Accueil > Photos > Semaines 570-573 : (12/01-08/02/19) La guerre internationale pour les (...)



Semaines 570-573 :
(12/01-08/02/19)
La guerre internationale pour les enjeux iraniens

20.02.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski (sur un malicieux conseil de leur ennemi anglais Bernard Lewis), pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais (!?), car cette stratégie avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Ansarallah et les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge et le canal de Suez. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais cette dualité diplomatique ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme au Yémen, mais aussi via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs pour tous leurs méfaits. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (SPV) avec les mollahs, les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Les mollahs menacés de toute part ont tiré un missile potentiellement nucléarisable susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen. Ce choix a surtout décidé les pays concernés notamment les grandes puissances à adopter une attitude plus ferme à propos des mollahs, leurs missiles aux objectifs terroristes. Ils ont mis fin à la guerre au Yémen et en Syrie pour obliger les mollahs à quitter ces pays. Les Européens ont aussi puni les mollahs en excluant le pétrole de leur dispositif à venir d’échanges démonétisés. Le prince Reza Pahlavi qui a le soutien du peuple iranien a pu enfin accéder à quelques médias américains.

Les mollahs, certains qu’ils étaient perdus, ont relancé leur fausse opposition avec de soi-disant étudiants se disant partisans des ouvriers grévistes en lutte contre le régime. Mais ils n’ont pas réussi à duper ces derniers ! La neige a aussi perturbé l’usage des images d’archives pour promouvoir leur pion et a aussi aggravé les pénuries existantes. Ils ont tenté de rebondir en perturbant les négociations de paix entre les responsables afghans et les talibans ! Ils ont échoué. Ils ont repris leurs diverses menaces contre Israël. Une frappe punitive israélienne a tué le commandant de leurs actions terroristes dans le Moyen-Orient !

Enfin de compte, les mollahs ont adopté la méthode Rafsandjnian en alternant du terrorisme et du faux apaisement en relançant la fausse opposition avec le soi-disant ouvrier gréviste Bakhshi ou en démarchant les Indiens avec une offre de gaz soldé et les Irakiens avec de l’eau à gogo pour obtenir leur soutien ou mettre la pression aux Européens.

Mais leur faux opposant n’a eu aucun soutien populaire. Les Indiens et les Irakiens ont refusé de les aider. Enfin, les Européens les ont punis par des sanctions en réaction à leur terrorisme ! Ces échecs ont paniqué les leurs. Les mollahs ont ouvert un procès de corruption visant tous leurs proches. Les mollahs sont revenus au terrorisme au Yémen ! Washington en a profité pour appeler à une conférence internationale au moment du 40e anniversaire de leur arrivée au pouvoir pour créer un front international hostile à leur encontre et mettre un terme à leur régime.

C’était il y a 4 dernières semaines. Voici le récit compressé de principaux évènements de cette période juste avant l’anniversaire de l’arrivée des mollahs au pouvoir et la conférence pour les en chasser. Quatre semaines d’efforts des mollahs pour éviter l’effondrement de leur régime, mais aussi 4 semaines d’échecs tous azimuts en raison de la résistance des Iraniens, des ruptures spectaculaires au sein du régime et enfin les efforts subtils et invisibles de tous des grandes puissances pour se débarrasser d’eux et préserver leurs intérêts après cette chute.



-Semaine 570 (12 au 19 janvier 2019) :-
-Désillusions après l’annonce de Varsovie ! -

Samedi 12 janvier 2019 (22 Dey 1397), les mollahs, arrivés au pouvoir lors du sommet de la Guadeloupe et le soutien des 3 grands pays européens au projet d’une révolution islamique en Iran, étaient sous la menace d’un accord du monde entier pour la fin des complaisances à leur égard et la mise à mort non pas de leur régime, mais du soutien à l’islamisme pour asservir l’Orient. Les mollahs avaient d’abord simulé l’apaisement avec les opposants iraniens pour calmer les tensions au sein du régime et trouver des alliés notamment en Inde, mais ils n’avaient rien réussi et s’étaient vus sanctionnés pour leur terrorisme !

Ainsi accusés de tous les crimes qu’ils ont commis, certains qu’ils seraient abattus, ils avaient ravivé leur terrorisme au Yémen pour faire reculer leurs adversaires grâce à une déstabilisation très contraire à leurs intérêts. Mais personne n’avait reconnu leur rôle afin qu’ils ne puissent pas exiger le respect et mettre en place leur chantage par le terrorisme.

PNG - 357.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ils ont commencé la semaine, en reculant un peu, abandonnant leur effort intensif de terrorisme, car il n’avait pas réussi et bien que rassurant pour leur collaborateur, il pouvait les paniquer en raison de son insuccès. Ils ont adopté une approche médiane en annonçant dans leur journal Tehran Times qu’ils avaient promis le lancement d’un satellite, c’est-à-dire un essai balistique, dans les semaines à venir !

JPEG - 188.1 ko
PNG - 838.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents de l’intérieur (proches de l’ex-patron du régime) avaient signalé que la situation était dramatique en raison de la politique délibérée de monter les prix pour écraser le pouvoir d’achat et la consommation pour préserver les stocks de vivres et le sentiment que le régime avait encore des alliés.

JPEG - 142.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs et leurs collaborateurs sont restés absents durant toute la matinée. On a compris qu’ils espéraient encore une réaction négative à leur terrorisme balistique. Les collaborateurs nantis du régime ont attendu cette réaction et la reconnaissance du pouvoir de nuisance du régime, car on a constaté qu’ils n’avaient rien vendu ou acheté après l’injection de fond d’argent dans leur poche via l’achat de leurs actions par les actionnaires institutionnelles (le régime). Mais les Occidentaux ont évité tout commentaire sur la promesse de l’essai balistique des mollahs et cet échec a provoqué des ventes d’actions assez importantes et le refus d’achat de la part des mollahs ruinés a entraîné la chute de tous les indices de la bourse de Téhéran !

PNG - 253.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors dit que leur M-AE Zarif allait partir en Irak ! La baisse de la qualité de l’eau au même moment dans le sud du pays a laissé supposer que les mollahs avaient diminué la distribution en Iran pour insinuer la capacité d’augmenter leur offre d’exportation vers l’Irak pour obtenir le soutien !

Dimanche 13 janvier 2019 (23 Dey 1397), les mollahs ont commencé la journée en annonçant l’échec prévisible de la conférence prévue à Varsovie, car les 4+1 avaient critiqué son objectif anti-mollahs sans pour autant prendre la partie de ces derniers, s’agitant pour marchander avec Trump. En mettant en avant l’insuccès de Trump à monter sa conférence, les mollahs espéraient convaincre leurs interlocuteurs pour qu’ils accueillent avec égard Zarif et signent des contrats pour les aider.

JPEG - 181 ko
PNG - 825.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés opportunistes du régime ont alors adopté le budget pour plaire aux mollahs et sans doute d’obtenir des avantages pécuniaires ou même la direction du régime après un référendum pour le retour

À son arrivée, Zarif a dit devant les micros du régime que les Irakiens ne devaient pas miser sur un cheval !

Mais, les Irakiens ont ignoré les mollahs et ont ainsi ratatiné leur espoir de réussir à trouver des alliés et des dollars en Irak ! Les Irakiens ont aussi souligné leur refus d’aider les polémiques en affirmant qu’ils voulaient préserver leur neutralité dans leurs relations avec les mollahs.

JPEG - 67.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Une délégation parlementaire et économique des mollahs étaient alors en Syrie pour obtenir d’Assad et des patrons syriens et avoir une porte de sortie si leur régime était en danger. Les députés opportunistes du régime ont alors adopté le budget pour plaire aux mollahs et sans doute d’obtenir des avantages pécuniaires ou même la direction du régime.

La bourse a ouvert en crise. C’était la preuve que personne ne croyait à la promesse de la solidarité des Irakiens et des Syriens ! L’indice a chuté de 436 points malgré l’injection de 805 milliards de dollars par le régime dans les poches de ses collaborateurs paniqués.

PNG - 532.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont mis en avant le chef de leur programme atomique pour révéler qu’ils avaient la capacité d’enrichir de l’uranium à 20 % avec un rendement plus élevé. Mais les 4 ont esquivé cette provocation !

Rohani alors en conseil des ministres pour les affaires économiques a promis d’ajuster les salaires sur l’inflation pour éviter de perdre les derniers collaborateurs du régime. Il a aussi annoncé une visite à la région économiquement sinistrée de Golestan, s’offrant une occasion de faire un discours pour menacer Washington. On avait encore une promesse d’action au lieu d’une action. On pouvait supposer que les mollahs avaient peur d’une surenchère. Cela signifiait qu’ils étaient dans une situation difficile.

Lundi 14 janvier 2019 (24 Dey 1397), la journée a commencé sur un fait tragique  : le krach très mystérieux d’un Boeing 707 près d’un petit aéroport de Téhéran. Les Boeing 707 sont réservés aux transports militaires en Iran. Le régime a menti dès le départ en affirmant que l’avion n’était pas un des siens, mais un avion kirghiz qui devait livrer 100 tonnes de viande surgelée produite dans ce pays et avait raté son atterrissage en se posant sur une piste trop court dans un aéroport situé à proximité de celui où il devait se poser ! Il avait franchi le mur situé au bout de la piste avant d’entrer en collision avec une maison construite sur le terrain se trouvant au bout de la piste empruntée par erreur.

JPEG - 64.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais dès la publication de nouvelles images, il est apparu que l’avion était iranien. Le régime a admis cette vérité et a publié les noms de 16 officiers tués dans l’accident. Il a prétendu qu’en oubliant sa précédente version tout en gardant le récit du déroulement du crash.

Mais ce récit n’était pas plausible, car l’avion était entouré d’arbres alors qu’ils auraient dû être abattus par les ailes de l’avion dans sa course en avant ! Les ailes avaient par ailleurs disparu et il y avait un énorme trou dans la partie située au niveau des ailes. En raison des Arabes qui n’avaient pas été touchés, vraisemblablement, l’avion n’avait plus ses ailes au moment de son arrivée là. Il les avait perdus en vol et serait tombé non en glissant sur le sol, mais il serait tombé telle une pierre.

JPEG - 325 ko
JPEG - 547 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Une source inconnue a alors informé les médias des opposants en exil que les personnes mortes dans l’avion et qualifiées de personnel du vol étaient 16 officiers responsables de divers services de renseignement notamment la sécurité de Téhéran ! Ces gens n’avaient aucune raison de partir en avion pour une livraison de viande. Pour nous et pour les médias contactés par la source, ces officiers avaient rompu avec le régime et étaient sur le point de fuir pour se livrer aux Américains et le régime avait abattu leur avion pour éviter qu’ils communiquent des informations essentielles pour la survie du régime ou le succès de ses opposants.

Les dissidents intérieurs ont alors révélé que 4 de ces officiers étaient vivants après l’impact selon l’un d’entre eux qui avait pu quitter l’avion, mais le régime dit que les autres autres avaient été tués. Pour nous, ils ont été interceptés par les miliciens solidaires au régime ou achevés sur place !

L’info était énorme ! Cette fuite et l’abattage de l’avion soulignaient l’instabilité du régime et le risque que sa situation se dégrade davantage !

Au même moment, les dissidents ont révélé que David Hale, l’adjoint du ministre américain des Finances qui préside aussi le FATF, est arrivé au Liban pour discuter des réponses à donner à l’ingérence dans ce pays par ses dirigeants pour les encourager à sanctionner davantage les mollahs !

Rohani, arrivé à Gonbad Kavous, a été boudé par les serviteurs locaux du régime. Le régime a certes annoncé une grande mobilisation en sa faveur, mais l’image qui devait l’authentifier était truquée (surdensifiée au fond) et d’autres images le prouvaient (3nde img). Par ailleurs, les dissidents ont révélé que le peu de gens présents sur place était venu pour huer Rohani !

JPEG - 330.6 ko
JPEG - 268.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ce dernier a insisté sur l’unité au sein du régime pour mettre en garde tous les gens du régime, surtout ceux qui songeaient à l’abandonner avant de menacer la région par un essai balistique très prochainement au prétexte d’envoyer un satellite nommé Amitié dans l’espace !

Les adversaires internationaux du régime ont ignoré cette menace pour ne pas laisser les mollahs agiter la région pour les obliger à reculer.

La bourse a chuté malgré plusieurs injections de fonds d’une valeur totale de 1077 milliards de tomans.

PNG - 297.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au début de l’après-midi, l’absence de contrats après la rencontre du M-AE du régime avec les PME irakien a confirmé l’échec de sa mission.

JPEG - 67.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mardi 15 janvier 2019 (25 Dey 1397), les mollahs avaient zappé le crash de l’avion survenu la veille, confirmant qu’ils ne respectaient pas ses victimes. Ils avaient insisté sur l’appel à l’unité de Rohani pour éviter d’autres fuites ou un nouveau krach boursier.


JPEG - 176.6 ko
PNG - 1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens en rupture avec le régime avaient mis en avant les victimes du crash en les qualifiant d’amis du peuple iraniens !


JPEG - 190.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le président libanais en voie de formation d’un gouvernement avec les différents partis de ce pays dont le Hezbollah a alors convoqué le représentant du régime en demandant avec insistance la libération d’un Américano-Libanais que les mollahs accusent d’espionnage en faveur des États-Unis. Les mollahs ont compris que le Hezbollah ne les aiderait pas, mais participeraient aux pressions contre leur régime !

PNG - 601.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Leur M-AE est arrivé dans la zone kurde dans l’espoir d’un soutien et des contrats. Un des patrons des Pasdaran (Baqeri, officiellement chef d’État major du régime et donc agent de liaison entre la milice et le clergé) est aussi parti en Azerbaïdjan (avec l’accord implicite du clergé) pour conclure un accord stratégique avec les Azéris, ce qui signifiait une offre d’alliance contre les Arméniens, alliés des Russes, afin de perturber le Caucase et la région de la Caspienne et se poser comme l’arbitre de ce conflit et de forcer leurs adversaires à reculer !

Mais les mollahs ne croyant pas au succès de ces deux initiatives, ils ont aussi annoncé la reprise de leur procès contre la corruption du Bank Sarmayeh et contre les 600 les plus hauts responsables pour empêcher ces gens qui composent la majorité des leurs actionnaires paniqués à cesser de vendre !

Ils ont aussi injecté d’emblée 1000 milliards de tomans dans les poches de ces gens et ont pu fait monter l’indice avant d’éviter sa chute par l’annonce qu’ils avaient tiré leur missile !

PNG - 191 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais ils ont aussitôt précisé que le tir avait réussi, mais la phase finale de décrochage du satellite avait échoué, insinuant qu’ils avaient la capacité d’envoyer une charge nucléaire très loin, mais qu’en raison de leur défaillance, cette charge pouvait sortir de son trajet et impacter n’importe quel pays de la région visée ! Par cet artifice de l’imprécision déguisée en échec, les mollahs voulaient aussi éviter les sanctions tout en soulignant leur détermination à harceler leurs ennemis et désorganiser leurs plans. Ils ont d’ailleurs rassuré les leurs en affirmant que leur message avait été bel et bien livré à leurs interlocuteurs internationaux !

Les adversaires internationaux des mollahs n’ont pas montré des signes de paniques après ce message en TMS, tir de missile suggestif ! L’indice boursier qui avait monté en flèche a piqué du nez ! Les mollahs ont augmenté leur mise de 734 milliards de tomans et ont pu éviter la disparition de cette hausse qu’ils avaient qualifiée de plébiscite pour leur TMS !

Désespérés par l’échec de leur TMS et certains que cet échec serait sanctionné en interne par plus d’agitation, les mollahs ont tenté d’aider Esmaïl Bakhshi, leur faux opposant ouvrier, avec l’aide de vieux faux opposants initialement étiqueté à gauche communiste ! Ce choix était la preuve que leurs faux opposants officiels (islamistes modérés) n’avaient aucun poids. Mais le présent choix a aussi été un échec et a prouvé que la gauche communiste traditionnelle iranienne n’a aucun poids ou partisan en Iran.

Les mollahs désespérés par ses échecs se sont alors focalisés sur l’arrestation par le FBI d’une Américaine noire qui est devenue musulmane et travaille pour leur Press TV aux États-Unis ! Or, cette femme qui a pris le nom de Marzieh Hashemi avait été arrêtée dimanche dernier. Le silence du régime depuis nous a signalé que les mollahs avaient lâché leur serviteur dans l’espoir inavoué d’un deal avec Washington. On a compris que Zarif était allé en Irak pour des contrats, mais aussi pour négocier avec les Américains après leur TMS. On a aussi conclu que cet autre projet avait échoué (c’est pourquoi ils s’étaient souvenus de Marzieh Hashemi).

- - Images - - #
© IRAN-RESIST. ORG

Ils l’utilisaient aussi sans nul doute pour provoquer un clash et se donner une image forte après avoir fait la carpette à Bagdad devant eux ! Zarif est alors arrivé à Najaf pour solliciter le soutien des chiites que le régime avait beaucoup aidés par le passé, mais on ne l’a vu avec aucun d’eux et on a compris qu’ils n’avaient pas accepté de l’aider !

PNG - 528.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mercredi 16 janvier 2019 (26 Deys 1397), c’était l’anniversaire du départ du Shah d’Iran avec la mission de négocier avec les Américains la fin de leur révolution islamique par un contrat pétrolier à leur avantage. Ces derniers avaient bloqué son arrivée chez eux et l’avaient fait atterrir au Caire. Leurs agents islamiques et autres en Iran avaient qualifié ce voyage de fuite pour en faire une abdication et mettre fin à tout risque de résistance à l’islamisme programmé pour ce pays. C’était aussi l’anniversaire de l’entrée en vigueur sur l’accord sur le nucléaire !

Les mollahs n’avaient pas cité « leur anniversaire de la fuite de leur ennemi historique » en raison de sa popularité et le risque que leur attitude déclenche des manifestations en sa faveur. Ils n’avaient également pas cité, l’anniversaire de l’accord sur le nucléaire, mais avaient insisté sur le message secret de leur tir de la veille pour rassurer les leurs et aussi menacer de quitter l’accord de Vienne et provoquer une psychose de la course à la bombe dans cette région pour faire reculer leurs adversaires internationaux.

JPEG - 169.7 ko
PNG - 808.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le commandant Baqeri expédié la veille en Azerbaïdjan n’a pu conclure un accord avec les dirigeants de ce pays afin de permettre au régime d’agiter la région pour se stabiliser ! Les mollahs ont zappé cette visite qui ne leur apportait rien et soulignait leur isolement !

JPEG - 69.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La France a alors puni les mollahs agitateurs en condamnant (enfin) leur tir et leurs ingérences régionaux, ouvrant la voie une entente avec Trump contre les mollahs ! Les mollahs ont censuré l’annonce et ont critiqué Rohani pour prétendre qu’il ne les servait pas, mais cette ruse n’a pas permis relancer leur faux opposant.

Mais cette censure de la seule réaction à la provocation de la veille a été un mauvais choix, car il a mis en évidence le silence et le mépris affiché par les adversaires du régime, ce qui a convaincu ses serviteurs que leurs dirigeants ne pourraient jamais provoquer une crise pour les sauver. La bourse de Téhéran a chuté. Le gouvernement a dû augmenter encore ses injections de fonds pour limiter le krach.

PNG - 217.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au cours de l’après-midi, Trump a aussi puni les mollahs en les désignant comme les seules sources de menaces dans son rapport sur les menaces balistiques avant de les narguer en affirmant qu’ils étaient prêts à négocier, soulignant de fait son refus de les accepter et les aider à se préserver.

PNG - 514.4 ko
PDF - 26.6 Mo
PNG - 588.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont censuré cette annonce et se sont focalisés sur leur camarade détenue en Amérique ou encore sur le shah avant de menacer de quitter l’accord de Vienne, mais ils ne l’ont pas ordonné de peur de se voir davantage sanctionnés et de fait, d’accélérer leur chute !

PNG - 451.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Jeudi 17 janvier 2019 (27 Dey 1397), les mollahs avaient zappé les revers de la veille en affirmant que Rohani avait promis d’être à l’écoute du peuple, mais sans évoquer le moindre changement au sein de leur régime qui se caractérise par la privation de tout ! L’annonce était la preuve que le régime avait peur du peuple après l’échec de ses tentatives d’alliance avec les Irakiens et les Azéris, ainsi que les dernières initiatives françaises et américaines qui laissaient supposer la création d’un front mondial hostile à son encontre bien avant la conférence de Varsovie !

JPEG - 171.5 ko
PNG - 785.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de la journée, les mollahs sont restés effacés et ont caché leur retrait prudent en mettant en avant l’affaire Marzieh Hashemi pour accuser Trump de violer les droits de l’homme aux États-Unis, espérant bénéficier du soutien de l’opinion publique musulmane mondiale, mais il n’y a eu aucun mouvement médiatique en faveur de cette femme.

Ils ont alors nié leur isolement par un certain Ali Vaez, expert très politiquement correct qu’ils ont placé à l’étranger, en annonçant sur twitter l’imminence de la création de l’organisme européen censé piloter les étranges démonétisés promis par l’EU ! Mais lors des échanges sur Twitter, leur agent a dû reconnaître que cet organisme n’était pas une baguette magique pour les sauver !

PNG - 265.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs & associés ont cessé de s’agiter, car ils avaient pris des risques. Ils avaient échoué dans toutes leurs initiatives et avaient aussi énervé tous leurs adversaires et de fait provoquer une plus forte hostilité de leur part !

Vendredi 18 janvier 2019 (28 Dey 1397), lors du sermon de vendredi, les mollahs devaient parler de leur bilan et indiquer la feuille de route pour la semaine à venir afin d’encourager leurs derniers collaborateurs à les suivre !

Leurs collaborateurs parlementaires, paniqués par les échecs du régime, ont annoncé des débats sur les bilans de presque tous les ministres des mollahs. Certains que le régime allait chuter avec autant d’hostilité, ils ont aussi songé à se remplir les poches avant sa chute en critiquant l’opacité de la distribution des revenus pétroliers du régime pour forcer les mollahs à leur accorder une partie de ces revenus.

Lors du sermon de vendredi, les mollahs ont nié leurs échecs et leur isolement en affirmant qu’un think tank américain les avait classés comme le 7e pouvoir militaire mondial ! On n’a pas bien compris l’intérêt de cette déclaration d’autant plus que l’armée iranienne était classée à la 4e place du monde avant la révolution islamique.

Le mollah qui parlait s’était attaché orgueilleusement à l’avis d’un organisme ennemi, mais il n’avait pas saisi qu’il reconnaissait la baisse du pouvoir du régime et en plus l’argument ne pouvait rassurer les collaborateurs paniqués du régime, car il ne vous sert à rien d’être le 7e mondial quand les les 6 puissances militaires vous précédents et tous leurs alliés qui sont ensemble 99 % des armées du monde vous sont hostiles !

Les seconds couteaux barbouzes ou tortionnaires devenus des Parlementaires ont perdu tout espoir. Ils ont accusé Rohani de s’être attribué 1200 milliards de tomans dans le budget pour remettre davantage en cause le fonctionnement du régime et la distribution de ses revenus et ont aussi annoncé la création d’une commission de surveillance de la paix des devises pour les baisser et pouvoir acheter des dollars pour fuir l’Iran si isolé et si mal géré !

Les mollahs qui avaient raté toutes les initiatives d’intimidation et de séduction internationales et n’avaient pu trouver des arguments pour rassurer les leurs ont cessé de parler laissant entrevoir qu’ils ne savaient que faire pour éviter leur chute !

-Semaine 571 (19 au 26 janvier 2019) :-
-Manœuvres invisibles des Européens contre les mollahs !-

Samedi 19 janvier 2019 (29 Deys 1397), les ambassadeurs de 6 pays européens partenaires du régime sont allés au ministère des AE du régime pour exiger la fin du programme balistique du régime en promettant de sortir de l’accord de Vienne et de sanctionner le régime et ses dirigeants au lieu de mettre en place leur organisme pour des échanges à minima et démonétisés pour des produits non pétroliers !

Une semaine de provocations et de manœuvres contre les intérêts des grandes puissances signataires de l’accord de Vienne avait engendré le front hostile que les mollahs craignent ! Les mollahs ont censuré cette visite et l’ultimatum des Européens. Leur conseil de Discernement de l’intérêt du régime s’est réuni et a annoncé l’adoption des conventions liées à la lutte contre le terrorisme (leur terrorisme et leurs agents) !

JPEG - 74.7 ko
JPEG - 29 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les collaborateurs parlementaires du régime ont cessé de s’agiter de peur de se trouver sur la liste des gens livrés comme terroristes aux instances internationales de la lutte contre le terrorisme ! Ils ont aussi montré leur soumission en aidant le gouvernement à effacer la dette des banques privées (des patrons du régime & leurs associés affairistes paniqués) au lieu de les accuser de corruption et convoiter leurs avoirs !

PNG - 176.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’opération a permis de sauver l’indice boursier (indice de viabilité du régime) et de seulement ralentir sa chute malgré 1277 milliards de tomans injectés dans les poches des nantis paniqués !

Dimanche 20 janvier 2019 (30 Dey 1397), les mollahs avaient vaguement évoqué la visite des 6 ambassadeurs européens dans leur journal en farsi tout en précisant qu’ils leur avaient résisté. Ils n’avaient pas annoncé la visite dans leur journal anglais (ils la jugeaient donc humiliante). Les dissidents avaient révélé que les Européens avaient menacé de quitter l’accord de vienne et sanctionner les mollahs !

JPEG - 194.2 ko
PNG - 738.3 ko
JPEG - 157.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les Européens ont alors rejoint les Américains pour étudier lors d’une assemblée extraordinaire du conseil des gouverneurs de l’AIEA les documents israéliens faisant étant de la violation de l’accord de Vienne par les mollahs. À l’issue de la réunion, ils n’ont rien dit afin de mettre la pression aux mollahs.

Les mollahs n’ont rien dit et ont censuré l’évènement, car il risquait de provoquer des doutes chez leurs derniers collaborateurs et les encourager à fuir ! Avec l’aide de leurs députés, ils ont annoncé un plan pour rationner leur carburant (24 litres par mois ou par personne), mais ils ont aussi injecté plusieurs milliers de milliards de tomans dans leur bourse pour rassurer les leurs et insinuait que tout aller bien, car l’Europe n’avait rien fait à leur encontre. L’indice gonflé artificiellement grâce à ces injections s’est effondré rapidement en raison du rationnement des carburants qui signifiait que les mollahs avaient peur de se voir imposer de lourdes sanctions par les Européens !

JPEG - 29.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après cette crise, au cours de l’après-midi et pendant une conférence à l’occasion de la journée de Gaza, le chef du programme nucléaire du régime a prédit la fin d’Israël. Le régime insinuait une frappe atomique contre Israël pour intimider tous ses ennemis.

JPEG - 61.9 ko
JPEG - 46.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les grandes puissances ne sont pas entrées dans ce jeu. Mais Israël a bombardé pendant 30 minutes des sites du régime en Syrie grâce à la passivité complice des Syriens et des Russes. Les mollahs n’ont pas riposté et ont dissimulé la frappe pour dissimuler leur peur de réagir et leur impuissance à lancer une attaque terroriste contre Israël !

Lundi 21 janvier 2019 (01 Bahman 1397), les Allemands ont sanctionné la compagnie aérienne Mahan du régime, jadis appartenant à Rafsandjani, qui est la seule à disposer des avions en état de voler et ont ainsi de facto privés les mollahs de leurs accès aux transports aériens ! La bourse a immédiatement kraché !

Les mollahs ont annoncé que le n°3 de leur diplomatie était dans les pays de l’Europe de l’Est pour les diviser et les empêcher d’aller à Varsovie et permettre la création d’un front organisé (l’OTAN arabe) à leur encontre !

Le porte-parole des Européens, Mogherini, a aussi puni les mollahs en affirmant qu’ils n’avaient pas pu trouver un accord à 100 %, mais que cela devait être trouvé lors de leurs prochaines rencontres. Interrogée à propos de la conférence anti-mollahs de Trump à Varsovie le 23 février, Mogherini a dit qu’elle n’irait pas, car elle avait une autre conférence à ce moment. Elle a aussi précisé qu’elle allait se rendre les 24 et 25 mars à Charm-al-Sheikh pour la grande conférence sur la sécurité du Moyen-Orient. Son excuse n’était pas logique, car elle avait bien le temps pour y aller. En fait, elle ne voulait pas aller à Varsovie et applaudir la création de l’OTAN arabe grâce à Trump, mais agir de manière à être le premier partenaire de cette nouvelle organisation militaire et e fait devenir un grand acteur des bouleversements à venir !

PNG - 1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

L’administration Trump n’a pas réagi négativement, car les Européens allaient dans son sens. Les mollahs n’ont aussi rien dit, car l’Europe était dans des manœuvres invisibles pour devenir leur pire ennemi et assurer son avenir grâce au soutien à toutes les initiatives hostiles à leur encontre !

Au même moment, une attaque d’opposants a coûté la vie à un chef Pasdaran. Du fait de la protection dont jouissent les chefs Pasdaran, on a supposé qu’il avait été abattu par ses proches ou ses gardes ou encore un soldat sous ses ordres comme récemment près de Téhéran et dans d’autres régions iraniennes !

Sous l’effet de ses revers et les signes de l’éclatement du régime, l’indice boursier des mollahs a chuté de 3652 points malgré 10303 milliards de tomans injectés par soins dans les poches des collaborateurs paniqués !

PNG - 428.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les députés ont évité les sujets susceptibles d’accélérer la chute du régime avant qu’ils n’aient pu lui soutirer des fonds pour avoir les moyens de fuir le pays.

Rohani craignant que ces agitations le déstabilisent a annoncé qu’il avait entendu la grogne des Iraniens et allait les satisfaire en supprimant l’interdiction d’accès aux avoirs du régime. Son annonce était idiote, car le peuple n’a pas des consommateurs d’internet en raison de ses prix exorbitants censés d’en limiter l’accès et par ailleurs, le peuple demande des emplois qui ne soient pas sous-payés !

JPEG - 108.4 ko
JPEG - 32.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mardi 22 janvier 2019 (02 Bahman 1397), les mollahs avaient insisté sur la soi-disant souplesse et ouverture de Rohani. On a compris que les mollahs avaient peur des Iraniens. Les médias semi ou entièrement dissidents avaient critiqué Rohani pour sa promesse sans intérêt qui risquait d’aggraver la situation !

JPEG - 185.1 ko
JPEG - 184.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au même moment, les retraités ont commencé à se réunir devant le Parlement du régime pour réclamer des moins de pensions en retard. Leurs slogans visaient tous les gens du régime et ont terrorisé ses dirigeants ou ses responsables. Les députés ont pris la parole pour les défendre sans pour autant annoncer des projets de loi en leur faveur. On a compris qu’ils faisaient du chantage aux dirigeants pour obtenir des dollars !


© IRAN-RESIST.ORG

Le gouvernement des mollahs a distribué 1 milliard de dollars sous forme de contrats d’exploitation pétroliers à ses collaborateurs paniqués en plus de 11 144 milliards de tomans via la bourse. Les mollahs ont ainsi pu éviter un nouveau krach boursier lourd mettant en valeur l’effritement de leur régime !

JPEG - 41.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

À ce moment, les Russes ont aussi annoncé des réserves pour aller à Varsovie puisque les Européens qui sont leurs rivaux pour le poste d’alliés des États-Unis et complices pour le partage des richesses du monde avaient trouvé une astuce pour ne pas aller à Varsovie et ne pas devenir des instruments de Trump. L’ambassadeur russe à l’ONU a dit que le sujet ne pouvait pas être l’Iran (le régime des mollahs), mais toute la région, espérant faire peser leur poids en Syrie et l’importance de leur intervention contre l’islamisme pour s’assurer la vedette dans le nouvel ordre régional en genèse !

L’administration Trump, qui n’avait pas réagi au cavalier seul des Européens, a accédé via son représentant à l’ONU à la demande des Russes pour les rassurer que leur pays resterait l’allié privilégié que les États-Unis souhaitent pour contenir les Anglais et les Chinois. Les Russes ont cessé de critiquer la conférence de Varsovie qui restait fondamentalement anti-mollahs voire davantage anti-mollahs en raison de la volonté russe d’insister sur la stabilité de la Syrie qui ne pourrait se réaliser qu’après le départ des agents terroristes du régime de ce pays.

Les mollahs désespérés ont envoyé Salehi, le chef de leur programme nucléaire à la télévision, pour annoncer qu’il n’avait pas coulé du béton dans le cœur du réacteur à eau lourde d’Arak et pouvait quitter l’accord de Vienne pour relancer rapidement ce réacteur qui peut produire du plutonium nécessaire pour les bombes atomiques !

MPEG4 - 3.9 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs espéraient terroriser leurs voisins pour les forcer à abandonner leur projet de l’OTAN arabe, mais ils n’ont pas réagi et ont privé les mollahs de la crise qui pouvait les sauver.

Mercredi 23 janvier 2019 (03 Bahman 1397), la panique s’est installée au cœur des mollahs et leurs collaborateurs après l’échec du chantage de l’imminence de leur force dissuasion nucléaire ! Khamenei a tenté de relancer le chantage en réunissant les universitaires de la milice et a ordonné la poursuite des efforts de recherche !

JPEG - 116.7 ko
JPEG - 97 ko
JPEG - 94.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les retraités étaient encore dans les rues de plusieurs villes du pays.


© IRAN-RESIST.ORG
Les cadres miliciens journalistes de l’agence Fars qui font tout pour affaiblir le régime ont révélé que le poulain faux opposant du régime, Esmaïl Bakhshi, présenté comme un ouvrier maltraité des usines sucrières de HAFT-Tappeh n’était pas un ouvrier, mais un cadre du régime au sein de cette entreprise et ont ainsi définitivement tué la possibilité pour le régime de continuer à peaufiner sa légende pour éclipser les grèves anti-régime !

Les affairistes ont commencé à vendre. L’indice s’est mis à baisser. Les mollahs et les Pasdaran ont menacé les paniqués en relançant le procès de corruption de la banque Sarmayeh et en annonçant que ces gens devaient aussi rembourser tous les prêts obtenus récemment aux (faux) prétextes d’importer des produits vitaux que le pays ne produits pas ou pas assez ! Les affairistes conscients des méthodes du régime ont diminué les ventes et les mollahs ont pu finir la semaine boursière sur un indice légèrement en hausse par rapport à la veille !

JPEG - 85.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les Européens ont alors continué leurs manœuvres invisibles pour rester dans les priorités américaines en annonçant qu’ils proposeraient lundi leur version du SPV avec de très modestes avantages pour les mollahs !

Les mollahs n’ont rien dit par peur d’exacerber les hostilités à leur encontre et d’écoper de nouvelles sanctions !

Jeudi 24 janvier 2019 (04 Bahman 1397), les instituteurs de 5 régions iraniennes étaient dans la rue pour demander des salaires en retard et l’indexation des salaires sur la hausse des prix qui ont sans cesse promis par le régime, mais jamais appliquée !


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les Américains ont alors signalé que les Européens s’étaient alignés sur la position russe pour la conférence de Varsovie (des décisions pour tout le Moyen-Orient) pour s’inviter dans le débat russo-américain et les empêcher de se partager le monde. En résumé, les Européens allaient surenchérir sur la pacification de la Syrie en exigeant le départ des agents du régime pour ne pas laisser les Russes profiter de ce sujet essentiel pour la région !

Washington a profité de cette agitation des uns et des autres pour devenir ses alliés et a annoncé des sanctions que Queshm Air et une compagnie de voyage du régime basée en Azerbaïdjan encourageant les Azéris, privant les mollahs de leurs derniers canaux pour déplacer leurs magots !

Les mollahs n’ont rien dit, car il y avait de grandes manœuvres invisibles contre eux et les différentes puissances mondiales usaient des coudes pour être en première ligne pour les tuer afin d’assurer leurs intérêts !

Les Chefs Pasdaran, conscients qu’ils allaient être la cible de toutes les accusations de terrorisme, ont alors annoncé de grandes manœuvres militaires pour rassurer leurs collaborateurs afin qu’ils ne leur tirent pas dessus avant de prendre la fuite !

Vendredi 25 janvier 2019 (06 Bahman 1397), lors du sermon de vendredi, les mollahs devaient parler de leur bilan hebdomadaire et indiquer la feuille de route pour la semaine à venir afin d’encourager leurs derniers collaborateurs à les suivre !

Mais avant cela, ils ont deux très mauvaises surprises internationales : la France a davantage joué des coudes pour se rapprocher de Trump en menaçant les mollahs de nouvelles sanctions s’ils ne renonçaient pas à leurs missiles et leur terrorisme régional ! L’Angleterre a annoncé qu’elle participerait à la conférence de Varsovie si le Yémen était intégré dans les discussions (sur le rôle négatif des mollahs) ! Le sujet étant déjà inscrit au tableau, cela signifiait qu’ils lâchaient les autres Européens, car ils jugeaient que ces derniers peinaient à s’inventer un rôle décisif pour préserver leurs intérêts au Moyen-Orient ! Les Allemands ont adopté une position franchement pro-américaine en affirmant que leur système SPV de commerce démonétisé avec les mollahs ne pourrait les amener à entrer en conflit avec les États-Unis et renoncer à leur relation privilégiée avec ce pays !

Les Pasdaran devaient démarrer leurs manœuvres. Sur les images, on a vu des équipements, mais très peu de soldats et on a compris qu’ils en manquaient et leur bâtiment était naufragé !

JPEG - 171.7 ko
JPEG - 111.3 ko
JPEG - 222.6 ko
JPEG - 116.1 ko
JPEG - 113.9 ko
JPEG - 134.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont mollement critiqué Rohani en lui reprochant la signature de l’accord de Vienne, car la vie était plus chère ! Ils ont remis en cause la possibilité d’adhérer au FATF (GAFI) qui pouvait ne pas changer la donne, menaçant à demi-mot de quitter l’accord sur le nucléaire pour faire peur à leurs adversaires internationaux !

Ils espéraient une escalade rapide pour évoquer leur sortie de l’accord et le risque de la déstabilisation de la région, mais leurs adversaires n’ont pas répondu et ont neutralisé ce plan. Les mollahs ont tenté de provoquer un clash avec les Français en les menaçant de ne pas payer tout ce qu’ils leur ont acheté. Les Français n’ont pas répondu. Les mollahs ont conclu ces ex-amis commerciaux de leur régime avaient tourné la page des mollahs !

Les miliciens journalistes de Fars ont mis en évidence la volonté de mise à mort des Européens à tous les gens du régime en révélant la réunion secrète tenue à l’AIEA sur les documents israéliens relatifs à la violation du moratoire nucléaire par les mollahs, insinuant que le monde se préparait à les combattre dans un bref délai après les rendez-vous de Varsovie et de Charm-al-Sheikh !

-Semaine 572 (26 janvier au 1er février 2019) :-
-La folle charge de l’Europe contre les mollahs !-

Samedi 26 janvier 2019 (06 Bahman 1397), les mollahs ont annoncé en persan que leur conseil de discernement était prêt à accepter l’adhésion du régime au FATF et qu’ils pouvaient donc se soumettre à une purge pour sauver le régime ! Mais ils ont aussi annoncé en Anglais que le Hezbollah était très fort et capable de se battre à leur côté ! Ils restaient encore dans une approche de chantage et de marchandage axés sur la déstabilisation de la région avec à la clef l’abandon de leur supposée capacité terroriste (aujourd’hui très affaiblie) en échange de la paix pour eux-mêmes !

JPEG - 169.2 ko
PNG - 865.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Européens n’ont pas réagi à cette menace bidon, bluff que le Hezbollah n’avait pas appuyé pour ne pas couler avec les mollahs. Les principaux dirigeants du régime réunis au sein du conseil de Discernement ont été bien déçus par l’échec de leur bluff qui signifiait qu’ils restaient menacés !

Les collaborateurs du régime ont conclu que le régime était perdu et au mieux ses dirigeants pouvaient les sacrifier pour sauver leur propre peau ! Ils se sont mis à vendre des actions et à acheter des dollars mettant les mollahs davantage en danger !

Au même moment, on a appris que plusieurs agents de forces de l’ordre du régime avaient été tués lors d’une attaque dans le sud du pays et le régime n’avait annoncé aucun plan pour attraper les assaillants ce qui soulignait son manque de personnel !


© IRAN-RESIST.ORG

Par ailleurs, les ouvriers d’une importante usine de bois avaient pris d’assaut en otage les gens de la direction issus du régime ! Les employés d’une mairie de l’ouest du pays avaient cessé le travail, car ils n’étaient plus payés et avaient ainsi révélé un début de faillite du régime ou le refus de payer pour limiter le pouvoir d’achat des gens en vue de préserver les stocks puisque l’Europe semblait vouloir aider Washington à provoquer des pénuries fatales au régime !


© IRAN-RESIST.ORG

La situation était grave. Les mollahs ont annoncé qu’ils allaient recevoir le ministre de l’Énergie du Turkménistan, qui leur fournissait du gaz en hiver par le passé avant d’arrêter au prétexte de factures impayées, insinuant qu’il avait changé d’attitude et allait aider leur régime ! L’annonce a apaisé un peu la panique, mais l’invité des mollahs est reparti sans s’adresser à la presse et tout le monde a compris qu’il avait refusé de les aider !

JPEG - 69.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran qui avaient validé le bluff ont annoncé une dernière étape dans leur manœuvre pour aider le bluff de leurs camarades réunis au sein du Conseil de Discernement, mais ils n’ont pu provoquer une crise bénéfique au régime. Ils n’ont pas osé tirer encore un missile et ont ainsi prouvé qu’ils n’oseraient pas tout.

JPEG - 407.8 ko
JPEG - 321.8 ko
JPEG - 226.2 ko
JPEG - 426.2 ko
JPEG - 414 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La panique a repris ! Tous les principaux dirigeants réunis au Conseil de Discernement ont renoncé à continuer leur bluff en annonçant que de nouveaux documents en leur possession les empêchaient de voter ce jour l’adhésion au FATF, mais ont dit qu’ils décideraient lors de la prochaine réunion du conseil c’est-à-dire dans une semaine espérant reprendre le bluff ou laisser supposer une vraie adhésion à cette convention anti-terrorisme pour encourager les Européens à s’adoucir et renoncer à leur adhésion à la lutte contre le régime.

JPEG - 69.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Anglais ont alors remis en cause la possibilité de bluff et d’apaisement en révélant que d’une part les mollahs n’avaient plus de stocks de Yellow cake pour continuer leurs activités nucléaires mêmes légales et que par ailleurs, ils mentaient depuis des années en détournant depuis des années les sanctions via une société nommée UNAOIL basée à Monaco. Ils ont insinué aussi la complicité des dirigeants français et ceux d’autres pays avec la famille Ahsani qui dirige cette société pour embêter aussi les Français et les exclure de la course pour aider la genèse du nouveau Moyen-Orient et d’en profiter !

Les chefs Pasdaran et les mollahs ont censuré la diffusion de ses nouvelles en Iran et ont nié le tsunami anti-régime en décrétant que la partie était finie pour leurs adversaires, car Trump qui jadis parlait de sanctions fatales au régime était à présent réduit à supplier les gens pour venir à Varsovie afin de parler encore d’une coalition anti-régime !

Les Anglais ont continué leur charge contre le régime qu’ils avaient façonné en complétant les infos sur UNAOIL et ses activités en Europe !

Les mollahs désespérés ont annoncé le soutien des Gilets jaunes au Hezbollah pour relancer leur bluff du matin et menacer Macron et le forcer à cesser ses frappes contre le régime ! Mais ce reportage a même fait rire rapidement en Iran et ils ont cessé d’en parler.

MPEG4 - 3.5 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

MPEG4 - 1.9 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

Dimanche 27 janvier 2019 (07 Bahman 1397), les mollahs ont alors annoncé leur volonté d’adhérer aux conventions de FATF, dans le but d’accélérer l’annonce de système SPV et ainsi convaincre les leurs qu’ils avaient encore une chance de demeurer au pouvoir.

JPEG - 172.6 ko
PNG - 915 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents du régime avaient en revanche insisté sur l’isolement des mollahs en affirmant que leur ex-associé irakien El Ebadi s’était dit très opposé à leur influence dans son pays ! Du fait, on avait un régime qui jouait l’apaisement alors qu’il était rejeté de toute part !

JPEG - 150.2 ko
JPEG - 194.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La bourse a ouvert en crise. Le régime a augmenté ses injections de fonds pour calmer la soif d’or de ses compagnons, mais en l’absence d’une initiative soulignant sa capacité à résister la panique a continué !

Les mollahs ont annoncé la visite d’un responsable algérien et une tournée du n° 2 de leur diplomatie (Araqchi) en Europe de l’Est, chez les partenaires commerciaux du régime, pour concurrencer les grandes puissances européennes de l’ouest, mais leur invité algérien ainsi que leurs interlocuteurs des Balkans ne leur ont rien et leur échec a mis en évidence leur isolement !

Les voyous du régime promus députés ont aussi paniqué après ces nouvelles défaites diplomatiques de leurs supérieurs et ont repris les pressions sur ces derniers en évoquant un peu la hausse du prix de la viande rouge à 100,000 le kilo, mais sans proposer d’alternative, mais les mollahs n’ont pas accordé des dollars à ces subalternes paniqués, car ils ne voyaient pas en danger. Ces gens ont rejoint la panique et la séance s’est terminée avec une baisse de 1679 unités malgré 11 335 milliards de tomans versés dans les poches des nantis paniqués.

PNG - 310.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le porte-parole du gouvernement a alors gaffé en affirmant que les revenus pétroliers du pays seraient de 140 mille milliards de tomans soit 12 milliards de dollars. Chacun a réalisé que le régime allait gagner la moitié de ce qu’il gagnait avant.

Pour notre part, étant donné donné que le dollar actuel est équivalent de 25 % du dollar au temps du Shah, nous avons réalisé qu’il avait 10 fois moins de revenus qu’alors. En prenant en compte la multiplication de la population par 2,5 et l’existence une masse énorme de rentiers qui n’existait pas avant la révolution, nous avons compris que le régime était déjà dans une situation de faillite et de pénuries et allaient sombrer davantage en raison de son isolement absolu et ses difficultés à trouver des partenaires pour importer tout ce que le pays ne produit plus par sa faute. Les mollahs ont eux-mêmes oublié cette annonce, car elle ne pouvait qu’aggraver la panique !

Le gouvernement, alors réuni à l’occasion de sa réunion économique hebdomadaire, a aussi annoncé l’augmentation de la prime de la fin de l’année à 50 % du salaire pour tous leurs fonctionnaires dans l’espoir d’acheter leur soutien ! Mais les salaires étant actuellement très bas (1/3 du seuil de la pauvreté) pour préserver les stocks et éviter la pénurie de tout et le soulèvement qu’il en suivra, on pouvait estimer qu’ils n’avaient pas les moyens d’offrir un vrai pouvoir d’achat ponctuel aux Iraniens ou qu’ils cherchaient à faire bon impression sans éviter une faillite et les pénuries fatales qui vont avec.

JPEG - 278.5 ko
JPEG - 207.3 ko
JPEG - 225.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont alors annoncé le départ du premier adjoint de Rohani avec une grande délégation commerciale en Syrie et l’offre de reconstruction de ce pays à Assad pour obtenir son soutien et préserver leurs bases dans son pays malgré les demandes implicites des Russes et des Français de les chasser et profiter de cet évènement pour assurer leurs intérêts dans la région pétrolière et dans le monde.

Dans la nuit, de fortes pluies ont provoqué d’importantes inondations dans le sud pétrolier du pays où la population qui ne profite guère des revenus du pétrole les défie sans arrêt. Les mollahs et leurs acolytes en kaki ont comme d’habitude caché l’info (donc pas d’images) pour ne rien dépenser pour les victimes afin de préserver leurs dollars pour eux-mêmes !

Ils devaient néanmoins arriver à manœuvrer finement en Syrie pour obtenir le soutien souhaité ou entraîner Assad avec eux dans une escalade anti-américaine par une provocation pour changer la donne, récupérer le Hezbollah et forcer les autres pays à revoir leur position ! Ils devaient donc se lâcher !

Lundi 28 janvier 2019 (08 Bahman 1397), il n’y avait rien dans les médias du régime à propos de l’inondation qui soulignait leur manque de gestion ! Les images ci-dessous ont été publiées quelques jours plus tard, après la décrue !

JPEG - 389.6 ko
JPEG - 288 ko
JPEG - 312.7 ko
JPEG - 237.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ne mentionnaient pas non plus leur initiative syrienne, car visiblement ils ne croyaient pas qu’ils puissent obtenir le soutien souhaité ou entraîner Assad dans un conflit avec les Américains. Les mollahs affirmaient qu’ils auraient toujours le Japon comme un allié en raison de sa dépendance pétrolière !

JPEG - 162.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Européens, conscients de la faiblesse des arguments des mollahs et le risque de leur retour à a provocation, après l’échec interne de leur argument, ont annoncé qu’ils avaient finalisé leur SPV et allaitent leur présenter leur proposition jeudi pour éviter les pénuries de produits vitaux comme les aliments ou les médicaments ! Cela n’avait pas vraiment de sens, car les mollahs n’importent pas ces produits de l’Europe, mais de l’Inde. Cela signifiait que les mollahs pouvaient exporter des produits alimentaires vers l’Europe et avoir des revenus minimums pour importer des équipements européens et pouvaient au mieux aussi espérer préserver l’accès à leurs comptes européens pour sortir leurs avoirs vers ces comptes dans l’espoir que ces dépôts garantissent leur avenir ou leur permettent de fuir le pays en cas d’un soulèvement populaire.

