Accueil > Photos > Semaine 574 (09-16/02/19) Comme une poubelle en feu !



Semaine 574 (09-16/02/19)
Comme une poubelle en feu !

28.02.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski (sur un malicieux conseil de leur ennemi anglais Bernard Lewis), pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais (!?), car cette stratégie avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Ansarallah et les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge et le canal de Suez. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais cette dualité diplomatique ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme au Yémen, mais aussi via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs pour tous leurs méfaits. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (SPV) avec les mollahs, les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Les mollahs menacés de toute part ont tiré un missile potentiellement nucléarisable susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen. Ce choix a surtout décidé les pays concernés notamment les grandes puissances à adopter une attitude plus ferme à propos des mollahs, leurs missiles aux objectifs terroristes. Ils ont mis fin à la guerre au Yémen et en Syrie pour obliger les mollahs à quitter ces pays. Les Européens ont aussi puni les mollahs en excluant le pétrole de leur dispositif à venir d’échanges démonétisés. Le prince Reza Pahlavi qui a le soutien du peuple iranien a pu enfin accéder à quelques médias américains.

Les mollahs, certains qu’ils étaient perdus, ont relancé leur fausse opposition avec de soi-disant étudiants se disant partisans des ouvriers grévistes en lutte contre le régime. Mais ils n’ont pas réussi à duper ces derniers ! La neige a aussi perturbé l’usage des images d’archives pour promouvoir leur pion et a aussi aggravé les pénuries existantes. Ils ont tenté de rebondir en perturbant les négociations de paix entre les responsables afghans et les talibans ! Ils ont échoué. Ils ont repris leurs diverses menaces contre Israël. Une frappe punitive israélienne a tué le commandant de leurs actions terroristes dans le Moyen-Orient !

Enfin de compte, les mollahs ont affirmé leur intérêt pour la tactique du terrorisme et faux semblant de Rafsandjani ou en démarchant leurs voisins pour mettre la pression aux Européens. Ils ont davantage fâché tout le monde. Les Européens les ont même punis en les sanctionnant pour leur terrorisme. Trump a profité de l’occasion pour demander une réunion extraordinaire mondiale à Varsovie avec principalement les pays de la Ligue Arabe victime du terrorisme des mollahs pour former une coalition pour les reverser !

Les autres grandes puissances ont validé cette option en refusant de reprendre leurs échanges commerciaux avec les mollahs, mais ils ont émis des doutes sur la tenue de cette conférence tout en choyant les Arabes pour les encourager sans que Trump soit déclaré l’unique champion de du nouveau Moyen-Orient sans les mollahs.

Cette semaine, les mollahs devaient célébrer le 40e anniversaire de la révolution islamique et vraisemblablement vivre un boycott cuisant, puis assister au rassemblement de leurs ennemis à Varsovie et sans doute à d’autres attaques des Européens qui cherchent à prendre en charge leur mise à mort pour compenser leur déclin naturel.



Samedi 9 février 2019 (20 Bahman 1397), les mollahs étaient à deux jours d’une grande défaite humiliante.Mais ce samedi était une journée fériée en raison de la commémoration de la mort en martyr de Fatemeh Zahra, la fille de Mahomet, ils pouvaient donc se taire et aussi être à l’abri des crises internes notamment un nouvel effondrement boursier, mais ils n’étaient pas totalement épargnés, car il n’y avait aucune mobilisation pour pleurer la soi-disant martyre de Fatemeh Zahra. Après un moment de vide, ils ont annoncé des millions de gens à Mashad, mais sur les photos, il y avait au mieux deux ou trois cents personnes soit 1% des employés du clergé dans cette ville, car elle abrite non seulement la plus grande mosquée du monde, mais aussi normale 1000 mosquées dont chacun a au moins 3 employés !

JPEG - 201.2 ko
JPEG - 150.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les photos étant en plus truquées, il y avait probablement une centaine de personnes à Mashad, donc bien moins que 1% des gens au service du régime dans cette ville et par extension, d’autres villes religieuses ayant boycotté l’évènement, en particulier Qom où vivent près de 80,000 mollahs et Téhéran ou vivent tous les responsables du régime ; on avait là une mobilisation de 0,01% des serviteurs très peu importants du régime pour le défendre !

Les mollahs ainsi désavoués à 1000% par leurs serviteurs, qui ne veulent plus s’afficher en leur faveur, ont nié cet échec en se focalisant sur des appels à la mobilisation pour la commémoration de la révolution islamique le lundi 11 février.

Ils ont aussi cherché à provoquer une crise internationale susceptible d’intimider leurs adversaires en affirmant que l’on verrait alors tous leurs missiles à tous les coins de rue et que ce 40e anniversaire de leur arrivée au pouvoir serait une fête de leur puissance balistique ! Mais preuve de plus de leur effondrement, il n’y avait aucune décoration dans les rues pour la célébration à venir, ce qui signifiait qu’ils avaient peur qu’elles soient déchirées ou couvertes de slogans hostiles au régime !

