Info en continue, hotline, dernières nouvelles des actions populaires.
Accueil > News > News

 

0 | 50 | 100 | 150 | 200 | 250 | 300 | 350 | 400 | ... | 4400

Iran : Neda n’est pas morte pour Sotoudeh !

Il y a plus d’un an du 15 au 25 juin 2009, des centaines de milliers de personnes défilaient dans les rues iraniennes avec des slogans hostiles au régime alors que pendant des années, des lobbyistes du régime avaient répété un peu partout que « le peuple ne voulait plus de révolution ». De ce côté-ci, sur Youtube, des millions de personnes ont découvert un peuple désireux de changements, mais les médias officiels ont fait obstruction car un changement de régime signifie l’annulation des contrats pétroliers au rabais que signent les mollahs pour qu’on les laisse faire. Dans ce climat étrange, le visage ensanglanté de Neda a brisé le silence. Elle est si loin à présent : les Occidentaux ont remplacé la pure Neda par Sakineh la meurtrière qui ne représente aucun combat politique. Et comme s’il ne suffisait pas d’avoir ainsi dépouillé la révolte de son symbole, tous les jours on diffuse des nouvelles de faux opposants, partisans de Moussavi, un des fondateurs les plus zélés du régime islamiste, pour nier l’envie d’un changement de régime.

29.12.2010

 
Iran - Jundallah : La dernière tentative de Washington

Trente-neuf personnes ont été tuées et plus de 50 blessées mercredi dans une mosquée de la ville iranienne de Chahbahar lors d’un attentat suicide perpétré par le groupe armé islamo-séparatiste Jundallah qui opère depuis le Pakistan, allié des Etats-Unis. La terreur est normalement censée déstabiliser les Etats, mais cette bombe est une aubaine pour les mollahs car ils peuvent évoquer la menace d’un éclatement en cas de chaos pour dissuader les opposants de se lancer dans un soulèvement. Ce n’est pas un hasard, Washington a agi pour sauver un régime en perdition dont il a besoin pour contrôler la région.

16.12.2010

 
Iran - Salehi : Une nouvelle stratégie au sommet

En se basant sur la presse iranienne (contrôlée par le régime), les médias étrangers affirment que Mottaki, le ministre des affaires étrangères de la république islamique a été limogé car il avait accepté de faire un geste de modération dans la politique nucléaire du régime. Les médias occidentaux devraient mieux étudier la constitution iranienne : le programme nucléaire n’est pas géré par le ministère des affaires étrangères, mais par le Conseil national de Sécurité. Téhéran manipule les Occidentaux. Il cache son jeu. | Décodages |

14.12.2010

 
Iran : Les non-dits de Genève 3

Le représentant des mollahs était pendant trois jours à Genève pour parler aux représentants des Six. Il n’a accepté aucun compromis sur aucun sujet ! A aucun moment, aucune des grandes puissances présentes n’a évoqué de nouvelles sanctions car ils ont tous besoin des mollahs : les Américains pour dominer la région et les autres pour les contrats pétroliers très bon marché vendus par les mollahs. Les Six se sont même empressés de parler de « progrès » pour repousser de nouvelles sanctions susceptibles de renverser le régime qu’ils apprécient. Téhéran a alors crié victoire. Tout Occidental peut en conclure une reculade de son camp. Mais des déclarations faites à Téhéran après cette rencontre laissent supposer que les Six ont été très fermes. | Révélations |

09.12.2010

 
Iran : Un boycott unanime de la Journée islamiste de l’Etudiant (vidéos)

Avant-hier, nous avons signalé que face à la difficulté pour organiser dignement la Journée de l’Etudiant qui est une date pour affirmer l’engagement islamiste des universités, le régime et sa soi-disant opposition, le Mouvement Vert, avaient commencé dès dimanche à évoquer une forte pollution de l’air comme un obstacle majeur aux rassemblements. Hier, tous les médias du régime ont dès le matin commencé un important battage médiatique sur une nouvelle forme plus pernicieuse de pollution, ce qui était le signe d’une très faible mobilisation. Les vraies données météorologiques ainsi que les images que nous vous proposons le confirment : Personne n’a daigné célébrer la journée islamiste du 7 décembre !

07.12.2010

 
Iran : Les derniers souffles de l’islamisme

Nous sommes le 7 décembre. A cette date, avant la révolution, les islamistes iraniens se réunissaient en mémoire de trois étudiants « tués par les soldats du Chah », mais en fait, trois islamistes tués par des gens de leur camp pour accuser le pouvoir en place. Après la révolution, cette date a reçu le nom de la Journée de l’étudiant et devint un rendez-vous annuel de la milice estudiantine chargée de promouvoir l’islamisme à l’université. Depuis l’année dernière, cette journée a été confisquée par le Mouvement Vert, la fausse opposition interne pleinement islamiste. Etant donné que personne ne veut plus de l’islamisme, en prévision d’un boycott mémorable confirmant le rejet du régime dans sa totalité, du côté de Téhéran, on assiste à un festival de mises en scène ou d’excuses invraisemblables comme la pollution de l’air pour expliquer l’absence de manifestations pro-Vert.

07.12.2010

 
Iran : Le Yellowcake sent mauvais !

