Accueil du site > Articles > L’image de la France en Iran



L’image de la France en Iran
26.09.2006

L’IRNA, l’AFP des mollahs, s’est délectée des paroles de Jacques Chirac dans sa conférence de presse faisant suite au sommet Chirac-Poutine-Merkel. Comme ont du se délecter nos mollahs des images très formatées des 3 premiers reportages d’un œil sur la planète.



Certes nous reviendrons sur ce reportage quand nous aurons re-visionné ce document qui porte la marque du Quai d’Orsay et de Delphine Minoui. Nous avions été consultés pour les préparatifs du tournage de cette émission qui se veut impartiale. Evidemment, le réalisateur d’un œil sur la planète nous avait assurés du contraire : il n’y aurait pas les mêmes images frelatées de la jeunesse dorée qui ne constitue que 0,5% de l’Iran.

Bien sûr, on nous avait promis de filmer les 85% d’iraniens vivant avec la moitié du salaire minimum iranien et les journalistes avaient dit vouloir axer leur reportage sur les réalités exprimées dans l’un de nos articles « L’Argent en Iran », mais nous avons eu les mêmes rengaines qui continuent de tromper l’opinion française sur ce qui se passe en Iran.

On a même falsifié l’Histoire sur les intentions nucléaires de régime du Shah. Depuis plus d’un an, les mollahs et leur agent Akbar Etemad prétendent que l’actuel programme nucléaire clandestin de l’Iran est la suite du programme initié par le Shah. La raison de cette utilisation du Shah est la popularité du monarque en Iran sinon on aurait évité de le citer.

De plus Eurodif est la preuve que l’Iran d’avant ne voulait pas de malentendu : il avait confié la tâche de l’enrichissement et du retraitement à un pays ami (la France) dans un souci de transparence maximale et c’est d’ailleurs ce que proposent les P5+1 à l’Iran, mais les mollahs refusent. Les propositions de la communauté internationale contredisent instantanément le reportage de France 2. Pour la bonne raison que ce reportage a pris des libertés avec les faits afin de donner des gages aux mollahs.

Si la solution d’un enrichissement délocalisé restaure la confiance entre l’Iran et la communauté internationale, pourquoi donc accuser le Shah qui avait lui-même mis en place un système similaire d’enrichissement délocalisé (Eurodif) ? C’est navrant que le nom de David Carr Brown soit mêlé à cette pantalonnade.

Cette théorie selon laquelle le programme actuel est un héritage du passé est un argument du régime des mollahs. Cet argument a été à maintes reprises diffusé en France par les porte-paroles non déclarés des mollahs : Alexandre Adler, Delphine Minoui, Antoine Sfeir, Bernard Hourcade et Frédéric Tellier. Ces derniers n’apparaissaient pas dans un œil sur la planète, mais c’était le même discours qui utilise uniquement les points de vue du régime des mollahs.

D’autres thèmes du régime des mollahs ont été utilisés et recyclés : le changement à l’intérieur du régime (qui minimise le rôle des opposants en exil), les réformes, la complexité sociale, les martyrs tombés sous les balles des soldats du shah Sur ce dernier point, les mollahs eux-mêmes ont admis avoir tout inventé et nous avons publié le document !

Mais France 2 n’a pas retenu l’information car l’objectif de ce reportage n’était pas de diaboliser l’Iran encore moins les mollahs. D’ailleurs le titre de l’émission n’était pas Faut-il diaboliser le régime des mollahs ? mais Faut-il diaboliser le régime l’Iran ?

France 2 a agi conformément à la grille de lecture du Quai d’Orsay qui ne reconnaît pas les peuples mais les états [1] ! L’objectif était de laisser tout en suspension. Les 3 premiers reportages ont été bâtis avec l’accompagnement des personnages très liés au régime comme Hadian, Shamsol-Vaezin, mais le reporter n’avait pas été autorisé à demander l’opinion personnelle de ces deux universitaires sur Israël, l’extermination des juifs ou encore les caricatures négationnistes : un oubli sans doute. Dans le second reportage (de David Carr Brown), nous avons même vu un homme qui a été clairement identifié comme un agent des mollahs aux Etats-Unis : il s’agit de Trita Parsi.

Et l’émission s’est achevée sur une déclaration de Fakhr-Avar, la taupe des mollahs au sein de l’opposition iranienne !