L’agence Fars (des miliciens en rupture avec le régime) a alors encouragé la rébellion en publiant un article de fond révélant que la CIA avait planifié la révolution islamique contre le shah en 1976.

L’agence Fars a aussi révélé que son fils, Reza Pahlavi, (que les Iraniens voient comme le leader de leur rébellion) avait été reçu la semaine dernière par un sénateur proche de Trump et que ce dernier l’avait accepté comme le leader de l’opposition et qu’il n’était pas dupé par les faux opposants made in régime et les Moudjahidines très actifs avec le soutien des gens comme Giuliani.

L’agence Fars a enfin annoncé que Tony Blair avait appuyé le sommet de Varsovie, insinuant que les Anglais, qui ont longtemps été les parrains du régime, avaient d’abord encouragé les autres européens à ne pas y aller à Varsovie, pour y aller eux-mêmes et en l’absence de leurs ex-alliés y jouaient un grand rôle en raison de leur connaissance du régime et ses secrets.

Les mollahs dépités par ces révélations notamment cette dernière évoquant l’adhésion de leur mentor au projet de leur mise à mort, ont tenté de rassurer leurs plus proches collaborateurs (qui sont devenus très instables) en leur affirmant que leur M-AE Zarif allait se rendre au Liban avec une importante délégation commerciale pour leur permettre de trouver des partenaires pour sauver le régime ou trouver un lieu d’exil pour leurs magots.

Ali Larijani, qui espère prendre le pouvoir dans ces moments difficiles pour accéder au trésor du régime avant son effondrement, a annoncé qu’il se rendrait avec une autre délégation commerciale au Japon ! Ce pays n’étant pas un havre de paix financier comme le monde l’affaire Ghosn, on a conclu que les mollahs étaient désespérés au point de se livrer aux plus impitoyables seigneurs financiers dans l’espoir de trouver un lieu où se sauver !

Dimanche 10 février 2019 (21 Bahman 1397), les mollahs avaient été humiliés par la mobilisation infinitésimale pour le martyr de Fatemeh Zahra et étaient à 1 jour d’une nouvelle humiliation à l’occasion du 40e anniversaire de leur accès au pouvoir. On n’a vu aucun journal dans les kiosques ! Les mollahs s’étaient mis au vert et avaient imposé le silence à leurs serviteurs pour éviter d’avoir des titres critiques dans les médias dissidents.

Les Saoudiens ont annoncé qu’ils s’étaient donné la mission de discuter avec les 70 pays invités à Varsovie et mettre au point 6 comités pour 6 types de sanctions contre les mollahs. On pouvait supposer qu’ils seraient chargés des sanctions économiques, des sanctions financières et bancaires, des embargos militaires, de la contention médiatique des lobbyistes du régime, de l’information sur les méfaits du régime et enfin relative au soutien à l’opposition en Iran et hors Iran.

Les dissidents ont alors révélé que les Moudjahidines du peuple s’étaient installés avec leur chef Mariam Rajavi et Rudy Giuliani non loin du lieu du sommet à Varsovie dans l’espoir d’y être invités, mais qu’ils n’y étaient pas encore, insinuant que ces gens étaient hors concours et les amis de Trump ne les considéraient pas comme des interlocuteurs fiables contrairement au prince Reza Pahlavi.

Les mollahs ont injecté près de 500 milliards de tomans dans les poches de leurs collaborateurs financiers via la bourse Téhéran et ont mis l’accent sur des appels à la mobilisation en attendant de bonnes nouvelles de Zarif qui était arrivé à Beyrouth avec un message de solidarité pour tous les responsables libanais en espérant qu’ils lui apportent leur soutien et sortent le régime de son isolement.

Mais les gens du régime n’ont rien vu de tel en milieu de la matinée. Il n’y avait aucun message de soutien ou même de retour poli au message de Zarif. Les amis paniqués du régime ont conclu que la mission avait été un échec malgré l’intérêt financier pour les Libanais de récolter des dizaines de milliards de dollars des mollahs ripoux dans leurs banques ! Les gens du régime se sont mis à vendre. Les mollahs niant leur échec ont refusé d’acheter et l’indice a perdu la hausse artificielle provoquée par l’injection de fonds à l’ouverture et il est tombé d’un peu plus bas que la semaine dernière.

PNG - 333.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont évité plus de pertes (que 643 milliards de tomans) et une plus forte baisse de l’indice (– 67 points) en bloquant les ventes d’actions des 20 plus grandes entreprises du régime avant d’affirmer que les verdicts pour des détournements via la banque Sarmayeh étaient déjà rendus depuis la semaine dernière et devaient être annoncés sous peu. Les mollahs espéraient aussi ainsi forcer ses serviteurs à se mobiliser pour la commémoration du 40e anniversaire de la révolution islamique.

Au cours de l’après-midi, après cette menace adressée par les mollahs à leurs proches, tous les ténors du régime ont lancé des appels à la mobilisation pour se disculper et éviter les verdicts punitifs des mollahs. Ces derniers ont profité de ce consensus feint pour annoncer un grand message du Guide au peuple et donner l’image qu’ils n’avaient pas en conflit avec les collaborateurs et restaient leurs chefs !

