Accueil > Photos > Semaines 619 (26-31 dec 2019) Défaites en Irak, dans le golfe Persique et (...)



Semaines 619 (26-31 dec 2019)
Défaites en Irak, dans le golfe Persique et en Iran

© IRAN-RESIST. ORG

31.12.2019

Le jeudi 26 décembre 2019, les Iraniens devaient manifester leur rejet du régime à l’occasion d’une dernière journée de dernier deuil pour ceux tombés durant les révoltes du mois de novembre. Le régime a sans cesse surévalué le nombre des morts pour empêcher la poursuite de la lutte. In fine, il a réduit la vitesse de connexion de 95% pour empêcher les nouvelles à propos d’elle. Les Iraniens et les membres de base de la milice ont néanmoins manifesté leur soutien à un changement de régime. Voici d’autres nouvelles depuis ce jour et depuis.



Jeudi 26 décembre 2019 (5 dey 1398), les mollahs ont vite eux-mêmes apporté la preuve que la situation leur échappait en diffusant malgré leur censure du net une vidéo faisant état de leur victoire sur des opposants à Karaj, lors d’un rassemblement par ailleurs pas très hostile au régime (à l’occasion d’un rassemblement en mémoire d’un non-opposant nommé Pouya Bakhtiari). Mais cela n’avait pas sens et surtout leurs images étaient incompatibles avec la météo et la saison. Il est vite apparu que les Iraniens avaient boudé l’hommage à ce faux héros et par ailleurs, le régime s’était inventé une victoire pour rassurer les siens.

Par la suite, on a eu la preuve que les Iraniens avaient défié le régime en manifestant contre les mollahs et aussi incendiant au moins deux organes du régime !

De nombreux pays ont conclu que les mollahs, acculés et isolés, allaient recourir au terrorisme pétrolier pour les forcer à les soutenir. Le Japon a mis en garde les mollahs contre ce genre de terrorisme dans le golfe Persique en envoyant un destroyer pour aider Trump à maintenir la sécurité de cette zone. Les mollahs ont gardé la nouvelle secrète pour ne pas avouer la baisse de leur capacité terroriste qui rassure leurs proches.

La Chine et la Russie sont allées plus loin en affirmant quelles restaient très attachées aux règles imposées par le GAFI (FATF) et ont appelé les mollahs à adhérer au FATF et appliquer ses exigences, c’est-à-dire de renoncer à tout terrorisme dans la région (en Irak, au Liban et au Yémen). Elles ont aussi proposé des manœuvres marines aux mollahs pour leur montrer leurs forces et leur rappeler qu’ils ne pourraient les menacer ou menacer l’équilibre du monde ou encore briser un embargo décidé par le FATF.

Les mollahs ont parlé des manœuvres sans évoquer les sous-entendus. L’administration Trump consciente de ces sous-entendus n’a pas condamné les Russes et les Chinois malgré les efforts des médias anti-Trump et des Anglais qui ont peur d’une alliance entre les États-Unis et la Russie.

Le vendredi 27 décembre 2019, les mollahs ont continué à promouvoir leur fausse victoire sur les Iraniens à l’occasion du pseudo-rassemblement pour Pouya Bakhtiari sans parvenir à intimider les Iraniens ou diviser l’unité de vue pour la poursuite de la lutte contre leur régime. Ils ont aussi encore insisté sur le nombre de leurs victimes (1500) sans parvenir à leur but malgré le concours de certains exilés qui sont devenus les complices du régime par la faute de leur incrédulité.

La France a aussi diffusé la désinformation intimidante des mollahs via de nombreux médias, car ses actuels dirigeants ont encouragé les investisseurs français qui devraient être leurs alliés politiques à miser sur les mollahs que tout le monde a lâchés. Mais la France a ses problèmes et bien peu d’argent pour aider ses amis les mollahs...

Vendredi soir, les mollahs désespérés par l’échec de leur propagande et leur manque de miliciens pour mettre en scène une micro répression en Iran, ont décidé d’une action terroriste en Irak pour montrer leur refus de renoncer au terrorisme qui est leur dissuasion, démontrer qu’ils pourraient déstabiliser l’approvisionnement mondial en avant du golfe Persique, punir les Kurdes irakiens qui refusent de les aider et enfin forcer les Européens et les Asiatiques à les aider. L’attaque réalisée par le tir de 36 missiles Katyusha sur la base K1 près des gisements de Kirkouk a cependant échoué, car il fait un seul mort (un ingénieur américain a été tué et 4 soldats ont été blessés).

PNG - 226.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cette opération a aussi échoué quant à ses objectifs, car elle n’a pas déstabilisé la région, les Européens et les Asiatiques. Washington a aussi promis une punition exemplaire sans qu’un autre pays, la Chine ou la Russie, vole au secours des mollahs  !

