Accueil > Photos > Semaine en images n°536-537 : Désespoir, désinformation et désastres (...)



Semaine en images n°536-537 :
Désespoir, désinformation et désastres !

19.06.2018

.En 2016 , Washington a renoncé à sa diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe Brzezinski, car elle avait produit des troubles géopolitiques graves sans lui offrir des alliés bénéfiques à ses intérêts pétroliers. Le changement de ligne a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate en place depuis 1973 par des révélations pénalisantes sur son candidat Hillary Clinton pour aider l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie.

.En 2017 , sous l’impulsion de ce changement diplomatique majeur américain, les États arabes ont enfin été autorisés à évoquer le terrorisme sciemment déstabilisateur des mollahs dans le golfe Persique et le bassin méditerranéen. Le Hezbollah a aussi fait un pays vers l’Arabie Saoudite, privant les mollahs de leur ingérence décisive au Liban.

.Fuite en avant & conséquences | Les mollahs ont alors amplifié leur soutien aux Houthis. Ils ont aussi essayé de s’allier les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais ces partenaires commerciaux n’ont pu les sauver en raison de leur terrorisme. Les mollahs se sont retrouvés incapables d’approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les épargnes de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée.

En novembre dernier, ces miliciens se sont révoltés en se ralliant au peuple pour demander par leurs slogans la fin du régime et le rétablissement de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs, incapables de riposter, ont alors menacé la sécurité du détroit d’Ormuz. Les grandes puissances dont la Russie les ont punis en les privant de tout investissement étranger en renouvelant leur classement sur la liste noire des pays qui financent le terrorisme ! Ils ont intensifié ce terrorisme en Syrie pour diviser cette coalition. Ils ont excédé les Européens, mais aussi la Russie et la Syrie qui pouvaient en souffrir. Ces deux pays ont laissé les troupes de l’OTAN (États-Unis+France+Grande-Bretagne) bombarder le centre de commandement des actions terroristes des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, les privant de tout moyen pour assurer leur survie par le chaos !

L’émergence de cette coalition mondiale large hostile a renforcé la contestation interne ! Les miliciens hostiles au régime ont en défilé lors de la journée de l’armée au rythme de l’hymne national en vigueur sous le Shah ! Les mollahs ont tenté une passation de pouvoir douce en rendant indirectement hommage à (Reza Shah) , idole incontesté des Iraniens avant de renoncer en raison du renforcement de la contestation.

Les mollahs ont alors encore tenté de diviser la coalition internationale hostile à leur encontre en tirant des missiles depuis leur base du Golan en Syrie sur Israël pour provoquer une guerre entre ces deux pays et forcer les Russes à entrer en conflit avec les Occidentaux ! Ils ont seulement mieux soudé les pays qui leur sont hostiles.

Quand Trump a quitté l’accord de Vienne, les autres puissances signataires de l’accord, les 4+1, ont critiqué sa décision sans s’y opposer concrètement en aidant les mollahs. Les mollahs ont compris que Trump avait obtenu le soutien des autres signataires pour les sanctionner.

Les mollahs ont encore tenté de provoquer une guerre est-ouest en Syrie. Les Russes les ont encore punis en laissant les Israéliens les attaquer avec plus d’intensité. Les mollahs ont alors renoncé à leur option militaire et ont misé sur la désinformation en promettant un dénouement heureux grâce aux Européens lors d’une rencontre prévue dans 7 jours à Vienne, mais ces derniers ont confirmé leur soutien à Trump en les sanctionnant avant lui !

La semaine dernière, les mollahs ont tenté de déstabiliser les Européens avant leur rencontre en proposant des contrats aux Chinois et aux Russes. Mais ce plan avait été neutralisé par ces derniers.

Au même moment, le chiite irakien anti-mollahs, Moqtada Sadr, a gagné les élections législatives de son pays et a privé les mollahs de la capacité de s’y réfugier en cas de problème ! Les députés voyous du régime ont alors fait chanter les dirigeants pour assurer après leur difficile rencontre avec les Européens.

Les mollahs menacés de toute part ont tenté de s’affirmer en provoquant les habitants de Kazeroun avec l’espoir de les écraser avec leurs forces spéciales formées dans cette ville. Mais ces derniers ont laissé faire les habitants qui ont pu attaquer et incendier les principaux immeubles gouvernementaux de leur ville...

Les Européens ont profité de la situation des mollahs en leur reprochant les mêmes fautes que leur avait reprochées Trump. En l’absence d’une réponse de leur part. Ils les ont sanctionnés encore en les privant de Total, Siemens et Engie. Puis ils ont noué des contacts avec les Russes et les Chinois pour une action commune afin qu’ils ne puissent pas prendre la direction des hostilités contre les mollahs !

Les mollahs ont alors fui les hostilités grandissantes à leur encontre en s’opposant bruyamment au transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem pour capter le soutien du monde arabe, mais ils n’ont pu imposer leurs mesures anti-américaines lors de la rencontre extraordinaire organisée par les Saoudiens pour calmer ces tensions.

Cette semaine, les mollahs devaient gérer les effets de la guerre psycho-économique des grandes puissances et la contestation qu’ils avaient développée. Ils n’ont pas su y faire et ont amplifié la panique au sein de leur régime.



-Semaine 536 :---
-Une désinformation désastreuse 
-pour occulter de très mauvaises nouvelles !-

Samedi 19 mai 2018 (29 Ordibehesht 1397), il y avait encore des confrontations à Kazeroun. Les habitants avaient pris le contrôle de la ville et les gens du régime ne se montraient pas ! Les agriculteurs de Khouzestan avaient aussi bloqué les routes vers Ahwaz pour protester contre l’absence de distribution d’eau par le régime ! Les ouvriers d’une unité de production d’automobile de la même région avaient arrêté le travail pour protester contre plusieurs mois de salaires non payés ! Il y avait aussi d’autres mouvements du même genre dans 5 autres villes et de nouveaux bazars en grève... Il n’y avait aucun député des villes concernées sur le terrain ! Les mollahs et leurs collaborateurs n’avaient pas envie de faire des gestes. On pouvait comprendre qu’ils étaient cernés par leurs problèmes et préféraient préserver l’argent du régime pour assurer leur fuite prochaine hors du pays.

JPEG - 26.8 ko
JPEG - 61 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, annonçait une victoire pour le régime à Istanbul alors qu’il n’avait obtenu aucune mesure contre les États-Unis ou aucun soutien diplomatique ou financier. Les mollahs et leur président n’avaient aucune solution de rechange pour provoquer une crise bénéfique au régime. Ils espéraient rassurer leurs collaborateurs financiers pour éviter de commencer la semaine par une grosse panique financière.

JPEG - 175.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, insistait sur les positions défendues la veille par Rohani. Les mollahs espéraient encore trouver des alliés grâce à cette provocation ratée. On pouvait conclure qu’ils avaient envie d’une crise pour s’imposer en arbitre de la région, mais qu’ils n’avaient pas les moyens ou une idée neuve pour y parvenir.

PNG - 900.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, annonçait que le gouvernement avait accepté la réouverture des boutiques de change à condition que les cambistes ne vendent pas de devises aux pris de leur choix, mais à son prix donc sans faire aucun bénéfice. On devait comprendre que le régime ouvrait ces boutiques pour insinuer que la situation allait mieux tout en prenant la mesure d’empêcher les hausses de prix des devises qui apportent la preuve du contraire.

JPEG - 146 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, signalait que le Guide continuait à critiquer mollement les Américains tandis que ces derniers avaient constitué une coalition forte notamment avec les Français pour combattre son régime.

JPEG - 230.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En résumé, on avait un régime déstabilisé et des dirigeants incapables de contrôler la situation. Dans ce contexte difficile, les députés voyous n’ont pas critiqué le régime, car tout allait mal et ils n’avaient aucune envie d’aggraver la situation ou de rater une entente pour quitter le pays avec une petite dot ! Ils ont gardé le silence en prétextant qu’ils devaient s’occuper de l’élection interne de la présidence du Parlement selon un nouveau règle exigeant un mandant tous les deux ans ! Ils ont néanmoins rappelé la capacité de revenir à une attitude hostile en annonçant la volonté de créer une commission parlementaire d’enquête sur les bi-nationaux du régime.

À ce moment où tout allait mal pour le régime, Miguel Arias Cañete, le commissionnaire en énergie de l’Europe (responsable des achats pétroliers de l’Europe), réputé pour ses intérêts personnels dans ce domaine, est arrivé à Téhéran ! Il était arrivé à Téhéran l’an dernier à la même époque pour signer des contrats pétroliers ! Mais selon lui même, cette fois, il s’agissait d’un voyage symbolique pour insister sur l’attachement de l’Europe à l’accord de Vienne et à sa coopération avec le régime dans le cadre des règlements européens. Il évoquait les restrictions imposées par Washington !

En raison des calendriers à respecter, il avait sans doute fait appel à d’autres fournisseurs. Les dirigeants européens continuaient à jouer contre les mollahs pour s’éviter des sanctions contre leurs PME actives en Iran ou des actions terroristes des mollahs sur le sol.

Les miliciens dissidents ont alors révélé que le régime ne pouvait pas bénéficier de contrats indirects avec les Européens ou d’autres alliés de Washington, car l’administration Trump avait engagé 200 pointeurs pour étudier tous les contrats pétroliers du régime afin de les sanctionner !

Les mollahs n’ont pas à cette révélation et n’ont aussi pas évoqué des punitions contre l’Europe. Ils ont nié le caractère non commercial de la visite de Miguel Arias Cañete pour insinuer qu’ils avaient réussi à faire plier l’Europe ! Mais on n’a vu aucune signature de contrat !

Les miliciens dissidents ont alors insinué que le régime était fichu, car Washington avait aussi engagé 200 pointeurs pour étudier tous les contrats pétroliers signés par le régime avec des intermédiaires inconnus !

Les mollahs ont continué la désinformation en affirmant que Cañete avait rencontré le responsable du programme nucléaire du régime pour faire part du soutien de l’Europe, mais qu’il était à Téhéran pour deux jours et allait rencontrer le ministre de pétrole le lendemain !

JPEG - 118.9 ko
JPEG - 76 ko
JPEG - 80 ko
JPEG - 116 ko
JPEG - 92.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont aussi baissé le prix de leur pièce d’or (-116,000 tomans) et ont commencé en avance la distribution des pièces d’or pré-vendues pour insinuer qu’ils n’avaient pas de problèmes ! Les gens du régime y ont cru et il n’y eut aucune panique en ce jour. Le gouvernement en a profité pour arroser les actionnaires avec 521 milliards de tomans et les apaiser pour le lendemain quand Cañete allait quitter le pays sans avoir signé le moindre contrat. Les mollahs avaient certainement arrosé les plus gros qui ont les actions les plus stables, car l’indice est peu monté (seulement +161 points) à l’issue de cette journée. En revanche, l’or soldé a eu beaucoup de succès, car in fine le gouvernement a dû augmenter son prix de 93,000 tomans pour bloquer les achats et la disparition de ses avoirs. Peut-être, il s’agissait aussi de revenir en arrière, car il était sûr que les gens sombreraient dans la panique après le départ de Cañete sans avoir signé de contrat.

PNG - 138.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, les députés ont occupé les médias officiels avec des nouvelles de leurs élections bidon. Mais tout n’allait pas bien, car il n’y avait encore aucun contrat via Cañete et à Kazeroun, les gens continuaient à attaquer les immeubles du régime !

Rohani a annoncé un grand Eftar (goûter du ramadan) avec les étudiants miliciens pour insinuer qu’ils avaient des troupes volontaires pour défendre le régime ! Ces étudiants ont fait savoir qu’ils boycottaient son goûter ! Étant donné qu’ils dépendent des Pasdaran, actuellement très complices avec les mollahs, ce boycott était une diversion avant une grosse journée de crise, un avertissement à Rohani où un retour à l’insinuation d’une opposition interne pour apaiser les tensions à venir !

JPEG - 137.7 ko
JPEG - 120.1 ko
JPEG - 115.9 ko
JPEG - 101.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dimanche 20 mai 2018 (30 Ordibehesht 1397), il y avait encore des manifestations des représentants d’ouvriers impayés dans plusieurs villes de pays, mais aucun média du régime n’en parlait.

JPEG - 49.6 ko
JPEG - 49.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, annonçait que l’accord de Vienne pouvait persister même sans l’Europe. On a compris que le régime était en train de préparer ses collaborateurs à l’absence de renouvellement de ses contrats pétroliers avec l’Europe !

