Accueil > Photos > Semaine 578 (09 au 16/03/19) Condamnations hors Iran et en Iran (...)



Semaine 578 (09 au 16/03/19)
Condamnations hors Iran et en Iran !

27.03.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski (sur un malicieux conseil de leur ennemi anglais Bernard Lewis), pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais (!?), car cette stratégie avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Ansarallah et les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge et le canal de Suez. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais cette dualité diplomatique ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme au Yémen, mais aussi via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs pour tous leurs méfaits. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (SPV) avec les mollahs, les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Fin 2018, les mollahs, menacés de toute part, ont tiré un missile potentiellement nucléarisable susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen.

Le mouvement anti-mollahs s’est accéléré. Les Européens ont aussi puni les mollahs en excluant le pétrole de leur dispositif à venir d’échanges démonétisés. Trump a réuni la majorité des pays européens à Varsovie afin de coordonner des actions avec Israël et les Arabes contre les mollahs ! Les mollahs ont aussi été abandonnés par leurs derniers serviteurs lors du 40e anniversaire de la révolution islamique.

La Chine a alors choisi l’Arabie Saoudite. Les Européens se sont rapprochés des Arabes à Sharm-al-Sheikh par d’importants partenariats commerciaux et en acceptant leur projet de réintégrer Assad dans la Ligue Arabe. Assad s’est rendu alors à Téhéran pour demander aux mollahs de quitter la Syrie dans le respect de sa souveraineté ! Enfin, les pays musulmans, de l’organisation de la Coopération islamique (OCI), ont rejoint les Arabes en condamnant l’ingérence terroriste et déstabilisatrice des mollahs au Moyen-Orient !

La semaine dernière (2-9 mars 2019), Washington a profité de cette conjoncture favorable pour fusionner son ambassade et son consulat (chargé de relations avec les Palestiniens) à Jérusalem dans le cadre de son plan de paix basé sur la solution de deux pays avec le partage de Jérusalem ! Les pays arabes et musulmans lui ont apporté leur soutien par leur passivité.

Les mollahs n’ont pas riposté en ordonnant une nouvelle intifada ! Leurs proches ont conclu qu’ils n’en avaient pas les moyens ou le courage. Ils ont accéléré la vente de leurs actions pour acheter des dollars et de s’enfuir avec. Les mollahs ont nommé à la tête du pouvoir judiciaire, le mollah Rayissi, un ex-procureur chargé de lutter contre la corruption (dans le cadre des luttes entre clans) pour combattre le mouvement centrifuge de leurs partenaires.

Les mollahs ont aussi sacrifié de faux opposants pour dénigrer la réalité de l’opposition et la popularité de Reza Pahlavi pour empêcher leurs proches de les rejoindre ! Mais ce dernier choix a provoqué la reprise de manifestations anti-régime dans tout le pays ! Les mollahs ont également constaté l’adhésion de leurs miliciens à la contre-révolution car le dernier jour de la semaine, plusieurs femmes se sont promenées à Téhéran sans porter de voiles et sans être attaquées !

Les mollahs ont alors déclaré la guerre à leurs proches (qui étaient prêts à changer de bord) en attribuant à ces derniers la responsabilité des graves problèmes économiques du pays !

Cette semaine (9-16 mars 2019), les mollahs espéraient rebondir en semant la zizanie à Rabat au Maroc à la réunion annuelle de l’Union Parlementaire des pays de l’OCI, union qui a été créée par leur soin en 1989 pour donner du pouvoir aux Républiques islamiques contre les monarchies arabes du golfe Persique au sein de la Ligue Arabe. En attendant, mais aussi en prévision à un nouvel échec, ils devaient intimider encore leurs proches pour éviter qu’ils les trahissent et rejoindre l’opposition qui se porte très bien et devait à nouveau s’exprimer...



Samedi 09 mars 2019 (18 Esfand 1397), les mollahs faisaient part dans leurs médias d’un procès ouvert jeudi par le nouveau chef du pouvoir judiciaire (le mollah Rayissi) contre des corrompus dusecteur pétrolier privé qui étaient en lien avec la contre-révolution ! On y parlait notamment de revenus pétroliers non déclarés par une l’épouse d’un dissident qui avait pu se rapprocher de Reza Pahlavi ! Cela sous-entendait que ce dernier était sous influence du régime et on ne devait pas le suivre sous peine d’être rapidement identifié et arrêté par le régime. Cela sous-entendait un régime très rusé et très puissant.

