Accueil > Photos > Semaine 556 : Fausses ripostes aux premières vraies sanctions européennnes (...)



Semaine 556 : Fausses ripostes aux premières vraies sanctions européennnes !
30.10.2018

En 2016, Washington a renoncé à sa diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe, Brzezinski, en décalquant la diplomatie islamophile anglaise pour contrer la suprématie pétrolière mondiale des Anglais depuis le début du siècle dernier, car cet ersatz avait produit des troubles géopolitiques graves contraires aux intérêts des grandes compagnies pétrolières américaines et profitables aux Anglais et les Chinois qui les talonnent en Afrique. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate, en place depuis 1973, par des révélations pénalisant son candidat Hillary Clinton pour aider l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. L’Amérique a alors affiché une nouvelle diplomatie américaine basée sur la fin de l’islamisme et le rapprochement avec la Russie pour contrer les Anglais et leur suprématie pétrolière mondiale.

(chantage terroriste & clientélisme / saison 1) Les mollahs ont alors soutenu les Houthis pour menacer la livraison de pétrole du golfe Persique. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais les Européens n’ont pu les sauver en raison de leur instabilité et leur terrorisme. Les mollahs se sont retrouvés incapables d’approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 et leur ralliement au peuple pour demander la fin du régime et le retour de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié leur terrorisme via les Talibans en Afghanistan et via Daesh en Syrie contre les Américains et les Israéliens pour menacer le rapprochement de Trump avec Poutine. La Russie et la Syrie, excédées par cette ingérence contraire à leurs intérêts ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité internationale implicite contre le terrorisme des mollahs pour se retirer de l’accord de Vienne. Il a aussi encouragé l’alliance pétrolière de Poutine et l’OPEP pour priver les mollahs d’un possible chantage pétrolier et aussi pour affaiblir les Anglais. Il a enfin mis un terme à la capacité de nuisance terroriste des mollahs au Moyen-Orient et en Europe en obtenant leur expulsion de la Syrie en échange de la reconnaissance de la souveraineté d’Assad !

Tous les gens du régime se sont mis à acheter des dollars et des pièces d’or pour quitter le pays. Les mollahs et les chefs Pasdaran ont mis un frein à ces achats en augmentant les prix de ces produits pour les garder pour eux-mêmes. Les 30 députés du régime encore présents au Parlement, privés d’accès du dollar, ont remis en cause leur confiance à Rohani pour le forcer à leur accorder des dollars pas chers ou des places dans son gouvernement !

(chantage terroriste & clientélisme / saison 2) Dernièrement, les mollahs, menacés leurs compagnons, ont proposé le dialogue à Trump tout en attaquant ses alliés régionaux, mais ils ne sont pas parvenus à le faire flancher. Ils ont alors tenté d’obtenir le soutien des Anglais en bloquant l’adoption d’un statut pour la Caspienne, mais ont entraîné l’hostilité des pays riverains et leur unité pour aboutir un bon statut anti-BP.

Tous les gens du régime se sont mis à acheter des dollars et des pièces d’or pour quitter le pays. Les mollahs et les chefs Pasdaran ont mis un frein à ces achats en augmentant les prix de ces produits pour les garder pour eux-mêmes. Les 30 députés du régime encore présents au Parlement, privés d’accès du dollar, ont remis en cause leur confiance à Rohani pour le forcer à leur accorder des dollars pas chers ou des places dans son gouvernement !

Les mollahs ont songé à une fausse révolution de couleur et ont fâché leurs proches collaborateurs qui pouvaient y perdre tout. Ils ont encore tenté de déstabiliser l’Irak et la Syrie et ont provoqué l’hostilité des Irakiens, des Syriens et des Russes. Trump a alors proposé une réunion au Conseil de Sécurité pour adopter de nouvelles sanctions mondiales à leur encontre.

(chantage terroriste & clientélisme / nouvelle version) Les mollahs ont alors mis en scène un faux attentat chez eux en accusant les alliés régionaux de Trump pour se victimiser, échapper aux sanctions et trouver des alliés, de préférence les Européens, pour tenir tête à Trump, tout en lui proposant le dialogue pour aboutir à un deal sans aucune exigence de sa part.

Les Européens (mais aussi les Russes et les Chinois) se sont fâchés et ont puni les mollahs en leur proposant seulement un mécanisme de business démonétisé, les privant de facto de tout accès au dollar comme le souhaite Trump.

La demande de dollar a augmenté et le régime a dû augmenter son prix sur le marché libre qu’ils contrôlent à 20,000 tomans (4 fois son prix officiel) provoquant une plus grande panique parmi ses collaborateurs.

La semaine dernière Trump a obtenu le soutien ouvert des Français, des Allemands et tous les membres de l’OTAN à ses sanctions en insistant sur le terrorisme des mollahs.

Les mollahs ont nié leur échec et ont tenté de duper leurs collaborateurs et les pauvres qui les contestent. Aux plus riches, ils ont promis un dollar à 8000 tomans à condition qu’ils investissent beaucoup d’argent dans les entreprises moribondes du régime pour limiter leur pouvoir d’achat de devises et aussi de ruiner les cambistes et d’éliminer le marché libre. Ces derniers ont fait grève et ont de facto gardé les prix élevés. Le manque de dollars a obligé les mollahs à renoncer à leur projet.

