Accueil > Photos > Semaine 547 : La logique de la panique !



Semaine 547 :
La logique de la panique !

22.08.2018

En 2016, Washington a renoncé à sa diplomatie islamiste conçue par le géopoliticien russophobe et sinophobe Brzezinski, car elle avait produit des troubles géopolitiques graves contraires à ses intérêts pétroliers. Ce changement diplomatique a été concrétisé par la mise à l’écart de l’Establishment républicain et démocrate, en place depuis 1973, par des révélations pénalisant son candidat Hillary Clinton pour aider l’élection de Trump qui n’en faisait pas partie. Les États arabes ont enfin été autorisés à évoquer le terrorisme des mollahs !

Les mollahs ont alors soutenu les Houthis. Ils ont aussi essayé de liguer les Européens contre Trump en leur vendant du pétrole très bon marché et en leur achetant tous leurs surplus non vendus. Mais les Européens n’ont pu les sauver en raison de leur terrorisme. Les mollahs se sont retrouvés incapables d’approvisionner leur marché intérieur. Ils ont annulé les comptes d’épargne de leurs miliciens de base pour limiter leur pouvoir d’achat et éviter une pénurie généralisée. Ce geste a entraîné la rupture de ces derniers en novembre 2017 ! Ces miliciens se sont ralliés au peuple pour demander la fin du régime et le rétablissement de la monarchie progressiste des Pahlavi.

Les mollahs fragilisés en Iran ont alors intensifié le terrorisme en Syrie contre les Américains et les Israéliens pour diviser la coalition russo-américaine souhaitée par Trump et par Poutine. Ils ont excédé la Russie et la Syrie. Ces deux États ont laissé les troupes de l’OTAN bombarder le centre de commandement du terrorisme des mollahs situé à Al Qisa près de Damas, privant ces derniers de tout moyen terroriste pour assurer leur survie par le chaos.

Trump a profité de cette unité internationale implicite contre le terrorisme des mollahs pour se retirer de l’accord de Vienne afin d’annoncer de nouvelles sanctionner contre les mollahs. Trump a aussi encouragé l’alliance pétrolière de Poutine avec l’OPEP pour priver les mollahs d’un possible chantage pétrolier. Enfin, dernièrement, à 3 semaines de ses nouvelles sanctions, Trump a mis un terme à la capacité de nuisance terroriste des mollahs au Moyen-Orient et en Europe en obtenant leur expulsion de la Syrie en échange de la reconnaissance de la souveraineté d’Assad et le droit de Poutine à préserver des bases en Syrie.

Tous les gens du régime ont paniqué et se sont mis à acheter des dollars et des pièces d’or pour quitter le pays. Les mollahs et les chefs Pasdaran ont bloqué ces achats en augmentant les prix de ces produits pour les garder pour eux-mêmes. Les miliciens dissidents ont révélé la fuite de 1700 responsables ! Une explosion dans une importante base tactique du régime a signalé que les miliciens de base étaient en pleine insurrection ! Les opposants ont alors annoncé des actions de plus en plus fortes et continuelles pour profiter de la déroute internationale du régime !

Il y a deux semaines, à 2 semaines des sanctions, le M-AE de Trump a apporté son soutien à l’opposition du peuple iranien. Les mollahs, menacés de toute part, ont attaqué 2 pétroliers saoudiens pour insinuer la capacité de provoquer une pénurie pétrolière, mais ils n’ont pas provoqué la panique qu’ils souhaitaient. Washington a riposté en leur envoyant 4 grands bâtiments de sa marine. Les mollahs ont alors simulé une ouverture au dialogue afin d’échapper aux sanctions et aux tensions internes qui les déstabilisent. Trump a exigé des preuves par une ouverture aux attentes du peuple iranien. Ils n’en ont montré aucun et n’ont pu continuer leur plan.

La semaine dernière, une semaine avant les sanctions, les mollahs ont inclus des menaces dans leur fausse ouverture pour imposer celle-ci ! Ils ont échoué ! Ils ont fait appel à leurs terroristes de Daesh et n’ont pas réussi à intimider les Occidentaux. Ils ont à nouveau simulé l’apaisement au moment d’un sommet Est-Ouest à Singapour ! Les Chinois n’y ont signé aucun contrat avec eux ! Les Allemands les ont punis en gelant leurs avoirs ! Les Anglais les ont exposés à une saisie d’avoirs et à davantage de sanctions en annonçant la saisie de pièces pour le développement des missiles nucléaires. Et leur soutien aux auteurs de l’attentat du 11 septembre 2001.

Vendredi dernier, après ces très mauvaises nouvelles, les mollahs ont sondé leurs associés à propos de l’ouverture pragmatique des négociations avec Trump par une lettre ouverte du député Motaharri (beau-frère d’Ali Larijani) aux chefs Pasdaran, leur interdisant d’outrepasser leur neutralité pour s’opposer à cette décision nécessaire à la survie du régime de Tutelle du Guide Suprême !

Les chefs Pasdaran n’ont pas réagi. On a compris qu’ils étaient d’accord pour les négociations avec Trump pour retarder ses sanctions et aussi celles des Allemands et les Anglais ! Mais il n’y a eu aucune réponse de la part de Trump, car il n’y avait aucun geste d’apaisement du côté des mollahs & associés. Il était clair qu’ils ne voulaient pas déposer les armes, mais trouver un deal pour éviter les tribunaux iraniens ou internationaux ou gagner du temps pour fuir vers une destination secrète avec tous les trésors du régime ! Les députés révoltés par cet égoïsme des mollahs leur ont déclaré la guerre en s’attaquant aux bilans de leur président et la presque totalité de ses ministres !

Cette semaine, Trump devait mettre en application ses sanctions. Les mollahs étaient confrontés à des sanctions inattendues, à la colère du peuple et au désaveu de leurs collaborateurs et redoutaient le pire ! Ils ont tenté de se préserver en faisant de belles promesses au peuple qui veut leur disparition, à leurs collaborateurs et à certains de leurs adversaires internationaux. Ces initiatives n’ont pas réussi à éviter la crise qu’ils redoutaient. Voici le récit d’une semaine trépidante pour expliquer leur échec, et pourquoi cela continuera !



Samedi 04 Août 2018 (13 Mordad 1397), à J-3 de l’entrée en vigueur des sanctions paralysantes de Trump, très tôt, ont eu de très bonnes nouvelles de lutte contre le régime : les opposants ont révélé que la veille, il y avait eu des manifestations dans plus 12 villes importantes du pays. A Karaj et aussi dans d’autres villes, les gens avaient incendié toutes les motos des miliciens et à Mahdasht, ils avaient attaqué et saccagé l’école Elmieh (centre de formation des mollahs) de leur ville avec des slogans hostiles à l’islam !


