Accueil > Photos > Semaine 579 (16-23 mars 2019) Iran, en feu et sous l’eau !



Semaine 579 (16-23 mars 2019)
Iran, en feu et sous l’eau !

04.04.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski (sur un malicieux conseil de leur ennemi anglais Bernard Lewis), pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais (!?), car cette stratégie avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement pétro et diplo avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Ansarallah et les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge et le canal de Suez. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais cette dualité diplomatique ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme au Yémen, mais aussi via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs pour tous leurs méfaits. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (SPV) avec les mollahs, les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Fin 2018, les mollahs, menacés de toute part, ont tiré un missile potentiellement nucléarisable susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen.

Le mouvement anti-mollahs s’est accéléré. Les Européens ont aussi puni les mollahs en excluant le pétrole de leur dispositif à venir d’échanges démonétisés. Trump a réuni la majorité des pays européens à Varsovie afin de coordonner des actions avec Israël et les Arabes contre les mollahs ! Les mollahs ont aussi été abandonnés par leurs derniers serviteurs lors du 40e anniversaire de la révolution islamique.

La Chine a alors choisi l’Arabie Saoudite. Les Européens se sont rapprochés des Arabes à Sharm-al-Sheikh par d’importants partenariats commerciaux et en acceptant leur projet de réintégrer Assad dans la Ligue Arabe. Assad s’est rendu alors à Téhéran pour demander aux mollahs de quitter la Syrie dans le respect de sa souveraineté ! Enfin, les pays musulmans, de l’organisation de la Coopération islamique (OCI), ont rejoint les Arabes en condamnant l’ingérence terroriste et déstabilisatrice des mollahs au Moyen-Orient !

La semaine dernière (2-9 mars 2019), la panique s’est intensifiée au sein du régime. Les mollahs ont alors déclaré la guerre à leurs proches par la voie judiciaire et en révélant la vaste étendue de leur corruption pour les empêcher de retourner leur veste.

Les mollahs ont aussi tenté de diviser les pays musulmans en les intimidant ou en leur proposant des partenariats lucratifs, mais ces derniers ont confirmé leur choix lors du sommet parlementaire de l’OIC. Les Irakiens démarchés par les mollahs ont aussi refusé de leur accorder le droit d’entrer chez eux sans visa et pouvoir fuir l’Iran et son peuple en colère via leur pays.

Enfin de la semaine, l’absence de manifestation en mémoire des victimes des attentats contre les musulmans en Nouvelle-Zélande avait confirmé la rupture des Iraniens (et même ceux du régime) avec l’Islam ! Les mollahs avaient tenté d’imposer avec l’aide d’Erdogan une réunion anti-occidentale au sein de l’OCI à propos de ces attentats, mais ils n’avaient pas réussir et avaient confirmé leur isolement. Ces échecs risquaient d’aggraver leur situation !

Cette semaine (16-23 mars 2019), les mollahs devaient contenir leurs collaborateurs, forcement plus déprimés et plus agités. Ils devaient aussi contenir davantage le peuple car profitant de leurs déboires, il devait reprendre la rue et les défier à l’occasion de la fête de feu avant le Nouvel An iranien Norouz (nouveau jour) pour que cette année soit la dernière pour les mollahs.



Samedi 16 mars 2019 (25 Esfand 1397), les mollahs avaient oublié les victimes des attentats anti-musulmans de la Nouvelle-Zélande et avaient mis en avant les premiers vers d’un poème extrêmement anti-islamique et anti-révolution islamique du poète Moshiri : Iran, je t’aime ! Ils espéraient s’éviter une fête de feu politisée. Leur choix révélait aussi qu’ils ne jugeaient pas disposer de troupes pour contenir le peuple.

JPEG - 205.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais dans leur média anglophone, ils avaient encore accusé Trump d’avoir évoqué la responsabilité morale des musulmans dans cet attentat, espérant provoquer une crise par ce biais dans l’espoir d’obtenir le soutien de la rue arabe et ainsi parvenir à contraindre les pays de l’OCI de cesser leur soutien de facto aux Saoudiens !