Ce dimanche 5 décembre, à la veille de sa rencontre de deux jours avec le groupe des Six, le régime des mollahs a annoncé qu’il était parvenu à produire son premier lot de concentré d’uranium, le Yellowcake, produit intermédiaire dans le cycle de l’enrichissement alors qu’il avait déjà annoncé le même progrès en 2006. Malgré cela, les Américains ont qualifié l’information de « préoccupante ». | Décodages |

06.12.2010

 
Iran : Un attentat pour tuer un dissident afin d’intimider les autres

Deux attentats à la bombe ont visé deux savants atomiques iraniens tuant l’un d’entre eux. Ils n’ont pas été revendiqués, mais le régime les a décrits comme des pressions visant à le forcer à reculer sur ses positions avant sa rencontre du 5 décembre avec les Six. Le régime a également évoqué la participation d’Israël. Les circonstances et les caractéristiques des attentats, ainsi que l’identité des deux victimes, font état d’un coup perpétré par le régime lui-même contre des personnes sensibles susceptibles de quitter le pays afin de demander l’asile politique.

30.11.2010

 
Quel choix de société pour les Iraniens ?

Pour éviter les questions les plus gênantes, les architectes de la révolution Islamique de Khomeiny ramènent l’Histoire à une simple question de personne, en l’occurrence le Shah d’Iran qui en lui seul aurait personnifié tous les maux de son pays. Dans ce cas, le simple renversement de la royauté aurait dû permettre à l’Iran d’atteindre les niveaux de développement comparables à ceux des pays les plus industrialisés. Le résultat montre tout le contraire, il est donc nécessaire de démonter cet autre mensonge des Islamistes appuyés par les médias occidentaux.

par Babak Khandani

29.11.2010

 
Iran-Nazisme : France 24 devrait être poursuivie pour diffamation

Les nationalistes iraniens sont des nazis depuis 2500 ans affirme un journaliste iranien sur le site de France 24 !

27.11.2010

 
Iran : Des dialoguistes à Téhéran !

Récemment suite au refus des mollahs de dialoguer sur le nucléaire, l’Unesco s’est retirée des manifestations organisées à Téhéran pour célébrer la Journée mondiale de la philosophie. L’Unesco a remplacé la Conférence à Téhéran par un colloque à Paris. Cependant, la conférence prévue à Téhéran a commencé ce dimanche avec des dizaines de participants occidentaux y compris des habitués de l’Unesco. | enjeux culturels et images |

23.11.2010

 
Iran : Les échos incroyables de l’achat de Deawoo Electronics

Ce lundi, l’AFP a annoncé l’achat de l’entreprise coréenne Deawoo Electronics par l’Iranienne Entekhab. L’AFP a mis en avant la capacité des mollahs à défier les sanctions américaines. Le magazine « Les Echos » a repris la dépêche de l’AFP. Le Financial Times a présenté Deawoo Electronics comme un produit attractif. Or, Daewoo Electronics est une entreprise criblée de dettes et déficitaire qui ne trouvait pas de repreneurs depuis 11 ans. Téhéran a acheté une épave pour donner l’illusion de puissance économique, trois grands médias occidentaux ont participé à la propagande et aucun média ou responsable américain n’a remis en cause cette propagande. L’affaire ne se résume pas à un achat.

16.11.2010

 
Iran : Les mollahs restent zen dans l’oeil du cyclone !

En 1979, les Américains ont aidé l’arrivée au pouvoir d’une république islamique en Iran, mais aussi ailleurs, pour provoquer une réaction en chaîne afin de conquérir l’Asie Centrale alors soviétique avec l’arrière pensée de priver in fine la Chine de ses ressources gazières et détruire ce futur adversaire économique. Afin de mener leurs pions au pouvoir en Iran, les Américains ont eu besoin des mollahs. Six mois après leur victoire commune, les mollahs ont expulsé les pions de Washington pour prendre le pouvoir. Depuis, Washington utilise divers moyens de pression pour les forcer à ouvrir leur espace politique à ses islamistes. Il insiste sur le dialogue, les mollahs refusent par tous les moyens et aussi parce qu’ils ne craignent pas Washington car ce dernier évite les sanctions très fortes de peur de renverser ce régime. En réponse à cette attitude doublement impertinente, lundi dernier, Washington a commencé à organiser des « attentats anti-chiites avec une signature sunnite » pour les fâcher avec les sunnites afin de les priver du soutien de la rue arabe : les isoler pour les pousser à composer. Téhéran qui a vu venir le coup n’a pris aucune position hostile contre les sunnites. Nous avions alors évoqué la nécessité pour Washington de le provoquer davantage. Ce lundi, une semaine après cette première vague, d’autres attentats anti-chiites avec une signature sunnite ont visé plus explicitement les Iraniens en Irak.

