Accueil > Photos > Semaine 568 (29/12/18-04/01/19) Rétropédalages avant le naufrage (...)



Semaine 568 (29/12/18-04/01/19)
Rétropédalages avant le naufrage !

23.01.2019

En 2016, les grands patrons américains qui dominent la politique des États-Unis ont renoncé à leur diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski, pour contrer les Chinois et la suprématie pétrolière mondiale des Anglais, car cette stratégie islamiste avait produit des effets inverses. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate pour favoriser l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie basée sur le rapprochement avec la Russie pour contrer la suprématie pétrolière anglaise.

Les mollahs ont alors soutenu les Houthis de Yémen pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique via la mer Rouge. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais cette dualité diplomatique ne leur a pas permis de réussir. Les mollahs ont manqué de dollar et n’ont pas pu approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité pour se retirer de l’accord de Vienne et d’imposer de nouvelles sanctions aux mollahs. Les autres grandes puissances signataires de l’accord (devenues les 4+1) ont abondé en son sens en se disant en faveur d’échanges démonéti (SPV) avec les mollahs, les plaçant de facto dans l’embargo financier souhaité Trump.

Les mollahs menacés de toute part ont tiré un missile potentiellement nucléarisable de longue portée susceptible de déstabiliser le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen.

Cette provocation balistique a uni tout le monde contre les mollahs. Les grandes puissances ont adopté une lecture rigoureuse de la résolution 2231 du Conseil de sécurité sur leur programme balistique des mollahs. Les Européens les ont aussi punis en retirant le pétrole de leur dispositif d’échanges démonétisés et ont souligné leur terrorisme en Europe !

Les Européens et les Américains sont parvenus à un plan de paix onusien pour exclure les mollahs du Yémen. Trump a aussi en quelques sorte fait la paix avec Assad et a offert la Syrie aux Russes pour en exclure les mollahs.

Trump a aussi validé l’option du changement de régime en permettant au Prince Reza Pahlavi d’avoir des activités anti-régime aux États-Unis ! Les Européens ont soutenu le changement de régime en apportant leur soutien aux ouvriers en lutte contre le régime ! Ces derniers ont manifesté leur satisfaction par des slogans en faveur de Reza Pahlavi.

Les mollahs ont exécuté quelques hommes d’affaires agités pour persuader tous leurs affairistes à demeurer à leur côté. Puis ils ont aussi proposé de nouvelles versions de leur fausse opposition, mais leurs compagnons n’ont pas validé cette option par peur d’aider la vraie opposition au régime.

La semaine dernière, les mollahs n’ont pas osé continuer le même schéma. Ils ont alors aussi perdu leur alliance avec les Talibans et avec les Palestiniens. Ils ont aussi perdu leur champion de terrorisme Soleimani dans une frappe Israélienne. Ils ont caché ces défaites par peur de perdre encore des alliés et ont songé à une nouvelle fausse révolution de couleur par l’intermédiaire d’un faux accident routiers pour victimiser leurs faux opposants étudiants, mais ils n’ont pas réussi à raviver leurs faux opposants. Mais ils ont continué ce plan raté, laissant entrevoir qu’ils étaient certains que leur régime était très menacé par ses ennemis de l’intérieur !

Cette semaine, ils devaient trouver la parade pour contenir cette opposition. Mais au 2e jour de la semaine (dimanche), ils avaient l’anniversaire de la fausse mobilisation qu’ils avaient inventée en 2009 pour mettre fin à leur fausse révolution de couleur qui avait échappé à leur contrôle ! Cet anniversaire qui leur rappelait leurs erreurs tactiques et stratégiques passées allait sans doute plomber le moral de leurs proches et accentuer leur panique !



Samedi 29 décembre 2018 (8 Dey 1397), les mollahs étaient menacés par presque tous les pays du monde, par les Iraniens, par leurs proches et aussi terrorisés par la perte de leur Darth Vador et enfin par le spectre de leurs erreurs passées ! Il n’y avait rien dans leur média sur ces sujets. Les mollahs avaient mis en avant le changement du ministre des AE de l’Arabie Saoudite pour insinuer que ce pays avait des problèmes et que de fait, il n’était pas à 100% de ses capacités de les attaquer ! Mais le titre, loin de rassurer les leurs, révélait qu’ils avaient peur des Saoudiens. En parallèle, les mollahs avaient annoncé en anglais qu’ils n’avaient peur de personne, insinuant qu’ils étaient prêts à se battre. Ils espéraient provoquer une crise pour s’en sortir par le chantage de la déstabilisation du Moyen-Orient. En résumé, ils avaient choisi un bluff pour nier leur désespoir et pour s’éviter de plus fortes agitations internes !

JPEG - 179.2 ko
PNG - 688.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani avaient mis en avant l’inflation et la pauvreté. Les cadres miliciens en quasi-rupture avec le régime avaient révélé que très peu d’Iraniens avaient à présent les moyens de scolariser leurs enfants. Les deux groupes entendaient entretenir le rejet du régime.

JPEG - 163.7 ko
JPEG - 180.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La contestation se portait très bien, mais on ne voyait pas ses images. Cela était inquiétant et laissait supposer que les mollahs et leurs acolytes avaient très peur des actions en cours !

Mais il y avait un nouvel élément : l’hiver avait commencé avec les premières neiges dans le nord-ouest de l’Iran.

