Accueil > Photos > Semaines 600-601 (10-17 août 2019) Modération à reculons !© IRAN-RESIST. (...)



Semaines 600-601 (10-17 août 2019)
Modération à reculons !

© IRAN-RESIST. ORG

11.09.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski (sur un malicieux conseil de leur ennemi anglais Bernard Lewis), pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais (!?), car cette stratégie avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement pétro et diplo avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Ansar-Allah et les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge et le canal de Suez. Ils ont aussi aidé les Talibans et se sont mis à financer Daesh, abandonnés par Trump ! Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais leur terrorisme ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs ont alors intensifié leur terrorisme au Yémen et en Syrie. La Russie et la Syrie ont laissé l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité internationale pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (Instex) avec les mollahs, les plaçant de facto sous l’embargo financier souhaité Trump.

Les collaborateurs du régime ont paniqué. Ils ont commencé à vendre leurs bien pour partir avec leurs dollars. Les mollahs leur ont déclaré la guerre judiciaire via une soi-disant lutte anti-corruption. Puis ils ont tenté de relancer leur fausse opposition, pour les rassurer, mais les ont davantage inquiétés et ont encouragé leur rupture.

Début 2019, les mollahs ont eu la très mauvaise idée de désorganiser la lutte populaire en laissant le pays être ravagé par des inondations. La milice a complété le plan en empêchant les secours. La haine anti-régime s’est amplifiée.

Washington en a profité pour classer comme entité terroriste la milice qui gère tout au sein du régime.
Le responsable du contre-espionnage de la milice est alors fui vers les États-Unis avec de précieuses informations pour accélérer la chute du régime.

La Russie s’est montrée favorable à un deal avec Trump en vue d’un deal en faveur d’Assad et sa propre présence en Syrie en échange de l’éviction de toutes les forces liées aux mollahs.

Les mollahs, confrontés par ailleurs à des trahisons et de plus fortes contestations, ont multiplié les provocations nucléaire ou militaires notamment dans le golfe Persique menaçant l’approvisionnement pétrolier des Occidentaux pour forcer Trump à reculer ou l’isoler, mais ont seulement réussi à rapprocher les Chinois des Arabes et de Trump !

Les mollahs ont tenté de s’imposer sur le plan international par la capture un pétrolier anglais et le tir d’un missile longue portée pour insinuer qu’ils avaient la capacité de couler des pétroliers très loin de leurs frontières. Washington en a profité pour sanctionner Zarif et la diplomatie terroriste des mollahs !

Les 4+1 lui ont donné raison en acceptant cette sanction et en acceptant le projet américain d’une escorte maritime des pétroliers en transit dans le golfe Persique, validant de facto la possibilité d’une action forte contre les mollahs !

Les fidèles au régime ont paniqué et ont amplifié les ventes d’actions pour rompre avec le régime. Pour les en empêcher, les mollahs ont arrêté un haut membre de leur pouvoir judiciaire qui empêchait les poursuites contre ces traîtres et ont lancé de grandes opérations de démolition des biens de leurs plus importants affairistes. Ces derniers ont riposté en prenant les armes contre le régime !

Les mollahs ont menacé de couler les bateaux israéliens participant à la sécurisation du golfe Persique. Les Russes ont menacé les mollahs  ! Ces derniers ont eu peur et ont oublié les menaces contre l’escorte internationale et ont fait profil bas en affirmant leur attachement au dialogue.

Les mollahs devaient calmer le jeu sur le plan international et intimider leurs agents agités. Mais ils n’ont pas réussi et ont vite été dépassés par les événements. Voici le récit résumé et illustré de ces événements.



-Semaine 600 (10-17 août 2019) :-
-Modération à mi-temps-

© IRAN-RESIST.ORG
#1. Samedi 10 août 2019 (19 Mordad 1398), les mollahs ont commencé leur semaine modérée en insistant sur leur décision de tirer sur les navires israéliens s’ils osaient s’aventurer dans le golfe Persique. Ils avaient donc changé d’avis et avaient encore choisi la fuite en avant au lieu de la modération.

PNG - 539.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cela était sans nul doute lié au fait qu’ils avaient été informés vendredi soir de l’assassinat du n°2 des Ansar-Allah au Yémen alors qu’il vivait dans un lieu très secret. Cela signifiait une trahison interne. Par ailleurs, les Ansar n’avaient pas riposté, ce qui laissait supposer qu’ils étaient désorganisés et qu’ils avaient peur. Les mollahs s’étaient donc vus contraints d’affirmer leur capacité de nuisance pour compenser la baisse de la nuisance de leurs terroristes yéménites.

Dans leur principal journal en persan, les mollahs avaient déploré 24000 milliards tomans de fraude fiscale (env. 5 Milliards de dollar au taux officiel), menaçant de facto leurs nantis d’autant de saisie afin de les contraindre à rester sages après ce choix d’agressivité au lieu de celle de la modération pragmatique !

JPEG - 188.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les bas de cases du régime aujourd’hui en conflit avec lui avaient signalé une autre mauvaise nouvelle : Erdogan avait trouvé un deal avec Trump lui offrant le droit de déployer ses troupes dans le nord de la Syrie. Ils signalaient aussi que Trump avait désavoué Macron et que par ailleurs, le dernier directeur allemand de l’Instex avait été écarté pour sa sympathie pour le régime !

JPEG - 134 ko
JPEG - 172.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias virtuels de ces opposants au sein du régime ont aussi signalé la confrontation qui avait opposé les riches propriétaires issus du régime à ses dirigeants et les excuses formulées par ces derniers pour mettre fin à la crise !

Les dirigeants sont restés silencieux, espérant des déclarations apaisantes après leur choix d’affirmer leur capacité de nuisance. Mais les Occidentaux n’ont pas plié. L’indice de la bourse boosté artificiellement et artificieusement a chuté en raison de la panique des collaborateurs financiers des mollahs.

Les mollahs ont alors annoncé que la fête de sacrifice prévue pour dimanche partout dans le monde serait célébrée lundi en Iran et sa prière ne serait pas sous la direction du Guide, mais du mollah Abou-torabi, chargé du sermon de vendredi à Téhéran quand personne ne veut s’en charger. Il était clair qu’ils voulaient éviter toute exposition, car ils jugeaient le contexte général très hostile.

Les mollahs ont tenté de raviver leur fausse opposition par une lettre de 40 prisonniers politiques écrite depuis leur cellule, mais sans références aux revendications actuelles pour justement les désorganiser, mais personne n’a cru à cette fantaisie et ce choix a accentué la panique des nantis du régime !