10.11.2010

 
Iran : Washington a affranchi le Jundallah

En 1979, les Américains ont aidé l’arrivée au pouvoir des islamistes en Iran afin de provoquer une vague islamiste en Asie Centrale pour faire exploser l’Union Soviétique et la Chine communiste. Afin de mener leurs pions au pouvoir, les Américains ont eu besoin des mollahs. Six mois après leur victoire commune, les mollahs ont expulsé les pions de Washington pour prendre le pouvoir. Depuis, Washington utilise divers moyens pour les forcer à ouvrir leur espace politique à ses islamistes. Le principe est d’alterner des pressions ou encore des cadeaux avec des offres de dialogue. Téhéran a toujours refusé d’ouvrir les portes de la forteresse. En réaction, en 2006, Washington a commencé à utiliser deux groupes armés, le Jundallah et le Péjak, pour frapper les Pasdaran après chaque refus de dialogue de la part du régime. En février 2009, Washington a classé le Péjak sur sa liste des groupes terroristes. Il y a deux jours, il a mis le Jundallah sur la même liste. Le classement terroriste de Péjak ne s’était pas soldé par des poursuites américaines contre ce groupe basé sur un territoire contrôlé par l’armée américaine. Washington s’est seulement mis à l’abri des accusations d’ingérence. De fait, le classement du Jundallah peut être un prélude à des actions plus musclées que Washington ne veut pas endosser.

08.11.2010

 
Iran : L’ouragan Sakineh a secoué les mollahs !

L’été dernier, au moment où le Bazar, allié essentiel du régime le lâchait en faisant grève, ce dernier a parlé de son intention de lapider une certaine Sakineh pour détourner l’attention des citoyens occidentaux de la situation sociale en Iran afin qu’ils ne soutiennent pas les grévistes favorables à un changement de régime. Les Etats-Unis qui ont besoin d’un allié islamiste pour contrôler les musulmans ont vite compris l’intérêt de cette diversion médiatique et bien que Sakineh n’ait jamais avoué, ils ont commencé à dénoncer des aveux obtenus sous torture pour participer indirectement, mais très activement à cette diversion médiatique utile via Bernard-Henri Lévy. Ainsi régulièrement, à chaque fois que le régime a rencontré des problèmes intérieurs, il a mis en scène un rebondissement dans l’affaire Sakineh et aussitôt il avait droit à une apparition de BHL entouré d’une clique hétéroclite composée de ses amis et d’agents iraniens. Ce mardi, les mollahs ont eu droit à une nouvelle apparition de BHL à l’occasion d’une rumeur de pendaison imminente de Sakineh alors qu’ils n’avaient diligenté aucun rebondissement dans le feuilleton Sakineh. BHL a en fait pris la parole suite à la diffusion d’une rumeur par un membre iranien, mais pro américain, de la clique de promotion de cette affaire. Nous avons en fait assisté à une OPA américaine sur Sakineh pour gagner un nouveau moyen de pression sur Téhéran. Cela arrive à un moment où Téhéran refuse le dialogue.

04.11.2010

 
Iran : Pourquoi le régime vient-il d’accepter le dialogue sur le nucléaire ?

Il y a deux semaines, les Six proposaient le dialogue à Téhéran, mais ce dernier l’avait refusé. Puis, il y a 9 jours, le 24 octobre, il avait évoqué ses propres efforts pour parvenir à un dialogue alors que personne ne lui avait rien demandé. Mais le 26 octobre, il avait tout remis en cause. Puis le 29, il a adopté une autre position : il a accepté de dialoguer après le 10 novembre (après les élections à mi-terme aux Etats-Unis) en précisant qu’il s’agissait d’un dialogue, mais à ses propres conditions qui incluent entre autres un désarmement nucléaire mondial ! Washington l’avait alors rappelé à l’ordre en exigeant un dialogue constructif, Téhéran avait rejeté tout dialogue sur le nucléaire, puis après quelques heures, il s’est dit disposé à la reprise des négociations sur son programme nucléaire même avant la date proposée, c’est-à-dire avant l’élection américaine. | Décodages |

01.11.2010

 
Iran-Ashton : Publicité pragmatique pour un dialogue hypothétique

Hier, Catherine Ashton, intermédiaire des Six avec les mollahs, a annoncé que Saïd Jalili, le négociateur iranien sur le programme nucléaire, lui avait donné son accord par écrit pour la reprise des négociations après le 10 novembre. Ashton a parlé d’un très important pas en avant alors qu’il n’y a pas de quoi pavoiser car les mollahs ont accepté des négociations sur la base des conditions formulées le 6 juillet dernier comme la reconnaissance du droit de l’Iran à l’enrichissement. Ashton fait beaucoup de bruit sur rien, mais pas sans raison.

Décodages
30.10.2010

 
Iran : L’avertissement raté de Washington

Le samedi 23 octobre, le New York Times a rapporté que les mollahs remettaient régulièrement des sacs d’argent à Omar Daoudzaï, le chef de cabinet de Karzaï, pour acheter sa loyauté et promouvoir les intérêts iraniens en Afghanistan. Le lendemain, le président afghan a réuni la presse pour préciser que les Américains étaient au courant et qu’il n’y avait là rien de secret, ce que le New York Times qui est une sorte de Pravda à l’américaine n’aurait pas pu ignorer. En revanche, l’Américain moyen, qui ignorait cela, sait désormais que les mollahs qui aident les Talibans ont aussi des amis hauts placés qui peuvent leur donner des informations susceptibles d’être utiles aux combattants islamistes afghans. C’est une info propre à exclure le dialogue avec Téhéran et lui faire valoir de nouvelles punitions. À qui profite le crime ? A quiconque aimerait faire pression sur les mollahs. La participation du New York Times désigne évidemment Washington comme le coupable de cette fuite. La raison se trouve dans l’échec du dernier effort de Washington pour forcer les mollahs à se réconcilier avec lui et devenir ses alliés régionaux.

| Décodages d’un avertissement |

+ un article sur les liens historiques entre les Mollahs et les Frères Musulmans
ainsi que leurs liens avec diverses organisations terroristes islamiques sunnites

27.10.2010

 
Iran : 56 nouvelles pendaisons pour intimider le peuple

Le régime des mollahs est tout d’un coup devenu très bavard sur le nombre des pendaisons car il se sent menacé : il s’agit de se montrer tel qu’il est pour intimider le peuple à un moment où son incapacité à casser la grève du Bazar est devenue la preuve que ses miliciens, les Bassidjis, lui ont tourné le dos. Les médias très contrôlés du régime viennent de faire état de près de 50 pendaisons au cours des trois dernières semaines ainsi que plusieurs amputations.