Puis ils ont fini la journée en annonçant un beau succès pour Zarif pour booster encore leurs associés de plus en plus dissociés, mais en l’absence de détails sur ces soi-disant succès, ils ont certainement contribué à les faire douter et les convaincre à rester chez eux !

Lundi 11 février 2019 (22 Bahman1397), les mollahs devaient mobiliser pour le 40e anniversaire de la révolution islamique pour s’éviter de nouvelles crises. Il ne faisait pas beau. Il devait même pleuvoir pendant la marche à Téhéran et d’autres villes (ce qui est rare en hiver en Iran où il fait un froid sec). Bien que les prévisions l’aient dit depuis quelques jours, c’était une bien mauvaise nouvelle, car le régime ne pouvait pas utiliser des images d’archives des jours secs et froids avec des rues sèches !

PNG - 705.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont annoncé une mobilisation hors du commun avec des jeunes, des vétérans, des juifs et leurs proches sans pourtant montrer des images. Les premières photos ont été publiées une heure et demi après ces annonces et on y voyait très peu de personnes !

PNG - 1.1 Mo
PNG - 1.1 Mo
JPEG - 103.8 ko
JPEG - 113.2 ko
JPEG - 89.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Vers 10h30, on a vu une seconde vague d’images avec un peu plus de monde avec des gens immobiles et plutôt secs dont des VIP très secs sur un sol mouillé, ce qui signifiait qu’il s’agissait d’un passage éclair des gens du régime dans la rue pour simuler une mobilisation alors que les circonstances ne s’y prêtaient pas.

JPEG - 270.4 ko
JPEG - 264.5 ko
JPEG - 426.6 ko
JPEG - 399.7 ko
JPEG - 279.2 ko
JPEG - 120.9 ko
JPEG - 99.6 ko
JPEG - 113.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani est arrivé à 10h45 dans la rue et après un passage similaire, il est allé à la tribune pour parler. Sur les photos prises au niveau du sol, nous n’avons pas alors vu les gens dont le régime affirmait la présence sur les vues aériennes ! Les soldats avec des casquettes vertes, blanches ou rouges et placés à gauche de la tribune faisaient partie de ses gens présents sur les vues aériennes, mais pas au sol ! Les journalistes placés en face de lui aussi. La foule présente en face lui aussi. Enfin, une tour de journaliste présente sur la photo au sol n’était pas sur la photo aérienne et the last but not the least, on n’avait pas de vidéo faisant été des applaudissements de la foule (étant donné qu’elle n’existait pas !

PNG - 869 ko
JPEG - 175.3 ko
JPEG - 71.9 ko
JPEG - 135.2 ko
JPEG - 198.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani, visiblement en colère par ce boycott et le fait de devoir défendre un régime condamné, a fait un long sermon sur l’utilité de la révolution islamique en accusant les Pahlavi de toute sorte de méfaits ! Puis il a fait un sermon sur les succès du régime et sa puissance pour démoraliser ses opposants. Il a aussi provoqué les Occidentaux et a menacé les ennemis du régime en affirmant qu’il ne demanderait aucune permission à personne pour le développement de ses missiles !

Mais il a aussi dit que le changement ne se ferait pas dans la rue (par des manifestations hostiles au régime), mais par les urnes, laissant la porte ouverte à un référendum pour changer de régime ! Ceci étant la demande de Reza Pahlavi et de l’ensemble des gens qui le respectent, il a en fait fait tout son possible pour aider le régime tout en prévoyant son échec et une sortie honorable pour lui-même et ses patrons. On était loin de l’esprit offensif de la révolution à ses débuts voire même il y a 6 ans sous Ahmadinejad !

Personne n’a réagi à ces propos poussifs de Rohani, car il n’avait proposé aucune perspective pour l’avenir et avait même laissé entendre qu’il pouvait valider le processus pour le démantèlement du régime !

Les médias étrangers notamment l’AFP qui depuis des années répétaient les mensonges du régime sur la mobilisation pour cette manifestation ont cette fois reconnu que la mobilisation avait été très faible !

Les mollahs ont zappé le discours sans envergure de leur président et la perte déprimante du soutien implicite de l’AFP, en s’inventant de la mobilisation avec de nouvelles vagues d’images fabriquées péniblement et sans scrupule sur leurs ordinateurs.

JPEG - 182.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils ont aussi annoncé de nouveaux succès pour leur M-AE Zarif alors qu’il avait cumulé les rencontres sans avoir eu le moindre contrat, sans signer le moindre accord de principe ou sans même avoir récolté des messages amicaux pour le 40e anniversaire de la révolution islamique !