JPEG - 56.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont renoncé à la provocation nécessaire en Syrie de peur de perdre ces avantages cachés. Ils ont axé leur visite sur le commerce avec Assad. Par ailleurs, leurs ministres des AE est aussi allé à la rencontre de leurs parlementaires agités pour annoncer l’offre de commerce des Européens comme une victoire absolue sur les sanctions et l’embargo économique de Trump et la neutralisation afin que les Parlementaires cessent leur chantage politique avec leurs critiques susceptibles d’aider les opposants au régime et les nantis agités se calment aussi. Les députés ont compris ses arguments et sont revenus dans le droit chemin en adoptant une attitude normale par des critiques sur des sujets sans intérêt avant de lui confirmer leur soutien !

Les dépités du parti Motalefeh ont continué à critiquer les mollahs en dénonçant l’absence d’intérêt de l’offre proposée par les Européens pour le régime. Les mollahs ont annoncé la mort par syncope du milicien Mehr Ayin, le n° 2 de ce parti, qui était par ailleurs un tortionnaire célèbre du début de la révolution islamique ! Personne n’a présenté de condoléances à sa famille. Il était clair qu’il avait été éliminé pour forcer ses amis à se taire !

La bourse a néanmoins fini sur une chute de 965 unités malgré mille milliards de tomans d’injections de fonds dans les poches des paniqués. Cette chute était due au fait que pour ces gens, l’offre n’était nullement hostile aux sanctions de Trump et que par ailleurs, ils n’y gagnaient rien du fait que les échanges autorisés étaient pour des produits gérés par seulement les patrons du régime. Enfin, ils étaient écœurés par la versatilité des députés qui étant exclus de bienfaits cités par Zarif devaient choisir d’être de son côté !

PNG - 296.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, on n’a rien entendu sur la délégation commerciale envoyée chez Assad et on a compris que ce dernier avait refusé l’offre de construction de leur pays qui devait permettre aux mollahs de renforcer leur présence en Syrie !

Zarif a alors appelé Lavrov pour brouiller les Russes avec les Américains, mais le Russe n’a rien dit qui puisse provoquer un tel évènement qui serait une véritable catastrophe stratégique pour son pays.

Dans la soirée, l’équipe de foot du pays devait jouer en phase finale de la coupe asiatique face aux Japonais ! L’équipe iranienne devait gagner en raison de sa supériorité et son jeu. Cela devait finir par un troisième mi-temps qui pouvait se dégénérer en manifestations anti-régime à Téhéran. Mais à la suite d’une chute présentée comme une faute par les Japonais, les joueurs iraniens ont arrêté le jeu (45e seconde de l’extrait ci-dessous), alors que l’arbitre n’avait pas sifflé la faute et les joueurs japonais ont pu marquer un but ! L’arbitre aurait pu annuler ce but, mais il ne l’a pas fait et il a même offert une occasion de but aux Japonais en sifflant une main involontaire et a anéanti les joueurs iraniens !


© IRAN-RESIST. ORG

Pour nous, les joueurs avaient été mis sous pressions ou menacés pour se coucher face aux Japonais et l’arbitre avait sans doute été invité par les mollahs et les Japonnais à les empêcher à relancer leur jeu et gagner la Partie ! L’annonce de ce matin sur les liens privilégiés avec les Japonais a pris alors un nouveau sens ! Les Iraniens ont été bien tristes d’avoir perdu le jeu et une occasion pour se retrouver pour manifester contre le régime.

Mardi 29 janvier 2019 (00 Bahman 1397), les mollahs n’avaient pas mis en avant le match qui les avait dérangés. Ils étaient sans doute heureux de s’en être débarrassés. Ils s’étaient aussi débarrassés de toutes leurs défaites de la veille en affirmant encore que les États-Unis étaient isolés et seuls au monde ! Seuls les miliciens dissidents de Javan avaient mis la défaite de la veille en avant sous le titre de  : nous avons perdu !

JPEG - 176.5 ko
PNG - 873.1 ko
JPEG - 212.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors eu une nouvelle défaite avec la signature de 11 mémos dénoués de tout intérêt économique avec les Syriens. Ils n’en ont pas parlé.

Les députés voyous ont alors rompu leur soutien intéressé aux mollahs en accusant leur ministre de pétrole (Zanganeh) de ne rien faire pour contourner les sanctions et de refuser de signer des contrats avec les Russes ! Cela n’était pas vrai, car Zanganeh avait essayé, mais les Russes ont refusé et il avait caché son échec en prétendant que ce partenariat n’était pas intéressant. De fait, les députés l’attaquaient sur un contrat impossible à signer. Étant donné qu’ils le savaient, il était clair qu’ils voulaient déstabiliser les mollahs et les forcer à leur accorder des dollars pour éviter d’être davantage déstabilisés en ces moments difficiles. Ils ont aussi tenté de séduire le peuple en critiquant la très forte hausse du prix de la viande et ont aussi annoncé leur attachement à la couverture sociale pour tous !

Les mollahs se sont déchargés de toute responsabilité pour le prix de la viande en accusant leurs collaborateurs financiers qui ont le monopole de la distribution alimentaire ! Puis, ils ont contré l’envie de rupture de leurs députés en annonçant un succès hors du commun en Syrie en prétendant qu’Assad avait envoyé un grand message de soutien à Khamenei avant de signer 11 superbes accords commerciaux. Puis ils ont annoncé une rencontre au cours de l’après-midi avec les patrons des entreprises syriennes en vue de finaliser les accords qui avaient été conclus !

Forts de ce soutien imaginaire, ils ont aussi bombé le torse face à leurs députés agités en annonçant par le secrétaire de leur conseil de sécurité que leurs missiles n’auront désormais aucune limite en terme de portée, mais ils n’ont pas médiatisé l’annonce sur le plan international pour ne pas provoquer un conflit susceptible de faire fuir des Étrangers.

Il faut croire que ces arrangements avec la vérité ont dû encore être critiqués par le parti Motalefeh, car leur chef historique (Habibi) a aussi eu une attaque cardiaque fatale au même moment. Cette fois, on a assisté à une avalanche inhabituelle de condoléances et nous en avons conclu que le régime entendait profiter de l’occasion pour focaliser les attentions sur ce décès pour détourner les attentions de ces défaites avec les Européens, les Russes et les Syriens !

Les nantis du régime ne l’ont pas cru à propos de la Syrie et n’ont pas aimé l’élimination de Habibi, car sa mort signifiait que les mollahs étaient prêts à tout pour retarder leur chute ! L’indice de la bourse boostée en début de séance par une forte injection de fonds a chuté !

Les mollahs ont alors annoncé la reprise de leur procès de corruption de leurs anciens collaborateurs et ont pu intimider les financiers paniqués et ont ainsi pu éviter une nouvelle baisse de leur indice par rapport à la veille !

PNG - 185.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au cours de l’après-midi, les nantis ont eu la confirmation de leurs doutes, car ils n’ont pas entendu parler de contrats signés avec les patrons syriens !

Les mollahs ont alors continué leur fuite en avant en se focalisant sur des promesses de secours pour les inondations dans le sud du pays sans que pour autant on les voie s’activer pour aider les victimes !

Mercredi 30 janvier 2019 (10 Bahman 1397), les médias des mollahs avaient oublié encore l’inondation, car il n’y avait eu aucun secours. Ils avaient encore agi pour préserver les patrons du régime en insistant sur le soutien d’Assad !

JPEG - 173.8 ko
PNG - 793.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, on a appris qu’un chauffeur de taxi avait attaqué à la mitraillette la mairie de sa ville après la démolition de sa maison par le maire (ci-dessous des vues de cette localité). Les taxis iraniens étant d’ex-miliciens de base, on n’a pas eu du mal à croire à l’histoire. La panique s’est aussi intensifiée au sein du régime, car la contestation interne est portée par des gens avec ce même profil (milicien de base déçu par les mollahs et excédé par leurs mensonges).


© IRAN-RESIST. ORG

Khamenei s’est rendu sur le tombeau de Khomeiny avant le début de l’anniversaire de la décade révolutionnaire et a longuement parlé des martyrs de la révolution islamique pour séduire, voire mobiliser ces gens pour les célébrations à venir.

JPEG - 2 Mo
JPEG - 2.3 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

Le régime a aussi tenté d’apaiser ces gens voire les mobiliser à ses côtés en leur disant que le Guide Khamenei leur avait promis de meilleurs revenus de services médicaux lors d’une rencontre avec des membres des familles des miliciens martyrs de la révolution islamique ! Mais il n’y eu aucune image et tout le monde a conclu que les mollahs étaient seuls et qu’il y aurait aucune mobilisation dans les jours à venir !

Rohani s’est alors rendu au même endroit pour insulter les Américains dans l’espoir de provoquer un clash et rebondir après les défaites subies sur le plan mondial et au sein du régime !

JPEG - 88.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais Trump a esquivé cette provocation.

Le grand chef Pasdaran (Jaafari) a aussi tenté sa chance en annonçant des drones bombardiers à long rayon d’action pour agiter la région tout en se rendant sur l’île d’Abu Musa dans le détroit d’Hormuz pour provoquer les Arabes. Mais personne n’a réagi, car en l’absence de satellite militaire, ils ne peuvent avoir un grand rayon d’action pour leurs drones.

JPEG - 91.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ce déplacement a même été contreproductif pour le régime, car les pécheurs de la région se sont rassemblés pour interpeller Jaafari à propos du contrat d’exploitation des fonds marins accordé aux Chinois pour récolter tous ses poissons-lanternes et le milicien en chef du régime a dû condamner ce contrat et promettre d’attaquer les chalutiers chinois ! Mais il a vite quitté la région et a oublié sa promesse, car ce contrat est sans doute l’une des dernières sources d’argent du régime !

Après ces nouveaux échecs pour faire bondir le régime, ses collaborateurs ont continué à paniquer et l’indice boursier est tombé bien bas malgré la pression exercée par les mollahs via leur procès contre leurs collaborateurs !

PNG - 194.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi, Trump a dénigré le dernier rapport de la CIA faisant état de l’application de l’accord nucléaire par les mollahs contrairement à ce qui était débattu quelques jours plus tôt à Vienne ! Les Russes et les Européens n’ont pas relevé le fait. Les mollahs ont conclu que les derniers signataires de l’accord étaient prêts à donner raison à Trump ! Les mollahs ont anticipé le conflit sur leur nucléaire en annonçant via le chef de leur programme nucléaire (Salehi) qu’ils avaient développé de nouvelles centrifugeuses très très performantes et qu’ils n’avaient pas rempli le cœur du réacteur d’eau lourde d’Arak avec du béton comme le demandait les 5+1 mais qu’ils avaient triché en leur fournissant des photos truquées par Photoshop !

Trump, mais aussi les 4+1 n’ont pas réagi à ces annonces hallucinantes, car elles étaient fausses puisque l’opération de bétonnage avait été validée et filmée par les inspecteurs de l’AIEA. Les mollahs n’ont pas continué leur fuite en avant et ont prouvé qu’ils semblaient prêts à tout, mais ils ne l’étaient pas et avaient aussi peur d’un vrai conflit !

Jeudi 31 janvier 2019 (11 Bahman 1397), les Européens, en quête d’une grande place mondiale malgré la fin de leur complicité constructive avec les États-Unis, devaient se prononcer sur le commerce avec les mollahs et en principe avec sévérité pour parvenir à séduire les Arabes et gagner leurs contrats.

Les mollahs avaient zappé ce sujet douloureux et leurs provocations ratées et rassuraient les leurs en annonçant le début prochain (vendredi) de la célébration du 40e anniversaire de leur arrivée au pouvoir ! Ils avaient aussi annoncé qu’Assad, aujourd’hui sévèrement dragué par les Arabes- en raison de son emplacement stratégique sur la Méditerranée, avait accepté la création d’une banque irano-syrienne à Damas pour insinuer qu’ils pouvaient contrarier les projets des Arabes et des Européens pour forcer ces derniers à renoncer à leur hostilité !

JPEG - 206.7 ko
PNG - 983.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais il n’y avait aucune déclaration à ce sujet du côté d’Assad. De fait, pour nous, Assad, qui est un fin politicien, avait peut-être saisi les avoirs des mollahs en réponse à leur envie de nuire à son avenir et ces derniers essayaient de camoufler cette punition qui les mettait dans un embargo financier à 110 %.

