Accueil > Photos > Semaine 569 (04-11/01/19) Tout essayé, tout raté !



Semaine 569 (04-11/01/19)
Tout essayé, tout raté !

04.02.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski, pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais, car cette stratégie islamiste avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais cette dualité diplomatique ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonétisés (SPV) avec les mollahs, les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Les mollahs menacés de toute part ont tiré un missile potentiellement nucléarisable de longue portée susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen.

Les grandes puissances ont adopté une lecture rigoureuse de la résolution 2231 du Conseil de sécurité sur leur programme balistique des mollahs. Ils se sont aussi entendu pour les chasser de Yémen par un plan de paix onusien. Les Européens ont aussi puni les mollahs en retirant le pétrole de leur dispositif d’échanges démonétisés.

Trump lui-même a validé Assad et la présence russe en Syrie via l’ONU pour exclure les mollahs de ce pays. Enfin il a validé l’option du changement de régime en offrant une tribune au très populaire Prince Reza Pahlavi. Les Iraniens ont salué ce choix des murs couverts de slogans en sa faveur. Les mollahs ont dû exécuter quelques hommes d’affaires agités pour empêcher leurs proches de les laisser tomber !

La semaine dernière, les mollahs ont opté pour une relance de leur fausse opposition avec de nouveaux acteurs se disant partisans des ouvriers grévistes. Mais ils n’ont pas réussi à duper les Iraniens ! La neige les a aussi empêchés de diffuser des images d’archives pour la promotion de cette fausse opposition. Elle a aussi aggravé les pénuries provoquées par manque de revenus en devises. Pour éviter la fuite de leurs compagnons, ils ont oublié leur fausse dissidence pour revenir à leur propagande primaire en se disant plus fort que jamais !

Cette semaine, les mollahs devaient célébrer la mémoire de Rafsandjani (qu’ils avaient éliminé pour avoir mis en danger leur régime par ses projets de fausses révolutions de couleur) ! La célébration ne pouvait pas avoir lieu en raison de l’insuccès de ces projets par les compagnons du régime. Les mollahs devaient surtout marquer des points contre Trump pour rassurer les leurs et les garder à leur côté !



Samedi 5 janvier 2019 (15 Dey 1397), les mollahs étaient menacés par presque tous les pays du monde, par les Iraniens, par les proches au régime, la trahison de leurs alliés terroristes dans les pays voisins, la perte de leur commandant du terrorisme Soleimani et surtout par leur incapacité à évoquer un succès concret ! Ils avaient mis en avant les problèmes de Trump avec les démocrates pour rassurer leurs proches ! Par ailleurs dans Tehran Times, ils affirmaient avoir le soutien du peuple pour regagner les alliances perdues !

JPEG - 170 ko
PNG - 589 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani, qui les avaient aidés la semaine dernière en censurant les infos de la vraie opposition et en faisant la promotion de la fausse opposition, étaient revenus à une attitude hostile au régime en précisant que le budget de Rohani ne valait rien, car il allait disparaître dans les déficits cumulés depuis les années précédentes ! Ils avaient aussi signalé qu’une partie du clergé préconisait de rompre avec la résolution islamique !

JPEG - 142.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La contestation se portait très bien, mais on ne voyait pas ses images.

Les médias ont alors annoncé que le n°2 de la diplomatie du régime Araqchi, qui est chargé de toutes les grosses négociations, était en Afghanistan pour signer des contrats avec ses dirigeants. Mais il n’en était rien, car selon les Afghans, ils l’avaient convoqué pour lui demander de cesser ses rencontres avec les Talibans et perturber les négociations de paix avec eux.

JPEG - 49.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

C’est pourquoi personne n’a entendu parler d’un quelconque contrat à ce moment et l’indice de la bourse, qui est l’indice de confiance en l’avenir du régime a chuté après la hausse artificielle provoquée par les achats massifs d’actions opérés généralement chaque matin pour stimuler le marché.

Les mollahs ont alors puni les nantis agités en changeant le processus d’achats de dollars un tarif semi modéré pour les importations primordiales, en transférant la gestion des demandes de la Banque centrale iranienne vers le ministère du Commerce extérieur afin de ralentir les demandes, alourdir le processus, pénaliser les gens habitant en de hors de Téhéran et ainsi perturber tous les paniqués, aussi les éloigner de la bourse et se mettre à l’abri d’autres crises et d’autres chutes de son indice boursier !

JPEG - 222.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs ont aussi mis la pression sur leurs nantis paniqués en décrétant 20 ans de prison pour un homme d’affaires qui avait tenté de quitter le pays après que l’on lui est interdit de le faire !

Le Conseil de Discernement de l’intérêt du régime (organe via lequel Rafsandjani contrôlait le régime et qui est devenu un outil pour les autres mollahs après l’élimination de Rafsandjani) a aussi annoncé l’adoption de la loi iranienne contre le financement du terrorisme (une pseudo adhésion au FATF/GAFI), pour mettre fin aux sanctions américaines et européennes !

