Accueil > Photos > Semaine 557 : Les rats quittent le navire !



Semaine 557 : Les rats quittent le navire !
08.11.2018

En 2016, Washington a renoncé à sa diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski, en décalquant la diplomatie islamophile anglaise pour contrer la suprématie pétrolière mondiale des Anglais depuis le début du siècle dernier, car cet ersatz avait produit des troubles géopolitiques graves contraires aux intérêts des grandes compagnies pétrolières américaines et profitables aux Anglais et les Chinois qui les talonnent en Afrique. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate, en place depuis 1973, par des révélations pénalisant son candidat Hillary Clinton pour aider l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie américaine basée sur la fin de l’islamisme et le rapprochement avec la Russie pour contrer les Anglais et leur suprématie pétrolière mondiale.

(chantage terroriste & clientélisme / saison 1) Les mollahs ont alors soutenu les Houthis pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais les Européens n’ont pu les sauver en raison de leur instabilité et leur terrorisme. Les mollahs se sont retrouvés incapables d’approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie contre les Américains et les Israéliens pour menacer le rapprochement de Trump avec Poutine. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité internationale implicite contre le terrorisme des mollahs pour se retirer de l’accord de Vienne. Il a aussi encouragé l’alliance pétrolière de Poutine et l’OPEP pour priver les mollahs d’un possible chantage pétrolier et aussi pour affaiblir les Anglais. Il a enfin mis un terme à la capacité de nuisance terroriste des mollahs au Moyen-Orient et en Europe en obtenant leur expulsion de la Syrie en échange de la reconnaissance de la souveraineté d’Assad !

Tous les gens du régime se sont mis à acheter des dollars et des pièces d’or pour quitter le pays. Les mollahs et les chefs Pasdaran ont mis un frein à ces achats en augmentant les prix de ces produits pour les garder pour eux-mêmes. Les 30 députés du régime encore présents au Parlement, privés d’accès du dollar, ont remis en cause leur confiance à Rohani pour le forcer à leur accorder des dollars pas chers ou des places dans son gouvernement !

(chantage terroriste & clientélisme / saison 2) Dernièrement, les mollahs, menacés leurs compagnons, ont proposé le dialogue à Trump tout en attaquant ses alliés régionaux, mais ils ne sont pas parvenus à le faire flancher. Ils ont alors tenté d’obtenir le soutien des Anglais en bloquant l’adoption d’un statut pour la Caspienne, mais ont entraîné l’hostilité des pays riverains et leur unité pour aboutir un bon statut anti-BP.

Tous les gens du régime se sont mis à acheter des dollars et des pièces d’or pour quitter le pays. Les mollahs et les chefs Pasdaran ont mis un frein à ces achats en augmentant les prix de ces produits pour les garder pour eux-mêmes. Les 30 députés du régime encore présents au Parlement, privés d’accès du dollar, ont remis en cause leur confiance à Rohani pour le forcer à leur accorder des dollars pas chers ou des places dans son gouvernement !

Les mollahs ont songé à une fausse révolution de couleur et ont fâché leurs proches collaborateurs qui pouvaient y perdre tout. Ils ont encore tenté de déstabiliser l’Irak et la Syrie et ont provoqué l’hostilité des Irakiens, des Syriens et des Russes. Trump a alors proposé une réunion au Conseil de Sécurité pour adopter de nouvelles sanctions mondiales à leur encontre.

(chantage terroriste & clientélisme / nouvelle version) Les mollahs ont alors mis en scène un faux attentat chez eux en accusant les alliés régionaux de Trump pour se victimiser, échapper aux sanctions et trouver des alliés, de préférence les Européens, pour tenir tête à Trump, tout en lui proposant le dialogue pour aboutir à un deal sans aucune exigence de sa part.

Les Européens (mais aussi les Russes et les Chinois) se sont fâchés et ont puni les mollahs en maintenant leur proposition de business démonétisé, les privant de facto de tout accès au dollar comme le souhaite Trump. Ce dernier les a récompensés en les assurant de son soutien via l’OTAN. Ils ont alors évoqué le terrorisme du régime.

La demande de dollar a augmenté. Les mollahs ont promis des dollars à 8000 tomans (-60% du prix du marché ’’libre’’) à leurs collaborateurs à condition qu’ils investissent beaucoup d’argent dans les entreprises moribondes du régime. Ils entendaient limiter leur pouvoir d’achat de devises et aussi de ruiner les cambistes et d’éliminer le marché libre. Ces derniers ont fait grève et ont de facto monté les prix.

Les mollahs ont alors promis des allocations plus fortes aux plus pauvres pour les réunir autour du Guide. Mais ce fut un cuisant échec.

Ils ont alors encore évoqué leur disposition à accepter le dialogue, essayant d’inverser les rôles et obliger Trump à faire le premier pas en renonçant à ses exigences, mais ce dernier a évidemment méprisé leur demande !

La semaine dernière, les mollahs ont annoncé l’adoption d’une loi comme la Convention contre leFinancement du Terrorisme (CFT) pour obliger les Européens à les fréquenter. Mais leur texte était opposé à cette convention et a seulement réussi à convaincre tout le monde qu’ils ne pouvaient pas s’assagir. La panique des associés du régime a pris une ampleur inattendue. Les Européens se sont empressés de prendre des mesures pour souligner le terrorisme et la corruption du régime pour justifier leur alignement sur Trump. La contestation interne est devenue plus forte et plus violente.