Evidemment, ce film était destiné aux Français et non aux Iraniens qui l’ayant vu, se sont résignés à admettre que la France continue à aller dans le sens des mollahs en espérant obtenir un accord négocié. Si vous êtes nouveaux sur ce site nous vous invitons à consulter notre base de données par mots-clefs et si vous ne l’êtes pas, vous connaissez certainement nos analyses selon lesquelles, la France s’obstine sans succès à arriver à un accord avec l’Iran. Nous l’avons écrit à la présidence française. Et en l’absence de réponse, nous avons lancé ce site pour réveiller les consciences et empêcher un désamour aux dimensions insoupçonnables entre Iraniens et Français.

Ce désamour vient de loin, de Neauphle le Château, d’un avion prêté à Khomeiny et ses assassins pour renter en Iran, d’autres avions et des pilotes de l’armée française prêtés à Saddam pour bombarder des installations pétrolières iraniennes... Le désamour vient de loin et s’enracine, non pas à cause de ce genre de reportage, mais à cause de certains propos, comme ceux repris par l’IRNA. Des paroles de Jacques Chirac dans sa conférence de presse faisant suite au Sommet Chirac-Poutine-Merkel qui ont été illustrés par certains reportages diffusés hier soir.

Les faits | L’agence de presse des mollahs a rapporté triomphalement que Jacques Chirac avait déclaré qu’aucun délai ne serait été imposé à l’Iran. Aïe ! Le président français espère « arriver à des résultats positifs sur le dossier nucléaire iranien » par des négociations et sans date butoir et ceci convient très bien à nos mollahs.

Cette connivence entre les mollahs et Chirac joue évidemment en défaveur de l’image de la France en Iran. 85% de la population des iraniens vit avec la moitié de revenus minimum du seuil de la pauvreté et considère la France comme un état vampire hostile à son bien-être.

Le plus évident dans cette détérioration de l’Image de la France est qu’un gouvernement sans base populaire pourra s’adjuger les faveurs de cette majorité écrasante en affichant une politique ouvertement anti-française. Ce qui sera l’occasion de rompre toutes les relations économiques de cet état « parasite » (selon le peuple), remonter un temps dans les sondages et surtout ne pas honorer les contrats passés avec les grandes entreprises française installées en Iran : Alcatel, Renault, Total...

Cette remarque ne concerne pas seulement la France mais aussi l’Allemagne, mais ce pays est beaucoup plus discret sur le plan international et son principal dirigeant ne prend pas ostentatoirement position en faveur des mollahs.

Comparons deux déclarations de la conférence de presse du Sommet Chirac-Putine-Merkel :

Jacques Chirac : « Dans cette affaire (nucléaire), on doit tout faire pour trouver une solution par le dialogue, qui est toujours la meilleure façon de régler les problèmes… en refusant tout couperet ».

Angela Merkel : « Seule l’union de la communauté internationale pourra permettre de dégager une solution politique… Nous souhaitons une perspective positive pour l’Iran et cela doit se faire sur la base de règles claires et justes ».

A y regarder de plus prêt, les propos de Merkel sont encore plus choquants car ils reprennent mot pour mot, les demandes d’Ahmadinejad déclarant que l’Iran était « prêt à discuter de la suspension de l’enrichissement d’uranium dans des conditions justes ».

Cependant, c’est la France qui attire les foudres du peuple iranien, d’un côté parce qu’elle ne cesse de revendiquer la paternité des principes lumineux des droits de l’homme, ou de la démocratie, et de l’autre parce que son président se distingue comme favorable aux mollahs dans l’enceinte chargée de symbolisme des Nations Unies. Etre favorable au dialogue avec les mollahs est une insulte en Iran pour le peuple. Bien d’autres conférences de presse peuvent suivrent qui n’auront pas l’aura d’un discours à l’ONU.

Jacques Chirac a raté une occasion de s’adresser au peuple iranien mais les populistes de Téhéran ne rateront l’occasion de nous le rappeler et ce d’autant plus que la France est très facilement remplaçable par des concurrents asiatiques.

WWW.IRAN-RESIST.ORG

Pour en savoir + :
- La politique Française en Iran est une réplique de sa politique Irakienne
- (26.09.2005)

[1] du Quai d’Orsay qui ne reconnaît pas les peuples mais les états... à une exception des USA, où l’on distingue Bush des Américains.