Accueil > Articles > Un colloque kurde parisien qui ne déplait pas aux mollahs iraniens



Un colloque kurde parisien qui ne déplait pas aux mollahs iraniens
10.06.2006

- COLLOQUE INTERNATIONAL : «Où va l’Iran ?»
- Organisé par l’Institut kurde de Paris, le vendredi 16 Juin 2006 de 14h30 à 19h00
- Salle Victor Hugo - Immeuble Jacques Chaban-Delmas
- 101, rue de l’Université -75007 Paris -Métro et RER : Invalides



L’Iran va mal et tout le monde veut en profiter. De nombreuses officines militent pour diviser l’Iran en petits pays à caractère ethnique puisqu’il est désormais interdit de parler de races. L’an dernier, l’American Enterprise avait organisé sous l’égide de Micheal Ledeen une conférence de l’Iran pluriel où devaient se côtoyer les représentants de ces peuples d’Iran qui selon l’organisateur veulent chacun avoir leur pays rien qu’avec des gens comme soi pour être bien.

Un parfum de racisme souffle désormais sur l’Iran, les Iraniens sont invités à se haïr au nom de leurs origines, et différents personnages, souvent douteux, joignent leurs énergies à ce genre d’entreprise, parfois les mêmes que l’on surprend à encourager le dialogue avec les mollahs. Il en va ainsi de Hubert Vedrine, l’ami socialiste des mollahs, qui recommandait de ne pas envisager la guerre contre le terrorisme des mollahs, même pas les sanctions pour étouffer leurs milices, encore moins le soutien aux opposants en exil, qui apportera sa caution morale à un colloque qui vise à aider les peuples (séparatistes) de l’Iran.

Ce genre d’opération reste cependant très impopulaire parmi les peuples qui sont censés vouloir fuir l’identité iranienne. Nous avons même vu que récemment de pareilles tentatives financées par les Américains s’étaient soldées par un échec cuisant.

Aucun iranien kurde, ou khouzestani, ou Baloutche n’a rejoint les manifestations à caractères séparatistes. Pire encore, de nombreux militants hostiles au régime des mollahs ont même déclaré préférer les mollahs que d’utiliser le séparatisme pour les abattre. Le séparatisme encouragé par des états tiers (les coupables qui se reconnaîtront) renforce le régime des mollahs. Nous pensons même qu’une attaque contre les objectifs militaires des mollahs ne déclenchera pas le sentiment national mais que des tentatives de destruction de l’Iran par ce genre de manigances le font, y compris parmi les populations courtisées qui se révèlent être de farouches patriotes conscients de leur identité iranienne. Et les évènements de ces derniers jours nous donnent raison (liens).

Le colloque est organisé par l’Institut kurde de Paris avec la participation d’une des têtes pensantes du Centre d’Analyses et de Prévisions, centre qui est déjà coupable de l’échec cuisant de la Troïka face aux mollahs de 2003 à 2006. Nous avons déjà mis en garde les employés de ce service, mais les malheureux énarques continuent à s’activer pour appliquer des schémas récoltés en seconde main des Américains.

Messieurs, vous ne faites que renforcer les mollahs et faire haïr la diplomatie de votre pays. Mais nous vous encourageons à continuer, quelqu’un finira par faire le ménage et vous remplacer pour faire une diplomatie moins approximative.

