Accueil > Photos > Iran : La semaine en images n°217



Iran : La semaine en images n°217
15.04.2012

Au cours de ces dernières semaines, le peuple ainsi que les Pasdaran, les Bassidjis, les Bazaris ou les militaires ont ouvertement contesté la légitimité du régime et de ses composants en boycottant ses élections, mais aussi en repoussant son opposition officielle et en ignorant l’anniversaire de l’instauration du système islamique. En parallèle, ils ont plébiscité un changement en célébrant ostensiblement Norouz, fête non-islamique que les mollahs détestent car elle leur rappelle l’identité non islamique du peuple iranien.

Cette double contestation majoritaire (peuple+Pasdaran) a démoralisé les derniers hauts responsables encore fidèles au régime : on a assisté à une nouvelle ruée vers le dollar et le nombre des participants aux cérémonies officielles comme la prière de vendredi ou les séances de l’assemblée islamique a fondu. Le régime a repris le grand procès pour fraude qui est un moyen déguisé pour punir les candidats à la rupture. Puis il a sans cesse évoqué le soutien du peuple et des Pasdaran à ses programmes comme le nucléaire et ce pour contredire l’existence même de toute contestation afin de rassurer ses derniers collaborateurs. Mais, il a oublié de célébrer la mémoire de Fatemeh car elle n’a guère été célébrée par le peuple, les Pasdaran, les Bassidjis, les Bazaris ou les militaires ou même ses derniers collaborateurs.

Au second jour de cette semaine, le régime esseulé et isolé des mollahs a oublié de célébrer un autre événement sacré : sa journée de l’énergie atomique ! Cette année, on n’a pas eu d’annonces de progrès nucléaire : on n’a guère eu de provocations nucléaires !

L’objectif de ces provocations a toujours été de repousser toute réconciliation avec les Américains afin de ne pas être obligé de les autoriser à revenir en Iran avec leurs pions formés pour prendre le pouvoir de l’intérieur. Les derniers collaborateurs du régime exigent ces provocations ouvertes comme la garantie que les mollahs tiendront bon et ne les sacrifieront pas lors d’un marché avec Washington. Mais ces provocations exposent le peuple à de lourdes sanctions et font le lit de la contestation. En se taisant, les mollahs ont avoué qu’ils ne jugeaient pas opportun d’alourdir les sanctions et de défier le peuple pour assurer la survie de leur régime. En fin de semaine, ils allaient également rester très en retrait lors des négociations nucléaires.

La reculade du début de la semaine ne pouvait que démoraliser leurs derniers collaborateurs, la mollesse de la fin de la semaine allait entamer davantage leur confiance dans la solidité du régime.

Le régime a également promu un grand ramdam médiatique sur l’éventuelle suppression des allocations dans le but d’occuper les attentions et de dissimuler ainsi des reculades stratégiques qui révèlent sa fragilité. Il a également tenté de contenir la dissidence en annonçant des pendaisons collectives et de nouvelles arrestations dans le procès pour fraude. Il a aussi annoncé une tournée triomphale d’Ahmadinejad dans des régions reculées du sud du pays pour évoquer l’existence de réserves de partisans. Mais sur les images de la semaine, on ne voit guère de réserves de combattants dans le sud du pays, mais des images de rues nues ou des images d’archives. On ne voit aussi aucune effervescence politique mais de l’absentéisme à tous les niveaux. Voici la chronique en images d’une nouvelle semaine semée de problèmes pour le régime agonisant des mollahs.



Chaque semaine, le régime est confronté à des problèmes différents. La grande difficulté de cette semaine était qu’elle contenait deux dates susceptibles d’aggraver les sanctions et donc la contestation : dimanche (au tout début de la semaine), il devait célébrer la journée de l’énergie nucléaire, puis vendredi (au dernier jour de la semaine), il devait aller aux négociations (indésirables) sur le nucléaire.

La semaine dernière, le régime a tenté de neutraliser ces obstacles en remettant sans cesse en cause le lieu du rendez-vous pour pousser la partie adverse à jeter l’éponge afin de lui imputer la faute de l’impasse des négociations. Il aurait ainsi eu une victoire politique (pour sa journée atomique) marquant un point sans s’attirer de nouvelles sanctions qui le fragilisent. Mais son plan n’avait pas marché. Washington avait esquivé.

Samedi 7 avril 2012 (19 Farvardin 1391), premier jour de la semaine (J-1 avant la journée de l’énergie nucléaire), le régime a encore continué dans cette voie en remettant en cause Istanbul comme lieu de rendez-vous, avant d’annoncer que le lieu serait choisi dans la journée. Il ne pouvait plus fuir les négociations.

Le régime devait y aller, il devait refuser tout compromis pour éviter la réconciliation qui l’obligerait à autoriser le retour des pions américains en Iran, mais il devait aussi éviter de nouvelles sanctions pour ne pas pousser le peuple à bout : il n’avait pas d’autre choix que de faire profil bas. Il avait cependant dit qu’il annoncerait de grands progrès pour la journée de l’énergie nucléaire.

Pour ne pas perdre la face dans un contexte de contestation et d’effondrement de ses troupes, à contrecœur, il devait oublier l’existence même de cette journée. Il devait aussi se montrer très tactique du premier au dernier jour de la semaine.

Son premier choix a été de lancer une très forte diversion médiatique pour accaparer l’opinion et faire oublier sa reculade : une commission économique de son Parlement a remis en cause le versement des allocations remplaçant les subventions en raison d’un manque de budget alors que les députés n’ont aucunement cette possibilité légale. Personne n’a remis en cause l’illégalité de l’annonce car tout le monde est solidaire au sein du régime.

Pour que la panique prenne afin que le régime puisse détourner l’attention de sa reculade prudente (signe de sa peur), ses médias ont publié des chiffres sensationnels qu’ils cachent : on a ainsi su que les prix avaient doublé en un an, c’est-à-dire que le pays avait une inflation de 100%. On a également parlé de la hausse des carburants ou du prix du pain, de la faillite des boulangers ou encore du nombre des travailleurs par famille qui laissent supposer que 95% des Iraniens sont sous le seuil de pauvreté.

Le régime a au passage tenté de familiariser le peuple avec un nouveau paysage économique dû en réalité à son manque de devises pour importer des produits de base comme les céréales ou les carburants que le pays ne produit plus suffisamment. Mais le régime a cependant tenté de poser un frein à la panique en lançant des débats passionnés sur le taux de l’inflation dans lesquels d’éminents économistes ont évoqué des régulations pour ramener le taux à 23% !

Les médias ont été en feu alors que ce samedi 7 avril 2012 (19 Farvardin 1391), premier jour de la semaine (J-1 avant la journée de l’énergie nucléaire), le Parlement qui allait reprendre ses activités après les vacances était vide à 80%. Nous avons publié les photos la semaine dernière.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 398.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 897.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Rien ne laissait supposer l’évanouissement de la journée de l’énergie nucléaire. Dans le contexte d’insuccès du régime pour fuir le dialogue et face au risque interne, on pouvait supposer une folle fuite en avant avec une énorme provocation pour relancer les menaces d’attaques contre l’Iran afin de jouer la carte du sursaut patriotique pour récupérer une partie des Iraniens du moins une partie des Pasdaran.

Washington a alors envoyé un ancien Premier ministre japonais en Iran pour avertir les mollahs et aussi les sonder pour un arrangement. L’homme a été reçu en premier par Ali Larijani, patron non-officiel du régime, qui officiellement occupe le perchoir du Parlement pour se donner un rôle d’arbitre rigoriste mais modéré. Il n’y a eu aucune déclaration à la presse ce qui suppose que les propositions étaient inacceptables (avec des menaces de sanctions) et qu’au retour, la réponse des mollahs était négative.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 62.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 75.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 67.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 80.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Dimanche 8 avril 2012 (20 Farvardin 1391), le régime devait célébrer la journée de l’énergie nucléaire. Pour l’occasion, il n’y a eu aucune déclaration. Au hasard de nos recherches d’images, nous avons constaté qu’Ahmadinejad avait rencontré les directeurs des centres nucléaires, sans que le fait ne soit signalé dans la presse car le nombre des participants est très bas, ce qui laisse supposer de nouvelles ruptures dans ce corps scientifique pris en otages par le régime.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 136.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 231.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Le régime a zappé une journée qu’il tient pour sacrée. Cela ne pouvait qu’alarmer les collaborateurs du régime. Surtout que le médiateur japonais de Washington avait prolongé son séjour en Iran. Le même jour, les médias du régime ont annoncé que le marché du dollar était stable ce qui peut laisser supposer le contraire. Le fait est presque confirmé par une reprise soudaine du procès contre les fraudeurs bancaires ou les collaborateurs qui fuient le pays avec leurs dollars. Cette fois, le procès n’a pas eu lieu dans un tribunal, mais dans un lieu non identifié ce qui montre une certaine impréparation du régime. Les accusés sont également nouveaux. Le régime a donc élargi la palette de ses frappes de manière précipitée.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 72.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 184.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 109.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 107.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 240.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 165 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Dans l’après-midi, le Japonais a rencontré le responsable des négociations pour sonder le discours du régime à Istanbul. D’après les photos, la rencontre n’a pas été une séance de confidences.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 111.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 134.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

En début de soirée, les principaux vrais dirigeants du pays, c’est-à-dire, les membres du Conseil du Discernement se sont réunis chez le Guide, le chef officiel du régime. Nous y avons vu Larijani, qui préside non officiellement ce conseil, assis à côté de son éternel adversaire, Rafsandjani. Ahmadinejad qui est juste un simple porte-parole de ces gens était présent.

La réunion était officiellement une rencontre pour fêter la rentrée après les vacances de Norouz ! Les visages fermés des gens évoquent un état de préoccupation. Effectivement, le régime venait de reculer sur un point important : sa propagande et il venait de frapper encore certains de ses collaborateurs. Il n’existe photo montrant ces gens en train de parler. Ils ont dû discuter des affaires sérieuses et mettre au point la stratégie pour les jours à venir après le départ des photographes.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 80.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 60.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 62 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 59.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 65.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 53 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

On a sans doute mis au point, les jeux de rôles car…

Lundi 9 avril 2012 (21 Farvardin 1391), le régime a enfin réalisé la photo de la commission qui deux jours plus tôt avait convoqué Ahmadinejad pour lui demander des explications sur le financement de ses allocations ! On y voit quand même un certain désordre dans la mise en scène du vote secret lors de cette mascarade !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 54.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 55.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

A J-4 des négociations, le régime devait gonfler la polémique pour détourner l’attention de son futur profil bas face aux Six qui le sanctionne. Pour gonfler la polémique, Ahmadinejad ne devait pas répondre tout de suite à la commission. On devait l’occuper avec quelque chose de très important (le message étant d’être occupé à une tâche moins futile que de répondre à 3 députés agité). Le régime devait alors organiser des rassemblements en hommage au général Sayyad Chirazi, un jeune et talentueux commandant des forces armées impériales qui avait rejoint les Pasdaran et permis à ce corps inexpérimenté de prendre le dessus sur les forces irakiennes. Ahmadinejad a été programmé pour présider le rassemblement qui avait lieu à Téhéran.

Mais l’opération « Ahmadinejad occupé ailleurs à mieux faire » a tourné au fiasco car les Pasdaran qui ont rompu avec le régime ont boycotté l’hommage en l’honneur de Saad Chiraz d’une part à Mashad (les 3 premières photos), mais aussi à Téhéran. Le régime a dû combler la salle avec des civils (les trois dernières photos) ! C’est ce que l’on peut appeler de la malchance, mais ce qui arrive quand on fait des plans très compliqués alors que l’on a zéro partisan. De fait, le régime devait zapper cet hommage raté et Ahmadinejad n’a été nulle part alors tout le monde le recherchait !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 88.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 134.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 96.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 229 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 186.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 217.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Le régime a oublié le plan « Ahmadinejad occupé ailleurs », Larijani a donné une conférence de presse pour revigorer la rumeur anxiogène de la suppression des allocations !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 37.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Le régime patinait, l’Europe a déplacé la date de la rencontre d’un jour pour lui laisser un délai pour se ressaisir !

Mardi 10 avril 2012 (22 Farvardin 1391), à nouveau à J-4 des négociations, pour dissimuler son adoucissement sur le nucléaire face aux Six, le régime devait relancer la rumeur inquiétante sur la suppression des allocations. Ahmadinejad devait être occupé ailleurs : on a annoncé son départ pour les régions du sud pour une communion avec le peuple révolutionnaire d’Iran ! Au passage, le régime tentait d’affirmer qu’il a toujours des réserves. Voici les réserves du régime.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 25.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 49.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 67.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Sur certains photos il y a plus de monde, mais ces images proviennent sans aucun doute des archives, car Ahmadinejad porte un bandeau qu’il n’a pas sur les autres photos, ses gardes du corps sont différents.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 49.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 58.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

L’actu du régime a évidemment été dominée par les révélations financières inquiétantes, mais le régime devait organiser aussi la journée mondiale de la santé avec des infirmières et des médecins. Sur les images concernant cette célébration, on ne voit jamais la salle où ces gens étaient annoncés. Le régime a sans doute été boycotté par ces gens et tous les cadres dirigeants des hôpitaux ce qui évoque l’effondrement de la peur que suscitait le régime.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 120.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 149.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 139.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Le régime a annoncé que des officiels figuraient sur la liste de ses procès. Il a également annoncé 5 pendaisons à Kermân, 2 pendaisons à Tabac et 2 à Ispahan ainsi que des arrestations massives de SDF.

Ce mardi 10 avril (22 Farvardin), le régime a annoncé la création d’une agence de presse dédiée au monde islamique, s’accrochant à l’illusion de sa puissance extérieure. La salle est composée de gens chez qui l’on voit la détresse et non la puissance.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 85 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 88.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 88.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Le site de cette agence est d’ailleurs vide : le régime semble manquer de collaborateurs dans le domaine très utile et sensible de la propagande, domaine indispensable pour sa survie. Nous avons d’ailleurs remarqué que le nombre de photographes a diminué et les reportages les plus sensibles sont confiés aux plus anciens pour ne pas laisser passer des détails compromettants.

Le régime donnait des signes d’essoufflement. Kofi Annan est alors arrivé à Téhéran. Ce voyage avait été programmé la semaine dernière alors que le régime était dans une situation similaire d’essoufflement. Les Occidentaux pensait donner au régime un rôle régional dans le règlement de leur conflit avec la Syrie afin de le caresser dans le sens des poils et ainsi obtenir un adoucissement du discours qu’il allait leur tenir sur le nucléaire à Istanbul.