JPEG - 174.3 ko
PNG - 529 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais ce procès ne pouvait pas avoir eu lieu, car Rayissi avait officiellement accédé à son poste jeudi soir avant la journée non ouvrée de vendredi ! Il s’agissait donc d’un avertissement montré vendredi en prévision à de nouvelles ruptures après la manifestation des femmes dévoilées et l’absence d’une quelconque réaction hostile de la part des agents de base du régime !

Les médias dissidents par opportunisme du clan Rafsandjani faisaient docilement état de ce procès factice, car les personnes visées par ce procès étaient membres de ce clan. Les patrons de ces médias espéraient s’éviter les mêmes problèmes !

JPEG - 229 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais, il n’en allait pas de même pour les miliciens opposants de Javan, car sous le titre, Rayissi face aux pressions françaises ou anglaises, ils affirmaient que le régime s’attaquait aux effets des sanctions, car il n’avait pas les moyens de les surmonter ou les combattre !

JPEG - 176.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Le site Baztab (écho) du très opportuniste Mohsen Rezaï, premier commandant des Pasdaran et partisan d’un deal avec Washington a alors révélé que les Indiens étaient sur le point de rencontrer les Saoudiens pour finaliser leurs accords pétroliers.

Les mollahs ont montré qu’ils le savaient et avaient trouvé une riposte en recevant le M-AE de la république musulmane de l’Azerbaïdjan pour parler du corridor nord-sud (Iran-Azerbaidjan-Russie) qui intéresse les Indiens pour les dissuader de rencontrer les Saoudiens et pour acheter le soutien de l’Azerbaïdjan lors de la réunion de l’Union Parlementaire des pays de l’OCI (UPIC) à Rabat ! Ils ont aussi ouvert le dialogue avec la Bulgarie pour introduire ce projet de corridor !

JPEG - 194.4 ko
JPEG - 110.4 ko
JPEG - 95.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Chinois ont alors puni les mollahs pour cette initiative pro-Inde en cessant de payer les ouvriers iraniens de leur concession pétrolière à Masjed Soleiman pour faire allégeance aux Saoudiens et ne pas laisser les Indiens prendre leur place. Leur décision a provoqué la grève de tous les ouvriers de ce site !

PNG - 380 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais l’initiative pro-Inde des mollahs a échoué, car le M-AE de l’Azerbaïdjan est reparti sans accepter que ce soit et la Bulgarie a aussi éconduit l’envoyé du régime !

Les mollahs ont immédiatement annoncé une nouvelle séance de leur procès contre leurs proches dans le secteur pétrolier pour les menacer de saisir leurs avoirs tout en arrosant les actionnaires de ce secteur pour montrer qu’ils continueraient à rémunérer ceux qui leur restent fidèles.

JPEG - 100.6 ko
JPEG - 59.1 ko
JPEG - 56.1 ko
JPEG - 79.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La menace d’être dépossédé n’a pas suffi à empêcher les ventes d’actions et l’indice n’a pas pu s’envoler comme le souhaitaient les mollahs. Malgré 1280 milliards de tomans d’injections de fonds par les mollahs, l’indice a fini avec un micro hausse de 180 points (soit 15 fois moins que prévues).

PNG - 78.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a alors annoncé qu’il se rendrait lundi en Irak, soit à la veille de la rencontre de Rabat, pour contrer la présence américaine dans la région, pour engager les débats à Rabat sur ce thème ! Son adjoint aussi annoncé que le régime disposait assez de dollar pour toutes ses dépenses afin de calmer les paniqués et aussi intéresser des politiciens irakiens qu’il pourrait les payer en échange de leur soutien  !

Mais le site Baztab (écho) a démenti cette annonce en affirmant que les mollahs émettaient des prêts sans provisions, car leur banque de commerce du régime (Tejarat) avait fait plus de 160,000 milliards tomans ou 38 milliards de dettes cette année !

