Accueil > News > Iran : Le régime se met en soins palliatifs !



Iran : Le régime se met en soins palliatifs !
16.11.2020

Les Iraniens, déçus par l’échec apparent de Trump, qui est leur seul ami, devaient cesser le travail ce samedi et durcir leur opposition pour profiter de derniers jours de sa présidence. Ce samedi, l’Iran est entré presque en grève générale !



La semaine dernière, après la preuve des fraudes des démocrates, mais l’absence d’un fond d’honnêteté au sein des électeurs démocrates et l’absence d’une solidarité des Européens avec Trump, les Iraniens ont affirmé la nécessité de renforcer leur action pour profiter des derniers jours potentiels de leur ami Trump et au-delà de contrer la bienveillance prévisible de Biden avec les mollahs. Trump les a salués en promettant de renforcer les sanctions contre les mollahs sans que Biden puisse les annuler.

Par ailleurs, les Saoudiens, inquiets d’un retour de la diplomatie démocrate axée sur la déstabilisation du Moyen-Orient pour casser le prix du baril se sont rapprochés des chiites irakiens et ces derniers ont accepté cette entente. Les Saoudiens ont aussi repris le fil du rapprochement avec la Russie pour affaiblir les mollahs. La direction pro-Trump de l’AIEA [1] a aussi mis l’accent sur des activités nucléaires secrètes des mollahs (révélées sans doute par des agents rebelles des renseignements aux Israéliens).

PNG - 305.7 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs se sont ainsi retrouvés sous de multiples menaces alors qu’ils n’ont plus les moyens de financer des alliances anti-américaines ou des frappes terroristes. Leurs proches affairistes ont paniqué et on mit en vente toutes leurs actions boursières pour pouvoir quitter le pays aussitôt que possible.

Les mollahs devaient intimider ou rassurer leurs affairistes. Ils ont pris des initiatives trop vite improvisées qui ont été des flops voire de grossières erreurs !

Ils ont tout d’abord diminué la distribution d’eau aux agriculteurs iraniens pour augmenter leur exportation d’eau vers l’Irak afin de dissuader ses dirigeants d’aller vers les Saoudiens. Leur opération a provoqué des révoltes très violentes dans plusieurs régions iraniennes, révoltes qui ont mis en évidence le soutien de la police au peuple et ont de fait amplifié la panique au sein de leur régime.

Ils ont alors tenté de mettre fin aux grèves destinées à les abattre en proposant un deal à certains ouvriers grévistes iraniens. Les ouvriers iraniens qui sont devenus le fer de lance de la lutte contre le régime ont refusé ces offres et clairement affiché leur hostilité au régime.

Les affairistes ont tenté de vendre leurs actions pour acheter des devises et de l’or. Les mollahs ont contré leur fronde financière en accordant des bénéfices boursiers à 1/3 d’entre eux et en baissant leur taux de dollar, pour encourager les autres à se montrer coopératifs pour accéder aux mêmes avantages. Les bénéficiaires ont augmenté leurs achats de dollar et les autres n’ont pas marché dans la combine. Ils se sont rassemblés devant la bourse pour forcer les dirigeants à leur restituer leurs fonds.
© IRAN-RESIST.ORG


© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants issus principalement de la milice Pasdaran et partisans de Reza Pahlavi [2] ont jugé le moment opportun pour fédérer les oppositions contre le régime. Ils ont demandé une grève générale dès ce samedi avec la participation de Bazaris visant aussi à intégrer in extenso les affairistes du régime classés comme commerçants.

Les mollahs ont estimé cette unité des opposants de l’ordre du possible, car ils ont immédiatement décrété un couvre-feu pour des raisons sanitaires à partir de samedi pour prétendre à l’arrêt des activités commerciales à leur propre demande et nier le succès des opposants  !

Les mollahs ont aussi immédiatement ralenti l’accès à l’internet à J-4 de la grève annoncée. C’est pourquoi le nombre des posts a chuté de 90 %.

Vendredi (13 novembre), à la veille de la reprise de la fronde populaire contre les mollahs, les démocrates ont repris leur diplomatie de chantage en évoquant par l’intermédiaire d’une soi-disant révélation de New York Times un certain soutien indirect des mollahs à Al Qaeda [3] pour les forcer à parler en faveur d’un deal avec Biden et donner à ce dernier une légitimité susceptible d’influencer les votes des juges de la Cour suprême en sa faveur. Les mollahs n’ont pas admis le soutien à Al Qaeda et n’ont pas parlé en faveur d’un deal avec Biden, car ils ne veulent pas partager le pouvoir avec les islamistes iraniens soutenus par les démocrates, les Moudjahidines du Peuple [4] dont le premier acte sera de les zigouiller. En l’absence du deal, l’accusation a juste chargé le dossier des mollahs et a convaincu les gens du régime qu’ils n’auront d’autre option que la rupture !

PNG - 65.2 ko
PNG - 61.5 ko
PNG - 159.3 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Ce samedi, l’Iran devait se retrouver en arrêt. En raison du ralentissement du net, les opposants ont seulement signalé l’unité [5] des ouvriers des pétrochimies et des éleveurs de bétails dans un mail illustré par une minuscule et unique photo ! Ils ont aussi fait état de la disposition des jeunes mollahs de Jamaran du centre de formation de Jamaran (quartier de résidence des mollahs) de se joindre à la lutte, menaçant les mollahs de tomber sous les coups de leurs derniers recrues !

PNG - 242.4 ko
PNG - 271 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, les ouvriers du secteur énergie ont coupé l’électricité des centres commerciaux de leur ville pour empêcher les commerçants très proches du régime de continuer leurs activités !

Les mollahs ont confirmé la grève générale volontaire ou forcée, car ils n’ont montré aucune image d’activité surtout dans les centres commerciaux et ont assumé la responsabilité des coupures d’électricité, en insistant sur leur faux couvre-feu et la nécessité que tout reste fermé pour des raisons sanitaires. Ils ne pouvaient mieux confirmer leur malaise.

Un proverbe iranien dit qu’il ne faut pas se suicider par peur de la mort ! C’est que les mollahs viennent de faire. C’est une victoire pour les opposants et une défaite pour le régime et ses derniers associés désespérés des liens qu’ils affichaient naguère fièrement.

Mais nous n’avons pu avoir les images de ce suicide en raison du blocage d’internet depuis plusieurs jours. mais ce blocage est également une victoire pour l’opposition, car il paralyse aussi les transactions des gens du régime et contribue à leur malaise. Cela va au-delà du blocage des transports routiers souhaité par les Iraniens en lutte contre le régime.

Tout cela a amplifié la panique au sein des affairistes du régime. Les mollahs ont tenté de les rassurer et les maintenir à leur côté en allégeant leur taux de dollar, mais cela a augmenté la demande. Ils ont dû remonter le taux, ce qui ne plait guère à leurs associés en détresse !

© IRAN-RESIST.ORG

PNG - 167.7 ko


© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG
En résumé, en apparence, le pays semble calme et le régime à l’abri, mais depuis samedi ses dirigeants sont morts de peur, face à une grosse crise de panique de leurs plus proches associés et enfin, contraints à simuler le coma sanitaire pour s’éviter des désaveux plus sérieux !

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG