Accueil > News > Iran : Le Bazar entre dans son 9ème jour de grève



Iran : Le Bazar entre dans son 9ème jour de grève
14.07.2010

Hier soir, le Grand Bazar de Téhéran a vécu sa huitième journée de grève consécutive. Selon les rumeurs, les Bazars d’autres grandes villes, en particulier celui d’Ispahan – seconde ville iranienne-, auraient fait état de leur intention de se joindre au mouvement. Le malaise règne au sein du régime car le monde entier est au courant de cette grève. Le régime ne peut pas nier l’évidence : il le reconnaît désormais, mais en parlant d’une grève finissante. Le Mouvement Vert confirme son statut de fausse opposition en répétant le discours officiel. La grève a déstabilisé le régime.



Il est très difficile de trouver des informations fiables sur l’étendue de la grève. Ceci est dû au manque total d’images. Les seules photos ou vidéos des divers Bazars en grève datent de premières journées de grève le mardi 6 et le mercredi 7 juillet.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
JPEG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
JPEG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
JPEG
© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Ces seules photos disponibles ont une seule source : l’INA-Iran, un site qui diffuse les communiqués et les appels à mobilisation en faveur du Mouvement Vert, la fausse opposition interne. Malgré l’importance de l’info, ce site n’a pas diffusé les images dans l’heure. Il a attendu deux jours pour les diffuser, peu avant une manifestation organisée le 9 juillet par le Mouvement Vert. L’INA-Iran espérait attirer dans les rues les Iraniens hostiles au régime afin de les placer de force sous la bannière du Mouvement Vert. Ce mouvement étant partisan d’un retour aux valeurs fondamentales de la révolution islamique, c’est-à-dire le rejet islamiste de l’Occident, Téhéran aurait alors donné une couleur populaire et démocratique à son refus de compromis, se donnant ainsi le moyen de demander la levée des sanctions qui l’épuisent.

Mais malgré cette énorme attente, comme d’habitude, ce vendredi 9 juillet, les Iraniens ont boycotté le Mouvement Vert. Le régime a été privé du plébiscite en faveur de sa politique nucléaire. Il a tenté de convaincre les Iraniens de la nécessité de manifester en diffusant via l’INA-Iran les dernières images de la grève, celles du jeudi 8 juillet, à Hamedan, Tabriz et Téhéran. Ce dernier effort a été infructueux. Depuis, le site ne diffuse plus rien car il n’y a aucune manifestation annoncée par le Mouvement Vert. Le régime a aussi retiré l’impôt annoncé qui avait été à l’origine de la grève pour le remplacer par un impôt d’un d’un montant flou, exigible à une date encore plus floue.

Cette situation laisse supposer que Téhéran aurait délibérément provoqué une grève pour faire sortir les Iraniens. Mais la grève continue et s’étend à d’autres villes, ce qui laisse supposer qu’il aurait perdu le contrôle de son projet. Ce n’est pas la première fois que cela arrive : le 12 juin 2009, il avait inventé le Mouvement Vert : le 15 juin, les gens étaient descendus dans les rues pour crier « mort à la république islamique ». Il y avait alors eu un grand malaise. Le régime avait tiré sur la foule pour rétablir l’ordre. Cette fois aussi, il y a un malaise, mais deux indices laissent voir que son niveau dépasse le malaise du juin 2009.

Tout d’abord, le régime n’a pas fait usage de la force contre les Bazaris. C’est la preuve flagrante qu’il ne s’estime pas en position de force. La grève n’a pas provoqué un nouveau soulèvement national, mais elle a montré les limites des capacités du régime.

Le second indice de la croissance du malaise est le maintien voire le renforcement de la grève malgré la suppression du motif qui l’avait provoquée. Le Bazar d’Ispahan, la seconde ville du pays, serait sur le point de rejoindre les Bazars en grève et à Téhéran, le mouvement a touché les boutiques en périphérie du Bazar. Au-delà de l’épreuve de force, c’est le signal d’un manque de client. Ceci n’a rien de surprenant car de plus en plus d’Iraniens sont en difficulté en raison de la perte de leur emploi, la baisse de leur retraite et la suppression prochaine des produits subventionnés.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Le régime a ouvert une nouvelle boîte de pandore qui l’effraie d’où son long silence suivi de rumeurs diffusées par l’INA-Iran ou des photos publiées par IRNA pour annoncer l’ouverture de plusieurs sections de Bazar.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 101.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG


© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Pour en savoir + sur :
- Iran : C’est le bazar au Bazar !
- (16 janvier 2010)

| Mots Clefs | Résistance : Menace contre le régime |
| Mots Clefs | Résistance : Grèves |
| Mots Clefs | Instituions : Economie iranienne |