Ils ont alors promis aux plus pauvres des allocations qui ne valent plus rien pour mettre fin à leur contestation et les réunir autour du Guide pour continuer leur fuite en avant. Les pauvres (miliciens qui rejettent le régime) ont intensifié leur contestation et ont aussi boycotté le grand rassemblement avec le Guide mettant en valeur l’isolement des mollahs et leurs camarades à la tête des Pasdaran.

Le dernier jour de la semaine dernière, les mollahs ont tenté de raviver leur fausse opposition dédiée à une fausse révolution de couleur, mais leurs collaborateurs ne les ont pas soutenus. Leur m-ae a accordé un entretien à la chaîne Al Jazeera pour insister sur leur disposition à accepter le dialogue, essayant d’inverser les rôles et obliger Trump à faire le premier pas en renonçant à ses exigences et ses sanctions, mais ce dernier a évidemment méprisé leur demande !

Cette semaine, les mollahs devaient gérer les progrès de Trump et leurs propres échecs ainsi que le prix du dollar pour éviter que leurs députés les attaques pour prendre le contrôle de leurs trésors afin d’obtenir les fonds nécessaires à leur fuite. Puisqu’ils sont seuls, ruinés et conscients qu’ils seraient pendus pour tous leurs crimes, les mollahs ont encore rusé en faisant semblant de renoncer à leur chantage terroriste pour apaiser les relations avec les Européens sans perdre le soutien de leurs agents terroristes. Ils ont échoué, ont déçu ces derniers et tous leurs autres collaborateurs et in fine ont provoqué de nouvelles crises qui ont aggravé leur situation.



Samedi 06 octobre 2018 (14 Mehr 1397), les routiers iraniens étaient toujours en grève paralysant les mollahs et leur régime !


© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs avaient fait le choix de nier leurs échecs en affirmant avoir réussi à relancer l’économie, à baisser le prix du dollar et à mobiliser des centaines de milliers de miliciens autour du Guide !

JPEG - 242.2 ko
PNG - 934 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêts avaient mis en avant ce discours du régime tout en signalant les progrès de Trump (mais en se moquant aussi de lui pour ne pas être accusés de trahison).

JPEG - 270.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ces mêmes dissidents ont aussi davantage bousculé les mollahs en révélant que toutes les régions du nord du pays étaient dans une situation grave en raison des pluies en quantité record dans l’histoire du pays, mais personne au sein du régime n’en parlait ! Il était clair que les dirigeants ne voulaient rien payer aux victimes et garder les derniers avoirs du régime pour eux-mêmes !

JPEG - 681.1 ko
JPEG - 121.6 ko
JPEG - 127.8 ko
JPEG - 41.6 ko
JPEG - 70.1 ko
JPEG - 39.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les dissidents ont par ailleurs révélé que selon le prince héritier saoudien les exportations pétrolières du régime avaient baissé de 750,000 barils par jour !

Les dissidents ont enfin révélé que les mollahs, les députés, les Chefs Pasdaran et leurs experts allaient se réunir en fin de la soirée à Qom pour justifier l’adhésion du régime à la lutte internationale contre le financement du terrorisme et sans doute pour mettre au point une formule pour sacrifier quelques subalternes pour sauver leur propre peau !

Les mollahs, les députés et les chefs Pasdaran (habituellement opposés à l’adhésion au FATF) n’ont pas condamné l’adhésion et ont prouvé que l’information à leur sujet était vraie ! L’absence de la lutte entre les députés et Rohani confirmait qu’ils s’étaient entendus. Les députés ont aussi commencé des débats très passifs

Les nantis du régime souvent issus du terrorisme ont craint pour leur avenir et ont mis leurs actions en vente pour acheter des dollars et ont ainsi maintenu son prix à plus de 15,000 tomans, soit le double du prix libre du régime pour acheter l’accès à des quantités limitées de devises !

Rohani a alors tenté de rassurer ces paniqués en citant une dépêche de Reuters qui pour contrarier Trump et nier sa victoire avait minimisé la baisse des exportations du régime tout en lui attribuant de nouveaux contrats avec l’Inde. Rohani s’est aussi dit consterné par les inondations et a promis des aides pour nier la faillite du régime et d’éviter que les inondations provoquent des manifestations anti-régime ! Mais il n’a parlé d’aucun secours et aucune enveloppe et de fait, tout le monde a vite douté de sa sincérité !

La panique a persisté en raison de l’absence de démenti sur l’adhésion du régime au FATF ! Les mollahs ont dépensé 2848 milliards de tomans en achat d’actions pour rassurer leurs vieux agents de terrorisme, mais la panique a continué et a fait baisser l’indice de 1474 points.

PNG - 99 ko
PNG - 311.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au début de l’après-midi, le M-AE de Trump a annoncé qu’il était en Corée du Nord et y était parvenu à de grands progrès qui pouvaient se solder par une seconde visite de Trump chez Kim Jung Un ! Trump lui-même en tournée électorale a souligné le manque de solidarité des mollahs avec leurs proches en révélant qu’Obama leur avait offert 150 milliards de dollars dont ils ne parlaient jamais !

Les chefs Pasdaran ont alors émis des doutes sur l’intérêt de l’adhésion au FATF et ont annoncé des manœuvres du Kurdistan où leurs derniers fidèles sont malmenés par les habitants. Mais ils n’ont pas donné des détails sur ces manœuvres.