Les Anglais ont tenté de bloquer la victoire de Trump en accusant son allié MBS d’être l’assassin d’un agent islamiste proche de leur choix pour devenir roi ! Mais Trump a bien négocié ce virage et les Européens se sont gardés d’amplifier une affaire qui semble bien obscure et ont continué à insister sur le terrorisme des mollahs et à prendre des mesures pénalisantes contre eux. L’ONU les a aidés en révélant que les mollahs aidaient le financement d’Al Qaeda somalien.

Washington a annoncé le voyage en Inde et à Luxembourg de Brian Hook, son responsable des sanctions contre les mollahs, pour mettre au point des sanctions bancaires avec les Indiens et les Banques d’affaires européennes. Les mollahs certains de vivre de nouvelles crises ont promis à leurs proches qu’ils pouvaient continuer à voler les revenus du régime ! Mais les gens du régime n’ont pas applaudi et ont prouvé qu’ils espéraient plutôt s’enfuir !

Cette semaine, les mollahs devaient gérer la ruée de leurs associés paniqués sur leurs trésors (devises et or) et encore plus de panique après la grève prévue par les instituteurs et aussi après la tournée de Brian Hook. Ils ont seulement aligné des slogans rassurants. Ils ont déçu les leurs et ont eux-mêmes aggravé leur cas bien plus que leurs adversaires de cette semaine.



Samedi 13 octobre 2018 (21 Mehr 1397), la grève des routiers était dans son 24e jour !

© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Dans leurs médias, les mollahs avaient fait le choix de nier leurs échecs. Ils annonçaient l’isolement de MBS pour convaincre leurs collaborateurs que Trump devait renoncer à ses plans en Iran. Par ailleurs, les mollahs avaient mis en avant les derniers ordres du Guide aux chefs des 3 pouvoirs pour améliorer la situation économique et espéraient ainsi convaincre leurs interlocuteurs étrangers que leurs problèmes étaient provoqués par eux-mêmes et non par des sanctions américaines. Ils espéraient nier la capacité de Trump à les soumettre pour encourager leurs partenaires à reprendre leur business avec leur régime. On avait deux types de slogans pour résister aux sanctions !

PNG - 622.5 ko
PNG - 491.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêts insistaient sur le désordre économique et l’incapacité des mollahs à trouver des solutions. Ils espéraient encourager le pessimisme et la panique au sein du régime pour mieux le déstabiliser.

PNG - 539.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents ont vite été rassurés, car deux très mauvaises nouvelles sont arrivées à leurs oreilles et à celles des mollahs ! Bolton était en Russie et devait aussi se rendre dans les pays du Caucase pour finaliser leur adhésion à la lutte contre les mollahs ! Par ailleurs, l’Irak avait fermé l’une des portes d’accès à son territoire insinuant qu’ils les considéraient comme des terroristes !

PNG - 638.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Enfin, au même moment le syndicat non officiel des instituteurs, partisan d’un changement de régime, a annoncé une grève et des manifestations d’au moins 2 jours de tous les instituteurs iraniens dans toutes les villes à partir du lendemain (dimanche) pour protester contre le mépris du régime à leur égard ! Des centaines de milliers de gens allaient envahir les rues et réclamer des salaires non payés, des primes oubliées et dénoncer le détournement de ces fonds par les dirigeants. La contestation générale pouvait reprendre comme en décembre dernier.

On n’a alors constaté aucune agitation parmi les factions du régime ! Toutes répétaient les propos du Guide et niaient l’isolement du régime ! Tous s’étaient unis face au danger et répétaient un slogan qui ne pouvait pas les sauver. Les mollahs avaient besoin de députés pour tenir le choc et ces derniers des mollahs pour accéder à des dollars bon marché.

Les affairistes du régime ont conclu que les mollahs avaient soudoyé les députés et acceptant de leur donner la possibilité d’acheter des dollars à très bas prix (25% du marché) pour obtenir leur soumission et leur soutien. Les affairistes se sont mis à vendre massivement leurs actions à la bourse de Téhéran (devenue une caisse noire de réconciliation des mollahs avec leurs nantis pour gagner de quoi acheter massivement des dollars avant que l’entente entre les dirigeants les en prive. Les cambistes interdits d’exercer et devenus des vendeurs à la sauvette ont annoncé une remise de 2000 tomans donc le dollar à 13000 tomans au lieu de 15000 tomans pour les acheteurs des paquets de plus de 50,000 dollars ! Ce qui signifiait qu’il y avait de très gros acheteurs, donc les gens potentiellement proches des dirigeants qui essayaient de les doubler !

Le gouvernement, seul acheteur via ses actionnaires institutionnels ou juridiques, a limité ses achats à 1050 milliards de tomans (soit la moitié de ses achats au cours des jours derniers et a provoqué plus de panique. Les gens ont continué à mettre en vente leurs actions et entraîné une baisse record de 5983 unités de l’indice de la bourse de Téhéran !

