et d’acheter des mollahs, mais la panique a persisté.

Trump et Poutine ont été empêchés de se rencontrer, mais ont affirmé leur envie de rouler ensemble ! Les Européens ont rappelé leur envie de faire partie du Nouveau Monde à venir en refusant de même mettre en place leur dispositif d’échange démonétisé, les exposants à manquer de tout et se retrouver avec des pénuries alimentaires susceptibles de provoquer des émeutes qui leurs seraient fatales ! Les mollahs ont pendu deux intermédiaires de fuite des capitaux pour intimider les candidats à la fuite !

Mais les gens du régime ont continué à vendre des actions pour acheter des dollars et fuir ! Les mollahs ont alors éliminé deux responsables financiers sanctionnés (et désormais inutiles) pour montrer qu’ils pouvaient aussi éliminer des serviteurs devenus encombrants pour empêcher l’extension des agitations contraire à la survie de leur régime ! Enfin, en fin de la semaine, ils ont aussi menacé de sacrifier leurs plus fidèles serviteurs chargés de gérer leurs stocks si cela pouvait retarder leur chute !

Ainsi cette semaine, les mollahs qui s’attendaient à leur fin ont eu la certitude qu’ils seraient bientôt totalement isolés. Ils n’ont pas lancé d’attaque contre leurs nouveaux ennemis russes ou leurs principaux ennemis américains ou saoudiens et ont prouvé qu’ils n’en avaient pas les moyens. En revanche, ils s’en sont pris à leurs proches et ont démontré qu’ils avaient seulement le moyen d’agir sur leur propre régime ! En agissant ainsi, ils sont entrés dans une phase de suicide qui va sans doute aider et accélérer leur chute.