Accueil > Photos > Iran : Avalanches sur les cartons !



Iran : Avalanches sur les cartons !
04.02.2020

Ce samedi 1er février (2020), les mollahs devaient comme chaque année célébrer le retour de Khomeiny en Iran et lancer les festivités de décade de Fajr (aube) pour célébrer pendant 10 jours les événements de leur révolution. Mais pour ce 41e anniversaire de cet événement, on n’a rien vu de tel. Autrement dit zéro soutien au régime parmi ses proches ou les miliciens qui lui restent fidèles. Les opposants iraniens qui ont les faveurs des médias français se sont gardés de signaler cet échec hors du commun pour les mollahs ! La France continue donc à protéger les mollahs. Point sur la situation.



Contrairement à ce qui est raconté en France, et ailleurs en Occident, les Iraniens n’ont pas participé massivement à la révolution islamique de 1979. Vous avez tous vu des cortèges de cercueils et des foules en colère, mais cela n’avait pas de sens, car en Islam il n’y a pas de cercueils  ! Dès lors, cette semaine, nous avons aussi regardé attentivement les images diffusées à l’époque et nous y avons constaté des irrégularités comme l’image ci-dessous où la majorité des gens ont le dos tourné à la direction de la marche dans le cortège suivant Khomeiny vers le cimetière Behesht Zahra pour son premier discours  !

JPEG - 533 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On a aussi vu des irrégularités sur les images du célèbre photographe iranien de plateaux de Hollywood, Shahrokh Hatami, qui a été placé à côté de Khomeiny en France et a débarqué avec lui Téhéran  : des contre sens de lumière (pas de contrejour sur Khomeiny), des barricades photographiées dans une position illogique, des victimes blessées sans traces de balles.

JPEG - 423 ko
JPEG - 639 ko
JPEG - 485.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cette révolution, fabriquée et mise en scène, a aussi vite déçu en raison de la détérioration de la situation économique et la perte des avantages mis à la disposition du peuple par le Shah. Les mollahs et le peu de gens qui avaient bénéficié de cette soi disant révolution ont contré le manque de partisans et de foule pour les applaudir en rendant obligatoire la participation à leur manifestation aux fonctionnaires, aux ouvriers et aux écoliers sous peine de licenciement ou d’expulsion de leurs écoles.

Cependant en raison l’apparition d’un chômage de plus en plus fort-inexistant du temps du Shah, la menace de licenciement a cessé d’intimider les gens. L’obligation pour les jeunes d’abandonner l’école pour des raisons économiques a aussi diminué sans cesse l’emprise des mollahs sur ces derniers.

Les mollahs ont alors misé sur des aides en nature pour fidéliser environ 25,000 miliciens civils (adultes et enfants confondus) à Téhéran et aussi quelques milliers parfois quelques centaines dans les autres villes pour leurs manifestations.

Le nombre de participants étant réduit, ils ont éliminé le grand rassemblement comme celle que l’on avait vue sur leurs fausses images révolutionnaires, et mis en place une mise en scène symbolique pour la célébration du retour de Khomeiny  : en se focalisant sur un rassemblement de jeunes à l’aéroport Mehrabad de Téhéran pour insinuer le soutien des jeunes. La foule était sublimée alors par le photomontage qui fait partie de l’ADN du régime.

On voyait au même moment le Guide rendre hommage à Khomeiny et aux miliciens morts pour le régime. Puis, on avait une démonstration de force du régime par un défilé de motards, car seuls les agents du régime sont autorisés à rouler en moto. La célébration se terminait à midi par un rassemblement des dirigeants protégés par ces motards au cimetière Behesht Zahra. Les représentants des minorités religieuses étaient tenus de participer.

Mais les mollahs ont aussi perdu leurs manifestants miliciens professionnels sous Ahmadinejad après avoir supprimé les dons en nature de ces pauvres gens et les avoir remplacés par des allocations sans valeur. On a alors vu de moins en moins d’écoliers pour la première partie du retour de Khomeiny et moins en moins motards dans les rues de Téhéran. Notamment en 2014 sous la pluie, on a eu droit à des soldats en cartons.

JPEG - 55.6 ko
JPEG - 182.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dès 2015, les mollahs ont supprimé la première partie en remplaçant les écoliers qui les boycottaient par un rassemblement en salle de dirigeants secondaires pour évoquer le retour de Khomeiny.

JPEG - 49 ko
JPEG - 63 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’année dernière, en 2019, même cette cérémonie n’a pu avoir lieu pour le 40e anniversaire du retour de Khomeiny en Iran du fait de ralliement des miliciens de base au peuple pour le renverser. http://www.iran-resist.org/article6883.html

Cette année (2020), après les manifestations plus hostiles de ces miliciens et aussi des officiers de la milice ou encore en raison des grèves massives qui persistent dans le secteur pétrolier, les mollahs ne pouvaient qu’envisager le même échec voire même des actions hostiles à leur encontre.