On a compris que les chefs Pasdaran n’avaient peut-être pas touché leur part et faisaient pression sur les mollahs pour l’obtenir. Les mollahs ont alors évoqué leur grande admiration pour les chefs Pasdaran et ces derniers n’ont pas évoqué les détails de leurs manœuvres. On a compris qu’ils avaient obtenu ce qu’ils voulaient grâce à leur chantage de provocation militaire susceptible de contrarier la bonne image que les mollahs voulaient donner d’eux-mêmes en acceptant l’adhésion au FATF et tout le monde pouvait continuer le projet d’apaisement avec les Européens !

Dimanche 07 octobre 2018 (15 Mehr 1397), les mollahs et leurs complices devaient mettre en place leur formule pour l’adhésion au FATF sans se mettre en danger. Les routiers iraniens étaient en grève pour le 18e jour consécutif.

Les journaux des mollahs parlaient des inondations comme d’une fatalité pour expliquer l’absence d’indemnités aux paysans qui avaient tout perdu. Les mollahs annonçaient aussi l’adhésion à la CFT, la convention de lutte contre le financement de terrorisme comme la dernière étape d’un long processus déjà commencé pour minimiser l’impact de leur projet !

JPEG - 199.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans leur média anglophone, Tehran Times, les mollahs insistaient sur la victoire d’Assad comme si cela leur profitait, s’attribuant ainsi une bonne capacité de nuisance malgré leur adhésion à la CFT afin que leur geste ne soit pas considéré comme un signe de faiblesse de leur part !

PNG - 876.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêts avaient mis en avant l’inondation et aussi la hausse de prix pour souligner que les mollahs avaient finalement plié sous les premiers effets des sanctions avant même que Trump parachève son projet de les priver de tout revenu en dollar !

JPEG - 263.3 ko
JPEG - 158.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les opposants ont alors annoncé que les Bazaris allaient enfin mettre à exécution leur projet de grève générale , annoncé deux semaines auparavant et arrêter l’ensemble de leur activité lundi sans une raison précise, mais pour contester la légitimité entière des mollahs et les empêcher de gagner du temps avec leur dernier plan.

Les mollahs n’ont pas annoncé de représailles. Ils ont insisté sur leur détermination en annonçant que les députés étaient réunis depuis 5h du matin pour trouver un bon compromis. À 8h, ils ont annoncé que le compromis n’avait pas été trouvé et l’adoption de l’adhésion (qu’ils avaient déjà décidée la veille en huis clos à Qom) nécessitait un débat. Ali Larijani a ouvert la séance annonçant que le Guide avait autorisé la loi d’adhésion au FATF en raison de sa nécessité pour le régime !

Le M-AE du régime est alors aussi arrivé au Parlement pour donner son point de vue et a dit qu’il ne pourrait garantir la fin des sanctions après cette adhésion, mais cela était vraisemblable en raison de l’échec de Trump et l’absence de soutien de ses alliés européens ! Personne n’a contesté ce mensonge et après un débat symbolique entre deux partisans et deux adversaires contre la loi d’adhésion à la CFT, celle a été adopté à une courte majorité. Le régime a précisé que la loi imposait 6 conditions à cette adhésion, dont la fin des sanctions !

JPEG - 151.5 ko
JPEG - 112.6 ko
JPEG - 159.3 ko
PNG - 132.3 ko
PDF - 112.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au même moment, le ministre des Transports de Rohani (son lien avec les Français et Airbus) qui était très critiqué par les députés a démissionné. On a compris que tel était le prix de l’adhésion des députés à Rohani. Ils devaient vraisemblablement avoir le droit de choisir un ministre assurant leurs intérêts et des marchandages secrets avec les Français.

Les députés ont aussi alors rendu service au régime en organisant un débat pour parler de la sécheresse récurrente en Iran malgré les tonnes d’eaux tombées sur le pays. On a compris qu’ils autorisaient la vente des eaux du pays aux États étrangers en particulier l’Irak pour plaire aux dirigeants de ce pays dans l’espoir qu’ils leur accordent des visas ou un droit d’asile !

Les chefs Pasdaran ont aussi affiché de l’indifférence après cette loi en soulignant leur soutien à Rohani tout en déplorant pour la forme la perte de la notion de gestion révolutionnaire du début de la révolution !

La panique a alors enflé au sein des nantis paniqués et l’indice a chuté sous l’effet des ventes ! Malgré 2691 milliards de tomans d’achat d’actions de la part des actionnaires institutionnelles, l’indice est descendu de presque 6000 points !

PNG - 131.7 ko
PNG - 459.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

L’agence de presse de cadres miliciens qui veulent la chute du régime a alors révélé que la convention CFT n’acceptait aucune condition et n’ouvrait droit à aucun business.

Fars a aussi révélé que les mollahs n’allaient pas vraiment adhéré à la CFT, mais qu’ils avaient adopté leur propre version de la CFT dans laquelle ils avaient remis en cause le deuxième article de cette convention sur la définition des États finançant le terrorisme et aussi la définition même du terrorisme selon cette convention en affirmant que les organisations comme le Hezbollah et d’autres groupes armés et terroristes qu’ils financent étaient des mouvements de résistance qui luttaient contre le terrorisme des grandes puissances !

Fars a ainsi révélé que les mollahs n’avaient pas adhéré à la CFT et jouaient seulement avec les mots pour duper les Européens et obtenir leur soutien sans avoir à sacrifier qui que ce soit tout en polémiquant contre les puissants pour gagner le soutien des intégristes du monde entier. De fait, la loi ne mettait personne en danger, mais elle ne pouvait pas non plus être d’un grand secours pour sa survie !