JPEG - 86.7 ko
JPEG - 63.5 ko
JPEG - 74.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont aussi relancé leur fausse opposition en mettant en avant leurs faux étudiants et l’avocat d’un ouvrier gréviste nommé Bakhshi, qui avaient publié une lettre sur Facebook pour révéler les tortures qu’il avait subies.

Les mollahs ont aussi relancé leur fausse opposition en mettant en avant leurs faux étudiants et l’avocat d’un ouvrier gréviste nommé Bakhshi qui avait publié une lettre sur Facebook pour révéler les tortures qu’il avait subies.

Mais étant donné que l’accès au FB est réservé en Iran aux gens du régime, il était évident que l’ouvrier Bakhshi était une nouvelle version de sa fausse opposition pour duper les Iraniens et aussi duper les Européens en se montrant une bonne image du régime pour rétablir les relations économiques avec eux. On avait trop de « si », la panique a persisté tout en tant moins importante en raison des mesures dissuasives des mollahs !

PNG - 231.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, les mollahs ont annoncé de grands contrats avec les Afghans et le départ de Zarif en dimanche soir en Inde pour un grand projet de port avec les Afghans et les Indiens ainsi que l’approvisionnement à vie de ces derniers en pétrole pour qu’ils envoient paître Trump et ses acolytes ! Le directeur de leur banque centrale a aussi annoncé la suppression de 4 zéros de la monnaie iranienne, une super dévaluation sans complexe, qui n’allait rien changer, mais juste occuper les esprits pour faire oublier les contrats qui ne pouvaient pas forcément se réaliser !

Dimanche 6 janvier 2019 (16 Dey 1397), les mollahs devaient vite impressionner les leurs avec des annonces positives de la part des Indus. Ils n’avaient pas choisi ce sujet, car les responsables indiens n’avaient pas réagi à l’annonce de l’arrivée de Zarif. Les mollahs avaient tenté d’obtenir cette réaction en soulignant leur pragmatisme en affirmant qu’ils avaient adopté leur loi contre le blanchiment d’argent en précisant qu’il s’agissait de priver les Occidentaux de tout prétexte de sanctions. Ils avaient aussi reconnu leurs messes basses avec les Talibans en affirmant qu’ils les avaient encouragés à choisir la paix, faisant état d’un pragmatisme pacifique inédit pour aider leur M-AE dans ses tribulations indiennes.

JPEG - 185.8 ko
PNG - 627.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani avaient torpillé ce pragmatisme prévisible et propagandiste en réponse au mutisme indien en signalant que la dévaluation annoncée la veille n’avait aucun sens et ne pouvait en aucun aider le pouvoir d’achat des Iraniens. Ils signalaient que les mollahs allaient faire preuve d’un pragmatisme belliqueux, car ils avaient très discrètement annoncé le lancement d’un satellite nommé Amitié pour mettre en valeur leur capacité de tir balistique nucléaire ! Cette hostilité en filigrane des dissidents opportunistes signifiait qu’ils espéraient le succès des mollahs, mais qu’ils estimaient que leur M-AE allait échouer en Inde.

JPEG - 154.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La contestation se portait très bien, car l’omerta des faux dissidents était pulvérisée grâce à deux grandes manifestations de vrais opposants à Téhéran ! Les handicapés, principalement des gens enrôlés de force dans la milice et estropiés par les guerres révolutionnaires des mollahs, étaient devant le Parlement pour exiger le paiement des mois de pension en retard. Les agriculteurs de plusieurs régions étaient aussi à Téhéran devant leur ministère. Il y avait une troisième catastrophe car aucun des gens ne criaient des slogans en faveur de faux opposant ouvrier Bakhshi !



© IRAN-RESIST. ORG

Les députés opportunistes ont eu peur et ont vivement critiqué le prochain budget de Rohani en affirmant qu’il devait être amputé de 28% en raison du déficit de 120,000 milliards de tomans du budget de l’année en cours et la nécessité de financer des projets qui avaient étaient lancés et n’étaient pas terminés !

Les mollahs ont affirmé que Trump allait surtout aider les Moudjahidines du Peuple, très impopulaires en Iran, pour discréditer la lutte contre le régime et ont tenté d’orienter les manifestants à défendre leur faux opposant Bakhshi en faisant intervenir des membres de sa famille qui se sont dits sous pression pour ne pas le défendre et demander justice pour les sévices (qu’il affirme avoir subies).

PNG - 555.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les députés ont aidé les mollahs en cessant toutes les actions de révocation de ministres pour donner une chance à ce projet ! Ils ont même renvoyé à l’année prochaine iranienne (après 21 mars 2019) l’étude de la loi proposée par le conseil de Discernement pour aider le pragmatisme cynique dont faisaient preuve les mollahs. Visiblement comme les dissidents opportunistes, les députés voulaient être de tous les bords !

Mais leur bonne volonté n’a pas été récompensée, car personne n’a vu les opposants soutenir Bakhshi (ci-dessous) et le régime n’a pas trouvé de volontaire pour faire semblant d’être de sa famille et d’initier un mouvement en sa faveur !