JPEG - 184 ko
JPEG - 188.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le régime allait souffrir, car il doit importer du carburant pour produire de l’électricité, mais ne le peut plus par manque de dollar. Ses dirigeants devaient trouver vite une option de sortie - une fausse opposition convaincante - avant que cette sanction naturelle engendre plus d’hostilité chez les Iraniens !

Hors Iran, les Anglais, ex-patrons historiques des mollahs, ont pris la partie de les attaquer en affirmant qu’ils prenaient en otages une journaliste anglo-iranienne pour obtenir en échange de sa liberté notamment près de 500 millions de livres d’avaloires versées par le Shah pour des achats militaires avant la révolution islamique. Les Anglais soulignaient ainsi le terrorisme des mollahs pour s’approcher des Américains et aussi pour montrer que les mollahs étaient financièrement aux abois !

Le clergé et les Pasdaran ont évité de polémiquer et ont insisté sur la belle santé de leur régime pour nier leur isolement et leurs problèmes grandissants, dont la neige et les pénuries, qu’elle provoquer.

Les mollahs ont aussi annoncé la fin des agios, permettant ainsiaux gens du régime d’augmenter encore leur emprunt (qu’ils ne remboursent jamais) et ont pu vider la bourse et ont pu démarrer la séance sans aucune crise.

Ils ont aussi mis en avant leur fausse opposition avec une manifestation à 100% non hostile au régime au prétexte de la défense des victimes inexistantes du (faux) accident de bus d’université qu’ils avaient organisé la semaine passée ! On avait des mamans de victimes qui ne pleuraient pas, mais criaient beaucoup pour se plaindre d’argent qu’elles avaient perdu en payant l’université responsable de la soi-disant mort de leur enfant !


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

En parallèle, les mollahs ont commencé la promotion de leur fausse mobilisation populaire en 2010 pour motiver leurs troupes avec l’idée qu’ils pourraient à tout moment arrêter leur fausse opposition dès qu’elle passerait à la phase un peu politisée pour récupérer et neutraliser les mouvements politisés et contre-révolutionnaires qui déstabilisent actuellement le régime !

Enfin, Zarif a annoncé la visite Ziad Nakhalé, le chef Jihad islamique palestinien (la branche palestinienne des Pasdaran) pour montrer le régime gardait ses capacités terroristes malgré la perte (non avouée) de Qassem Soleimani !

Les députés du régime ont validé ce pack (fausse opposition non politisée+mécanisme de rétropédalage+fin des agios+terrorisme palestinien) en cessant les procédures pour la révocation du ministre de l’Agriculture et leur défense des agriculteurs ! Les nantis du régime ont aussi validé le pack, car on n’a vu aucune crise à la bourse de Téhéran ! L’indice s’est envolé grâce à l’absence de vente sous l’effet de la panique ! Les mollahs en ont profité pour le booster davantage par une forte injection de fonds de 917 milliards de tomans, car dans le même temps ils n’avaient à pas réussi à tirer profit de leur pack vert de survie !

PNG - 242.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La mobilisation mise en scène pour les fausses victimes du faux accident de la semaine dernière n’avait pu franchir l’enceinte du campus universitaire qui est situé assez loin de Téhéran et aucun des groupes en grèves et en lutte contre le régime ne lui a apporté son soutien ! Par ailleurs, l’invité palestinien des mollahs n’avait rien dit en leur faveur et contre ses compatriotes qui préfèrent Trump qui leur propose un plan de paix assez satisfaisant.

JPEG - 138.8 ko
JPEG - 65.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont alors tenté d’aider leur pack vert de survie en annonçant la publication d’un livre sur les échanges entre Khamenei et Moussavi, le leader de leur fausse opposition en 2009, qui serait actuellement en résidence surveillée ! Il était montré comme un leader qui tenait tête à Khamenei alors qu’à l’époque, dès les premiers signes de dérives anti-régime, il avait écrit au guide pour lui demander de réprimer le plus sévèrement possible les manifestations ! Le livre cherchait à le réhabiliter et convaincre ses collaborateurs d’alors d’entrer en scène, mais il n’y eut rien de tel et ce recours à Moussavi a fait ricaner les vrais opposants sur les réseaux sociaux !

En l’absence de l’effet escompté, le petit fils de Khomeiny a pris la parole pour dire qu’il s’attendait à la chute du régime, essayant de convaincre les faux opposants du passé que le pack pouvait leur permettre de jouer aux contre-révolutionnaires pour se réhabiliter, mais il n’y a pas la mobilisation que les mollahs espéraient !

Dans la soirée, Zarif a accordé un entretien à un important média chinois pour affirmer son amitié pour leur pays et son mépris pour l’Europe, mais les Chinois n’ont pas volé au secours des mollahs !

PNG - 734.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dimanche 30 décembre 2018 (9 Dey 1397), les mollahs devaient rassembler pour leur rétropédalage, même si leur pack n’avait pas fonctionné et parce qu’il n’avait pas marché afin de montrer qu’ils restaient unis face au danger de la contre-révolution. Mais au lieu de ça, ils avaient mis en avant les propos de Khomeiny junior pour relancer leur pack ! Ils étaient visiblement désespérés ! Dans leur média anglophone, ils avaient mis l’accent sur leur soutien à la Palestine, c’est-à-dire leur envie d’ingérence en Palestine, afin de rester intimidants et nier le revers subi la veille avec Ziad Nakhalé !