Il n’y avait d’ailleurs aucun résultat sur le plan international, car les Européens ou encore les Russes et les Chinois n’avaient pas salué le geste apparemment formidable des mollahs !

La panique a persisté à la bourse, car les mollahs n’avaient pas agi sérieusement ! L’indice a baissé en tout de 7666 points ! Les gens se sont rués vers le dollar.

Les mollahs ont nié cette crise et ont baissé le taux du dollar de 4000 tomans pour prétendre que tout allait bien voire mieux après l’adhésion qui devaient provoquer le soutien des Européens, mais avaient très rapidement et irréversiblement échoué !

Les députés ont pris leur distance avec les mollahs sans renier leur dernier projet raté. Ils se sont aussi rapprochés de la contestation anti-régime en dévoilant que les fonctionnaires du régime étaient tous sous le seuil de la pauvreté appuyant leur demande de soutien pour bénéficier au retour de leur soutien politique. Ils ont aussi assuré les nantis expats du régime de garantir la sécurité de leurs capitaux pour les attirer en Iran et prouver qu’ils étaient du côté du régime et aussi de ses trésors !

Les mollahs ont aussi critiqué leur propre projet raté par l’un des leurs pour en sortir doucement. Ils ont aussi fait savoir sur le conseil des Gardiens de leur constitution se prononceraient sur loi selon la charia à une date inconnue, pour officialiser d’une part la décision d’abandonner leur projet tout en espérant qu’ils réussissent à le réhabiliter et le relancer avec la menace de son annulation pour la charia !

Lundi 08 octobre 2018 (16 Mehr 1397), les routiers iraniens étaient en grève pour le 19e jour consécutif. Les Bazars de toutes les grandes villes du pays avaient cessé de travailler pour rappeler aux mollahs que leur avenir était plombé en Iran même s’ils trouvaient un sursis en simulant un apaisement avec les étrangers !


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des mollahs insistaient sur la pseudo-loi adoptée la veille comme la preuve de leur transparence financière, un plus pour la reprise des échanges économiques avec leur régime. Les mollahs espéraient rassurer leurs compagnons pour ne pas avouer leur échec.

JPEG - 212.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans leur média anglophone, Tehran Times, les mollahs insistaient sur l’unité des instances de pouvoir et le maintien du faux apaisement affiché la veille dans l’espoir que cette stabilité (inattendue pour le régime) puisse intéresser les Européens malgré le manque d’intérêt du message véhiculé.

PNG - 639.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêts, se moquaient des mollahs en répétant qu’ils avaient évoqué une réaction heureuse du Bazar après l’adoption de leur pseudo-loi d’apaisement alors les Bazaris avaient juste entamé un mouvement pour les virer !

JPEG - 174.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont vite annoncé que la Cour Internationale de la Justice, qu’ils affirment avoir de leur côté et lui octroie un pouvoir exécutif qu’elle n’a pas, allait se réunir pendant 4 jours pour statuer en leur faveur dans une plainte contre les Américaines pour les avoir accusés d’avoir organisé des attentats contre leurs troupes au Liban au début des années 80. L’annonce était fausse, car la cour devait d’abord écouter les avocats américains et étudier leurs preuves avant d’entendre les avocats du régime et écouter leurs arguments. Il ne s’agissait pas d’un procès contre les Américains, mais contre les mollahs bien qu’ils aient demandé l’intervention de la CIJ. C’est pourquoi après la fausse annonce, les mollahs ont cessé de communiquer sur le sujet en espérant que leur mensonge initial suffise à rassurer les leurs.

Cela n’a pas suffi, car la bourse a ouvert en crise et son indice a vite chuté sous l’effet de plus d’offres de vente que d’achats acceptés par les mollahs. La demande de dollar a aussi augmenté au point que le régime a dû augmenter son taux de 1000 tomans (11000 → 12000) tomans pour limiter ses pertes !

Les cadres miliciens en révolte contre le régime ont aussi encore torpillé la pseudo-loi adoptée la veille en affirmant que même une vraie adoption au FATF n’était pas synonyme de la fin des sanctions pour bien préciser que le pseudo-apaisement des mollahs n’avait aucune chance de succès. Un expert de ce groupe a même écrit que cette adoption avait juste confirmé la peur des sanctions et allait sans doute encourager Trump à durcir ses positions.

Au même moment, l’opposition a annoncé que dans la région frontalière, très pauvre et très tribale de Sistan-&-Baloutchistan, un groupe d’hommes avait attaqué une patrouille des Pasdaran locaux et tué un officier ! Cela voulait dire que les Pasdaran ne pouvaient pas assurer la sécurité du régime. Ils ont zappé l’affaire pour cacher leur manque d’hommes et ont même évoqué leur force surtout en matière de renseignements et de prévention pour dissimuler leur déclin !

La panique s’est amplifiée encore. La bourse a fini sur une baisse de 1234 points malgré 1630 milliards de tomans d’achat par les actionnaires institutionnels comme les banques ou les holdings gouvernementaux et la banque centrale du régime (BCI) a encore augmenté le taux de son dollar de 1000 tomans, le fixant à 13000 tomans. La demande de pièce d’or a aussi augmenté. La BCI a dû aussi augmenter le prix de ses pièces d’or de plus de 10 % pour limiter les achats ! Ils ont enfin annoncé une banque de dépôt d’or pour absorber l’or perdu, mais l’annonce n’a suscité aucun enthousiasme et ils ont dû augmenter encore le prix de leur or !