JPEG - 35.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Cet échec majeur ainsi que les manifestations anti-régime et le silence pesant des Indiens ont maintenu les nantis du régime sous pression. Leur espoir que le régime réussisse à imposer son faux opposant et l’échec de ce projet a donné lieu à des hauts et des bas qui ont provoqué de fortes variations de l’indice boursier, l’indice de confiance au régime. Mais l’indice a fini en positif et on a compris que ces gens espéraient encore le succès de Zarif.

PNG - 231.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs bien heureux de cette confiance, mais aussi conscients du poids de cette confiance ont cessé de communiquer au cours de l’après-midi en attendant l’arrivée de Zarif en Inde lundi après-midi. Ce silence était aussi dû au fait que l’on était à la veille de la libération de la femme iranienne des contraintes imposées par l’Islam grâce à l’interdiction de port u voile par un décret de Reza Shah, l’actuelle idole du peuple iranien !

En fin de la journée, Trump a affirmé dans une interview télévisée que les mollahs étaient aux abois et prêts pour dialoguer. Les mollahs ont très vite nié la possibilité de négocier avec Trump (leur départ du pouvoir). Leur véhémence a presque confirmé qu’ils étaient dans un tel état de délabrement que leurs proches auraient estimé qu’ils pourraient plier !

Pour nier cette éventualité, ils ont aussi annoncé pour lundi le début de leur conférence sécuritaire internationale qui avait été annulée en raison de l’annulation de la participation des responsables afghans et pakistanais, laissant supposer qu’ils avaient obtenu leurs participations et qu’ils n’étaient plus isolés et donc obligés de plier ! Mais aucune visite officielle n’était annoncée en Iran et il s’agissait probablement d’une fake news pour donner une bonne image du régime et calmer ses collaborateurs pour qu’ils ne dérapent pas en une journée potentiellement très dévastatrice pour le régime !

Lundi 7 janvier 2019 (17 Dey 1397), les mollahs affirmaient que l’échec de l’accord de Vienne aurait des conséquences économiques graves pour l’Europe ! Ils laissaient supposer qu’ils n’allaient pas en Inde pour les contrats indiens, mais pour faire pression sur les Européens qui ont récemment retiré le pétrole de leurs échanges à venir et les empêcher de mettre à exécution cette menace ! Mais dans leur média anglophone, ils ne parlaient pas de cet intérêt pragmatique pour l’Europe. Ils avaient mis en avant leur dévaluation et leur pseudo-adhésion au CFT (loi contre le financement du terrorisme) pour souligner leur pragmatisme et plaire aux Indiens malgré leur réticence à les aider. Ils espéraient encore un succès !

JPEG - 176.9 ko
PNG - 602.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani avaient encore torpillé la propagande déguisée en pragmatisme du mollah Rohani en révélant que le chantage sur les Européens ne pouvait pas marcher, car la France avait depuis longtemps commencé à diminuer sa dépendance au pétrole iranien en passant en 1 an ses achats de 800,000 barils par jour à seulement 40,000 barils par jour ! Ils avaient aussi révélé que la Russie n’avait pas comme promis importé des produits agricoles iraniens, car ils ne respectaient pas ses critères d’achats et que l’Iran ne faisait pas partie de son union eurasienne !

JPEG - 138.1 ko
PNG - 51.5 ko
PNG - 183.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La contestation se portait très bien, mais on ne voyait pas ses images. Elle était réduite au silence. Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani espéraient aider le régime. Ils jouaient donc sur les deux tableaux. Ils avaient peut-être des informations laissant supposer que le régime avait des chances de réussir à signer des contrats en Inde ou utiliser ce pays très commercial contre les grandes puissances !

À ce moment, Zarif était en route vers L’Inde. Les mollahs devaient faire patienter leurs compagnons. Ils ont annoncé le début de la conférence sécuritaire sans diffuser des images de leur événement et ont ainsi prouvé que les responsables étrangers l’avaient boudé ! Mais cela ne les a pas empêchés de prétendre qu’ils avaient profité de l’occasion pour affirmer qu’ils n’avaient jamais eu un rôle négatif dans la région et avaient pris des dispositions pour aider le peuple ! Ils ont alors aussi condamné le terrorisme des Talibans pour que leurs messes basses avec eux !

L’adjoint du ministre syrien des AE est alors arrivé à Téhéran pour insister (comme Trump) sur la fin de la guerre en Syrie et demander implicitement aux mollahs de quitter de pays !

Les mollahs ont zappé cette visite (donc pas d’image) et ont fait diversion en annonçant une réunion de Rohani avec des représentants des agriculteurs afin de les aider. Les députés sont restés silencieux et neutres pour aider le régime qui était bien mal en point. Cette union sacrée bénéficiant à tout le monde a bien rassuré les collaborateurs nantis du régime. Ils n’ont pas mis en vente massivement des actions et les mollahs ont échappé à une nouvelle panique.

JPEG - 123.6 ko
JPEG - 56.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le gouvernement a profité de la situation pour injecter beaucoup plus de fonds (995 milliards de tomans) à la bourse et faire monter l’indice de 1054 points.

PNG - 258.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au début de l’après-midi, Zarif a débarqué à New Delhi et a sans tarder annoncé qu’il proposait le régime pour le fournisseur pétrolier indien dans les 20 prochaines années ! Mais son appel n’a eu aucune réponse. Les collaborateurs du régime ont compris que la mission de Zarif était un échec !