JPEG - 176.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, annonçait un retour à l’enrichissement nucléaire à 20% ou plus si l’Europe ne lui donnait pas de réponse avant le 8 août. On a compris que le régime rallongeait le délai d’une puis deux et enfin 3 semaines qu’il avait accordé aux Européens pour continuer sa désinformation !

PNG - 749.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, avait révélé la nature symbolique du voyager de Cañete et précisait que les Européens ne pouvaient garantir aucun achat pétrolier, car les grandes compagnies d’assurances ne pouvaient plus assurer les contrats avec eux ! Les mollahs allaient vivre une grosse journée de crise !

JPEG - 140.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, avait aussi pris le contrepied de sa désinformation du régime en affirmant que les grandes compagnies européennes ne pouvaient pas continuer leurs activités en Iran, car elles n’étaient pas européennes, mais multinationales ! Les miliciens dissidents avaient aussi lâché une autre bombe en révélant que le nouveau m-AE américain Mike Pompeo allait présenter dans 24 heures sa feuille de route sur les sanctions à adopter contre le régime !

JPEG - 203.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le gouvernement a baissé le prix de ses pièces d’or de 25,000 tomans pour simuler que tout allait bien et a augmenté ses injections de fonds à la bourse, mais cette fois, les gens se sont mis à vendre, car les nouvelles étaient très mauvaises. L’indice boosté par l’injection de fonds, en début de la séance, s’est mis à baisser sous l’effet de refus du régime d’acheter les actions mises en vente !

PNG - 228.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés voyous ont convoqué le m-AE Zarif et le secrétaire du Conseil de Sécurité du régime (Shamkhani) pour une réunion à huis clos afin de savoir ce que le régime devait faire pour s’éviter de nouvelles sanctions avant que Pompeo parle.

Selon le témoignage du député, Zarif avait admis que toutes les grandes entreprises européennes étaient des multinationales et leurs actionnaires n’avaient aucune envie de continuer à investir sur le régime !

Selon le témoignage du même député, à l’issue de la rencontre qui a duré 3 heures, le gouvernement avait décidé de refuser de négocier sur sa diplomatie qualifiée de terrorisme ou sur les missiles du régime, mais avait conclu qu’il devait adhérer au Task force financière pour lutter contre le terrorisme (FATF ou GAFI) à condition d’une nouvelle définition du terrorisme. Le gouvernement avait prétendu que cette adhésion était sans risque pour ses serviteurs politiques ou financiers issus du terrorisme, car les mesures imposées par FATF étaient presque les mêmes que sa propre loi anti-blanchiment d’argent !

Mais il n’y avait pas lieu de confondre les deux choses, car la loi anti-blanchiment du régime a été votée par les dirigeants pour empêcher leurs collaborateurs haut-placés de fermer leurs comptes bancaires pour les fuir avec leur propre argent ou les sommes qui leur sont confiés dans le cadre de divers projets dont le terrorisme. Elle a été appliquée à de rares occasions en renvoyant les gens du régime devant les tribunaux du régime. Mais le FTAF n’est pas destiné à récupérer des fonds, mais à punir les dirigeants terroristes devant les tribunaux internationaux.

Les collaborateurs financiers du régime qui sont généralement issus de la filière terroriste et songent à trahir leurs chefs, prendre leur propre argent et fuir ont cru comprendre que le régime allait les juger selon ses règles avant de les livrer aux tribunaux internationaux pour se débarrasser d’eux tout en se débarrassant des accusations de terrorisme à son encontre !

C’est pourquoi la panique s’est intensifiée après le rapprochement entre les lois du régime et les exigences de FATF ! In fine, le régime a dû dépenser 3 fois plus que de mise normale soit 1176 milliards de tomans (ou 280 millions de dollars) pour les calmer et éviter que l’indice descende sous le niveau de la veille et sa chute engendre une plus grande panique ! Le Parlement a aussi fait un geste de plus en annulant une précédente mesure de diminution de prêts bancaires aux plus riches en les autorisant à nouveau au prétexte de privilégier la production iranienne à condition d’un permis accordé par une commission placée sous l’autorité du clergé !

Au cours de l’après-midi, le gouvernement a aussi reculé de sa position, ou du moins il l’a insinué, en affirmant que Zarif avait rencontré Cañete pour dire que le soutien purement verbal de l’Europe ne suffirait pas pour éviter le retour à l’enrichissement nucléaire !

JPEG - 133.4 ko
JPEG - 137.6 ko
JPEG - 191.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Alors que les mollahs et leurs collaborateurs vivaient une grosse crise, la contestation à leur encontre continuait notamment à Kazeroun. Ils ont fait circuler des rumeurs de la mort de 2 ou 3 manifestants à Kazeroun suite à des tirs de leurs snipers pour les faire fuir ! Une vidéo signée par Freedom Messenger (nom Youtube des faux opposants du régime) accompagnait la rumeur ! Celle-ci a galvanisé la colère du peuple sans qu’il ait la moindre preuve de l’existence de ces morts, sans que l’on voie les gens de leur famille ! Les habitants sont décidés de continuer pour venger les gens morts pour leur pays ! Certains ont alors annoncé que le peuple devait attaquer et prendre la préfecture de la ville et de la région !

MPEG4 - 2.1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont encore augmenté les rumeurs de tirs de snipers pour démobiliser les gens et en parallèle, les députés du régime ont alors pleuré les morts virtuels de Kazeroun et ont promis la création d’une commission de vérité pour diviser les gens et empêcher la chute de Kazeroun qui pouvait révéler que le régime n’avait plus le soutien des forces spéciales des Pasdaran ! Les députés voyous ont aussi annoncé la livraison rapide des logements promis aux victimes du tremblement de terre de Kermânshah dans la région du Kurdistan pour apaiser les Kurdes et éviter qu’ils songent aussi à attaquer leur préfecture !

Dans notre émission vers l’Iran, nous avons signalé que le régime mentait souvent, car il ne devait même pas être dans une telle crise puisque de centaines de membres des forces spéciales étaient présentes dans la base Seyd Ghanbar Torabi que englobe le centrte formation n°7 des Pasdaran (markaz amouzeshi 07) à Kazeroun. Nous avons aussi encouragé les gens à continuer à attaquer le régime et les attaques ont perduré !

JPEG - 38.9 ko
PNG - 152.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont terminé cette journée pleine de problèmes (provoqués par leur faute) en affirmant qu’ils avaient eu une belle mobilisation en leur faveur à l’occasion du dîner de ramadan organisé par Rohani. Ils ont dit qu’il avait revigoré les gens présents en affirmant que les États-Unis avaient souvent cherché à briser le régime sans y parvenir ! Mais nous n’avons pas pu trouver les images de cette mobilisation alors que la mobilisation restait forte à Kazeroun !

Lundi 21 mai 2018 (31 Ordibehesht 1397), les mollahs avaient vécu une mauvaise journée pleine de crises et de tensions en raison de leur envie de trahir leurs serviteurs et faire peur aux manifestants de Kazeroun ! À présent, leur situation pouvait s’aggraver grâce à l’envie des gens d’attaquer la préfecture de la ville et aussi en raison du discours de Pompeo sur les projets de sanctions américaines ou internationales à l’encontre de leur régime !

Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, annonçait le soutien du directeur d’un think tank français qui avait plaidé pour l’indépendance diplomatique des Européens ! Mais le journal ne donnait pas le nom de son ami français ! Après les rumeurs des miliciens féroces pour intimider les gens opposés au régime, le régime faisant état d’un ami secret pour apaiser ses collaborateurs paniqués ! On pouvait douter de son succès !

JPEG - 178.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, affirmait que le régime n’avait pas perdu de marché pétrolier depuis le retrait de Trump ! Le régime mentait encore pour insinuer que les Européens avaient reconduit leurs contrats dans l’espoir que ses autres clients en fassent autant !

PNG - 901.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, avait dressé la liste de tous les problèmes économiques du régime pour neutraliser toutes sortes de propagandes des mollahs et donner plus de noirceur aux menaces à venir de la part de Pompeo !

JPEG - 173.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, avait aussi cherché à paniquer les amis du régime en signalant que la veille Zarif lui-même avait reconnu le caractère multinational des entreprises européennes et la présence des actionnaires américains avant d’affirmer que le régime était comparable à un homme qui agonisait !

JPEG - 147.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En résumé, tout allait de travers pour les mollahs. Les Européens ont alors répondu au soi-disant avertissement de Zarif affirmant encore qu’ils respectaient l’accord de Vienne sans signer de contrat avec les mollahs ou annoncer des mesures contre les États-Unis !

La contestation renforcée depuis la veille à la suite des rumeurs intimidantes des mollahs continuait à Kazeroun et l’exemple de la résistance dans cette ville avait renforcé l’espoir d’un changement de régime, car il y avait un appel à la grève générale des camionneurs pour paralyser les affaires des mollahs & associés, vider leurs magasins réservés à leurs amis et provoquer des pénuries propres à retourner ces derniers contre le régime ! Tous les activistes étaient enthousiastes à l’idée de cette action !

Les mollahs incapables d’empêcher cette action ont décidé de désamorcer la bombe qu’était devenue la résistance de Kazeroun. Ils ont d’abord contredit notre révélation sur la rupture des forces spéciales en montrant des images pour affirmer qu’il y avait des membres de forces spéciales dans cette ville. Puis ils ont annoncé leur départ de la ville sous la pression du peuple et mis en scène des images avec quelques petites 4X4 pour donner une victoire au peuple pour désenfler la mobilisation à leur encontre !

MPEG4 - 7.6 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Il est important de noter que les gens qui applaudissaient ce départ ne réclamaient pas que les snipers leur soient livrés ! Il est aussi vrai que personne n’a demandé cela du côté des habitants, car tout le monde croyait à ces morts sans avoir la moindre idée de l’identité des mollahs, sans que l’on voie des membres de leur famille !

Le régime a aussi continué le plan pour apaiser les habitants et effacer cette rumeur qui l’avait desservi.

Divers responsables du régime ont pris la parole pour défendre les gens ! Le gouvernement a promis de punir des responsables impopulaires de la ville y compris le mollah chargé de la prière de vendredi ! Le régime a ainsi décrété que le peuple avait gagné et a perturbé le projet de la prise de la préfecture de la ville, mais il n’a pas pour autant pu empêcher de nouveaux rassemblements dans la ville en solidarité avec les familles des gens tués par le régime !

PNG - 181.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais personne ne réclamait cependant la tête des tueurs, car ces derniers n’existaient pas ! Les mollahs ont aussi regretté leur rumeur de répression et ces morts qu’ils avaient inventées, car les habitants y croyaient. Les mollahs ont continué à taper sur leurs collaborateurs, les sacrifiant à la place de leurs tueurs virtuels, pour apaiser les locaux sans réussir à les amener à rentrer chez eux !

Les mollahs ont alors eu peur que Pompeo annonce des sanctions conçues pour les déstabiliser davantage. Ils ont montré qu’ils avaient peur de sanctions pour leur terrorisme actuel à savoir leur soutien à Daesh, car ils ont affirmé qu’ils n’avaient jamais aidé les Talibans (alliés actuels de Daesh) et qu’ils compétaient d’adhérer très vite à toutes les conventions de lutte contre le financement de terrorisme (actuellement Daesh) !

Les députés voyous paniqués par la tournure des événements ont adopté une position un peu critique pour se rapprocher des miliciens de base qui ont commencé la lutte contre le régime à la suite du détournement de leurs avoirs via par les mollahs via leurs organismes de crédit. Ils ont aussi évoqué des mesures contre les agents bi-nationaux des mollahs qui doivent les aider à quitter le pays pour que ces derniers ne les oublient pas ! Mais ils ont aussi lancé un appel vers de bi-nationaux expats en affirmant qu’ils les soutenaient !

Les miliciens de base qui sont arrivés à la conclusion que le régime est la source de tous les problèmes ont alors révélé via l’agence Fars que le gouvernement insistait sur l’adhésion au FATF, car lors de la récente rencontre de Zarif avec les EU3, ces derniers lui avaient demandé cette adhésion s’il ne voulait pas qu’ils adhèrent activement au plan de Trump et adoptent des sanctions contre le régime !

En sommes, les mollahs devaient renoncer à leur terrorisme et se mettre à la disposition des tribunaux internationaux pour éviter de finir devant ces tribunaux ! En clair, les Européens avaient exigé une condition irréalisable pour rappeler qu’ils allaient avoir la peau des mollahs pour les agiter et ces derniers semblaient sur le point de capituler, mais pouvaient sacrifier des pions pour minimiser leur rôle !