PNG - 824.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents par opportunisme ou les miliciens opposants s’étaient moqués du régime et son chef en signalant que ce dernier avait demandé une mobilisation forte pour le régime dt pour l’islam à la veille de ces attentats et il n’y en avait aucune !

JPEG - 183.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont continué à ignorer le sujet et ont tendu la main à leurs députés très agités en acceptant leur version du budget et en innocentant l’un des leurs qui étaient accusés de viol ! Les députés ont cessé d’attaquer le gouvernement des mollahs !

Les mollahs ont aussi invité en Iran un haut responsable de l’Afghanistan et lui ont parlé des droits du peuple laissant supposer un soutien aux Talibans (actuellement en négociation avec les États-Unis) pour forcer leurs actuels interlocuteurs à se montrer plus coopératifs ! Mais ces derniers n’ont pas été assez bêtes d’accepter d’aider des mollahs !

JPEG - 128.8 ko
JPEG - 160.7 ko
JPEG - 65.1 ko
JPEG - 128.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont tenté de s’éviter une belle crise de confiance avec leurs proches en leur tendant la main en renonçant à la suppression des intérêts sur leurs dettes bancaires tout en iuvrant un nouveau procès en corruption à Mashad, procès destiné à les empêcher de fuir ! L’indice a gonflé sur l’effet des fonds injectés sur le marché, mais il n’a pas décollé ce qui signifiait qu’il y avait des ventes motivées par la panique.

JPEG - 119.6 ko
JPEG - 67.6 ko
JPEG - 92 ko
JPEG - 111.1 ko
JPEG - 134 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont réussi à calmer la crise en en rappelant leur manque de scrupule à punir leurs collaborateurs en annonçant des verdicts très rapidement dans le procès contre leurs banquiers chargés de détourner pour eux les milliards de dollars de la banque Sarmayeh (la caisse des retraites des instituteurs) L’indice a décollé avant de chuter à nouveau.

PNG - 239.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani s’est senti visé, car son frère fait partie des accusés. Il s’est empressé de montrer sa soumission en validant les décisions sur son budget. Il a souligné ses efforts pour consolider le régime en annonçant une visite dans la région de Boushehr dans le sud du pays afin d’y inaugurer de nombreux projets pétroliers destinés à augmenter les revenus du pays ! Mais cela était impossible en raison des sanctions pétrolières américaines. Grâce à son intervention, on a aussi pu constater qu’il n’était pas très porté sur l’informatique !

JPEG - 46.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais en parallèle, Rohani a aussi discrètement invité en Iran le M-AE du Kazakhstan alors que ce pays est en phase de changement de président dans l’espoir d’obtenir le soutien du nouveau président pour obtenir de la viande et mettre fin à la pénurie de ce produit et contre ce beau contrat aussi obtenir des mécanismes pour détourner les sanctions pétrolières via ce pays ! Vraisemblablement, Rohani entendait utiliser les relations développées discrètement avec le Kazakhstan pour vendre les barils produits par ses nouveaux centres pétroliers et justifier la pertinence de ses choix.

À ce moment, les services de la météo ont affirmé que le pays était en danger, car les températures allaient baisser dans 24 heures de 8 à 12 degrés et d’importantes chutes de pluies, de grêlons et de neiges ainsi que des vents violents et de tempêtes de sable allaient provoquer des crues et des inondations et diverses situations d’urgence dans l’ensemble du pays !

Cela signifiait des routes fermées et une hausse de demande de moyens de chauffage dont le pays ne dispose pas contrairement aux annonces des mollahs et leur dernier pion Rohani ! Ces derniers ne se sont pas montrés et n’ont annoncé aucune mise en garde à la population. L’agence Fars des miliciens hostiles au régime a relayé l’alerte, mais les autres sources d’info n’ont pas suivi.

Un responsable milicien chargé de l’agriculture a alors dénoncé le bilan de Rohani en affirmant que le projet d’achat de viande aidait seulement les agriculteurs d’autres pays.

Rohani a craint d’autres réactions de ce genre alors qu’il serait face à une situation d’urgence, et a annoncé qu’il allait se rendre pour quelques heures dans le sud du pays avant de regagner Téhéran en raison d’un emploi de temps très chargé ! Il voulait éviter la tempête et le peuple en colère et aussi il avait peur que l’on sabote ses projets diplomatiques fumeux et sans le supposé deal avec les Kazakhs, il soit accusé d’avoir dépensé bêtement les derniers dollars du régime pour des projets inutiles !