Les miliciens hostiles au régime ont mis la pression aux mollahs en insistant sur l’élargissement de la grève dans le secteur pétrolier. Ils ont aussi rappelé leur propre détermination en faisant exploser le siège de QG opérationnel de la milice à Téhéran deux jours avant le début de la décade Fajr ! À la veille de l’anniversaire du retour de Khomeiny, une explosion a tué le principal mollah de Chiraz et sa famille  !

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants ont aussi insisté sur l’élargissement de la grève dans le secteur pétrolier.

Les mollahs ont eu un autre problème inattendu et insurmontable : d’importantes chutes de neige dans presque tout le pays y compris à Téhéran – un temps inhabituel pas vu depuis 50 ans – qui empêchait de recourir à des images d’archives (sans neige et sans verglas) !

JPEG - 60.3 ko
JPEG - 144.2 ko
JPEG - 561.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont cessé de communiquer sur la célébration de leur journée. Ils ont mis en avant leur fausse opposante Masih Alinejad et sa campagne qui se résume au maintien du régime, mais sans le port du voile, mais personne n’a cru aux images qu’elle mettait en vue, car on n’y voyait pas de neige ou des vêtements d’hiver !

© IRAN-RESIST.ORG

Ce mois iranien se nomme Bahman qui signifie avalanche  ! On s’est dit que la neige emportait la défense du régime telle une avalanche  !

Samedi, on n’a guère entendu les mollahs  ! On n’a pas également vu de motards défilant sous la neige, mais un petit groupe de motards dans un environnement sans aucune trace de neige ou de verglas ou encore de sombres nuages dans le ciel. La neige a permis de lever le voile sur le fait que le régime n’a plus de défenseurs.

JPEG - 393.5 ko
JPEG - 279.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On devait voir le Guide rendant hommage à Khomeiny et aux miliciens morts pour insinuer que le régime avait des défenseurs prêts à se sacrifier pour le défendre. On a vu le Guide sur le tombeau de Khomeiny, mais pas dans les allées du cimetière Behesht Zahra puis au mausolée de Khomeiny. On ne l’a pas vu à Behesht Zahra : ce qui signifiait qu’il avait peur d’y aller en raison d’absence de gardes pour assurer sa sécurité  !

PNG - 1.3 Mo
JPEG - 357.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On n’a également vu aucun rassemblement de responsables sur le même site !

On a alors vu à la place des photos de Rohani et d’autres mollahs dans ces allées, mais le temps n’était pas du genre nuageux. On avait donc des images d’archives pour insinuer la solidité du régime grâce à l’esprit de sacrifice de ses miliciens  !

PNG - 3.1 Mo
JPEG - 210 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Pour les provinces, on a aussi vu les images d’archives, mais micro-foule sous le soleil ou en carton  ! Une vraie modestie sans photoshop qui faisait état de la peur des mollahs de défier leurs opposants !

PNG - 657.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La panique a gagné les gens du régime. Les artistes officiels du régime qui avaient plus tôt appelé au boycott du Festival de Film de Fajr sans vraiment montrer leur engagement en faveur d’un changement ont mis en évidence leur appel. L’un d’eux qui y était allé quand même a aussi retourné sa veste devant les caméras du régime et une salle invisible (vide ?) en se disant du côté du peuple, mais en faisant la promotion du dialogue

© IRAN-RESIST.ORG

Des champions du régime ont oublié leur soumission et se sont réfugiés à l’étranger en se rappelant de sa méchanceté  !

PNG - 304.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont pu compter sur les faux opposants et les faux journalistes experts, qui vivent hors du pays, car ces derniers n’ont pas signalé ces échecs et surtout la peur des mollahs de marcher en dehors de leur bunker. Ils ont encore insisté sur un tir de fusée (comprendre missile) -déjà évoqué en prévention au boycott du régime- afin de se donner de la contenance et annuler la preuve pour leur faiblesse et leur isolement extrême et aussi empêcher de sanctions en raison de leur refus d’adhésion au FATF.

Mais les Européens, gênés par cette provocation qui va dans le sens de Trump, se sont gardés de la commenter. Les mollahs ont avoué d’avoir abattu l’avion d’Air Ukraine pour faire peur et provoquer une crise avec l’Europe. Les Européens ont encore gardé le silence pour ne pas donner raison à Trump et préserver in fine l’accord sur le nucléaire qui est leur seul succès diplomatique mondial et leur seul encrage au Moyen-Orient.

En revanche, leur aveu a bien déçu les familles des voyageurs qui étaient des proches en train de fuir le régime qui est en phase terminale.

En conséquence du boycott subi et ces échecs, les mollahs tenteront de provoquer une grande crise par tous les moyens à mesure qu’ils s’approchent du boycott du 41e anniversaire de leur révolution, qui sera peut-être marqué par une action forte de leurs opposants pour en faire l’anniversaire de la décade de leur chute et de la fin de l’hiver islamiste en Iran.

Avalanche en vue sur les cartons !