Accueil > Photos > Iran : Nouvelles manifestations hostiles au régime



Iran : Nouvelles manifestations hostiles au régime
27.12.2019

Récemment, après les annonces délibérées de répression et de centaines de victimes par les mollahs pour intimider le peuple, les opposants au régime avaient appelé les Iraniens à redescendre dans la rue au 40e jour de deuil pour les victimes, soit 5 dey ou le 26 décembre, afin d’en finir avec le régime. Les actions anti-régime ont commencé le 25 (à la veille du jour J). Aujourd’hui, le site netblocks a signalé la chute du flux internet à 5% de sa valeur habituelle. Cela signifie que les Iraniens ont répondu présents à l’appel et sont en marche pour leur liberté.



,Fin novembre dernier, les Iraniens et une grande partie des miliciens de base sont descendus massivement dans les rues pour en finir avec le régime. Ils ont alors incendié 1700 banques ainsi que des milliers de pompes à essence pour ruiner et paralyser les mollahs. Ils ont aussi incendié des dizaines de centres de formation de mollahs et ont chanté les louanges des rois Pahlavi pour montrer la mort de l’islam en Iran et le désir des Iraniens de rétablir la dynastie progressiste des Pahlavi pour renouer avec ses grands projets pour l’Iran.

Les miliciens de base engagés dans ce mouvement ont aussi incendié des bureaux de renseignements et des mats portants des caméras urbaines pour empêcher les mollahs de les trouver et de stopper ce mouvement en arrêtant ses commandants.

De nombreux officiers supérieurs ont rejoint le peuple et le soulèvement ! Les mollahs ont fait appel à des snipers, mais bon nombre ont été tués dans les premiers jours.

Les mollahs ont alors réduit le flux d’internet pour empêcher l’envoi des images de ce soulèvement exemplaire. Ils ont aussi parlé de leur victoire et des gens que nous savons proches d’eux et interviennent dans les médias en tant qu’experts iraniens des affaires iraniennes ont parlé de 1500 victimes et de la victoire de la milice en oubliant les morts du côté du régime.

Les mollahs ont aussi mis en avant une des victimes, Pouya Bakhtiari, avec des parents, nantis habitants à Karaj, qui étaient partisans d’un soi-disant réformateur du régime. Les mollahs entendaient canaliser la colère des Iraniens et les conduire à valider une suite pour le régime avec un ancien faux opposant.

Les vrais opposants ont cassé cette ruse grâce à une campagne twitter intitulée « je suis le fils de quelqu’un » pour désenclaver la stratégie de réduction des victimes à une seule personne connue et fan d’un faux opposant du régime. Les vrais opposants ont aussi appelé à la participation au deuil et l’idée que le dernier jour du deuil pour la victime connue et toutes les autres, soldats inconnus de la libération du pays du joug des mollahs, soit le début d’une seconde vague de soulèvement contre ces derniers.

Les parents de la victime vedettisée par le régime ont alors changé de ligne et ont invité les gens à la cérémonie pour leur fils, mais les vrais opposants ont sans cesse mis en avant toutes les victimes en appelant à une seconde vague contre le régime et en faveur du prince Reza Pahlavi.

À 48 heures du jour J, les vrais opposants ont révélé que leur soulèvement du novembre dernier avait fait 2000 morts parmi les gens du régime, ce qui confirma notre conclusion que les miliciens qui ont rompu avec le régime avaient distribué des armes aux vrais opposants et que de fait, le soulèvement à venir était une vraie menace pour le régime malgré le manque de cartouches du côté du peuple notamment dans les zones frontalières.

Les mollahs ont alors riposté en faisant état d’une mobilisation massive de leurs miliciens en leur faveur dans les villes (où les gens ont moins accès aux armes), mais sur les images, on ne voyait pas sur les images la mobilisation annoncée.

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs aussi ont aussi réduit le flux d’internet à 45% de sa vitesse habituelle pour empêcher l’envoi de vidéo faisant état de leur faiblesse, sans que cette baisse de vitesse provoque la panique chez leurs proches, les affairistes coincés à leur côté ou les investisseurs étrangers (notamment français, que les 3 soi-disant experts iraniens invités dans les médias français ne cessent de rassurer avec des balivernes sur la victoire des mollahs et la solidité de leur régime).