Pour détourner l’attention des gens du régime, Rohani a demandé à tous ses collaborateurs et les derniers fidèles aux mollahs de se focaliser sur le scénario d’accusation des Occidentaux dans les attentats de Nouvelle-Zélande pour encourager les autres pays musulmans à réagir sans pour autant annoncer un rassemblement puisqu’ils ne le pouvaient pas ou demander la rupture des relations avec les pays accusés de peur qu’ils sanctionnent plus durement le régime !

Les pays musulmans n’ont pas réagi et ont ainsi souligné qu’ils n’avaient aucun respect pour le régime des mollahs ! Ces derniers ont cessé de s’agiter pour ne pas perdre davantage la face et ne pas aggraver davantage le moral de leur troupe.

Dimanche 17 mars 2019 (26 Esfand 1397), le journal du gouvernement annonçait que la PM de la Nouvelle Zélande avait mis un voile et avait présenté ses condoléances aux familles des victimes ! Cela signifiait que Rohani entendait stopper la diversion axée sur les attentats de la Nouvelle-Zélande qui n’avait pas été d’un grand secours pour le régime et avait seulement souligné son isolement. Il n’y avait évidemment rien sur la situation météorologique du pays.

JPEG - 169.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur média anglophone, les mollahs avaient mis en avant leur volonté de soutenir les Taibans pour se rapprocher des Américains et les amadouer.

PNG - 864.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens opposants annonçaient que les mollahs et Rohani faisaient fausse route à propos de l’Afghanistan, car les Américains avaient demandé le soutien des Pakistanais.

JPEG - 217.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les services météorologiques iraniens ont annoncé le début de la tempête prévue dans plusieurs régions du pays. Un véritable déluge s’est abattu sur des régions du nord et de l’ouest du pays. Les mollahs ont alors tempéré l’annonce en affirmant qu’il n’y avait pas de lieu de s’alarmer, la période de Norouz était marquée par des intempéries. Ils espéraient sans doute aussi que les inondations allaient empêcher le peuple de transformer la fête du feu d’avoir lieu et d’ébranler les fondements du régime !

JPEG - 88.2 ko
JPEG - 77.6 ko
JPEG - 92.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a confié son invité kazakh à son M-AE avant de voler pour Assalouyeh qui se trouve loin de Boushehr (loin de la tempête qui y était prévue) et pour visiter des sections en travaux du site Pars Sud qui est en panne de progrès et d’investissements depuis plusieurs années ! Il y a parlé de progrès de production d’essence depuis le début de sa présidence et a bien déçu tout le monde, car personne n’y croit !

JPEG - 80.7 ko
JPEG - 66.3 ko
JPEG - 45.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il a alors offert son soutien militaire à la Turquie pour une intervention armée en Syrie contre les PKK pour obtenir le soutien d’Erdogan pour ameuter les pays de l’OCI contre Trump et aussi pour rappeler le régime avait encore des capacités d’action au Moyen-Orient !

PNG - 74.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Syriens, qui avaient interdit à Erdogan d’intervenir sur leur territoire et avaient aussi demandé aux mollahs d’y agir dans le respect de leur souveraineté, ont convié le chef de QG militaire des mollahs à une réunion avec leur ministre de Défense Ayoub. Ils ont aussi ajouté les Irakiens respectueux de la souveraineté syrienne et hostiles aux mollahs à cette réunion. On a compris qu’Assad n’avait pas la capacité de déclarer la guerre aux mollahs, car contrairement à de qu’il dit et ce qui dit Poutine, il n’a pas gagné la guerre dans son pays, il doit sa victoire aux Russes. En conviant les Irakiens, il espérait utiliser leur hostilité aux mollahs pour souligner l’isolement de ces derniers et les contraindre à partir.

Cette invitation était donc une mauvaise nouvelle pour les mollahs même si elle ne signifiait pas leur expulsion de la Syrie, elle pouvait donner lieu à une remontrance devant témoins et peut-être une demande de départ ! Les députés du régime ont oublié leur complaisance de la veille avec les mollahs et se sont mis à critiquer le régime !

