Accueil > Résultats de recherche - toxicomanie
Résultats de la recherche « toxicomanie » triés par

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80

4 - 04.01.2007
Iran : Augmentation du nombre des femmes toxicomanes

Au cours d’une discussion avec le journaliste de l’ILNA, Parviz Rafii, en charge du Département de Recherche sur les Comportements Addictifs, a dévoilé quelques chiffres stupéfiants ! Ces chiffres sont disponibles sur un site gouvernemental. Connaissant la propension du régime à minorer les données statistiques, c’est sans trop de peine que l’on peut imaginer la réalité encore plus noire que celle décrite par ce Département.


4 - 28.01.2010
Iran : Some subering up survey on narcotic prices

© IRAN-RESIST.ORG – Nov 22, 2009 | In its issue dated of the 6 November, the German newspaper Stern dedicated a report to the situation of drug addiction in Iran. A German journalist, Steffen Gassel, and an Iranian photographer threw themselves into “Iran, the quagmire of drug addiction” to deliver chocking images of this country that shows according to the UNO the highest drug addiction rate in the world.


3 - 06.06.2010
Iran : La semaine en images n°120

D’habitude l’actualité iranienne concerne le nucléaire : le régime est prié d’accepter un compromis, il se lance alors dans des provocations militaires, sous-entend une guerre pétrolière ou une guerre palestinienne, car il ne peut pas accepter de compromis avec l’Occident, cela lui coûterait le soutien de la rue arabe. Cette semaine, cette rue arabe qui compte sur les mollahs était justement en ébullition suite à l’attaque de l’armée israélienne contre la Flottille. On aurait dû donc avoir droit à une semaine palestinienne haute en couleur, mais on n’a guère entendu les mollahs ce qui a pleinement profité aux Turcs que l’on peut soupçonner d’un coup monté (un incident prévisible) pour prendre le leadership de la rue arabe. Si le régime ne s’est pas battu pour garder ce leadership, c’est parce que les Iraniens ne sont pas pro Palestiniens et par conséquent ils ne sont pas descendus en masse dans les rues comme les Turcs, les Pakistanais pour manifester leur solidarité. A l’épreuve du réel, le régime a perdu sa couronne. Ce ne fut pas la seule déconvenue de la semaine puisqu’il devait célébrer également la journée commémorative de la disparition de Khomeiny ainsi que la première révolte islamiste de ce dernier en 1964 et les deux jours ont été des fiascos sans nom en termes de mobilisation. Si l’on devait donner un nom à ce n° 120 de la semaine en images, l’on pourrait parler de la semaine des désenchantements !


3 - 25.10.2009
Iran : La semaine en images n°88

Deux événements iraniens ont une large répercussion dans les médias occidentaux : l’attentat contre les Pasdaran et surtout les négociations à Vienne qui devait être la première étape de coopération des mollahs avec les Six conformément aux engagements pris par Téhéran pendant la reprise des négociations à Genève le 1er octobre 2009. Aucun des deux n’a eu de couverture photographique. Téhéran a censuré les images de l’attentat et les Six ont censuré les images des négociations notamment parce que les mollahs refusaient de parler aux autres (selon les aveux d’El Baradai). En revanche, la semaine était riche en images dérivées de ces évènements : l’exploitation par Téhéran de l’attentat pour accabler ses ennemis et montrer que le régime était encore debout, et la préparation du climat politique pour mettre en avant la contestation de la légitimité du président afin de contester l’accord que ses collaborateurs ont cédé à Vienne. (Vous pouvez cliquer puis zoomer sur certaines images pour les agrandir une ou deux fois)


3 - 03.08.2008
Iran : La semaine en images n°24

La semaine passée , le régime des mollahs avait invité à Téhéran plusieurs représentants de 180 pays membres du Mouvement des Non alignés dans l’espoir d’obtenir leur soutien à leur programme nucléaire ou montrer qu’il n’était pas isolé. Malgré les dépenses consenties, les Non Alignés ont refusé d’aller dans le sens des attentes du régime des mollahs.