PNG - 463.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont alors remis en cause ce choix en mettant en avant leur Guide pour annoncer l’échec de Trump avec l’aide des musulmans du monde entier, mais ce message qui ne sous-entendait aucune initiative par le régime lui-même n’a pas réussi à calmer la panique.

Les mollahs ont enfin annoncé un verdict très fort dans le procès des importateurs de viande brésilienne destinée au marché privé avec le dollar à 4200 tomans réservé pour les marchés publics pour rappeler qu’ils ne permettaient pas à leurs collaborateurs de vider les comptes du régime et sortir leurs fortunes converties en dollars ! Ils ont aussi arrêté de nombreux responsables administratifs pour empêcher les ruptures de leurs cadres et ont pu contenir la panique et finir la séance boursière avec une micro hausse par rapport à la veille !

PNG - 99.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, les opposants sont signalés l’extrême fragilité du régime par le biais d’une vidéo montrant l’agression d’un policier du régime par un motard énervé ! La vidéo est vite devenue virale !


© IRAN-RESIST.ORG

Les députés du régime ont mollement critiqué les mollahs. Il était évident qu’ils jugeaient la situation très critique et voulaient rappeler leur existence à leurs dirigeants sans perdre la possibilité de leur demander des dollars et sans aggraver la situation.

© IRAN-RESIST.ORG
#2. Dimanche 11 août 2019 (20 Mordad 1398), les mollahs avaient mis en avant le discours raté de Khamenei. Ils n’avaient rien de mieux à offrir !

JPEG - 190.9 ko
PNG - 720.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les bas de cases du régime aujourd’hui en conflit avec lui avaient signalé que les mollahs compter faire pression sur leurs camarades agités avec une loi interdisant aux responsables du régime d’envoyer leurs enfants hors Iran au prétexte d’y faire des études.

JPEG - 152.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les Australiens, proches des États-Unis, affirmaient que Macron jouait sur plusieurs tableaux (dans son unique intérêt) n’hésitant pas à briguer la direction de l’escorte navale dans le golfe Persique malgré le manque de puissance de la marine française.

Un représentant des Ansar-Allah est alors arrivé à Téhéran et s’est affiché aux côtés du M-AE des mollahs en évoquant son ouverture au dialogue sur le Yémen. Nous avons estimé que le régime affichait ses liens avec le groupe et par son intérêt pour le dialogue, il signalait sa maitrise de ce groupe dans l’intérêt de signaler sa disposition pour un deal. On avait le début de la modération souhaitée par les mollahs. Mais il s’agissait d’une modération teintée d’intimidation !

JPEG - 38.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais personne n’a salué cette fausse modération des mollahs !

Zarif a alors pris la parole pour insulter les Saoudiens et en les accusant de commettre des crimes contre l’humanité au Yémen ! Mais n’a pas pu agiter la région.

Le numéro 2 du gouvernement a rusé avec les gens du régime en annonçant son départ dans 24h au Turkménistan pour une réunion sur la Caspienne et la visite de Rohani mercredi à Sotchi pour une rencontre avec Poutine et le président azéri.

Il n’y a pas de krach à la bourse, mais également pas un indice très en hausse. Cela signifiait que les gens du régime avaient apprécié la combativité de leurs dirigeants, mais attendaient encore une crise bénéfique au régime pour être satisfaits.

PNG - 100 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Zarif a alors menacé encore les navires israéliens et la sécurité du golfe Persique et a annoncé une visite sans réussir à intimider les producteurs et consommateurs du pétrole de la région et recevoir des invitations aux dialogues de la part de ces pays.

Les députés ont repris les critiques mollahs contre Rohani et l’un d’eux a gaffé en parlant de plusieurs milliers de milliards de tomans accordés par les mollahs à leur proche dévoilant que ces derniers avaient ainsi transféré près de 214 milliards de tomans hors Iran au cours de l’année passée ! Les mollahs ont vite évoqué d’autres problèmes avec d’autres chiffres pour détourner l’attention de cette révélation.

Zarif a aussi tenté de provoquer une crise à Doha en désignant le détroit d’Ormuz comme la ligne rouge du régime. Mais personne n’a réagi. Il a alors (très tardivement) condamné les Israéliens pour l’incident survenu le même jour en marge de la fête de sacrifice sur le site d’Al Aqsa avant de demander le soutien des Arabes, mais il n’a eu aucun soutien.

PNG - 382.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

© IRAN-RESIST.ORG
#2. Lundi 12 août 2019 (21 Mordad 1398), il n’y avait pas de journaux en raison de la célébration décalée de la fête de Sacrifice. Cette manipulation a permis de cacher l’absence de mobilisation pour le régime. Les images ont révélé une salle avec de larges zones vides. Le sermon a été focalisé sur la situation au Cachemire et la nécessité de résoudre les problèmes par la diplomatie ! Les mollahs simulaient à nouveau la modération en oubliant Al Aqsa et pour jouer aux médiateurs entre les Indiens et les Pakistanais pour faire oublier leurs provocations de la veille et aussi préserver les Indiens comme partenaires commerciaux ou encore pour plaire aux Russes qui draguent les indiens.

JPEG - 340.6 ko
JPEG - 267.4 ko
JPEG - 260 ko
JPEG - 339.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants au régime (généralement issus de la milice) ont alors puni les mollahs en tabassant l’un de leurs donneurs de leçons et ont souligné leur fragilité en précisant qu’ils avaient déploré les faits en demandant à leurs sbires de continuer sans attendre une protection de leur part !

JPEG - 33.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Jahangiri, l’adjoint de Rohani qui était alors au sommet des pays riverains de la CAspienne, a alors pris de relais de la provocation, en affirmant que le détroit d’Ormuz et la Caspienne étaient les lignes rouges du régime insinuant que le régime allait y faire régner sa terreur pour ses intérêts. En l’absence de soutien de leur part. L’adjoint de Rohani a menacé de bloquer leur projet au nom du respect de l’écologie, mais ces interlocuteurs n’ont pas eu peur, car le régime des mollahs ne pouvait le faire en étant en minorité !

JPEG - 165.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Washington a profité de l’occasion pour souligner la dangerosité des mollahs et demander aux autres grandes puissances (4+1) de reconsidérer la durée du moratoire d’accès des mollahs au marché des armes et la prolonger après sa fin prochaine.

L’Inde a alors suivi le conseil des mollahs tout en privant de leur rôle en invitant leur protégé nigérien Zakaki pour recevoir les soins médicaux qui lui sont indispensables. Zakaki a accepté et s’est libéré du soutien encombrant des mollahs.

