Accueil > News > Lettre d’Obama : l’Iran ne veut plus de blabla, mais des actes (...)



Lettre d’Obama : l’Iran ne veut plus de blabla, mais des actes !
30.01.2009

L’administration Obama serait sur le point d’adresser une lettre à la République islamique pour apaiser les relations entre les deux pays et ouvrir la voie à un nouveau dialogue bilatéral. Dans cette lettre, Obama fournirait aux mollahs l’assurance qu’il ne cherche pas à renverser leur régime tout en leur rappelant les bénéfices qu’ils pourraient tirer de cette entente en changeant de comportement. Pour Téhéran, cela reste du blabla ; les mollahs veulent des actes et non des paroles.



PNG - 476.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Des actes et non des paroles ! [1] C’est en substance ce que l’on retrouve à la une de l’édito du quotidien Jâm-é Jam (le seul qui a abordé le sujet hier). Selon ce quotidien qui s’affiche bipartisan et qui cite copieusement Khatami et Rafsandjani, pour l’instant Obama ne donne aucune preuve de sa volonté de changement aux mollahs. Il ne fait qu’agir comme Bush quand il évoque un changement de comportement de la part de l’Iran. Pour l’ensemble des personnalités citées, en particulier pour Rafsandjani, ceci est inacceptable : c’est aux Américains de changer leur comportement en premier.

Le quotidien rappelle qu’en automne 2002, Khatami avait aussi tenu exactement le même discours, discours aujourd’hui repris par Ahmadinejad. Autrement dit, quelque soit l’interlocuteur que les Américains auront en face d’eux, la ligne diplomatique du régime restera invariablement la même sur ce sujet : les Américains doivent faire le premier pas et agir en faisant des actions très précises.

Le quotidien Jâm-é Jam qui parle d’une seule voix pour l’ensemble des figures politiques du régime donne une liste très précise des premiers actes. Comme pour la fermeture de Guantanamo précise le quotidien, Obama devrait par décret mettre définitivement fin à toutes les sanctions passées et présentes contre la république Islamique d’Iran.

Décodages | C’est une demande maligne car la fin des sanctions (technologiques et bancaires) suppose l’abandon des charges sur le soutien au terrorisme et sous-entend la fermeture des dossiers de menaces nucléaire ou balistiques.

Téhéran demande également qu’Obama restitue tous les avoirs iraniens gelés aux Etats-Unis depuis 1980 à cette année. Ces actions pourraient rétablir la confiance et contribuer à un dégel des relations entre les deux pays.

Selon ce quotidien, les promesses actuelles d’Obama restent du blabla car pour l’instant Téhéran ne voit aucun geste positif, mais plutôt un flot de propos incohérents et contraires à cette volonté de changement. Jâm-é Jam évoque les déclarations de Susan Rice sur « une diplomatie vigoureuse qui inclurait un dialogue direct », la déclaration de Clinton qui a évoqué l’inacceptable premier pas de Téhéran et évidemment les accusations de Gates à propos des « activités subversives » des mollahs en Amérique Latine. Pour Téhéran, Obama ne sait apparemment pas ce qu’il veut.

Selon Jâm-é Jam, Obama doit d’abord mettre de l’ordre dans ses idées, puis faire les premiers pas pour rétablir la confiance. Pour aller dans ce sens, il lui propose deux pistes : contenir Israël et « ses lobbies sionistes » qui nuisent aux intérêts de l’Iran et oublier la demande incongrue de la suspension de l’enrichissement qui selon Rafsandjani est la « ligne rouge » du régime des mollahs.

Ce court article au ton calme mais très ferme donne une idée assez précise de la réponse que fera Téhéran à la lettre d’Obama. Pas de blabla, mais des actes !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Article complémentaire :
- Obama : L’Iran ne veut pas desserrer le poing
- (28 JANVIER 2009)

| Mots Clefs | Décideurs : OBAMA |
| Mots Clefs | Enjeux : Rétablir les rel. avec les USA & Négociations directes |

| Mots Clefs | Institutions : Diplomatie (selon les mollahs) |
| Mots Clefs | Institutions (du régime) : Presse & Media officiels |

[1Le titre exact est : « Obama, de la parole aux actes »
Ce qui en persan veut dire : de la parole aux actes, il y a un monde. Vous pouvez trouver cet article aux adresses ci-dessous : Edito P1 & Edito P2.