JPEG - 174.5 ko
PNG - 105.2 ko
PNG - 408.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Trump alors en tournée électorale a insisté sur l’affaiblissement des mollahs depuis son arrivée au pouvoir. Les mollahs ont caché cette annonce qui sonnait si vraie !

Alors que tout allait très mal pour les mollahs et très bien pour Trump, via la BBC, les Anglais ont annoncé que selon les officiels Turcs son meilleur allié MBS avait assassiné un journaliste nommé Jamal Kashoggi qui dans ses articles dans le Washington Post s’opposait à ses réformes de modernisation de l’Arabie Saoudite ! Cette accusation nous a paru bizarre, car un état qui veut assassiner un ennemi ne le fait pas dans sa propre ambassade, mais se débrouille pour donner l’aspect d’un accident à l’élimination de son ennemi.


© IRAN-RESIST. ORG

Le récit nous a paru encore plus suspect, car il s’appelait Kashoggi (ou Khashoggi) et était le neveu d’Adnan Kashoggi. C’est un nom connu pour les Iraniens. Il s’agit d’un marchand d’armes jordanien établi en Arabie Saoudite qui avait été mandaté par les Américains alors pro-islamistes pour contourner leur propre embargo d’armes à destination des mollahs pour qu’ils ne chutent pas et la révolution islamiste chère à Washington ne soit pas renversée. Il est par la suite devenu un intermédiaire pétrolier des mollahs notamment via sa seconde femme iranienne, Shahpari, qui porte le même nom que l’actuel ministre de pétrole des mollahs. Cette femme résidant en France est elle-même selon les mollahs leur intermédiaire pour attirer les investisseurs français en Iran. On lui prête le rapprochement des mollahs avec Total et Vivendi !

PDF - 1.2 Mo

© IRAN-RESIST. ORG

Il est intéressant de noter que le journaliste victime évoluant dans cet environnement pro-mollahs était depuis longtemps proche des Frères musulmans, les alliés historiques des mollahs ! Il avait même été fan de Ben Laden qui avait un temps été l’invité des mollahs !

PNG - 401 ko

© IRAN-RESIST. ORG

On avait donc un personnage peu recommandable. Il évoluait par ailleurs au sein d’un journal qui représente les ennemis américains de Trump, ceux qui dénigrent ses sanctions contre les mollahs et veulent les préserver par tous les moyens. Mais tout cela était occulté et on accusait le plus proche allié de Trump dans la lutte anti-mollahs de l’avoir égorgé presque dans son salon !

Pour nous, cela était un coup monté, le journaliste avait été sacrifié par ses amis (membres de l’ex-Establishment US et américains et des agents saoudiens proches de ce puissant groupe pétrolier) pour discréditer MBS, faire chuter Trump et sauver le projet mort de la République islamique en Iran ! La Turquie alors sanctionnée par Trump et les Anglais, victimes de sa diplomatie, étaient visiblement dans le coup ! Trump a agi finement en ordonnant une enquête sur cet assassinat dont la grossièreté de son exécution le rendait suspect.

Les mollahs qui surfent sur les infos et zappent tout ont bizarrement vite vu celle-ci et ont rejoint les accusateurs de MBS et la défense de la victime, car un partisan du terrorisme était qualifié de héros de liberté. Ils pouvaient espérer des soutiens malgré leur propre terrorisme !

Les Européens qui ont peu de contrats en Arabie Saoudite ont vite été offusqués de la mort du journaliste islamiste saoudien résidant à Washington et ont attaqué MBS, mais ils n’ont pas pour autant défendu les mollahs. Ces derniers ont crié comme les Européens sans pouvoir s’associer à la fronde contre MBS et Trump.

L’échec des mollahs pour s’intégrer au concert anti-MBS leur a prouvé que les Européens n’agissaient pas pour créer un front anti-Trump en faveur de leur régime déclinant. Les Européens n’avaient pas envie d’une guerre avec l’Amérique qui est un partenaire technologique et militaire indispensable pour leurs intérêts, mais ils profitaient du coup monté contre Trump pour le contrarier et l’obliger à leur accorder plus de place sur la scène internationale ou encore obliger les Saoudiens à acheter des produits européens. Tout cela devait profiter seulement aux Européens et les mollahs n’y avaient pas leur place. Ils pouvaient même se voir punir davantage en essayant de jouer les voyageurs clandestins dans la fronde européenne contre MBS et Trump. C’est pourquoi les mollahs n’ont pas amplifié leur action via par exemple l’ONU malgré de vrais liens avec sa victime.

Conscients que leur silence serait incompréhensible pour leurs collaborateurs, ils ont annoncé le départ forcé en retraite de 54 directeurs administratifs, libérant 54 postes importants pour des milliers qui aspirent à accéder au pouvoir pour profiter de l’accès çà ses trésors afin de calmer tous ces gens et s’éviter leur hostilité ! Après cet effort de séduction de leurs compagnons paniqués, les mollahs ont sans cesse invité leurs compagnons à espérer en prétendant que Trump était affaibli et devait reporter son projet d’embargo à 100 % du régime !

