Accueil > Photos > Iran : Sérieuses Manifestations anti-régime après le tir sur le Boeing (...)



Iran : Sérieuses Manifestations anti-régime après le tir sur le Boeing ukrainien
12.01.2020

Les mollahs ont tiré sur un avion ukrainien qui avait décollé de Téhéran et affirment avoir été poussés à l’erreur, car ils craignaient une intervention américaine en Iran ! Cette version n’a pas satisfait les Iraniens : ils ont manifesté contre le régime en criant : Mort au régime ! Les opposants ont appelé à la reprise du mouvement anti-régime ce dimanche. La vitesse d’internet étant sévèrement brisée par les mollahs. Nous avons reçu tardivement les images époustouflantes de ce samedi et aurons sans doute de nouvelles images avec beaucoup de retard dimanche soir.



Un Boeing 737 ukrainien s’est écrasé au sol 10 minutes après son décollage de Téhéran. 176 voyageurs et 8 membres d’équipage sont morts dans ce crash.

Les médias occidentaux ont évité les hypothèses sur les raisons et les circonstances politiques du crash en se focalisant sur les victimes. Ils ont joué la carte de l’émotion en précisant que les voyageurs tués étaient des étudiants de l’université technologique de Sharif qui allaient poursuivre leurs études au Canada.

Mais étant donné que l’accès des universités du régime est réservé aux enfants des collaborateurs du régime, que par ailleurs les prix des études sont très élevés, que les billets d’avion sont très chers, que le régime ne laisse pas sortir tout le monde et qu’enfin le Canada exige des portefeuilles bien garnis pour laisser entrer des émigrants, les voyageurs étudiants étaient les enfants des collaborateurs nantis du régime.

Il y avait aussi à bord des hommes d’affaires qui n’allaient pas au Canada, mais en Ukraine ou vers d’autres destinations. Du fait de la fortune des voyageurs aussi leur départ en dehors du calendrier universitaire et enfin la crainte d’une riposte américaine à la suite de l’agression des mollahs contre les bases américaines, nous avons conclu qu’il s’agissait de riches qui voulaient fuir l’Iran ou sortir leurs enfants avant une importante riposte américaine.

Les mollahs auraient dû fermer l’aéroport en raison des risques de guerre. Mais ils ont laissé ces collaborateurs les quitter, mais ont tiré sur l’avion pour les punir aussi avertir tous les autres qu’ils ne les laisseraient jamais partir. Dans notre webcast mise online au moment des faits nous avions émis cette hypothèse, en précisant que le régime s’était aussi gardé d’accuser les États-Unis, car il avait envie de laisser supposer son rôle afin de mieux intimider ses proches.

Mais leur geste a révolté leur proche d’autant plus qu’ils ont appris que Trump avait rapidement écarté tout risque de riposte en affirmant que les tirs de missiles du régime contre ses bases ne les avaient pas touchées.

Les Canadiens ont alors évoqué un tir par erreur de la part des mollahs ! Les Européens ont dit de même ! La raison est que dans le cas contraire, ils devraient fermer la porte aux mollahs et perdre les fortunes qu’ils espèrent encore sortir du pays et aussi restituer au peuple iranien les sommes expédiées par les mollahs au Canada ou en Europe !

Mais Washington a exigé les boites noires de l’avion pour établir la culpabilité des mollahs et le fait qu’ils n’avaient pas agi par erreur. Les mollahs ont alors adopté la version canadienne en parlant d’une erreur en promettant de punir des responsables (en fait des boucs émissaires) !

Cette demi-reconnaissance de leur responsabilité dans le tir, mais sans qu’un responsable en souffre et soit jugé et condamné lourdement a révolté les nantis du régime et leurs enfants privilégiés de l’université Sharif, ils ont manifesté contre le régime et contre le Guide en le traitant de voyou et de vaurien (Aldang الدنگ) et en criant mort au régime pour toutes ces années de crimes !

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

On peut parler d’une contestation remarquable, car le régime a ainsi perdu aussi derniers collaborateurs, ces riches qui n’étaient pas touchés par la hausse des prix et les malheurs du peuple.

Cependant, les opposants populaires ont craint que les riches demandent uniquement un changement de Guide au clergé pour préserver le régime. C’est pourquoi ils ont profité de l’occasion pour descendre dans les rues de nombreuses villes Téhéran, Rasht Ispahan...), en criant leur haine du régime tout entier.
Notre ennemi n’est pas États-Unis, notre ennemi est ici !
Khamenei est un meurtrier !
Ne m’appelle pas agitateur, Tyran ! C’est toi l’agitateur !
Nous ne voulons plus de République islamique
La République islamique doit être anéantie !

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

De nombreux artistes officiels du régime, photographes, réalisateurs, graphistes, membres élevés de sa milice, ont aussi annulé leur participation au festival artistique de Fajr qui a lieu chaque année au mois de février dans le cadre de la célébration de l’anniversaire de la révolution islamique ! Le cinéaste Massoud Kimiayi, deux fois lauréat de ce festival, a aussi annulé sa participation de cette année en affirmant qu’il avait toujours détesté les festivals et qu’il avait toujours été du côté du peuple !

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

Le cinéaste Jafar Panahi, qui a toujours uniquement soutenu la fausse opposition du régime notamment Moussavi -partisan de dernières répressions en Iran-, a envoyé une photo le montrant dans la foule. Des présentatrices vedettes de la télévision du régime, également membres de la milice du régime, ont annoncé qu’ils n’iraient plus travailler et ont demandé pardon au peuple !

PNG - 222.7 ko
PNG - 200.9 ko
JPEG - 9.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants ont profité de ce domino de défections, conforme à notre récente prévision d’implosion de la milice, pour appeler à des manifestations anti-régime dans tout le pays ce dimanche après 18h.

Du fait, de la forte limitation de la vitesse de connexion, on risque de recevoir les images en retard, à moins que des collaborateurs sécuritaires des mollahs lâchent les régime en protestation contre le sacrifice de leurs collègues ou pour ne pas sombrer avec eux !