PNG - 429.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont ordonné l’arrestation de 45 cambistes et la saisie de leur bien ainsi que des punitions très fermes pour les acheteurs de dollars et de l’or pour mettre fin à cette ruée vers les deux trésors du régime et les garder pour eux-mêmes, mais la demande de l’or et de dollar a persisté.

Craignant d’amplifier la crise par de nouvelles mesures punitives et aussi de faire monter les prix et de donner une bien plus mauvaise image de leur situation, les mollahs ont opté pour une approche constructive. Rohani et les frères Larijani qui détiennent le Parlement et la justice, se sont affichés avec Hemmati, le nouveau directeur de la Banque Centrale du régime et lui ont ordonné de prendre toutes les mesures économiques pour relancer l’économie du pays.

Le directeur du commissariat au Plan des mollahs a alors annoncé 12 packages ou plans économiques pour relancer l’économie, mais il s’agissait de 12 intentions et tout le monde a compris que les dirigeants n’avaient aucune vraie proposition et espéraient clamer la crise par de vagues promesses de propositions à venir !

Les chefs Pasdaran ont alors monté au créneau et ont annoncé l’arrestation d’une cellule terroriste au Kurdistan pour insinuer qu’ils avaient le pouvoir d’agir, mais encore une fois l’absence d’image des « terroristes  », de leur planque et leurs armes a convaincu les gens qu’ils mentaient et n’avaient pas les moyens d’agir.

Dimanche 14 octobre 2018 (22 Mehr 1397), la grève des routiers était dans son 25e jour ! Les instituteurs étaient aussi dans la rue !

JPEG - 32.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des mollahs annonçaient que le directeur de la Banque Centrale avait désormais des pouvoirs spéciaux pour agir sans préciser lesquelles, laissant supposer des mesures un peu hors la loi pour insinuer que les choses allaient changer pour le mieux. Donc encore de la propagande.

PNG - 777.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

À l’attention des Étrangers, les mollahs avaient mis en avant les médailles obtenues par les champions iraniens dans les jeux asiatiques et le pouvoir de leurs miliciens. Les mollahs insinuaient donc qu’ils étaient appréciés et craints pour séduire ou intimider leurs interlocuteurs étrangers ou les encourager à les soutenir. Ils restaient donc dans la propagande, ce qui signifiait qu’ils n’avaient pas de vraies solutions pour contrer les problèmes et les sanctions.

PNG - 683.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêts avaient mis l’accent sur le maintien en détention des 45 cambistes arrêtés la veille, et soulignaient ainsi que le régime et les pouvoirs spéciaux donnés à son trésorier étaient du vent.

PNG - 569.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La bourse a démarré en crise, mais avec beaucoup moins d’activité que la veille (-800 points). Les gens étaient plutôt aux abords du Bazar et trouver des dollars. Les mollahs ont restauré l’indice à la bourse à peu de frais et ont surtout censuré la publication du prix du dollar pour perturber les acheteurs et les dissuader d’aller au Bazar et amplifier la crise.

PNG - 256.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont aussi envoyé Rohani à l’université pour la rentrée universitaire afin d’insinuer qu’il avait le soutien des professeurs et de nombreux enseignants allaient boycotter la grève des instituteurs et réduire son impact ! Rohani y a affirmé que le régime n’avait aucun problème économique, mais il était victime d’une guerre psychologique des Américains !

PNG - 426.1 ko
PNG - 385.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En parallèle, les mollahs ont mis les rares étudiants miliciens qui leur restent fidèles en scène dans une manifestation (in-door) anti-Rohani (pour une raison obscure) pour éclipser la manifestation à venir des centaines de milliers d’instituteurs, car les étudiants présents ne mentionnaient guère cet événement et Rohani n’était même pas dans pièce ! On avait donc des images d’archives pour faire diversion.

MPEG4 - 3.5 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

Cette diversion a souligné l’isolement des mollahs et leur incapacité à s’opposer réellement aux instituteurs ou toute autre manifestation hostile à leur régime. Les mollahs ont eux-mêmes lâché cette piste pénalisante et ont annoncé une rencontre le lendemain entre Rohani et les économistes du régime, promettant encore de réformes sans rien dépenser pour les paniqués ! Mais aucun n’a pris la parole en faveur de Rohani ! Mais ils n’ont pas pu détourner les gens de leur recherche de dollar !

En guise de représailles, les mollahs ont annoncé la condamnation à prison du milicien analyste et grande-gueule Hassan Abbassi pour avoir remis en cause les succès économiques de Rohani ! Mais aucun des économistes invités chez Rohani n’a pris la parole en faveur de ce dernier !

Pour casser le silence des experts économiques du régime, les mollahs ont annoncé un plan économique conçu par le Guide pour les 50 prochaines années du régime, mais la déclaration ne comportait aucune proposition ! Elle affirmait que tous les responsables et les experts du régime devaient valider ce plan et toutes les propositions du Guide ! C’était clair, mais personne n’a défendu ce plan à part quelques mollahs !

Rohani devait alors rencontrer ses ministres au sein du conseil économique du régime. Il n’a pas parlé de ses propres promesses de la veille ou de celles du Guide et on a compris qu’il n’y avait rien à espérer de ce côté ! Il a juste promis d’étudier des allocations plus importantes pour les plus démunis pour empêcher que la grève des instituteurs ne se transforme en une contestation générale sans qu’il ne débourse le moindre dollar pour l’approvisionnement des paniers de ces gens.

out le monde a compris que le régime n’avait plus rien ou que ses dirigeants, désavoués par leurs collaborateurs, se voyaient proches de leur fin et voulaient garder leurs avoirs pour eux-mêmes !