Les mollahs n’ont pas commenté cet échec pour leur modération. Ils ont caché leur journée d’échec en affirmant que Jahangiri avait eu de très bonnes rencontres au Turkménistan qui allaient déboucher sur de nombreux investissements en Iran.

© IRAN-RESIST.ORG
#4. Mardi 13 août 2019 (22 Mordad 1398), les mollahs avaient choisi la modération en affirmant à leurs proches qu’ils allaient faire revivre l’âge d’or des relations avec l’Arabie Saoudite (quelque chose qui n’a jamais existé après leur arrivée au pouvoir). L’annonce a seulement révélé que leurs proches l’espéraient et regrettaient les succès diplomatiques de l’Iran sous le Shah.

JPEG - 195.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur journal en anglais, les mollahs proposaient une nouvelle version de modération en évoquant la gestion de la sécurité du golfe Persique avec les Arabes et sans les Occidentaux, effaçant de facto les accusations sur leur responsabilité comme seul facteur d’insécurité dans la région. Leur modération ne pouvait être acceptable et acceptée.

PNG - 472.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les bas de cases du régime aujourd’hui en conflit avec lui avaient insisté sur la perte de la Russie comme alliée en signalant que dimanche dernier, Poutine s’était balladé en moto en compagnie des Hells angles de la Crimée sans que cela ne provoque une réaction internationale à son encontre.

JPEG - 152.7 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont eu la confirmation qu’ils ne pouvaient plus compter sur la Russie, car celle-ci a alors réagi à cette dernière provocation des mollahs et aussi celle de la veille concernant la Caspienne en annulant la rencontre prévue pour le lendemain entre Rohani et Poutine à Sotchi !

Les mollahs ont alors évoqué de nouveaux procès contre leurs administrateurs pour montrer qu’ils ne feraient aucune exception pour calmer leurs serviteurs agités. Mais ils les ont aussi agréablement surpris en faisant courir la rumeur de la libération de leur pétrolier Grace 1 immobilisé à Gibraltar pour insinuer que l’Occident avait plié devant eux par peur qu’ils arrivent à prendre le contrôle des transits dans le golfe Persique !

Ils ont aussi inondé la bourse pour insinuer que les Européens les avaient payés ! La panique s’est estompée un peu plus et l’indice boursier est monté de 1221 points après l’injection de fonds (énorme) de 3320 milliards de tomans. La hausse devait être 5 fois plus importante. Cela signifiait que les gens n’avaient pas cru la rumeur et la panique avait persisté.

JPEG - 59.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais l’espoir s’est finalement estompé, car le Gibraltar de démenti la libération de Grace 1.

Les mollahs ont affiché le soutien des Houthis en tenue de Jihad, mais ils n’ont pas pu intimider leurs adversaires et rassurer leurs proches.

JPEG - 278.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont alors annoncé une plus importante production d’uranium légèrement enrichi et d’eau lourde pour agiter la région avec la menace de leur accès à la bombe, mais ils n’y sont pas arrivés, car ils sont à des années-lumière de ce projet.

Zarif a alors tenté de provoquer une crise entre les Arabes et Trump en l’accusant d’être le principal responsable de l’insécurité dans la région, mais il ne s’est rien passé.

Les Israéliens ont alors puni et humilié les mollahs en faisant savoir qu’ils étaient responsables des bombardements des bases du régime en Irak. Les dirigeants de ce pays ont aussi puni les mollahs, car ils n’ont pas pleuré les pertes subies par ces derniers et ont laissé supposer qu’ils avaient laissé faire les Israéliens pour se débarrasser enfin des mollahs !

Zarif n’a pas protesté. Il a alors annoncé une tournée dans 3 pays européens pour insinuer que les EU3 avaient plié. Mais ces derniers n’ont pas confirmé sa visite.

PNG - 225.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

© IRAN-RESIST.ORG
#5. Mercredi 14 août 2019 (23 Mordad 1398), les mollahs devaient consacrer leurs une à la (soi-disant) victoire du Hezbollah dans la guerre anti-sanctions en 2006 ! Mais ils n’avaient pas évoqué le sujet qui souligne leur terrorisme. Ils se montraient encore modérés en affirmant soutenir la paix et le dialogue entre tous les groupes politiques au Yémen pour aller vers un pays uni !

PNG - 548.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants au régime avaient signalé l’arrivée des troupes américaines dans le nord de la Syrie sans que cela entraîne une réaction d’Assad pour montrer qu’il était d’accord avec ce grand changement contraire aux intérêts des mollahs !

JPEG - 153.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, le Wall Street Journal avait révélé que les mollahs s’étaient engagés de ne pas livrer de pétrole en Syrie et avaient en échange obtenu la libération prochaine de leur pétrolier. Par ailleurs, le site Loblog avait révélé que les Azéris avaient aussi accepté contre une aide américaine de seulement 50 millions de dollars de ne laisser aucune chance au régime ! Cela signifiait que le régime n’avait aucun intérêt pour ses voisins et ne pouvait pas obtenir un couloir de fuite pour ses fidèles vers l’Europe ou ailleurs via l’Azerbaïdjan !

L’Allemagne a alors mis la pression aux mollahs agitateurs en annonçant une rencontre en Finlande sur la nécessité d’une escorte des pétroliers transitant via le détroit d’Ormuz.

Les mollahs ont affirmé l’absence de ligne rouge dans leur (soi-disant) lutte contre la corruption et come preuve, ils ont démis de ses fonctions le responsable de leur privatisation (ci-dessous) et ont de facto remis en cause toutes les privitisations opérées au cours de dernières années. Ils ont ainsi menacé tous leurs proches et ont bloqué les avoirs pour qu’ils ne puissent les quitter avec leur fortune.

JPEG - 43.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La menace s’est avérée efficace et a gelé les offres de vente d’action. L’indice a pu augmenter de 4294 de points grâce à une injection de fonds presque identique à la veille (soit 3254 milliards de tomans).

JPEG - 60.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après ce succès forcé, les mollahs ont dit qu’ils riposteraient contre toute agression pour menacer les Israéliens, mais aussi les Européens désireux de participer à la sécurisation des trajets de leurs pétroliers !

Personne n’a reculé.

Les mollahs ont alors opté pour la modération avec les Iraniens (qui sont partisans d’un changement de régime) en leur offrant 50 milliards de tomans pour la reconstruction de leurs fermes abîmés par les récentes inondations en Iran. Mais les paysans dragués par les mollahs n’ont pas dit merci à ces derniers, car bien qu’impressionnant, l’offre proposait de les indemniser une fois pour toutes de 1053 $ sans qu’ils puissent demander plus.