26.10.2010

 
Iran : Les dernières nouvelles sont bonnes et mauvaises

Depuis des mois, le régime a perdu le contrôle sur ses jeunes miliciens. Ces derniers avaient notamment refusé de participer à la répression du soulèvement populaire de l’été 2009. A présent, le Bazar, allié historique du clergé et du régime, est en grève. Le régime des mollahs est en difficulté. Aucun média occidental n’évoque ces sujets. D’autres sujets occupent les unes occidentales. Voici une revue de presse commentée des derniers sujets déconnectés de la réalité.

22.10.2010

 
Iran : Le feu d’artifice d’Ahmadinejad au Liban

Ahmadinejad a passé deux jours au Liban. Ce voyage a intrigué les Occidentaux, les experts qu’ils ont consultés ont parlé de l’affirmation du rôle régional de l’Iran ou encore d’un « moyen pour plaire aux Iraniens en leur offrant un rayonnement régional ». Ces points de vue sont ceux des lobbyistes non-déclarés du régime car le peuple est en révolte contre les mollahs notamment en raison de leur soutien très coûteux à des formations terroristes qui en plus donnent à ce pays civilisé une « aura » d’un Etat terroriste. Le but du voyage n’était donc pas de plaire aux Iraniens, mais à l’inverse de faire oublier le désintérêt des Iraniens pour le fait palestinien par un discours susceptible de restaurer son image de champion de la rue arabe. Le Liban a été un prétexte : le régime a envoyé son meilleur porte-parole à la rencontre de la rue arabe : tel cupidon, le régime a tiré une flèche dans le coeur de la rue arabe avec un arc nommé Beyrouth.

15.10.2010

 
Iran : Une amputation et 3 pendaisons (+247 depuis le 01.01.2010)

Le Bazar allié historique du régime est en grève depuis 20 jours et ce dernier ne trouve pas de miliciens pour casser cette grève. C’est la deuxième fois cette année. La dernière fois, le régime avait compensé la baisse de son autorité avec le recours à des pendaisons collectives à la prison Vakil-Abad de Machhad, cette fois, il a franchi un pas de plus dans la terreur en amputant la main droite d’un prisonnier accusé de vol et en annonçant d’autres supplices du même genre.

13.10.2010

 
Iran : La grève du Bazar se radicalise (J+20)

Au moment de la première grande grève du Bazar en juillet dernier, le régime qui cache ses violations des droits de l’homme a fait état d’une lapidation programmée pour détourner les attentions du Bazar qui a la possibilité de le renverser s’il parvient à maintenir une longue grève. Les Occidentaux qui répètent à volonté leur désir d’une entente avec les mollahs ont vite adopté cette manipulation médiatique : la preuve est qu’ils ne parlent jamais de la grève du Bazar, mais parlent beaucoup de l’affaire Sakineh quand le Bazar s’agite. Cela est dû au fait que les Etats-Unis ont besoin d’un allié islamiste [1] pour contrôler la rue musulmane et que les Européens ont des contrats pétroliers très avantageux en Iran. C’est pourquoi en août dernier quand le Bazar a tenté de se mettre en grève, nous avons eu droit à une grande relance de l’affaire par Téhéran et l’Occident. L’affaire qui avait fini par lasser l’opinion occidentale vient d’être relancée avec une soi-disant arrestation du fils de Sakineh car le Bazar est à nouveau en grève et au cours de la semaine dernière, le régime n’a pas réussi à casser cette grève, il a même contribué à son renforcement.

13.10.2010

 
Iran : 17 pendaisons en 4 jours (+244 depuis le 01.01.2010)

Contesté par le peuple, lâché par ses alliés, le Bazar et les Bassidjis (milice populaire), le régime des mollahs tente de maintenir son autorité par la terreur et les pendaisons.

| Dernier décompte |

12.10.2010

 
Iran : Une fusillade qui finit bien !

Il y a 4 jours, le régime des mollahs a annoncé que deux terroristes kurdes liés à la contre-révolution avaient ouvert le feu sur un poste de police d’une grande ville iranienne du Kurdistan en faisant de nombreuses victimes militaires et civiles. Mais le régime n’a publié aucune image du lieu, des victimes ou des témoins et son récit était incohérent. Il y a 15 jours, le régime avait fait état d’un attentat à la bombe contre ses troupes, mais il avait évoqué surtout des victimes civiles sans pour autant montrer des photos probantes des lieux. La diminution de preuves visuelles, mais aussi des incohérences ont fait naître comme dans le premier cas un doute quant à l’authenticité des faits.

09.10.2010

 
Iran : Nouveauté : la France a inventé son propre faux opposant !