Lundi 15 octobre 2018 (23 Mehr 1397), la grève des routiers était dans son 26e jour ! Les instituteurs étaient aussi en grève pour la seconde journée consécutive. Leurs élèves et leurs parents les ont soutenus en évoquant un boycott d’un an pour un meilleur Iran !


© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des mollahs avaient mis en avant le programme de Khamenei pour les 50 années à venir et le discours optimiste de Rohani pour nier leur vulnérabilité, rassurer leurs proches ou séduire des investisseurs étrangers en cette journée risquée. On avait encore de simples slogans dans une situation grave !

PNG - 642.5 ko
PNG - 642.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêts affirmaient que Rohani niait la crise alors que les prix ne cessaient d’augmenter vertigineusement ! Les dissidents espéraient encourager la contestation pour sauver leur peau !

PNG - 541.8 ko
PNG - 618.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias étrangers ont annoncé que Hook avait réussi sa mission en Inde puisque ce pays envisageait d’acheter des barils aux Irakiens pour remplacer ceux qu’elle achetait aux mollahs ! Hook lui-même a laissé entendre qu’il pouvait parvenir à s’entendre avec les patrons des Banques d’Affaires Européennes, car ils étaient d’accord sur la nature des mollahs, mais ils avaient des divergences tactiques sur la manière de les traiter.

Rohani devait rencontrer les économistes, mais il n’attendait rien de la rencontre !

Son ministre de pétrole, Zanganeh, est parti tôt et en catimini en Russie pour rencontrer son homologue russe Novak afin de parvenir à un arrangement entre les deux pays pour contourner les sanctions (notamment par la baisse de la production russe, la vente à bas prix du pétrole iranien qui pourrait être revendu plus cher par les Russes à leurs clients).

JPEG - 45.9 ko
JPEG - 90.8 ko
JPEG - 22.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La rencontre de Rohani avec les économistes du régime a été catastrophique, car beaucoup d’entre eux l’avaient boycottée et les autres lui ont refusé leur soutien en lui reprochant de s’inventer des succès qui n’existaient pas. Rohani leur a dit qu’il était interdit de donner une mauvaise image du régime et a dit que parfois des mesures punitives étaient malheureusement nécessaires pour signaler qu’ils pouvaient finir comme Hassan Abbassi, mais il n’a pu arracher un mot favorable en sa faveur ! Il a caché leur hostilité et a dit qu’ils lui avaient donné de très bons conseils lors de la rencontre en espérant réussir un deal avec les Russes.

JPEG - 74.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les gens proches du régime et au courant de ce genre d’initiatives ont retenu leur souffle. Les députés ont cessé de parler laissant une chance au régime de respirer ! Les affairistes ont cessé de courir après les dollars du régime pour ne pas se fâcher et rater les dollars qu’il pouvait obtenir grâce au deal avec les Russes !

Le gouvernement en a profité pour booster l’indice ! Il a dépensé 1868 milliards de tomans pour augmenter l’indice de 5757 tomans ! Les affairistes ont apprécié, car il leur versait de l’argent sans l’avoir sollicité.

PNG - 163.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais les Russes ont refusé l’arrangement et fermé la porte à toute tentative d’arrangement en annonçant par l’intermédiaire de leur ministre de l’Énergie, Novak, qu’ils allaient augmenter leur production pétrolière de 1 million de barils par jour et gagner plus sans les mollahs ! Ces derniers ont caché l’info de peur d’amplifier la panique au sein de leur régime.

Rohani a été appelé à faire diversion. Il a appelé les jeunes à servir le régime et son idéal révolutionnaire. Son message a été jugé faible en terme d’impact. Les chefs Pasdaran qui espérèrent plus de pouvoir politique pour s’emparer des trésors du régime se sont rappelé tardivement que cette journée était l’anniversaire de la création du bureau d’endoctrinement de l’idéologie islamo-révolutionnaire de forces armées pour dire qu’ils disposaient des troupes nécessaires pour sauver le régime.

Mais leur annonce tardive et l’absence de rassemblement en cette journée affirmaient le contraire et les mollahs qui assurent cet endoctrinement et connaissent la baisse du nombre des miliciens fidèles au régime n’ont pas remercié leurs chefs miliciens et n’ont rien annoncé de plus en leur faveur !

Mais les chefs Pasdaran ont alors eu un étrange revers ! La disparition de 12 de leurs officiers ou gradés en poste dans la base fortifiée de Mirjaveh (ci-dessous), leur principale forteresse stratégique dans la région frontalière, agitée et importante de Sistan-&-Baloutchistan. La direction de la communication de la milice a annoncé qu’ils avaient été endormis et enlevés par des miliciens de base locaux !

JPEG - 15 ko
JPEG - 46.6 ko
JPEG - 108.7 ko
JPEG - 57.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais cela était impossible en raison de la configuration sécuritaire de la forteresse. Tout semblait indiquer que les 12 membres de la milice avaient sans doute déserté et s’étaient réfugiés au Pakistan le jour même de l’anniversaire de la fondation d’un bureau d’endoctrinement de la milice pour signaler la défaite de cet endoctrinement et l’implosion prochaine du système.