L’un d’eux a déployé le retour des ardoises dans les épiceries et des cahiers de comptes (ardoises) dans les ménages iraniens. Un autre dit que la chute de rial n’était pas une nouveauté, mais elle était là depuis la révolution islamique ! Un autre a dit que l’inflation était d’au moins 100% et un dernier a signalé que 83% des retraités de la milice étaient sous le seuil de la pauvreté insinuant qu’ils étaient prêts à tout contre le régime !

Ali Larijani, le chef du Parlement, a décrété la fermeture du Parlement pendant 3 semaines pour les vacances de Norouz !

Les mollahs ont annoncé l’imminence d’une lourde peine contre leurs collaborateurs corrompus et ont empêché ces gens de vendre des actions pour s’enfuir. Mais ils ont aussi augmenté leurs injections de fonds à la bourse pour profiter de cette passivité et ont augmenté l’indice boursier de +1712 points pour donner l’image d’un régime solide pour s’éviter lus de problèmes et rassurer leurs clients étrangers.

PNG - 236.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Selon des sources populaires, à ce moment, le déluge qui avait commencé a donné lieu à des crues inattendues qui ont vite envahi les terres en raison d’absence de la gestion des berges par les mollahs. De larges régions ont été couvertes de neige ou inondées parfois par une nappe d’eau allant jusqu’à 2 m d’épaisseur ! Le lac Rezayieh qui s’est asséché par la faute des ventes d’eaux des mollahs a retrouvé des niveaux dignes d’intérêt !

JPEG - 201.4 ko
JPEG - 184.6 ko
JPEG - 149.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a continué sa visite dans le sud du pays pour parler de ses succès ! Les mollahs ont craint que la situation les déstabilise et ont évoqué, par l’intermédiaire des alliés réformateurs de leur pion Rohani, la nécessité de sa déposition pour s’en servir comme fusibles et pour réhabiliter leurs réformateurs et résister à l’onde du choc de ces inondations hors du commun grâce à leurs promesses éculées de réformes.

Le chef de QG des armées des mollahs, le géneral milicien Baqeri s’est rendu en Syrie en affirmant que la réunion prévue ne pouvait se déboucher sur le départ des agents du régime de ce pays, car ils y avaient été invités, soulignant la faiblesse d’Assad et pour rassurer les gens du régime que leurs dirigeants avaient la capacité de déstabiliser la Syrie et de la Méditerranée pour assurer leur survie !

Lundi 18 mars 2019 (27 Esfand 1397), les mollahs avaient mis en avant les succès de production pétrolière annoncés par Rohani pour rassurer les leurs et intéresser leurs interlocuteurs étrangers.

JPEG - 155.7 ko
PNG - 904.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens opposants avaient décortiqué le discours de Rohani et avait démonté sa propagande en affirmant que la hausse de production de gaz dont il avait parlé était susceptible d’augmenter la production électrique du régime de seulement de 6TWH soit 1,2% !

JPEG - 171.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias de ce groupe ont aussi révélé que le nord du pays était inondé et des dizaines de milliers de gens avaient perdu leurs biens, leurs automobiles et les agriculteurs de la région avaient aussi perdu leurs récoltes et leurs bétails !

On n’a vu aucune intervention de la part des mollahs, de leur président et ses ministres, des députés ou encore des chefs miliciens ! Visiblement, ils ne voulaient pas agir ou plus exactement payer pour ses pertes et préféraient garder leurs argents pour eux-mêmes.

Les mollahs ont alors eu un autre problème. Le ministre de la Défense de la Syrie a rencontré leur agent avant d’organiser une conférence de presse pour insister sur le départ des troupes étrangères. Mais le représentant du régime a esquivé la demande en affirmant qu’il s’associait à cette demande en tant qu’allié assumé des Syriens.

JPEG - 78.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Turcs ont alors révélé la participation des mollahs au même moment à leur intervention en Syrie et mis ces derniers en danger !

On avait un régime qui avait perdu du terrain à l’étranger et était en conflit avec près de 20% des Iraniens en raison de son refus de dépenser des fonds pour les aider !

