Accueil > Photos > Iran : La semaine en images n°112



Iran : La semaine en images n°112
11.04.2010

Cette semaine, vendredi 9 avril, le régime des mollahs devait célébrer la quatrième édition de sa Journée nationale de la technologie nucléaire. Il devait apporter des précisions sur la construction des dizaines de centres d’enrichissement dont dont Ahmadinejad avait parlé, il y a quelques mois. Ce programme conçu pour fermer la porte à tout compromis a été contrecarré le 30 mars dernier par des officiels américains qui ont remis en cause d’une part la capacité technologique technologique des mollahs à construire ces centres et d’autre part, l’existence même des chantiers invisibles malgré l’étroite surveillance du territoire iranien par les satellites américains, israéliens ou européens. Le dernier argument était imparable : Téhéran devait mettre de côté les annonces promises. De peur de donner l’impression d’un régime fini qui aurait reculé devant les Américains, ce qui pourrait inciter ses miliciens à le lâcher, le régime a décidé de faire baisser la fièvre nucléaire en se montrant discret sur le thème nucléaire. De fait, comme l’année dernière, il n’y a pas de tapage médiatique : ni discours atomiques en rafale, ni des manifestations anti-américaines riches en slogans, ni des quotidiens aux unes enflammées à la gloire du programme nucléaire iranien…



Il est difficile pour les mollahs de se taire ! On se souvient tous qu’il y a deux ans, le vrai patron du régime, Rafsandjani, avait déclaré que le principal atout du régime était sa langue bien pendue. « Nous n’avons peut-être pas de force, mais nous avons une langue », avait-il lancé à l’occasion du sermon de la fête du sacrifice en 2008. Le régime a connu donc une semaine de défi personnel ! Puisqu’il devait se montrer discret sur le thème nucléaire qui est un sujet orienté vers l’international et porté par son champion de la langue bien pendue Ahmadinejad, le régime a donné la priorité à des évènements nationaux, de préférence sans Ahmadinejad.

Au chômage tactique | Samedi, le premier jour de cette semaine de défi, est passé assez inaperçu car il s’agissait de la reprise du travail après les deux semaines de congés du Nouvel an. Les journaux qui cessent de paraître pendant 14 jours ont tous consacré leurs unes aux vœux du Guide suprême. Le second jour de la semaine où il fallait se faire tout petit, dimanche, a été consacré à la mise en scène de la reprise du travail dans les institutions et les retrouvailles entre les hauts dirigeants du régime. On a mangé des pâtisseries à l’assemblée, on s’est collé des bises, on a posé avec les collègues.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 71.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 92.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 56 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 39.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Les Guignols | On ne pouvait tout de même pas continuer ainsi car on vit dans un pays en crise, en proie à des difficultés économiques énormes qui ont obligé les mollahs à annoncer la suppression des prix subventionnés dans les prochaines semaines. C’est un sujet essentiel qui intéresse les Iraniens. Puisque le régime devait éviter les sujets internationaux, il a sauté sur l’occasion pour monter une mayonnaise sur une soi-disant querelle entre Ahmadinejad et Larijani à propos les modalités de la mise en œuvre de cette suppression. Cela a démarré le lundi et a connu son point culminant le mardi avec le débat public à l’Assemblée. On a à cette occasion vu les gens se crier dessus et entendu Ahmadinejad et Larijani échanger des noms d’oiseaux. Le spectacle a été momentanément clôturé par une intervention du Guide suprême, ce qui a occupé les jours du milieu de la semaine.

Depuis un certain temps, les photographes iraniens sont entrés en rébellion et révèlent les supercheries du régime. Cette fois, ils nous ont une nouvelle fois surpris en diffusant des images qui montrent l’artificialité de la querelle sur les modalités de la suppression des allocations.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 71.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 69.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 69.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Seuls sur le pont | Pendant que le régime cherchait à occuper les Iraniens avec des querelles auxquelles personne ne croit plus, l’une des deux parties, Ahmadinejad, est partie en voyage régional en Azerbaïdjan occidental iranien pour inaugurer la seconde branche d’un ponton sur le lac salé d’Oroumieh ! Mais c’était un prétexte pour se faire oublier car il n’existe aucune image de cette fameuse inauguration.