Le Bazar est en grève, l’économie iranienne est arrêtée, mais les Occidentaux n’en parlent pas. Le régime est contesté : il tue de plus en plus, Il y a actuellement en moyenne 20 pendaisons par jour. Les Occidentaux n’en parlent pas non plus. Nous avons dénoncé cette attitude, ils ont été contraints d’évoquer le sujet : ils ont annoncé 8 pendaisons à Kermân, tout en oubliant de préciser l’ampleur des exécutions, mais ils ont minimisé le nombre total des pendaisons et en enfin en inventant un nouvel faux opposant pour réorienter l’attention ailleurs.

08.10.2010

 
Iran : La méthode de contamination de Stuxnet est percée !

Actuellement, sur la base d’informations d’origine américaine (Symantec), tous les médias occidentaux évoquent sans cesse le sabotage du programme nucléaire iranien par le virus Stuxnet qui aurait contaminé quelque 30,000 ordinateurs portables des employés de la centrale nucléaire de Bouchehr. Dans un premier article, nous avons souligné les incohérences du premier récit américain de la contamination, la machine médiatique occidentale est revenue en force avec de nouvelles expertises américaines pour évoquer exactement les mêmes conclusions. Cela nous a intrigués. En nous concentrant sur ces conclusions invariables, nous avons constaté un défaut : on parle de Bouchehr ! Or, le programme nucléaire iranien qui est sanctionné par les Américains est totalement indépendant de Bouchehr et se trouve ailleurs à Natanz, à Téhéran ou encore à Ispahan et il se porte très bien. Les auteurs de la campagne Stuxnet tentent de créer une confusion. Cela n’arrive pas fortuitement, mais à un moment où Washington qui a besoin d’une entente avec les mollahs tente d’éviter le conflit pour continuer le dialogue.

07.10.2010

 
Iran : Le régime est impuissant face au Bazar !

La grève du Bazar gagne toujours du terrain et il n’y a toujours rien sur le sujet dans les médias occidentaux. Il y a désormais deux fronts : d’une part, le régime qui tente de casser la grève par toutes sortes d’intimidations et de ruses d’autre part, les Occidentaux qui n’en parlent pas pour le laisser démoraliser le peuple. Cela se traduit par la médiatisation de quelques affaires comme la lapidation de Sakineh et quand l’affaire est en perte de vitesse, on la relance avec des rebondissements | Tour d’horizon des deux fronts |

06.10.2010

 
Iran : Controverse à propos de la Plume d’or 2010

Le Bazar qui a porté les islamistes au pouvoir avec une grève qui a paralysé l’économie iranienne est à nouveau en grève. La milice n’est pas intervenue pour casser cette grève susceptible de renverser le régime. Les mollahs sont réduits à formuler des menaces ou à lancer des opérations punitives ponctuelles. Il n’y a pas un mot sur ces faits dans la presse occidentale. Pendant ce temps, les Occidentaux parlent d’affaires spectaculaires et fictives afin que leur population ne soit informée de la vraie situation en Iran et que la contestation s’essouffle faute de soutien. On a d’abord eu la lapidation de Sakineh, puis la condamnation à mort d’un bloggeur ou encore le Ver information Stuxnet. A présent, le buzz de la semaine sera l’octroi du prix occidental de la presse libre à un iranien : Ahmad Zeydabadi, un islamiste notoir. Un de ceux que le peuple rêve de pendre quand il renversera le régime des mollahs.

05.10.2010

 
Iran : Les mauvaises informations (sur Stuxnet, Sakineh, Derakhshan et Total)

Depuis des mois, le régime a perdu le contrôle sur ses jeunes miliciens. Ces derniers avaient notamment refusé de participer à la répression du soulèvement populaire de l’été 2009. A présent, le Bazar, allié historique du clergé et du régime, est en grève et n’abandonne pas malgré les intimidations et les menaces. Le régime des mollahs est en difficulté. Les Américains qui ont besoin d’une entente avec ce régime islamiste pour embrigader les musulmans dans le sens de leurs intérêts et les Européens pour qui la chute du régime est synonyme de l’annulation de leurs contrats ne parlent pas de ces difficultés afin que l’opposition ne puisse bénéficier du soutien de l’opinion occidentale. Pour leur grand malheur, notre site évoque la réalité et les attentes du peuple iranien, c’est pourquoi les Etats et les médias occidentaux (parfois en combinaison avec les mollahs) mettent en avant d’autres nouvelles pour accaparer les attentions et les détourner des réalités. Nous avons décidé de faire une liste de ces « mauvaises » informations dont il faut se méfier. C’est là une occasion pour rappeler les noms des lobbyistes non déclarés du régime des mollahs qui sont parfois financés par Washington !

02.10.2010

 
Iran : La guerre est déclarée au Bazar !

La grève a gagné du terrain au Bazar de Téhéran et les autres grandes villes du pays. Cela met le régime très mal à l’aise car il est arrivé au pouvoir grâce à une longue grève du Bazar qui a ainsi désoeuvré des millions de personnes pour les verser en colère dans les rues. Il a peur que ses partenaires occidentaux supposent que sa fin est proche et le lâchent, mais aussi que le peuple adhère au mouvement pour accélérer sa chute. Il tente d’endiguer ses diverses menaces en accusant les Bazaris d’avoir ruiné les Iraniens, il lui arrive aussi de minimiser l’affaire et faire état de sa solidité économique ou encore militaire… ! Les propos sont contradictoires, le régime semble dépassé face à la crise.