Les miliciens révoltés contre le régime ont associé cette pingrerie au fait qu’il était en faillite, car les mollahs avaient dépensé 41% de toutes ses réserves en dollars depuis le début de l’année et seraient sous peu en faillite dès que la demande augmenterait en hiver ! Ils ont aussi signalé que la bourse de pétrole du régime pour satisfaire ses nantis était un échec, car il allait vers une grosse crise, car il n’arrivait pas à leur trouver des clients pétroliers étrangers.

Les mollahs ont alors rassuré les leurs en annonçant des réserves remplies de matière première et ont dit qu’ils avaient des jihadistes prêts à se tuer pour rendre service au peuple afin d’empêcher les actions anti-régime ! Mais, ils n’ont évoqué aucun projet pour servir le peuple et n’ont pas montré cette armée de dévots qui doit les sauver.

JPEG - 103.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

© IRAN-RESIST.ORG
#6. Jeudi 15 août 2019 (24 Mordad 1398), les mollahs avaient misé sur l’agressivité en rappelant leur refus d’une escorte occidentale pour la protection des pétroliers étrangers. Mais ils avaient mis en avant une autre formule dans leur média en farsi. Ils affirmaient que Rohani proposait aux étrangers une entente donnant donnant (argent contre modération). Ils entendaient faire chanter les Occidentaux tout en calmant leurs compagnons grâce à la promesse d’une modération lucrative.

JPEG - 197.6 ko
PNG - 584.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les bas de cases du régime aujourd’hui en conflit avec lui signalaient des manipulations du régime par le pouvoir judiciaire pour donner un vernis d’opposant à certains dirigeants en annonçant un possible (faux) procès sous peu contre le frère de Rohani et un acquittement certain de l’ex-maire de Téhéran après sa condamnation à mort pour meurtre !

JPEG - 153.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens en révolte contre le régime ont signalé leur présence en tabassant en plein jour un responsable du régime à Yazd.

JPEG - 23.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les Anglais ont alors annoncé qu’un tribunal de Gibraltar allait sans doute libérer Grace 1 après un court procès et un verdict contre le régime lui imposant légalement les exigences qu’ils avaient déjà acceptées.

Cela signifiait une défaite pour les mollahs. Ils ont oublié le procès que devait avoir lieu à Gibraltar. Ils ont mis l’accent sur leurs procès en mettant en avant le chef de leur pouvoir judiciaire au Kurdistan où il a mis en garde tous les juges modérés qui aidaient les nantis à retarder l’exécution de leurs peines !

Ils ont aussi arrêté le maire de la principale ville de l’ouest d’Iran pour insinuer que leurs champs d’action n’étaient pas limités. Ils ont enfin déploré l’absence de constitution dans le secteur pétrochimique iranien en affirmant que cela profitait aux corrompus, laissant entendre de nouveaux procès contre leurs nantis à ce prétexte et de nombreuses expropriations bien lucratives pour eux-mêmes et ceux qui leur resteraient fidèles.

JPEG - 48.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Cette offensive a fait taire tout le monde et ce silence a démontré que tous les gens du régime étaient impliqués dans ce secteur opaque.

Au début de l’après-midi, le Gibraltar a libéré Grace 1 en échange d’un changement de son nom et de l’utilisation du pavillon du régime et le changement de sa destination de la Syrie vers le Maroc !

Mais Washington a dit qu’il voulait empêcher les mollahs de vendre ce pétrole et envisager de sanctionner le personnel de ce pétrolier et tout pays qui l’accueillerait Le Maroc a refusé d’accueillir le cargo des mollahs et le personnel accusés de complicité avec les mollahs terroristes a donné sa démission et a empêché le cargo de quitter Gibraltar !

Le M-AE du régime a zappé ses faits en qualifiant de victoire la libération de Grace 1. Puis il a sollicité des visites en Finlande pour se faire inviter à la réunion sur la participation des Européens au projet de l’escorte des cargos transitant par le golfe Persique. Puis il a annoncé aussi des visites en Suède et en Norvège, parce qu’il avait parlé d’une tournée dans 3 pays européens et aussi pour voir si leurs compagnies pétrolières seraient intéressées de leur acheter du pétrole.

© IRAN-RESIST.ORG
#7. Vendredi 16 août 2019 (25 Mordad 1398), les mollahs devaient faire le bilan de cette semaine de modération ratée et donner des directives et de l’espoir pour la semaine à venir dans le sermon de vendredi.

Mais avant ce discours prévu pour midi, leur ciel s’est davantage assombri, car la Russie qui avait puni sévèrement les mollahs a annoncé une visite de Poutine à Macron, à une semaine du sommet des G7, pour parler de nombreux sujet comme la Crimée ainsi que l’Iran et la nécessité pour son régime de tenir ses engagements nucléaires et d’éviter toute tension dans la région. Le président français semblait draguer Poutine, également courtisé par Trump, pour s’approche du Russe et faire partie de son tandem à venir avec Trump qui devrait dominer le monde !

Les mollahs ont craint une plus forte panique et ont mis en garde l’exode des capitaux (de leurs nantis) hors l’Iran. Puis ils ont mis en service un faux débat sur la direction de réformateurs par Khatami (populaire en Europe) ou un autre afin d’amadouer les Occidentaux, mais ces derniers ont zappé ce débat stérile.

Ils ont alors annoncé une forte mobilisation pour l’enterrement de la fille d’un milicien anti-réformateur, mais très proche de Moussavi et Karroubi, pour réhabiliter ces derniers ! Ils ont même annoncé la présence des fils du Guide pour souligner le soutien du clergé à ce projet de mystification politique. Mais les gens du régime ont boudé ce rassemblement et ont démontré qu’ils ne croyaient plus possible de sauver le régime par ce genre de mystification politique imprécise.

JPEG - 321.9 ko
JPEG - 251.2 ko
JPEG - 278.8 ko
JPEG - 239.5 ko
JPEG - 253.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

In fine, on pouvait dire que le régime n’avait pas pu simuler la modération pour sauver son M-AE. Ils n’avaient pas pu rassurer les siens et voguaient vers un avenir houleux et incertain avec les efforts de Macron pour obtenir une victoire internationale à tout prix et de bons contrats et regagner des points pour être réélu. Les mollahs avaient une semaine pour réussir avant cette rencontre et celles de G7 qui devaient les concerner. Les mollahs devaient se montrer très modérés pour éviter d’aggraver leur situation, mais...