MPEG4 - 5.5 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les mollahs ont annoncé la mort à Téhéran de leur consul à Mazar-Sharif (zone des Talibans). Il était expliqué qu’il était très malade depuis un certain temps. Mais ils n’ont annoncé aucune cérémonie en sa mémoire ! Cela n’avait pas de sens. On a supposé que l’annonce était fausse et le corps n’était pas en Iran et que par ailleurs, les Talibans avaient enlevé et tué cet homme en réponse aux propos inamicaux des mollahs et leur disposition à les condamner pour sauver leur propre paix !

PNG - 533.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mardi 8 janvier 2019 (18 Dey 1397), les mollahs qui ne pouvaient pas impressionner les leurs avec des annonces de contrats en Inde, avaient mis l’accent sur leur faux opposant en annonçant l’ouverture d’une enquête sur tortures subies par Bakhshi ! Par ailleurs, dans Tehran Times, ils avaient aussi oublié Zarif en Inde et avaient opté pour la provocation d’une crise en affirmant que Trump ne cessait de leur demander à négocier !

JPEG - 182.8 ko
PNG - 534.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani avaient encore mis l’accent sur les déficits budgétaires des années passées et annoncé par ailleurs qu’ils avaient créé seulement 1770 emplois cette année !

JPEG - 132 ko

© IRAN-RESIST.ORG

À ce moment, les mollahs ont été pétrifiés par l’annonce soudaine des nouvelles sanctions de l’Union européenne en réponse à leurs actions terroristes en Europe notamment en France et au Danemark ! L’Europe allait expulser plusieurs de leurs diplomates miliciens et sanctionner les opérations économiques de leur ministère des Renseignements (et des Affaires étrangères). La France allait pouvoir maintenir la saisie des avoirs de ce ministère tentaculaire sur son territoire ! Les Pays-Bas avaient déterré des meurtres commis par les agents du régime il y a une dizaine d’années !

Les Danois, à l’origine de ces sanctions, ont vite partagé leur joie sur le réseau twitter empêchant les mollahs de cacher ce revers très inattendu qui allait les pénaliser lourdement et surtout les empêchait d’opérer leur diplomatie pragmatique de change et d’intimidation !

PNG - 49.8 ko
PNG - 55.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La Géorgie qui avait précédemment attiré les capitaux des mollahs avant de leur fermer récemment sa porte a profité de l’annonce pour mettre fin à tous les visas qu’elle leur avait accordés !

Les députés ont oublié leur amour du régime qui n’avait plus aucune étoile dans le ciel européen et ont fait un pas en direction des opposants en demandant des soins gratuits pour les anciens combattants, qui sont devenus les principaux ennemis du régime. Mais leur démarche nous a paru fausse, car ils n’ont pas défini un budget pour cette demande et ont dit que son budget pouvait être assuré par une fondation soi-disant caritative des Martyrs qui est soupçonnée de corruption et n’a de ce fait pas la capacité d’assurer ce qu’ils lui imposaient. Leur exigence nous a paru très démagogique, car elle était une coquille vide, un simulacre pour plaire au peuple sans pénaliser financièrement le régime !

Les mollahs ont néanmoins eu peur que les sanctions subies ce matin engendrent une grosse panique chez eux malgré le soutien pragmatique de leurs députés. Mais ces derniers pouvaient aussi radicaliser leur position. C’est pourquoi les mollahs ont annoncé le début du procès de 4 très importants spéculateurs financiers sur le marché des devises pour menacer implicitement de mort tous les collaborateurs afin de leur interdire de vendre leurs actions et d’acheter des dollars et ainsi de les déstabiliser leur régime ! Les mollahs ont aussi annoncé que Zarif allait rencontrer les patrons des PME indiennes en début de l’après-midi.

JPEG - 106.8 ko
JPEG - 73.1 ko
JPEG - 62.8 ko
JPEG - 119.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a ouvert sans que l’on assiste à des ventes effrénées pour pouvoir acheter des devises. Cela était dû à la menace, mais aussi peut-être un peu à l’espoir de gagner des dollars grâce aux PME indiennes !

JPEG - 82.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a profité de la peur de ses collaborateurs pour mettre en place grâce à ses injections sur très forte hausse de l’indice bousier afin de donner encore une bonne image du régime auprès des patrons indiens des PME que Zarif devait rencontrer en début de l’après-midi. Mais Zarif n’a rien pu obtenir des PME indiennes.

Les mollahs ont eu peur de perdre encore des collaborateurs. Ils ont refusé de payer pour les vieux miliciens via la fondation des Martyrs mais, ils ont aussi rejeté les accusations de torture concernant le faux opposant Bakhshi pour relancer leur fausse opposition et se protéger en cas de rupture les fragilisant ! Mais personne n’a pris la défense de leur faux opposant !

Washington a alors mis la pression aux mollahs en difficulté en félicitant les pays européens qui les avaient sanctionnés pour terrorisme en signalant qu’ils détenaient un nouvel otage américain dans leurs geôles pour participer à ces sanctions d’initiative européenne !