Le M-AE des mollahs est parti à Qom, officiellement pour rendre visite aux grands ayatollahs et officuesement pour éviter à réagir à cette friction annoncée avec les Syriens.

JPEG - 123.2 ko
JPEG - 82.6 ko
JPEG - 76.5 ko
JPEG - 138.7 ko
JPEG - 126.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs n’ont pas pris de risque et ont annoncé la condamnation de 3 banquiers complices pour le détournement des fonds des retraites des instituteurs à 20 ans de prison et 74 coups de fouet pour empêcher toute rupture dans ses moments difficiles.

JPEG - 39.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont aussi profité de terreur de leurs collaborateurs et le gel des ventes à la bourse pour booster l’indice de 3376 points avec seulement 906 milliards de tomans !

On avait un régime qui avait perdu du terrain à l’étranger et était en conflit avec près de 20% des Iraniens et en guerre contre ses derniers compagnons ! Rohani a terminé le dernier conseil des ministres en affirmant que le vrai ennemi de tous les Iraniens était les Américains ! Il a appelé tout le monde à lancer des anathèmes contre ces méchants Américains pour mettre fin à tous les problèmes en Iran !

JPEG - 48.4 ko
JPEG - 74.3 ko
JPEG - 131.8 ko
JPEG - 130.4 ko
JPEG - 99 ko
JPEG - 63.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’américain Hook, chargé de la gestion des sanctions anti-mollahs, a amusé les Iraniens en soulignant que ces anathèmes de Rohani n’allaient pas permettre de créer des emplois. Rohani n’a pas répondu. Aucun autre responsable du régime n’a également parlé, car personne n’avait envie de s’engager pour le régime qui ne se portait pas bien et personne n’avait envie de défendre le régime ou d’aggraver sa situation et devait payer les victimes de l’inondation ou encore déstabiliser le régime et encourager les gens de transformer dans 24 heures, la fête de feu en un brasier terrible pour le régime en solidarité avec toutes ses victimes inondées !

Washington a profité du malaise des mollahs pour programmer des visites de Pompeo à Tel-Aviv ainsi qu’à Beyrouth et au Koweït (pays où vivent des chiites proches des Anglais) pour coordonner des actions anti-mollahs entre les Israéliens et les chiites d’autres pays ! Les mollahs n’ont même pas mentionné cette tournée de peur de déstabiliser davantage leurs proches.

Mardi 19 mars 2019 (28 Esfand 1397), les mollahs allaient vivre une nuit difficile à l’occasion de la fête non islamique de Chahar-Shanbeh Souri (veillée festive de mercredi), la nuit du dernier mardi de l’année avant Norouz, nuit durant laquelle on doit allumer des feux et sauter parce dessus, car en raison de son interdiction elle est devenue une occasion de révolte et l’occasion de bruler les symboles du régime. Les mollahs, se voyant en danger, avaient consacré la une de leur média à leur amour de Norouz pour neutraliser la rage des gens ! Pour rassurer les leurs, ils affirmaient aussi que le clergé avait validé Zarif et rappelait que Rohani se disait confiant à propos de l’avenir !

JPEG - 170.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans leur média anglophone, ils avaient insisté sur l’engagement antiterroriste de leur nouveau chef du pouvoir judiciaire pour s’éviter de nouveau problème alors qu’ils venaient de fâcher sérieusement les Syriens et tous ceux qui espèrent la stabilisation de ce pays pour mettre fin à l’arrivée des migrants et la déstabilisation du bassin méditerranéen.

PNG - 714.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens opposants avaient signalé les chutes de la pluie et avaient aussi souligné que Rohani était réduit à se plaindre des États-Unis (au lieu d’agir et sauver le régime).

JPEG - 236.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

On n’a entendu aucun dirigeant, aucun chef milicien et aucun député. Tous étaient silencieux après leur déclaration d’amour aux Iraniens et aux étrangers ! Pendant cette veillée mortifère, on n’a entendu aucune menace d’arrestation à l’encontre des gens célébrant Chahar-Shanbeh Souri. On n’a entendu aucun sermon sur les dangers de brulures. Les mollahs & associés n’avaient pas les moyens d’agir et avaient peur de provoquer une nuit plus chaude !