Les chefs Pasdaran tentaient donc de nier cette implosion en admettant avoir été trahis par des miliciens de base et d’avoir manqué de sérieux dans les dispositions sécuritaires de leur forteresse ! C’est pourquoi l’affaire a été vite oubliée après leur communiqué ! Mais leur argument a rendu impossible la propagande à propos de leur puissance idéologique et on ne les a plus entendus.

Alors que les mollahs et les chefs Pasdaran étaient confrontés à leur impopularité parmi leurs collaborateurs ou leurs serviteurs, membres de la milice, Trump les a implicitement désignés comme étant des maffieux en plaçant le Hezbollah qu’ils ont créé et financé et continuent d’alimenter en armes sur la liste des groupes de crimes organisés que les États-Unis doivent combattre !

PNG - 75 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs n’ont rien dit de peur d’être aussi classés sur la même liste !

Dans la soirée, les Anglais, qui cherchent à contrer Trump, ont été déstabilisés par ce dernier, car l’Australie qui veut quitter les Royaumes unis et joindre le giron américain a annoncé qu’elle remettait en cause l’accord sur le nucléaire et qu’elle allait installer son ambassade en Israël à Jérusalem pour accélérer le schéma des 2 États encouragés par Trump ! Les Anglais n’ont pas commenté ces annonces qui allaient les forcer à suivre la même direction.

PNG - 423.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs l’ont aussi zappée, car c’était une nouvelle victoire pour Trump dans un moment très difficile pour eux ! Mais ils ont envoyé le n°3 de leur diplomatie, Jaber-Ansari, en Oman, pays intermédiaire pour des discussions secrètes avec les Américains, pour parler à ces derniers et les dissuader de continuer leur offensive (ps. il est très difficile de trouver des photos de ce diplomate milicien en mission car il est homonyme d’un célèbre footballeur iranien).

Mardi 16 octobre 2018 (24 Mehr 1397), la grève des routiers était dans son 27e jour ! Les instituteurs étaient en grève pour la 3e journée consécutive, mais dans leurs établissements avec les jeunes délivrés des études et propulsés dans les débats politiques ! Mais les écolières d’Ispahan s’étaient réunies en masse devant le siège d’Educuation Nationale iranienne dans leur région pour demander la démission de tous ses responsables !


© IRAN-RESIST. ORG

Les médias persans des mollahs annonçaient le soutien des économistes à Rohani ! Leur journal anglophone demandait aussi une mobilisation internationale contre les « crimes des Saoudiens » au Yémen pour les diaboliser et faciliter les marchandages de leur pion avec le sultan d’Oman !

PNG - 793.2 ko
PNG - 646.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêts annonçaient que désormais les banques du régime avaient vendu le dollar non à 8000 tomans comme elles le doivent, mais à 13400 tomans, le prix proposé par les marchands à la sauvette du bazar. Ces médias entendaient souligner que la crise continuait et le régime n’avait rien pour s’y opposer ou pour rassurer les siens. Ils évoquaient aussi le refus de soutien des économistes à Rohani pour déprimer ses collaborateurs et les encourager à rompre avec lui et le régime.

PNG - 475.4 ko
PNG - 641.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Hors Iran, l’administration Trump avait affirmé qu’il n’envisageait aucune guerre avec les mollahs. Cela signifiait que l’équipe de Trump connaissait bien les mollahs et avait tablé sur leur provocation après l’échec de leur la tentative d’apaisement. Cela signifiait que Trump avait une longueur d’avance sur les mollahs et la capacité de les démoraliser à tout instant pour semer la panique parmi leurs proches.

L’équipe Trump annonçait par ailleurs que Hook était en Turquie pour finaliser les accords pour impliquer ce pays dans les sanctions anti-mollahs.

Les Européens ont alors bien déçu les mollahs, car leur forum Europe-Asie a commencé à Bruxelles pour 2 jours et il n’y avait aucun débat sur le business avec eux.

Rohani n’a également eu aucune nouvelle de son émissaire en Oman ! Son émissaire a annoncé qu’il irait au Qatar.

JPEG - 64.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Rohani lui-même a alors convoqué tous les ambassadeurs des pays présents à ce forum pour les engager dans une discussion sur le business avec le régime, mais il n’a pu les forcer à en parler. Rohani a gardé secret le contenu des discussions et a diffusé ses propres propos pour insinuer qu’il avait été entendu !

Son ministre de pétrole, Zanganeh, a alors organisé une conférence dans le cadre du The 4th IPEC (Iranian Petroleum and Energy Club Congress & Exhibition) sur la situation pétrolière du pays, où il a dit que les produits pétroliers seraient bientôt vendus en dollar à la bourse de Téhéran par bloc de 35,000 barils. Il comptait ainsi ramasser les dollars qu’ils avaient vendus à affairistes du régime.