Ce matin, les mollahs espéraient rassembler les leurs à l’occasion de l’enterrement de Habibi pour montrer qu’ils avaient réussi à unifier leur régime grâce à leur rigueur répressive. Mais la mobilisation espérée n’a pas eu lieu ! On devait comprendre que personne n’avait envie d’être d’un régime si isolé et si menacé.

JPEG - 182 ko
JPEG - 227.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont encore inauguré leur exposition militaire pour rassurer tous les gens du régime, mais ils n’ont eu presque aucun visiteur !

JPEG - 270.1 ko
JPEG - 266.3 ko
JPEG - 226.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Tout le monde devait aussi attendre avec frayeur l’annonce des Européens. Ces derniers ont parlé au début de l’après-midi et ont bien déprimé les gens du régime, car ils ont offert un commerce restreint baptisé INSTEX sur des produits humanitaires (vitales) en totale conformité avec les sanctions américaines et à condition que les mollahs adhèrent au FATF (Gafi), c’est-à-dire qu’ils acceptent de reconnaître leur aide au terrorisme et acceptent de se livrer aux tribunaux internationaux pour leurs crimes terroristes passés !

PNG - 423.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Aucun pays au monde n’a pris la défense des mollahs ! Le Hezbollah a mis fin à ses exigences et a vite accepté des ministères très pacifiques de l’Industrie, de Jeunesse et du Sport et de la Santé dans le gouvernement Hariri pour faire bonne figure et échapper aux poursuites pour sa complicité avec les mollahs fraichement condamnés à mort par les Européens ! Les Indiens ont mis fin à tout commerce avec les mollahs en déclarant leur amour aux Saoudiens !

Les mollahs n’ont pas divulgué l’offre pleine de menaces des Européens qui allait à 110 % dans le sens de Trump et ses alliés arabes ! Ils ont aussi caché toutes les autres nouvelles faisant état de leur plus grand isolement après cette offre de commerce sans intérêt des Européens !

Aux États-Unis, les démocrates américains qui avaient été les instigateurs de la révolution islamique de 1979 et restaient des alliés cachés du régime ont conclu que Trump avait gagné une bataille décisive contre leur projet. Ils ont rejoint le mouvement anti-mollahs en clôturant 700 comptes du régime sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter qui restent sous leur influence !

PNG - 290.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans la foulée, la cour internationale de LaHaye a annoncé qu’elle statuerait au moment du sommet de Varsovie sur la recevabilité de la plainte des mollahs rejetant les accusations de terrorisme des Américains. On pouvait supposer que les Européens siégeant à cette cour allaient encore faire plaisir aux Arabes (attendus à Varsovie) et ne pas donner raison à leurs ennemis !

Les mollahs ne pouvaient imaginer une telle défaite à la veille du début des célébrations de la décade révolutionnaire qui les a portés au pouvoir ! Leur décade de l’aube allait rimer avec crépuscule et crises internes !

Après plusieurs heures de silence, ils ont choisi le déni des problèmes en affirmant que les Européens avaient bien fait de tourner le dos à Trump ! Mais c’est eux qui tournaient le dos à la réalité et risquaient d’encourager les ruptures au lieu de les empêcher !

Vendredi 1er février 2019 (12 Bahman 1397), les mollahs devaient rassembler beaucoup de personnes pour l’anniversaire de retour de Khomeiny en Iran et le début de la décade révolutionnaire qui devait le porter au pouvoir ! À cette occasion, il devait réunir des milliers ou au moins quelques centaines d’écoliers comme symbole de l’intérêt de la jeunesse pour la révolution islamique à l’aéroport Mehrabad de Téhéran, puis rassembler tous les motards de Téhéran pour un défilé jusqu’au cimetière Behesht-Zahra où il a fait son premier discours et rassembler sur place tous les hommes politiques du régime ainsi que les chefs de la milice et les représentants de toutes les religions pour symboliser l’unité du pays au service du régime islamique.

On n’a rien vu de tel pour ce premier jour de la décade du 40e anniversaire du régime et ce manque de mobilisation signifiait que les collaborateurs du régime avaient compris que le régime n’était pas à l’aube d’une nouvelle jeunesse, mais à l’article de la mort et sur les listes d’exécution de tous les pays du monde et aussi tous ses ex-complices de terrorisme !

JPEG - 235 ko
JPEG - 475.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs devaient aussi parler à l’occasion de leur sermon politique de vendredi. Le thème du jour a été : attention, les ennemis veulent nous diviser ! Le mot important était ennemi au pluriel.

Personne n’a repris ce mort d’ordre d’unité. De plus, les députés ont remis en cause les bilans de 9 ministres pour faire pression sur les mollahs et obtenir d’eux les dollars nécessaires pour fuir ou pour se donner une bonne image et adoucir leur punition après la chute désormais évidente du régime !

Les mollahs ont alors insisté sur la qualité de l’offre en niant la condition de l’adhésion au FATF et ont en plus précisaient qu’ils n’allaient pas adhérer à la convention de Palermo comme ils l’avaient dit en début de la semaine, pour convaincre tous ceux qui étaient au courant de la condition posée par les Européens qu’ils n’allient capituler et sacrifier quelques proches pour prolonger leur crépuscule !

-Semaine 573 (1er au 8 février 2019) :-
-La solution de la dissolution !-

Samedi 2 février 2019 (13 Bahman 1397), les mollahs vaincus et désavoués par les partenaires étrangers ou leurs collaborateurs ont commencé la première semaine de leur crépuscule en continuant à nier l’attitude désormais très hostile des Européens en affirmant que ces derniers leur avaient enfin offert un canal de business pour contourner les sanctions américaines ! Dans leur journal anglophone, ils avaient mis en avant une nouvelle aube pour nier leur crépuscule et affirmer leur envie de résister.

JPEG - 170.3 ko
PNG - 866.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais les dissidents du régime avaient qualifié l’accord de « presque rien économique » comme une suite au « Rien », la réponse de Khomeiny sur son ressenti au moment de son retour en Iran ! En gros, les dissidents disaient le régime né de rien avec un leader venu de l’Europe avait fini sa course avec la fin de tout permis de la part de ses parrains européens !

JPEG - 229.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

À ce moment, la milice a annoncé que tôt le matin le commandant de la base militaire de Nikshahr dans le sud est du pays et 5 de ses officiers avaient été blessés et étaient dans une situation très critique à la suite d’une attaque terroriste et des tirs effectués par dessus le mur ! Mais cela ne se pouvait, car les bases du régime ont plusieurs enceintes équipées de miradors et par ailleurs, aucun groupe terroriste n’avait revendiqué cette attaque spectaculaire. Il n’y avait qu’une seule explication possible  : une nouvelle mutinerie comme récemment à Karaj et l’assassinat du commandant et de ses adjoints par les militaires sous leur ordre. On a supposé que le nombre des victimes était plus élevé, voire trop élevé, car la milice n’a annoncé aucunes cérémonie et funérailles pour ses fidèles tués pour leur fidélité au régime !

Les députés ont abandonné la critique des ministres et le processus du chantage lent et ont accusé les douanes des mollahs de corruption pour bloquer toutes les expéditions d’or et des espèces des mollahs vers l’Étranger afin de les forcer de leur payer plus vite des dollars. En l’absence d’une réponse, ils ont aussi annoncé une loi imposant aux ex-serviteurs du régime, reconnus comme corrompus, de rembourser (les fonds détournés) à la banque centrale du régime tout en imposant à cette dernière de leur offrir 50 % de ses bénéfices !

L’indice a encore piqué du nez, mais les mollahs ont censuré les graphique qui permettent de mesurer leur ampleur.

Mais Rohani n’a pas cédé à leur pression, car ils n’ont pas les moyens de lui nuire. Il a reçu de nombreux nouveaux ambassadeurs pour insister sur sa version anti-américaine d’Instex dans l’espoir qu’ils soient assez bêtes pour dire un mot anti-américain en faveur du régime. Mais personne n’a pris la partie du régime !

Les chefs Pasdaran ont alors ajouté un missile balistique de longue portée (sans la préciser) à leur exposition militaire pour provoquer une panique internationale et faire reculer leurs ennemis !

JPEG - 128.3 ko
JPEG - 121.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ali Larijani a a tenté sa chance en visitant lors cette exposition avec Salehi pour défier Israël (frappe-nous si tu peux) pour parvenir à une crise bénéfique au régime, mais les Israéliens ont esquivé la menace et ainsi ont neutralisé les mollahs !

JPEG - 78.6 ko
JPEG - 69.7 ko
JPEG - 107.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Trump a continué sa pression sur les mollahs en affirmant que les Européens avaient adopté un mécanisme pour les aider !

Le responsable de la diplomatie russe en Syrie est alors arrivé à Téhéran avec un visage fermé et il en est reparti sans aucune déclaration exploitable pour le régime ! La seule explication possible était que les mollahs cessent de citer la Syrie et insinuer des amitiés susceptibles de perturber les plans régionaux de la Russie.

JPEG - 70.9 ko
JPEG - 76.5 ko
JPEG - 87.6 ko
JPEG - 89.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont lâché de prétendre le soutien d’Assad et ont continué leurs bravades en annonçant via le porte-parole de leur milice que toute pression des Européens contre leur programme balistique les obligerait à opérer un bond stratégique en avant, insinuant qu’ils avaient déjà la bombe atomique et pouvaient l’annoncer sous peu !

Les adversaires internationaux des mollahs ont compris qu’ils bluffaient, car à supposer qu’ils l’avaient ils étaient gravement menacés par l’Europe et devaient agir contre ces derniers au lieu de les menacer. Les collaborateurs du régime n’ont également rien dit de peur que leurs dirigeants désespérés déclarent la guerre au monde entier alors qu’ils n’ont aucune capacité militaire et plus aucune capacité terroriste et accélèrent par ce bluff la chute du régime !

Dimanche 3 février 2019 (14 Bahman 1397), les mollahs auraient aussi annoncé de nombreuses conférences avec des invités étrangers ainsi que des pèlerinage à gogo sur le tombeau de Khomeiny à l’occasion de leur décade de Fajr, mais il n’y avait rien de tel dans leurs journaux ! Les mollahs avaient aussi zappé la fusillade dans leur base de Nikshahr faisant état de l’éclatement de leur milice. Ils avaient aussi nié la panique de leurs collaborateurs économiques en réaction à l’exécrable offre européenne en affirmant qu’ils l’avaient adorée ! Ils avaient aussi insisté sur le dernier missile de leurs miliciens qui étaient loin du bond stratégique qu’ils avaient annoncé. On avait donc un régime fanfaron qui avait tout de même reculé un peu par peur que le bond promis en avant soit son dernier mouvement !

JPEG - 187.7 ko
PNG - 779.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient rappelé que Washington était ravi et que par ailleurs, la portée du dernier missile des Pasdaran était de 1350 km et que cette portée était très négligeable pour Trump, car ils étaient au même moment préoccupés par les missiles intercontinentaux de la Russie et de la Chine. Ces infos signifiaient que le régime ne pouvait pas menacer ces pays et ce qu’il disait relevait du bluff et du fantasme.

JPEG - 147.5 ko
JPEG - 176.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés en quête des dollars du régime ont sévèrement critiqué l’offre européenne en affirmant qu’elle servait les États-Unis. Ils ont aussi voté leur loi pour obtenir 50 % des bénéfices de la Banque Centrale iranienne !

Les mollahs n’ont pas renouvelé leur propagande sur la qualité de l’offre européenne et la direction gouvernementale de la Banque Centrale iranienne (BCI) a dit que cette banque ne faisait plus de bénéfice depuis des années et n’avait donc rien à leur donner !

La panique s’est décuplée à la bourse de Téhéran ! In fine, l’indice a chuté de 2500 points !

Les mollahs n’ont rien dit. Ils n’avaient donc rien sauf leur propagande. Pour arrêter la panique et de nouvelles chutes très pénalisantes pour le régime au cours des jours à venir, les chefs Pasdaran ont menacé les nantis paniqués en annonçant l’arrestation d’un nanti du régime qui avait obtenu du pétrole à bas prix et le revendait très cher sans indiquer son nom pour que tout le monde se sente menacé !

Au début de l’après-midi, les miliciens dissidents de l’agence Fars ont publié un article signalant 20 mécanismes existants au sein de l’accord de Vienne pour empêcher la reprise des activités nucléaires par les mollahs et leurs collaborateurs miliciens afin de signaler qu’ils mentaient et les empêcher de le prétendre pour ralentir le nombre des ruptures au sein du régime.