Mardi 09 octobre 2018 (17 Mehr 1397), les routiers iraniens étaient en grève pour le 20e jour consécutif. Les Bazars de toutes les grandes villes du pays étaient en grève pour le 2e jour consécutif pour rappeler aux mollahs que leur avenir était plombé en Iran quoi qu’ils fassent ! L’opposition signalait aussi que les jeunes encouragés par l’échec des appels à la mobilisation du clergé s’offraient le plaisir de taper sur les derniers policiers en fidèles aux mollahs !

© IRAN-RESIST. ORG



© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des mollahs insistaient sur la reprise du business avec l’Europe et le soutien de la CIJ depuis l’adoption de leur pseudo-adhésion à la lutte contre le terrorisme, essayant de nier leur échec et qu’ils allaient rapidement de devises pour importer des produits nécessaires à leur survie et qu’ils allaient se retrouver vite avec des pénuries et d’émeutes susceptibles de précipiter leur chute.

JPEG - 177.1 ko
PNG - 804.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêts signalaient que les mollahs avaient à nouveau exprimé sur BBC leur disposition pour négocier avec Trump et qu’ils n’avaient pas obtenu ce rendez-vous pour retarder les sanctions susceptibles de précipiter leur chute !

JPEG - 147.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Un site partisan d’un changement de régime en Iran a alors rapporté que les Kurdes avaient tué ce matin un officier des Pasdaran ! Ces derniers n’ont rien dit de peur que leur propagande les ridiculise et entraîne une plus grande crise interne !

Au moment, les mollahs ont été informés que l’Allemagne avait extradé leur diplomate Assadi, accusé de terrorisme, vers Bruxelles pour y être jugé !

JPEG - 102.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La France a aussi annoncé signalé la corruption des mollahs en annonçant la réouverture d’un vieux dossier de pots de vin versé par le défunt patron de Total (Christophe de Margerie, ami de Shahpari Zanganeh) à la famille de Rafsandjani alors patron du régime. Par ce procès, la France espérait aussi s’exonérer de tout rôle dans les affaires sales des mollahs et aussi signaler l’abandon de ses arrangements pétroliers secrets avec ces deniers pour mieux participer à leur lynchage dans le but d’assurer d’autres intérêts dernièrement menacés par les États-Unis.

PNG - 879.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

L’indice de la bourse a chuté de 6600 points ! Ce chiffre élevé résultait de ventes des actions mal en point (facilement influençables). Ce qui signifiait que tous les petits agents de terrorisme du régime étaient présents, car ils se voyaient en danger avec l’adhésion silencieuse des Européens aux accusations de terrorisme de Trump.

PNG - 108.8 ko
JPEG - 64.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont annoncé qu’ils allaient distribuer des cartes de crédit de 300,000 tomans (7 mois d’allocations d’aide à la consommation) à ces agités pour les sortir de la bourse et les envoyer remplir leurs frigidaires. Ils ont alors injecté des fonds à la bourse pour faire monter l’indice et finir sur un indice positif de 90 points.

Au cours de l’après-midi, les mollahs ont envoyé le n°3 de leur diplomatie, Hossein Jaber-Ansari, à Paris pour encourager les Français à renoncer à ce procès qui allait empêcher tout retour de Total en Iran ! En parallèle, quelques mollahs moyennement connus ont un peu critiqué les Européens pour mettre la pression à la France et aussi rassurer les paniqués du régime, mais ils n’ont pas renoncer à leur faux apaisement pour aider Jaber-Ansari et aussi par peur d’être davantage sanctionnés. Les mollahs ont aussi insisté sur la prétendue mobilisation des jeunes en faveur du Guide pour rassurer leurs vieux terroristes paniqués.

Les mollahs ont enfin opté pour une grande diversion anxiogène en insinuant que les eaux usées étaient utilisées pour l’agriculture et tout le monde était en danger de mort ! Cette annonce est souvent utilisée par le régime pour focaliser les gens sur leur santé quand les gens sont en mesure de s’unir contre lui ! Son utilisation nous a informés que les mollahs n’avaient guère confiance en leur propagande et s’attendaient, après leurs échecs et les nouveaux progrès de Trump, à l’amplification de la panique dans les jours à venir !

À ce moment, Nikki Haley a annoncé son départ de son poste à l’ONU. Sachant que Trump avait donné ce poste à Haley pour qu’elle cède la direction de la Caroline du Sud à l’un de ses donateurs MacMaster et que ce mandat de gouverneur doit été renouvelé sous peu et ce dernier a les chances de l’emporter avec le soutien du parti républicain, on peut supposer que Trump ne se voyait pas obligé de garder Haley qui avait sans cesse accablé Poutine et s’en est débarrassé pour se donner les moyens de mettre fin aux hostilités avec la Russie et obtenir sa pleine adhésion à la lutte anti-mollahs notamment en Syrie !

PNG - 781.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs se sont gardés de commenter la nouvelle de peur d’évoquer l’intérêt de cette démission pour le rapprochement entre Trump et Poutine et les conséquences graves de ce rapprochement pour leur avenir.

Mercredi 10 octobre 2018 (18 Mehr 1397), les grèves tenaient bon. Les routiers iraniens étaient en grève pour le 21e jour consécutif. Les Bazars de toutes les grandes villes du pays étaient aussi en grève depuis 3 jours !

PNG - 458.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des mollahs avaient trouvé une analyse satisfaisante pour le départ de Haley : c’était le départ de leur plus grand ennemi et la preuve que Trump allait changer de politique à leur égard !