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

Cette attaque supposait la passivité ou la fuite des forces de l’ordre et la supériorité de la force populaire dans cette ville ! Sa censure et l’absence de punition étaient aussi la preuve que le régime n’avait pas de troupes pour riposter à cette attaque ! On avait la preuve que le régime était fichu avant même le début des sanctions qui devaient semer la panique parmi ses derniers agents !

Cette attaque permise par les forces de l’ordre contre l’ISLAM avait certainement été l’une des raisons de l’ouverture feinte par les mollahs et leurs camarades miliciens ! Mais Washington n’a pas accepté leur fausse ouverture et avait même soutenu le peuple et son attaque contre le principe fondateur du régime !

Les mollahs avaient encore tenu compte de cette défaite, car leurs journaux et ceux de leur gouvernement avaient donné la parole à Motahari et des faux opposants pour plaider en faveur du dialogue avec le peuple ! Via leurs sites d’internet, les mollahs ont aussi fait état de beaucoup de faux dollars en circulation pour contenir la ruée évidente sur leurs dollars après l’attaque et leur impuissance à riposter !

JPEG - 167.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

En parallèle, le média anglophone des mollahs avait pleuré pour les morts des Houthis au Yémen pour donner une très mauvaise image à l’Arabie Saoudite afin qu’elle perde le soutien des autres États arabes ou musulmans et ne soit plus en mesure de leur imposer l’embargo souhaité par Trump.

PNG - 597.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des dissidents (du clan Rafsandjani) avaient mis en avant une autre annonce des mollahs la baisse d’achats de pièces d’or tout en signalant que les données internationales ces achats avaient augmenté de 300% au cours de ces derniers jours ! Les dissidents de la milice avaient aussi mis en avant les espoirs de contrats à Singapour pour souligner l’échec des mollahs ! Enfin, leurs médias du net, ils dénonçaient aussi l’attaque de Mahdasht pour diffuser cette preuve de la faiblesse du régime à résister et à riposter au peuple !

JPEG - 139.3 ko
JPEG - 232.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La ruée vers l’or et le dollar a repris malgré les rumeurs de la mise en circulation de faux dollars en raison des preuves de l’impuissance du régime et aussi son isolement persistant après sa médiocre propagande anti-saoudienne !

Les députés voyous privés de dollar bon marché (au taux de 4200 tomans) réservé aux dirigeants ont repris les attaques contre ces derniers en visant les très mauvais bilans de leurs ministres pour les forcer de leur accorder des dollars accessibles ou des responsabilités pour disposer des moyens pour fuir le pays avant la chute du régime. Les mollahs ont fait la sourde oreille !

Les députés voyous ont mis la pression aux mollahs en exigeant en moins de 10 jours une liste des gens ayant eu accès aux dollars bon marché (au faux prétexte d’importation de voitures de luxe). Ils ont aussi mis un véto à la création de zones de libre-échange sans leur accord pour détériorer les relations entre les mollahs et leurs gouverneurs et devenir des partenaires indispensables pour ces derniers qui ont accès au dollar officiel et aux moyens pour fuir le pays en cas de soulèvement populaire ! Les mollahs ont encore ignoré les députés !

Les députés voyous ont signalé l’extrême malhonnêteté des mollahs en révélant qu’ils avaient volé 60 tonnes d’or des réserves du régime et dans le même temps, ils avaient pré-vendus le même volume en pièces d’or livrables dans 3 mois alors qu’ils ne peuvent jamais les livrer à leurs acheteurs ! Ils ont aussi annoncé la mise en examen imminente du ministre l’Emploi en raison de sa corruption et la nullité de son bilan ! Ces attaques ont naturellement provoqué plus d’agitation au sein du régime !

Les chefs Pasdaran ont réuni les gouverneurs du régime et ont affirmé leur opposition à toutes les agitations y compris sur le marché des devises pour mettre en garde les députés voyous et ont involontairement provoqué plus d’agitations au sein du régime !

Les mollahs ont alors tenté d’amadouer les députés énervés, les miliciens et les affairistes paniqués en injectant 1219 milliards de tomans de fonds à la bourse (soit 4 fois la moyenne quotidienne). Ils ont aussi continué leur effort d’apaisement en diminuant le taux de dollar de 550 tomans pour le fixer à 10500 tomans et le prix de leur principale pièce d’or de 320,000 T pour le fixer à 3,721,000 avant d’annoncer de nouvelles baisses au cours de la semaine pour mettre fin à la fronde de leurs députés et à la panique de leurs affairistes. Ils ont aussitôt annoncé la fin de la crise interne en apportant comme preuve de son succès l’absence de queue devant les boutiques de change alors que les principaux acheteurs ne font pas la queue dans la rue, mais achètent des devises ou des pièces d’or online ou par téléphone.

PNG - 216.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Par ailleurs, ces aumônes ne pouvaient pas compenser l’absence de contrats pour approvisionner les caisses du régime, le vol de 60 tonnes d’or par les mollahs et leur impuissance face aux sanctions et les coups de force peuple contre le régime ! La panique a persisté et tout comme la fronde des députés voyous contre leurs mollahs et leurs complices les chefs Pasdaran !

Le président des mollahs, chargé du maintien de leur propagande rassurante, a rassuré les paniqués et les énervés en annonçant qu’il dévoilerait lundi un nouveau programme économique pour le régime ! Personne n’a commenté ses propos, car personne ne le croyait ! Les députés ont continué à dénigrer ses ministres, leurs bilans et leurs corruptions.

Les mollahs ont cessé de parler en espérant trouver une meilleure formule avant l’entrée en vigueur de sanctions de Trump et de ses alliés et le début d’une ère glaciale inédite pour le régime.

Mais ils ont eu du mal à se concentrer, car les Iraniens ont réédité leur exploit de la veille en attaquant cette fois l’école Elmieh de Qom, le Saint-Siège des mollahs, sans avoir été empêchés par qui que ce soit ! Encore une fois, les mollahs ont censuré l’attaque et ont démontré qu’ils n’avaient pas la capacité de répliquer !