PNG - 422.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mardi 12 février 2019 (23 Bahman1397), les mollahs avaient continué leur fuite en avant dans le dénie de leur déclin puisqu’ils affirmaient avoir bénéficié d’une gigantesque mobilisation pour le 40e anniversaire de la révolution islamique et qu’ils étaient à présent au début de 5e décennie de pouvoir ! C’était aussi une manière de zapper l’humiliante gamelle de Zarif à Beyrouth ! Par ailleurs, dans leur journal en anglais, ils avaient utilisé une image moins avantageuse sous le titre « Against all odds » (contre toute attente), pour s’affirmer avec une certaine fausse modestie afin que l’on ne remette pas encore en cause la mobilisation qu’ils s’étaient inventée.

JPEG - 216.6 ko
PNG - 985.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après le boycott humiliant de la veille et les commentaires de la presse étrangère, les mollahs avaient enfin peur de l’opinion de leurs ennemis étrangers. Ils devaient se sentir vulnérables après le boycott et par leur modestie, ils voulaient relativiser la situation pour que leurs ennemis n’en profitent pas !

Mais les miliciens franchement dissidents du régime avaient publié une des photos fakes de la veille sous le titre évocateur de " l’image de la révolution à l’aube de sa 41e année ", pour dire que le régime était loin d’être à l’aube d’une 5e décennie au pouvoir.

JPEG - 272.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Libanais avaient aussi révélé que l’objectif des mollahs étaient de faire du business avec la monnaie nationale de ce pays ce qui signifiait que les mollahs avaient accepté d’échanger leur dollar contre la livre libanaise (LBP) ce qui aurait eu comme effet de renforcer cette monnaie, mais les responsables libanais avaient quand même refusé de peur d’aider un régime fini et couleur avec lui !

PNG - 391.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Anglais avaient officiellement annoncé la présence de leur M-AE (Hunt) à Varsovie pour le sommet anti-mollahs qui devait avoir lieu le lendemain ! Les Allemands avaient annoncé la présence du n°2 de leur diplomatie. Les Français qui avaient annoncé une présence moins prestigieuse s’étaient isolés par leur faute et de fait, ils pouvaient se montrer agressifs avec les mollahs pour défendre leurs intérêts !

Bref, ce lendemain de la défaite du régime chez lui et au Liban n’était pas terrible pour les mollahs ! Ces derniers et leurs proches se sont lancés dans des auto-congratulations sans fin pour la soi-disant mobilisation en leur faveur !

Les barbouzes promus députés qui cherchent désespérément l’accès aux dollars du régime pour pouvoir aussi fuir le pays à la chute du régime ont participé à cet onanisme propagandiste, mais ils ont aussi renoué avec le chantage en promettant d’étudier le budget qu’ils ont déjà étudié et accepté ! Ils ont aussi fustigé la corruption ambiante (des mollahs et des chefs Pasdaran) sans citer de noms pour pouvoir les intimider tous tout en ayant la possibilité d’arrêter après avoir obtenu une part du trésor convoité !

La bourse a chuté. Malgré 17% plus de fonds qu’engagés la veille 766 milliards de tomans, l’indice a baissé de 695 points ce qui signifiait un nombre plus important voire même 0 fois plus d’actions mises en vente !

JPEG - 61 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran ont annoncé un nouveau sous-marin dans moins d’une semaine pour menacer les pays arabes, mais l’opération n’a pas été un succès. Ils ont alors menacé les leurs (qui les avaient boycottés la veille et mis en danger ce matin) en leur disant que la promesse de salaires en avance (proposée avant le 11 février) n’était pas vraie et qu’ils n’auraient rien de plus en avance !

Les mollahs eux-mêmes ont aussi tenté de provoquer une crise déstabilisant la région en organisant une conférence avec les ambassadeurs étrangers pour évoquer les succès de 40 ans de leur diplomatie (terroriste). Peu d’ambassadeurs se sont rendus à la conférence à la veille du sommet anti-mollahs. Très énervé par ce manque d’intérêt pour le régime, Zarif a vivement interpellé le peu de gens présents leur ordonnant d’aller informer les dirigeants de leur pays que la République islamique avait toujours réussi ses objectifs et qu’il allait en être de même pour les années à venir en raison du soutien populaire exprimé la veille !

JPEG - 43.4 ko
JPEG - 28.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les Occidentaux n’ont guère été intimidés, car la diplomatie du régime a toujours eu des succès grâce à leur complaisance et ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les mollahs dépités par cet humiliant nouvel échec ont annoncé la présence de Rohani à la réunion prévue depuis longtemps par Poutine à Sotchi à propos de la Syrie, laissant entrevoir la possibilité de peser en refusant les solutions de paix complémentaires des Russes et Américains dans ce pays.

Poutine, conscient de la fourberie des mollahs, a expressément invité leur chef d’État major (le milicien Baqeri) à Sotchi pour bien leur préciser que les hommes du régime devaient agir selon ses prérogatives pour la pacification rapide de la Syrie !

Trump, ravi par l’attitude hostile de son ami Poutine vis-à-vis des mollahs, leur a promis un avenir sombre en tweetant que le sommet de Varsovie allait chercher des moyens pour mettre fin à 40 ans de terrorisme, de corruption et de répression !