JPEG - 183 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans leur média anglophone, Tehran Times, les mollahs insistaient sur leur conférence en faveur des énergies renouvelables chères aux Européens et surtout aux Français pour insinuer qu’ils avaient leur soutien afin de convaincre d’autres pays qu’ils avaient réussi à trouver des alliés afin d’obtenir leur soutien !

PNG - 801.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêts insistaient sur la livraison gratuite des S300 russes aux Syriens pour souligner que la Russie était avant tout intéressée par la Syrie et ferait tout pour y rester. Il était clair qu’ils voulaient entretenir la crise et la panique ! Les dissidents cherchaient aussi à les amplifier en annonçant que le régime projetait le rationnement prochain de l’essence (car il ne parvient pas à en produire).

JPEG - 156.1 ko
JPEG - 153.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les Européens ont aussi contribué à la panique, car la Belgique a officiellement accusé Assadi de terrorisme !

Au même moment, la Serbie a mis fin aux voyages des Iraniens vers ce pays sans visa au prétexte du nombre grandissant des réfugiés iraniens. Mais étant donné que les gens du peuple n’ont pas les moyens de voyager ou qu’ils quittent le pays en catimini et seuls ceux du régime utilisent les voyages à l’étranger ou ont les moyens de le tenter, en annulant l’accès sans visa, les autorités serbes avaient fermé la porte de la sortie de secours de ces gens et cela allait sans doute les agiter davantage !

Les députés ont alors annoncé des propos pro-peuple pour pouvoir intégrer leur lutte ! Ils ont aussi apporté leur soutien aux routiers qui paralysaient le pays, insinuant ainsi qu’ils pouvaient aussi lâcher le régime pour forcer les mollahs à leur accorder des dollars pas chers et les moyens d’obtenir des visas pour pouvoir fuir dès que possible.

La bourse a ouvert en panique et l’indice a chuté sous l’effet des actions mises en vente et la demande de dollar a aussi augmenté. Rohani qui devait se réunir avec ses ministres a vite acheté des actions et a pu redresser l’indice. Il a chuté encore, il l’a redressé encore. Il a aussi augmenté le taux du dollar de 13,000 à 14,000 tomans pour limiter ses acheteurs. Il a aussi annoncé la libération de 210 postes de directions pour calmer la panique, mais il n’a pas pu y parvenir.

Au même moment, les opposants au régime dans le sud du pays ont attaqué et explosé une convoie d’automobiles de luxe destinées aux fils des nantis du régime.


© IRAN-RESIST. ORG

La panique s’est amplifiée et Rohani a dû encore augmenter le taux du dollar qui a fini à 14,800 tomans soit une hausse de 35 % depuis le début de la semaine ! Les chefs Pasdaran humiliés par l’attaque ont aussi invité les ambassadeurs étrangers à une conférence pour insister sur leur propre efficacité et pouvoir pour nier les faits et garder la tête haute et aussi pour les menacer !

PNG - 103.3 ko
PNG - 352.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Aa début de l’après-midi, les mollahs et leurs collaborateurs ont insisté sur ce pouvoir et les 210 postes libérés pour rassurer les paniqués à se montrer coopératifs pour en profiter.

Mais leur propagande a été contrariée au même moment car les mollahs ont reçu deux très mauvaises nouvelles étrangères. Un rapport onusien a affirmé qu’ils aidaient le financement des islamistes somaliens Al Shabab en les aidant à commercialiser les cargaisons de charbon de leur pays. Par ailleurs, la Géorgie a annoncé qu’elle bloquerait désormais l’arrivée de dollar vers l’Iran via ses banques !

Les mollahs ont censuré la diffusion de ces mauvaises nouvelles. Leurs députés ont aussi gardé le silence à ces sujets accablants pour le régime, mais ont aussi organisé un débat télévisé sur l’opacité et la censure au sein du régime pour faire pression sur ses dirigeants et les forcer à leur accorder l’accès à leurs trésors. Les mollahs n’ont pas répondu et les députés n’ont pas osé surenchérir de peur de déstabiliser le régime et nuire à leurs propres intérêts.

Jeudi 11 octobre 2018 (19 Mehr 1397), les routiers iraniens étaient en grève pour le 22e jour consécutif. Les Bazars de toutes les grandes villes du pays étaient en grève pour le 4e jour consécutif ! Il y avait aussi de nouvelles vidéos faisant état de fuite des derniers policiers fidèles au régime lors de petites confrontations avec des jeunes !

© IRAN-RESIST. ORG



© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des mollahs insistaient sur la force de leurs chefs miliciens ! Ils entendaient cacher leur incapacité à gérer le sud du pays et aussi à rassurer les investisseurs étrangers encore présents en Iran.

JPEG - 170.4 ko
PNG - 917.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les journaux des dissidents par intérêt avaient répété l’argument des mollahs sur l’affaiblissement de Trump, mais avaient aussi consacré leur une et un très grand article à toutes ses déclarations hostiles au régime !

JPEG - 210.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au même moment, le département de Trésor des États-Unis a publié au même moment un document de 19 pages sur les méthodes du régime pour contourner les règles de FATF, remettant ainsi en cause la fiabilité de la pseudo adhésion des mollahs à la lutte contre le terrorisme.