-Semaine 601 (17-24 août 2019) :-
-Modération plus tactique nécessairement ! -

© IRAN-RESIST.ORG
#8. Samedi 17 août 2019 (26 Mordad 1398), les mollahs ont commencé leur semaine modérée en annonçant à leurs proches qu’ils avaient rebaptisé Grace 1 du nom Hadrien Darya (Hadrien Mer) en référence à l’empereur Hadrien qui avait sévèrement réprimé les juifs ! Mais il n’y avait pas de trace de ce changement de nom dans leur journal anglophone. Ils y qualifiaient la libération de leur cargo de victoire juridique. De fait, ils faisaient croire à leurs proches qu’ils avaient choisi la confrontation alors qu’ils étaient dans une approche bien plus modérée sur le plan international.

JPEG - 171.3 ko
PNG - 554.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il était donc certain qu’ils espéraient des opportunités de négociations tout en affirmant que les étrangers avaient accepté leurs exigences pour duper leurs ennemis externes par leur soi-disant modération et duper leurs collaborateurs agités par la promesse d’une victoire prochaine. En soi, cela n’était pas une solution, mais connaissant les mollahs, leur choix était de promouvoir le dialogue et faire durer les marchandages pour diviser les Occidentaux et ainsi utiliser les ambitions de Macron pour isoler Trump. Ils avaient agi ainsi sous la direction de leur faux modéré Khatami en utilisant Chirac contre Clinton. On avait donc un retour vers un schéma classique de leur diplomatie : la fausse modération et des manœuvres dilatoires tactiques.

Les bas de cases du régime aujourd’hui en conflit avec lui avaient mis la pression aux mollahs en rappelant que le régime avait plongé le pays dans une faillite irréversible. Ils avaient aussi insisté sur l’arrestation du chef des privatisations tactiques du régime pour signaler que les mollahs allaient reprendre leurs biens après les avoir vendus pour compenser leur perte et aussi prendre en otages même leurs fidèles, car ils supposent qu’ils pourraient les perdre.

JPEG - 163.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans ce contexte très tendu, le n°2 de la diplomatie du Japon qui a pris en charge la sécurité de Babel Mendab est arrivé à Téhéran. Il est reparti sans évoquer un quelconque contrat. On a supposé qu’il était venu pour mettre en garde les mollahs et les encourager à renoncer à leur terrorisme maritime.

JPEG - 269.1 ko
JPEG - 172.8 ko
JPEG - 145.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les députés devaient alors recevoir le ministre de l’Intérieur de Rohani et le bombarder de questions notamment à propos des ministres soupçonnés de corruption afin de forcer Rohani à leur accorder des dollars nécessaires à leur survie en cas de la chute du régime. Ils ont vite mis fin à ce processus et ont fait d’importants gestes d’apaisement envers Rohani en oubliant leurs questions sur les ministres soupçonnés de corruption, ils lui ont permis de publier le programme de tout nouveau ministre 15 jours après leur vote de confiance. Ils ont aussi permis à ses ministres de ne pas venir au Parlement pour exposer leur bilan et être questionnés sur leur programme !

Il y avait deux hypothèses possibles : ils avaient été approchés et achetés par les mollahs ou espéraient entrer dans leurs bonnes grâces. Les mollahs ont profité de cet apaisement pour placer l’agriculture sous la direction de leur ministère de Commerce et des Industries qui est soupçonné de corruption. Les députés n’ont rien dit et ont ainsi confirmé qu’ils avaient choisi d’aider les mollahs en échange d’une très bonne compensation.

L’indice boursier a chuté après la hausse obtenue en début de la séance par une forte injection de fonds. Cela signifiait que les nantis n’étaient pas rassurés. Leur peur avait deux motifs, la remise en cause des deals passés avec les mollahs dans leur cadre de leur privatisation passée et aussi la soumission affichée par les députés qui allait permettre aux mollahs de les dépouiller !

PNG - 301.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En début de l’après-midi, le ministre de l’Intérieur de l’Irak est arrivé en Iran officiellement à la demande des mollahs pour permettre l’ouverture d’un poste frontalier nommé Khosravi. Ce point de passage est considéré comme un portail de fuite de l’Iran. Les mollahs avaient besoin d’une sortie de secours. Ils pouvaient se considérer en danger ou avoir agi pour les députés. Quoi qu’il en soit, leur interlocuteur irakien a refusé et n’a également pas autorisé que l’on puisse se rendre en Irak sans aucun visa.

JPEG - 338.9 ko
JPEG - 197.4 ko
JPEG - 231.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont dissimulé cet échec qui pouvait leur coûter le soutien à 100% de leurs députés en prétendant que les Irakiens avaient accepté d’ouvrir prochainement le poste frontalier de Khosravi ! Puis ils ont publié de nombreux articles élogieux sur leurs députés pour les rassurer et les garder à leurs côtés malgré leur échec.

© IRAN-RESIST.ORG
#9. Dimanche 18 août 2019 (27 Mordad 1398), les mollahs affirmaient qu’ils ne plieraient pas, car ils étaient protégés par la culture de sacrifice des leurs miliciens ! Ce n’était pas de l’intimidation ou des menaces. Ils promettaient une résistance pacifique dans l’espoir d’intéresser les Européens et lancer leur ouverture tactique censée convaincre les Européens de leur bonne fois et les exploiter pour diviser les 4+1 !

PNG - 128.1 ko
PNG - 547.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les bas de cases du régime aujourd’hui en conflit avec lui avaient signalé que l’Inde avait ou allait mettre fin à ses investissements dans le projet du développement du port commercial de Chah-bahar et la Russie qui avait jadis exprimé le souhait de faire partie des actionnaires ne le voulait plus !

PNG - 407.4 ko
PNG - 520.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont commencé la journée en recevant un ministre des Houthis et 4 ministres des AE de la France, de l’Angleterre, d’Allemagne et d’Italie pour piloter un plan de paix entre les Européens et les Houthis. Mais les mollahs ont vite zappé la conférence, car les 4 Européens présents n’ont pas proposé en échanges la reprise des négociations avec les mollahs et selon leurs propres conditions et n’ont également accordé aucun avantage aux Houthis ! On pouvait supposer qu’ils n’étaient pas dupés par les mollahs et le plan de modération tactique de ces derniers était un échec !