JPEG - 164.2 ko
PNG - 836.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani avaient indiqué la mort de 40 terroristes dans le Sinaï et les terroristes de cette région étant ceux du régime, cela revenait à révéler que les mollahs n’avaient plus aucune capacité en Palestine !

JPEG - 154.1 ko


© IRAN-RESIST.ORG

La contestation se portait très bien (selon nos contacts-, mais elle était censurée par les médias des dissidents opportunistes qui avaient mis en avant les nouvelles de la fausse opposition. Ils restaient ainsi proches du régime (engagés dans sa nouvelle mouture de sa fausse opposition) tout en le critiquant pour pouvoir se détacher à nouveau !


© IRAN-RESIST.ORG

On n’a alors vu aucune image de la grande manifestation prévue pour ce jour (9 dey, journée de la clairvoyance révolutionnaire) et on a compris que la foule n’y était pas. Les premières images ont paru bien plus tard et ont confirmé notre hypothèse, car soit il y avait peu de gens, soit on voyait des images trafiquées (surdensifiées). On y a vu aussi un faux manifestant (homme chauve, tête ronde avec des lunettes, que l’on n’avait pas vue depuis des années et on a supposé que même la partie non densifiée était issue des archives du régime !

JPEG - 209.1 ko
JPEG - 236.2 ko
JPEG - 222 ko
JPEG - 236.8 ko
JPEG - 463.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au même moment, les mollahs ont eu un autre revers : une délégation économique syrienne invitée en Iran pour affirmer des liens particuliers entre les deux pays et aussi pour obtenir des contrats pour la reconstruction de la Syrie en preuve de ces liens n’a rien accordé aux mollahs et a mis en évidence l’isolement de leur régime !

JPEG - 96.5 ko
JPEG - 84.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les nantis du régime ont douté de son succès. Ils ont commencé à vendre et ont freiné la hausse de l’indice. Les mollahs ont augmenté leur injection de fonds de 917 milliards tomans à 1221 milliards de tomans (soit +33%) et ont pu sauver l’indice de finir en baisse !

Les mollahs ont compris que leur pack n’était plus validé par leurs compagnons agités. Ils ont alors rétro-pédalé à fond et ont simulé un virage intégriste en nommant Sadegh Larijani, le chef du pouvoir judiciaire, à la tête du Conseil de Discernement de l’intérêt du régime, espérant que cela leur évite des nouvelles journée de crise à la bourse !

Les députés opportunistes ont pris leur distance avec le régime en critiquant sévèrement l’incendie qui la semaine dernière était provoqué par 1e poële non confirme dans une école de Sistan-&-Baloutchistan et avait brulé et rué plusieurs enfants. Ils faisaient un effort empathique pour se dire proches du peuple sans évoquer des sujets politiques qui pourraient être dangereux pour le régime !

Mais les mollahs ont jugé que cette approche évoquant leur responsabilité pouvait s’avérer dangereux et ont vite promis de poëles pour toutes les écoles non conformes et ont mis en avant leur opposition officielle (les réformateurs qui stipulent le retour à la rigueur khomeyniste), mais les gens de cette mouvance se sont gardés de s’afficher à côté de mollahs en déclin !

Dans la soirée, le régime a annoncé la mort du commandant de la marine Dariush Zarghami, l’ancien formateur et chefs des commandos de la marine à l’époque du Shah, mais aussi après la révolution en récompense à ses efforts pour évider une défaite cuisante au régime face aux Irakiens.

JPEG - 110.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La cause de la mort était une colère soudaine ! Nous avons estimé que la cause de la mort était suspecte et cela nous a été confirmé par les amis de ce militaire. On a compris qu’il préparait peut-être un coup avec ses camarades contre le régime et avait été découvert en raison ’’une soudaine suractivité inhabituelle pour un retraité. Cette disparition nous a bien attristés, mais il nous laissait voir que la contestation était au sein même du régime et aux plus hauts niveaux !

Lundi 31 décembre 2018 (10 Dey 1397), les mollahs étaient menacés par leur isolement en Iran avait mis en avant leur attachement à leur identité intégriste. Ils estimaient qu’ils avaient perdu certains alliés pour toujours et voulaient préserver les autres. Dans leur média anglophone, ils évoquaient une folle mobilisation la veille en leur faveur pour dissuader leurs ennemis de les attaquer. On pouvait estimer qu’ils étaient ridicules.

JPEG - 153.2 ko
PNG - 916.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani avaient révélé que le régime était en récession de 5,6% selon leurs propres statistiques qui sont très édulcorées.

JPEG - 143.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Hors Iran, les Indiens avaient menacé les mollahs en signalant que leurs revenus pétroliers en roupie retenus dans ce pays en raison des sanctions américaines devaient initialement être taxés de 40%, mais qu’ils ne le seraient pas finalement ! En fait, ils avaient échangé la levée de ce taxe contre un droit d’exploitation plus importante des ports iraniens situés sur l’océan indien ! Ci-bas, on voit leur ambassadeur l’annoncer aux mollahs ! Cela signifiait que les mollahs avaient proposé cette option pour obtenir des dollars, mais l’avait cédée sans en obtenir aucun et les Indiens avaient profité des mollahs sans rien leur accorder !