Samedi 28 décembre 2019, les mollahs, déstabilisés par l’échec de leur propagande et leur terrorisme, ont été bousculés par un ancien collaborateur banquier de haut niveau  : Ahmad Hatami Yazd, ex-directeur de la banque Saderat (Banque des Exportations) a affirmé dans le journal Etemad-online, qui plait beaucoup en France, que n raison de l’économie népotisme en vigueur (basée sur des prêts astronomiques à très bas taux et jamais récupérés) qui ne produisait aucune richesse, toutes les banques iraniennes, privées ou publiques, étaient en état de faillite et n’avaient plus aucune liquidité, mais avait en revanche une dette en forte croissance (60% par an) de 140,000 milliards de tomans (33 milliards de dollars) à la Banque Centrale iranienne  ! Il a conclu que le régime devait annoncer sa faillite pour éviter, mais il ne l’osait pas.

JPEG - 50.8 ko
PNG - 523.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont caché cette information à leurs amis en France et ont tenté de faire bonne figure en rassurant leurs proches par la promotion de leur capacité de répression avec des rumeurs d’arrestation et d’une forte mobilisation en ce lundi 30 décembre, à l’occasion de la journée d’unité du peuple avec le Guide  !

Les Iraniens ont insisté sur le contraire en montrant qu’ils osaient défier le pouvoir en écrivant mort à Khamenei sur les murs ou en incendiant des pompes à essence sans craindre pour leur vie. Les miliciens en rupture avec le régime ont souligné cette rébellion en diffusant des images des caméras urbaines montrant des miliciens encore fidèles au régime frappés par les gens. Ils ont aussi dévoilé l’identité de ces agents du régime et parfois leurs adresses.

© IRAN-RESIST.ORG

On a aussi appris qu’il y avait de très nombreuses grèves dans plusieurs municipalités et les ordures n’étaient pas ramassées dans de nombreuses villes et aussi qu’il y avait une pénurie de carburant dans tout le sud du pays en raison de la grève du port de Bandar Shahpur devenu Bandar Khomeiny et aussi le blocage des routes du Baloutchistan iranien vers le centre du pays !

JPEG - 66 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont zappé ces mauvaises nouvelles et ont seulement continué leur propagande sécuritaire pour rassurer leurs proches et les idiots patrons européens qui ont été encouragés de miser leur fortune sur eux, prouvant par ce choix leur incapacité à agir.

Dimanche 29 décembre, Washington a riposté par des frappes contre la branche irakienne du Hezbollah et a éliminé 25 de ses membres et 41 gardiens de la révolution dont Abou Ali Khazali, le commandant du Hezbollah irakien !

JPEG - 108.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les 3 mousquetons (experts iraniens de France TV) se sont gardés de dévoiler l’échec du terrorisme des mollahs en Irak comme leur faillite...

Lundi 30 décembre, les mollahs devaient cependant bénéficier d’une grande mobilisation en leur faveur pour se rassurer et rassurer leurs proches ou encore ces pauvres investisseurs européens qui ont misé leurs billes en Iran et les empêcher de devenir leurs plus grands ennemis dans l’espoir de préserver leur contrat après la chute du régime !

On n’a aucune mobilisation. On a vu un seul reportage vers 13 heures  : une immense foule sur la place Emam Hossein qui a une capacité de 16000 personnes. Mais sur les vues au sol, la densité est très faible et les visages très moroses. On pouvait supposer la présence tout plus d’une cinquantaine de personnes  ! En plus, un Kurde portait un carton associant ce jour à la pendaison de Saddam, lançant un avertissement muet aux mollahs qui risquent de finir comme lui.

PNG - 546.6 ko
JPEG - 394.7 ko
JPEG - 295.6 ko
JPEG - 335.2 ko
JPEG - 386 ko
JPEG - 261.6 ko
JPEG - 185.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ce boycott a aussi été zappé.

Conclusions | Le régime est ruiné, il cumule les échecs, il ne peut songer à une réconciliation nationale après 40 ans de répressions non assumées qui ont été des centaines de fois plus sanglantes que les morts qu’il assume pour intimider ses victimes.

Il est boycotté par ses derniers membres pour ses échecs et son insolvabilité. Il est harcelé pour les mêmes motifs par des ex-serviteurs, aussi frappés par ces derniers et par les gens notamment les jeunes qui n’ont aucun avenir tant qu’il sera en place.

Il ne s’effondre pas aussi vite que ces derniers le veulent, que nous le voulons, car il a encore un soutien mou de certains pays européens et de leurs dirigeants qui n’osent avouer qu’ils ont eu tort de les aider. Mais malgré tout, en raison de ses échecs et des coups qu’il prend, le régime s’effondre comme dans un glissement de terrain lentement et irréversiblement.