Mercredi 13 février 2019 (24 Bahman 1397), les mollahs avaient continué à nier leurs problèmes en mettant en avant le discours de la veille de Zarif lors de sa conférence sur leurs succès diplomatiques, prétendant que cette initiative ratée était supérieure au sommet hostile qui allait réunir 70 pays majeurs à Varsovie pour les renverser !

JPEG - 185.6 ko
PNG - 672.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents avaient annoncé que le régime était plus endetté que jamais pour agiter ses collaborateurs paniqués. Ils avaient aussi signalé la présence des Anglais à Varsovie pour signifier que le régime avait perdu un allié de poids et aussi les milliards de dollars déposés dans les banques anglaises et des pays du Commonwealth et les ex-pays colonisés par les Anglais comme les Malaisiens qui restent implicitement leurs alliés !

JPEG - 148.2 ko
JPEG - 172.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les opposants aux mollahs et à leur république ont profité des alliances à leur encontre, car le syndicat libre des instituteurs qui par leur nombre ont la plus grande capacité de paralyser le régime a appelé à une grève générale dans 24 heures dans l’espoir d’amplifier le message de Varsovie !

Le sommet de Varsovie a commencé comme prévu avec les invités prévus par un discours de Pompeo insistant sur l’impossibilité d’un Moyen-Orient en paix avec les mollahs et leur régime ! Personne n’a quitté le sommet. Les mollahs avaient de quoi s’inquiéter !

MPEG4 - 8.6 Mo
JPEG - 442.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a ouvert en crise malgré les menaces préventives formulées par les mollahs à l’encontre de leurs collaborateurs paniqués ! Les mollahs ont tenté de rassurer les leurs qu’ils pourraient menacer la paix dans la région et faire reculer leurs ennemis en simulant la fin de tout apaisement avec l’Occident à la demande de leurs partisans réunis dans la mosquée du Bazar Téhéran. Mais ce site est minuscule et en plus ils ne sont pas parvenus à remplir cette petite salle (d’où aucune photo).

Ils ont alors menacé de reprendre l’enrichissement nucléaire à la demande de 1500 pétitionnaires, dont Aref, le chef de leurs parlementaires pro-Rohani et aussi Salehi, le chef de leur programme nucléaire !

Rohani, alors au conseil des ministres, a alors fait état de progrès dans tous les domaines notamment la finalisation des rapports commerciaux avec les Européens pour calmer la crise, mais ces rapports étant anéantis par la volonté des Européens, son annonce n’a pas calmé la panique.

JPEG - 71.3 ko
JPEG - 62.4 ko
JPEG - 53.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Vers midi, à une heure de la fin de cette dernière séance boursière de la semaine, pour éviter une fermeture sur un indice en baisse qui attesterait du désespoir de gens du régime, Khamenei a publié une image épique le montrant en marche vers l’avenir et une très longue lettre à l’adresse du peuple, le manifeste de la seconde marche pour l’économie (ou seconde étape économique de la révolution islamique). La lettre était très longue et ne pouvait être lue en pleine crise. Les médias du régime ont annoncé que le Guide avait admis l’existence des problèmes au sein du régime et s’était engagé à combattre les sources de ces problèmes avec le soutien et l’enthousiasme des jeunes Iraniens !

PDF - 338.9 ko
JPEG - 741.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais la lettre manifeste du Guide n’a pas eu d’effet sur la crise. Elle a perduré et la bourse a fini à -692 unités malgré 856 milliards de tomans injectés par les mollahs sur les comptes de leurs collaborateurs nantis paniqués ! Ils n’avaient pas aimé les propos du Guide, car ils ressemblaient aux propos de Rohani et était la preuve que le régime n’était pas réformable même quand il était contraint de se calmer pour s’éviter e nouvelles sanctions à son encontre.

JPEG - 62.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les médias étrangers ont alors rapporté qu’à Varsovie, les Arabes et les Israéliens étaient en train de négocier avec les représentants de différents pays pour définir les meilleures initiatives contre les mollahs !

Les mollahs ont alors insisté via leurs proches sur leur prétendue mobilisation en leur faveur, espérant contrer par la suggestion la peur provoquée par cette nouvelle !

Le sommet s’est terminé sur l’annonce de la conviction commune des participants que la région était menacée par les mollahs et leurs alliés Ansarallah du Yémen et qu’il fallait les combattre, mais il n’y avait rien sur les discussions qui avaient eu lieu et les initiatives envisagées. On avait un résultat selon la méthode chère à Trump privilégiant le secret des initiatives pour que l’adversaire ne puisse pas préparer une défense ou une riposte.

Cette méthode ayant permis à Trump de surprendre Kim Jung Un et aussi et surtout les mollahs, ces derniers se sont gardés de réagir !