PDF - 705.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Puis Brian Hook, chargé d’imaginer et de mettre en œuvre les sanctions contre les mollahs, a annoncé qu’il partait en Inde puis à Luxembourg, le centre des activités financières de l’Europe pour finaliser les accords et les compensations permettant d’empêcher toute exportation de pétrole par les mollahs afin qu’ils ne puissent disposer d’un dollar de plus !

On ne pouvait supposer que les Indiens ou les Européens ratent cette occasion d’imposer leurs conditions dans leurs échanges avec les États-Unis. L’effet de cette supposition a été une augmentation immédiate des achats de dollars !

Le gouvernement a arrêté 9 gros cambistes et la Banque centrale du régime a augmenté le prix de vente aux cambistes, dépassant ainsi le seuil de 15000 tomans pour limiter la vente, mais cela a aggravé la crise et elle a dû baisser un peu et a maintenu le taux à 15,200 tomans. Les députés du régime inquiets par le retour de prix fort et la menace de la disparition des fonds qu’ils convoitent ont demandé la peine de mort pour les plus gros acheteurs de dollars !

Les mollahs qui avaient déjà essayé cette menace sans réussir à calmer la ruée vers leurs trésors ont opté pour l’apaisement interne avec ces paniqués, mais aussi avec le peuple en annonçant que le Guide avait reçu les patrons des trois pouvoirs (Rohani et les frères Larijani) pour leur demander d’entreprendre tout ce qui était possible pour satisfaire le peuple ! On n’a vu aucune image et on a conclu que l’ambiance n’était pas idéale pour la présence des photographes du régime ! En parallèle, le gouvernement a promis des dollars plus accessibles à ses proches en annonçant une baisse de 35 % pour les gens souhaitant entreprendre le pèlerinage d’Arbaeyn en Irak !

Le régime a aussi déployé ses lobbyistes à l’étranger (comme l’ex-physicien Firouz Naderi) pour désorganiser l’opposition en exil afin que les partisans du changement de régime ne puissent pas profiter de cette dernière crise qui devait s’intensifier avec les accords obtenus par Hook alors que les routiers et les Bazaris faisaient tout pour augmenter le mécontentement interne et renverser le régime !

Vendredi 12 octobre 2018 (20 Mehr 1397), les routiers iraniens en grève pour le 22e jour consécutif ont reçu le soutien des routiers danois. Les instituteurs qui ont la plus grande corporation en Iran ont annoncé qu’ils allaient faire grève et (aussi manifester au moins pendant deux jours), car ils n’en pouvaient plus de leurs salaires très en dessous du seuil de la pauvreté. Cela voulait dire qu’il y aurait des centaines de milliers de manifestants dans les rues et des écoles fermées qui allaient mettre les jeunes dans les rues (contre le régime).

Au même moment, le président Macron a évoqué lors d’une interview le terrorisme du régime à propos de Moudjahidines du peuple. La France a aussi condamné Total à payer 250 millions d’euros d’amende l’empêchant de facto tout futur arrangement entre ce pétrolier et les mollahs, privant ces derniers de leur dernier partenaire occidental !

On a compris que les mollahs n’avaient pas pu parvenir à un deal et la France n’en voulait pas comme partenaires ! Au même moment, nous avons constaté le renforcement du plan Vigipirate à Paris et nous avons conclu que la les mollahs avaient aussi menacé la France et Macron n’avait pas cédé. La France avait préféré les Américains qui lui ont promis d’assurer sa présence en Afrique aux mollahs qui l’avaient menacée !

PNG - 53.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont encore mis en avant Karroubi, le chef bis de leur fausse opposition, comme candidat à la présidence de leur opposition officielle pour relancer tous les modèles d’alternatives à leur disposition, mais les derniers compagnons du régime n’ont montré aucun enthousiasme pour cette option.

Les mollahs ont alors offert le discours d’introduction avant leur sermon de vendredi à un chef Pasdaran pour promettre la mort à tous les ennemis du régime ! Son slogan était : Faites une selfie avant d’envahir ce pays, car ce jour sera le dernier de votre vie ! Mais cela était une pure idiotie, car les Occidentaux ne comptent pas envahir le pays, mais terroriser ses responsables, leur couper leurs revenus et les priver de sortie pour les forcer à capituler ou perdre des roches et se retrouver seuls : à la portée du peuple qui veut leur mort !

JPEG - 45.3 ko
JPEG - 403.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les gens du régime conscients que les dirigeants principalement les mollahs voulaient les duper et les empêcher de fuir n’ont pas applaudi ce discours !

Les mollahs ont alors opté pour l’apaisement avec les leurs et leur ont promis une totale impunité pour s’enrichir en affirmant que l’on ne pouvait pas accuser tout le monde corruption ! Il y avait une condition  : ils devaient rester à leur côté et tenir face à tous les dangers en contemplant des dollars qu’ils ne pourraient pas dépenser un seul jour ailleurs loin de leurs bienfaiteurs enturbannés !

JPEG - 296.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Normalement, les gens du régime montrent leur adhésion en reprenant les propos du sermon de ce jour. Cette fois, ils n’ont rien dit et tout le monde a compris que personne ne voulait rester et gagner des rials qui ne valent rien et à la fin mourir dans des tribunaux populaires ! Le silence des gens du régime était la preuve qu’ils étaient conscients que le régime arrivait à sa fin et qu’ils devaient le fuir même s’il leur offrait tous les rials du monde ou encore tous ses dollars ou tout son or !