JPEG - 102.6 ko
JPEG - 76.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La contestation se portait très bien, mais elle était censurée et les médias des dissidents opportunistes avaient mis en avant le plan de survie du régime en affirmant qu’il y avait des manifestations dans les rues de Téhéran en soutien aux miliciens étudiants manifestation pour leurs camarades décédés. Mais sur les images, les gens étaient chemisettes. Étant donné qu’il faisait très froid en ce jour à Téhéran, il ne pouvait que d’agir des images d’archives !


© IRAN-RESIST.ORG

L’annonce était fausse et n’a donné lieu à aucune émulation et à aucune mobilisation populaire. L’absence de mobilisation était en revanche le signe que les Iraniens ne se laissaient pas duper par les mollahs ! Ils avaient la clairvoyance contre-révolutionnaire !

Les Parlementaires ont alors adopté une allure anti-régime en critiquant sévèrement l’organe chargé des privatisations des mollahs en reprochant de vendre des biens inestimables à des prix modiques à des illustres inconnus insinuant que les mollahs étaient en train de se cacher derrière des anonymes pour préserver leurs avoirs au lieu d’aider la relance économique ! Mais ils n’ont mentionné aucun nom et on a compris qu’ils simulaient aussi agir pour le peuple et cherchaient à se donner une image d’opposants tout en faisant pression sur les mollahs et obtenir des entreprises proposées à la privatisation.

JPEG - 128.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ces députés opportunistes et malhonnêtes ont continué leur enfumage en se disant contre le plafond actuel de non-imposition sans voter de loi en ce sens !

Au même moment, Rohani lui-même a parlé respectueusement de la politique de gestion de l’eau de Shah notamment l’initiation de l’ensemencement des nuages pour se donner une image de dissident après avoir servi le régime pendant 40 ans et ordonné les pires choses !

JPEG - 100.6 ko
JPEG - 60.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans le même temps, en parallèle à cet enfumage, le Guide a poursuivi le double jeu décidé pour cette semaine, en recevant Ziad Nakhalé et en insistant sur le soutien à la Palestine pendant que Khomeiny combattait le Shah, pour lui arracher un mot de soutien en faveur du régime et un mot contre ses ennemis, mais ce dernier n’a rien dit de tout et par son attitude a confirmé que le régime n’avait plus aucun intérêt pour les Palestiniens et de fait, il n’avait aucun allié au Moyen-Orient !

JPEG - 108.7 ko
JPEG - 73.3 ko
JPEG - 66.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Du fait de ces revers, la panique a gagné les collaborateurs nantis du régime ! L’indice a chuté sous l’effet de trop nombreuses actions mises en vente et pas prises en charge par le régime. Le gouvernement a encore injecté des fonds et l’indice a encore chuté. In fine, il a annoncé l’arrestation de 11 agitateurs financiers dans le domaine des devises (en fait, des nantis paniqués qui achetaient des dollars) pour intimider tous les gens de cette espèce. Ils ont arrêté de vendre des actions en surnombre et il a pu finir la séance boursière par une dernière petite injection de fonds (dépensant au total 855 milliards de tomans) pour finir avec une mini hausse de 95 points.

JPEG - 60.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Au cours de l’après-midi, le gouvernement des mollahs a réuni les principaux collaborateurs nantis du régime au prétexte d’un rendez-vous avec les grands acteurs du secteur privé pour les amadouer par tous les moyens possibles et de fait, empêcher leur agitation à la bourse et la nécessité d’injecter sans fin des fonds dans leur poche et leur permettre ainsi d’acheter ses précieux dollars à des prix modiques ! La rencontre a été un échec comme le montrent ces images, car il n’y a eu par ailleurs aucune déclaration faisant état d’une bonne entente entre les deux parties !

JPEG - 116.4 ko
JPEG - 87.5 ko
JPEG - 79 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Dans la nuit, Rohani a continué son enfumage en faisant part de ses vœux d’apaisement pour la nouvelle année chrétienne tout en ayant encore limité la célébration de la messe à cette occasion et en ayant retenu plusieurs familles d’Arméniens chez eux pour leur souhaiter la bonne année dans une ambiance morose en faisant référence à la mort de leurs enfants durant la guerre Iran-Irak, afin de souligner leur patriotisme (au lieu de leur amour de la révolution islamique) et prétendre par ce choix sémantique qu’il avait changé !

JPEG - 102 ko
JPEG - 136.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais ces efforts internationaux ont eu autant de succès que ses efforts avec eux du régime et il n’a reçu aucun vœu de réconciliation de la part de ses interlocuteurs chrétiens d’Europe, d’Amérique ou de la Russie !

Mardi 1er janvier 2019 (11 Dey 1397), le monde occidental avait changé de peau et ses dirigeants devaient faire de bonnes résolutions et vu qu’ils avaient zappé les mollahs de leur liste d’amis, on pouvait être certain qu’ils allaient leur réserver quelques grosses punitions cette année !

Les mollahs avaient oublié leur enfumage raté et avaient mis en avant le discours de Rohani sur la gestion des eaux du pays, en le qualifiant de protecteur de l’eau, afin de lui donner l’image d’un serviteur du peuple alors l’an dernier qu’il avait provoqué une sécheresse sans nom en exportant l’eau du pays vers la zone chiite irakienne pour obtenir le soutien des chiites irakiens et un droit de passage si le régime était menacé !