JPEG - 25.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dimanche 10 mars 2019 (19 Esfand 1397), les mollahs avaient insisté sur leur lutte contre les corrompus qui profitaient des sanctions pour diaboliser les partisans de la fuite et les empêcher de joindre les opposants au régime. Dans son média anglophone, les mollahs évoquaient de meilleures relations avec les Azéris pour prétendre que ces derniers les avaient aidés afin d’inciter d’autres pays à s’opposer aux sanctions qu’ils supportent.

JPEG - 168.3 ko
PNG - 540.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias dissidents par opportunisme affirmaient que les dollars très bon marché des mollahs avaient été accordés aux intermédiaires (spéculateurs). Ils accusaient ainsi les mollahs d’être à l’origine de la corruption qu’ils prétendent combattre. Les miliciens opposants au régime affirmaient même que la corruption était un caractéristique des dirigeants !

JPEG - 153.3 ko
JPEG - 187.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les Azéris affirmaient qu’un groupe d’hommes armés inconnus devant d’Iran avaient attaqué ses gardes-frontières. Étant donné que le régime n’a pas déploré ce malheur pour les Azéris et n’a pas annoncé des mesures pour arrêter les assaillants, nous avons supposé que l’attaque était de son fait et une riposte terroriste de plus pour punir les Azéris pour avoir refusé de l’aider !

Au même moment, les ouvriers en grève du secteur de la pétrochimie de Masjed Soleiman ont annoncé la poursuite de leur protestation ! On a aussi rapporté que la demande de poulets avait augmenté, ce qui avait entraîné un début de pénurie et une grosse hausse de prix. On pouvait supposer que la nouvelle de l’endettement du régime et son incapacité à s’approvisionner avait inquiété ses proches qui sont les seuls à avoir les moyens d’acheter du poulet.

Les députés ont aussi annoncé une loi facilitant les investissements étrangers pour aider les dirigeants dans leur propagande. Mais ils ont aussi adopté une loi interdisant l’usage de couleurs et signes distinctifs lors des prochaines élections pour les empêcher de retourner leur veste pour sauver leur peau.

Les mollahs ont fait face à la panique, l’envie de dissidence et à l’opposition des députés-voyous à tout changement en affirmant leur autorité par une troisième journée de leurs procès contre leurs collaborateurs affairistes. Ces derniers n’ont pas osé les défier. Les mollahs ont profité de cette inactivité forcée et ont massivement acheté des actions pétrochimiques pour réaffirmer leur disposition à récompenser ceux qui leur restaient fidèles.

PNG - 42.2 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi, les mollahs ont eu un très très grand malheur, car le Maroc a refoulé une partie des gens qui accompagnaient Ali Larijani pour assister à la conférence d’UPIC en affirmant qu’ils n’étaient pas des diplomates, mais des membres des services secrets du régime (venus au Maroc pour superviser les agitateurs pro-régime au Maroc). Ali Larijani, le chef du Parlement des mollahs, a menacé de quitter le Maroc si les membres de sa délégation n’étaient pas autorisés à entrer ! Les Marocains ne l’ont pas retenu. Il est rentré discrètement en Iran et sans évoquer une riposte ou une punition contre les Marocains qui lui avaient refusé l’accès à une de ses propres organisations ! Personne n’a déploré cette expulsion ! Les Irakiens, qui devaient recevoir les mollahs, ne les ont pas défendus, les Syriens non plus.

Le clergé, conscient que son représentant avait été refoulé de l’une de ses propres organisations, et l’affaire avait souligné son isolement, a annoncé l’attribution d’une médaille militaire à son Qassem Soleimani, le patron de son terrorisme, pour nier encore sa disparition et affirmer que grâce à lui il pourrait se venger contre les Marocains et aussi mettre la pression aux Irakiens (car ils détestent Soleimani) ! i>On n’a vu aucune image de cet événement. Ce qui nous a confortés dans l’idée qu’il était mort et le régime bluffait et allait sévèrement décevoir ses proches et intensifier ses problèmes.