Mais les mollahs ont augmenté leur mise de fonds quotidienne à la bourse et ont offert 1532 milliards de tomans à leurs proches malgré le fait que leur condamnation de veille avait calmé les plus paniqués. La passivité obtenue grâce à ces condamnations aidant, ils ont aussi pu relever le niveau de l’indice de 2760 points pour donner une image sereine de leur régime alors qu’ils s’attendaient au pire.

PNG - 173.1 ko
PNG - 76.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi, David Peyman, un responsable américain d’origine iranienne, a annoncé que les États-Unis surveillaient de près des déplacements des cargos pétroliers des mollahs pour empêcher toute vente illégale en pleine mer par le changement de pavillon des cargos. Peyman a dit que tout cargo se livrant à ce genre de trafic serait définitivement interdit de naviguer !

PNG - 677.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans le même, le département d’État a souligné la menace que représente les mollahs, mais a reconduit l’exemption de sanctions pour l’Irak, signalant aux mollahs que ce pays était pleinement pro-américain et qu’ils ne pourraient l’utiliser comme sortie de secours si la situation se dégradait encore !

PNG - 518.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La France a aussi rejoint mollement cette initiative en annonçant l’interdiction de vol pour la compagnie aérienne du régime Mahan, mais à partir du 1er avril, laissant entrevoir qu’en se basant sur la durée de période finale de la victoire des islamistes en 1979, elle estimait à 10 jours la durée de la contre-révolution contre ces derniers. Les mollahs n’ont pas réagi à ces mauvaises nouvelles de peur d’encourager les gens à les attaquer.

À la tombée du jour, la fête a commencé avec une facture anti-régime, car on a signalé que les femmes s’étaient dévoilées et il n’y avait eu aucune intervention répressive de la part de la milice et de simples citoyens croyants comme la loi l’autorise ! On a aussi reçu des images de gens criants des slogans hostiles au régime ou brulants les images du Guide au prétexte qu’ils manquaient de broussailles ou du bois pour entretenir leur bucher !

JPEG - 84.3 ko
JPEG - 115.6 ko



© IRAN-RESIST.ORG

L’élément le plus intéressant était l’absence de la couverture négative de cette fête et une couverture positive dans les médias du régime ! Les mollahs étaient effrayés par la mobilisation contre leur régime et la complicité de leurs proches à cette quasi-manifestation contre leur régime !

Le procureur de Téhéran s’est alors révolté et a annoncé que le régime ferait appel aux Yéménites ou des combattants de Daesh si les miliciens de base n’intervenaient pas ! Cela a bien souligné le désarroi des mollahs, car ces mercenaires ne pourraient arrêter un peuple tout entier ou encore se battre en étant incapable de parler la langue de leurs adversaires ou lire les adresses et seraient très facilement mis hors jeu par les miliciens hosties au régime !

Mercredi 20 mars 2019 (29 Esfand 1397), on était le dernier jour de l’année et aussi l’anniversaire de la nationalisation des industries pétrolières. Mais on n’a vu aucun journal après la nuit d’horreur vécue par les mollahs ! De plus, tout le monde est resté silencieux alors que selon la tradition les gens du régime devaient présenter leurs vœux au peuple !

Mais ce ne fut pas une journée dénuée d’intérêt, car l’État français a interdit et fermé en ce jour quatre organismes chiites des mollahs en France : Centre Zahra de France, Fédération Chiite de France, Parti anri Sioniste et France Marianne Télé. Les mollahs ont censuré la nouvelle et évité de répondre afin que leurs compagnons ne s’aperçoivent pas qu’ils avaient perdu un centre indispensable pour leur terrorisme et leur prosélytisme axé sur l’aide à tous les ennemis de juifs.

PNG - 83.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans la nuit de mercredi au jeudi, à 1h25, l’hiver a pris fin, le printemps a commencé sous la neige et dans le froid dans de nombreuses régions et une nouvelle année a commencé pour les Iraniens sous le signe de la terreur pour les mollahs !