JPEG - 62.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La panique des nantis du régime s’est intensifiée. Les mollahs n’ont pas hésité à augmenter leur injection de fonds avant d’annoncer le départ de Zarif à Koweït (proche des Anglais) pour insinuer que le régime était sur le point de réussir avec l’aide des Anglais, mais l’indice a continué à chuter.

Les députés ont oublié leur deal et leur apaisement avec Rohani en remettant en cause sa gestion économique défectueuse et en signalant que le régime manquait de bitume et cela avait paralysé les rares travaux immobiliers en cours ! L’ex-député Zakani déchu en raison de ses dissidences tactiques a aussi publié une lettre sur la corruption du n°2 déchu du pouvoir judiciaire (Tabari) et ses protecteurs au sein du régime afin de forcer les mollahs à lui accorder encore un siège parlementaire !

L’ex-chef du pouvoir judiciaire Sadegh Larijani qui avait défendu Tabari après son arrestation s’est trouvé en danger. Ses ennemis en ont profité pour l’accuser de corruption !

Le pouvoir judiciaire des mollahs a menacé tous ces agitateurs annonçant de nouveaux accusés dans des procès en cours et de nombreuses nouvelles accusations contre l’ex-patron des privatisations du régime (dernière photo). Mais il n’a pu calmer les polémiques au sein du régime ni stopper la panique et la chute de l’indice boursier du régime.

JPEG - 189.1 ko
JPEG - 174 ko
JPEG - 137.7 ko
JPEG - 43.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après cet échec, Rohani a promis de publier la liste des gros salaires accordés à ses proches pour se protéger contre des accusations de corruption. Il a aussi insisté sur sa bonne gestion en affirmant qu’il avait obtenu l’ouverture du poste frontalier de Khosravi.

Le chef des Pasdaran a aussi volé au secours des mollahs en affirmant que la foi était plus importante que les armes et le régime avait des fidèles serviteurs qui ont foi en lui.

Enfin Zarif est allé au Koweït en proposant encore son offre de participation à la sécurité des pétroliers, espérant une escalade après cette très fausse modération, mais il ne l’a pas obtenu. Il est revenu en Iran puis il est parti en Finlande (qui a actuellement la présidence de l’EU). Il devait se montrer plus conciliant pour gagner le soutien des Européens à son faux apaisement pour les opposer à Trump !

PNG - 1 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

© IRAN-RESIST.ORG
#10. Lundi 19 août 2019 (28 Mordad 1398), on était l’anniversaire de la chute de Mossadegh après avoir perdu le soutien de ses alliés en raison de de son ambition personnelle qui avait ruiné, divisé et gravement mis en danger le pays. Cet anniversaire était une piqure de rappel pour les mollahs pour qu’ils cessent leur fuite en avant désastreuse pour le pays.

Mais ils n’ont évidemment pas changé de cap et ont continué leur fuite en affirmant que les États-Unis avaient fait un coup d’État contre Mossadegh ((soi-disant) "démocratiquement élu"). Mais ils n’avaient pas mis en avant leur vérité officielle dans leur média anglophone. Ils faisaient donc semblant d’attaquer Trump tout en espérant lui parler et l’entraîner dans leurs débats stériles et leurs manœuvres dilatoires afin de le brouiller avec ses alliés.

PNG - 649.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les bas de cases du régime aujourd’hui en conflit avec lui avaient signalé le soutien de l’actuel directeur de la banque centrale au frère de Rohani, accusé de corruption dans un procès un peu factice. Il s’agissait de faire plonger le régime par le biais du procès mis en place par les mollahs comme une diversion pour faire oublier tous leurs échecs. Ils avaient aussi signalé la même complicité entre le frère du n°2 de la diplomatie des mollahs pour profiter de son procès factice pour balancer quelques vérités.

JPEG - 179.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Zarif était alors en Finlande et on n’a eu aucune nouvelle de ses démarches. Cela signifiait un échec. Ses services ont menacé de faire leur fameux 3e pas (3e transgression de n’accord sur le nucléaire). Mais ils n’ont pas pu intimider les Finlandais. Ils ont aussi promis la libération du pétrolier anglais et n’y sont également pas arrivés.

PNG - 796.8 ko
PNG - 879.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Avant que cet échec ne débouche sur un krach boursier, le chef du pouvoir judiciaire des mollahs a menacé tous les collaborateurs du régime en affirmant que sa priorité était de punir les « cols blancs » du régime, mais sans les envoyer en prison, ce qui signifiait au mieux une expropriation et au pire la pendaison voire les deux ! Pour monter sa mauvaise foi, il a condamné une conserverie à lui reverser tout son bénéfice de l’année dernière pour avoir augmenté ses prix de manière injustifiée. Il a aussi promis de punir sévèrement les importateurs de maïs contaminé.

Il a enfin promis de nouveaux procès contre les gens (très proches du régime) qui ont reçu des dollars très bon marché pour des importations de première nécessité et se sont arrangés pour faire des achats factices afin de sortir ces magots hors d’Iran !

Les amis nantis du régime ont compris. Ils n’ont pas mis en vente des actions pour acheter des dollars. Le régime a pu ainsi augmenter son indice boursier de 1949 points avec une injection de fonds de seulement 2600 milliards de dollars.

PNG - 273.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En début de l’après-midi, les médias ont fait état de l’unité de vision de Macron et Poutine à propos de l’accord de Vienne. Les mollahs ont été appelés à respecter leurs engagements malgré l’absence de compensations pour les efforts faits jusque-là. Sachant que Poutine vise une alliance avec Trump, c’est Macron qui s’était aligné sur un Poutine pro-Trump.

PNG - 1.1 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Trump a alors insisté sur le succès de ses sanctions pétrolières (c’est-à-dire leur validation implicitée par tous les membres des 4+1) tout en précisant qu’il savait que les mollahs voulaient négocier (capituler), se montrant prêts à accepter la capitulation.

Mais les mollahs n’ont pas dit oui, car même si les États-Unis renoncent à des poursuites contre les mollahs, les Iraniens ne consentiraient pas à les pardonner et ils auraient aussi affaire à toutes les victimes de leur terrorisme depuis leur arrivée au pouvoir.

Les mollahs ont craint également un krach après ce refus et se sont protégés contre le risque d’un krach le lendemain en démettant le chef de leur industrie automobile et ouvrant la voie à un nouveau procès contre lui et les grands acteurs de secteur automobile !

Les mollahs ont aussi nié l’hostilité évidente de Poutine, en affirmant qu’ils avaient été conviés à l’exposition militaire russe, ce qui n’était pas un signe d’amitié, mais une mise en scène de la puissance russe pour les dissuader de continuer leur fuite en avant !