Lundi 11 mars 2019 (20 Esfand 1397), les mollahs avaient annoncé la fin de visa pour se rendre en Iran et surtout la fin du blocus imposé par les Américains. Dans leur média anglophone, ils avaient atténué leur menace implicite de la ville via la médaille pour Soleimani en annonçant que Rohani allait insister sur leur amitié et leur pacifisme lors de sa visite en Irak ! On pouvait supposer qu’ils avaient regretté leur bellicisme par peur de nouvelles sanctions cette fois de la part de leur propre organisation, la PUIC !

JPEG - 188.3 ko
PNG - 695.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias dissidents par opportunisme avaient révélé sur l’ouverture d’un nouveau procès de Rayissi contre le frère de Rohani pour signaler l’envie de dissidence avait gagné la tête du régime et les mollahs pouvaient entrer en conflit avec leur principal agent au sein de leur régime ! Ces dissidents avaient aussi signalé la présence des cadres de la milice américaine de Blackwater à une réunion contre les mollahs pour signaler de possibles frappes contre les derniers agents régionaux du régime.

JPEG - 142.3 ko
JPEG - 137.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens opposants avaient évoqué le cas du faux opposant Zam, très proche de mollahs et sacrifié dernièrement par eux. Ils entendaient les inviter à rompre avant de subir le même sort !

JPEG - 175 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Il y avait donc une levée de boucliers de tous les mécontents du régime contre les mollahs après l’humiliation subie par ces derniers à Rabat sans qu’ils réagissent vraiment et avant une nouvelle défaite prévisible en Irak malgré tout ce qu’ils promettaient !

Les ouvriers de la zone pétrochimique du site pétrolier historique de Masjed Soleiman étaient encore en grève en raison de rupture de paiement de la part des Chinois.

À Rabat, la réunion de l’UPIC a commencé par la protestation d’un représentant du Liban, mais sans qu’il boycotte la rencontre qui devait se dérouler selon la ligne imposée par les Saoudiens !

JPEG - 378 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a quitté Téhéran en affirmant qu’il allait obtenir la levée de visa pour les gens du régime (donc, leur obtenir la possibilité de fuir l’Iran via l’Irak et s’y réfugier éventuellement), mais aussi atteindre les 20 milliards de dollars d’échange avec les Irakiens pour casser le blocus américain et faire sauter leur coalition contre le régime !

JPEG - 65 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais, il n’a rien obtenu lors de sa rencontre une heure plus tard avec le président kurde d’Irak. Ce dernier a refusé la levée de visas et a refusé d’ouvrir les postes-frontière que ces prédécesseurs avaient fermés. Il a aussi refusé les contrats destinés à ridiculiser Trump et ses associés arabes en signant seulement 5 mémorandums d’accord informels sur le développement des relations avec les mollahs. Il a enfin poliment validé les accusations contre les mollahs en les invitant de ne pas agir contre les intérêts du Moyen-Orient.

JPEG - 133.5 ko
JPEG - 119.4 ko
JPEG - 106.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Lors de la conférence de presse qui a suivi, Rohani a tenté de gagner l’opinion irakienne en insistant sur la possibilité d’une coalition entre les deux pays pour devenir une grande puissance régionale ! Son homologue irakien a rejeté cette option en invitant les mollahs de ne pas agir contre les intérêts du Moyen-Orient, validant implicitement les accusations contre eux. Mais il a aussitôt limité la couverture médiatique accordée au représentant des mollahs pour les empêcher de faire leur propagande.

JPEG - 100.5 ko
JPEG - 102.6 ko
JPEG - 44.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont profité de la discrétion des médias irakiens pour cacher leur défaite et duper les Iraniens en affirmant que leur champion, Rohani, était en négociation avec son homologue irakien et en réunion avec les membres de son gouvernement pour finaliser de très bons contrats ! Ils ont aussi nié leur échec en maintenant Rohani sur place pour la durée de 3 jours prévue pour sa visite en prétendant qu’il allait rencontrer pendant les très nombreux amis irakiens du régime et ont insisté sur une victoire sans appel en annonçant qu’il allait être reçu par l’Ayatollah Sistani, la plus grande source d’imitation des chiites, connu pour son hostilité au régime !

Ils ont aussi investi beaucoup plus que d’habitude en bourse pour insinuer qu’ils avaient gagné des contrats dans la matinée et faire sauter le blocus américain ! L’indice boursier, l’indice de confiance en l’avenir du régime, a décollé suite à cette propagande très poussive et sans scrupule ! Il a fait un bond de 2861 points après 2900 milliards de tomans d’injections dans les poches de collaborateurs agités.

