Accueil > Articles > Alliance des civilisations : une offensive contre la Laïcité



Alliance des civilisations : une offensive contre la Laïcité
15.11.2005

Dans la foulé du projet de « Diversité Culturelle », voici l’Alliance des civilisations !



Les attentats, l’incompréhension grandissante entre les mondes islamique et occidental, le renforcement de la migration musulmane vers l’Europe, obligent à évoquer un conflit des civilisations.

Mohammad Khatami revient sur le devant de la scène politique : on regrettait son absence. Shirin Ebadi revient aussi, on loue son action. Il y a un projet très vaste derrière ses sorties médiatiques. Un projet d’apaisement avec l'islamisme et une offensive contre la laïcité.

- En 2004, l'Espagne et la Turquie ont avancé un projet d'Alliance des civilisations. L’idée avait été appuyée par le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, celui qui a couvert les dérives du programme Pétrole contre nourriture.

Dans la foulée du projet de « Diversité Culturelle » qui sonne le glas de l’universalité des droits de l’homme, un groupe de haut niveau a été mis en place . Ses membres ont été nommés par le secrétaire général de l’ONU en vertu de « leur notoriété politique ou scientifique ».

Il y a là en premier lieu :

  • Mohamad Khatami,
  • Federico Mayor, ancien directeur général de l’UNESCO,
  • Hubert Védrine, anc. ministre fr. des AE & grand ami de Khatami
  • Moustapha Niasse, ex-1erministre sénégalais, ainsi que d’autres personnalités.

La deuxième catégorie comporte des intellectuels libres, des gens n’occupant pas de hautes fonctions administratives : Karen Amstrong, une Anglaise qui a écrit plusieurs ouvrages sur l’islam et John Esposito, spécialiste américain de l’islam, qui dirige le Centre pour la compréhension islamo-chrétienne à l’Université Georgetown.

Dans la troisième catégorie, on trouve des personnalités religieuses faisant autorité :

  • Desmond Tutu, archevêque sud-africain pro-ANC [1],
  • Arthur Shneier, rabbin américain
  • Khatami, philosophe islamique (peut aussi être classé dans cette catégorie).

Il semblerait qu’il est indispensable de caser «quelque part» notre charmeur professionnel [2], il est même la pièce maîtresse de cette disposition qui bannira définitivement l’idée de la laïcité des institutions politiques et réhabilitera le talibanisme des mollahs de Téhéran comme une norme compatible avec la démocratie ou les droits de l'homme. Bientôt, vous verrez que Shirin Ebadi, Madame Islam Expliqué, sera pressentie pour rejoindre la fine équipe.

Selon Vitali Naoumkine, président du Centre d’études stratégiques et directeur du Centre d’études arabes de l’Institut d’orientalisme de Moscou, cette idée n’a pas vu le jour fortuitement.

« Aujourd'hui le problème de la coopération de l'Occident avec le monde islamique est extrêmement douloureux. En premier lieu cela concerne les Etats européens: France, Portugal, Espagne, Allemagne et Grande-Bretagne. C'est la raison pour laquelle il est primordial que les Européens se penchent sur les moyens à mettre en oeuvre pour améliorer les rapports entre le monde occidental (principalement chrétien) et le monde musulman. »

Vitali Naoumkine est formel et vend la mèche :« La question est de savoir comment incorporer la population musulmane arrivée en Europe. Il peut être question de sa pleine assimilation ou, au contraire, de l'octroi à ces communautés de plus grandes possibilités pour qu’elles développent leur propre identité islamique ! » Le professeur Vitali ne nous rassure guère.

L’Alliance des Civilisations. Vitali déclare : « Pourquoi sont-ce justement les Espagnols qui ont lancé cette idée ? Au moyen âge, l'Espagne était une symbiose singulière des cultures arabe et occidentale, des civilisations islamique et chrétienne. Il y avait une confrontation, mais elle était en même temps accompagnée d'une coopération et d'une association des cultures, probablement plus positives que partout ailleurs.  »

Bref, c’est un peu évident, l’identité culturelle de l’Europe est aussi islamique avant d’être démocratique, pluraliste ou laïque.

Et Vitali Naoumkine cite la Turquie d’Erdogan pour appuyer la suite de sa démonstration. « La Turquie veut intervenir en tant que modèle de pays musulman pouvant devenir une constituante de la civilisation occidentale. Ceci serait particulièrement important pour Recep Erdogan de faire admettre ce principe en tant que président du parti islamique turc.  »

« Quand celui-ci était arrivé au pouvoir tout le monde s'était attendu à ce que la Turquie renonce à la voie démocratique sur laquelle elle s'était engagée. Rien de tel ne s'est produit  », affirme Vitali Naoumkine !

« Au contraire, Recep Erdogan a su montrer qu'un parti d'obédience islamique pouvait être un parti responsable, démocratique et prônant l'union des valeurs des mondes occidental et musulman !  »

Cette offensive intellectuelle ressemble fort à un putch contre la laïcité. Ce complot est mené en silence et avance sans faire de vague ni alerter les défenseurs de la laïcité et de l’universalité des droits de l’homme.

Pour élaborer un plan d’action, Kofi Annan a mis en place un Groupe de haut niveau constitué de 18 personnes. Le groupe devrait se réunir régulièrement et définir la philosophie de ce projet.

C’est-à-dire formuler en termes politiquement correctes cette atteinte irrémédiable à l’esprit agnostique de la fragile charte de la déclaration universelle des droits de l’homme.

La première réunion de cette fine équipe de bonimenteurs professionnels est programmée pour la fin du mois de novembre à Palma de Majorque, aux Baléares. Les résultats seront soumis au secrétaire général de l’ONU (Kofi Annan) au mois de décembre 2006.

Il est de la plus haute importance de combattre ce projet, en apparence généreux dans sa formulation, mais qui flirte dangereusement avec l’introduction progressive des croyances et usages religieux dans la vie sociale et politique.

L’Europe, incapable d’affirmer ses principes démocratiques et laïques préfère capituler afin de ne pas vexer les Turques, ses alliés musulmans et l’électorat musulman. L’UE se trouve désormais à la pointe de l’offensive anti-laïque.

Nous comprenons le ridicule de notre combat quand nous nous disons « opposants laïques iraniens » et que nous espérons naïvement fédérer les Européens pour soutenir la démocratie en Iran.

Il est clair que l’Europe a fait son choix et préfère que l’Orient ne puisse jamais s’émanciper afin de ne pas vexer les Turques ou les républiques pétrolières de l’Asie Centrale.

Plus de 53 millions de musulmans vivent actuellement en Europe ; 14 millions d’entre eux sont Européens. Ces chiffres viennent d’être rendu publics par l’Institut Central des Archives sur l’Islam, à Soest.

Des 25 états de l’UE, c’est la France qui compte le plus de musulmans (5.5 millions), suivie par l’Allemagne (3.2 millions), le Royaume-Uni (1.5 millions) et l’Italie (1 million).
Dans quelques années, les Français seront aux premières loges pour assister avec étonnement aux résultats de leur choix d’aujourd’hui quand la démographie aidant, les musulmans pourront constituer une majorité relative et exiger la fin de l’état laïque.

Il ne s'agit pas de diaboliser une religion, mais de défendre le principe fondateur de toutes les libertés démocratiques : La Laïcité.

WWW.IRAN-RESIST.ORG

| Mots Clefs | Auteurs & Textes : Textes essentiels d’IRAN-RESIST |

| Mots Clefs | Mollahs & co : Khatami |

| Mots Clefs | Enjeux : Islam & Modernité |

| Mots Clefs | Institutions : Dialogue des Civilisations |