Trump qui devait prononcer son discours sur l’État de l’Union dans 48 heures a alors chargé les mollahs en insistant sur son soutien à l’Irak en raison du terrorisme sans scrupule des mollahs pour relancer la communion internationale à l’encontre de ces derniers et avoir de quoi consolider sa position et obtenir une plus franche adhésion de la part de ses ennemis démocrates !

Les pays arabes ont appuyé sa démarche, mais certains dirigeants irakiens qui ont perdu les dernières élections ont critiqué Trump en l’accusant d’impliquer leur pays dans une guerre avec un voisin, mais sans parler en faveur du régime, ce qui signifiait qu’ils avaient peu de ses réactions. Les mollahs n’ont pas jugé pertinent de les présenter comme des alliés, car ils avaient tout de même reconnu que le régime était un danger pour l’Irak !

Les mollahs ont focalisé leurs médias sur leur festival de film (à huis clos et sans public) en l’honneur de la révolution islamique avec des films très borderline d’un point de vue islamique pour provoquer de faux débats et faire oublier leurs problèmes tant internes qu’internationaux ainsi que leur incapacité à provoquer une crise pour neutraliser leurs ennemis !

Lundi 4 février 2019 (15 Bahman 1397), les mollahs en manque de mobilisation et de fans avaient mis à la une de leur principal journal un débat sur leur situation économique en affirmant que c’était la faute du Shah ! Étant donné, l’attachement actuel du peuple au Shah en raison de ses succès politiques, économiques, diplomatiques, culturelles qui ont été tous détruits par les mollahs, par ce choix ces derniers informaient les leurs qu’ils n’allaient pas capituler et les invitaient à se rappeler leur passé afin qu’ils ne rêvent pas d’une réconciliation avec le peuple qui veut leur peau !

JPEG - 165.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

À l’attention des étrangers, les mollahs avaient insisté sur leur ambition balistique, espérant encore une crise leur serait bénéfique. Cette focalisation sur la promesse d’un missile au lieu du missile lui-même apportait à leur insu la preuve qu’ils n’étaient pas capables du bond stratégique qu’ils avaient annoncé, mais seulement capables d’aligner les bluffs !

PNG - 640.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient révélé que les mollahs avaient secrètement annoncé à leurs amis paniqués, le retour des Iran-chèques, sorte de billets privés de montant libre, leur permettant de retirer tous leurs avoirs de leurs comptes alors que la loi ne le permet pas. C’était un cadeau pour rassurer les paniqués que leurs magots ne seraient pas bloqués en Iran en cas d’un changement de régime pour qu’ils cessent de s’agiter et restent au côté du régime et se battent pour le sauver. Cela n’était pas insensé pour les mollahs d’offrir une certaine liberté financière à leurs collaborateurs, car ces derniers restaient ses otages en ayant besoin de leurs permissions pour quitter le pays.

JPEG - 145.4 ko
JPEG - 180.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais cette sérénité chèrement achetée par les mollahs a été bousculée par l’affirmation du soutien des Anglais à toutes les futures frappes militaires d’Israël contre les bases des mollahs en Syrie ! Il était clair qu’il y avait une course à qui serait plus méchant contre les mollahs !

Ces derniers ont démarré l’opération Iran-chèque tout en annonçant que le n° 2 de leur diplomatie (Araqchi) était invité en France pour parler des investissements promis par ce pays dans le cadre des rencontres instaurées depuis l’accord de Vienne, insinuant que la France continuer à privilégier ses intérêts en Iran et leur restant discrètement fidèle.

Ils ont aussi annoncé l’arrivée mardi en Iran du M-AE syrien et le nouveau représentant de l’ONU pour le règlement du conflit en Syrie, insinuant qu’ils restaient un acteur incontournable dans ce conflit et qu’ils pourraient en profiter et mettre la pression à Trump qui devait peu après faire son discours annuel et annoncer sa politique en 2019.

Rohani est aussi allé au Parlement pour défendre le nouveau ministre de la Santé après la démission du précédent sous la pression des députés ! Ces derniers devaient en principe refuser leur confiance au nouveau ministre puisqu’il avait été le principal adjoint du précédent et avait annoncé vouloir poursuivre le même programme, mais après un débat court et insipide, 98 % d’entre eux ont voté la confiance au nouveau ministre (Namaki). Il était évident qu’ils avaient reçu des Iran-chèques !

JPEG - 120.7 ko
JPEG - 76.4 ko
JPEG - 72.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

On n’a vu aucun mouvement de panique à la bourse. Les paniqués avaient donc accepté le deal des Iran-chèques. Le régime a profité de l’absence des paniqués pour injecter 1871 milliards de tomans à la bourse pour provoquer une hausse monstre et compenser les baisses des jours précédents, mais l’indice n’a pas décollé de plusieurs milliers d’unités, mais seulement 600 unités. Nous avons conclu que les paniqués continuaient à vendre des actions et que l’offre des Iran-chèques n’avait pas acheté le soutien des profiteurs du régime !

Peu après, la plus célèbre fausse opposante du régime, Masih Alinejad, qui vit aux États-Unis comme journaliste, a cessé d’insulter Trump et elle est allée à la rencontre de son M-AE pour déplorer les violations des droits de l’homme en Iran !

PNG - 617.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont censuré la nouvelle de peur qu’elle inspire les faux opposants basés en Iran ! Les chefs Pasdaran ont annoncé l’arrestation de dizaines de collaborateurs nantis du régime en les accusant de trafic de carburants afin d’empêcher d’autres ruptures, mais aussi la poursuite des ventes d’actions malgré la manne offerte à leurs collaborateurs affairistes via les Iran-chèques !

Les miliciens dissidents de l’agence FARS ont alors porté un coup terrible aux mollahs en interviewant le porte-parole de leur ministère des AE et lui demandant ce que le gouvernement du régime comptait faire en réponse à la condition terrible imposée par l’EU pour activer son mécanisme d’échange pour ne pas se retrouver avec des pénuries insurmontables ?

Le porte-parole interrogé a nié l’existence de la condition posée par les Européens et a dit que tout était sous contrôle. Les miliciens dissidents de l’agence FARS l’ont alors contredit en publiant une traduction de la déclaration européenne et ont définitivement privé les mollahs de la possibilité de continuer à mentir pour rassurer leurs collaborateurs. Il était clair que les miliciens dissidents de l’agence FARS cherchaient à raviver la panique et les envies de rupture de leurs collaborateurs paniqués et inconsolables !

Mardi 5 février 2019 (16 Bahman 1397), Trump devait parler dans quelques heures et les patrons du régime n’avaient rien en main pour lui faire peur. C’est pourquoi ils avaient zappé le sujet. Ils avaient annoncé en revanche l’amnistie pour 50,000 prisonniers par le Guide afin de souligner que le régime n’avait peur de rien. Ils avaient aussi annoncé le soutien de l’Irak pour menacer Trump !

JPEG - 171.4 ko
PNG - 736.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient sans doute été informés par leur collègue que le régime avait utilisé le thème du soutien d’Irak, car ils l’avaient torpillé en révélant que leur part du marché en Irak se résumait à seulement 3% et ce pays n’avait jamais été un de leurs alliés (et qu’ils ne pourraient pas utiliser son territoire pour fuir).

JPEG - 154.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les Européens ont reçu les responsables de la Ligue Arabe pour faire une déclaration commune sur leurs objectifs, avec la ferme intention de voler la vedette à Trump !

JPEG - 94.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs avaient annoncé la visite du numéro 2 de leur diplomatie à Paris comme la preuve de la préférence des Français pour leur régime, mais il n’a rien obtenu de leur part, pas même un échange d’ambassadeurs. Le régime a zappé cette visite. On a compris que la France n’avait pas changé de position et avait sans doute il a insisté sur ses exigences passées que l’on retrouve aussi chez d’autres Européens !

JPEG - 41.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont fait diversion par une conférence presse surprise et rassurante de leur ministre de pétrole !

Les nantis sont restés agités, car encore une fois l’indice est monté très peu (355 unités) malgré presque 1000 milliards tomans d’injections de fonds dans les poches de ces acteurs.

Au début de l’après-midi, en l’absence d’une déclaration française en faveur des mollahs, il est devenu évident que le régime n’y avait rien obtenu ! Par ailleurs, il n’y eut aussi aucune déclaration des deux visiteurs du régime à propos de son rôle en Syrie ! Tout le monde a conclu que ses visiteurs étaient venus en Iran pour s’assurer que les mollahs ne feraient rien pour utiliser la Syrie pour résister à Trump et aux Européens !

JPEG - 170.1 ko
JPEG - 85.1 ko
JPEG - 103.8 ko
JPEG - 68.5 ko
JPEG - 158.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs et leurs complices en kaki se sont tus de peur de faire une gaffe et qu’ils permettent à Trump de mieux justifier de nouvelles sanctions et permettent aux Européens qui cherchent à le concurrencer de les sanctionner encore plus fortement !

Après plusieurs heures, mais avant le discours de Trump, Rohani est revenu sur le devant de la scène au prétexte de la clôture de la fête du Livre de la décade de Fajr et a déclaré que le temps des murs était fini pour utiliser les arguments des démocrates américains et obtenir leur soutien de facto !

JPEG - 98.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Personne n’a pas réagi à ce discours. Les mollahs ont changé de ligne et ont choisi le bluff agressif en affirmant via Salehi qu’ils ne se contentaient plus de faire de l’ingénierie inversée et copier des équipements nucléaires, mais qu’ils étaient à présent totalement autonomes pour la création des outils nécessaires à leurs ambitions nucléaires !

PNG - 1023.7 ko
PNG - 632 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Personne n’a réagi. Les mollahs incapables de surenchérir ont changé de registre et au lieu de la fuite en avant politico-nucléaire, ils ont choisi le silence au prétexte du début de la période de deuil pour la mort en martyr de Fatemeh Zahra, la fille de Mahomet !

JPEG - 137.5 ko
JPEG - 182.5 ko
JPEG - 38.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans la nuit de mardi à mercredi, Trump a parlé. Il a parlé de son succès économique, dont la baisse du chômage, de ses succès militaires (la fin de la très couteuse guerre en Syrie ou la paix avec Kim Jung Un) avant d’affirmer qu’il soutenait le peuple vénézuélien et qu’il ne renoncerait pas à son mur, car il pouvait sauver des vies. Concernant les mollahs, il a dit qu’il ne cesserait de sanctionner leur dictature corrompue dont le slogan est mort à l’Amérique et l’ambition de perpétrer le génocide d’un peuple. À la fin du discours, Nancy Pelosi, qui avait été une de ses adversaires acharnées, l’a applaudi théâtralement avant de préciser qu’elle ne se moquait pas de lui, mais voulait insister sur son admiration !

PNG - 582.8 ko
PNG - 1.4 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Pelosi avait fini par applaudir Trump, car grâce à l’adhésion même à rebours des Européens, il allait mettre en œuvre sa refonte du Moyen-Orient pour exclure les Anglais, ce que les démocrates n’avaient pas réussi à accomplir. On avait là le soutien démocrate qui a fait défaut à Trump après son élection pour renverser les mollahs et lancer son projet. On pouvait dire qu’il avait réussi à pulvériser le mur défensif des démocrates et unifier la classe politique contre les mollahs !

Ces derniers ont compris et ont préféré faire le mort.

Mercredi 6 février 2019 (17 Bahman 1397), les mollahs avaient mis en avant le discours sur la fin des murs, car ils éditent leurs journaux à minuit, et Trump n’avait pas encore parlé. Leurs journaux étaient la preuve qu’ils n’avaient pas les experts pour analyser les faits et prévoir les bons coups à jouer !

JPEG - 175.5 ko
PNG - 882.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient encore frappé le régime en révélant qu’il y avait des pénuries de tous les produits de base, ce qui signifiait que Trump avait réussi à ruiner le régime et qu’il était en mesure de le renverser comme il le dit !

JPEG - 155.6 ko
PNG - 442.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Iraniens ont aussi fait part de leur enthousiasme sur les réseaux sociaux à propos du discours de Trump, notamment la qualification de dictature corrompue pour parler des mollahs ou encore pour son soutien aux aspirations démocratiques des Vénézuéliens. Certains ont attaqué des miliciens à Khorram-Abad et les agriculteurs d’Ispahan qui ont pu s’organiser depuis le début de la lutte anti-régime, ont lancé un mot d’ordre de manifestation de tous leurs partisans dans 24 heures.