En parallèle, Zanganeh a aussi affirmé que le trafic de l’essence se portait bien grâce à Dieu, car le Gaz liquide iranien était vendu à 1/50e de son prix et tous les gens du régime préféreraient vendre la part qu’ils recevaient pour les besoins de leur organisation ! On pouvait comprendre qu’il promettait à ses proches l’accès à des dollars des clients habituels du régime pour les calmer sans rien dépenser de ses trésors, voir même renforcer les réserves en dollars du régime. Il pouvait aussi récupérer les barils vendus en raison d’absence de clients pour ce genre de cargaisons.

JPEG - 56.1 ko
MPEG4 - 3.8 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

Son gouvernement a aussitôt injecté 1977 milliards de tomans dans les poches de ses proches pour leur permettre d’acheter des dollars nécessaires pour participer à son plan de vente de barils, dollars qu’ils allaient récupérer. L’indice boursier a alors augmenté de 3200 points avant de chuter de 2233 points soit la moitié des hausses prévues pour ce niveau d’injections de fonds. Ce qui signifiait que les gens n’avaient pas mordu à l’hameçon et avaient mis encore plus d’actions en vente pour ramasser des dollars et fuir. Les mollahs ont dissimulé leur échec en interdisant la diffusion de la courbe des variations d’indice pour insinuer qu’ils avaient réussi à séduire quelques-uns de plus gros nantis pour encourager tous les sceptiques à les suivre.

L’agence Fars des cadres Pasdaran depuis quelques années hostiles au régime a alors encouragé la fuite en révélant que cet été Rohani avait envoyé un émissaire pour préparer sa visite en Suisse et l’homme n’était pas rentré depuis ! Étant donné que les voyages du président du régime sont préparés par le ministère des AE qui fait partie de la milice des Pasdaran, Rohani n’avait pas besoin de le préparer. Son préparateur privé ne pouvait être qu’un porteur de valise pour déplacer des fonds pour lui-même ou pour payer des gens et réussir son voyage et l’homme avait pris le large avec ses valises et quelques millions de dollars !

Les mollahs et Rohani n’ont pas réagi à cette révélation. Rohani a tenté de rassurer ses proches en insistant sur ses rencontres du matin et ses appels lancés aux PME de pays sollicités ! Ses proches ont aussi insisté sur la « tournée régionale » de Jaber-Ansari pour insinuer que le régime avait encore des amis dans la région et dans le monde.

Les chefs Pasdaran ont alors annoncé la mort du cerveau du faux attentat organisé par eux-mêmes à Ahwaz pour faire oublier la fuite de leurs collaborateurs dans l’ouest du pays et aussi pour s’affirmer comme une force fiable et supplanter Rohani qui avait échoué dans tous ses projets de ce jour. Mais sur la photo publiée, le terroriste tué (photo 1) n’était pas celui (photo 2) à qui il avait attribué l’attentat !

PNG - 203.8 ko
PNG - 186.2 ko

© IRAN-RESIST.

Tout le monde a conclu qu’ils avaient improvisé une sortie médiatique pour profiter de la déroute de Rohani sans qu’ils aient vraiment fait quoi que ce soit. Cette sortie mal préparée a souligné leur manque de personnel et l’impossibilité qu’ils puissent sauver le régime en cas d’une grande mobilisation populaire contre le régime !

Encore une fois, alors que les mollahs et et les chefs Pasdaran avaient tous les deux échouaient et avaient révélé leur faiblesse, Trump est passé à l’offensive en annonçant des sanctions contre 11 banques d’affaires du régime et 9 de ses industries, empêchant de facto tout business notamment avec l’Europe. Cela était évidemment le résultat de la tournée de Hook notamment son escale à Luxembourg. Les mollahs n’ont pas réagi à l’annonce, car elle signifiait que l’Europe avait rejoint pleinement le régime des sanctions souhaitées par Trump !

Mercredi 17 octobre 2018 (25 Mehr 1397), la grève des routiers était dans son 28e jour ! Les instituteurs étaient aussi en grève pour la 4e journée consécutive, mais dans leurs établissements suite à des menaces physiques contre l’un de leurs leaders Hashem Khastar. Les conducteurs de bus de tout le pays avaient aussi cessé de travailler pour mieux paralyser le régime !

JPEG - 78.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des mollahs annonçaient un remaniement gouvernemental ! Les mollahs espéraient occuper leurs proches avec ce sujet et les faire espérer avec un nouveau gouvernement ! À l’attention de l’étranger, ils avaient qualifié la visite de Pompeo en Arabie Saoudite d’une guerre contre la vérité. Ils espéraient provoquer une guerre pour forcer Washington à reculer.

PNG - 810.7 ko
PNG - 679.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêts avaient mis en avant l’éloge du trafic des produits pétroliers par le ministre de Pétrole et l’absence de prises de position à ce sujet pour montrer que les mollahs se souciaient de leurs affairistes riches et non pas de bien être de tout le monde !

PNG - 480.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le n°3 de leur diplomatie, Jaber-Ansari, était alors au Qatar, car ce pays s’était un moment opposé à l’Arabie Saoudite pour leur aide à Daesh alors que la fourniture de cette aide lui avait été imposée par Obama. Mais le Qatar et l’Arabie Saoudite se rapprochent. L’arrivée de Jaber Ansari au Qatar était donc une tentative désespérée de trouver un allié. Il n’y a pas obtenu l’aide souhaitée et le régime a eu la confirmation que le Qatar était du côté des Saoudiens !