Les étudiants miliciens du régime ont alors pris leurs distances avec leurs chefs de la milice et le régime tout entier en accusant un chef milicien actuellement député d’avoir violé une fille il y a trois ans et en affirmant que la victime s’était donné la mort en raison du refus de la justice d’instruire l’affaire !

Mercredi 9 janvier 2019 (19 Dey 1397), les mollahs devaient aussi célébrer le 40e anniversaire de la première révolte islamiste contre le Shah à Qom, mais il n’y avait rien à ce sujet dans leur média ce qui signifiait qu’ils ne se voyaient pas la capacité de mobiliser à ce prétexte après avoir pleinement échoué en Inde. Cet échec était à leurs yeux plus important que la célébration de la révolte de Qom, par ailleurs très surévalué, car ils s’étaient focalisés sur la tournée en Inde en affirmant qu’ils y avaient signé pleins de contrats avec un grand partenaire traditionnel pour sauver leur régime ! Ils l’avaient aussi répété dans Tehran Times, mais en précisant qu’il s’agissait d’accord de mémo d’accord. Ce détail a laissé entrevoir qu’ils craignaient un démenti bien humiliant de la part des Indiens.

JPEG - 167.3 ko
PNG - 656.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani avaient signalé que les gens qui avaient un emploi étaient aussi globalement sous le seuil de la pauvreté ! Les miliciens franchement opposés au régime affirmaient que le gouvernement des mollahs ne faisait rien pour modérer les prix et de fait, ils accusaient les mollahs d’être à l’origine d’un grand projet de paupérisation extrême (pour préserver leurs stocks et éloigner le spectre des pénuries en tout genre).

JPEG - 161 ko
JPEG - 190.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans ce contexte difficile, Zarif devait quitter l’Inde pour se rendre en Irak pour obtenir leur soutien en échange de plus d’eau (au détriment des Iraniens). Le M-AE de Trump est arrivé avant lui en Irak et a souligné par sa présence la préférence des Irakiens pour son pays et leur dédain pour les mollahs et leur survie !

JPEG - 118.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs n’ont pas parlé de cette visite qui leur avait barré la voie et les empêchait même de convaincre les leurs qu’ils pouvaient trouver des alliés en Irak malgré le refus récent de ses dirigeants de les aider.

Cependant, les députés bien conscients de l’isolement du régime et surtout l’impossibilité pour ses dirigeants et eux mêmes de fuir via l’Irak ont commencé à parler de vrais problèmes pour se donner une bonne image. Ils ont ainsi déploré que la région de Sistan-&-Baloutchistan n’avait pas encore les canalisations de distribution de gaz promises par le régime depuis des années (avant la révolution, la distribution était assurée par des bonbonnes et via des sous-traitants mandatés par l’État). D’autres députés ont dénoncé l’arrêt des travaux du grand hôpital promis à la ville de Khoy ! D’autres ont dénoncé les coupures d’eau dans différentes régions (pour renforcer les livraisons à l’Irak en échange d’un soutien qu’il n’avait d’évidence aucune envie de leur accorder).

Par ailleurs, presque tous les députés ont révélé que le seuil de la pauvreté était à présent de 6 millions de tomans par mois alors que les meilleurs salaires sont 1,5 million de tomans par mois pour un emploi avec 10 ans d’ancienneté, ce qui est en soi pratiquement impossible sous les mollahs !

Ils ont aussi souligné la corruption des mollahs en révélant qu’ils avaient vendu les gigantesques usines de production de HAFT-TAPPEH (3e producteur mondial de sucre) à un investisseur (étranger) 1/1000 de sa valeur dans l’espoir d’obtenir la protection de son pays !

Les mollahs se voyant en danger insistaient sur la poursuite du procès contre tous leurs collaborateurs nantis corrompus et ont réussi à empêcher un nouveau désastre à la bourse de Téhéran ! Ils ont aussi intimidé les députés et les ont forcés à adopter la régionalisation des scrutins législatifs, imposant des listes de plusieurs candidats pour chaque parti dans chaque région pour empêcher ces gens de se présenter avec des discours dissidents pour sauver leur peau !

JPEG - 141.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Puis, ils ont tenté de faire valider la fiabilité de leur faux opposant Bakhshi, officiellement ouvrier de HAFT-Tappeh, en mettant en avant la sœur pour dire qu’elle avait été témoin de sa torture ! Mais il n’y a pas eu de manifestations en faveur de leur pion qui ne parlait pas des problèmes des autres ouvriers !

Le clergé qui avait perdu son joker a annoncé alors un rassemblement des habitants et les mollahs de Qom autour du Guide en mémoire d’une révolte de Qom ! On était loin d’un succès, car Qom a 80,000 mollahs et près de 1 million d’habitants ! Cela n’était pas surprenant, car lors des manifestations anti-régime ces gens étaient dans la vue et avaient massivement fait allégeance au Pahlavi ! On a alors entendu un discours inattendu : le Guide donc le clergé a reconnu que Qom était perdue pour le régime en dénonçant un courant hostile à la révolution islamique au sein du clergé pour motiver les derniers fidèles ! Il a aussi copieusement insulté tous les dirigeants américains en particulier Trump pour obtenir une vaste réaction américaine et une escalade verbale permettant à ses sbires de menacer Trump et arriver à une escalade bénéfique au régime !