Les participants sont parmi les personnalités les plus honnies en Iran : parmi ceux-là nous citons au hasard, Ali Réza Nourizadeh (ci-dessus), un islamo-gauchiste des premières heures qui est passé dans les années 70 par les camps d’entraînement de l’OLP : en compagnie de Mostafa Tchamran, le (1er) ministre de la défense du régime des mollahs et co-fondateur du mouvement Amal). Nourizadeh fut le porte-parole de Khomeiny quand ce dernier vivait à Neauphle-le-Château. Tous les après-midi Nourizadeh appelait un certain Hadi qui lui communiquait ce que Nourizadeh devait publier dans le quotidien (Ettélâât) sous forme d’articles ou de rumeurs concernant Khomeiny qui pouvait ainsi informer ses partisans en Iran. Après la révolution, en tant que proche de Khomeiny, Nourizadeh assista à toutes les séances de torture (amputation, faire avaler des aiguilles, etc.) que les miliciens Pasdaran appliquaient aux élites iraniennes avant de les charcuter. Nourizadeh l’a reconnu dans ses propres livres, mais certains affirment que ces livres avaient pour objectif de l’innocenter car il aurait participé personnellement à ces actes barbares qui ont eu lieu sur le toit du collège Alavi où résidait Khomeiny après son retour en Iran par la grâce d’un avion affrété par M. Valery Giscard d’Estaing.

Aussitôt après la révolution, le fidèle Nourizadeh a quitté l’Iran pour infiltrer les bureaux des opposants politiques à Paris. Il vit à présent à Londonistan où il a repris la fonction qu’il occupait avant l’arrivée de Khomeiny en Iran : il est journaliste. Mais il est de notoriété publique qu’il travaille pour le régime des mollahs pour diffuser des rumeurs sélectionnées dans les milieux de l’opposition en tant que «journaliste bien informé qui a gardé des amis en Iran».

Il y a aussi une ribambelle de vieux séparatistes qui ont passé ces dernières années par être entretenus par différentes personnes hostiles à l’Iran comme Saddam, un autre ami de la France, ou par des compagnies pétrolières intéressées par la création de petits états sans puissance et faciles à exploiter.

Il y a aussi parmi ce groupe de vieillards obstinés, Fred Halliday, un communiste anglais grand admirateur de Khomeiny qui a écrit de nombreux articles élogieux sur l’ayatollah ou la révolution islamique. Halliday est un islamo-gauchiste qui est ouvertement pro-syrien, partisan de l’entrée de la Turquie en Europe, pro-Ben Laden et militant pro-Califat islamique [1] ! S’il n’existait pas, il aurait fallu l’inventer !


Il n’y a pas de doute, derrière cette vitrine d’aide au communautarisme
, se cachent des amis de la république des mollahs qui veulent attiser les peurs des iraniens et renforcer le régime des mollahs. Il y a sans doute parmi les participants européens quelques candides spécialement sélectionnés pour brouiller les cartes. Ils seront les idiots utiles de ce farce.

PDF

Pour en savoir + sur le sujet :

[Recherche Par Mots Clefs : FAUSSE(s) OPPOSITION(s)]


Vous avez sur ce site un moteur de recherche qui vous permet de retrouver des articles antécédents. Au cas où votre demande concernerait un sujet précis, vous pouvez nous écrire. Notre équipe vous aidera dans votre recherche.

Bonne lecture et à très bientôt.  

[1Fred Halliday à propos de Khomeiny : « Ayatolla Khomeiny, the leader of the Irani revolution used Koranic vocabulary to denounce the west, to denounce the shah, and to mobilize the mass popular following of his revolution. But the interpretations he gave to the terms of the quran or of the Shiite tradition were those of modern culture. They were those of a leader who was fighting imperialism and corrupted needs of the economic resources of the country ». Et à props de Ben Laden: « A more painful and immediate example is Osama bin Laden. But what does he exactly say? Bin Laden states three or four things which are common by now to contemporary Third World radicalism. He's saying: “Our territory is occupied by foreigners. Like Palestine, or now in Iraq. And these foreigners should be driven out.” Secondly he says that their needs are corrupting Islam and the people, and this should be overcome. Thirdly he is saying that the national resources of the Muslim and Arab peoples have been stolen and robbed by western monopolies and oil companies and that the Arabs should take control of their own national resources. Fourthly he is saying that in order to achieve these resources and goals, and defend them in the interest of the Arabs and the Muslims, he wants a strong central state, which he calls a Caliphate » (10 mars 2006 – source : institut of network culture).