© IRAN-RESIST. ORG

Dimanche 05 Août 2018 (14 Mordad 1397), à J-2 de l’entrée en vigueur des sanctions de Trump, les médias du clergé et de son gouvernement ne mentionnaient pas cette attaque ! Ils insinuaient que le régime n’était pas seul au monde en mettant en avant la livraison de plusieurs avions ATR par la France (qui est décidément très mauvaise en diplomatie : ne pas désavouer la légitimité des mollahs pour ne pas restituer au peuple iranien les dizaines de milliards de dollars qu’ils prétendent avoir déposé en France et les garder pour elle, ce qui est petit car il retarde la chute des mollahs et l’exclura de tous futurs grands projets de l’Iran libéré de la gestion maffieuse des mollahs).

JPEG - 187.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs annonçaient aussi une réunion pour adopter une nouvelle politique du marché des changes pour lutter contre la « corruption » (les variations déstabilisatrices gouvernementales attribuées à de méchants perturbateurs privés), laissant entendre l’abandon de ces pratiques afin de rassurer les investisseurs étrangers. Mais cet appel du pied contredisait l’existence des soutiens étrangers notamment celui des Français malgré leur extrême cupidité et leur manque de discernement à long terme !

PNG - 633.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des dissidents avaient soutenu l’attaque des députés contre Rohani en affirmant qu’elle était justifiée par la dégradation de la situation des Iraniens ! Les dissidents encourageaient les députés à défendre le peuple et non leurs propres intérêts ! Ils encourageaient aussi le peuple à exploiter les conflits au sein du régime pour le déstabiliser ! Les miliciens en rupture avec le régime avaient aussi insisté sur l’isolement du régime en soulignant qu’Erdogan, qui avait des problèmes avec Washington, avait choisi l’Orient au lieu de l’Iran !

JPEG - 142.3 ko
JPEG - 201.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les opposants très en forme après l’attaque de la veille contre le siège du clergé chiite iranien signalaient à nouveau des manifestations à Kazeroun où se trouve le centre de formation de miliciens anti-émeutes pour rappeler que le régime n’avait plus ce genre d’agents à ses côtés. Ils signalaient que les détenus de la prison de Rajaï-shahr (document sonore ci-dessous), dont les condamnés à mort, avaient enregistré un message pour apporter leur soutien à la lutte contre le régime en criant la mort ou la liberté, mort aux Pasdaran, mort à Khomeini. La transmission du message vers l’extérieur signalait le soutien de certains gardiens de prison à l’opposition anti-mollahs !


© IRAN-RESIST. ORG

Les députés ont intensifié leurs attaques contre les mollahs en insistant sur d’autres cas de corruption au sein du gouvernement Rohani avant d’annoncer une action contre ce denier pour le forcer à suivre leurs directives ! Ils ont aussi rouvert le dossier des comptes bancaires suspects du pouvoir judiciaire (dirigé par Sadegh Larijani) pour forcer Ali Larijani, le président du Parlement, à valider leur drôle d’initiative !

Les mollahs n’ont pas défendu leur président ! Ils ont seulement insisté sur la nécessité de rester unis pour calmer cette fronde. Ils ont aussi rejeté l’option des négociations pour rassurer leurs collaborateurs qu’ils n’allaient pas les doubler en cachette.

Mais la fronde a persisté, car il n’y avait aucun geste concret montrant leur disposition à partager la direction du régime et ses trésors. Les mollahs ont annoncé qu’ils n’embauchaient plus de retraités (des anciens) au ministère des AE (qui intéresse les députés) pour leur faire miroiter des postes et les calmer ! Mais en l’absence de quelques nominations et la création de commissions communes entre le Parlement et ce ministère la fronde des députés du régime a continué !

Les chefs Pasdaran ont alors critiqué la lettre ouverte écrite vendredi par Motaharri, sur la possibilité de négociations avec Trump, alors que cette option n’était plus d’actualité ! Les gens du régime ont conclu que les mollahs y avaient songé en raison de l’aggravation des conflits internes et l’intensification de la lutte contre leur régime et pouvaient même songer à capituler !

Les chefs Pasdaran ont aussi annoncé discrètement des manœuvres maritimes réussies dans le détroit d’Ormuz pour en assurer la sécurité, insinuant qu’ils pouvaient perturber cette capitulation si elle était décidée à leur insu !

Les affairistes ont davantage paniqué en raison de cette guerre de plus pour l’accès à un deal avec Washington ! Les mollahs ont augmenté encore leurs injections de fonds dans la bourse de 1219 milliards de tomans à 1563 milliards de tomans sur toutes les entreprises, dont les plus pourries (faciles à booster), pour provoquer une forte hausse de l’indice (4094 points) afin de donner une bonne image du régime. En parallèle, ils ont encore diminué le dollar de 10500 à 9850 tomans et leur pièce d’or de 3,721,000 à 3,521,000 tomans. Mais la demande a persisté.

PNG - 274.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les miliciens dissidents de l’agence Fars ont alors publié un article sur les dernières manifestations hostiles au régime en précisant que leur succès était dû au fait que les femmes étaient en première ligne pour appeler les passants à participer et pour répéter les slogans. Leurs voix avaient plus d’impact et les policiers n’osaient pas les attaquer ! L’article encourageait l’opposition à utiliser les femmes pour étendre son impact !

Les mollahs n’ont rien dit. Les chefs Pasdaran n’ont pas réagi et ont caché leur impuissance à riposter en demandant à Sadegh Larijani de punir la 5e colonne de l’opposition, au sein des médias du régime, mais Sadegh Larijani n’a rien dit et a ainsi confirmé l’impuissance des dirigeants à trouver des miliciens pour frapper les opposants au régime !

Les députés alarmés par cette impuissance ont intensifié les critiques contre Rohani pour mettre la pression aux mollahs et les obliger de leur donner l’accès à leurs dollars pas chers. Les mollahs n’ont pas accédé à cette demande en ordonnant à Rohani de revoir la composition de son gouvernement ou d’offrir plus de place aux députés frondeurs.

Les mollahs ont vanté la valeur de leur président en annonçant qu’avec l’aide de son nouveau directeur de la Banque centrale iranienne, il avait finalisé la nouvelle politique de devises qu’elle avait promise  : des dollars sans limites au prix fixé par l’offre et la demande pour permettre l’injection des devises sur le marché iranien afin de contribuer à son épanouissement ! Mais en lisant mieux, en fait, tout le monde n’était pas autorisé à acheter sans limites, mais les nantis travaillant à l’étranger pouvaient vendre les devises qu’ils avaient gagnées à l’étranger au prix du marché libre au lieu d’être obligé de le vendre au prix officiel : ils pouvaient gagner plus de rials et de tomans ! C’était une déclaration de guerre à la distribution des trésors du régime à ses serviteurs, dont les députés au nom de l’intérêt du régime que ces derniers affirmaient défendre !
`
Après cette riposte tactique, les mollahs ont aussi menacé les députés frondeurs en publiant une fausse lettre ouverte de Rohani à Larijani où il disait qu’il irait au Parlement le moment venu, mais qu’il y dirait alors toutes les vérités sous-entendant des révélations gênantes sur le rôle des députés dans la crise économique en cours !