3 - 20.08.2006
Téhéran : Peur sur la Ville

Le pasdar (milicien) Ghalibaf, accessoirement maire de la ville de Téhéran, vient de piquer une colère noire difficilement racontable. Ghalibaf a traité d’ennemis de l’islam ceux qui parlent des problèmes et des menaces d’explosion sociale dans les quartiers défavorisés de la capitale et dans ses bidonvilles.


3 - 08.07.2005
Plus de 11 millions de drogués

En Iran, une personne est victime de la drogue toutes les trois minutes. Selon le chef de l’unité de l’éducation et de la prévention de l’office de la lutte contre les stupéfiants, à part les drogues naturelles, on trouve plus de 1700 formes de drogues chimiques fabriquées en Iran. Les experts estiment qu’il y a plus de onze millions de drogués en Iran.


3 - 18.09.2014
Iran : La semaine en images n°343
Rohani joue la roulette russe !


Nouveau Résumé Historique (écrit le 15.09.14)
+ Conclusions sur la semaine dernière !

En 1979, les Américains ont entrepris de renverser le Shah car ses politiques régionales et ses projets pour l’Iran étaient contraires à leurs intérêts pétroliers. Ils entendaient mettre au pouvoir des activistes islamistes non cléricaux qu’ils finançaient depuis la création de l’OPEP par le Shah. Ces islamistes liés à Washington étaient hostiles à l’OPEP et partisans d’un régime révolutionnaire et interventionniste. Ils devaient lui permettre de dénationaliser l’industrie pétrolière iranienne, d’agiter et de déstabiliser l’Asie Centrale soviétique et chinoise, mais aussi de renverser le pétro-monarchies créées par les Britanniques, et ainsi de prendre possession de plus de 80% des réserves d’hydrocarbures du monde.

Les Britanniques présents en Iran au travers le clergé chiite, les Qadjars, les Francs-maçons, les féodaux dont les Bakhtiaris, les Bazaris et la direction du parti communiste Toudeh ont participé à ce projet en faisant la promotion de leur ultra-islamiste en chef Khomeiny. Il s’est imposé au Conseil de la révolution. Puis Londres a éliminé les pions américains par des attentats organisés par Rafsandjani, le demi-frère de Khomeiny. Puis, grâce à la prise en otage des diplomates américains, Londres a enfin donné une identité anti-américaine à cette révolution voulue par Washington. Il a bloqué également le retour des pions islamistes de Washington par l’adoption de la doctrine de tutelle d’un grand ayatollah (du clergé) sur la république islamique de Washington.

Washington a alors commencé une véritable Guerre d’Usure Economique contre les mollahs, pour les mettre face à un risque de pénuries et de soulèvement afin de les amener à transférer les pouvoirs vers ses pions.

En réponse à cette guerre d’usure, Rafsandjani, le patron effectif du régime pour le compte des Britanniques depuis 1980, a commencé une politique de crises pétrolières et régionales pour user Washington, mais cette politique a seulement entraîné la rupture des jeunes y compris parmi les Pasdaran.

Amplification des problèmes & Fausse(s) modération(s) (année 90)| Rafsandjani inquiété pour son insuccès a pérennisé son pouvoir par la création du Conseil (plénipotentiaire) de Discernement de l’Intérêt du Régime, mais la persistance des pressions américaines, l’a amené à ouvrir les portes du CDIR à ses rivaux.

Sanctionné directement, Rafsandjani s’est écarté de la présidence de la république qui est un poste sans réels pouvoirs -. mais du fait que ce permet un contact avec les chefs dEtat étrangers, il l’a confié à son ex-responsable des assassinats politiques, Khatami et mis en place une STRATEGIE DE FAUSSE MODERATION vis-à-vis de Washington. Rafsandjani (maître du jeu via le CDIR) a aussi établi des Alliances diplomatiques avec les Européens via la vente du pétrole à 15% de son prix. Enfin, il a aussi baissé le taux du dollar pour empêcher la fuite de nantis du régime paniqués par la persistance des sanctions.

Selon la volonté de Rafsandjani, le régime a cependant continué ses activités terroristes, sous la direction d’un certain Rohani, pour préserver sa capacité de nuisance régionale. Le régime s’est aussi tourné vers la Russie alors ruinée pour acheter des armes pour tenir tête à Washington. La Russie a gagné beaucoup d’argent avec les mollahs, mais, consciente du fait qu’ils l’utilisaient pour forcer un arrangement avec Washington, elle ne leur a jamais vendu des armes très performantes comme les S-300 susceptibles de leur donner une vraie autonomie stratégique.

Cette fausse modération très biscornue de Khatami n’a pas permis à Rafsandjani d’engager Washington dans la voie de l’apaisement et ainsi obtenir la fin aux sanctions américaines. De plus, le dollar bon marché et la vente au rabais du pétrole ont anéanti toute production en Iran et ruiné le pays entraînant de nouvelles ruptures parmi les derniers Pasdaran recrutés.

En 2005, Rafsandjani, pressé par ses rivaux, est revenu, via un autre ex-collaborateur, Ahmadinejad, à la STRATRGIE DE L’ESCALADE (dans l’espoir de faire reculer Washington ou gagner le soutien de la Russie et de la Chine, pour entrer dans l’Organisation de Coopération de Shanghaï afin d’avoir plus d’aisance dans ses marchandages avec Washington. La Chine et la Russie, conscientes d’être utilisées par le régime, ont refusé l’adhésion à l’OCS et ont même soutenu le transfert du dossier au Conseil de Sécurité de l’ONU pour avoir leur mot à dire sur les sanctions et autres pressions afin de contrôler aussi bien Washington que les mollahs.

Washington a profité de l’implication du Conseil de Sécurité pour entraîner toutes les grandes puissances dans ses sanctions bancaires. Le régime ruiné par les mauvaises politiques clientélistes de Rafsandjani s’est vite retrouvé en difficulté pour ses approvisionnements : il a décidé de geler les salaires et remonter les prix pour baisser la consommation afin de préserver ses stocks et échapper aux pénuries et aux émeutes fatales. Mais la première tentative de hausse de prix a entraîné des émeutes puis la rupture les jeunes engagés dans la milices anti-émeutes par pauvreté.

Gestions de la Crise / Crises des Gestionnaires| En 2008, le régime était ainsi très fragilisé car sans défense. Ses dirigeants ont compris qu’ils ne pouvaient pas survivre, ils devaient fuir. Leur priorité a changé : Obtenir des GARANTIES DE SÉCURITÉ ou l’IMMUNITÉ de la part de Washington pour fuir sans craindre des poursuites pour leurs crimes passé.

Clashs internes et Plans d’urgence | Rafsandjani a écarté Ali Larijani de la direction des négociations nucléaires pour privilégier ses propres chances d’obtenir les meilleures s de sécurité possibles. Ali Larijani a divulgué, par un tiers, la corruption de membres du CDIR et du clergé pour les renverser et avoir les mains libres pour marchander les meilleures s pour lui-même. Rafsandjani a neutralisé la menace en éliminant les proches de Larijani. Puis en 2009, pour s’éviter d’autres fronde internes, avec l’aide des Britanniques (BBC), il a tenté (encore) de sauver le régime par une (FAUSSE) REVOLUTION DE COULEUR VERTE (couleur de l’islam) MOUVEMENT VERT pour revitaliser le régime et lui donner une nouvelle légitimité et de fait, amener Washington à abandonner ses sanctions. Mais l’opération lui a échappé et a seulement mis en valeur la rupture du peuple et des Pasdaran de base (aussi bien les vétérans que les plus jeunes recrues).

En 2010, Rafsandjani a continué en tentant une nouvelle (fausse) révolution Verte avec les pions de Washington pour la création d’un régime hybride qui n’eut aucun succès. Le peuple et les Pasdaran de base ont au même moment manifesté à l’occasion de l’anniversaire de Reza Shah, le fondateur de l’Iran moderne (et laïque), confirmant leur penchant pour une contre-révolution laïque. Les nantis du régime ont alors paniqué et ont commencé à brader leurs avoirs et acheter de l’or et des dollars pour quitter le pays avant que le régime ne tombe ou ne change de mains suite à un deal secret entre les dirigeants et Washington.. Le régime s’est retrouvé avec un risque de banqueroute financière avec cette ENVIE (sans cesse grandissante et confirmée) DE FUITE DES NANTIS RIPOUX AVEC LEURS CAPITAUX.

Changement de Monture pendant la course | En 2012, Rafsandjani a lâché les Britanniques pour marchander avec Washington à propos de son rôle avéré dans l’attentat d’Amia, s’attirant leur foudre. Mais il n’a rien obtenu des Américains, il est revenu vers les Britanniques, ils lui ont concocté le projet de Déviation du Régime en direction du peuple afin d’obtenir son pardon et au passage, dans l’intérêt de Londres, saboter le régime islamique avant un deal avec Washington. Le peuple et les jeunes Pasdaran ont refusé ce projet opportuniste. Le projet de Déviation ne pouvait pas être continué.

Le « choix » de Rohani | Les chefs du clergé ont invalidé la candidature de Rafsandjani aux présidentielles rompant de facto leur lien historique (vieux de 170 ans) avec les Britanniques. Ils ont mis en avant son adjoint Rohani pour mener une synthèse des politiques précédente combinant un bras de fer avec Washington (via le chantage nucléaire), la drague pétrolière des Européens, des Chinois et des Russes, et enfin, un soutien détendu à l’opposition interne faussement démocratique pour pouvoir à tout moment piloter un transfert de pouvoirs via une fausse révolution de couleur vers Washington (en cas d’un deal) ou encore pour amortir la chute du régime (en cas d’un soulèvement populaire).

Ce choix de retour aux solutions ratées du passé a amplifié les craintes des affairistes paniqués du régime. Fragilisés, Rohani et ses patrons du clergé ont dû s’allier au Clan Larijani qui contrôle les pouvoirs judiciaire et législatif, pour pouvoir gouverner.

Washington a mis sous pression le régime en sursis en évoquant un embargo à 100% et de mandats d’arrêts contre tous les dirigeants avant de proposer un dialogue direct pour voir si quelqu’un était prêt à capituler. Rohani a juste exclu des marchandages tous les responsables d’avant, y compris Ali Larijani, pour préserver les intérêts du clergé qu’il l’avait mis en place. Larijani a rejoint les adversaires de Rohani tout en ayant quelques-ins de ses lieutenants dans son gouvernement ! Le système est devenu très instable. Les ruptures internes se sont multipliés fragilisant le régime en cas d’une action populaire.

Washington inquiet par la possible chute de l’islamisme a alors changé d’approche et a proposé le GEL des SANCTIONS pour calmer les inquiets et engager le régime entier dans un plan d’apaisement réciproque. L’Angleterre et la Russie ont contré ce plan d’arrangement en exigeant une coopération nucléaire très stricte de la part des mollahs marchandeurs dans un cadre officiel nommé Accord de Genève.

Rohani a accepté avec l’idée d’alléger les sanctions et pouvoir relancer le bras de fer en remettant en cause ses engagements, mais il n’est pas parvenu à manipuler les Américains. Les sanctions ont persisté. Par sa faute, le régime s’est retrouvé en manque de dollar pour importer des carburants nécessaires à la production de l’électricité, il a réquisitionné toutes les eaux du pays au prétexte d’une sécheresse inattendue pour maintenir un minimum de production d’électricité. Ce choix a durement affecté tous les secteurs économiques.

