Accueil > Articles > Iran : Le féminisme frelaté de la revue Zanan et la gauche française



Iran : Le féminisme frelaté de la revue Zanan et la gauche française
01.02.2008

La revue Zanan (femmes), qualifiée par l’AFP d’important mensuel défendant les droits des femmes, aurait été suspendue par le régime des mollahs. Cette suspension est une mesure factice du régime pour rappeler à tout un chacun qu’en Iran, il existe un courant dissident et féministe. | Décodages



La revue Zanan a été créée en novembre 1992 avec l’arrivée au pouvoir du sinistre Rafsandjani, le patron occulte du régime des mollahs. Cette revue est chargée de promouvoir l’idée d’un féminisme inspiré du Coran et conforme à la Charia ! Ce que nous affirmons n’est pas une invention de notre part : cette particularité idéologique de Zanan est expliquée par Azadeh Kian-Thiébaut dans le numéro de novembre 1996 du Monde Diplomatique
 [1], l’une des antennes parisiennes de diffusion de cet islamisme bon teint et fréquentable conforme aux attentes de Rafsandjani.

Ainsi, le Monde Diplo s’est tour à tour prêté à toutes les opérations de propagande pour les divers éléments du régime qui professent la compatibilité entre la charia (correctement interprétée) et la pensée de gauche. Parmi ces éléments, on retrouve Shirin Ebadi et un certain Abdolkarim Soroush qui a été à l’origine de la purge des universités laïques iraniennes après la victoire de la révolution islamiste. Le Monde Diplo a aussi défendu et promu les soi-disant étudiants réformateurs comme Tabarzadi [2]. Aujourd’hui, toujours fidèle au sommet du pouvoir des mollahs, il fait de la publicité pour le Journal d’Iran, une publication qui fait du lobbying pour encourager le retour des investisseurs étrangers vers l’Iran pour empêcher la banqueroute du régime des mollahs.

L’auteure de l’article dans le Monde Diplo, Azadeh Kian-Thiébaut est l’une des plus actives lobbyistes du régime des mollahs en France : elle se prétend aussi bien sociologue que politologue ou encore expert nucléaire. Elle parcourt les émissions orientées à gauche (comme Ripostes) pour modérer l’image du régime des mollahs et relativiser la situation en Iran et ce dans tous les domaines.

En Iran, la revue Zanan tient le même discours : leur argument est l’existence des dissidents et une activité associative intense. Aussi bien, Azadeh Kian-Thiébaut que le Monde Diplomatique ou encore la revue Zanan avancent inlassablement depuis 1996 les mêmes arguments sociologiques associés aux mêmes noms : Ganji, Soroush, Shirin Ebadi, Mehrangiz Kar… ou encore les mollahs soi-disant modérés (ou modernes mêmes) comme Khatami, Montazeri et bien sûr Rafsandjani ! [3]

Et depuis cette époque lointaine pas une seule fois, ni le Monde Diplo, ni Kian-Thiébaut ou autres lobbyistes du régime, ni Shirin Ebadi et ses colistiers dissidents ou les mollahs modérés n’ont jugé nécessaire d’abroger les lois inspirées par la charia qui ont dépénalisé la pédophilie et le viol sur mineur en autorisant le mariage entre une fillette de 9 ans et un adulte ou un mollah de n’importe quel âge.

La soi-disant suspension de la très complaisante revue Zanan est un coup de pub pour le mouvement féministe islamique lié au régime, qui n’est qu’une vitrine des opportunités d’expression sous le régime des mollahs. Cette annonce de suspension est factice : la preuve en est que le régime a annoncé la suspension de la publication mais pas l’accès au site de la revue. Cette annonce délibérée de suspension est censée provoquer une vague de protestations des soi-disant dissidentes féministes défendues par la revue Zanan : les pseudo-activistes de la « campagne de pétition pour 1 million de signatures ». Ce mouvement est par ailleurs soutenu par les féministes de gauche en Europe grâce aux efforts des lobbyistes comme Azadeh Kian-Thiébaut et des publications comme le Monde Diplomatique, Nouvel Obs ou encore Marianne.

Exemple | Le site abolition.fr a publié un entretien avec Azadeh Kian-Thiébaut [4], où le titre est en totale déconnection avec le contenu des réponses de AKT. C’est là une autre technique pour se trouver un public. Le titre dit : Les Iraniennes sont dans une situation intenable ! Mais les réponses affirment le contraire ou attribuent l’application de la lapidation à une attente de la population. Exemple :
Question : Les femmes sont donc complètement absentes de la société iranienne ?

A. K-T. Non, elles ont réussi malgré tout à se frayer une place importante dans la vie civile. On compte 400 avocates et plus de 200 juges femmes. En revanche l’assemblée nationale reste encore très verrouillée...

Tout est faux. Le Parlement islamique n’a aucun pouvoir. Les femmes n’ont pas le droit de travailler sans le consentement de leurs tuteurs légaux ! C’est cela relativiser la situation en Iran. C’est exactement le discours de Zanan.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs et les femmes :
- Iran : La Femme dans la Constitution du régime des mollahs
- (10 mai 2007)

La réalité économique de la condition de la femme iranienne :
- Iran : Les iraniennes ne rêvent pas !
- (8 JANVIER 2008)

Azadeh Kian-Thiébaut n’est pas la seule lobbyiste « féministe » iranienne :
- Fariba Adelkhah : le Fascisme en jupon
- (23 AVRIL 2006)

| Mots Clefs | Resistance : Le Lobby Rafsandjani en France |

| Mots Clefs | Resistance : Lobby pro-mollahs en France et ailleurs ! |

| Mots Clefs | Resistance : FAUSSE(s) OPPOSITION(s) |

| Mots Clefs | Institutions : Misogynie Institutionnelle |

[1Le Monde Diplomatique : nov. 1996 | Sujet : les femmes | auteure : Kian-Thiébaut

PDF - 161.9 ko
Iranian women take on the mullahs by Azadeh Kian-Thiebaut.pdf

[2Le Monde Diplomatique : jan. 1998 | Sujet : les étudiants | auteure : Kian-Thiébaut

PDF - 197.7 ko
Time for reform of the Islamic revolution by Azadeh Kian-Thiebaut.pdf

[3Le Monde Diplomatique : juin 1999 | auteur : Eric Rouleau (grand ami de Khomeiny)

PDF - 209.1 ko
En Iran, islam contre islam par Eric Rouleau.pdf

[4Un entretien avec Azadeh Kian-Thiébaut | 05-03-2005
Les Iraniennes sont dans une situation intenable ! |