JPEG - 135.6 ko
JPEG - 183 ko
JPEG - 116.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans la minute, les télévisions du régime ont diffusé des vœux de Khamenei au peuple. Sans pouvoir cacher son anxiété, il se félicitait que ce Norouz arrivait au moment de l’anniversaire d’Ali, il se félicitait de la victoire du peuple sur les « complots américains » et promettait une relance économique hors du commun au cours de l’année qui débutait. Le message était une pure propagande pour rassurer ceux du régime et leur faire oublier les mobilisations de la veille. Rohani a aussi adressé un message similaire aux Iraniens sans pouvoir cacher son anxiété !

JPEG - 76.1 ko
JPEG - 72.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Jeudi 21 mars 2019 (Norouz & 1er Farvardin 1398), on était le premier jour de l’année. Journée fériée donc pas de presse. Le régime devait remplir ses mosquées, mais elles étaient vides. Il devait aussi remplir les nombreuses mosquées et leurs parvis du gigantesque mausolée de Reza à Mashad par des dizaines de milliers de bons croyants et de ses proches pour écouter le discours annuel du Guide et ses directives pour la nouvelle année !

Mais il pleuvait et les lieux étaient vides. La ville de Mashad était aussi en état d’alterne suite à une bagarre entre un automobiliste et des policiers qui s’étaient terminés par la mort des policiers ainsi que l’automobiliste et sa femme !


© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, Pompeo est arrivé à Tel-Avivet en parallèle Trump a évoqué dans un tweet la nécessité de reconnaître la souveraineté israélienne au Golan pour sa sécurité. De nombreux États ont protesté alors que l’annonce n’avait rien d’officiel. Pour nous, Trump essayait de presser Assad d’annoncer sa rupture avec les mollahs et leur expulsion de la Syrie ou pousser les Russes à le faire, car il n’y eut pas d’autres annonces américaines plus officielles en faveur de la reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur le Golan !

Cependant, les mollahs devaient réagir, car on parlait à mots couverts de leur expulsion de la Syrie qui mettrait fin à tout risque pour la sécurité d’Israël et de la nécessité sécuritaire d’occuper le Golan. Mais les mollahs n’ont rien. Pour nous, cela était dû au fait qu’il n’y avait eu aucune mobilisation (manifestation) après cette annonce au sein du régime pour sa survie. Les mollahs ne disaient rien, car ils n’avaient pas l’appui des leurs après leurs échecs à contrer Trump et ses alliés et aussi en raison de l’hostilité affichée par le peuple !

Les Gardiens de la révolution ont fui leur devoir d’assurer la sécurité du système religieux en annonçant qu’ils étaient sur le point de libérer des miliciens qui auraient été enlevés, il y a plusieurs mois, au Baloutchistan sans expliquer comment cela avait été possible puisque les cas d’enlèvement son en fait des cas de désertions et de rupture volontaire avec le régime.

Les mollahs sont restés silencieux avant d’annoncer que des milliers de gens attendaient le discours annuel du Guide à Mashad. Leurs médias l’ont montré devant une foule immense et ont rapporté un long discours où il avait finalement dit qu’il avait déclaré la présente année comme étant celle de la Relance économique !

Mais la foule que l’on montrait était factice, car la salle était exagérément grande. Il y avait aussi des incohérences concernant les plateformes pour la presse. Enfin, comme toujours, on n’avait la même densité devant et au fond. On pouvait en conclure que le Guide du régime, qui avait gardé son air anxieux, avait été boycotté par ses proches en raison de l’isolement du régime en Iran et hors Iran et personne ne croyait à la relance évoquée promise.

JPEG - 107 ko
JPEG - 207.9 ko
JPEG - 211.9 ko
JPEG - 211.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, divers médias français et des chroniqueurs écoutés ont pris la défense de Nasrine Sotoudeh, la fausse opposante iranienne qui n’a jamais combattu les mollahs et se dit pleinement en faveur d’une République islamique en Iran et du ôrt du voile imposé par les mollahs !

Étant donné que l’actualité était ailleurs, à savoir la détresse du peuple et le boycott du régime par ses derniers compagnons, il y avait lieu à se poser des questions. Les mollahs avaient sans doute mis en oeuvre leurs réseaux pour priver les Iraniens du soutien des Francais et utiliser ces derniers pour raviver leur fausse opposition qui n’a plus de partisans en Iran.