Pour résumer, la lutte contre le régime était en voie d’entrer dans une phase dangereuse, des pénuries fatales guettaient les mollahs ! Les Européens semblaient décidés à abattre les mollahs en aidant Trump de manière passive ou active et ce dernier allait exposer la liste de nouvelles sanctions pour accélérer la chute des mollahs !

La panique a évidemment était au rendez-vous à la bourse de Téhéran ! Il a aussi dû encore injecter plus de 1000 milliards de tomans à la bourse pour éviter que l’indice finisse en baisse ! Mais la panique a surtout poussé les gens à acheter des pièces d’or et la demande a été tellement forte que le gouvernement a dû augmenter son prix de 10% et le fixer 2,135,000 tomans !

PNG - 241.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En début de l’après-midi, Pompeo s’est exprimé. Il a déploré l’absence d’inspection dans les bases militaires du régime et l’a exigée. Il a déploré la poursuite du programme de missiles pour déstabiliser la région et a demandé le soutien des Européens pour sanctionner ce programme. Il a aussi épinglé le terrorisme maritime des mollahs et leurs attaques contre les navires commerciaux pour demander des sanctions contre leur marine. Il a enfin évoqué différents aspects du terrorisme du régime en révélant qu’il avait des documents qui montraient clairement que les récentes actions terroristes islamiques perpétuées en Europe étaient commanditées par les mollahs et demandé aux Européens de les sanctionner pour restaurer leur sécurité ! Il a aussi parlé des violations des droits de l’homme et a insisté sur la nécessité de sanctions pour y mettre fin et enfin a apporté le soutien absolu des États-Unis à la lutte des Iraniens pour accéder à la liberté ! En tout, le régime devait être soumis à de nombreuses sanctions ou agir selon 12 conditions (impossibles à accepter de sa part) pour ne pas être lourdement sanctionné.

JPEG - 426.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dirigeants européens n’ont pas annoncé leur soutien à Pompeo, mais en revanche, ils n’ont pas non plus rejeté ses accusations contre les mollahs y compris celle de leur terrorisme en Europe. Ils sont ainsi restés silencieusement dans leur soutien passif et la validation implicite des sanctions américaines contre les mollahs sans doute par peur de leur terrorisme européen (que nous avons déjà dénoncé) ou en raison de la perte des contrats en cours de leurs PME qui pouvaient entraîner des défaites électorales.

Les mollahs ont profité de l’absence de sanctions annoncées par Pompeo et du silence des Européens pour affirmer que Trump avait échoué dans les négociations préalables avec ces derniers et n’avait pas pu annoncer de sanctions et qu’il n’y en aurait pas ! Rohani a ajouté que le discours de Pompeo était le bluff et cet espion (en référence à son poste de directeur de la CIA) ne pouvait rien faire ! Zarif a complété cette propagande en affirmant que le silence des Européens montrait qu’ils étaient les amis du régime ! Les gouvernants du régime espéraient ainsi s’éviter une nouvelle panique et aussi démoraliser les opposants et empêcher le développement de la contre-révolution !

Mardi 22 mai 2018 (01 Khordad 1397), Pompeo avait parlé. Les Européens avaient implicitement validé les sanctions à venir sans saluer Pompeo. Les mollahs avaient profité de ce silence pour annoncer leur victoire et calmer la contestation de leur autorité par leurs collaborateurs et par les Iraniens et ainsi neutraliser la grève annoncée par les camionneurs iraniens ! Mais les mollahs ont eu la désagréable surprise de découvrir que les habitants de Kazeroun allaient organiser des enterrements pour les martyrs qui n’existaient pas ! La grève des camionneurs avait aussi commencé dans 76 villes et 25 régions sur 30 et la contestation était trop forte pour se désagréger en l’absence du soutien des Européens à Trump ou la soi-disant impuissance de ce dernier !

JPEG - 56.5 ko
JPEG - 50.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La grève a gagné en importance, car les médias du régime comme IRAN et Tehran Times étaient focalisés sur la victoire qu’il s’était attribué pour empêcher la propagation de ses problèmes !

JPEG - 174.5 ko
PNG - 709.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, s’était moqué du gouvernement, car pour relever le niveau du PNB et prétendre avoir résisté aux sanctions américaines, il avait proposé d’augmenter le nombre de petits revenus par le développement des emplois de services à la personne !

JPEG - 138.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, avait publié une longue analyse des déclarations Pompeo et des réactions suscitées pour montrer que le régime était malgré sa désinformation et sa propagande dans une situation peu enviable !

JPEG - 184.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés voyous ont hésité à défendre les mollahs. Ils ont fait un pas vers les bi-nationaux expats en déplorant le fait qu’ils n’étaient plus autorisés à ouvrir ses comptes à l’étranger ! Ils ont aussi refusé l’adhésion au FATF par peur que les mollahs-terroristes acculés les sacrifient pour se débarrasser d’eux et des accusations à leur propre encontre ! Ils se sont aussi rapprochés des agriculteurs en lutte contre le régime en révélant que leur perte au cours des 1é derniers mois s’élevait à 11,000 milliards de tomans et les éleveurs iraniens avait aussi perdu 8000 milliards de tomans dans la même période, soient respectivement 3,5 et 2,5 milliards de dollars et en promettant de leur obtenir des compensations du même ordre !

Le gouvernement a dit pareil pour éviter que les agriculteurs décident aussi de le sanctionner en s’attaquant comme au cours de l’année dernière à leurs infrastructures de distribution d’eau de Varazghan afin de provoquer une pénurie d’eau plus importante pour pénaliser leurs riches amis du régime et engendrer plus de panique parmi eux !

Le gouvernement a annoncé une baisse du prix de sa pièce d’or puis l’arrêt de sa vente à midi et a pu ainsi focaliser les demandes sur ce produit et éloigner les paniqués de la bourse afin de les empêcher de provoquer la chute de l’indice. Il a vite monté l’indice de 50 points en injectant très peu de fonds à la bourse (250 milliards de tomans), mais l’indice en raison des offres de ventes et son refus d’achat. Cependant, en raison d’une faible affluence à la bourse, il a évité de finir avec un indice en baisse. Enfin, le gouvernement a fini ses manips en présentant le petit volume de transactions comme la preuve que les gens n’étaient pas paniqués, car Trump n’avait pas pu sanctionner le régime !

PNG - 309.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En début de l’après-midi, les médias opposés au régime ont annoncé que la grève avait gagné d’autres villes et les camionneurs allaient vite atteindre leur objectif et parvenir à une grève générale pour paralyser le régime !

Les députés voyous ont enquiquiné Rohani en l’accusant d’avoir trahi le régime en menant des négociations secrètes avec Paul Durov, le patron de Telegram ! Mais le ministère de l’Intérieur a neutralisé l’attaque en affirmant que le clergé avait autorisé ces négociations.

Un peu plus tard, par l’intermédiaire du directeur de leur Conseil de sécurité, les mollahs ont repris leur propagande en insinuant mener le jeu de pression contre les Européens en affirmant qu’ils refuseraient de négocier à nouveau (de leur adresser la parole) avec l’Europe si elle refusait de coopérer avec eux !

Ils ont encore évoqué des soutiens populaires forts en annonçant que Rohani avait rencontré les étudiants, les femmes et les champions sportifs iraniens à l’occasion de son Eftar ! Rohani a dit qu’avec de tels soutiens il n’aurait jamais peur des gens comme Bolton ou Pompeo !

Mais il s’agissait encore d’un bluff, car au départ il devait recevoir les champions iraniens et en raison de leur faible participation, il avait dû remplir la salle prévue pour l’événement avec tout ce qu’il avait pu trouver au sein du régime et des clans au pouvoir. De plus, une bonne partie des gens qui avaient accepté de s’assoir et l’écouter étaient absents lors de la prière avant le dîner du ramadan et on n’a vu aucune image de ce dîner !

JPEG - 143.4 ko
JPEG - 69 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On a supposé qu’ils avaient refusé de prier derrière lui et partage son repas, car ils n’avaient pas envie d’être identifié comme des amis du régime et par leur boycott ils avaient annulé l’Eftar de Rohani et permis à l’opposition au régime d’avoir eu le premier mot et le dernier mot après le soutien affiché par Washington à la lutte contre le régime !

Mercredi 23 mai 2018 (02 Khordad 1397), on avait des nouvelles réjouissantes de la grève des camionneurs : depuis la veille, plus de 99% des camionneurs de toutes les régions du pays étaient en grève, ce qui signifiait que les transporteurs engagés par la milice avaient cessé de travailler ! De plus, les conducteurs de taxis de plusieurs villes avaient rejoint le mouvement par solidarité !

JPEG - 53 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais les mollahs faisaient de la résistance en continuant à proclamer leur victoire sur Pompeo ! Ils niaient l’existence de la journée après les déclarations de ce dernier ! Ils faisaient de la mauvaise désinformation après de très mauvaises informations !

JPEG - 177.7 ko
PNG - 711.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, annonçait qu’il y avait une forte hausse de prix pour signaler que tout le monde était conscient des risques de pénuries en raison de la validation implicite des sanctions américaines par les Européens et d’une grève interminable des camionneurs !

JPEG - 173.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, avait publié un long article sur les 17 mensonges de Pompeo pour exposer les 17 accusations qu’il avait formulées contre le régime pour persuader les contestataires qu’ils pouvaient pleinement compter sur Pompeo et Trump !

JPEG - 242.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Européens ont alors encore évoqué leur attachement à l’accord de Vienne sans accorder la moindre garantie économique aux mollahs pour résister aux sanctions américaines qui devaient cibler toutes leurs activités.

L’Assemblée cléricale des Experts, le Sénat du régime, a fait savoir que l’absence de garantie de la part des Européens n’était pas acceptable ! Mais elle n’a pas décrété de riposte par l’intensification du terrorisme ou la mise en avant des missiles du régime. C’est pourquoi nous avons conclu qu’il s’agissait d’une pose pour rassurer les paniqués du régime ! On a aussi supposé que le régime n’avait plus la capacité de mettre au point des actions terroristes en raison de la perte de ses infrastructures de conception d’attentats basées en Syrie et qu’il n’avait plus le moyen d’utiliser ses missiles, car ils lui ont été fournis par la Corée du Nord qui les a peut-être désactivés électroniquement à distance dans le cadre de son rapprochement avec les États-Unis.

Nos soupçons sur la fragilité du régime ont été renforcés quand le général Baqeri des Pasdaran qui est à la tête du QG de cette milice s’est rendu au Parlement pour célébrer 24 heures en avance par un discours la libération de Khorram-Shahr par la milice après son occupation par les troupes irakiennes et a dit que la milice avait libérée la ville et l’aimait, mais n’était pas responsable de ce qui y était arrivé par la suite c’est-à-dire la misère absolue qui y règne en raison l’absence de toute reconstruction par les mollahs depuis le départ des envahisseurs irakiens !

JPEG - 95.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Pour nous, la milice avait peur que les habitants de cette région hostile au régime et voisine de Kazeroun reprennent leur contestation dans 24 heures au moment de la commémoration de la libération de leur ville.

Le gouvernement conscient des risques a annoncé l’ouverture d’une nouvelle phase de prévente de pièces d’or livrables dans 2 mois à un prix plus bas qui n’a pas été communiqué à la presse et a pu attirer encore les paniqués hors de la bourse et sauver l’indice boursier qui est vu comme l’indice de viabilité du régime. Mais les paniqués ont aussi acheté beaucoup de dollars sur le marché noir (à nouveau toléré par le régime) et le taux non officiel qui était tombé légèrement en dessous de 6000 tomans a dépassé ce niveau pour aller vers 6300-6500 tomans. Enfin, il y a eu aussi plus de mise en vente d’actions à la bourse et in fine, le gouvernement a déboursé 402 milliards de tomans soit 47% plus que la veille pour finir mieux la semaine avec un indice en hausse pour nier la panique de ses proches.

PNG - 253.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani et ses ministres qui étaient alors réunis pour le conseil des ministres affichaient des mines moroses ! Mais ils ont continué leur désinformation en affirmant que tout allait bien sur le plan économique, qu’ils allaient faire plier l’Europe et n’accepteraient aucune précondition pour bénéficier de son soutien en adhérant au FATF ou en limitant leurs programmes de missiles ! On avait un amas de bluffs et aussi une gaffe énorme, car ils avaient avoué que les Européens leur avaient imposé des préconditions pour ne pas rejoindre pleinement Trump !