JPEG - 170.3 ko
PNG - 782 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ce retour vers le discours sur l’eau était la preuve que les mollahs et leurs proches étaient frappés par une sécheresse intellectuelle et ne savaient quoi inventer pour se donner une bonne image ou recycler Rohani pour qu’il puisse les sauver à son tour !

Dans leur journal en anglais, les mollahs affirmaient que Khamenei avait dans sa rencontre avec Nakhalé promis un gouvernement palestinien à Tel-Aviv ! On avait là un joli glissement sémantique pour renoncer à la prise de Jérusalem tout en restant anti-israélien ! Les mollahs faisaient donc implicitement du pied à leurs interlocuteurs occidentaux dans l’espoir de les enfumer et obtenir le gel et la fin des sanctions et sauver leur régime !

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani avaient révélé qu’Araqchi, le négociateur tactique de Rohani, avait la veille encore reçu les représentants des Talibans ! Cela signifiait qu’ils avaient cherché à les utiliser contre les Occidentaux après leur échec avec leur meilleur ami palestinien. Mais du fait que les Talibans n’avaient pas parlé contre les Américains, on pouvait estimer que cette initiative avait été un échec !

JPEG - 152 ko
JPEG - 162 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La révélation de cette diplomatie de désordre démontrait que les dissidents opportunistes avaient conclu à l’échec du régime en raison de l’échec de toutes ses initiatives, qu’elles soient destinées à promouvoir le chaos ou la paix ! Ce même groupe avait signalé une situation économique très préoccupante en révélant que la banque centrale du régime avait interdit la publication des chiffres de l’inflation !

Mais dans le même temps, ce groupe avait encore censuré les images de la vraie contestation et avait opté pour la promotion de la fausse opposition au prétexte du faux accident de bus de la semaine dernière avec des vidéos d’archives très brèves ou mal cadrées pour que l’on ne puisse pas voir la tenue des gens. La fausse opposition avait agi avec le même genre de vidéos en 2009.


© IRAN-RESIST. ORG

Ces images signifiaient que les mollahs et les faux dissidents n’avaient pas renoncé à leur pack politique de survie. De fait, nous avons remis en cause notre point de vue et il nous a paru que la référence au dialogue avec les Talibans par ce groupe n’avait pas pour but de contrarier les mollahs, mais de diaboliser l’équipe autour de Rohani et sacrifier certains hauts placés pour dissuader les gens du régime ou du peuple qu’il n’y avait pas d’enfumage, mais une fausse révolution déchaînée pour faire intervenir les vrais opposants et utiliser leur action pour lancer la seconde phase du plan de survie du régime !

En résumé, on avait d’une part les mollahs qui faisaient du pied aux Occidentaux et les dissidents opportunistes qui faisaient du pied au peuple ! Les mollahs avaient changé de plan d’enfumage et étaient prêts à sacrifier leur envie de Jérusalem, ainsi que quelques proches et mettre en place des gens faisant semblant d’être partisans d’une République islamique très modérée, afin de sauver leur peau !

Les Européens ont rejeté la demande d’entente des mollahs sur la Palestine ou l’appellation de leur régime en faisant savoir par l’intermédiaire d’un porte-parole qu’ils restaient attachés à l’accord de Vienne pour assurer leur sécurité, accusant ainsi les mollahs d’être un vrai danger. Ils ont aussi promis l’application du SPV sans indiquer de date à ce sujet !

PNG - 155.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse a ouvert en panique !

Les mollahs et leurs acolytes ont continué leur plan de sauvetage modifié en diffusant encore leurs brèves images insondables. Les députés ont rejoint l’enfumage médiatique en s’inquiétant après 40 ans pour les salaires et l’absence de couvertures sociales des employés en Iran ! Il a aussi critiqué le ministre de la Santé de Rohani tout en affirmant que ce dernier était un homme très bon, mais mal informé par ces proches !

Jahangiri, le premier adjoint de Rohani, a validé la gentillesse de ce dernier en annonçant qu’il était fier d’inaugurer 800 unités de logement dans la région abandonnée de Sistan-&-Baloutchistan. Mais on n’a pas vu les images de ces appartements. In fine, en cherchant plus longtemps, on a compris qu’il s’agissait de 40 bungalows promis dans un premier temps et qu’il n’y avait qu’un seul modèle déjà construit et qu’il était plus simple de prétendre que Rohani était bienveillant que de donner des exemples de son œuvre de bienveillance !

JPEG - 255 ko
JPEG - 132.2 ko
JPEG - 77 ko
JPEG - 67.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La bourse est restée en état de panique !

Jahangiri, le premier adjoint de Rohani, a alors promis que le régime allait protéger le golfe Persique insinuant la capacité militaire pour dominer la région, espérant provoquer une crise bénéfique au régime, mais il n’y en eut aucune !

Nobakht, le responsable du plan au sein du gouvernement Rohani a alors visité un site militaire pour constater des progrès dans la mise au point d’une fusée lanceur de satellite pour insinuer la capacité de fabrication des missiles de longue portée à tête porteuse et ainsi affirmer une capacité importante de frappes nucléaires punitives du régime jusqu’en Europe (contre les Européens et les bases de l’OTAN) afin de provoquer une crise mondiale et prendre le dessus par un chantage militaire nucléaire !