Au même moment les filles iraniennes se sont mises à se dévoiler en public. Le régime n’avait pas de troupes pour les arrêter. Près de 75% des hauts responsables, soit 400 personnes ont alors pris leurs distances avec le régime. Les nantis ont commencé à vendre leurs biens pour quitter le pays. Les chefs de clans sont entrés en conflit avec Rohani, critiquant sa mollesse pour le renverser et ainsi accéder à la table des marchandages avec Washington pour assurer leurs intérêts. Le clergé et Rohani ont choisi l’escalade (demande de 190,000 centrifugeuses), pour demeurer aux commandes.

Washington, qui a besoin d’un régime islamique en Iran, a esquivé la provocation des mollahs et a proposé un prolongement du sursis de 6 mois pour calmer le jeu. Rohani et le clergé ont accepté un sursis de 4 mois pour s’éviter de nouvelles sanctions et continuer leur plan insensé d’escalade délibérée censée lui permettre une sortie sécurisée d’Iran.

Ce choix d’une solution qui ne marche pas a accentué les remous internes. La bourse a perdu 80% de ses clients ou titres, se résumant aux gros bonnets au pouvoir, la caste dirigeante est aussi tombée à 60 personnes soit -90% de ruptures !

Le système était de facto en voie d’effondrement : Rohani a rompu avec sa mission en proposant de s’entendre avec les Américains par l’évocation d’un accord win-win (=alignement & capitulation) ! Le clergé a désavoué ce deal win-win dans lequel il était perdant, mais n’a pas puni Rohani car il n’a pas d’autre pion !

Au même moment, 5000 mineurs de la ville de Bafgh, qui constituent avec leur famille, toute la ville de Bafgh et 80% des habitants de la région, ont annoncé une grève illimitée pour empêcher le régime de vendre leur mine pour s’acheter du temps. Le régime avait une ville entière contre lui. La ville étant sur deux lignes ferrées desservant le sud et sud est du pays, le régime risquait de perdre un accès d’approvisionnement vers des zones économiquement en difficulté et susceptibles de rejoindre la contestation ! Il y avait enfin un danger potentiel contre le régime !

Larijani a continué sa guerre contre Rohani malgré l’émergence d’un état d’urgence Rohani a refusé d’aller au Parlement de peur d’y rester : Grosse panique à bord suivi d’un méga crash...

Le régime était alors à quelques jours une date butoir des 5+1 pour clarifier son programme nucléaire et donc face à de nouvelles sanctions susceptibles d’aggraver la chaos interne.

Le régime tout entier a alors tenté de relancer le Mouvement Vert par l’annonce de la mort de l’égérie de cette fausse opposition , Simine Behbahani qui était dans le coma depuis plusieurs jours ! Mais le peuple n’a pas participé à l’enterrement qui devait relancer le Mouvement Vert. Les habituels faux opposants étaient aussi absents !

Le clergé avait alors évoqué lors de la prière de vendredi sa disposition pour un deal win-win, c’est-à-dire un alignement sur Washington ! La Russie a invité le mae de Rohani à Moscou pour empêcher le deal. L’Irak a invité le mae de Rohani à Bagdad pour opérer le rapprochement. Larijani, les Chefs Pasdaran et Rafsandjani se sont opposés au deal car ils en étaient exclus. Ils n’ont pas soutenu non plus le virage vers Moscou car ils risquent de perdre leurs gigantesques avoirs bancaires personnels déposés dans les banques occidentales. Rohani a saboté le deal souhaité par ses chefs en prenant des positions nucléaires très dures contraires aux attentes des 5+1 ! Il s’est aussi gardé de s’approcher de Moscou ! Poutine a refusé la vente de nouvelles centrales au régime et Washington a puni le sabotage du deal par 8 nouvelles sanctions financières !