JPEG - 144 ko
JPEG - 81.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ce maintien de la propagande alors que le régime était confronté à une grève sérieuse des transporteurs et une panique interne grandissante était une pure folie ! Les députés voyous ont alors dénoncé la livraison inhabituelle de centaines de lettres de crédit par la banque centrale du régime pour un montant global de 10 milliards de dollars et ont affirmé que les dirigeants simulaient la résistance, mais songeaient à fuir et s’étaient ainsi donné les moyens de vider davantage les caisses du régime pour y parvenir !

Le commandant en chef des Pasdaran a alors nié cette possibilité en affirmant que le régime allait tenir debout et vaincre ses ennemis grâce à l’esprit de résistance des Bassidjis (volontaires islamistes) qui avait été décisif pour la libération de Khorram-Shahr, esprit qui avait permis la création des cellules de résistance islamiste qui en ce moment tenaient tête aux sionistes en moment en Palestine. Il disait ainsi avoir des partisans très actifs en Iran et aussi une bonne capacité de nuisance hors Iran au Moyen-Orient attribuant au régime la paternité de l’action du Hamas contre Israël !

Mais pour nous, il s’agissait encore d’un bluff, car la milice n’avait pas annoncé de rassemblement pour la libération de Khorram-Shahr ce qui signifiait qu’il n’avait pas de partisans populaires en Iran. Par ailleurs, il n’avait pas créé le Hamas. Cet organisme a été créé par les Frères musulmans associés historiques des mollahs qui avaient peur d’être dépassés par eux. Le Hamas a ainsi été dans le même camp que le régime sans être à son service. Le Hamas a souvent aidé les mollahs et leur Hezbollah avant de se fâcher quand il a été entraîné dans une guerre très destructrice contre Israël sans recevoir aucune compensation de la part des mollahs ! Le Hezbollah a aussi été dans le même cas a finalement rompu avec les mollahs pour les mêmes raisons en s’approchant des Saoudiens. Dernièrement, le Hamas a fait la même démarche malgré le conflit entre les Frères musulmans et les Saoudiens. Il a alors cessé d’être un allié du régime et s’est retrouvé face à ses troupes en Syrie. Le Hamas a été plus récemment courtisé par les mollahs, mais il n’a pas répondu à leurs appels. Ils ont alors provoqué l’actuel conflit du Gaza pour l’entraîner dans une guerre contre Israël pour empêcher le rapprochement israélo-saoudien et le Hamas ne peut arrêter cette guerre par peur de perdre la face et de fait, ses partisans.

C’est pourquoi on ne peut vraiment pas le considérer comme l’allié des mollahs et on peut même le considérer comme son ennemi. Les annonces du chef des Pasdaran étaient donc de pures affabulations pour insinuer que le régime avait encore de belles capacités afin qu’il rassure ses derniers partisans ou ses chefs aient le temps de préparer leur fuite sans être perturbés ou freiner par la panique et l’opposition de leurs collaborateurs paniqués !

Après ce bluff sur les capacités de nuisance du régime, le clergé a annoncé un grand rassemblement de tous les responsables autour du Guide pour donner 7 jours à l’Europe d’accepter 7 conditions garantissant la survie économique, diplomatique et politique du régime. L’Europe devait rejeter toutes les accusations de Pompeo et toutes ses demandes de sanctions, reconnaître aux mollahs le droit de mener des actions terroristes au nom de la résistance à l’oppression, reconnaître le droit de disposer de tous les missiles qu’ils voudront et enfin s’opposer à Israël et à l’Arabie Saoudite si elle ne voulait pas qu’ils engendrent une guerre régionale ou une course à la prolifération atomique au Moyen-Orient !

JPEG - 182 ko
JPEG - 151.1 ko
JPEG - 79.8 ko
JPEG - 114.1 ko
JPEG - 148.6 ko
JPEG - 89 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les visages des participants étaient bien graves, car chacun savait que le régime n’avait pas la capacité de mettre à exécution ses menaces et qu’il tentait le tout pour le tout par désespoir face aux hostilités grandissantes contre le régime hors Iran et surtout en Iran ! Sa seule issue était une escalade verbale, mais in fine, il devait capituler si la menace devenait trop importante.

JPEG - 142.1 ko
JPEG - 94.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’Europe n’a pas réagi à la menace. Washington n’a également pas répondu pour priver les mollahs de l’escalade verbale qu’ils souhaitaient. Les mollahs devaient nécessairement surenchérir, mais on n’a rien vu venir. On a compris qu’ils devaient être très en difficulté pour ne même pas oser surenchérir après une première menace !

Jeudi 24 mai 2018 (03 Khordad 1397), la grève des camionneurs allait enter dans sa troisième journée et il y avait de nombreux témoignages par vidéos faisant état de la volonté des camionneurs de continuer autant que possible ce mouvement pour déstabiliser les mollahs ! Le régime devait aussi s’intéresser à Khorram-Shahr qu’il a toujours méprisée.

MPEG4 - 2.3 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens avait zappé Khorram-Shahr et insistait sur les 7 conditions du régime pour rassurer ses collaborateurs agités et les empêcher d’aggraver la situation par leur panique !

JPEG - 212.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, insistait aussi sur cet avertissement avorté et la demande du Guide de faire preuve de moins de flexibilité vis-à-vis des Européens pour provoquer la panique internationale que ce discours n’avait pu obtenir la veille !

PNG - 921.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, annonçait le retour des cambistes comme la preuve de la flexibilité des mollahs face à la panique interne. Le journal signalait aussi une certaine flexibilité malgré le discours de la veille, car les mollahs avaient encore débattu à propos de leur adhésion au FATF pour calmer le jeu ! Abrar affirmait donc que le régime simulait la force pour duper ses serviteurs et n’avait aucun espoir de faire plier ses adversaires étrangers.

JPEG - 168.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, avait analysé les 7 conditions du régime pour rappeler les conditions de Pompeo et insister sur la défaire prochaine du régime !

JPEG - 247.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs attendaient alors une réponse à leurs 7 conditions et leur slogan d’inflexibilité ! Ils en avaient besoin pour rassurer les leurs ! Mais ils n’ont eu aucun retour. Ils ont cessé de s’occuper de l’accord de Vienne pour évacuer leur avertissement qui avait encore avorté !

Les mollahs et les chefs Pasdaran devaient alors surenchérir en mobilisant des partisans qu’ils avaient prétendu avoir, mais on n’a entendu parler d’aucun rassemblement à l’occasion de la journée de libération de Khorram-Shahr ! Tout le monde s’est tu au sein du régime.

Le malaise s’est intensifié quand les mollahs et les chefs Pasdaran ont vu Merkel en Chine et ont constaté que les Chinois étaient sur la même longueur d’onde que les Allemands et entendaient jouer les prolongations pour les voir épuiser sous les attaques américaines !

JPEG - 74 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Peu après, les mollahs & associés ont constaté la même communion entre Macron et Poutine à Moscou ! Les deux hommes ont dit qu’ils pouvaient attendre la fin de l’accord de Vienne avant d’envisager un nouvel accord si la totalité des aspects dangereux du régime si dès maintenant les mollahs acceptaient de négocier à ces sujets.

JPEG - 37.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’offre était loin d’être sympathique, car on ne tenait pas compte des exigences et conditions évoquées la veille. De plus pour accepter de négocier, les mollahs et associés devaient admettre le caractère inacceptable de leur conduite internationale et allaient ainsi donner raison aux Américains et valider leurs sanctions !

Ils ont conclu que Macron et Poutine cherchaient à les piéger ! Ils devaient alors subir les sanctions ou renoncer à leur terrorisme, adhérer sans réserve aux FATF, accepter toutes les inspections sans aucune compensation que la levée hypothétique des sanctions adoptées entretemps qui pouvaient rester pendant un certain temps avant que leur changement puisse être vérifié et validé. Les mollahs ont conclu que Macron et Poutine continuaient à faire le jeu de Trump et cherchaient à les désarmer pour mieux les dézinguer !

Ils ont rejeté l’offre en annonçant un rassemblement de commandants militaires sur le tombeau de Khomeiny à l’occasion de cette libération pour insinuer qu’ils avaient des capacités de résister ou commander des actions. Mais il y avait teès peu de militaires à ce rassemblement et on a compris qu’ils bluffaient encore !

JPEG - 267.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En début de l’après-midi, l’AIEA a publié un nouveau rapport sur l’application de l’accord de Vienne par les mollahs en annonçant qu’ils avaient appliqué leurs engagements, mais que le rapport devait être étudié le 7 juin par le conseil des gouverneurs de cet organisme. Immédiatement, les Israéliens (qui ne font pas partie du TNP et ne peuvent pas participer aux réunions de l’AIEA) ont insisté sur une étude très sérieuse des engagements des mollahs en affirmant que ces derniers avaient récemment testé deux nouveaux missiles et avaient ainsi violé la résolution 2231 di conseil de sécurité qui valide l’accord de Vienne. Personne n’a défendu les mollahs ! Ces derniers ont conclu qu’il s’agissait d’un plan pour les exposer à de nouvelles sanctions onusiennes et ont gardé le silence pour éviter une escalade contraire à leurs intérêts.

PDF - 78.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Washington a alors annoncé des sanctions contre les compagnies aériennes des mollahs pour avoir transporté en cachette des armes pour les groupes terroristes qu’ils financent. La compagnie chargée des déplacements officiels des dirigeants du régime s’y trouvait et allait compromettre les sorties de Rohani et Zarif ! Encore une fois, personne n’a volé au secours des mollahs !

Ils ont continué leur propagande en annonçant un Eftar de Rohani avec les dévoués du régime pour prétendre qu’ils avaient les moyens de résister et ainsi rassurer leurs compagnons paniqués ! Mais encore une fois, on n’a pas vu d’images et on a douté que le régime puisse avoir encore des soutiens dévoués !

Deux nouvelles ont alors terrorisé les mollahs et les chefs Pasdaran. Le chef milicien Allah-Karam, commandant des agents en civil du régime qui sont chargés de tuer les ennemis du régime ou de disperser les manifestations, a été agressé sur une voie rapide de Téhéran alors qu’il se rendait à un rassemblement de dévoués (de son genre) pour la célébration de libération de Khorram-Shahr. L’agression ne pouvait réussir sans la complicité de ces hommes et sans la complicité passive des policiers qui surveillent la ville via les caméras urbaines. Cette agression était un message de la 5e colonne des miliciens opposés au régime, un message pour dire que les mollahs et les chefs Pasdaran n’avaient aucun allié au sein de la police et étaient potentiellement menacés à tout moment !

JPEG - 62.3 ko
PNG - 255.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après ce message indirect, les mollahs ont tous été agressés, car des hackers ont pris le contrôle des écrans d’informations de l’aéroport de Mashad pour appeler l’ensemble des Iraniens à se redresser après des décennies de soumission et de soulever ensemble contre le régime islamique pour le renverser !

JPEG - 37.4 ko
JPEG - 39.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ce message est resté longtemps sur les écrans sans qu’ils soient éteints ou occultés par des dévoués au régime et en attendant la manifestation demandée par le message on a compris qu’à Mashad où il y a 1000 mosquées, le régime n’a même pas 1 dévoué !

Vendredi 25 mai 2018 (04 Khordad 1397), il y avait encore des manifestations à Kazeroun, le mouvement était dans son 9e jour. Les camionneurs entraient dans le 4e jour de leur manifestation contre le régime ! Les mollahs devaient analyser la situation lors de leur sermon de vendredi avant d’indiquer une feuille de route pour la semaine à venir !

JPEG - 64.1 ko
MPEG4 - 1.1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Certains députés ont pris la parole pour dire qu’il ne servait à rien de continuer à compter sur l’Europe, car ses dirigeants avaient choisi Trump et ses entreprises allaient privilégier leurs intérêts économiques et non les engagements diplomatiques qui n’étaient même plus d’actualité.

Mais le ministère des AE du régime a insisté sur l’offre à 7 conditions présentées par le Guide en exigeant une réponse des Européens avant le 1er juin 2018 !

Dans le sermon qui devait suivre, les mollahs ont zappé l’avertissement reçu en début de la semaine par les Européens via Miguel Arias Cañete. Ils ont aussi occulté les accusations de terrorisme formulées par Pompeo et validées par les autres puissances. Les mollahs ont aussi zappé la communion de ces puissances pour les piéger. Ils ont aussi zappé la panique interne à ce moment. Ils ont aussi zappé l’instabilité de leurs collaborateurs dont le commandant Baqeri et le manque de participants à leurs Eftars ! Ils ont enfin zappé les actions populaires hostiles à leur encontre comme la grève des camionneurs ou l’agression de leur cerbère Allah Karam !