JPEG - 32.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Iraniens, vrais opposants au régime, ont alors envoyé de très courtes vidéos, très légères, pour faire état d’un manque de miliciens fidèles au régime dans les rues notamment à Rezayieh (Oroumieh) et Eslam-Shahr (sud de Téhéran et proche de Shahriar), où se trouvent pourtant les principales grandes garnisons du pays. On a aussi vu les images d’un rassemblement hostile nocturne contre le régime dans le sud de Téhéran durant la nuit de Noël.

© IRAN-RESIST.ORG

Grâce à une autre micro vidéo, les Iraniens ont aussi annoncé la grève des Bazaris d’Ispahan pour la préparation du coup de force populaire contre le régime.

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors réduit le flux d’internet à 20% de sa vitesse habituelle puis à 5% de sa valeur.

PNG - 227 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais les miliciens journalistes partisans de la fin du régime ont aidé les vrais opposants en diffusant dans le cadre d’une analyse une vidéo de l’incendie d’un centre religieux et la crémation des milliers de corans. Ils ont aussi dézingué la fausse opposition en révélant que Moussavi avait critiqué la visibilité de la répression du mois de novembre en appelant à une répression invisible !

JPEG - 25.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Aux premières heures de ce premier jour de la seconde vague, ce jeudi 26 décembre, malgré ce blocage d’internet, on a vu circuler deux vidéos sur la présence policière à Karaj avec une voix off et des commentaires intimidant (signatures du régime) et une seconde vidéo du même genre concernant Rasht (où on avait signalé un grand rassemblement anti-régime devant la mairie de la ville).

© IRAN-RESIST.ORG

On a également vu une troisième vidéo de même forme concernant le rassemblement pour la victime vedettisée Pouya Bakhtiari. Sur cette 3nde vidéo, la voie off faisait état d’une « présence massive des Iraniens pour pleurer Pouya Bakhtiari, mais dispersés par l’intervention des cerbères de Khamenei encore plus nombreux que la foule ». Les images étaient floues et on n’y voyait ni foule ni cerbères du régime. Par ailleurs, dans les deux cas, en raison de la rapidité de diffusion des images, incompatibles avec la réduction de la connexion, nous avons conclu qu’il s’agissait d’une fake news pour intimider les gens et empêcher les rassemblements anti régime  ! Enfin, il faisait très gris ce jeudi à Karaj et sur d’autres images de ce soi-disant rassemblement, il fait beau et les arbres ont des feuilles. Il s’agit certainement des fakes vidéos pour la promotion de la défunte fausse opposition du régime, le Mouvement vert !

© IRAN-RESIST.ORG

En début de soirée, on a appris qu’au prétexte d’un pic de pollution, Rohani et ses ministres avaient décrété une semaine fériée et avaient aussi quitté Téhéran avec leurs familles pour Mahmoud Abad dans le nord du pays !

PNG - 37.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Plus tard, nous avons vu une vidéo faisant état d’un grand rassemblement non pas à Karaj, mais à Ispahan, non pas pour une victime pour toutes les victimes de la lutte contre le régime. Les motards (exclusivement miliciens) de Najaf-Abad (proche d’Ispahan) ont aussi défilé en mémoire de toutes les victimes du régime.

© IRAN-RESIST.ORG

Nous avons également un homme criant « mort à Khamenei »et écrivant le même slogan sur le mur de l’ambassade de la Grande-Bretagne à Téhéran en plein jour à côté d’un policier qui ne fait rien pour l’arrêter !

© IRAN-RESIST.ORG

Après minuit, deux nouvelles vidéos ont annoncé les explosions d’un centre de miliciens à Ispahan et d’une succursale de Howzeh Elmieh (université de formation de mollahs) dans l’avenue Sahravardi de Téhéran (situé dans les quartiers aisés) pour montrer que les Iraniens rejetaient l’islam et le régime n’avait pas les moyens de se défendre !

© IRAN-RESIST.ORG

Pour l’instant, il n’y a pas d’autres nouvelles. Mais sur la base des images reçues, la seconde vague a commencé avec force. L’arrêt du Net confirme que les mollahs se voient en danger et craignent que cette 2nde vague du soulèvement des Iraniens puisse les renverser.