PNG - 37.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont alors fait état de nombreux messages de soutien à leur super terroriste, Soleimani, et à leur nouveau chef su pouvoir judiciaire, Rayissi, pour affirmer qu’ils avaient regagné des soutiens au sein de leur régime !

Les députés ont aidé les mollahs à affirmer leur autorité en annonçant une loi pour diviser la région agitée d’Ispahan !

Les mollahs eux-mêmes ont continué leur propagande irakienne en annonçant que Rohani avait consolidé leur position en Irak lors de sa rencontre avec les députés et les patrons irakiens et qu’il allait continuer dans sa lancée en rencontrant les ex-pions chiites du régime en Irak !

Mardi 12 mars 2019 (21 Esfand 1397), les mollahs avaient continué à nier leur défaite en insinuant que Rohani avait réussi à s’imposer aux Irakiens l’idée d’une coalition chiite anti-américaine et que personne ne pouvait plus empêcher les relations commerciales avec l’Irak ! Dans leur média anglophone, ils avaient mis en avant leur épouvantail (Soleimani) pour donner du poids à leur coalition (imaginaire) ! On avait donc un régime axé pleinement sur le bluff pour nier ses défaites à Rabat puis à Bagdad !

JPEG - 236.2 ko
PNG - 742.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias dissidents par opportunisme avaient révélé que certains responsables avaient exporté les tonnes de viandes achetées et importés en Iran pour se remplir les poches et financer leur fuite, car ils ne croyaient plus à la viabilité du régime ! Les miliciens opposants de Javan avaient signalé que l’on pouvait trouver des cours online pour fabriquer des bombes artisanales !

JPEG - 132.7 ko
JPEG - 212.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs se sont tournés vers les tribus chiites irakiennes, mais n’ont pas obtenu leur soutien pour obtenir des visas et des dollars des dirigeants irakiens !

JPEG - 65.9 ko
JPEG - 113.1 ko
JPEG - 92.4 ko
JPEG - 87.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, le responsable d’Instex qui était arrivé la veille pour finaliser ce dispositif de troc entre les mollahs et leurs principaux fournisseurs européens ont tout fait pour retarder ce canal et ainsi mieux démoraliser les mollahs et leurs compagnons afin de les pousser à s’affronter !

PNG - 409.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont encore choisi le bluff en réunissant leur assemblée sénatoriale des Experts et en nommant leur nouveau cerbère Rayissi comme le n°2, lui offrant la capacité de faire ce qu’il voudrait !

JPEG - 167.2 ko
JPEG - 113 ko
JPEG - 53.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont aussi continué le bluff irakien en annonçant la distribution de nouveaux bénéfices pétroliers sous forme d’obligations immédiatement lucratives ! Puis ils ont injecté 1143 milliards de tomans vers les plus riches pour les rassurer que tout allait bien pour Rohani en Irak !

PNG - 161.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont enfin continué le bluff en affirmant que Rohani allait rencontrer l’ayatollah Sistani qui a souvent critiqué et attaqué le régime, laissant supposer qu’il avait accepté de cesser son hostilité au régime ! Mais Sistani a refusé. Rohani n’a pas protesté et s’est rendu en pèlerinage sur les lieux saints irakiens et a insisté et obtenu une rencontre avec Sistani mercredi. Aucune foule n’était là pour le saluer. Il a même accéléré le pas quand il pouvait rencontrer des Irakiens !

JPEG - 89.6 ko
JPEG - 139.3 ko
JPEG - 124.8 ko
JPEG - 69.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, Trump a signé le décret sur l’état d’urgence avec le régime le conduisant pour un an toutes les sanctions contre le régime. Personne n’a défendu les mollahs. Ils n’ont pas protesté pour cacher l’info à leurs proches et s’éviter une grosse panique ingérable.

Ils ont aussi tenté une diversion en offrant un gilet jaune au nouvel ambassadeur français à Téhéran qui est un ancien ambassadeur français auprès de l’AIEA et a été nommé à ce poste pour conseiller Macron sur le respect de l’accord de Vienne par les mollahs ! Les Français n’ont pas répondu à la provocation des mollahs et les ont privés de la capacité de détourner l’attention de leurs proches.