Ils ont aussi oublié leur propre ultimatum qui avait déjà échoué et qu’ils ne pouvaient pas compléter en mettant à exécution leurs menaces. Ils ont changé de sujet en affirmant que l’ennemi américain n’avait pas peur des missiles du régime, mais de la foi islamique du peuple iranien qui allait défendre le régime !

Ils ont aussi insisté sur l’attachement du Guide à l’article 44 de la constitution relative à la privatisation des entreprises publiques, se disant prêts à vendre à bas prix les prospères entreprises qu’ils avaient confisquées au moment de la révolution dans l’espoir d’acheter le soutien de leurs compagnons paniqués.

JPEG - 247.4 ko
JPEG - 130.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ces offres n’ont pas été suivies de messages de soutien au régime, car les mollahs avaient occulté les très nombreuses menaces contre leur régime tout en cherchant à acheter des soutiens avec des biens qui ne leur appartenaient pas et ne pourraient pas profiter à leurs propriétaires !

Les miliciens dissidents de l’agence Fars ont profité de ce passage à vide des derniers compagnons du régime pour interviewer un économiste et parler la pauvreté générale afin d’encourager les ruptures avec le régime ! Certains parlementaires ont pris la partie des camionneurs sans aller à leur rencontre, ce qui voulait dire qu’ils voulaient se faire bien voir sans perdre la possibilité d’un arrangement avec le clergé ! Les grévistes se sont gardés de faire appel à eux et ont ainsi démontré qu’ils n’avaient pas confiance en eux ou même envie de s’entendre avec les mollahs-terroristes et leurs collaborateurs-menteurs.

Un camionneur faisant partie de la milice a alors publié un témoignage audio pour révéler que la direction de la milice avait demandé à ses transporteurs d’infiltrer la grève pour démoraliser les grévistes en leur disant qu’ils allaient pénaliser leur famille et aussi en leur disant qu’ils pouvaient être secrètement punis par les miliciens dévoués au régime ! Le témoin a ajouté que les mollahs et les Chefs Pasdaran n’avaient nullement cette capacité c’est pourquoi ils cherchaient à intimider les grévistes. Le témoin ajoutait que les grévistes devaient continuer...

Matroska Video - 4 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Le régime devait s’attendre à une nouvelle semaine désastreuse avec la poursuite de la grève des transporteurs et peut-être d’autres mouvements de ce genre. La situation pouvait aussi se dégrader en raison de la panique grandissante des derniers compagnons du régime à l’approche de la date butoir de l’ultimatum des mollahs aux Européens.

-Semaine 537 :---
-Désespoir, désinformation et désastres ! -

Samedi 26 mai 2018 (05 Khordad 1397), les médias d’opposition ont signalé que les camionneurs entraient dans leur 5e journée de grève générale et les Bazaris de plusieurs villes dont Téhéran dans leur 8e journée de grève. Il y avait de nombreuses occupations d’usines et des manifestations de miliciens qui ont tout perdu dans les organismes de crédit du régime !

MPEG4 - 3.2 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, n’en parlait pas et annonçait que tout allait bien, car l’AIEA avait fait état de sa confiance vis-à-vis du régime ! Le gouvernement des mollahs espérait rassurer les compagnons de leur régime en insinuant encore qu’il pouvait obtenir des soutiens étrangers notamment européens ou du moins éviter ou les sanctions énoncées ces jours-ci !

JPEG - 175 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, n’évoquait pas les problèmes et insistait sur la force de la résistance à Gaza, insistant sur sa capacité de nuisance pour intimider les Européens et les forcer à reculer.

PNG - 563 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, annonçait déjà un important déficit budgétaire, déplorait le manque de gestion du prix du dollar et révélait une forte demande de devises qui avait forcé le régime à renoncer à son prix fixe et à le dépasser !

JPEG - 167.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, insistait malicieusement sur la fin du délai de 7 jours accordé par le régime aux Européens pour forcer les mollahs à demeurer dans la provocation et s’attirer des problèmes ou d’avouer leur erreur, reculer et de fait perdre leurs derniers alliés.

JPEG - 235.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le gouvernement a gardé le silence, car il n’avait aucun succès. Pour éviter la panique, il a opté pour une énorme injection de fonds (700 milliards de tomans) et a baissé le prix de la pièce d’or du régime de 115,000 tomans pour les paniqués pour les apaiser en leur permettant d’acheter de l’or et s’éviter une nouvelle chute de l’indice sous l’effet des offres de vente avortées.

En parallèle, son ministre des AE et le secrétaire du Conseil de sécurité du régime sont allés au Parlement pour étudier avec les députés voyous la pertinence de l’adhésion du régime au FATF et faire preuve d’un peu de flexibilité après l’échec évident de leur inflexibilité menaçante ! L’indice boursier n’a pas alors chuté  : les mollahs ont compris qu’ils avaient vu juste et leurs compagnons approuvaient leur initiative.

L’après-midi, au prétexte du ramadan, les mollahs sont restés passifs et silencieux. Ils ont ainsi aussi ralenti le rythme politique pour éviter les polémiques dangereuses. Enfin, Rohani a rencontré divers responsables et a parlé de la nécessité de coopération dans l’intérêt du régime. Il a aussi parlé du soutien des jeunes musulmans iraniens pour inventer une force de frappe au régime, mais on n’a guère vu ces jeunes dont il parlait.

Dimanche 27 mai 2018 (06 Khordad 1397), Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, annonçait un arrangement économiquement diplomatique avec les Européens pour rassurer les gens du régime que sa souplesse avait payé !

JPEG - 194 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, annonçait qu’il espérait un arrangement économique avec les Européens pour inciter ces derniers à choisir le régime avant la fin de la semaine ! On a compris que les mollahs n’avaient pas l’arrangement annoncé et qu’ils avaient en fait menti, car ils ne voulaient pas encore payer les paniqués et leur donner les moyens d’acheter à prix sacrifié leurs dollars ou leurs pièces d’or !

PNG - 620.7 ko
PNG - 821 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, avait mis la pression aux gens que le régime voulait rassurer en leur rappelant que le gouvernement avait éliminé toute possibilité pour eux de sortir leurs dollars du pays au prétexte d’acheter des produits à l’étranger avec ou sans la complicité d’une société étrangère ou établie à l’étranger, car désormais il proposait de virer les sommes nécessaires vers les vendeurs désignés à condition d’être livré !

JPEG - 160.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, signalait que les sanctions pétrolières imposées au régime bénéficiaient à tous les pays producteurs de pétrole en particulier la Russie et de fait le régime ne pouvait compter sur aucune solidarité de cette dernière ! Elle devait même aider Trump à sanctionner le régime !

JPEG - 178.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il y avait aussi une mauvaise nouvelle étrangère : la Corée du Sud affirmait que les dirigeants de la Corée du Nord étaient pleinement en faveur d’un rapprochement avec Trump malgré son durcissement et le fait qu’il ait reporté la rencontre déjà prévue. Il s’agissait d’un succès de plus pour Trump et sa diplomatie agressive qui privaient ses adversaires ou concurrents de la possibilité de déplorer ces choix et l’empêcher de garder le leadership du monde pour son pays.

Au même moment, on a constaté que les camionneurs iraniens ont commencé leur 6e journée de grève. On a signalé aussi un grand rassemblement des instituteurs non titularisés et les agriculteurs dépourvus de sécurité sociale devant le Parlement du régime !

MPEG4 - 1.3 Mo
MPEG4 - 2.7 Mo
MPEG4 - 4.7 Mo
JPEG - 45.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin il y avait une foule importante pour l’enterrement de l’acteur Nasser Malak-Motiee connu pour ses rôles de héros populaire et protecteur avant la révolution. Il avait été interdit de jeu par les mollahs. Les gens criaient leur respect pour l’acteur et notamment l’un de ces rôles en affirmant que les mollahs ne seront jamais respectés. Les participants étaient des hommes d’une quarantaine d’années d’allure vigoureuse (des miliciens-forcément en guerre contre le régime).

MPEG4 - 3 Mo


© IRAN-RESIST.ORG

La mort d’un acteur issu du peuple qui avait réussi avant la révolution et avait été rejeté par les mollahs malgré son talent et sa popularité était un prétexte pour critiquer le régime et se rappeler encore les années d’épanouissement d’avant la révolution. Les participants étaient ceux qui avaient déclenché le soulèvement populaire de l’hiver dernier et le mouvement à Kazeroun. Enfin, la contestation avait cette fois lieu à Téhéran en pleine matinée sans que des policiers interviennent !

L’indice boursier a chuté de 100 points ! Le gouvernement a limité ses achats d’actions et a montré un peu le prix de ses pièces d’or (+33,000 tomans) pour limiter doublement ses pertes et a tenté de rassurer les gens en annonçant une rencontre à huis clos entre les parlementaires, le chef de la Banque centrale iranienne et le ministre de l’Économie pour savoir s’il fallait ou pas libérer à nouveau la vente du dollar.

En parallèle, le gouvernement a lancé un ultimatum à Total puis a annoncé le départ de Zarif dans la soirée avec une grande délégation commerciale en Inde pour faire mettre la pression à la direction française de Total et aussi pour rassurer les paniqués du régime !

La chute de l’indice est devenue moins faible. Les gens du régime espéraient un changement du côté des Français ou un meilleur accès au dollar.

En attendant d’annoncer leur verdict, les mollahs ont aussi montré l’envie d’apaisement avec le peuple en faisant état de grands projets sociaux et d’un plus grand nombre de logements complets avec eau et électricité pour la région de Kerman-shah récemment victime d’un gros tremblement de terre. Ces annonces n’ont pas apaisé les gens qui manifestaient à leur encontre et n’ont pas apaisé leurs paniqués.

In fine, le parlement a cessé ses travaux après près de 3h et a annoncé que les intervenants avaient décidé d’augmenter le nombre des prêts bancaires pour les fabricants de produits iraniens et former un comité d’attribution de prêts pour dépasser le refus des banques d’accorder ces prêts. Cela signifiait que le régime ne voulait pas accorder des prêts à tout le monde, mais d’obliger les paniqués à obtempérer dans l’espoir de bénéficier de ses largesses !

Ce choix n’a pas ravi les paniqués ! L’indice a chuté plus rapidement et a fini à -160 points.

PNG - 41.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Encore une fois, les mollahs ont encore opté pour le silence pour éviter toute polémique susceptible de mettre en évidence l’absence de réponse de l’Europe et de la multinationale Total à leur ultimatum !

Avant le départ de Zarif en Inde, son 1er adjoint, Araqchi a parlé à la télévision en menaçant les Européens de sortir de l’accord de Vienne et les priver de leur rôle en Iran et de fait dans le Moyen-Orient et aussi de se rapprocher des Indiens et leurs compagnies au lieu des firmes et des compagnies européennes.

Mais les Européens n’ont pas paniqué !

Les mollahs ont décidé de se donner un succès en réquisitionnant les conducteurs des bus des transports en commun de Téhéran pour casser la grève qui avait paralysé le régime et les mouvements routiers de leur milice. Mais en réponse, les conducteurs sollicités ont refusé et ont menacé de cesser de travailler et faire grève par solidarité pour les routiers.

Zarif, désespérés par l’échec de l’ultimatum aux Européens et la promesse de l’aggravation de la grève des routiers, a continué à rassurer les paniqués du régime dès son arrivée en annonçant qu’il allait évoquer avec son homologue la rupture illégale de l’accord par les États-Unis avant de proposer des contrats aux entreprises indiennes ! Son annonce faite pour éviter une nouvelle panique pouvait aussi dévoiler l’absence de soutien de l’Europe et aggraver la situation du régime !

JPEG - 84.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Lundi 28 mai 2018 (07 Khordad 1397), Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, faisait été du respect du régime pour l’acteur disparu et annonçait aussi une entente avec les routiers ! Les mollahs jouaient l’apaisement sur le plan intérieur !

JPEG - 190.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, insistait sur les manifestations anti-Macron en France pour insinuer la faiblesse de ses adversaires et insistait sur son intransigeance dire qu’il avait plus de chance que ses adversaires. Il s’agissait de trouver de discréditer la France et les Européens et encourager les autres pays de ne pas suivre ces derniers.

PNG - 703.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, évoquait la réunion de la veille au Parlement et la nouvelle règle pour soumettre les paniqués. Il s’agissait de les révolter et entretenir la demande de l’or et du dollar pour mettre en difficulté les mollahs !