Au même moment, l’agence de presse de la milice a annoncé l’explosion de deux bus transportant 40 officiers miliciens par une automobile chargée d’explosifs sur la route reliant les villes de Khash et de Zahedan ! Ils ont rapidement diffusé une image avec un bus plié en deux qui ne brûlait plus, ce qui signifiait que l’attentat avait eu lieu plutôt. Très rapidement, ils ont affirmé que le groupe islamiste sunnite de Jeysh al Adl avait revendiqué l’attaque. Puis très rapidement, ils ont revu à la baisse le nombre des morts à 27 en affirmant que les autres étaient blessés et parmi eux, il y avait plusieurs blessés dans un état critique. Enfin, dans la foulée, on a vu une affiche avec leur logo et les visages des 27 morts !

PNG - 227.3 ko
PNG - 157.3 ko
MPEG4 - 4 Mo
JPEG - 83.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Zarif a alors tweeté sur l’attentat en affirmant qu’il avait été planifié par les Saoudiens insinuant qu’ils allaient utiliser le terrorisme contre le régime pour casser la (prétendue) mobilisation en sa faveur !

Nous avons vérifié les affirmations sur la revendication de l’attentat et il n’y en avait aucune du côté de Jeysh al Adl ! De plus, il n’y avait qu’un bus et les Pasdaran ne pouvaient pas disposer du nom des morts alors qu’ils étaient arrivés à peine sur les lieux alors qu’il faisait nuit sur place ! De fait, en tenant compte du temps nécessaire pour composer une telle affichette et l’impossibilité d’en avoir eu le temps, on pouvait supposer qu’elle avait été faite auparavant et cet attentat non signé était l’œuvre des mollahs pour se dire victimes du terrorisme et aussi prétendre que les participants au sommet de Varsovie avaient décidé de perpétrer des attentats terroristes en Iran !

PNG - 346.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

JPEG - 134 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Nous nous sommes rappelé que l’on avait vu le ministre de l’Intérieur du régime bien sombre et pensif lors du conseil des ministres et avons supposé que cet attentat du régime contre ses proches ou des miliciens par très fidèles avaient été envisagé bien avant la fin du sommet de Varsovie, qu’il avait été validé avant qu’il ne se prononce contre le régime et avait enfin été exécuté après les accusations de terrorisme formulées par ses participants qui validaient ainsi l’adoption de nouvelles sanctions de leur part.

JPEG - 53.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les différents pays participants au sommet de Varsovie ont vite condamné l’attentat sans prendre en compte les fake news des mollahs ! Ces derniers devaient surenchérir, mais ils ne l’ont pas fait. Ils ont aussi réduit la médiatisation de leur attentat à un très bref reportage d’un seul blessé. On a conclu qu’ils voulaient oublier une initiative lourde qui n’avait rien donné et avaient donné une mauvaise image de leur service de renseignement et pouvait de fait davantage terroriser leurs collaborateurs paniqués et augmenter leur désir de fuir avec leurs capitaux !

Jeudi 14 février 2019 (25 Bahman 1397), le monde allait vibrer sur le thème éculé de Saint Valentin, les mollahs devaient se trouver des partenaires alors que des couples se formaient pour les tuer ! Les mollahs avaient mis en avant l’amour du Guide pour les jeunes Iraniens tout en affirmant qu’il avait promis d’améliorer le régime ! Ils avaient donc corrigé le Guide en espérant faire oublier leur évident manque d’empathie de la veille ! Par ailleurs, dans leur média en anglais, ils faisaient état de l’échec du Sommet de Varsovie !

JPEG - 233.8 ko
PNG - 935.8 ko


© IRAN-RESIST.ORG

Bref, les mollahs avaient décidé de bluffer aussi bien les leurs que leurs adversaires et pouvaient être punis par leurs collaborateurs. La bourse étant fermée jusqu’à samedi suivant, ils avaient deux jours pour agir et riposter à leurs adversaires internationaux pour s’éviter cette punition et une nouvelle perte lourde à la bourse de Téhéran.

Les dissidents ne semblaient pas vouloir ce temps aux mollahs en rappelant que le Guide n’avait nullement annoncé des mesures contre la corruption ou le népotisme, mais aussi donné 7 missions aux plus jeunes pour redresser la situation !

JPEG
© IRAN-RESIST.ORG

Les jeunes n’ayant aucun droit et aucun pouvoir pour redresser la situation, les autres de l’article insinuaient très clairement que les mollahs n’avaient aucune intention de s’assagir et servir les intérêts de l’Iran et des Iraniens au lieu d’agir pour eux-mêmes.

Au même moment, les instituteurs s’étaient mis en grève et s’étaient rassemblés dans les rues pour réclamer des années de salaires en retard et le détournement des avoirs de leur fond de retraite par les ténors du régime !

JPEG - 47.4 ko
JPEG - 89.9 ko



© IRAN-RESIST.ORG

Les miliciens rebelles de l’agence Fars ont aussi signalé que le retour des cadavres de 27 victimes, tous originaires d’Ispahan à cette ville avait donné lieu à des scènes d’une intense tristesse jamais vues en Iran ! Il n’y avait aucun officiel de haut rang et on pouvait supposer qu’ils n’avaient pas osé y aller, car les gens présents les considéraient comme les responsables de l’attentat !