JPEG - 192 ko
JPEG - 149.4 ko
JPEG - 113.6 ko
JPEG - 147 ko
JPEG - 228 ko
JPEG - 1.2 Mo

© IRAN-RESIST.ORG

cliquez svp pour visionner en beaucoup plus grand !


© IRAN-RESIST. ORG

Mais il n’y eut aucun écho à tous ces propres : aucune mobilisation ou reprise pour aider les mollahs ! Le gouvernement des mollahs a tenté de relancer le faux opposant Bakhshi en rejetant ses allégations de torture. Cela ne l’a pas aidé. Le gouvernement a joué l’apaisement général en promettant des logements à tout le monde ainsi qu’une hausse de 20% de salaire dans le secteur hospitalier où les salaires sont plus bas qu’ailleurs ! Il a cajolé les collaborateurs paniqués du régime en annonçant la levée l’obligation de restitution des prêts en devises de moins de 300 millions de dollar en vue d’importation de tout type de biens !

Étant donné que les plus riches du régime sortent leur agent au prétexte d’importer des biens fictifs, et que le gouvernement avait précédemment voulu les empêcher en demandant la restitution des prêts après la supposée vente des biens importés, mais qu’il n’y arrivait pas et se trouvait obliger de les intimider par des procès très contreproductifs ; la présente annonce était destinée à autoriser une fuite limitée des capitaux en espérant éviter plus de problèmes ! Le volume du cadeau était la preuve de la gravité de la situation et des pertes de devises pour le régime ! Cela nous a signalé que cette fuite s’était sans doute amplifiée en ce jour malgré la menace de condamnation à mort pour corruption financière ! Le régime avait donc lourdement souffert de son échec en Inde et en Irak ! Et cela se voyait sur les visages de Rohani et ses acolytes !

JPEG - 61.9 ko
JPEG - 52.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les chefs Pasdaran, silencieux depuis le début de la semaine pour aider la virée de Zarif, ont alors pris la parole pour annoncer de grandes manœuvres de leur force aérienne pour insinuer qu’ils pouvaient menacer les pays voisins et provoquer une crise bien utile au régime pour faire reculer ses ennemis avec le chantage de déstabilisation de la région et la perturbation des exportations pétrolières de la région vers l’Europe et l’Asie !

JPEG - 139.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Cette annonce n’a pas eu l’effet escompté par les mollahs y compris que leurs nantis !

PNG - 300.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le responsable du Moyen-Orient au sein du ministère des AE du régime qui était parti en Russie pour demander leur soutien a aussi échoué ! Le ministre de la Défense du régime qui se trouvait en République islamique Mauritanie avant de se rendre au Venezuela pour l’investiture de Madruo n’a pu obtenir la coopération des responsables musulmans de la Mauritanie !

Au même moment, les responsables irakiens ont demandé à Pompeo le maintien des troupes américaines en Irak fermant la voie à toute coopération avec les mollahs !

Alors que tout allait de plus en plus mal, les opposants au régime dans une région proche du Kurdistan irakien ont attaqué et blessé le responsable local du pouvoir judiciaire du régime. Les mollahs ont caché l’info et ont ainsi souligné leur incapacité à protéger les leurs et à riposter pour les venger et rassurer ses derniers fidèles.

Jeudi 10 janvier 2019 (20 Dey 1397), les mollahs isolés et attaqués affirmaient que leur Guide avait insisté sur le soutien du peuple à lui et au régime ! Dans Tehran Times, ils avaient mis en avant les insultes à Trump pour l’obliger à réagir et obtenir à ses dépens une crise pour déployer leur chantage !

JPEG - 183.8 ko
PNG - 716.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani avaient signalé que les mollahs avaient arrêté d’importer du carburant (qu’ils en avaient été privés après leurs provocations et allaient donc vers une pénurie potentiellement fatale d’où leur effort pour trouver des alliés ! L’annonce insinuait que les dernières provocations des mollahs allaient se traduire par de nouvelles sanctions et qu’ils ne pourraient rien y faire sauf affirmer qu’ils avaient décidé d’arrêter les importations de leur propre chef ! Les vrais dissidents miliciens avaient souligné la présence permanente des invités du régime et leur absence de rendement pour montrer que les mollahs ne pouvaient rien espérer de leur cadeau aux voisins, notamment les Irakiens !

JPEG - 167.6 ko
JPEG - 223.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

En prévision d’une telle crise, le ministre de pétrole des mollahs était en Irak... Il espérait les faire changer d’avis en leur promettant plus d’eau ou en leur proposant d’investir sur le pétrole iranien pour qu’il devienne du pétrole étranger et puis à nouveau devenir exportable ! Mais il n’y a eu aucune déclaration réjouissante de sa part et la visite tentée en catimini a été in fine censurée pour éviter de mettre en valeur son échec quoi qu’il fasse !