JPEG - 184.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, insistait la mauvaise gestion économique des mollahs qui ne respectait pas le peuple et sur la mauvaise conduite des mollahs vis-à-vis de grands acteurs du passé. Il s’agissait d’entretenir le mécontentement du peuple et encourager la panique ou la contestation !

JPEG - 190.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les conducteurs de bus de Téhéran ont annoncé la fermeture de leur terminal et leur adhésion aux conducteurs de camions ridiculisant l’annonce gouvernementale de la fin de la grève ! En recoupant diverses informations, on a compris que le régime avait cherché à les forcer et avait provoqué leur rupture.

MPEG4 - 4.7 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les éleveurs de poulets ont manifesté dans différentes villes du pays en dénonçant la hausse du prix de grains par les entreprises proches du régime en particulier SEPID OSTOVAR ASIA (ex-propriété de Rafsandjani récupéré par ses collègues du clergé) qui les obligeaient à vendre leurs poulets à perte ! La manifestation a montré que les mollahs & associés n’hésitaient pas à dévaliser leurs partenaires sans prendre en considération l’impact de leur choix sur le pays !

MPEG4 - 2.8 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Dans ces conditions, le seul espoir du régime était de bonnes nouvelles en provenance de l’Inde. En raison du décalage horaire entre l’Inde et l’Iran, Zarif avait déjà rencontré son homologue indien. Avant l’ouverture de la bourse Téhéran. Les médias du régime ont annoncé triomphalement que le m-AE indien avait dit qu’il n’accepterait pas d’appliquer les sanctions américaines, mais uniquement les sanctions onusiennes ! Mais cela n’était pas un succès, car en l’absence de nouvelles sanctions de ce genre il n’avait pas défié Trump et n’avait évoqué aucun contrat avec les nombreux responsables des entreprises du régime qui accompagnaient Zarif ! Il était clairement sur la même longueur d’onde que les Européens !

Les Européens et les Chinois n’ont pas profité de l’absence de contrats indiens et ont seulement rappelé leur attachement à l’accord de Vienne. Ils ont ainsi insisté sur leur rôle dans la domination des méfaits du régime pour ne pas laisser Washington jouer au shérif et profiter des contrats en récompense.

En parallèle, le ministre israélien de la Défense a annoncé qu’il se rendrait mercredi à Moscou pour évoquer avec son homologue russe la demande de l’expulsion des agents du régime de la Syrie ! Les Russes qui espèrent ce départ pour renforcer leur propre rôle n’ont pas rejeté les débats à ce sujet.

Pour résumer, les mollahs espéraient un ou plusieurs succès en Inde pour rassurer les leurs alors que tout allait mal, mais ils avaient récolté en peu de temps 4 revers et la preuve qu’ils ne pourraient jamais espérer un allié pour résister aux sanctions à venir, car chacun avait intérêt à les malmener pour consolider sa place dans le monde !

Pour cacher ces échecs, ils ont choisi le silence. Étant donné qu’ils n’avaient eu aucun succès sur le plan international, ils ont annoncé un risque d’attentats par des Moudjahidines du peuple pour demander aux conducteurs du centre de pays de reprendre le travail et dégager les routes pour leur permettre de les sécuriser ! Mais les camionneurs se sont moqués de cette ruse et ont dit que cette ruse était la preuve de l’impuissance du régime à trouver des miliciens pour casser leur grève.

MPEG4 - 6.1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Leur seule réponse des mollahs a été de diminuer la vitesse de connexion internet pour empêcher la diffusion de ces déclarations et des nouvelles de leurs échecs internationaux ! Les députés qui étaient focalisés sur leurs élections internes pour la présidence du Parlement pour fuir la nécessité de prendre parti ! Ils ont ponctuellement interrompu cette opération pour aider les mollahs à mettre en scène une petite querelle avec Rohani afin d’alimenter les médias du régime et détourner les attentions des vrais problèmes du régime !

La baisse de la vitesse du net et la querelle simulée avec Rohani ont convaincu les paniqués du régime que leurs dirigeants avaient de grands problèmes après leurs échecs en Inde et l’adhésion des conducteurs de bus de Téhéran ! L’indice a chuté sous l’effet de hausse d’offre de vente et le refus du régime d’acheter. Les gens se sont rués vers l’or du régime. Le gouvernement a augmenté son prix de 47,000 tomans pour limiter ses pertes sans attiser davantage la panique !

Les mollahs ont annoncé le début de la rencontre prévue en ce jour entre le Guide et les étudiants représentant des associations islamiques du pays pour dire qu’ils avaient des troupes en réserves et lors de la rencontre, une fille nommée Sahar Mehrabi (responsable des publications universitaires du régime) s’est levée en se prêtant comme une étudiante et a sévèrement critiqué la situation économique du peuple. Elle a aussi demandé la fin de l’assignation à résidence des chefs de la fausse opposition interne, le Mouvement Vert, pour poser leur retour comme une solution pour le régime et pour barrer la route à l’opposition en exil qui profitait des dysfonctionnements du régime qui s’était éloigné de ses objectifs révolutionnaires islamiques !

JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 1 Mo
JPEG - 1.2 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Personne n’a demandé à cette porte-parole de la fausse opposition de se taire malgré son rejet sans cesse réaffirmé par le Guide ! Ce dernier a même écouté avec bienveillance et compréhension la demoiselle qui le critiquait. On a compris que les mollahs avaient accepté de recourir à leur fausse opposition, malgré le risque du dérapage comme en 2009. Ils étaient désespérés à l’idée de finir la semaine sur l’échec de leur super ultimatum et perdre leurs collaborateurs après cette preuve de leur impuissance. Ils espéraient retenir leurs gens avec le projet d’infiltrer la vraie opposition, recycler des alliés pour ralentir leur chute et atténuer ses effets.

Mais cette tentative n’a pas été un succès, car les principaux animateurs de la fausse opposition n’ont pas jugé le projet viable ou idéal et n’ont mis pas daigné participer à l’aventure ! Les acteurs et les réalisateurs qui sont au service du régime ont même conclu que le régime leur servait un réchauffé sans intérêt et ont puni les mollahs en boycottant l’Eftar offert par Rohani !

Le régime a bien sûr déprimé, mais il n’a pas protesté de peur que ce boycott de part de ses larbins ultras bien payés encourage d’autres qui sont moins payés d’en faire autant.

Le régime avait raté sa sortie indienne, avait perdu son espoir d’arrangement commercial avec les Européens, avait contribué au renforcement de ses opposants qui font grève pour l’anéantir et in fine, il n’avait pu rassurer et se garantir le soutien de ses collaborateurs avec son seul joker qu’est sa fausse opposition. Les mollahs étaient vaincus sur tous les plans et pouvaient s’attendre à une très rude journée et sans doute à des ruptures et d’autres boycotts au cours des semaines à venir !

Mardi 29 mai 2018 (08 Khordad 1397), à J-3 de la fin de l’ultimatum qui ne pouvait pas atteindre ses objectifs, Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, avait oublié tous les échecs qui avait conduit à ce constat et s’était focalisé sur le manque de poissons dans les filets de certains pêcheurs iraniens et présentait sa mesure de diminution de la vitesse de connexion à internet comme une conséquence d’utilisation des anti-filter pour accéder au réseau banni de Telegram ! Ce refus du régime d’évoquer ses échecs ne pouvait que convaincre ses collaborateurs qu’il était à bout de course !

JPEG - 175.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, avait oublié la tentative ratée de la relance de la fausse opposition et présentait le show de la veille comme un exercice de libre expression qui montrait l’existence d’une jeunesse brillante et un avenir brillant pour le régime ! Ce refus du régime d’évoquer l’échec de son alternative ne pouvait que convaincre ses interlocuteurs étrangers qu’il était à bout de course !

PNG - 727 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, annonçait que le régime craignait une baisse de ses réserves en dollar après ses échecs internationaux, Rohani avait évoquait une hausse du prix de dollar ! L’annonce était destinée à amplifier la demande du dollar avant qu’il ne soit inaccessible ou qu’il n’y en ait plus dans les caisses du régime !

JPEG - 148.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, évoquait le show de la veille en signalant que le Guide avait dit qu’il était au courant des grèves problèmes économiques et les graves injustices provoquées par le régime ! Le journal essayait de profiter de ce discours pour le sommer de punir les responsables de ces méfaits et ainsi augmenter le conflit avec ses collaborateurs et amplifier les envies de rupture !

JPEG - 201.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En résumé, les groupes dissidents essayaient de profiter des échecs du régime pour le déstabiliser.

Les camionneurs tenaient bon et étaient toujours en grève. Ils étaient à leur 8e journée de grève avec les conducteurs de bus à leur côté pour une 2nde journée. Les transports étaient arrêtés et l’incapacité du régime à les rétablir prouvait qu’il n’avait pas de miliciens ou des militaires prêts à l’aider ou prêts à empêcher la grève. Ses serviteurs de base se réjouissaient de cette grève susceptible de le faire chuter !

Les retraités de l’éducation nationale (ci-dessous) (que le régime craint) ont profité de la faiblesse évidente du régime pour se rassembler devant le Parlement et réclamer des années de primes en retard et déstabiliser le régime qui n’a plus les moyens de les leur payer ! Les éleveurs de poulets se sont encore rassemblés devant les bureaux de Rohani pour l’obliger à faire pression sur ses patrons pour qui baissent le prix du grain et autres aliments pour leurs volailles.

MPEG4 - 4.7 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont fui ces problèmes et ont cherché à même la gravité de leur situation et l’existence d’un état d’urgence en se focalisant sur l’organisation de leur hommage annuel à Khomeiny à l’occasion de l’anniversaire sa mort le lundi suivant ! Mais ils ont quand même prouvé leur malaise en annonçant que le discours traditionnel du président du régime à Qom à la veille de cet événement était supprimé ainsi que les interventions de Rohani et du petit-fils de Khomeiny (qui dirige son mausolée) lors de la cérémonie. L’absence de Rohani pouvait signifier que les mollahs certains d’un large boycott de l’événement par leurs collaborateurs voulaient utiliser des images d’archives d’avant Rohani. L’élimination du petit-fils de Khomeiny (lié à la fausse opposition) montrait la volonté d’un durcissement au lieu de l’ouverture qui n’avait pas trouvé de partisans. Par ailleurs, les mollahs espéraient aussi une polémique pour occuper leurs collaborateurs et détourner leur attention de leur situation de plus en plus préoccupante. Les députés du régime sont encore restés focalisés sur leurs élections internes pour la présidence du Parlement pour fuir la nécessité de prendre parti !

Le refus des mollahs et leurs députés et autres serviteurs privilégiés de prendre en compte leurs échecs a amplifié la ruée vers l’or et le dollar et a même augmenter les offres de vente d’actions à la bourse. Le régime a augmenté le prix de sa pièce d’or de 90,000 tomans et a dû augmenter ses injections de fonds à la bourse à 600 milliards de tomans sans pouvoir redresser l’indice qui a in fine baissé de 120 points malgré les sommes investies par le régime !

Les mollahs et leurs ministres n’ont pas changé de ligne et n’ont pas admis la gravité de la situation du régime ! Les députés voyous ont adopté la même ligne en oubliant leur querelle de la veille avec Rohani pour ne pas froisser les mollahs afin de pouvoir bénéficier comme eux de moyens pour fuir à leur côté.

Washington a profité de leur malaise et l’a augmenté par son rapport annuel sur les violations des droits d’homme (en Iran) en soulignant notamment leur attitude discriminatoire envers les minorités religieuses apportant ainsi le soutien américain aux étudiants sunnites qui étaient en grève pour cette raison !

Au même moment, la Russie a mis fin au projet de Lukoil en Iran. Par ailleurs, le m-AE russe qui devait intervenir à la conférence Primakov Readings sur la sécurité mondiale et dont l’avis compte beaucoup en Iran a dit que Washington menait une véritable guerre économique contre les mollahs (en omettant de préciser que la Russie y participait). De fait, les propos de Lavrov étaient un rappel des problèmes que les mollahs refusaient d’admettre et d’évoquer (de médiatiser) par peur d’être déstabilisés et donc un moyen de les médiatiser pour provoquer cette déstabilisation !

PNG - 232.6 ko
PNG - 316.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs et leurs ministres ont censuré ses propos pour éviter d’admettre la gravité de leur situation. Les députés du régime sont restés focaliser sur leurs élections internes bidon...