JPEG - 182.1 ko
JPEG - 143.5 ko
JPEG - 129.4 ko


© IRAN-RESIST.ORG

La direction de la milice a alors commis une gaffe incroyable en affirmant avoir organisé dans la joie le festival du jeune soldat pour affirmer que cette opinion sur leur rôle n’était pas partagée par tous leurs derniers fidèles ! Les images de la salle joyeuse ne pouvaient pas être de ce jour. On n’a également vu aucun jeune recevoir un prix et venir sur la scène, mais de vieux lauréats ! On avait donc un collage ! Les chefs Pasdaran mentaient donc et avaient perdu le soutien de leurs derniers fidèles à l’issue de leur dernière initiative criminelle contre les leurs à défaut de pouvoir le faire contre leurs ennemis !

JPEG - 156.4 ko
JPEG - 67.9 ko
JPEG - 103.1 ko
JPEG - 122.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les responsables du clergé et de la milice ont alors changé de direction en pleurant énergiquement pour les 27 victimes de la veille et en annonçant de terribles vengeances aux auteurs étrangers de cet attentat en espérant provoquer les Saoudiens ou obtenir des soutiens de la part de chiites d’autres pays, mais les Saoudiens ont esquivé les provocations des mollahs. Les chiites irakiens, libanais et syriens ont aussi ignoré les mollahs et ont refusé ce dernier projet pour diviser la région dans leurs seuls intérêts.

En fin de la matinée, les ténors du régime ont alors cessé de s’agiter en misant sur Rohani qui avait quitté Téhéran pour Sotchi très tôt avec une délégation comportant notamment Zarif et Baqeri pour Sotchi. Rohani a d’abord rencontré Erdogan qui est fâché avec les Saoudiens dans l’espoir qu’il les accuse et aussi accepte de les aider face aux Européens qu’ils détestent. Erdogan s’est montré hautain et méprisant vis-à-vis de Rohani, le regardant à peine, malgré ses sourires !

JPEG - 109.5 ko
JPEG - 129 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Puis Rohani et sa délégation ont rencontré Poutine. Rohani a alors vivement critiqué les Américains notamment pour avoir quitté la Syrie et a déploré le manque de coopération des Européens au sein de l’accord de Vienne, sollicitant une coopération active de la part de la Russie pour tenir tête à Washington. Il a enfin insisté sur sa volonté de participer par ses investissements dans le processus de reconstruction de la Syrie dans l’espoir de trouver un refuge pour les capitaux du régime !

Poutine a affiché son mécontentement et a humilié les mollahs en affirmant que Trump avait bien agi en retirant les troupes américaines de la Syrie avant d’annoncer que tous les autres pays présents devraient faire de même. Il a aussi esquivé la demande de contournement des sanctions américaines et européennes en affirmant qu’il développerait les échanges avec le régime sans promettre le moindre soutien aux mollahs. Il a enfin rejeté l’offre de l’investissement des dollars du régime en Syrie en affirmant que le sujet de la rencontre était les modalités de l’organisation des élections libres en Syrie !

JPEG - 141.2 ko
JPEG - 113.3 ko
JPEG - 87.8 ko
JPEG - 74.6 ko
JPEG - 63.4 ko
JPEG - 75.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani et Zarif ont paru comme deux cancres punis par un maître intraitable et n’ont pas osé continuer les attaques contre les Américains et les efforts pour mettre leurs magots à l’abri des intempéries !

#####
© IRAN-RESIST.ORG

Poutine a répété ses positions sur la Syrie lors de sa rencontre prévue sur ce pays excluant de facto les sujets relatifs aux mollahs. Il les a encore exclus du processus d’Astana en annonçant la création d’une zone tampon dans la région d’IDLIB gérée par son armée et celle d’Erdogan entre la Turquie et l’Irak pour battre Trump dont les sympathisants semblent sur le point de réduire au néant les poches de résistance dans la région d’Idlib. Les médias russes ont enfin complété l’exclusion de Rohani en ne lui consacrant aucun article !

JPEG - 140.1 ko
JPEG - 70.4 ko
PNG - 636.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Poutine, mais aussi poursuivi et achevé sa journée anti-mollahs en adoptant avec les autres membres du Conseil de sécurité de l’ONU une résolution condamnant l’attentat survenu en Iran pour mettre fin aux accusations contre les États-Unis !

L’équipe du régime s’est divisée. Zarif est parti en Allemagne pour participer à la conférence sécuritaire de Munich (qui est organisée par une organisation proche des précédentes administrations américaines façonnées par les idées de Brzezinski) dans l’espoir d’y trouver des alliés pour accuser Trump bien que le directeur de la conférence ait récemment cessé sa complaisance entre le régime et ait soutenu Trump en qualifiant le régime des mollahs de terroriste !

Rohani est rentré pensif et contrarié de sa mauvaise Saint Valentin à Sotchi, car il avait eu la preuve que Poutine ne serait jamais son ami et il doutait du succès de son ami Zarif à Munich. Il avait aussi certainement peur d’être puni par ses supérieurs et tous ceux qui espèrent prendre sa place pour se servir dans les caisses du régime avant sa chute.