Les députés ont cessé de s’agiter, ce qui signifiait qu’ils redoutaient ces révélations !

Les mollahs débarrassés des députés frondeurs ont mis en avant le dynamisme diplomatique de leur gouvernement en annonçant qu’il était en réunion avec l’ambassadeur de la Norvège pour les opportunités d’investissements pétroliers en Iran et afin d’inciter ce pays, membre fondateur de l’OTAN a se dresser contre Trump et fournir au régime les devises indispensables à sa survie ! Mais cette initiative a été un échec cuisant, car leur invité a dit que son pays n’avait pas la puissance économique nécessaire pour défier les Américains !

Les mollahs ont oublié cette réunion ratée qui les exposait à une nouvelle panique financière et une nouvelle panique politique susceptible d’encourager les députés à reprendre leur fronde malgré les menaces de révélation de leurs propres méfaits et leur complicité dans les faillites qu’ils dénoncent !

Mais ce ne fut pas la seule mauvaise nouvelle de cette fin de journée à 24 heures des sanctions américaines, car l’opposition a marqué un nouveau point à Chiraz en tuant devant son domicile un milicien en civil qui était chargé d’infiltrer les manifestations pour repérer et arrêter leurs meneurs.

PNG - 340.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ce coup souligna que la lutte anti-régime s’était structurée et pouvait attaquer certains responsables du régime pour terroriser et déstabiliser tous les autres ! Les mollahs ont censuré l’annonce et oublié leur camarade tué admettant ainsi leur incapacité à riposter et sans doute la preuve de se voir infliger une autre frappe du même genre !

Lundi 06 Août 2018 (15 Mordad 1397), au demain d’une nouvelle preuve de la fragilité du régime juste avant l’entrée en vigueur des sanctions de Trump, les médias du clergé et de son gouvernement avaient mis en avant les menaces implicites de Rohani contre les députés frondeurs. Les mollahs craignaient donc une forte fronde après les preuves de leur isolement international et leur fragilité politique et sécuritaire. Dans leur média anglais, ils avaient évoqué leur engagement pour les droits de l’homme ! On a compris qu’ils voulaient s’attirer des sympathies pour atténuer les hostilités internationales à leur encontre ! En résumé, les mollahs avaient peur !

JPEG - 149.8 ko
PNG - 584.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des dissidents avaient mis en avant une tentative américaine d’assassinat du président vénézuélien par un drone ! Dans le contexte, ils insinuaient que Washington pouvait armer les opposants pour leur permettre d’atteindre les dirigeants hauts placés du régime ! Les dissidents entendaient paniquer les responsables et engendrer une plus grande panique avant le début des sanctions américaines acceptées ouvertement ou implicitement par tous les pays !

JPEG - 225.2 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias de l’opposition avaient mis l’accent sur l’assassinat du mouchard des mollahs pour terroriser ces derniers et tous leurs collaborateurs. En parallèle, ils annonçaient la poursuite de la grève des cheminots, des routiers et des Bazaris contre le régime pour encourager d’autres gens à se révolter.


© IRAN-RESIST. ORG

JPEG - 63.2 ko
JPEG - 54.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les Européens ont alors rappelé leur position en annonçant l’entrée en vigueur de leur loi contre les sanctions de Trump, tout en précisant que cette loi ne pouvait pas garantir une protection à leurs entreprises et aux mollahs ! Les Américains ont félicité cette mollesse pragmatique en affirmant qu’ils n’étaient pas inquiets par la mesure et qu’ils continueraient les sanctions jusqu’à obtenir des changements dans l’attitude des mollahs, c’est-à-dire jusqu’à l’abandon de leur totalitarisme, leurs répressions et leur terroriste, c’est-à-dire jusqu’à leur capitulation pacifique ou leur chute violente.

Aucun des alliés que les mollahs s’attribuent (la Russie, la Chine, la Syrie, la Palestine, l’Irak) ne leur a alors apporté un quelconque soutien !

Les députés ont repris les attaques contre les mollahs en dénonçant leurs privilèges ! Ils ont aussi accusé Rohani de mettre en danger le régime par le maintien du bureau d’acquisition tarifée de visas vers l’Europe, car les demandeurs (issus du régime) communiquaient sans aucune précaution des informations bancaires confidentielles aux États européens sollicités. Ils ont aussi demandé un rapport sur la reprise des activités nucléaires, promise au moment du retrait de Trump de l’accord de Vienne, pour signaler que rien n’avait fait et que de fait, avec Rohani, le régime n’avait nullement les moyens de provoquer une crise majeure pour déstabiliser la région afin de faire entendre ses arguments.

Les mollahs ont encore refusé de partager leurs privilèges en soutenant pleinement leur président et l’action de son équipe économique pour diminuer l’explosion permanente de la masse monétaire iranienne alors que ce dernier y contribuait à fond par ses très grosses injections de fonds à la bourse de Téhéran !

La demande du dollar et de l’or a augmenté ! Rohani a alors augmenté encore le volume de ses injections de fonds de 1563 milliards de tomans à 1939 milliards de tomans tout en diminuant encore le prix du dollar de 9850 tomans à 9600 tomans pour amadouer les paniqués (en totale contradiction avec sa mission de diminuer la masse monétaire iranienne) !

Les députés n’ont pas critiqué ces choix, car ils leur avaient permis d’augmenter leurs trésors, mais étant loin du prix qu’ils souhaitent, ils ont vite repris leur fronde en annonçant la mise en examen du ministre de l’Emploi mercredi, au lendemain de l’entrée en vigueur des sanctions contre le régime, en se disant que la panique provoquée par ces sanctions serait leur alliée pour briser le refus des mollahs à partager leur exclusivité de l’accès au dollar bon marché et aux avions pour fuir.

Ali Larijani a conclu qu’ils pouvaient gagner et qu’il perdrait alors ses privilèges. Il a alors attaqué aussi Rohani pour avoir refusé de transférer certains de ses pouvoirs aux gouverneurs du régime. Il entendait enrichir ces derniers notamment ceux des régions frontalières et consolider ses liens avec eux et s’assurer de leur soutien qui équivaut à la possibilité de fuir hors du pays par leur intermédiaire !