Les miliciens dissidents (ex-Rafsandjani) ont alors changé l’angle de leurs attaques contre les mollahs et le Guide. Ils ont remis en cause leur honnêteté morale en révélant qu’ils protégeaient judiciairement un surveillant d’école accusé d’avoir violé plusieurs jeunes lycéens ou organiser des orgies (avec eux), car il était le petit-fils du défunt grand ayatollah Haeri Shirazi ! Ils lui avaient permis de prendre la fuite malgré les plaintes des parents qui étaient pourtant de riches collaborateurs du régime et leur menace d’incendier ce lycée !

JPEG - 110.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tous les autres médias des miliciens dissidents ont repris et diffusé en boucle la révélation plongeant les mollahs et leurs complices de haut niveau dans un grand malaise !

Après plusieurs heures de passage à vide, le Guide (qui lui-même a le même vice) a pris la parole pour demander l’application de la Charia contre le petit-fils de son ami disparu ! Les autres composants du régime ont salué le geste et ont condamné le viol sans évoquer les responsabilités pour la protection du violeur. Les médias dissidents ont continué à en parler pour encourager l’envie de révolte contre les mollahs et leurs collaborateurs qui semblaient ne rien regretter !

Alors que les mollahs étaient ainsi dans une nouvelle crise, ils ont appris que Trump avait récompensé Poutine en abandonnant l’une des plus importantes bases américaines à Al Tanf en Syrie lui laissant le contrôle militaire de ce pays !

PNG - 438.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs n’ont guère commenté l’annonce, car elle mettait en évidence des négociations secrètes entre les Russes et les Américains en plus de leurs manœuvres médiatiques avec les Européens et ne pouvait présager rien de bon pour leur avenir.

Après la révélation de ce deal russo-américain, en fin de la journée, les Indiens ont décidé de cesser leurs relations économiques avec les mollahs en sommant par l’intermédiaire de leur fédération des exportateurs indiens, les banques IndusInd and UCO d’arrêter de financer les échanges avec ces derniers !

PNG - 368.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont zappé l’annonce qui montrait qu’ils n’avaient aucune chance de survie et que les deals entre les grandes puissances siégeant au Conseil de Sécurité de l’ONU avaient la même valeur que leurs décisions officielles via ce club ! Il y avait un vote implicite des grandes puissances contre les mollahs et ils devaient s’attendre à d’autres ruptures de contrats qui pouvaient les exposer à de nouvelles ruptures internes !

Mercredi 30 mai 2018 (09 Khordad 1397), à J-2 de la fin de l’ultimatum qui ne pouvait pas atteindre ses objectifs, alors que le régime était déstabilisé par les grandes puissances et par la contestation interne, Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, évoquait la volonté de la lutte du régime contre la pauvreté ! Les mollahs espéraient se donner une bonne image et arrêter et ralentir la contestation populaire ! Mais étant donné qu’ils n’avaient déjà rien annoncé pour des milliers de grévistes dans tous les secteurs de l’économie iranienne (pétrole, automobile, transports...), ont douté du succès de l’annonce !

JPEG - 171.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, insistait sur la capacité de nuisance des missiles du régime à Gaza contre Israël, espérant faire peur à ces puissants ennemis pour les obliger à reculer, mais étant donné que les mollahs n’ont pas les liens qu’ils souhaitent avec Gaza leur bluff ne pouvait pas changer la donne et les sauver. Leur recours à ce bluff soulignait leur impuissance à agiter d’autres régions. Ils avaient peut-être perdu l’amitié intéressée des Houthis !

PNG - 654.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, se moquait du gouvernement, car son porte-parole avait admis la gravité de la situation tout en affirmant qu’il avait des ressources pour résister aux pires des sanctions alors qu’il en manquait à peine en ce début de ces sanctions annoncées et faisait tout pour cacher leur annonce !

JPEG - 155.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, s’était focalisé sur le show des critiques des étudiants pour souligner que le régime n’avait pas changé d’un iota depuis, car aucune décision n’avait été annoncée ! Il avait rappelé l’ultimatum que le régime aimait oublier, car non seulement, il n’avait pas soumis les adversaires du régime, mais ils les avaient aussi encouragé à le sanctionner davantage !

JPEG - 210.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En résumé, le régime cachait son échec pour éviter de trébucher et ses membres dissidents le lui rappelaient pour le déstabiliser !

Au même moment, le ministre de la Défense d’Israël est arrivé à Moscou pour demander l’expulsion des mollahs de la Syrie, sa présence signifiait la disposition des Russes d’accepter cette expulsion qui devait leur profiter aussi ! Netanyahou a aussi annoncé qu’il allait se rendre en Angleterre, l’Allemagne et la France pour convaincre les Européens d’exiger le départ des mollahs de la Syrie et d’adopter de nouvelles sanctions contre eux !

Les mollahs, incapables de contrer ces deals en cours ou à venir, se sont focalisés sur les problèmes internes qui remettaient en cause leur capacité à assurer leur propre sécurité. Ils ont annoncé la fin des problèmes en affirmant qu’ils étaient parvenus à un arrangement avec le chef du syndicat des camionneurs et avaient au passage contré les vils objectifs des contre-révolutionnaires qui voulaient profiter de la situation ! Les mollahs aidés par leurs députés ont aussi attribué la hausse du prix du poulet aux transporteurs en grève en promettant une baisse des prix puisque la grève des transporteurs allait s’arrêter !

Mais personne n’a cru ces annonces, car les syndicats du régime sont dirigés par ses proches et ne représentent guère les travailleurs. De plus, les sites et les comptes twitter des opposants au régime annonçaient la poursuite de la grève ! De plus, ces sites annonçaient que les agriculteurs de la région de Touss, constatant l’impuissance visible des mollahs face à la contestation, avaient attaqué et occupé les bureaux de la milice chargée du développement de l’agriculture (le Jihad agricole) et réussi à lever les scellés posés sur les sources d’eau par le régime pour les punir !

MPEG4 - 4.1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les gens ont paniqué et se sont rués vers le dollar et l’or, car le régime avait inventé de fausses bonnes nouvelles pour cacher son incapacité à contenir la contestation populaire. Le prix du dollar a augmenté de 300 tomans sur le marché secret dépassant le taux de 6500 tomans ! Le régime lui-même a dû augmenter le prix de sa pièce d’or de 55,000 tomans frôlant le seuil de 2,200,000 tomans qui est de dernier record pour ce produit !

Les députés du régime ont lancé la procédure des votes pour leurs élections internes pour justifier l’absence de conflit avec le clergé sur sa gestion bien désastreuse de la crise en cours !


Cette attitude a amplifié la panique ! Les paniqués, obnubilés par leurs achats de l’or et de dollar, ont délaissé la bourse. Le régime y a opté pour des injections permanentes sur les actions des entreprises les mieux cotées pour faire revenir les gens, mais il n’y est pas arrivé.

Mais en l’absence d’attrait des paniqués pour la bourse (et pour la vente d’actions), l’indice est monté grâce aux 400 milliards de tomans engagés par le régime. Le gouvernement des mollahs a alors annoncé que tout allait et a trafiqué les chiffres de sa pièce d’or (en parlant même d’une hausse de seulement 4000 tomans) pour nier davantage la crise qu’il vivait alors que déjà ses mensonges sur les soutiers étaient à l’origine de cette crise !

Le gouvernement a aussi continué sa désinformation à propos de ses déboires internationaux, car son ministre de pétrole a dit qu’il avait de nombreux projets pétroliers, mais il n’en parlait pas afin que les ennemis du régime ne puissent s’y opposer !

Mais cette propagande a été vite annulée, car au cours de l’après-midi, Reliance, le plus grand client pétrolier indien, des mollahs a annoncé qu’il ne souhaitait plus continuer à leur acheter du pétrole après la fin de son contrat actuel vers le mois d’octobre de cette année !

L’info a été évidemment censurée en Iran et les mollahs ont insisté sur les projets secrets de leur ministre de pétrole ! Les médias dissidents n’en ont pas parlé, ce qui signifiait que le gouvernement du régime les avait menacés. Ils se sont vengés en répétant que Lavrov avait fait état d’une véritable guerre économique menée par Washington contre le régime.

Le gouvernement a donné la priorité à la couverture des élections bidon des députés et avec leur complicité, il a fait durer le show en annonçant qu’Aref, le candidat de la fausse opposition, qui brille par sa nullité, avait plus de voies que le président sortant Ali Larijani. Le régime a continué le Show en annonçant que Larijani avait finalement gagné les élections grâce à un report de voix en sa faveur ! Puis, le gouvernement a continué sa diversion par des critiques à propos de ce report de la victoire de Larijani avant de clore son show par d’interminables félicitations adressées par le perdant au gagnant !

Après cette diversion qui niait l’accumulation des hostilités contre le régime derrière un écran de fumée de faux problèmes sans importances, les mollahs ont continué leur désinformation en organisant des Eftars avec les artistes du régime pour simuler que tout allait parfaitement bien ! Mais l’absence d’image pour ses rassemblements a laissé supposer que le régime qui cumulait les échecs n’avait pas trouvé des gens pour l’aider à sauver son image !

Jeudi 31 mai 2018 (10 Khordad 1397), à J-2 de la fin de l’ultimatum à l’Europe, les mollahs étaient bombardés par des sanctions non européennes et l’Europe n’avait guère critiqué ces sanctions. L’Europe n’avait guère peur de l’ultimatum des mollahs et allait sans doute rejoindre le mouvement pour se placer en tête des vainqueurs de la guerre économique contre les mollahs ! Les mollahs étaient aussi en crise en raison de leur incapacité à contenir la contestation ! Les camionneurs étaient encore en grève après 10 jours ! Mais on ne voyait aucune trace de tout cela dans les journaux des mollahs !

MPEG4 - 4.2 Mo
JPEG - 61.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Iran, l’organe du régime s’adressant aux Iraniens, continuait la désinformation sur l’absence d’une quelconque urgence au sein du régime en annonçant la réélection de Larijani et aussi de belles mobilisations des artistes du régime autour du Guide et de Rohani.

JPEG - 186 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tehran Times, l’organe du régime s’adressant aux États étrangers, insistait sur réélection de Larijani pour laisser supposer que les sanctions subies la veille ne l’embêtaient pas !

PNG - 613.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Abrar, organe des miliciens-politiciens-affairistes-opportunistes du régime, signalait la rupture du Lukoil et se moquait du ministre de pétrole qui avait accordé un nouvel ultimatum de 60 jours à Total pour simuler que le régime était fort ! Il révélait aussi les conditions du régime pour adhérer au FATF  : le monde devait changer ses critères de terrorisme !

JPEG - 154.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Enfin Javan, organe des cadres miliciens dissidents, signalait l’aspect ridicule de la réélection de Larijani. Le journal affirmait aussi que le Qatar allait récupérer des contrats perdus par le régime et de fait il n’avait guère intérêt à l’aider.

JPEG - 205.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En résumé, les groupes dissidents évoquaient plus ou moins ouvertement la défaite des mollahs pour les empêcher de le nier !

Les mollahs ont alors changé de direction  : ils n’allaient plus sans cesse parler de l’accord de Vienne qui n’avait jamais été très bénéfique à leur régime ! Ils allaient se consacrer à l’amélioration de l’économie du régime ! Ils évacuaient ainsi les sanctions qu’ils ne pouvaient pas empêcher !

Les députés ont suivi la ligne indiquée avant d’annoncer qu’ils se mettaient en congé au cours de la semaine prochaine, car elles étaient écourtées en raison de 3 jours fériés consécutifs (lundi en mémoire de la mort de Khomeiny, mardi en hommage à sa première révolte contre le droit de vote aux femmes iraniennes et la loi de la décentralisation mise en place par le shah, mercredi en raison de l’anniversaire de mort en martyr d’Ali).

Washington espérait sans doute alors de nouvelles sanctions européennes contre les mollahs en guise de réponse à leur ultimatum ! En l’absence de ces sanctions, peu avant la fin de l’ultimatum des mollahs, il a mis la pression aux Européens en mettant fin à l’absence de droits de douane sur leur exportation d’aluminium et d’acier !

Vendredi 1er Juin 2018 (11 Khordad 1397), les mollahs devaient analyser les événements de la semaine au cours de leur sermon de vendredi avant d’annoncer la feuille de route à leurs compagnons (paniqués) ! Mais ils avaient sans cesse fui la réalité, ils ne pouvaient l’analyser sans admettre leur défaite ! Ils ne savaient que dire !