Les Pasdaran devaient alors commencer leur manœuvre aérienne d’intimidation, mais on n’a vu aucun engin parmi ceux qu’ils avaient dernièrement annoncés. On avait des images d’archives avec de vieux avions. Cela voulait dire que le régime avait perdu ses pilotes. Cela pouvait dire que les Pasdaran avaient renoncé aux menaces promises par peur d’être étalement sanctionné ! Soit ils n’avaient pas soldats soit ils avaient peur !

JPEG - 94.6 ko
JPEG - 85.3 ko
JPEG - 38.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani qui avait boudé la cérémonie d’hommage à son ancien patron Rafsandjani (tué en raison de ses dérives pénalisantes) s’y est rendu pour saluer le pragmatisme de Rafsandjani (un cocktail de faux semblant de terrorisme et de faux sourire). Il a affirmé que tout le monde être un Rafsandjani, invitant implicitement des gens du régime à le laisser faire et croire en son pragmatisme ! Il a alors menacé de faire l’essai d’un missile potentiellement nucléarisable en promettant le tir d’une fusée pour placer un satellite en orbite, car les deux engins font appel à des technologies similaires. Il espérait avoir donné un exemple de son pragmatisme, d’avoir satisfait les paniqués et aussi provoquer enfin une crise et une escalade pour déployer le chantage militaire et énergétique du régime.

JPEG - 114.2 ko
JPEG - 64.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais sa menace à demi-mot n’a pas eu l’effet escompté. Les adversaires du régime ont esquivé sa provocation le privant de la crise qui pouvait l’aider et peut-être sauver le régime. Il a alors annoncé une visite à la ville de Gonbad Kavoos pour avoir une occasion de discourir et répéter les mêmes proposer pour forcer les interlocuteurs internationaux du régime à réagir. Mais on n’a rien vu à son propos et on a compris qu’il n’avait pas pu réunir les responsables du régime ce show.

Les mollahs qui sont à la tête du régime ont critiqué sa mauvaise conduite ou gestion économique pour lui attribuer tous leurs méfaits et le sacrifier au lieu de remettre en cause leur responsabilité !

Ils ont aussi réactivé leurs cellules au Yémen par une attaque de drone Houthi sur un défilé militaire yéminite afin de souligner leur capacité de nuisance et engendrer la crise pour déployer leur menace et leur chantage. Mais les interlocuteurs internationaux du régime se sont gardés de l’accuser et provoquer la crise qui lui serait bénéfique !

Le ministre de Défense des mollahs qui était alors au Venezuela n’a également pas pu obtenir le soutien de Maduro pour créer un front commun contre les États-Unis et Trump. Il s’est rabattu sur la Bolivie à qui le régime a donné gratuitement du pétrole, mais ce pays a refusé de l’aider pour ouvrir un front anti-américain en Amérique du Sud !

Désespérés, les mollahs ont répandu la rumeur que Zarif était viré et qu’ils sortaient de l’accord sur le nucléaire, mais tout le monde a ignoré leurs annonces non officielles. Ils ont renoncé à ces projets en les attribuant à leurs ennemis iraniens sans préciser de qui ils parlaient afin de ne pas reconnaitre qu’ils ont par ailleurs des collaborateurs qui sont devenus des ennemis de leur régime !

Ils ont encore tenté de relancer leur faux opposant en affirmant qu’il n’avait nullement le soutien des opposants officiels que sont les soi-disant réformateurs du régime, mais cette hostilité feinte n’a pu sauver leur faux opposant et lui assurer des soutiens de la part des ouvriers qu’il est censé représenter. Les mollahs sont arrivés à la semaine ouvrée en ayant raté leurs initiatives pour sortir de leur isolement par des contrats ou des alliances, en ayant aussi raté leurs provocations et en ayant échoué à placer un des leurs au cœur de la contestation pour la neutraliser et empêcher son succès.

Vendredi 11 janvier 2019 (21 Dey 1397), les mollahs devaient évoquer leurs initiatives dans leur sermon politique de vendredi et indiquer la feuille de route pour la semaine à venir ! Ils devaient évidemment mentir et s’inventer des succès pour motiver leurs derniers fidèles.

Cela est devenu plus difficile par la faute de la France qui a déclaré son hostilité à leur programme balistique pour ne pas devoir suivre Trump qui avait vu juste dans le jeu des mollahs et sera le grand gagner mondial de la disparition de ces terroristes au pouvoir.

JPEG - 235.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les Russes ont aussi eu une initiative similaire dans une rencontre du numéro 2 de leur diplomatie avec son homologue indien sur l’avenir des mollahs ! La rencontre a confirmé l’isolement des mollahs, car elle ne s’est pas conclue sur la nécessité de les soutenir !

Dans leur sermon de vendredi, les mollahs ont alors zappé leurs initiatives ratées de la semaine et ont essentiellement parlé de la fuite fiscale (comprendre la fuite des capitaux en dollar) et la nécessité de la combattre avec une sévérité extrême pour mettre en garde tous ceux qui devaient songer à les trahir et les quitter qu’ils pourraient être arrêtés ou pendus.