JPEG - 112.9 ko
JPEG - 95.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais il n’y a pas eu la crise qui pouvait leur permettre de dicter leurs conditions à tout le monde ! Les mollahs et leurs compagnons ont compris qu’ils ne pouvaient pas mener le jeu et devaient le subir !

La panique a continué à la bourse de Téhéran. Les mollahs ont menacé tous les nantis en qualifiant la Banque Sarmayeh (chargée de financer les affaires commerciales du régime) de source de corruption et organe de détournement des devises ! Ils ont ainsi pu stopper l’agitation et finir sur une hausse avec un tout 1098 milliards de tomans.

JPEG - 86.1 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Décidés à provoquer une crise dès le premier jour de la nouvelle année qui s’annonçait difficile, les mollahs ont demandé à leur ambassadeur en Belgique (et à l’EU) d’écrire un article et affirmer que l’accord de Vienne ne tenait qu’à un fil, insinuant qu’ils étaient sur le point de le rompre. Ils espéraient que les Européens feraient tout pour préserver cet accord qui est leur seul grand accord international pour préserver leur aura diplomatique.

PNG - 531.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Rohani a reçu son invité palestinien dans l’espoir d’un changement anticipé sur le changement espéré des Européens...

JPEG - 138.7 ko
JPEG - 71.9 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Mais in fine, le régime n’a rien obtenu des Européens et de son invité palestinien et tout le monde a compris que ses recettes du passé n’avaient pas la capacité de réussir, car le monde avait changé depuis quelques mois, le régime ne pouvait diviser l’unité pour le contrer. Il pouvait même le renforcer grâce à ses efforts pour y parvenir et grâce à ses échecs qui lui avaient ôté toute capacité de nuisance.

Dans ce contexte d’impuissance totale, les députés ont choisi les mollahs pour bénéficier de leurs moyens de transport et leurs dollars. C’est pourquoi ils ont validé le budget de Rohani dans ses grandes lignes !

Dans la nuit, Zarif a tenté de provoquer Trump en critiquant sur un ton très moquer le départ américain de l’UNESCO. La décision avait cependant été prise par Obama que Zarif ne mentionnait pas. Mais Trump s’est gardé de lui répondre, pas même d’évoquer le lien avec Obama, et se retrouver engagé par le dialogue avec les mollahs, les laissant mijoter dans leur désespoir !

Mercredi 2 janvier 2019 (12 Dey 1397), les mollahs s’affirmaient comme la première puissance régionale et protectrice du détroit d’Ormuz pour relancer l’option des menaces des intérêts occidentaux ! Ce choix ancien qui n’a jamais était bénéfique aux mollahs a juste apporté la preuve qu’ils n’avaient pas de solution inédite pour une situation encore plus inédite !

JPEG - 177.1 ko
PNG - 844.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Ils rétropédalaient sans le savoir ! Ils rétropédalaient aussi en anglais en parlant encore du patriotisme des Arméniens iraniens pour draguer les Occidentaux après les avoir menacés grossièrement au premier jour de la nouvelle année renforçant leurs résolutions hostiles !

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani avaient mis en avant la détresse financière des mollahs, car leur banque centrale avait encore exigé le retour des dollars exigés par les importateurs après les bénéfices dégagés par la vente des produits importés.

JPEG - 166.2 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les cadres miliciens en quasi-rupture avec le régime avaient mis en avant la détresse financière des mollahs en soulignant l’attitude hostile du procureur du régime contre ses banques et leurs clients fortunés !

JPEG - 194.8 ko

© IRAN-RESIST.ORG

contestation se portait bien mieux que les jours précédents, car les retraités étaient devant le Parlement pour réclamer des mois de pensions en retard, les agriculteurs s’étaient rassemblés à Ispahan pour manifester contre le régime et on avait les images de ces manifestations de la vraie opposition ! Les vrais opposants avaient écrasé la fausse opposition et les dissidents opportunistes avaient oublié cette dernière !


© IRAN-RESIST.ORG


PNG - 390 ko
Pain Travail Liberté


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Ces manifestations et l’abandon lâche de la fausse opposition ont déprimé les nantis et les mesures punitives de la veille et celles annoncées par voie de presse n’ont pu les empêcher de mettre massivement en vente leurs actions. Le gouvernement a refusé de satisfaire ces offres de vente et l’indice s’est effondré.

Les députés ont aussi oublié les réserves dans la parole pour aider la fausse opposition sans aider la vraie et ont attaqué les dirigeants en les qualifiant de responsables repus incapables de comprendre les gens du peuple ! Ils ont aussi dénoncé la disparition d’une grande partie du budget dans les poches des mollahs via le financement des entreprises publiques déficitaires.

Rohani qui présidait le conseil des ministres a annoncé l’entrée de 750 millions de dollars grâce aux exportations non pétrolières (en fait très largement pétrochimiques) pour acheter le soutien de ses collaborateurs ! Il a aussi promis de calmer la grogne populaire en faisant tout pour baisser les prix pour Norouz ! Il a enfin promis un hommage le lendemain à Rafsandjani (presque une semaine avant l’anniversaire de sa mort (son assassinat pour trop de dissidence) pour faire comprendre aux dissidents par intérêt qu’il était permis de jouer des rôles, mais qu’il pourrait les faire disparaître s’ils mettaient en danger le régime !