© IRAN-RESIST.ORG
La semaine dernière, après ces nouveaux échecs de Rohani, la bourse a démarré en chute libre Rohani a pris ses distances avec le clergé pour jouer sa propre carte. Le clergé ne l’a pas démis. Les autres clans ont tenté de faire pression sur le clergé pour l’obliger à les choisir comme partenaires. Mais le clergé n’a pas bougé car ces clans se résument à leur chefs et n’ont pas n’ont pas pu aligner des troupes pour s’imposer. In fine, Larijani s’est rapproché des Chefs Pasdaran avant de menacer le clergé de le dépouiller de ses biens fonciers et immobiliers. Washington a alors augmenté sa pression en évoquant encore des sanctions. Le clergé désespéré a accordé un grand enterrement à un vieux pion de Washington pour réaffirmer sa disposition à une coopération. Washington a insinué la possibilité de nouvelles sanctions en évoquant un nouveau rapport hostile de l’AIEA (qu’il finance à la hauteur de 60%).


© IRAN-RESIST.ORG
Cette semaine, le régime devait sombrer dans une nouvelle crise en raison de l’absence d’une quelconque alternative en dehors de la fuite ou une capitulation pure et simple ! Il y avait aussi un programme officiel difficile : l’anniversaire d’Emam Reza qui allait être un test sur la popularité ou l’impopularité de l’Islam et l’anniversaire d’un massacre fait par les mollahs et attribué au Shah pour retourner le peuple contre lui, événement dont la tenue ou l’oublie allait être un test sur la confiance ou la peur des dirigeants à avancer selon leur dogme. Enfin de la semaine, la panique pouvait s’amplifier en raison de la tenue du sommet annuel de l’Organisation de Coopération de Shanghaï et l’incapacité du régime d’obtenir le soutien de cette OTAN sino-russe.

Le rapport de l’AIEA a été publié. Le régime n’en a pas parlé. Les nantis issus du régime ont paniqué ! Le régime tout entier a zappé le programme officiel. La panique s’est amplifiée ! Rohani a fait appel aux Russes embarquant le régime dans une alliance inattendue et incontrôlable de son côté !

Voici le récit en images d’une semaine d’erreurs lourdes en conséquences pour Rohani, pour ses camarades, mais aussi pour l’Iran.

L’ébauche de cette analyse a été proposée en émission télévisée et diffusée en Iran le lundi dernier (15.09.2014) via la principale chaîne satellitaire de l’opposition, Iran-e-Ariaee. Vous pouvez regarder cette émission en persan sur le compte Youtube d’IEATV ou dans la section iranienne d’Iran-Resist.


3 - 08.02.2007
Iran : Les mollahs promettent une guerre navale asymétrique

Actuellement, le régime des mollahs célèbre la révolution de Khomeiny. Les mollahs ne savent plus quoi inventer pour attirer leurs propres fonctionnaires des milices dans les rues tant ces derniers boudent le régime… L’état économique est catastrophique, la prostitution et la toxicomanie font rage, surtout dans les quartiers pauvres d’où viennent les recrues des milices : ils s’engagent pour échapper à la pauvreté et découvrent un système corrpmpu et faible qui est prêt à provoquer une guerre dans l’espoir incertain d’obtenir des compensations d’après guerre.


3 - 24.07.2007
Iran : Le chômage des jeunes a atteint les 85% !

Le régime des mollahs fait semblant d’être une démocratie en gestation : sur le plan international, ce jeu de rôle permet de prétendre que le régime est composé de modérés ou de durs, mais sur le plan intérieur, ceci crée des situations étranges. Ainsi, le nouveau dada des responsables du régime est de dénoncer les carences sociales de l’Iran. Ceci permet de crever les abcès et de ne plus avoir à cacher les évidences comme la toxicomanie des écoliers que nous évoquions hier ou encore l’énorme taux de chômage dans la société iranienne.




0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80