Tout le monde a compris que ça allait très mal ! Le régime a confirmé son malaise en donnant la parole à l’avocat de Bakhshi pour relancer ce faux opposant ! Mais personne n’a voulu miser sur cette monture sans avenir !

En début d’après-midi, l’administration Trump a annoncé la tenue prochaine d’une conférence à Varsovie, ville symbole, sur l’avenir du régime terroriste des mollahs ! Les signataires de l’accord nucléaire de Vienne n’ont pas rejeté cette proposition qui devait aboutir à une alliance mondiale claire et nette contre les mollahs !

PNG - 603 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs n’ont pas réagi. Après 5h de silence, ils ont condamné la Pologne en affirmant que l’Iran avait recueilli et aidé durant la Seconde Guerre mondiale des Polonais déportés en Russie ! Les Polonais sensibles à cet argument bien que ce fut le Shah qui les avait aidés et non les mollahs n’ont même pas pris la peine de répondre aux mollahs et ont annulé leur contrat pétrolier avec ces derniers pour montrer qu’ils roulaient pour Trump !

Les mollahs dévastés par ce revirement qui laissait présager la même conduite pour de nombreux pays d’Europe, notamment ceux de l’EST, ont cessé les discours pour attendrir les Polonais et ont décidé de réagir avec vigueur en explosant la principale raffinerie de Yémen !

PNG - 373.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Personne ne les a associés à cet attentat. Ils ont compris qu’ils ne pourraient pas mener la danse. Ils ont fini une semaine marquée par toute sorte d’échecs (économique, tactique ou politique) par la preuve qu’ils ne pourraient même pas sauver leur peau et sortir de leur isolement par le terrorisme.

En résumé, la semaine dernière, les mollahs s’étaient mis davantage en difficulté en raison de leurs efforts pour agiter la région et aussi en raison de l’échec de ces efforts et enfin en raison des premières neiges et leur incapacité à assurer l’approvisionnement des Iraniens. Ils devaient calmer le jeu pour s’éviter des punitions étrangères et une plus forte contestation interne !

Ils n’en ont eu guère l’occasion, car les Afghans ont tapés sur leurs doigts pour leur ingérence en Afghanistan. Cela a déprimé leurs collaborateurs. Les mollahs ont menacé ces derniers et ont aussi limité leur accès au dollar. Ils ont aussi mis en orbite un faux opposant pour infiltrer et dévoyer la contestation populaire qui les déstabilise avant d’annoncer une visite en Inde suivie d’une tournée en Irak, insinuant la possibilité de survive aux sanctions américaines en offrant du gaz vraiment pas cher aux Indiens et de l’eau à gogo aux Irakiens et grâce à ces contrats faire revenir les Européens en Iran !

Mais les Indiens ont refusé. Leur faux opposant focalisé sur lui-même et son nombril a aussi été boudé par les vrais opposants ! Les Européens ont aussi enfin adopté des sanctions contre les mollahs en réponse à leur terrorisme en Europe !

Les partenaires économiques des mollahs ont davantage paniqué. Les députés ont aussi paniqué et ont commencé à critiquer le régime ! Les mollahs ont continué à les menacer et à draguer les Indiens ! Ils ont alors prouvé qu’ils considéraient ces derniers comme leur dernière chance et ne croyaient guère à un succès en Irak.

Le ministre américain des AE A confirmé cette supposition en se rendant en Irak avant son homologue iranien, Zarif. Les mollahs ont annoncé des manœuvres et ont démarché le soutien de la Mauritanie et de Venezuela pour montrer des fronts hostiles à Washington en Afrique et en Amérique centrale, mais personne n’a accepté.

Rohani a exhorté les paniqués à le laisser agir comme Rafsandjani en alliant des menaces à des sourires. Les paniqués ont donné leur accord, mais Rohani n’a pu provoquer la crise lui permettant de déstabiliser la région et dicter la loi du régime à ses ennemis internationaux. Il a alors opté pour un retour au terrorisme au Yémen sans parvenir à ses fins. Washington a alors proposé un pacte de Varsovie contre les mollahs et personne ne s’est levé pour les défendre en raison de leur manque de bonne foi et leur incapacité à agir sans des arrières pensées inacceptables.

Ainsi, cette semaine, les mollahs devaient se donner une bonne image tant sur le plan international que national, ils ont évidemment choisi de simuler au lieu de changer et n’ont pas réussi à tromper leurs interlocuteurs. Ils ont bien déçu leurs collaborateurs et accentué leur envie de fuite ! Ils sont revenus au terrorisme pour les intimider à défaut d’avoir pu les forcer à coopérer et ont été punis à de nombreuses reprises notamment par les Européens.

Ils ont fini la semaine avec des preuves évidentes qu’ils n’avaient aucune possibilité de sortir de leur isolement et vaincre leur ennemi par la ruse ou par la terreur. Ils ont menacé les leurs des pires poursuites pour les empêcher de rompre et ont implicitement avoué qu’ils étaient conscients de l’extrême fragilisation de leur régime à quelques semaines de son 40e anniversaire et avaient peur que leurs compagnons les boycottent à cette occasion et l’anniversaire de leur 40e anniversaire soit la vitrine de leur effondrement et de la victoire de leurs ennemis.