Ces promesses teintées de menaces n’ont pas rassuré ou terrorisé les paniqués. Ils ont continué à mettre en vente leurs actions pour acheter des dollars. Rohani a limité les achats pour limiter la perte des dollars du régime et en l’absence d’achats, les vendeurs ont baissé leur prix et ont fait chuté l’indice de la bourse, dévoilant le manque absolu de confiance en l’avenir du régime : -943 point malgré 1293 milliards de tomans d’achat d’actions par le régime et ses actionnaires institutionnelles !

JPEG - 85.3 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Après cet échec majeur, Rohani et ses sherpas se sont tus. Les députés ont profité de ce malaise pour occuper le devant de la scène afin de critiquer sévèrement son budget, mais sans parler de la révocation des ministres qui l’avaient rédigé. On avait un modèle de chantage  : les députés faisaient pression sur leurs dirigeants pour qu’ils leur accordent le droit d’accéder à leurs budgets pour assurer leur avenir en exil !

À ce moment, les mollahs ont eu un problème inattendu  : la température a chuté à Téhéran et les météorologues ont annoncé de la neige pour le lendemain matin ! Les mollahs ont cessé la promotion de leur fausse opposition, car ils ne pouvaient plus utiliser des images d’archives pour ce projet. Les députés ont aussi cessé leurs critiques contre les mollahs de peur que la situation se dégrade par la faute de la neige et l’incapacité des mollahs à produire de l’électricité pour le chauffage de leurs proches et les pauvres gens du peuple.

Jeudi 3 janvier 2019 (13 Dey 1397), il avait beaucoup neigé dans le nord et le centre du pays (à Arak à l’ouest de Téhéran).

JPEG - 114 ko
JPEG - 112.3 ko
JPEG - 222.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Iran, le principal organe du gouvernement des mollahs, avait cité Rohani. Il se disait le responsable du budget. Cela signifiait un refus des mollahs d’accorder plus de droits aux députés. Par ailleurs, dans Tehran Times, les mollahs affirmaient que la visite en secret de Trump était la preuve de sa couardise pour insinuer qu’il était seul et n’avait pas les moyens de les atteindre !

PNG - 840.4 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Menacés par la neige et ses effets, les mollahs s’affirmaient face à leurs collaborateurs agités. Ils niaient par ailleurs leur isolement dans l’espoir de diminuer les hostilités internes à leur encontre. Ils espéraient aussi provoquer une polémique pour agiter la région et faire douter les alliés de Trump et les inciter à prendre leurs distances avec lui. Mais le sujet choisi était déjà vieux de plusieurs jours et la visite de Trump n’avait pas été critiquée dans la région. De fait, leur polémique ne pouvait réussir. Leur choix démontrait qu’ils n’avaient pas pu trouver mieux pour provoquer une crise qui leur soit bénéfique ! Ce choix allait sans doute aggraver leur situation.

Les dissidents opportunistes du clan Rafsandjani avaient mis en avant le financement des entreprises publiques déficitaires par les mollahs, pour forcer les députés à continuer cette critique évoquant la corruption des mollahs. La neige avait décidé ces dissidents à mi-temps à revenir à une position hostile aux mollahs !

JPEG - 149.7 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La contestation était aussi contrariée par le froid dans tout le pays, car les gens devaient trouver des moyens pour se chauffer. Mais ce froid qui empêchait les rassemblements allait renforcer la contestation en raison de l’absence de possibilité de se réchauffer.

Rohani a alors annoncé un nouveau ministre de la Santé et a de fait prouvé que le régime avait aussi un grave problème en terme de couverture sociale et d’accès aux médicaments les plus courants dans la majorité des pays pétroliers ou les pays de la région ! Le nouveau ministre de la Santé (Namaki) était censé annoncer des mesures pour mettre fin aux pénuries actuelles, mais il n’a rien dit qui puisse rassurer les gens qui souffrent de ces pénuries ou de leurs effets politiques. Sa nomination a semblé comme un enfumage sans intérêt pour la survie du régime. Mais cela n’a pas provoqué un nouveau krach, car la bourse (source d’argent rapide pour les nantis du régime) est fermée le jeudi.

Zarif, le ministre des AE de Rohani a alors annoncé qu’il irait très rapidement en Inde et en Irak pour signer de grands contrats notamment pétroliers pour rassurer les nantis forcément paniqués. Mais il n’a pas donné de date pour ces voyages ni ce qu’il devait proposer aux dirigeants de ces pays !

Tout le monde s’est tu alors au sein du régime. Rohani parce qu’il n’avait rien d’autre et ne pouvait même pas nettoyer les voies enneigées. Les députés parce qu’ils étaient responsables de la situation et aussi avait peur de tirer sur les mollahs et perdre alors les avantages d’être de fidèles alliés ! Leur silence laissait supposer qu’ils n’avaient pas pu trouver une bonne idée pour assurer leur survie et celle des leurs.

Alors que les mollahs & cie s’étaient tus. Le M-AE américain a annoncé que le tir d’une fusée à tête porteuse était en contradiction avec la résolution 2231 du conseil de Sécurité. Il a promis de sanctionner les mollahs et aussi aider mes Iraniens à se libérer du joug des mollahs !