Les chefs Pasdaran n’ont pas aimé devoir partager leurs privilèges. Ils ont aussi contré les demandes d’accès des députés aux privilèges du premier cercle du pouvoir ! Ils ont insisté sur leur mainmise sur le détroit d’Ormuz pour rappeler aux mollahs qu’ils restaient leur joker anxiogène afin de demeurer en haut de leur liste d’alliés ! Pour être sûrs de s’en tirer, ils ont aussi dragué les gouverneurs des régions frontalières en affirmant qu’ils assuraient leur sécurité avec leurs troupes dans l’espoir de passer avant Ali Larijani et son clan !

Au cours d’après-midi, John Bolton a affirmé que l’annonce des sanctions avait sans cesse encouragé la lutte contre le régime, leur application allait sans doute accélérer bien davantage ce mécanisme !

Rohani est alors allé à la télévision du régime pour faire son job qu’est de rassurer les gens du régime par de belles promesses et de fausses bonnes statistiques afin qu’ils ne songent à le trahir et s’en fuir ! Il a ainsi affirmé que les relations du régime avec les Européens étaient très satisfaisantes, car ils refusaient d’appliquer les sanctions américaines et permettaient au régime d’avoir beaucoup de revenus ! Il a ajouté que les relations avec la Chine et la Russie étaient encore plus satisfaisantes ! Il a insisté sur l’isolement absolu de Trump pour dire que le régime n’avait rien à craindre ! Mais il a commis en faux pas dans son raisonnement en exigeant la fin des sanctions pour qu’il négocie avec les Américains !

Il a aussi évoqué la contestation populaire, mais en la qualifiant de négligeable avant de faire une autre erreur et se féliciter qu’elle soit à présent finie ! Il a commis une autre erreur en concluant que tout allait, car le régime n’avait plus aucun problème économique à présent !

JPEG - 70.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les miliciens dissidents de FARS ou de nombreux experts issus de la milice ont rapidement répliqué à ses propos en déplorant la complaisance du journaliste en face de Rohani, car il ne l’avait jamais contredit et il avait sciemment oublié tous les sujets qui fâchent comme l’absence de bénéfices économique après l’accord de Vienne, l’impact des sanctions sur l’économie iranienne, l’absence de riposte après le retrait de Trump, l’absence de plans de pour résister aux nouvelles sanctions ou l’absence de réponses aux revendications économiques du peuple. Les journalistes et les experts ont aussi signalé que les projets annoncés par Rohani pour la relance économique du régime étaient de vieux projets inscrits dans le programme électoral de son premier mandat et de fait, il n’avait rien pour améliorer la situation actuelle provoquée en partie par l’échec de ces 1ers projets ! Pour tout le monde, l’intervention de Rohani (à la veille de nouvelle sanction) était un écran de fumée pour brouiller les esprits et dissimuler son incapacité à améliorer la situation !

Rohani n’a pas répondu à ses détracteurs. Zarif a tenté de faire diversion en provoquant une polémique parallèle sur l’inhumanité des Américains à Hiroshima (à l’occasion de l’anniversaire de son bombardement nucléaire en 1945), mais personne ne lui a répondu.

Mardi 07 Août 2018 (16 Mordad 1397), les nouvelles sanctions contre les mollahs devaient commencer et les mollahs et leurs pions n’avaient rien pour y résister sauf leur propagande ! De plus, ils avaient été confrontés à un début de panique de leurs associés et ils n’avaient guère réussi à les embobiner par les fausses vérités de leur président ! Ils devaient vivre une journée bien éprouvante !

Dans leurs médias iraniens, les mollahs< et leur président avaient mis en avant leurs derniers propos très rassurants qui n’avaient guère convaincu leurs associés paniqués ! Dans leur média anglophone, ils avaient insisté sur leur volonté de dialogue si les sanctions étaient suspendues pour amadouer les Américains ou encourager les Européens à plaider en faveur de cette option ! Il n’y avait rien de nouveau et surtout aucune résistance ou résilience après toutes les menaces proférées contre le détroit d’Ormuz !

JPEG - 163.5 ko
PNG - 608.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des dissidents avaient mis en avant les gaffes de Rohani dans son intervention de la veille. Ils rappelaient notamment qu’il avait dit que tout irait mieux si les gens arrêtaient d’acheter les dollars (du régime), car il avait de facto admis que tout allait mal et que les achats de dollar n’avaient pas diminué comme l’avaient annoncé ses services, au début de la semaine ! Les dissidents entendaient encourager la panique pour déstabiliser les mollahs.

JPEG - 253 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les opposants ont annoncé de nombreuses manifestations en plein jour pour célébrer l’entrée en vigueur de nouvelles sanctions contre les mollahs !

JPEG - 119.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

De nombreux pays dont les Européens ont annoncé leur opposition aux sanctions tout en affirmant qu’ils ne pouvaient pas les ignorer et devaient malheureusement les appliquer ! Les Russes et des Chinois sont restés silencieux !

Le ministre des AE de la Corée du Nord qui était à Téhéran pour 2 jours sur l’invitation des mollahs n’a fait aucune déclaration en leur faveur ! Les mollahs ont cessé de communiquer, car ils ne pouvaient pas continuer à affirmer qu’ils avaient des alliés !

JPEG - 164.8 ko
JPEG - 227.7 ko
JPEG - 255.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les députés se sont dits préoccupés par la pauvreté des Iraniens, mais ils n’ont guère évoqué des mesures pour diminuer les disparités et on a compris qu’ils faisaient semblant de soutenir le peuple pour intimider les mollahs ! Ils ont aussi continué leur chantage en critiquant l’augmentation des chèques sans provision (procédé par lequel les mollahs accordent des crédits sans fin à leurs proches). Mais les députés en lutte pour un accès illimité aux dollars du régime n’ont pas annoncé une loi pour punir ce procédé, car ils voudraient en profiter aussi ! Ils ont continué leur chantage en insinuant la remise en cause de Rohani par la convocation de son ministre de l’Emploi dans 24 heures en vue de sa révocation !

Les mollahs n’ont pas riposté en révélant des malversations des députés qui les embêtaient ! Ils n’ont pas imposé le silence à ces derniers par une demande du guide suprême ! Il était évident qu’ils avaient peur de riposter !