JPEG - 80.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

C’est pourquoi les mollahs ont oublié cette mission et ont annoncé le rassemblement des jeunes élites du régime autour du Guide pour insinuer qu’ils avaient des fans en réserves pour tenir le coup malgré leurs revers internationaux. Mais cette annonce n’a pas rassuré les gens du régime, car les photos n’étaient pas à la hauteur de l’annonce. La salle qui peut contenir 700 personnes a été réduite de 50% et il y avait 50% de femmes qui ne pouvaient être comptabilisées comme étant les membres de l’élite du régime car les femmes n’ont pas de place au sein de la République islamique d’Iran.Il y avait aussi une majorité de gens pas très jeunes. Il y avait très peu de jeunes pour défendre le régime !

JPEG - 113.1 ko
JPEG - 113.1 ko
JPEG - 81.9 ko
JPEG - 221.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

L’indice boursier a chuté malgré un bon volume d’achat d’actions par les mollahs ! Les offres de vente étaient importantes !

PNG - 339.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Rohani alors en Conseil des ministres a annoncé la publication des grilles de salaires de tous les hauts responsables administratifs du régime et la chute de l’indice a cessé et celui-ci a augmenté grâce à 1813 milliards de tomans d’achat d’action en tout au cours de cette dernière matinée boursière de la semaine ! On a compris que les élites actuelles du régime avaient commencé à vendre des actions, car les mollahs cumulaient les revers et semblaient vouloir les écarter pour offrir leur poste à des plus jeunes afin d’obtenir le soutien de ces derniers ! Le taux du dollar est en revanche a disparu des médias du régime. Cela signifiait qu’il avait monté et les mollahs le censuraient pour cacher leur désarroi !

Trump a jugé qu’il devait agir et profiter de ce moment critique pour les mollahs (contestation populaire amplifiée, revers internationaux et mésententes avec leurs serviteurs). Hook et parti en Turquie pour négocier la participation d’Erdogan à la lutte contre les mollahs. Et le nouveau représentant des États-Unis en Europe a ouvert les marchandages sur les droits de douane américains pour les produits européens pour presser ces derniers à confirmer leur engagement à cesser tout échange avec les mollahs !

PNG - 386.4 ko
PNG - 49.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les Européens n’ont guère fait de publicité pour ces marchandages douaniers et ont ainsi convaincu les mollahs qu’ils voulaient arriver à un deal avec Washington !

Les mollahs ont lancé une fausse querelle politique interne pour relancer leur opposition officielle, faussement appelée les réformateurs, pour simuler un changement et empêcher le ralliement des Européens à Trump. Mais cette mise en scène n’a pas mobilisé au sein du régime, car personne ne croit possible un changement sans un minimum d’assouplissement et tout le monde est convaincu que tout assouplissement conduira à plus de contestation et précipitera la fin du régime ! En l’absence de soutien à ce projet d’assouplissement de l’image du régime, les mollahs l’ont abandonné après une heure !

Jeudi 18 octobre 2018 (26 Mehr 1397), la grève des routiers était dans son 29e jour ! Les instituteurs étaient en grève pour la 5e journée consécutive dans leurs établissements.

Les médias des mollahs avaient mis en avant la publication des salaires de leurs collaborateurs agités et l’intérêt du Guide pour les jeunes attendant un poste, des salaires et le privilège d’accès aux dollars du régime à un prix bas. Les mollahs espéraient encore se préserver avec cette promesse de dollar bon marché pour ceux qui leur resteraient fidèles sans perdre pour autant le soutien de ceux qu’ils devaient virer !

PNG - 819.2 ko
PNG - 605.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêts avaient mis en avant une information primordiale : le régime n’avait aucunement la capacité de produire le gaz liquide qu’il avait promis en contrebande autorisée à ses serviteurs !

PNG - 495.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La bourse étant fermée tous les jeudis, le seul incident possible était la ruée vers les dollars du régime !

À ce moment, Poutine, vexé par les marchandages entre Trump et les Européens, s’est mis à draguer les Européens en les mettant en garde contre Trump et ses sanctions avec l’aide de son M-AE dans un entretien à Paris-Match.

JPEG - 29.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les deux hommes ont aussi critiqué Trump en affirmant comme les mollahs qu’il était en train de transférer les membres de Daesh de la Syrie vers l’Afghanistan. Mais Poutine et Lavrov cité les mollahs et ont dit qu’Assad pouvait virer les mollahs s’il recevait des investissements américains nécessaires à la reconstruction de son pays.

Les mollahs n’ont pas repris ces propos, car Poutine les avait utilisés pour faire pression sur Trump tout en lui proposant de les détruire ! Les mollahs ont eu deux autres déceptions en ce jour : le forum Asia-EU Meeting a commencé ses travaux à Bruxelles sans se focaliser sur le business avec eux ! Les Européens, alors en pleine négociation avec Trump, ont affirmé leur envie de deal en faisant savoir via Mogherini que même leur structure de business démonétisé ne serait en fait pas opérationnelle au moins avant 6 mois !

Les mollahs ont vite organisé un colloque économique à leur ambassade à Londres, mais ce fut encore une déception ! Mais ils ont parlé d’un succès, mais il n’y avait aucune référence à une quelconque entreprise anglaise souhaitant investir en Iran !