Mercredi 13 mars 2019 (22 Esfand 1397), les mollahs affirmaient qu’ils avaient créé une superpuissance chiite pour tenir face à Washington !

JPEG - 245.5 ko
PNG - 691.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias dissidents par opportunisme et les opposants avaient repris les annonces triomphales de Rohani pour démontrer qu’elles étaient de slogans, car il n’y avait aucun contrat en vue.

JPEG - 136.8 ko
JPEG - 183 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont alors annoncé que Zarif avait chaleureusement reçu Rohani, son M-AE Zarif et le porte-parole de son gouvernement Vaezi ! Mais on n’a pas vu les images de cette rencontre. En revanche, le régime a affirmé que Rohani avait aussi rencontré 3 autres ayatollahs irakiens pour relativiser la rencontre avec Sistani et détourner les attentions de ce que ce dernier leur avait dit et ne pouvait pas être répété !

Les mollahs ont alors prédit, via le secrétaire de leur conseil de sécurité, la défaite de Trump au cours de la prochaine année iranienne (débutant le 21 mars), insinuant que ces ayatollahs avaient promis de les aider !

JPEG - 25.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Leur assemblée des Experts s’est félicitée ! Les gens du régime ont aimé et l’indice boursier a fait un bond (+1696 points) grâce à 1206 milliards de tomans  !

PNG - 40 ko

© IRAN-RESIST.ORG

L’administration Trump a alors insisté sur les violations des droits de l’homme par les mollahs ainsi que leurs projets pour déstabiliser pour contrer les plans de paix au Moyen-Orient pour encourager les pays membres à sanctionner les mollahs.

Les Israéliens ont annoncé l’existence d’une usine secrète de production de missiles en Syrie pour aider Assad à virer les mollahs avec l’aide de l’ONU. Les mollahs ont riposté en affirmant qu’ils étaient parvenus à une unité infaillible avec les Irakiens, insinuant que Sistani était à présent à leur côté. Assad, conscient de la puissance d’une telle coalition, n’a rien fait. Les mollahs ont continué leur bluff en répétant via Rohani que rien ne pouvait empêcher leur unité avec les Irakiens !

PNG - 1.5 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Jeudi 14 mars 2019 (23 Esfand 1397), les mollahs affirmaient que Sistani les avait pris dans ses bras.

JPEG - 147.5 ko
PNG - 522.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais la photo nous a semblée suspecte ! Il y avait une ombre suspecte et les lignes de la perspective des dossiers des sièges de Sistani ne se joignaient pas. Pour nous, la photo était contrefaite, ce qui signifiait que les représentants de mollahs n’avaient pas été autorisés à s’asseoir devant Sistani et ce dernier les avait traités avec mépris !

JPEG - 403.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens opposants avaient contré cette propagande en consacrant un dossier aux problèmes économiques du régime pour montrer qu’il était toujours en danger.

JPEG - 176.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Un important gazoduc iranien reliant le port pétrolier d’Ahwaz au centre du pays (Ispahan) a explosé alors. La déflagration a fait fondre deux autos et a tué 5 personnes. On pouvait supposer une punition de la part des chiites irakiens. Les mollahs ont affirmé qu’il ne s’agissait pas d’un attentat, mais que l’explosion était due à la vétusté des équipements, ce qui n’était également guère rassurant ! Cependant, l’absence de mesure punitive pour les exploitants de ce tube a bien démontré qu’il ne s’agissait pas d’un problème matériel.

JPEG - 167 ko
JPEG - 86.3 ko
JPEG - 70.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont aussi confirmé la thèse de l’attentat en annonçant qu’ils avaient lancé et réussi au même moment la plus grande manœuvre de drones bombardiers, menaçant implicitement les Irakiens qui sont les seuls menacés par les drones du régime en raison de leur faible portée due au fait que le régime n’a pas de satellite militaire. Mais on n’a pas une seule image de cette manœuvre, ce qui signifiait qu’il s’agissait d’un bluff pour intimider les Irakiens !