Tardivement, Zarif a cependant agréablement surpris ses proches en annonçant que Macron l’avait convié en France vendredi avant le sommet des G7 pour lui faire de bonnes propositions ! Du fait de l’alignement pouvait pas être contraires aux objectifs de ce dernier. Macron allait prendre à son compte (comme il l’avait déjà fait) des propositions américaines les franciser puis les soumettre à leur représentant !

© IRAN-RESIST.ORG
#11. Mardi 20 août 2019 (29 Mordad 1398), les mollahs devaient célébrer la Fête Ghadir Khom, ou la naissance du Chiisme. Il s’agissait d’une journée fériée, sans journaux et sans la bourse qui tracasse les mollahs. Mais, pour autant, il ne s’agissait pas d’une journée chômée, car Zarif était arrivé en Suède avec la mission d’y trouver des alliés ou des contrats pour sortir le régime de son isolement avant une réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU qui devait évoquer leurs ingérences déstabilisatrices dans le golfe Persique. Mais il a encore échoué.

Par ailleurs, hors Iran, tous les pays constatés pour les mollahs pour accueillir leur cargo Hadrien Darya ont annoncé leur refus de les laisser accoster. Les mollahs ont conclu que le Conseil de Sécurité de l’ONU pouvait déboucher sur des sanctions.

Pour éviter un nouveau krach mercredi à la reprise de la bourse, les mollahs ont rappelé leur message de la veille en faisant savoir qu’ils n’avaient aucune ligne rouge à respecter et ont ordonné l’arrestation du chef de leur secteur automobile. Ils ont aussi annoncé la fermeture de 8 salles de gala et ont rappelé leur mauvaise foi en saisissant la direction d’une usine de fabrication de brique (principal composant de construction en Iran) afin d’en empêcher les revenus.

JPEG - 300.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Loin d’Iran, le conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni à propos du Yémen. Les États-Unis ont dénoncé le rôle déstabilisateur des mollahs. Les autres grandes puissances, dont la France ont fait de même sans donner leur accord à de nouvelles sanctions, laissant de facto les mains libres aux États-Unis pour faire pression sur l’Iran des mollahs sans se donner les moyens de le faire aussi. Il était clair qu’il y avait un deal avec Trump et aussi un consensus anti-mollahs.

JPEG - 117.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs dépités par la complaisance des Européens, des Chinois et les Russes n’ont pas protesté.

Brian Hook, qui est chargé de gérer les sanctions contre les mollahs, a profité de ce moment de dépit des mollahs pour affirmer que les États-Unis n’avaient pas renversé Mossadegh, contrairement à ce qui était dit auparavant et sans aucune preuve pour plaire aux mollahs et les victimiser afin d’ouvrir la voie à des indemnités et sceller une entente avec eux. Les autres grandes puissances qui ont toujours adulé Mossadegh pour plaire aux mollahs n’ont pas protesté. Les mollahs se sont aussi tus pour ne pas mettre en évidence leur isolement renforcé au cours de cette journée qui pouvait rappeler l’embargo provoqué par le populiste démagogue Mossadegh qui a entraîné son isolement et a facilité sa chute.

© IRAN-RESIST.ORG
#12. Mercredi 21 août 2019 (30 Mordad 1398), les mollahs avaient mis en avant l’invitation de Macron afin de rassurer leurs proches. Mais ils ne s’en vantaient pas dans leur média anglophone. Ils y soulignaient leur résilience. Ils avançaient masqués pour utiliser Macron avec la rencontre de vendredi, afin de perturber de Trump et le forcer à abandonner au cours de cette journée !

PNG - 544.9 ko
PNG - 599.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Trump ne risquait pas d’apprécier. Macron non plus. Les mollahs risquaient de buter sur leur propagande.

Les nantis du régime menacés lourdement la veille par les mollahs n’ont pas osé vendre des actions et la bourse n’a pas chuté et l’indice a même fait un bond de 3186 points avec une MAE de fond presque normal 2297 milliards de tomans.

Les mollahs ont profité de ce succès forcé et ont simulé une belle unité au sein de leur régime (en décomposition) par une visite du gouvernement au Guide pendant laquelle ce dernier a promis que le régime qui a 40 ans se deviendrait plus fort au cours des 40 prochaines années !

JPEG - 229.1 ko
JPEG - 167.1 ko
JPEG - 186.5 ko
JPEG - 211.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont participé à l’effort propagandiste en parlant des armes qu’ils prétendent avoir imaginées et construites, dont des avions de chasse, des missiles et une formidable DCA plus performante que les S300, pour insister sur la puissance de feu du régime et la possibilité pour ses chefs d’attaquer tout le monde sans être inquiété au retour.


© IRAN-RESIST. ORG

Zarif a alors joué des coudes en Suède pour parler à un think tank suédois afin d’accuser Washington de promouvoir l’instabilité du Moyen-Orient, insinuant que le régime pouvait à tout moment devoir se battre pour protéger la région ! Mais il n’a pas réussi à intimider ses interlocuteurs ou encore Macron pour le forcer à être un bon et docile intermédiaire terroriste pour le régime !

PNG - 795.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Suédois l’ont puni et le confrontent au propriétaire du cargo anglais détenu par le régime. Il a dû permettre sa libération en espérant une récompense des Suédois, mais ces derniers l’ont encore puni en lui refusant cette faveur !

PNG - 440.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les Allemands et les Russes ont affirmé leur décision commune de contraindre le régime à respecter ses engagements. Ils ont aussi souligné leur force et ont rappelé aux mollahs et sans doute au Macron qu’il ne pourrait pas agir seul et les doubler sur la scène internationale.

Macron a alors précisé que sa proposition était une ligne de crédit de 15 milliards de dollars si les mollahs acceptaient un nouveau deal (selon les attentes de Trump).

Les mollahs ont répondu à ce non proposition en abattant encore un drone de reconnaissance MQ9 par leurs intermédiaires yéménites, les Ansar-Allah, menaçant l’approvisionnement énergétique de la région pour provoquer une crise puis que Macron ne pouvait leur être bien utile pour provoquer Trump.


© IRAN-RESIST. ORG

© IRAN-RESIST.ORG
#13. Jeudi 22 août 2019 (31 Mordad 1398), les mollahs avaient mis en avant la rencontre entre le Gouvernement et le Guide sur le thème d’abandon de leur économie pétrolière afin de minimiser l’impact des sanctions voire l’avènement des sanctions françaises après la tentative prévue d’exploiter la rencontre avec Macron pour énerver Trump et diviser les 4+1 !