Selon les médias du régime, le président qui est très populaire a été accueilli par la foule de ses fans, c’est pourquoi il y est d’ailleurs resté 3 jours au lieu de quelques heures. Pour prouver cette prétention le régime a diffusé des photos et une vidéo du grand rassemblement en son honneur. Regardez bien l’une de ces photos et la vidéo (en coupant le son et les applaudissements) : les images ne correspondent pas.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 327.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

IMG/flv/112_Ahmadinejad_video.flv

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Il y a un problème : la photo a été prise dans un stade, mais la vidéo montre un rassemblement sur une place avec une rue et des gens qui marchent. En fait, nous avons là deux faux : les photos ont été bourrées avec l’aide du logiciel Photoshop et la vidéo est un collage de différents reportages, montage qui saute aux yeux en raison de la différence de qualité des séquences et l’absence d’un balayage du terrain. En fait, il y avait très peu de monde comme le montre cette vidéo amateur d’un opposant !
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

IMG/flv/112_Ahmadinejad_video_amat.flv

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
En se fiant à ces images et à la première photo (pour la taille du terrain), on voit que le rassemblement a réuni uniquement 200 à 300 personnes ! C’est bien plus grave que l’on ne peut l’imaginer car le régime a toujours rempli les stades avec les familles de ses miliciens ou des indigents payés à la journée : l’absence de mobilisation est la preuve que ses miliciens l’ont définitivement lâché, il ne lui reste que les indigents. C’est pourquoi, en ces trois jours d’exil forcé en province, Ahmadinejad ne s’est guère déplacé dans des lieux publics alors qu ‘il y a toujours quelque chose à inaugurer dans l’Iran des mollahs.

Bouche-trous | On a ainsi eu droit à une semaine sans image, sans événement, un désert médiatique. L’actu internationale a sauvé les mollahs car ils ont pu combler le vide avec des unes sur les attentats à Moscou puis à Bagdad, pour finir en roue libre sur le Kirghizistan. Ce dernier choix a enchanté les Iraniens qui boudent le régime : le président Kirzigh est monté au pouvoir avec l’aide des Américains (comme les mollahs) et tombé suite à une hausse sauvage des prix (comme le souhaitent les mollahs avec la suppression des subventions). C’est une conséquence fâcheuse de la semaine de chômage tactique…
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 321.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
En manque de bouche-trous pour ne pas parler de sa Journée nationale de la technologie atomique qui lui posait un problème de communication, le régime a même fini la semaine ouvrée avec ses dernières unes de jeudi consacrées à un événement dont tout le monde se fiche : le championnat de robotique de Téhéran par nos jeunes chercheurs musulmans où l’on a vu même un robot en Burqa !
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 396 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 127.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 44.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 42.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 270.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Atomic express | Vendredi soir, l’équivalent du dimanche soir en Occident, un moment où personne ne suit l’actu, le régime a expédié sa Journée nationale de la technologie atomique en deux heures dont il a tiré un reportage de 2 minutes. Il a ainsi zappé les promesses intenables des dizaines de nouvelles usines nucléaires et la prétention d’avoir produit plusieurs kilos de combustibles qu’il a remplacés par un prototype de centrifugeuse qui serait très performante et un prototype de combustible de 7 grammes dont il n’a même pas osé parler dans ses dépêches internationales.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 240.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 35.7 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 241.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Samedi matin, cet événement en cachette que l’on préfère oublier a donné lieu à 1/8 de la première page d’un seul grand quotidien national (en haut à droite). Ce choix éditorial a replacé à la une la révolution Kirghiz ! Ce qui est tout de même assez drôle.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

PNG - 435.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Chômage technique | Pendant cette semaine de chômage tactique où les différents dirigeants ont joué à cache-cache avec les médias et les photographes de presse, ces derniers se sont retrouvés au chômage technique. Ces petits malins, qui n’ont jamais de prix internationaux, ont mis à profit ce temps libre et le besoin du régime de faire du bouche-trou en shootant des sujets en apparence neutre. Les sujets sont hallucinants, outre un reportage sur les enfants d’une banlieue pauvre de Qom, des images d’un centre de désintoxication, il y a 3 reportages sans fin sur le métier de fossoyeur, dont la légende dit qu’il est le meilleur métier en Iran. C’est une vision désabusée de la vie en Iran. Le reportage a été diffusé car la mort est la culture du régime. Cela rend la vision sombre de ces jeunes Iraniens encore plus tragique. Regardez, on est bien loin des centrifugeuses, loin des slogans, loin des shows, loin des pâtisseries, des querelles factices théorisées par les Delphine Minoui, loin des bisous feutrés, loin de tout.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 71.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 76.3 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 102.1 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 58.4 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 40.9 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 64.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 32.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 83.5 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 79.8 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 60.2 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 52.6 ko

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 53.9 ko