Le ministre des AE de Trump est alors arrivé à Paris pour remercier les Français de n’avoir rien accordé aux mollahs et leur avoir imposé le mécanisme pro-sanctions d’Instex !

PNG - 632 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs et Rohani se sont focalisés sur la célébration du 40e anniversaire de la révolution islamique au lieu de commenter le discours de Trump et leur silence à ce sujet a paniqué leurs collaborateurs financiers. Dans les poches de ses collaborateurs paniqués.

Ali Larijani a tenté d’infléchir les Français en évoquant au prétexte de la modernisation des transports en Iran, indirectement, l’achat des vieux autobus parisiens roulant au gaz ! Mais les Français n’ont pas répondu à cet appel du pied !

La bourse est restée agitée malgré les Iran-chèques ou les menaces d’arrestation des Pasdaran. Son indice a monté avant de tomber de 75+% et finir à 141 points malgré près de 800 milliards de tomans d’injections de fonds du régime.

Au cours de l’après-midi, Rohani a réuni les ambassadeurs étrangers pour l’anniversaire de la révolution islamique et devant eux, il a alors parlé d’une grande mobilisation à l’occasion du 40e anniversaire de la révolution islamique pour faire taire Trump, il a aussi critiqué ses propos avant de jouer la carte de l’apaisement en s’engageant à appliquer l’accord sur le nucléaire dans l’espoir d’un apaisement au retour ou au moins de diviser le camp occidental. Ses interlocuteurs n’ont rien dit.

Il les a alors envoyés à l’exposition militaire des Pasdaran afin de les confronter avec les missiles du régime pour les intimider et amener à choisir l’apaisement qu’il leur avait proposé, mais aucun n’a parlé en faveur du régime !

JPEG - 134.5 ko
JPEG - 124.2 ko
JPEG - 107.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs déçus par ces nouveaux échecs se sont repliés sur le deuil de la fille de Mahomet... en attendant de trouver une idée lumineuse pour rebondir ou au moins pour empêcher de nouvelles crises au sein de leur régime !

Jeudi 7 février 2019 (18 Bahman 1397), les médias du régime annonçaient aux Iraniens l’apaisement de Rohani et annonçaient aux étrangers une belle mobilisation du peuple pour défendre le régime contre les complots de ses ennemis étrangers ! En résumé, les mollahs qui étaient menacés de toute part affirmaient à leurs collaborateurs qu’ils n’allaient pas provoquer leurs ennemis alors qu’ils le faisaient ! D’ordinaire, les collaborateurs du régime préfèrent qu’il se monde combatif et le régime le fait quand il se voit en danger. Là, les mollahs promettaient le contraire : on devait comprendre que ses collaborateurs étaient fatigués par ses échecs et avaient peur qu’en continuant ils entraînent plus d’hostilité envers le régime et les empêchent de trouver des pays pour s’y exiler.

JPEG - 207.5 ko
PNG - 803.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents par intermittence du clan Rafsandjani avaient mis en avant la condition terrible des Européens pour leur mécanisme d’échange réduit et les vrais dissidents miliciens avaient insisté sur les slogans du régime et la rupture de la fausse opposante Alinejad pour montrer que le régime tenait debout uniquement grâce à ses slogans et ses bluffs !

JPEG - 191 ko
JPEG - 131.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journalistes miliciens dissidents de l’agence Fars ont alors publié un article pour dire qu’il n’y avait pas de raison à ce que le prix de la viande soit de 100,000 tomans le kilo, car le pays produisait assez de viande selon toutes les statistiques et ont ainsi insinué que les mollahs voulaient affamer davantage le peuple pour le démoraliser davantage et occuper les hommes à courir après de quoi manger pour leur famille au lieu d’aller manifester ! Le but de l’article était d’enflammer la manifestation d’Ispahan !

Les agricultures d’Ispahan étaient descendus en masse dans les rues de leur ville avec des slogans hostiles aux mollahs ! Les policiers n’ont pas dispersé les gens, car ils sont comme eux sous-payés comme la majorité des Iraniens, disposant de revenus équivalant à 1/3 du seuil de la pauvreté (du fait des prix imposés par les mollahs pour préserver leurs stocks). Quelques officiers ont tiré en l’air avant de fuir pour éviter les coups des manifestants !


© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran inquiets par l’attitude de leurs subalternes ont annoncé qu’ils disposaient d’une ville-usine pour production en masse de missiles à longue portée dotés de têtes téléguidées, mais ils n’ont montré aucune image et n’ont pu intimider les adversaires du régime !

Au même moment, l’administration Trump a fait état de l’éveil des cellules terroristes des mollahs en Amérique pour les condamner à de nouvelles sanctions. Puis le M-AE américain Pompeo a souligné que le régime avait violé ses engagements balistiques et la résolution 2231 pour aller rapidement vers des sanctions onusiennes et grâce à elles déstabiliser totalement le régime et aussi aider l’émergence de l’OTAN arabe qui doit engager aussi les Européens pleinement dans la lutte anti-mollahs ! Les pays arabes invités à Varsovie ont applaudi Pompeo et dirigeants indiens ont alors mis fin à tout leur business avec les mollahs en laissant entrevoir qu’ils préféraient les Saoudiens !

Vendredi 8 février 2019 (19 Bahman 1397), il y a 40 ans, un tel jour, les islamistes révolutionnaires soutenus par les démocrates américains ont annoncé la rupture des gradés de l’armée de l’air, chargés de préparation des avions, puis certains d’entre eux ont défilé dans les rues vêtus de faux uniformes d’officiers pour convaincre le peuple et faire éclater l’armée et éliminer la résistance des militaires qui restaient à 100 % fidèles au Shah !

JPEG - 70.3 ko
JPEG - 65.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après cette mise en scène, les islamistes avaient diffusé une image d’une centaine de pilotes saluant Khomeiny, une photo également trafiquée avec une foule plus dense au fond de l’image. Ci-dessus, d’abord cette photo puis, une où l’on voit le nombre de soutiens qu’il avait parmi les gradés !

JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 3.3 Mo
JPEG - 73.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Par la suite, cette fausse rupture a été sans cesse célébrée pour simuler le soutien des militaires au régime ! Depuis quelques années, des images trafiquées ou avec des quadras en uniformes ont fait état du boycott de cette supercherie par les pilotes du régime et leur refus de le servir, ce qui explique aussi l’absence de bases aérienne du régime là où il avait une présence forte comme en Syrie.

Cette année, dans le contexte de l’isolement international du régime et des ruptures violentes au sein de la milice (comme à Nikshahr), tout le monde, y compris au sein du régime, attendait ce rassemblement des pilotes chez le Guide du régime. Les photos nous ont enchantés, car il n’y avait pas les mêmes personnes sur deux différentes photos publiées sur le site de l’agence officielle du régime !

JPEG - 129.4 ko
JPEG - 209.6 ko
JPEG - 91.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cela ne se pouvait que si le reportage était composé par des images d’archives en raison du boycott massif de cet anniversaire par les pilotes du régime. De plus, sur ces images anciennes, les pilotes présents ont plus de quarante ans, ce qui veut dire que par le passé le régime avait souvent été boycotté et avait pris l’habitude de faire appel à des figurants parmi ses partisans comme à l’origine de l’évènement célébré. Mais cette année, la dissonance des photos indiquait qu’il n’avait même pas pu des figurants parmi les siens pour donner l’impression de disposer d’une force aérienne indispensable pour ses bluffs militaires !

Le régime a continué sa propagande en affirmant que dans son discours le Guide avait dit critiquer l’absence de fiabilité des Européens avant d’affirmer que la mobilisation pour le 40e anniversaire de la révolution islamique allait sauver le régime et le mettre à l’abri des menaces !

Personne n’a applaudi ce discours qui était un simple slogan ou un vœu pieux irréalisable au vu du boycott subi par le régime et son incapacité à trouver des remplaçants pour simuler sa solidité militaire ou milicienne.

Les mollahs ont répété le même discours à l’occasion de leur prière de vendredi sans qu’il soit applaudi ! Cela signifiait que leurs proches ne cautionnaient pas leur déni de leur échec et ne voulaient pas couler avec eux.

Au début de l’après-midi, les mollahs ont agité leur nouveau parti d’opposition proche de leurs faux contestataires sans engendrer un mouvement en sa faveur. Les mollahs ont compris qu’ils n’avaient pas de partisans pour une ligne dure et aussi aucun volontaire pour une fausse ouverture ou une fausse menace interne pour forcer la mobilisation en leur faveur ! Ils ont compris qu’ils n’auront aucune mobilisation pour leur 40e anniversaire (ce que nous verrons dans notre prochain article) et cet évènement confirmera leur crépuscule.

Ils se sont repliés sur eux-mêmes au prétexte d’une 4e nuit de deuil pour la fille de Mahomet !

Pour résumer, dernièrement, les mollahs menacés de toute part ont tiré un missile potentiellement nucléarisable susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen. Ce tir n’a pas fait reculer leurs adversaires du régime, mais les a décidés à adopter une attitude résolument plus ferme vis-à-vis des mollahs. Ces derniers ont alors intensifié leurs actions de déstabilisation de la région tout en se montrant conciliants pour perturber l’arrivée des nouvelles sanctions, mais ont seulement convaincu les grandes puissances qu’ils étaient nuisibles à leurs intérêts.

Trump a profité de l’occasion pour demander une réunion extraordinaire mondiale à Varsovie avec principalement les pays de la Ligue Arabe victime du terrorisme des mollahs pour former une coalition pour les reverser !

Les autres grandes puissances ont validé cette option en refusant de reprendre leurs échanges commerciaux avec les mollahs pour les aider à tenir tête à Trump et ses alliés arabes. Mais parmi eux, la Russie qui s’est approchée des Arabes avec l’aide et l’approbation de Trump a émis des doutes sur le succès de Varsovie pour encourager les Européens à tenir tête à Trump afin qu’ils ne lui ravissent pas sa place du futur partenaire des États-Unis dans la région !

Les Européens ont alors commencé à draguer la Ligue Arabe pour participer au projet sans suivre pour autant Trump afin de mieux préserver leurs intérêts économiques. Mais ils ont confirmé leur rupture avec les mollahs en leur proposant des échanges très réduits à condition qu’ils acceptent d’être arrêtés et punis pour leur 40 ans de terrorisme ! Les Russes et les Chinois ont salué le dispositif pour plaire à Trump et préserver leurs intérêts régionaux !

Trump n’a guère critiqué ces manœuvres de ses partenaires, car in fine, ils n’étaient pas aux commandes des projets pour l’Iran et pour le Moyen-Orient malgré les apparences qu’ils voulaient afficher... Ils allaient seulement s’y agripper ! Trump allait enfin pouvoir mettre à exécution ce pourquoi il a été élu : virer les mollahs et mettre fin à l’islamisme propagé par ses prédécesseurs pour et grâce à cette libération redorer l’aura des États-Unis et prendre les marchés pétroliers, longtemps convoités par ses prédécesseurs, mais jamais obtenus, et par son succès permettre à l’Amérique de concurrencer la superpuissance pétrolière des Anglais qui domine le secteur des hydrocarbures depuis plus de 100 ans !

L’adhésion non avouée des Européens Trump a donné le coup de grâce à ses prédécesseurs démocrates : ils ont été obligés de rejoindre son projet pour ne pas rater ses retombées.

Ces 4 semaines-ci, les mollahs ont reçu de nombreux coups dans le tourbillon de manœuvres des grandes puissances pour leurs intérêts. Les mollahs ne pouvaient rien pour en sortir indemnes, mais ils n’ont pas compris ce qu’il se préparait. Estimant qu’ils étaient comme toujours les maillons faibles des grands jeux mondiaux, ils ont continué à les harceler et les ont amenés à les démolir pour s’affirmer et assurer leurs intérêts.

Les mollahs n’ont pu manipuler et utiliser les Européens pour assurer leur survie, alors que ces derniers faisaient le jeu inverse. Cette semaine, les mollahs et leurs complices miliciens, pris dans le tourbillon de leurs problèmes, ont perdu de vue leurs ennemis et n’ont pas compris leurs jeux ! Ils ont alors raté leurs offensives de bluffs balistiques ou nucléaires qui étaient hors propos et de grandes batailles dont ils ignoraient l’existence et vont écourter la leur !

Cette dernière semaine, en plein milieu de leur décade de l’aube, qui n’est qu’un fantasme, ils ont dû admettre qu’ils vivaient leur dernière aube et étaient désormais en plein crépuscule !