On avait tout d’un coup un régime impuissant et en déroute ! Ses affairistes ont paniqué et ont encore cherché à acheter des devises ou des pièces d’or. Ses dirigeants enturbannés ont continué à diminuer les prix de ces produits et à annoncer d’autres baisses pour calmer les paniqués (le dollar est passé de 9600 à 9300 tomans et leur pièce d’or est tombée à 3,106,000 tomans). Ils ont en revanche abandonné la hausse graduelle de leurs injections de fonds à la bourse par peur d’alarmer les paniqués. Ils ont baissé leur volume de 30% (1369 milliards de tomans au lieu de 1939 milliards de tomans). L’indice a augmenté de seulement 256 points. On a compris que les mollahs sanctionnés par tous les pays et contestés par leurs proches avaient essentiellement acheté des actions très stables de leurs super nantis pour les rémunérer, car ils avaient peur de leur rupture !

PNG - 201.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

On avait un régime bien bousculé alors que les sanctions étaient à peine amorcées !

En début de l’après-midi, un des chefs Pasdaran, le commandant Nasser Shaabani, un des héros de la guerre contre Saddam, un des artisans de la défaite de l’attaque des Moudjs après l’armistice et l’acutel responsable effectif de la sécurité de Téhéran, a parlé de la grande envergure de la milice grâce aux différentes milices Hezbollah dans différents pays avant d’affirmer que très récemment, les Pasdaran avaient ainsi donné l’ordre aux Houthis de tirer sur les cargos pétroliers saoudiens et ces derniers l’avaient fait !

La milice entendait provoquer une grande crise et relancer le chantage de la guerre pétrolière et de la pénurie énergétique pour faire reculer Trump ou contraindre ses alliés arabes ou européens à renoncer à appliquer ses sanctions et l’embargo contre le régime ! Il n’y a eu aucune critique sur cette déclaration au sein du régime : tous les composants du régime espéraient le succès de cette annonce !

JPEG - 132.4 ko
PNG - 502 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Mais il n’y a eu aucune réaction à cette annonce de la culpabilité du régime y compris de la part des Saoudiens ! On n’a vu aucun ramdam du côté des Israéliens pourtant très réactifs sur le sujet du terrorisme des mollahs ! La seule explication possible était que personne ne voulait permettre aux mollahs de mettre en place leur chantage.

Après 4 heures, le porte-parole de la milice a pris la parole pour affirmer que les propos de Shaabani avaient été déformés par les journalistes. On a constaté les médias qui les avaient publiés avaient changé le texte où il disait que les forces du Hezbollah étaient des fans du régime et lui offraient une très grande envergure, mais que ce dernier n’avait aucune envie d’entrer en conflit avec l’Arabie Saoudite !

JPEG - 147 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ali Larijani qui recevait le président du Parlement russe a alors fustigé le terrorisme des Israéliens pour justifier son hostilité à Israël et pour provoquer l’escalade que les chefs Pasdaran n’avaient pas pu engendrer. Mais son interlocuteur et le monde entier ont ignoré ces propos.

Les mollahs et leurs associés ont fini cette première journée sous les nouvelles sanctions pétrolières de Trump sans le moindre espoir de pouvoir les annuler et avec la crainte que leur échec les expose à des troubles de plus en plus importants.

Mercredi 08 Août 2018 (17 Mordad 1397), à J+1 de l’entrée en vigueur des sanctions de Trump, le principal média du clergé et de son gouvernement annonçait que Zarif avait promis d’obtenir des garanties de la part des Européens pour le maintien de l’accord de Vienne ! Or, l’accord était déjà garanti par les Européens de leur point de vue ! Zarif continuait à promettre encore l’impossible isolement de Trump par les Européens pour ne pas admettre son échec !

JPEG - 178.8 ko

br/>© IRAN-RESIST. ORG

Dans leur journal anglophone, les mollahs affirmaient que la rencontre avec le M-AE de la Corée du Nord était un succès. Ils espéraient faire réagir Washington, mais cela semblait une mauvaise option, car la Corée du Nord n’avait pas parlé en faveur des mollahs et pouvait les punir en communiquant d’autres informations sur leurs missiles à Washington. Le choix risqué des mollahs était la preuve de leur désespoir !

PNG - 614.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des dissidents issus du clan Rafsandjani avaient publié un nouveau règlement communiqué par le gouvernement dans le cadre de sa nouvelle politique de change (Forex). Il y était dit que les gens pouvaient acheter autant de dollars qu’ils voulaient (pour importer des produits en Iran), mais ne pouvaient en avoir que 5% en billets : 95% du montant acquis allaient être virés sur leur compte pour l’achat annoncé. Personne ne pouvait utiliser le prétexte des importations pour acheter des dollars pour lui-même ! La nouvelle politique de dollar illimité pour tout le monde avait duré 2 jours ! L’annonce des sanctions et l’incapacité du régime à trouver des alliés ou à intimider ses adversaires n’avaient entraîné une nouvelle politique de dollar pour personne !

JPEG - 129.2 ko
PNG - 118.7 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les miliciens dissidents avaient souligné que les mollahs avaient encore évoqué un possible changement grâce au CIJ alors que cet organe n’avait aucun pouvoir et était par ailleurs aux services des pays qui sanctionnaient le régime !

JPEG - 235.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les miliciens dissidents ont complété leur constat de l’enlisement du régime en révélant sur le site de leur agence FARS (le plus lu en Iran) qu’un député belge avait déclaré que la position européenne était du pur verbiage pour dissimuler sa soumission à Trump !

Le ministre des AE de la Corée du Nord a quitté les mollahs sans avoir fait aucun geste pour les aider !

Les députés ont alors accablé le ministre de l’Emploi des mollahs en attaquant ses promesses non réalisées et son enrichissement personnel par des contrats d’importation que lui-même ou d’autres ministres et Rohani accordaient à l’entreprise de son fils installé à Dubaï ! Il a riposté aux accusations en affirmant qu’elles résultaient du fait qu’il avait refusé de payer 500 millions de tomans à échange de son vote en faveur de l’un de ses projets ! Les députés ont demandé le nom du ripou. Il ne l’a pas donné et a ajouté qu’il y en avait beaucoup qu’il avait déjà obtenu la même somme de sa part ! Mais encore une fois, il n’a pas donné de noms !

JPEG - 415.5 ko
JPEG - 316 ko
JPEG - 229.7 ko
JPEG - 249.6 ko
JPEG - 304.9 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Ses propos n’étaient pas invraisemblables, mais le refus de donner les noms a laissé supposer un chantage pour parvenir à un deal et la fin des révélations sur sa corruption et celle du gouvernement. Les députés ont annoncé une enquête sur ces accusations avant de voter en faveur de sa suspension en moins d’une heure !