Mais nous n’avons guère été déprimés, car l’affaire Sotoudeh a entraîné l’ouverture d’un débat au conseil onusien des droits de l’homme à propos des mollahs et a initié un projet de résolution pour sanctionner leurs violations des droits fondamentaux !

Ils se sont gardés de critiquer cette résolution, car leur fausse opposition, faussement martyrisée pour dévoyer les Iraniens et leurs attentes étaient devenus un outil pour les Étrangers de les condamner !

Le M-AE du régime Zarif a alors quitté Téhéran discrètement pour Istanbul afin d’assister à la conférence extraordinaire de l’OCI sur la tuerie antimusulmane de la Nouvelle-Zélande qui en soi était une réunion pour fuir tout débat à propos du Golan, afin de ne pas contrarier Trump. Zarif ne croyait pas pouvoir jouer un rôle lors de cette conférence et sans avoir l’espoir d’entraîner une escalade anti-occidentale et anti-Trump !

Vendredi 22 mars 2019 (02 Farvardin 1398), les mollahs devaient livrer leur analyse de la semaine et forcément insister sur les directives du Guide. La relance économique alors que leur régime n’avait plus d’allié et aussi aucun moyen de résister au peuple ou de dédommager les victimes des inondations. Sa tâche était difficile. Il a joué l’apaisement et une certaine transparence en publiant un numéro spécial de Norouz pour insister sur les promesses du Guide et aussi signaler pour la première fois les inondations du nord du pays comme si elles étaient arrivées la veille alors que les gens étaient sous l’eau depuis 5 jours !

JPEG - 158.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais cette faute avouée par les mollahs afin de se faire pardonnée pour ne pas avoir aidé les gens a été vue par les compagnons du régime comme un signe de faiblesse. Au même moment, la cote des mollahs auprès des leurs a encore baissé, car la commission des Droits de l’homme de l(ONU les a sanctionné en soutien à leur fausse opposante Sotoudeh !

Par ailleurs, Zarif n’a pu prendre en otage la conférence de l’OCI ou de former un groupe de résistance au sein de l’OCI. Les Turcs n’avaient pas apprécié le manque de constance des mollahs à propos de leur intervention en Syrie. Zarif a aussi tenté d’introduire le thème du Golan dans les débats de l’OCI, mais il n’y est pas parvenu.

JPEG - 169.2 ko
JPEG - 132.5 ko
JPEG - 92.9 ko
JPEG - 137.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs miliciens ont annoncé la libération soudaine de leurs otages dans la soirée s’exonérant du devoir de menacer les nombreux ennemis du régime pour parvenir à se sauver avant tout.

Rohani a alors rassuré les gens du régime en promettant des budgets pour intempéries avant d’annoncer un budget de seulement 20 milliards de tomans (5 millions de dollars/1,5 dollar par habitants des régions touchées !) pour les dommages provoqués par les pluies, les crues et les inondations !

Les mollahs sont alors intervenus à l’occasion du sermon de vendredi en écoquant la vision du Guide pour l’année qui commençait et aussi en critiquant les méthodes procédurières au sein du régime pour se montrer concernés sans pour autant virer Rohani !

Au début de l’après-midi, Washington a alourdi ses sanctions contre les mollahs ! Aucun des 4+1 n’a volé au secours de ces derniers. Ils ont encore simulé l’apaisement en annonçant un budget de seulement 20 milliards de tomans (5 millions de dollars) pour les dommages provoqués par les pluies, les crues et les inondations !

Zarif a clos une semaine pleine de très mauvaises surprises (embrasement, inondations, pertes de la fausse opposition) en se montrant confiant...en qualifiant sur son compte tweeter les dernières sanctions américaines de crainte d’un empire agonisant ! On a eu un slogan comme conclusion un slogan contre un raz de marée !

Cette dernière semaine de l’année (1397 du calendrier islamique iranien), l’Iran s’est embrasé et le régime a évité sa crémation en favorisant une grande inondation. Le voilà en feu (dépassé et selon l’expression "sous l’eau"), mais aussi littéralement "sous l’eau" par la faute de sa dernière invention tactique ! Il ne manque pas de riasons pour se noyer.