30.09.2010

 
Iran : Le Bazar est en grève dans 5 grandes villes !

Depuis hier, les Bazars de plus de 8 villes d’Iran sont en grève. Alors que la nouvelle est en tête des unes de tous les sites d’infos en persan, on n’en voit trace dans les médias occidentaux. Les Etats Occidentaux qui cherchent une bonne entente avec ce régime censurent l’info comme au moment du soulèvement du peuple iranien durant l’été 2009.

28.09.2010

 
Iran : Défendons Derakhshan, un fan de lapidation !

L’espace médiatique français et international est en ce moment mobilisé pour annuler la condamnation à mort de Hossein Drakhshan, qualifié de journaliste et père de la blogosphère iranienne. Or, depuis des années, les opposants iraniens dénoncent ce fan inconditionnel du système islamique comme étant une taupe du régime et le responsable du fichage de milliers de bloggeurs. Cette annonce de condamnation est une mise en scène pour accaparer l’attention de l’opinion internationale sur la défense d’un homme très pro-régime alors que le régime de plus en plus affaibli pend des dizaines de jeunes. Halte à la manipulation.

25.09.2010

 
Iran : Un attentat, 3 hypothèses

Washington a besoin des mollahs, mais ces derniers ne peuvent l’accepter car en cas d’entente, ils devraient céder les pouvoirs clefs aux pions des Etats-Unis. Pour les soumettre, parallèlement à ses pressions économiques, Washington utilise des frappes terroristes contre les Pasdaran, milice chargée de la sécurité des mollahs. Hier, une bombe a explosé lors d’un défilé des Pasdaran à Mahabad dans le nord-ouest de l’Iran faisant 12 morts et 75 blessés selon les dernières estimations officielles. Téhéran a aussitôt accusé l’OMPI, groupe armé protégé par les Etats-Unis et le PKK financé par ces derniers alors que l’attentat n’a été revendiqué par aucun groupe. Les Kurdes affirment que le coup a été organisé par le régime pour lancer un vaste coup de filet dans la région. Les caractéristiques de l’attentat confirmeraient cette hypothèse.

23.09.2010

 
Iran : Shirin Ebadi sur de mauvaises pistes

Au cours des dernières années, Shirin Ebadi a fait de nombreuses apparitions dans les médias français ou occidentaux. Elle n’a non seulement jamais évoqué les sévices de dizaines de loi de la charia imposées au peuple iranien, mais au contraire, alors que le peuple espérait qu’elle les dénonce, elle a invariablement parlé des progrès apportés par les mollahs en matières des droits de l’homme. Cette semaine, elle a changé de discours et demande aux Occidentaux de se focaliser sur la condamnation de la lapidation. Ce discours n’est en fait pas aussi formidable qu’il n’y paraît. | Décodages |

22.09.2010

 
Iran : Les marchandages et la répression font bon ménage

Les Occidentaux espèrent une entente avec les mollahs. Ils négocient, ils marchandent pendant que le régime tue. Il tue même en toute tranquillité car négociations obligent, on a mis la sourdine sur les exécutions. Ces jours-ci, le régime a tué 7 fois.

21.09.2010

 
Iran / Etats-Unis : Otages contre otages

Nous ne cessons de vous rappeler que pour étendre son hégémonie, Washington a besoin des mollahs qui ont l’autorité nécessaire pour agiter les musulmans dans le sens des intérêts américains au Moyen-Orient et surtout en Asie Centrale [2]. Mais ces derniers ne peuvent pas accepter une alliance car cette évolution vers une république islamique au service des intérêts américains passerait nécessairement par un transfert de tous leurs pouvoirs entre les mains des pions islamistes de Washington. C’est pourquoi Washington fait pression sur les mollahs : il veut les forcer à accepter le dialogue qui mène à leur capitulation. Ces pressions se composent de sanctions sélectives, de projets d’investissements annulés à la dernière minute, mais aussi de frappes contre les Pasdaran basés à proximité des frontières irakiennes ou pakistanaises via des groupes armés baloutche ou kurde. Hier, le composant baloutche de ce dispositif a attaqué un convoi des Pasdaran pour prendre 6 otages qu’il menace d’exécuter.

18.09.2010

 
Iran : Vers un record de pendaisons en 2010 !

L’Iran est en train d’exploser, le régime perd pied. Les mollahs et les Occidentaux, qui n’ont jamais caché leur intention de parvenir à une entente avec ce régime, utilisent Sakineh pour accaparer l’attention de leurs citoyens afin qu’ils ne s’intéressent pas à la situation économique et politique de l’Iran et ne se mobilisent pas pour aider un changement de régime. Pendant ce temps, le régime continue ses pendaisons. Le régime en parle moins dans ses médias et l’AFP en parle encore moins. Cette semaine deux pendaisons annoncées par des médias iraniens n’ont ainsi pas été répertoriées en France.