MPEG4 - 2.2 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Leur malaise s’est intensifié quand le Drian a fait part de l’impuissance des Européens face aux sanctions américaines pour justifier la nécessité pour l’État français de sanctionner les mollahs !

La Russie a alors profité de la mollesse des Français et (dans une action digne de Sun-Tzu) a pris le flambeau des pressions psychologiques contre le régime en annonçant dans ses médias la sortie prochaine de Macron de l’accord de Vienne et aussi des changements à venir au cours de l’examen des résultats de la résolution 2231 du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Les mollahs ont censuré ces trois très mauvaises nouvelles par peur de révéler que tout allait mal et pouvait même s’aggraver davantage ! Ils ont opté pour l’évacuation de l’accord de Vienne en insistant sur leur attachement à lutter contre la pauvreté sans évoquer le moindre changement pour y parvenir !

C’était bien décevant. Personne n’a suivi les mollahs !

Trump a profité de l’impuissance des mollahs et du désespoir de leurs collaborateurs pour dépasser les Russes lors de sa rencontre avec le n°2 de la Corée du Nord en affirmant que les sanctions allaient durer contre ce pays jusqu’à la conclusion d’un deal et que cette méthode allait servir d’avertissement aux mollahs !

Les mollahs ont fait appel à leurs réseaux de lobbyistes. Abbas Milani (qui se prétend un opposant) et Ardeshir Zahedi, l’ex-gendre du Shah, qui a tourné le dos à l’Iran pour servir ses intérêts personnels grâce aux mollahs ont écrits des tribunes dans les médias américains pour affaiblir Trump et ruiner ses sanctions en affirmant que les Iraniens détestaient ses pressions sur les mollahs et étaient solidaires avec ces derniers. Mais ces tentatives n’ont pas engendré un mouvement anti-Trump, car il semblait proche d’un deal avec la Corée du Nord selon les attentes américaines !

Les mollahs ont alors fait appel à la milice universitaire (qui est une façade des Pasdaran) pour annoncer des manifestations pour évoquer la journée anti-israélienne de Qods (prévue dans une semaine) et pour rejeter toute adhésion au FATF par respect pour le Hezbollah afin de menacer la stabilité de la région et de forcer les Américains, les Européens et les Russes à reculer !

Mais personne n’a pris au sérieux les annonces des mollahs, car il y avait très très peu de participants à la manifestation de la milice universitaire et aussi parce que le Hezbollah – qui a rompu avec le régime – n’a pas changé de ligne, ne s’est pas proposé d’attaquer Israël pour l’aider et ne s’est même pas dit solidaire de ses efforts pour sa survie !

JPEG - 180 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En l’absence de soutien, le régime a compris qu’il était très isolé et devait durcir sa position pour éviter de perdre ses derniers compagnons. Salehi, chef du programme nucléaire du régime, est allé à l’université milicienne Emam Sadegh (chargée de former les communicants et les propagandistes du régime) pour confirmer que le régime avait manqué de force dans ces négociations nucléaires comme l’a dit récemment Velayati (le m-ae permanent du clergé) et suivre les propositions de ce dernier de coopérer moins avec les 5+1 notamment en cessant de retarder en guise de sa bonne foi la reconstruction autorisée des équipements nucléaires qu’il avait démantelés et ainsi permettre au régime de devenir opérationnel pour sortir de l’accord et être au top de ses capacités de nuisance en quelques jours !

Les mollahs cherchaient à provoquer une crise sans se mettre en danger. Les Américains et les autres grandes puissances ont ignoré l’annonce pour éviter l’escalade que souhaitaient les mollahs. Ces derniers ont compris que leur projet avait perturbé les Occidentaux et qu’ils pouvaient les contrarier en se disant prêts à se lancer dans une course régionale à l’armement nucléaire !

Les grandes puissances n’ont pas réagi pour éviter l’escalade souhaitée par les mollahs. Ces derniers devaient surenchérir, mais ils n’ont rien dit. On a compris qu’ils avaient peur d’aller plus loin.

Leurs compagnons ont fini la semaine avec la certitude qu’ils étaient fichus, car ils étaient entourés d’impressionnants ennemis et leurs dirigeants avaient trop peur de les défier. Ils devaient éviter de les défier. Leurs dirigeants devaient nécessairement capituler. Ils devaient même les trahir et les accuser à leurs propres places pour sauver leurs peaux. Les collaborateurs du régime devaient trahir leurs dirigeants avant ces derniers. On allait vers une semaine à rebondissements. La semaine pour la destruction d’Israël pouvait devenir celle de la débâcle du régime !

Résumé et conclusions. Il y a deux semaines, les mollahs, à nouveau sanctionnés par les Américains et certains Européens (grâce à la passivité des Russes et des Chinois), devaient admettre la mort de l’accord de limitation de leur programme nucléaire et le quitter pour provoquer une grande crise nuisible à la stabilité du Moyen-Orient et ses régions limitrophes afin de faire reculer les Américains et leurs alliés invisibles. Mais ils n’avaient pas osé, car tous ces autres pays pouvaient profiter de l’occasion pour les sanctionner et avaient bien déprimé leurs derniers fidèles issus du terrorisme qui n’ont pas d’autres choix de rester à leur côté.

Au lieu d’admettre leur défaite et accepter le changement de régime souhaité par les Iraniens, ils avaient tenté de déstabiliser la région en provoquant une guerre entre Israël et la Syrie, mais ils y avaient finalement renoncé après l’association des Syriens et des Russes avec les Israéliens pour bombarder leurs seules vraies bases étrangères situées en Syrie. Ils avaient alors tenté de diviser les 4+1 avec des promesses du pétrole presque gratuit pour récupérer l’un d’eux et forcer les autres à suivre son exemple. Mais ils n’avaient pas réussi. Les Européens les avaient aussi punis en continuant à retirer leurs grandes entreprises d’Iran.

Les dirigeants du régime avaient alors cherché à trouver des alliés arabes en exploitant la crise à propos du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, mais ils avaient encore échoué et davantage déçu leurs derniers fidèles. Ces derniers s’étaient mis à acheter des pièces d’or ou des dollars pour rompre avec le régime et fuir du pays avant qu’ils ne soient trop tard.

Les mollahs avaient alors tenté de les rassurer en provoquant les habitants de Kazeroun avec l’espoir de les écraser avec les milliers de miliciens dits des forces spéciales basés dans cette ville. Mais ces miliciens n’étaient pas intervenus et le contrôle de la ville avait échappé aux mollahs ! Tout le monde avait conclu qu’ils n’avaient plus la capacité d’assurer sa sécurité. Les Bazaris et les routiers iraniens avaient cessé de travailler pour paralyser les mollahs et les faire chuter !

Les mollahs et leurs complices, les chefs Pasdaran, se sont ainsi retrouvés confrontés à une véritable guerre économique du peuple contre leur régime alors qu’ils étaient menacés par les sanctions de toute part !


Ils ont alors opté pour une adhésion superficielle au FATF afin de calmer la guerre économique des Européens contre leur régime. Mais les miliciens dissidents ont révélé que les mollahs avaient accepté une exigence des Européens et pouvaient sacrifier leurs agents terroristes pour sauver leurs propres peaux et ont engendré une grande panique au sein du régime.

L’administration Trump a alors souligné le terrorisme des mollahs et notamment leur rôle dans les attentats en Europe (via Daesh) pour forcer les Européens de cesser leur passivité tactique qui a pour but l’obtention de contrepartie pour leur adhésion à la lutte contre les mollahs terroristes, mais les Européens ont censuré les accusations sur le rôle des mollahs dans les attentats du leur territoire et se sont approchés des Russes (qui espèrent sauver Assad) pour afficher des points de vue presque similaires à ceux de Trump à propos de la menace des mollahs, sans évoquer des sanctions qu’il avait demandées pour l’obliger à leur accorder les compensations qu’ils espèrent.

Cette semaine, les mollahs ont annoncé un rapprochement avec les Indiens partenaires des Russes dans l’espoir d’inquiéter ces derniers et les récupérer avant qu’ils s’alignent sur Trump. Les Européens se sont alors rapprochés des Chinois pour préserver un groupe de pression sur Trump au cas où la Russie les laisserait tomber...

Avant de profiter de ces désordres, les mollahs ont trébuché sur le renforcement de la contestation contre-révolutionnaire avec l’adhésion des conducteurs de bus aux routiers et la grève des éleveurs de poulets. Par ailleurs, la contre-révolution a refait surface à Téhéran à l’occasion de l’enterrement d’un acteur populaire du temps du Shah qui avait empêché de jouer par leur faute. La panique a explosé ! Le régime a tenté de relancer sa fausse opposition interne (jadis très populaire parmi ses collaborateurs iraniens et étrangers), mais aucun n’en a voulu !

Les mollahs ont alors aussi échoué en Inde, car ce pays admis dans l’Organisation de Coopération de Shanghai grâce aux Russes a refusé de les trahir ou se laisser manipuler. Elle a ainsi empêché les mollahs de déstabiliser la Russie et mettre fin à leur propre isolement.

Trump a profité de cette tentative ratée et la colère évidente de la Russie (qui avait aussi été trahie par les Européens) pour ouvrir le dialogue avec elle à propos de l’avenir de la Syrie tout en faisant pression sur les Européens (avec les taxes sur leurs exportations d’aluminium et de l’acier) et sur les Chinois (avec des sanctions sur ZTE) pour la flatter. La Russie a obtenu le contrôle militaire de la Syrie et a immédiatement sanctionné les mollahs en stoppant les projets de Lukoil en Iran. Les Indiens lui ont aussi montré leur solidarité en annonçant qu’ils ne renouvelleront plus leur contrat d’achat de pétrole aux mollahs !

Les mollahs vaincus sur le plan international et malmenés par le peuple ont caché leur défaite en annonçant des contrats pétroliers secrets et une entente avec les routiers pour éviter l’explosion de leur régime ! Mais leurs mensonges ont amplifié de désespoir et l’agitation de leurs agents paniqués. Ils ont alors minimisé l’échec de l’accord nucléaire qui devait les sauver et ont encore déçu leurs derniers fidèles.

Ils ont tenté de préserver leurs serviteurs issus du terrorisme en évoquant leur soutien au Hezbollah, mais cette organisation n’a pas répondu à leur annonce. Ils devaient alors capituler et accepter des négociations avec le chef de l’opposition en exil, le prince Reza Pahlavi ou au contraire sortir de l’accord de Vienne pour provoquer une crise et déstabiliser la région dans l’espoir de faire reculer leurs nombreux adversaires, mais ils n’ont pas choisi l’ouverture, car elle ne peut garantir leur vie et n’ont pas choisi la guerre, car elle garantie leur mort !

Ils ont annoncé la volonté de coopérer moins activement avec les 4+1 en annonçant le projet de la reprise des activités nucléaires leur permettant de relancer rapidement leur programme nucléaire s’ils décidaient de sortir de l’accord de Vienne ! Ils ne pouvaient mieux souligner leur peur d’agir, de faire face.

En résumé, il y a deux semaines, les mollahs, à nouveau sanctionnés par les Américains et par certains Européens, devaient admettre la mort de l’accord de limitation de leur programme nucléaire et le quitter pour provoquer une grande crise nuisible à la stabilité du Moyen-Orient et ses régions limitrophes afin de faire reculer les Américains et leurs alliés invisibles. Ils n’ont pas osé et ont multiplié les initiatives pour créer des foyers de nuisances chez leurs nombreux adversaires (une guerre en Syrie, une crise diplomatique au Moyen-Orient, des divisions au sein des 4+1, de l’OCS ou des BRICS).

Les mollahs et leurs camarades miliciens ont échoué dans toutes leurs tentatives, car à chaque fois les États concernés ou impliqués ont choisi leur stabilité avant leur bénéfice, car on ne peut envisager la seconde sans le premier, ce que les mollahs ignorent, car le principe vital de leur régime a toujours été la fuite en avant pour faire oublier leurs problèmes ou déstabiliser leurs ennemis ! Ils ont ainsi été victimes de leur propre nature bête et méchante.

Cette nature brutale des mollahs a aussi renforcé la contestation par la provocation de crises qui se sont avérées ingérables par le peu d’agents encore fidèles au régime !

Cette semaine, les mollahs ont touché le fond par leur propre faute en réponse à des actions réfléchies et constructives de l’administration Trump et des Iraniens en lutte contre le régime !

Dans les semaines à venir, les mollahs mordront la poussière encore par leur propre faute et aussi grâce aux projets constructifs, actifs et réactifs de ceux qui, en Iran ou ailleurs, veulent s’assurer un avenir stable.