Ce mardi soir, Téhéran a saisi cette visite pour rebondir : il a communiqué ses exigences sur la Syrie ! il a organisé une conférence de presse pour officialiser son point de vue en précisant qu’à Istanbul, il ne parlerait pas seulement du nucléaire, mais de la défense de ses intérêts dans la région ! Kofi Annan et les Occidentaux a été piégé par les mollahs !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 87.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 66.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 74.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 113.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Mercredi 11 avril 2012 (23 Farvardin 1391), le régime n’avait plus tellement besoin de ses polémiques internes pour cacher son futur profil bas à Istanbul ! Il a commencé à évoquer doucement la défense de ses acquis nucléaires et à recentrer son action sur la Syrie dans une conférence donnée de presse donnée par Jalili.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 117.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 117.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 105.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Mercredi, dans la foulée de cette trouvaille qui lui permettait de refuser tout compromis sans passer par des provocations, le régime a commencé à désamorcer la rumeur sur la suppression des allocations en annonçant des négociations entre les proches d’Ahmadinejad et les parlementaires qui le critiquaient.

Les médias du régime ont également annoncé l’arrivée de 65000 tonnes de céréales des Etats-Unis pour insister sur l’attachement de Washington à leur existence et aussi l’absence de risque de pénurie après les chiffres alarmants publiés plutôt dans la semaine.

Le régime ne savait cependant s’il allait s’en sortir ou pas à Istanbul. Il ne savait pas si Washington allait le punir ou pas. Il ne savait s’il devait encore davantage courber l’échine. Il devait se laisser la possibilité de relancer les vaines querelles internes pour occuper l’opinion afin qu’il ne remarque pas trop ce signe de faiblesse. C’est pourquoi il a gardé Ahmadinejad dans le sud.

Les photos de cette fin de visite sont aussi intéressantes : mercredi, à Bandar Abbas, on n’a aucune image de rue, mais une foule ensoleillée dans un stade alors sur la seconde photo montrant Ahmadinejad en train de saluer les VIP, le ciel est couvert ! Cette fois, on remarque aussi des voiles roses pour cacher de grandes zones vides dans le stade…

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 111.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 75.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Jeudi 14 avril 2012 (26 Farvardin1391), Ahmadinejad était à Ghesha, là aussi on a été privé d’images de liesses dans la rue. Cette fois, on a eu droit à une foule avec des centaines de drapeaux, mais sur une autre image prise par l’arrière, on voit moins de monde et peu de drapeaux, ce qui veut dire que le régime nous a encore proposé un cocktail d’images d’archives sans prendre la peine de les coordonner (peut-être par manque d’assiduité de la part de ses collaborateurs qui n’y croient plus).

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 75.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 66.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 78.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 52.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Vendredi 13 avril 2012 (25 Farvardin 1391), le régime soupçonnait un nouveau boycott de la part de ses collaborateurs lors de la Prière de Vendredi, il a diffusé des images vidéos et des photos correspondantes montrant une salle comble avec des soldats dessinant le drapeau iranien pour saluer la journée de l’Armée prévue pour ce dimanche. Il cherchait ainsi à nier par avance le boycott prévisible de cette autre date importante pour sa légitimité.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 89.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 90 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 88.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

C’est là un coup intéressant, mais totalement bidonné car sur ces images, le ciel est assez lumineux alors qu’il faisait réellement très gris ce vendredi à Téhéran. Par la suite, il a d’ailleurs tellement plu que les rues et certaines stations de métro ont été entièrement noyées !

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 89.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Samedi 14 avril 2012 (26 Farvardin 1391), Jalili, le représentant du régime s’est rendu confiant à Istanbul où il n’a rien cédé sur aucun point.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 123.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 142.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 65.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Jalili a par ailleurs refusé un entretien privé aux Américains alors qu’il l’avait accordé aux Russes et aux Européens. Washington ne l’a pas laissé exploiter cette situation pour rompre l’apaisement qu’il souhaite pour revenir en Iran. C’est pourquoi il a parlé de négociations positives et réussies. Le régime a été privé du scandale qu’il espérait pour rompre l’apaisement tactique souhaité par Washington. Il a dû accepter une nouvelle date de rencontre, mais dans un mois, pour trouver le moyen de casser l’apaisement sans aller sur le terrain nucléaire. Le sourire ravageur a laissé place à un rictus car c’est là aussi un long délai pour un régime fragilisé et agonisant.