JPEG - 72.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans ces conditions, le clergé a ordonné une action coup-de-poing à Téhéran pour affirmer son autorité malgré son isolement. Quelques miliciens ont décidé de se faciliter la tâche en arrêtant une fille qui n’avait pas bien respecté le port du voile. Elle a demandé les passants au secours. Les passants ont alors attaqué les miliciens et ont arraché la portière de véhicule. Les agents du régime n’ont pas demandé de renfort : ils ont lâché leur victime et ont pris la fuite et leur réaction a bien rappelé que le régime n’a plus assez de serviteurs pour se défendre.


© IRAN-RESIST.ORG

Vendredi 15 février 2019 (26 Bahman 1397), les mollahs devaient parler à l’occasion de leur sermon récapitulatif, politique et directif de vendredi alors qu’ils avaient eu la preuve de leur isolement en Iran et hors Iran.

Avant ce rendez-vous, Zarif est passé à l’offensive et a tenté de déstabiliser ses interlocuteurs européens en les accusant de 40 ans de mauvaises conduites au Moyen-Orient en raison de leur fidélité à Washington ! Personne ne lui a répondu. Les Allemands ont même implicitement réitéré les accusations de terrorisme contre les mollahs en affirmant que le principal objet de la conférence était de forcer Trump à augmenter le budget américain de l’OTAN pour les protéger !

Au même moment, Mogherini a rencontré Pompeo à Bruxelles pour parler des menaces contre l’Europe et on a compris que les mollahs qui comptaient utiliser les divisions entre les Européens et les Américains étaient eux-mêmes utilisés par les Européens pour obtenir des financements pour leur défense et alléger ainsi leurs dépenses budgétaires ! L’Américain a aimé, car les États-Unis ont les moyens d’acheter le soutien de leurs partenaires.

Mogherini a profité de l’occasion pour rencontrer son homologue russe Lavrov et lui parler d’Ukraine et la Crimée (et ses ressources en hydrocarbures), ce qui revenait à dire qu’elle espérer impliquer l’Europe à propos de ses gisements avant que Trump et Poutine trouvent une entente à ce propos.

À la suite de ces rencontres, personne n’a parlé en faveur des mollahs ce qui pouvait laisser supposer que les Européens, les Russes et les Américains étaient dans des dialogues constructifs. Tous ont prouvé leur envie d’avancer sans être contrarié par les mollahs et leurs accusations en condamnant l’attentat qui les avait frappés sans accuser qui que ce soit à ce sujet, pour mettre ainsi un terme à leurs accusations et à la mission de self victimisation confiée à Zarif !

Les mollahs dépités par leur incapacité à manipuler leurs adversaires européens ou à mobiliser les leurs (image fake ci-dessous) ont consacré leur sermon à la soi-disant mobilisation pour leur 40e anniversaire et au soi-disant impact positif des directives du Guide pour les années à venir qualifiées de Manifeste de la 2nde étape ! Cela signifiait que les mollahs n’avaient aucune solution concrète pour riposter à leurs ennemis internationaux ! Cela signifiait que les mollahs avaient peur d’agir !

JPEG - 431 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les gens du régime doivent généralement montrer leur adhésion aux propos prononcés par la reprise des idées exprimées. On n’a rien vu de tel. Les députés n’ont pas soutenu cette propagande qui ne contenait aucune solution. Ils ont annoncé une nouvelle étude du budget et la nécessité de lutter contre la corruption dans l’espoir d’intimider les mollahs et les forcer de leur accorder une plus grande part de leurs trésors. Ils ont aussi évoqué leur désir de lutter contre les trafics (autorisés par les mollahs et les Chefs Pasdaran) pour les faire réfléchir et obtenir par ce chantage leur part de ce business !

Les chefs Pasdaran en danger par leur manque de partisans et ces attaques ont réaffirmé leur autorité et ont tenté de provoquer une crise bénéfique au régime en promettant de punir les Saoudiens et les Américains pour leur attentat. Mais, cette crise n’a pas eu lieu et par ailleurs personne n’a manifesté en faveur de leur annoncé ou en mémoire des victimes de l’attentat survenu. Ils ont alors fait mine de prendre leurs distances avec mollahs en difficulté en affirmant qu’ils avaient toujours servi le peuple et voulaient continuer à le faire...

Cette versatilité des mollahs, des chefs Pasdaran et leurs collaborateurs a démontré qu’ils étaient tous très perturbés par cette semaine qui avait mis en évidence qu’ils n’avaient aucun allié et ne pouvaient profiter d’aucune querelle internationale pour diviser le monde et survivre en marge des chaos, assis sur leur poubelle en parlant de glorieuses décennies à venir. Les mollahs et leurs associés ont compris qu’ils étaient à présent submergés par les chaos et les incendies.

Cette semaine, le régime assailli par ses échecs et ses ratés nous a paru comme une poubelle en feu, condamnée à se consumer sans que personne n’ait envie d’en sauver quelques choses !