PNG - 325 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs et leurs pions n’ont pas réagi à ces annonces et sont restés silencieux et ont prouvé qu’ils n’osaient pas intervenir ! Après de longues heures, Zarif a opté pour le bras de fer en affirmant que le régime avait le droit de tirer de telle fusée. Il avait hésité, car les Européens avaient déjà critiqué ces missiles, mais en l’absence d’une nouvelle critique de ces derniers, il avait opté pour la résistance pour profiter de l’hésitation apparente des Européens.

Vendredi 4 janvier 2019 (14 Dey 1397), les mollahs devaient faire le bilan de la semaine et indiquer la feuille de route pour la semaine à venir. Ils avaient aussi provoqué Trump et ses alliés et espéraient avoir intimidé ces derniers !

La journée a démarré bien mal pour les mollahs, car il n’y avait aucune réaction de la part de Trump et ses alliés européens. Seulement, Netanyahou avait annoncé qu’il avait parlé à Poutine à leur propos. Il n’y avait aussi aucune réaction de leur part. Tous les pays ciblés par leur provocation avaient évité la crise souhaitée par les mollahs pour installer leur chantage à la déstabilisation régionale !

PNG - 428.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

La neige était à présent tombée à Téhéran, terrorisant les mollahs...

JPEG - 137.8 ko
JPEG - 190.8 ko
JPEG - 196.9 ko
JPEG - 242.5 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Les mollahs n’ont pas surenchéri. Les différents composants du régime sont restés silencieux, attendant le sermon des mollahs pour se positionner.

Finalement, à midi, les mollahs ont nié leur échec à provoquer une crise bénéfique en oubliant les menaces de sanctions et leur initiative ratée. Ils ont aussi nié leur isolement en remerciant la belle mobilisation de leur VIP pour leur journée nationale de rétropédalage (au début de la semaine), alors que la mobilisation avait été presque nulle. Ils ont enfin axé le reste de leur sermon à l’anniversaire à venir des 40 ans de la révolution islamique pour insinuer qu’ils allaient rester au pouvoir et personne ne pouvait les en déloger !

JPEG - 110.3 ko
JPEG - 183.5 ko
JPEG - 1016.6 ko

© IRAN-RESIST.ORG

Personne n’a repris ses critiques contre le dernier budget des mollahs ! Au début de l’après-midi, ces derniers ont aussi annoncé beaucoup de nouvelles sur leur opposition officielle et les députés ont aussi mis en avant leur envie d’un Parlement axé sur des réformes ! On a compris qu’après une semaine d’effort pour instaurer une fausse opposition avec un mécanisme de rétropédalage et l’échec de ces efforts, les mollahs étaient revenus à leur modus operandi habituel avec d’une part une politique de surenchère et de l’autre, son propre rétropédalage mou par la promesse de possibles réformes qui n’ont jamais existé ! Ils ont ainsi passé d’une opposition inventive avec un rétropédalage à une opposition molle comme rétropédalage. C’est ce qu’on appelle le déclin ou la vieillesse. Cette semaine, le régime a attrapé un gros virus de vieillesse qui peut-être le tuera à ses 40 ans !

La semaine dernière, les mollahs avaient perdu le soutien tactique des Talibans et le recours au terrorisme des Palestiniens. Ils avaient aussi perdu leur commandant en chef de leur terrorisme (Soleimani). Ils avaient tenté de provoquer une fausse révolution, mais leur plan avait échoué, car les Iraniens l’avaient boycotté et leurs propres compagnons n’avaient pas souhaité participer à cette initiative ratée.

Cette semaine, ils ont continué le même plan avec de nouveaux acteurs se disant des "étudiants partisans des ouvriers grévistes iraniens" pour convaincre les Iraniens de les soutenir, mais ils ont aussi mis en avant un mécanisme de rétropédalage pour rassurer les leurs que cette initiative ne leur échappe pas comme en 2009. Mais les Iraniens ont encore boycotté les faux opposants que l’on leur proposait et ils sont eux-mêmes descendus dans la rue pour exclure ses tricheurs du jeu. Les compagnons du régime qui avaient aimé le plan du régime ont déchanté et la panique a refait surface.

La neige a aussi ruiné les plans du régime, car il ne pouvait pas diffuser des images d’archive pour la promotion de ses faux opposants. La neige a aussi dégradé la situation des Iraniens et a de fait augmenté les risques pour le régime ! Les mollahs ont renoncé à leur nouvelle initiative ratée de fausse révolution de couleur pour revenir à des slogans menaçants associés à leur molle opposition officielle pour équilibrer le jeu et potentiellement leur éviter de nouvelles sanctions.

Cette semaine, les mollahs ont ainsi eu la confirmation qu’ils ne pourraient plus duper les Iraniens ! Ils n’ont pour avant pas capituler car ils savent que l’issue sera leur mort. Ils se sont en conséquence réunifiés sur le modèle inventé par l’ex-grand patron du régime Rafsandjani en optant pour un mélange mouvant d’intimidation et de modération.

Les mollahs ont ainsi passé d’une opposition inventive, mais très surévaluée à une opposition molle qui n’est qu’un rétropédalage surévalué. C’est ce qu’on appelle un naufrage sans canot de sauvetage ! En fait, cette semaine, les mollahs pris de panique ont mal manœuvré et ont coulé leurs canots de sauvetage ! Il ne leur reste que leurs canons ou des bras pour fuir leur embarcation dévastée !