Ils ont alors mis en avant un parti anti-réformes pour alarmer les Européens et les inciter à rester de leurs côtés pour éviter cette option, mais ils n’ont eu aucun signal positif de la part de ces derniers !

Les députés, silencieux pendant un bon moment et complices des mollahs et leurs initiatives, ont repris les efforts contre leur pion Rohani en annonçant la possible révocation de 17 d’entre eux au cours de la semaine à venir pour le pressier à prendre en compte leurs intérêts !

Vendredi 19 octobre 2018 (27 Mehr 1397), les mollahs devaient faire le bilan de la semaine et indiquer la feuille de route pour la semaine à venir...

La grève des routiers était dans son 30e jour ! Les instituteurs étaient en grève et en colère ! Les vidéos faisaient état d’agression de miliciennes de vertu par des jeunes !

Les mollahs ont alors eu la confirmation de leur isolement grandissant, car l’Asia-EU meetings a fini ses travaux en insistant sur la nécessité de l’accord avec eux comme une garantie contre leurs ambitions dangereuses et sans insister sur les compensations financières qui leur avaient été promises.

Les mollahs ont mis en avant un nouveau parti réformateur, la volonté populaire, proposant l’unité avec les Iraniens pour le poser en porte-parole de leurs revendications et ainsi rassurer les gens du régime, mais ces derniers n’ont pas validé cette option d’ouverture très encadrée de peur qu’elle encourage aussi les manifestations contre le régime.

Devant une salle presque vide, les mollahs ont consacré leur sermon à la méfiance vis-à-vis des Étrangers, quels qu’ils soient, et la nécessité de rester unis pour rassurer les leurs et les garder avec eux malgré tous leurs échecs et les options proposées et rejetées qui montraient leur incapacité à trouver des solutions !

JPEG - 29.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Personne n’a répondu à cet appel. Les mollahs a ont compris que personne n’avait envie de leur rester fidèle.

À ce moment, le patron du FATF a annoncé que cet organisme allait donner encore un peu de délais aux mollahs, jusqu’au 19 février 2019, pour ratifier leurs engagements. Il a précisé que les mollahs avaient voté des lois pour ratifier seulement 10% de leurs engagements antiterroristes et qu’il n’était guère optimiste qu’ils fassent le nécessaire jusqu’au nouveau délai qui leur avait été octroyé.

Etant donné que les Européens, les Russes ou les Chinois refusent d’investir en Iran ou donner des dollars aux mollahs, nous avons analysé ce délai non comme un cadeau aux mollahs, mais un cadeau des Américains à tous ces pays pour avoir le temps de retirer leurs billes d’Iran.

Les mollahs ont confirmé cette analyse car ils n’ont guère parlé d’une victoire sur Trump ! Ils ont fini la journée en annonçant le soutien du forum Asia-EU dont les infos sont difficiles à trouver pour duper les leurs et s’éviter une nouvelle semaine de crises à quelques jours de l’annonce de nouvelles sanctions par Trump avec l’accord tacite des Européens et tous les autres pays du monde.

Pour résumer, cette semaine, les mollahs, qui avaient été accusés de terrorisme par les Européens et par l’ONU, avant la tournée mondiale de Brian Hook devaient raisonnablement s’attendre à ce qu’il réussisse sa mission et décroche des deals pour les sanctionner !

Étant tous profondément impliqués dans les affaires terroristes du régime, ils ne pouvaient pas sacrifier quelques subalternes pour sauver leur vie. Dès lors, ils devaient déclencher une guerre terroriste contre leurs ennemis pour retarder sa mise au pilori voire gagner la partie ! Mais, ils ne l’ont pas fait et ont seulement nié la menace qui pesait sur leur régime et tout le monde a compris qu’ils n’avaient pas aucune solution d’aucune sorte ou alors pas assez d’argent pour ameuter des mercenaires.

Les opposants au régime ont profité de la situation et ont renforcé leur action contre le régime !

Les affairistes du régime ont paniqué ! Ils ont commencé à vendre des actions pour acheter des dollars et fuir ! La bourse a chuté et le dollar est monté. Les Occidentaux ont constaté que le régime perdait pied en raison de son impopularité et l’instabilité de ses composants bien avant que Trump annonce ses nouvelles sanctions. Ils ont affiché plus de préférence pour Trump !

Les mollahs ont autorisé leurs proches à exporter en contrebande des produits pétroliers mis à leur disposition à prix sacrifiés pour qu’ils restent en Iran, mais n’ont pas réussi à contenir la crise. Pendant ce temps qu’ils ne faisant rien pour contrer Trump, ce dernier a obtenu plus de succès qu’il n’avait envisagés notamment avec les Russes.

Les mollahs ont fini la semaine sur les genoux par leurs propres fautes et que par celle de leur ennemi. Au lieu d’empêcher Trump à mener à bien ses négociations avec les Européens ou les Indiens ou encore les Russes et les Chinois pour les amener à le suivre, et ainsi garder ces derniers à leurs côtes, les mollahs ont réussi à les convaincre de trouver vite un deal avec Trump. Cette semaine, les mollahs ont pleinement contribué aux succès des marchandages américains, à leur isolement et à l’avènement de l’embargo qui va les anéantir et aussi à la nécessité pour leurs collaborateurs de les laisser tomber !