PNG - 578.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur média anglophone, ils ne l’évoquaient évidemment pas. Ils y affirmaient que la situation au Cachemire résultait de mauvais héritage anglais pour ouvrir un autre front de dissension entre les grandes puissances donc au sein des 4+1 !

PNG - 614.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les bas de cases du régime aujourd’hui en conflit avec lui avaient signalé que Zarif avait promis une diplomatie à surprises, insinuant que le régime, las de ses échecs, avait opté pour une diplomatie d’improvisations qui risquaient d’aggraver sa situation !

JPEG - 163.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Zarif était alors en Norvège qui est un pays pétrolier qui a longtemps soutenu le régime. Mais il n’a pas réussi à trouver des contrats ou même des déclarations de soutien.

PNG - 290.9 ko
PNG - 883.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La bourse est fermée tous les jeudis et les mollahs ne risquaient pas une baisse de leur précieux indice boursier, ils risquaient de perdre des dollars. C’est pourquoi ils ont fait peur à leurs collaborateurs nantis agités en parlant de l’application rapide des peines prononcées contre les riches accusés de corruption. Ils ont aussi annoncé un verdict dans le cas des maïs contaminés. Ils ont saisi plusieurs usines et arrêté deux députés persifleurs en les accusant de trafic d’influence alors que les parlementaires ont trop peu de pouvoir pour le faire.

Rohani a aussi parlé des performances de la DCA Bavar 373 (croyance 373) pour rassurer les collaborateurs du régime et sans doute impressionner M. Macron.

Netanyahou a contré cette propagande sur la DCA Bavar 373 en affirmant que les avions israéliens bombardaient depuis peu les bases du régime en Irak sans être inquiétés ! L’EU ont aussi mis Macron en garde que les mollahs affirmant qu’ils cherchaient à diviser l’unité de G7 !

Macron n’a rien dit.

Zarif n’a rien dit. Les mollahs n’ont rien dit. Ils ont fait le mort. Ce qui signifiait que leur agent Zarif préparait un offensif lors de la rencontre avec Macron qui était visiblement gêné par son insuccès et l’absence d’applaudissements sur son initiative.

Les mollahs ont seulement insisté sur l’efficacité de leur pouvoir judiciaire et annoncé de nouvelles arrestations de collaborateurs financiers et de députés pour contenir tous leurs collaborateurs. Les gens proches des personnes arrêtées dont notamment ont tout félicité ces actions judiciaires pour se protéger elles-mêmes !

© IRAN-RESIST.ORG
#14. Vendredi 23 août 2019 (1er shahrivar 1398), les mollahs devaient faire un bilan positif de cette semaine de modération ratée dans leur sermon de vendredi en affirmant qu’ils avaient réussi de réhabiliter leur agent Zarif et de duper Macron pour diviser l’Europe, les 4+1 et les G7 et ainsi redonner de l’espoir à leurs proches.

Mais Al-Monitor, l’organe secret du lobby américain d’islamisation du monde, hostile à Trump, a conclu que à l’échec de Macron et une fine, une victoire de plus pour Trump et a tenté de saboter le projet improvisé et dangereux de Macron en rappelant aux mollahs que le président français n’allait pas leur proposer un soutien absolu, mais d’essayer encore de se coller tel un greffon au projet de Trump.

Les mollahs n’ont pas prêté d’attention à cette révélation, car ils s’en doutaient, mais espéraient quand même que ce greffon français désorganise les coalitions déjà formées à leur encontre. Ils ont insisté sur la puissance de leur Renseignement pour donner plus de poids à leur victoire à venir. Ils ont mis en avant la puissance de leur DCA et l’invincibilité militaire et ont testé un missile pour relancer les menaces dès la fin des G7 sur un chaos.

Zarif a alors rencontré Macron et à l’issue de cette rencontre, il n’a rien obtenu de Macron : le régime devait accepter un nouveau deal pour obtenir une ligne de crédit aux hommes d’affaires désireux de commercer avec lui.

PNG - 425.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Euronews (propriété à 60% de l’égyptien Naguib Sawiris pro-Trump) a immédiatement interviewé Zarif pour mettre en valeur l’intransigeance des mollahs et Zarif a confirmé cela en optant immédiatement pour une escalade en refusant dans un entretien à Euronews un nouveau deal évoqué et en affirmant que le régime attendait seulement que l’Europe applique ses engagements initiaux. Il a alors bêtement affirmé que son voyage (en France) était un succès sans imaginer un instant avoir apporté à tout le monde la preuve que l’on ne pouvait rien espérer du régime qu’il représente.


© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont alors axé leur sermon sur le soutien à 100% du peuple à leur régime en croyant que leur champion avait gagné la partie. Mais Trump n’a pas critiqué Macron et le scandale que les mollahs espéraient n’a pas eu lieu. Ils ont répété sans fin les propos de Zarif pour provoquer une crise et ils n’y sont pas arrivés. Leur semaine modérée s’est terminée sans aucun changement dans leur situation sinon la preuve qu’ils ne pouvaient rien obtenir sans capituler.

En fin de l’après-midi, les gens du régime ont désespéré. Ils ont encore pointé du doigt la mauvaise gestion ou l’incompétence de Rohani et ses ministres, pour s’éloigner du régime ou le forcer à leur accorder plus de dollars. Les mollahs ont fini leur seconde semaine soi-disant modérée (semaine de modération tactique, semaine de chantage de toutes sortes), sur la certitude qu’ils ne pourraient s’en sortir par leur fausse modération ou leur demi violence et devaient chosir la capitulation ou son contraire, une franche offensive sans milite. Mais ils n’ont rien fait. Leur M-AE a dit qu’il comptait sur les Iraniens, une formule creuse qui signifiait rien et soulignait que lesm ollahs ne pouvaient se résoudre ces solutions par peur de leurs effets sur leurs collaborateurs en Iran et hors Iran.

Nous avons conclu que les mollahs se voyaient obligés de continuer leur fausse modération malgré son inefficacité, à vivre au jour le jour, un anti-carpediem de joueur acculé qui espère réussir à se refaire sur un coup de dé ou sur un bluff.

C’est un choix qui a déjà bien destabilisé le régime et ne peut qu’exaspérer ses derniers alliés irraisonnables en Iran ou hors Iran (ex. Macron) : ils le lâcheront (plus ou moins rapidement selon leurs intérêts ou leurs ambitions déraisonnables) pour s’éviter qu’il les emporte dans sa chute.