18.09.2010

 
Iran : La libération de Sarah Shourd

Le régime des mollahs détient depuis 14 mois 3 Américains qui prétendent avoir pénétré en Iran par erreur lors d’une randonnée. Il a souvent parlé de leur procès pour espionnage, un délit passible de la peine de mort, sans organiser ce procès. Leurs familles et l’Etat américain vivent dans une totale incertitude. C’est un moyen de pression sur les Etats-Unis, un moyen pour provoquer une escalade afin de faire reculer ces derniers par peur d’une nouvelle guerre régionale. Washington fuit cette escalade. Téhéran a tenté de relancer l’affaire avec une libération promise puis annulée à la dernière minute de Sarah Shourd, une des trois « randonneurs », qui est dans un état de pré-cancer.

14.09.2010

 
Iran : 4 sanctions à l’américaine

Suite à la publication du dernier rapport de l’AIEA faisant état d’un « manque de coopération » de la part des mollahs, Washington qui avait promis plus d’isolement en cas de déficit de coopération a annoncé le bannissement d’une banque d’affaire iranienne. Dans le même temps, trois de ses alliés : la Corée du Sud, les Emirats Arabes Unis et le Liban, ont également annoncé leur adhésion au camp des sanctions en visant une ou plusieurs banques iraniennes. Il s’avère cependant que les entités désignées sont sanctionnées depuis des années. Ce soir, Téhéran n’a pas une pression supplémentaire sur le dos.

09.09.2010

 
Iran : Le provocateur en petite forme

Il y a un mois, les Américains ont renforcé leurs sanctions contre Téhéran. D’ordinaire quand Washington augmente sa pression, Téhéran privilégie la provocation pour l’engager dans une escalade guerrière afin de le pousser à abandonner par peur d’une guerre perturbant l’approvisionnement pétrolier mondial. Mais contre toute attente, Téhéran a alors cessé ses provocations pour adopter un ton modéré. A cette occasion, il avait aussi cessé ses menaces contre Israël ou encore les pétroliers transitant par le détroit d’Ormuz pour évoquer une nouvelle doctrine militaire axée sur des armes défensives et une diplomatie axée sur le dialogue. Cette cure de modération avait en fait été décidée pour rassurer les jeunes miliciens du Bassidj et les Bazaris qui ont été durement affectés par les sanctions afin qu’ils ne laissent pas tomber le régime. Vendredi dernier, ces gens ont encore boudé une grande manifestation officielle. Téhéran a arrêté cette modération sans contenu et repris le cours de ses provocations via le champion du genre, Ahmadinejad, avec une remise en cause de la version officielle des attentats du 11 septembre et une nouvelle menace de destruction d’Israël.

08.09.2010

 
Iran : Le régime doit risquer le tout pour le tout (vidéo)

Hier, le régime des mollahs fêtait la journée de Qods qui célèbre le projet de destruction d’Israël par le Hezbollah. Le Mouvement Vert, fausse opposition interne du régime, avait appelé les Iraniens à manifester ce jour « en faveur de l’Iran » afin de confirmer l’attachement des Iraniens au système en place. Cet appel faussement patriotique avait également été relayé sans cesse par les médias iraniens soi-disant d’opposition roulant en vérité pour Téhéran. Ceux-là affirmaient que les Iraniens devaient se déplacer car le quatrième vendredi du Ramadan ne serait plus la « Journée de Qods », mais la « Journée de l’Iran » ! Comme à d’autres occasions similaires, Washington a aussi relayé l’info et aidé les mollahs car il a besoin d’un allié islamiste en Iran et de fait, se voit obligé de faire son possible pour que les Iraniens soient perçus comme de bons musulmans. Malgré les efforts déployés par Téhéran et Washington ainsi que les références incessantes à cette « Journée de l’Iran », les Iraniens n’ont pas été dupes et ne se sont pas déplacés. On a même atteint le niveau de zéro mobilisation ! Il y a un an, face à ce même boycott, Téhéran avait changé les slogans du Mouvement Vert pour le rendre plus attractif, mais il observait une limite : éviter les slogans remettant en cause le régime. l’échec d’hier, le régime a enlevé cette limite.

04.09.2010

 
Iran : Karroubi, le martyr répétitif !

Il y a deux jours, les médias ont rapporté que Mehdi Karroubi, « chef de l’opposition iranienne », avait été malmené par les bassidjis. Puis, hier, on a dit que sa maison avait été saccagée. Il est important de rappeler que Karroubi est partisan du régime et défend l’ensemble de ses politiques, il n’est de ce fait pas un opposant, mais un membre haut placé du pouvoir présenté comme un opposant pour simuler l’existence d’une lutte interne en faveur de la démocratie. Mais étant du même avis que le pouvoir, Karroubi n’a pas une vraie actualité politique. Son actualité se résume à des rumeurs d’attaques physiques contre sa personne. Ainsi, tout au long de l’année dernière, on avait également parlé des attaques contre lui, son auto ou sa maison.