Les miliciens dissidents ont vite diffusé ce verdict et plusieurs articles sur les accusations de corruption contre ce ministre et contre Rohani, mais les chefs Pasdaran n’ont pas rejoint les attaques contre Rohani par l’intermédiaire de leurs soi-disant associations estudiantines.

Rohani lui-même alors en réunion avec son gouvernement à l’occasion du conseil des ministres n’a pas commenté le verdict. Mais, via son M-AE Zarif, il a annoncé sa volonté de normaliser les relations du régime avec l’Arabie Saoudite dans l’espoir de briser la coalition anti-régime et de forcer les députés frondeurs de lui accorder un sursis !

JPEG - 251.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Cela signifiait l’arrêt de soutien des mollahs aux Houthis qui sont les derniers partenaires efficaces du terrorisme du régime et ses seuls outils pour intimider ses adversaires ! Les nantis issus de ce même terrorisme ont conclu que sous couvert de manœuvres diplomatiques, les mollahs se montraient prêts à cesser leur terrorisme et trahir leurs serviteurs terroristes ! Les chefs Pasdaran n’ont guère dénoncé la capitulation esquissée par les mollahs ! Ils ne voyaient pas d’autre option ! Ils allaient sans doute sacrifier des subalternes...

La panique a changé de forme : tout le monde s’est mis à vendre des actions pour réunir des liquidités afin d’acquérir des dollars et idéalement des pièces d’or dont l’achat est moins réglementé.

JPEG - 270.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Le régime a refusé d’acheter les actions massivement mises en vente. Il a arrêté de payer. Le pouvoir judiciaire du régime a menacé ces acheteurs de devises et de pièces d’or de pendaison en affirmant qu’il allait condamner à mort ceux qu’ils vendent leurs produits trop chers. L’argument ne prêtait pas au doute, car les prix ne cessent de monter en raison de la hausse du dollar et les commerçants n’ont d’autres choix que de monter leurs prix, mais la crise a persisté !

Les gens ont continué à vendre et l’indice a chuté de 2063 points malgré 1102 milliards de tomans finalement dépensés en &chat d’actions pour contenir cette panique ! Il a alors renoncé à sa politique de baisse du dollar et de l’or et a augmenté le taux de dollar de 700 tomans le portant à 10,000 tomans et a augmenté le prix de sa pièce d’or de 595,000 tomans le portant à 3,701,000 tomans pour limiter ses pertes !

PNG - 43 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au cours de l’après-midi, tous les responsables politiques se sont tus, car à J2 de la première phase intermédiaire des nouvelles sanctions, les mollahs et les chefs Pasdaran ne pouvaient pas mettre à exécution leur menace contre leurs collaborateurs !

À la fin de l’après-midi, les chefs Pasdaran ont rassuré les gens du régime en annonçant la destruction d’une cellule terroriste dans l’ouest du pays. Mais ils n’ont pas montré d’images et ont davantage inquiété les gens, les laissant supposer qu’ils avaient des problèmes dans cette région.

Tard dans la soirée, le Guide a alors publié une courte déclaration à l’attention de tous les inquiets  : ne soyez inquiets à propos de notre situation ! Personne ne peut rien foutre contre nous (une phrase culte de Khomeiny) ! Soyez-en certain, il n’y a aucun doute à ce sujet, dites-le à tout le monde !

C’était le mieux que pouvaient faire les mollahs , mais cela ne pouvait pas stopper la panique !

Jeudi 09 Août 2018 (18 Mordad 1397), à J+2 de l’entrée en vigueur des sanctions de Trump, les médias du clergé et de son gouvernement insistaient sur la privatisation des entreprises des Pasdaran. Ils espéraient les amadouer puisqu’ils ne pouvaient pas les pendre ! Mais l’annonce montrait aussi l’envie des chefs Pasdaran de liquider leurs biens pour financer leur fuite ou nier leur mainmise sur les biens confisqués après la révolution islamique.

JPEG - 174.5 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Dans leur journal anglophone, les mollahs affirmaient que le M-AE de la Corée du Nord était venu - tel un pauvre larbin - leur faire un rapport sur la rencontre de Kim Jung Un avec Trump ! Cette supériorité revendiquée par les mollahs montrait la bêtise des mollahs, car ce « rapport tardif » était en soi la preuve du mépris du régime nord-coréen pour eux ! Ils voulaient dissimuler ce mépris, mais ils l’avaient davantage souligné ! Ils voulaient enrager Trump et allaient seulement l’enchanter ! Ce titre était un vrai faux pas provoqué par leur colère et leur désespoir ! En prime, ils allaient sans doute mettre en colère l’impulsif Kim et le pousser à leur infliger une punition inoubliable !

PNG - 642.8 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les médias des dissidents étaient ravis d’annoncer que le ministre l’Emploi était au chômage ou licencié ! Ils avaient aussi mis l’accent sur la menace du pouvoir judiciaire du régime pour encourager les nantis à acheter des dollars pour fuir le pays !

JPEG - 160.4 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Il y avait aussi une très mauvaise nouvelle pour les mollahs, le PM sortant irakien qui est censé être proche de ces derniers, les avait lâché d’une manière assez hypocrite en affirmant qu’il allait continuer à leur acheter des biens et services, mais qu’il ne pouvait plus les payer en dollar !

Tous les gens du régime sont restés silencieux après cette confirmation de l’isolement absolu du régime ! Le Guide est parti à Mashad pour laver le mausolée d’Emam Reza (et au passage, solliciter l’aide des grands ayatollahs de lest du pays). Il n’y avait aucune référence à la rencontre. On a compris qu’ils n’étaient pas contents de ses prestations. Il devait leur donner la garantie qu’ils feraient tout pour sauver le régime (y compris en pendant quelques affairistes paniqués).

JPEG - 225.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

La panique s’est renforcée . Le clergé a seulement relevé le taux du dollar de 500 tomans le portant à 10,500 tomans et a augmenté le prix de sa pièce d’or de 1,350,000 tomans le fixant à nouveau au seuil de 4 millions de tomans pour stopper la crise, car il estimait qu’il ne pouvait pas tout faire pour sauver le régime !

PNG - 30.1 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Au cours de l’après-midi, Rohani a envoyé des messages de soutien au nouveau président du Pakistan et au Premier ministre de Singapour sans obtenir un soutien de leur part. Le commandant Baqeri (chef d’état-major des forces armées des Pasdaran) a envoyé des félicitations aux Syriens, mais il n’a rien obtenu de leur part. Ali Larijani qui avait invité le président au Parlement de la Corée du Nord en Iran n’a rien obtenu de sa part.

