Accueil > Photos > Iran : Tous contre les faux opposants



Iran : Tous contre les faux opposants
15.01.2020

Les Iraniens devaient aujourd’hui se rassembler encore contre le régime. Ce dernier a tablé sur des annonces et des vidéos faisant état de sa capacité de répression tout en limitant la vitesse de connexion et la bande passante à seulement 20,000 personnes à Téhéran et 100 personnes dans les autres villes pour empêcher ses opposants à communiquer entre eux et à apporter la preuve de leur mobilisation et son manque de miliciens pour se défendre. Mais malgré ces obstacles et un temps plus froid, les Iraniens se sont rassemblés et ont scandé des slogans hostiles au régime sans voir l’ombre d’un milicien anti-émeutes !



Aujourd’hui, il faisait encore très froid en Iran : -4°C à Téhéran, -11°C à Mashad...

© IRAN-RESIST.ORG

PNG - 1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Les Iraniens devaient aller vers les universités du régime dans leur ville pour inviter les étudiants (jeunes issus des familles nantis qui ont jusque-là été encore dans le giron des mollahs et leur fausse opposition) à rejoindre la lutte contre le régime et ensemble dans la rue (hors campus), aller vers les principales places de leur ville.

À Téhéran, les gens devaient aller vers plusieurs universités (Amir Kabir, Téhéran, Polytechnique, Sharif...) et marcher comme dimanche soir vers la gigantesque place Azadi (Liberté), ancienne place Shah-Yad (« à la mémoire du Roi »).

Les mollahs conscients des symboles de cette fusion du peuple et de « leurs jeunes » ont tenté de l’empêcher en diffusant sur les réseaux sociaux une annonce de descente de leur milice à l’université de Téhéran pour faire état de sa puissance, la faiblesse des étudiants et ainsi démobiliser ces derniers et démoraliser les opposants au régime.

Mais la rumeur n’a pas convaincu, car il n’y avait aucune image de cette descente, seulement une photo ou l’on ne voyait aucune agitation !

© IRAN-RESIST.ORG

PNG - 923.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les étudiants de l’université de Téhéran ont alors contré la désinformation du régime et sa réduction de la bande passante (captures ci-jointe) en manifestant en avance avec slogans hostiles et en diffusant ses images dans une courte. D’autres étudiants de Téhéran en ont fait autant en affirmant leur refus de reformes et en appelant à une grève générale et une nouvelle révolution. Ces images nous sont arrivées parfois avec plusieurs heures de retard par la faute des restrictions de la bande passante.

© IRAN-RESIST.ORG

PNG - 171.8 ko
PNG - 82.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

On n’a alors pas vu de nouvelles images des miliciens du régime et n’avons pas entendu de rumeurs de descente dans les campus. Tout le monde a compris que le régime avait bluffé et le rendez-vous de fusion du peuple et des jeunes du régime pouvait se réaliser sans problèmes. La fausse opposante Shirin Ebadi, silencieuse depuis le début de la contestation du pouvoir, a annoncé une action en faveur des victimes de la répression du régime, pour l’aider dans sa désinformation intimidante tout en cherchant à éclipser les manifestations à venir en focalisant les médias sur sa personne. Mais tout le monde l’a ignorée !

Comme prévu, les étudiants se sont rassemblés après 17 heures dans leurs campus avec des slogans hostiles au régime tout entier sans aucune référence à sa fausse opposition.

Mais par la faute de la limitation de la bande passante, on a eu les images de ces rassemblements avec quelques heures de retard.

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

Puis, les étudiants sont sortis des campus pour marcher vers la place royale de Téhéran en même temps que d’autres personnes.

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

On a enfin assisté au grand rassemblement sur la place Azadi / Shah-Yad avec des slogans hostiles au régime.

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

Concernant les autres villes, on devra être très patient, car les images vont circuler lentement vers Téhéran pour être relayées vers l’étranger. C’est ainsi qu’hier, l’on a eu très tardivement une vidéo d’invitation lancée par des opposants au prince Reza Pahlavi !

Les mollahs ont alors contré la confirmation de la popularité des Pahlavi en diffusant depuis hier une même vidéo dont le slogan ne dit « ni turban, ni couronne, mais contre les mollahs », ce qui est une formule des Moudjahiddines qui sont très impopulaires en Iran, afin de laisser supposer que les manifestations sont très risquées et persuader les Iraniens d’y mettre fin. La source de la révélation se serait ainsi protégée par une vidéo antidatée (facile à faire), prétendant ainsi d(avoir fourni une fausse vidéo afin de discréditer les opposants au régime.

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

Mais les Iraniens n’ont rien compris aux insinuations compliquées des mollahs et l’ont seulement ignoré en continuant leur lutte comme on n’a vu plus haut. Ils ont aussi humilié le régime en ignorant de son slogan anti-Pahlavi.

Les meneurs de cette contestation qui sont des membres de la milice, qui ont quitté le régime et animent la lutte à son encontre, de l’intérieur du régime, mais aussi dans les rues ou sur les réseaux sociaux, ont même puni en révélant qu’ils avaient tiré deux missiles pour descendre l’avion ukrainien (et de fait, il n’y avait pas eu une erreur de tir). Par ailleurs, ils ont révélé qu’il n’y avait eu aucun secours aux victimes du crash de la part de ses derniers fidèles. Ils ont aussi encouragé la lutte contre les mollahs en diffusant des images des corps éparpillés et des secouristes qui s’en moquaient.

© IRAN-RESIST.ORG

Certains médias ont douté de l’authenticité de cette vidéo en pointant la date de 17.10.2019 figurant sur l’image. Mais un expert du New York Times a validé la vidéo en se basant sur le scénario envisagé à propos du crash. Les mollahs eux-mêmes n’ont pas invalidé la vidéo et n’ont pas démenti l’hypothèse de deux missiles. C’est pourquoi on a supposé que la vidéo a été un catalyseur pour révéler la vérité sur le crash du 8 janvier dernier.
© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants ont ainsi démontré qu’ils avaient des sympathisants parmi leurs officiers encore présents au côté des mollahs. Ces derniers ont donc ainsi perdu, au cours de la même journée, le soutien de leurs étudiants, animateurs de leur fausse opposition et une partie de leurs officiers de propagande. Ce mardi a été une journée noire pour le noyau résiduel du régime. Il assistera sous peu à des ruptures spectaculaires de ses faux opposants. La lutte continue donc en sapant chaque jour davantage les fondements du régime.