Le clergé a aussi confirmé la thèse de l’attentat, car Khamernei a aussi reçu les membres de l’assemblée des Experts en leur recommandant une mobilisation maximale pour répondre au danger qui était désormais maximal (en référence aux Irakiens, mais aussi les autres pays musulmans qui devaient délivrer leurs directives à Rabat selon les attentes saoudiennes).

JPEG - 129.4 ko
JPEG - 103 ko
JPEG - 108.3 ko
JPEG - 80.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi, l’UPIC a insisté sur le caractère islamique de Jérusalem-Est, rejetant de facto l’option des mollahs sur la totalité de cette ville et acceptant de facto la solution de deux États défendue par l’administration Trump. L’UPIC a aussi pris position contre les colonisations qui sont aussi rejetées par Trump !

PDF - 285 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont d’abord annoncé le retour de Renault en Iran pour signifier qu’ils allaient bien avant d’expliquer ce retour par leur victoire à Rabat et en rédigeant une déclaration contrefaite où les pays membres avaient rejeté toute paix avec Israël en refusant même d’inclure son nom dans leur résolution et l’avaient désigné comme l’entité sioniste !

Puis, leur M-AE a accordé un entretien à la BBC pour parler encore de la victoire du régime en Irak pour faire oublier Rabat et aussi l’annonce du retour de Renault. On pouvait dire que les mollahs avaient opté pour une cascade de bonnes nouvelles sans aucun vrai fil conducteur pour rassurer les leurs sans leur laisser la possibilité d’analyser ce qui était promis !

Vendredi 15 mars 2019 (24 Esfand 1397), la journée a commencé par l’attentat contre les 2 mosquées à New Zélande ! Il n’y eut aucune mobilisation de solidarité avec les victimes et leurs familles en Iran ! Les mollahs ont zappé l’info de l’attentat, car ils ne pouvaient rien organiser et profiter pour se mettre en avant et l’absence de compassion pour les victimes soulignait que les Iraniens ne se considéraient pas comme des musulmans !

Les mollahs devient aussi dresser le bilan de la semaine lors de leur sermon de vendredi et donner de bonnes directives à leurs compagnons pour les convaincre de les suivre. Ils ont nié le rejet de l’islam et donc de leur pouvoir en commençant leur sermon en affirmant frauduleusement qu’ils avaient bénéficié d’une belle mobilisation pour le 40e anniversaire de la révolution islamique !

JPEG - 73.8 ko
JPEG - 59.5 ko
JPEG - 101.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans ce sermon, les mollahs ont aussi promis de partager le pouvoir avec les jeunes sans préciser comment et ont terminé par des menaces contre leurs corrompus (c’est-à-dire les proches qui souhaitent les quitter). Ils avaient fait de même la semaine précédente sans vraiment réussir à calmer l’envie de rupture de ces derniers. Leur sermon fait de mensonges, de fausses promesses et de menaces était la preuve qu’ils n’avaient guère pu consolider leur régime agonisant. Le contraire nous aurait étonnés, car aucun tyran ne peut se maintenir en menaçant ceux qui sont censés le protéger.

Personne n’a applaudi ce sermon ! Zarif, le M-AE des mollahs, a alors accusé les Occidentaux d’être tous des assassins en affirmant que la BBC n’avait pas qualifié l’attentat du terrorisme ! Mais ces propos hallucinants n’ont pas provoqué une polémique anti-occidentale dans le monde musulman et les mollahs n’ont pas engendré une crise pour s’allier des habitants des pays musulmans. Zarif a alors appelé Erdogan, qui est en conflit avec les Occidentaux, pour monter ensemble une réunion extraordinaire au sein de l’OCI pour accuser les Occidentaux, mais on n’a rien vu et on a supposé que ce dernier avait manqué de poids pour y parvenir.

Les mollahs ont fini la semaine, seuls et isolés, après avoir été rejetés par leurs frères chiites d’Irak et humiliés à de nombreuses reprises par tous les États musulmans et aussi par les Iraniens. Les voilà condamnés par tous, condamnés à manipuler interlocuteurs étrangers, condamnés à perdre leurs collaborateurs et les menacer de les pendre pour les tenir en respect, condamnés à accentuer leur isolement en Iran et hors Iran !

JPEG - 79.9 ko