03.09.2010

 
Iran : Drôle de surchauffe à Bouchehr

Washington sanctionne les mollahs pour les forcer à dialoguer afin d’aboutir à une entente. L’objet de cette entente est d’introduire des pions américains au sein du régime des mollahs et transformer ce dernier en un allié anti-russe et anti-chinois en Asie Centrale, une région clef pour ces deux pays. Depuis toujours, les deux pays surveillent les Etats-Unis pour les empêcher de renforcer leurs sanctions, mais ils surveillent aussi les mollahs car en continuant à enrichir de l’uranium, ils privent Washington de l’entente qu’il souhaite et pourraient finir par l’exaspérer et obtenir un compromis sur la base d’une entente sans le partage du pouvoir. Par le passé, pour décourager ces efforts iraniens contraire à ses intérêts, Moscou retardait la livraison de Bouchehr car cette centrale nucléaire sert d’alibi à l’enrichissement exaspérant des mollahs. Dernièrement, sous l’effet des sanctions énergétiques, Téhéran a perdu la capacité de produire de l’électricité, il était en danger. Moscou a décidé de lui livrer enfin la centrale électrique de Bouchehr. Le site a été inauguré le 21 août et Moscou a commencé le chargement du combustible nucléaire dans le cœur du réacteur pour démarrer le réacteur le 5 septembre. II vient d’arrêter le chargement au prétexte d’une « augmentation de la température locale » alors que la température est constante. | Décodages |

02.09.2010

 
Iran : 500 pendaisons depuis deux mois

L’Iran est en train d’exploser, les Iraniens demandent l’aide de l’Occident, mais ce soutien ne vient pas car les Etats occidentaux ne parlent que de Sakineh. La forêt brûle, ils veulent sauver un arbre. C’est une manière d’occuper l’attention de leurs citoyens pour qu’ils n’aillent pas voir plus loin. Cela est lié au prix très bas du baril chez les mollahs et le besoin de Washington d’avoir des alliés islamistes pour agiter les musulmans chinois afin de déstabiliser la Chine. Pour montrer la fausseté de la campagne écran de fumée, nous avons hier révélé que le régime des mollahs avait annoncé plusieurs autres exécutions polémiques qui n’étaient point exploitées en Occident car l’objet de cette campagne n’est pas d’intéresser les citoyens occidentaux à la gravité de la situation en Iran, mais de les dévoyer vers des cas particuliers. Grosse panique, on parle tardivement du cas d’un gay en instance de pendaison dans l’espoir de lancer une autre campagne écran de fumée. Aujourd’hui nous allons plus loin pour dénoncer la tartufferie des animateurs de ces campagnes en vous révélant des chiffres effrayants sur le nombre des pendaisons quotidiennes en Iran, pendaisons que l’AFP vous cache pour tuer l’urgence d’un soutien au peuple iranien.

01.09.2010

 
Iran : Plusieurs villages ont été détruits par un séisme

Un tremblement de terre a frappé la province montagneuse de Semnan (ci-dessous en ocre) qui se trouve au nord du pays à la hauteur de Téhéran (ci-dessous en jaune). D’une profondeur de 10 Km et une magnitude de 5,9, elle a fait selon les sources officielles 2 morts et 15 blessés dont 10 dans un état critique. L’onde de choc a été ressentie à Téhéran pourtant situé à 278 Km de la zone touchée.

28.08.2010

 
Iran : La France promet beaucoup, mais ne fait rien

Dans son discours d’ouverture de la 18e conférence annuelle des ambassadeurs de France, le président Sarkozy a dit que la France cherchait un « accord crédible » avec l’Iran, mais en cas d’un refus de ce dernier, elle mettrait en oeuvre « avec détermination » des sanctions et qu’elle appelait « tous les pays à faire de même ». Il y a un an à la même occasion, il avait tenu un discours similaire qui n’a été suivi d’aucun acte.

27.08.2010

 
Iran : Téhéran reparle d’un compromis russe datant de 2006

Sanctionné de toutes parts, Téhéran est économiquement de plus en plus affaibli. Cela crée des tensions au sein du régime : le Bazar qui a été un artisan de la victoire des mollahs au sein de la coalition islamiste révolutionnaire de 1979 menace de les quitter. Téhéran a dû baisser d’un ton pour éviter de plus amples pressions économiques : il vient de proposer la création d’un consortium irano-russe de production de combustible nucléaire pour donner des gages d’une utilisation pacifique de son stock d’uranium faiblement enrichi.

27.08.2010

 
Iran : Oriflame devra payer !

Les Pasdaran ont envahi les locaux iraniens de la société suédoise Oriflame. L’entreprise suédoise de vente directe de cosmétiques est accusée d’avoir organisée une société de vente pyramidale. 5 employés dont un important responsable suédois ont été arrêtés. Les médias sont déchaînés. Il y a eu 3 des fatwas contre les produits et les « catalogues obscènes » de cette entreprise. On a aussi évoqué des liens, mais le régime négocie avec les « coupables » ! | Décodages |

25.08.2010

 
Iran : Les mollahs se moquent de Nabucco

Washington, qui a besoin des mollahs pour agiter l’Asie Centrale, a toujours soutenu l’intégration de l’Iran au projet européen Nabucco qui doit acheminer du gaz naturel vers l’Europe en contournant la Russie. Mais les mollahs ne peuvent pas accepter une entente avec les Etats-Unis car cela les obligerait à autoriser le retour en Iran d’islamistes iraniens liés aux Etats-Unis qui pourraient prendre le pouvoir de l’intérieur lors des élections organisées par le régime lui-même. Face à leur refus sans appel, hier, le consortium Européen construisant le gazoduc a fait savoir publiquement qu’il suspendait la participation hypothétique de l’Iran au projet.

24.08.2010

 


0 | 50 | 100 | 150 | 200 | 250 | 300 | 350 | 400 | ... | 4400

Flux RSS de cette rubrique