Les mollahs ont fini la semaine sans aucun espoir !

En fin d’après-midi, un match dans le sud du pays a commencé par des slogans contre le régime , puis des jets de tout ce qui se trouvait dans les tribunes a envoyé de nombreux miliciens fidèles au régime à l’hôpital sous les cris de joie des manifestants. L’absence d’arrestation a démontré la faiblesse du régime et sa peur de provoquer une émeute plus importante !


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

JPEG - 48.6 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Vendredi 10 Août 2018 (19 Mordad 1397), à J+3 de l’entrée en vigueur des sanctions paralysantes de Trump, le clergé devait passer en Erdogan actuellement sanctionné par Trump pour le convaincre de devenir l’allié du régime, mais il n’a pas accepté.

JPEG - 157.3 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Les mollahs ont consacré leur sermon de vendredi à la nécessité de lutter contre les adeptes de stockages tactiques pour provoquer des pénuries destinées à faire monter les prix et ont ainsi alourdi les accusations contre les nantis agités pour justifier leur possible condamnation à mort ou encourager le peuple à attaquer et piller leurs entrepôts. Après cette piqûre de rappel, ils ont aussi rejeté toute possibilité de négociation pour rassurer les collaborateurs en danger qu’ils ne les lâcheraient jamais afin qu’ils demeurent à leur côté au lieu de songer la fuite.

JPEG - 60 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Personne n’a repris ce discours tantôt agressif et tantôt complaisant qui montrait que les mollahs avaient envie de pendre leurs collaborateurs agités, mais ne l’osaient pas. La semaine à venir risquait d’être bien agitée.

En fin d’après-midi, un match de foot (avec des spectateurs sélectionnés) a Téhéran a encore donné lieu à des slogans anti-régime a a conformé l’impopularité du régime chez les gens qui demeurent à ses côtés !


© IRAN-RESIST. ORG


© IRAN-RESIST. ORG

En début de la soirée, des militaires américains ont annoncé que les Pasdaran avaient testé un missile anti-navire au cours de la semaine lors de leur manœuvre maritime pour montrer qu’ils avaient des capacités, mais n’avaient pas insisté sur le sujet, car les États-Unis ont aussi des capacités. Washington a ainsi mis en garde les mollahs qu’ils pouvaient répondre à leurs provocations et qu’ils n’avaient pas intérêt à répéter leurs menaces de guerre pétrolière pour s’en sortir. Les mollahs n’ont nullement réagi par une surenchère de leur capacité et ont confirmé qu’ils n’avaient pas le courage de défier Washington. Il était certain qu’ils allaient avoir des problèmes internes au cours des semaines à venir !

PNG - 485 ko

© IRAN-RESIST. ORG

Conclusion. Il y a une semaine, les mollahs n’avaient pas réussi à neutraliser l’application des nouvelles sanctions américaines en faisant mine de capituler. Ils avaient alors recours au terrorisme pour intimider les Américains et les 4+1 avant de les rencontrer à un sommet Est-Ouest à Singapour ! Ils n’avaient rien obtenu d’eux. Les Allemands et les Anglais avaient même durci leur position en évoquant la saisie des avoirs des mollahs dans leur pays !

Cette semaine, à quelques jours des nouvelles sanctions contre le régime, les affairistes en danger ont intensifié leur achat de dollars et des pièces d’or du régime. Les députés, qui sont trop pauvres pour en acheter, ont déclaré la guerre contre les mollahs pour obtenir le droit d’accéder au dollar bon margé qu’ils gardent pour eux-mêmes et leurs familles. Les mollahs ont tenté de rassurer les révoltés en leur promettant le soutien des Européens ! Mais en l’absence de ce qui était promis, les députés ont continué à souligner la corruption du gouvernement des mollahs. Ces derniers ont signalé le soutien du Guide au gouvernement pour intimider les révoltés. Les affairistes en danger ont aussi intensifié leur achat de dollars et des pièces d’or du régime.

Les mollahs ont attribué la responsabilité de la crise (de la hausse) du dollar aux nantis paniqués avant d’annoncer la fin de la crise et la baisse des prix pour apaiser tous ces gens et les inciter à moins acheter, mais ils n’y sont pas parvenus. L’entrée en vigueur des sanctions et des annonces de son application par des dizaines de pays et en même temps l’absence de soutien de la part des pays que les mollahs désignent comme amis ont suramplifié la panique !

Les mollahs associés aux chefs Pasdaran ont reconnu leur responsabilité dans l’attaque des pétroliers saoudiens à Bab el-Mandeb pour provoquer une panique générale mondiale et contraindre les pays producteurs et les grands pays industriels qui en achètent à gogo à retirer leur soutien à Trump, mais tous ont évité la crise souhaitée par les mollahs ! Les mollahs et les chefs Pasdaran n’ont pas osé surenchérir et ont prouvé qu’ils n’étaient pas de gros calibres !

Leurs députés révoltés ont révoqué un ministre en l’accusant de corruption et en accusant Rohani de complicité, insinuant la même chose pour les mollahs ! La panique s’est développée ! Les mollahs ont menacé de pendre les acheteurs de dollar, mais n’ont pas osé le faire, prouvant encore qu’ils n’étaient pas de gros calibres qu’ils prétendaient être !

Le Guide s’est mis au vert ! Ces collègues ont sollicité le soutien des pays musulmans voisins, mais aucun ne les a soutenus ! Le clergé a consacré son sermon de vendredi à mettre en gardes les complices affairistes pour éviter de se retrouver en situation difficile grâce à eux et que leur appétit de dollar entraîne un nouveau chaos politique. Washington jugeant leur situation difficile les a mis en garde de renouer avec leurs menaces de guerre pétrolières ! Ils n’ont pas eu le courage de le contredire et ont définitivement confirmé qu’ils n’étaient pas en mesure de se battre sur ce front comme sur les autres fronts.

Cette semaine, le début des nouvelles sanctions américaines a entraîné les mollahs dans des crises de panique inattendue ! Ils ont tenté d’intimider leurs adversaires et d’arrêter les crises par toute sorte de menaces, mais ils n’ont pas osé aller jusqu’au bout de ces menaces ! Ce début des sanctions a démontré la fragilité de leur régime et leur manque de courage pour faire face aux menaces venues de l’extérieur ou de l’intérieur du pays et de leur régime.